Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméras prosumer / pro

Test Sony PXW-X70

Le dernier petit pro de Sony

 

22 juillet 2015 par Antoine Desir / Thierry Philippon

Sony PXW-X70

Prix fabricant : 2400 Euros
 

PXW-X70

C'est une habitude maintenant ancienne chez Sony : décliner un caméscope grand public haut de gamme en version pro. Il y a plus de dix ans, souvenez-vous, c'était le tour du couple TRV950/PDX10. Fin 2014, c'est avec le couple FDR-AX100 / PXW-X70 que Sony nous refait le coup. Tous les grands fabricants font maintenant de même : Canon avec le trio HFG30 / XA20 / XF200, Panasonic avec le duo HC-X920 / AG-AC90. La recette est simple : on prend une base optique haut de gamme en grand public, on y ajoute des commandes professionnelles et des prises XLR sur une poignée et c'est parti pour un caméscope pro d'entrée de gamme, souvent compact. Ici, la base est donc le Sony FDR-AX100, un des premiers caméscopes UHD grand public. Ou est-ce le CX900, son frère restreint à la HD ? Les deux, car si le PXW-X70 commence sa carrière en HD, le passage à l'UHD est prévu en 2015.


Le PXW-X70 est annoncé au prix de 2400 euros, mais en magasin, on le trouve sous les 2000 € HT, ce qui le positionne dans le segment assez concurrentiel des compacts pro. Avec son capteur 1", le PXW-X70 se démarque-t-il de ses concurrents ? Est-il justifié de le payer presque 1000 euros de plus que son cousin le FDR-AX100 ?


firmware PXW-X70

A noter que les premiers tests du PXW-X70 ont été commencés avec la version 1.00 du firmware, la version initiale, et terminés avec la version 1.02, à jour en décembre 2014. Un second test réalisé en juillet 2015, a permis de bénéficier du nouveau firmware 2.0 et de l'option 4K. Initialement annoncés pour le 1er trimestre 2015, ce firmware et l'option 4K ont fini par sortir en juin 2015.


Les nouvelles fonctionnalités de ce firmware 2.0 très attendu comprennent :


  • la prise en charge de l'enregistrement 4K (QFHD),
  • l'enregistrement proxy,
  • le transfert FTP,
  • la Connexion LAN filaire,
  • la Licence de mise à jour 4K CBKZ-X70FX

 


Le firmware 2.0 est téléchargeable gratuitement sur la page Sony du PXW-X70 à l'onglet Ressources. En revanche, l'option 4K est à demander à votre distributeur.


Le prix de l'option 4K est d'environ 500 euros HT selon le distributeur, une première à notre connaissance qui est audacieuse en terme commercial. Ni retour en atelier, ni firmware téléchargeable, Sony livre la clé d'activation dans une boite, avec un guide explicatif... Sony nous a livré une caméra déjà équipée du module 4K. Toutefois, d'après les retours que nous avons pu lire de la part d'internautes aguerris, l'activation de la clé semble parfois poser des soucis de liaison Internet., celle-ci n'étant pas automatisée. Bref, ne demandez pas l'option 4K pour un tournage urgent !


Vous pouvez aussi vous référer à la vidéo de démonstration ci-dessus.
XAVC type

Attention ! Comme le montre le tableau ci-dessus (© Sony), l'enregistrement 4K du Sony PXW-X70 tombe en 4:2:0 8 bits (et non en 4:2:2 10 bits), c'est à dire dans la norme de compression la plus modeste pour un produit professionnel. Le codec utilisé - en HD comme en 4K - est le fameux XAVC-L sur lequel nous revenons dans ce test.


Le PXW-X70 enregistre en 3840X2160 en 25p, 24p ou 30p à 60 Mbit/s "seulement". Sony envisage des débits plus importants ultérieurement. L'encapsulage est de type MXF car ce type d'encapsulage répond à des échanges fréquents en diffusion pro.



> LIRE LA SUITE : Concept du PXW-X70

Concept du PXW-X70

Le Sony PXW-X70 est un caméscope compact pro, très facile à emmener et utiliser, et qui propose un enregistrement de type "broadcast" (sous-échantillonnage 4:2:2). Le PXW-X70 est un caméscope de poing de taille plutôt modeste (pour un pro), doté d'un objectif non interchangeable et de contrôles manuels directement accessibles, enregistrant sur carte SDXC en AVCHD et XAVC. A la lecture de la fiche technique, on se doute bien que la base est celle du FDR-AX100 : capteur identique, zoom de même étendue, gabarit très proche, etc.


PXW-X70

Outre l'apport du 4K (disponible depuis juin 2015), on retrouve sur le PXW-X70 les caractéristiques des caméscopes professionnels :


commande de zoom à bascule,
vitesse de zoom variable, de 2 à 22 secondes pour balayer la page du zoom 12X,
vitesse de zoom réglable et fixe sur la poignée,
double déclencheur d'enregistrement,
bague de zoom ou de focus,
molette multifonction (iris, gain, shutter),
6 boutons personnalisables,
menus complets,
6 picture Profile avec personnalisation de la colorimétrie, gamma, niveau des détails, etc.
peaking, zebra réglable,
boutons directs pour les fonctions principales,
2 entrées XLR avec alimentation 48V sur la poignée amovible,
réglage niveaux audio par molette,
griffe standard et porte micro,
sortie HDMI et SDI,
viseur relevable et oeilleton,
double emplacement pour carte mémoire,


Avec moins de 1,5 kg en ordre de marche sans accessoire, le caméscope est dans la catégorie "poids plume" pour un pro. Il est 300 grammes plus lourd qu'un XA25 mais 500 grammes moins lourd qu'un XF205. Le PXW-X70 est aussi de taille modeste et rentre dans les catégorie des "compacts".


UWP-D11
Précisons qu'en retirant le bloc XLR, l'interface (MI Shoe) devient accessible et peut accueillir une torche LED Sony ou un micro HF UWP-D11 / UWP-D12 (micro-cravate ou à main), proposés en option.


(Test Sony PXW-X70)

Capteur, objectif-zoom

capteur cmos 1 pouce

Le capteur CMOS Exmor 1" (13,2 x 8,8 mm, ici à gauche) est connu, puisqu'il équipe non seulement le caméscope cousin AX100, mais aussi les APN DSC-RX10 et DSC-RX100 du fabricant. On le considère en vidéo dans la catégorie des gros capteurs, car sensiblement plus large que le classique 1/3" ou 1/2,8". Avec 20 millions de photosites, il y en a largement assez pour la HD. D'ailleurs, Sony n'utilise pas toute la surface du capteur en vidéo, mais uniquement 14 Mp en HD (le capteur est de type photo, donc 3/2 et non de type vidéo en 16/9). C'est beaucoup et même trop : chaque photosite ne faisant que 2,4 microns de large, il est considéré comme trop petit pour être sensible. D'un autre côté, ce nombre de photosites est en théorie insuffisant pour de la vraie UHD, puisqu'il en faudrait plus pour reconstituer très fidèlement les couleurs. En effet, pour capturer fidèlement les couleurs en UHD, il faudrait 32 Mp (8 millions de pixels, 4 photosites par pixel).


A noter que lorsque le stabilisateur actif est enclenché, le caméscope utilise moins de photosites pour en garder à la marge, ce qui augmente la focale. En HD, cela n'influe pas sur la qualité d'image.


Le zoom 12X est le même que celui des AX100 et CX900, il n'y a pas de mystère. Et il est considéré comme de bonne qualité pour son gabarit. Si le capteur peut être perçu comme petit face à un plein format, il est suffisamment gros pour devenir plus sensible au rolling shutter que les petits (1/3" ou 1/2,33").


La focale mini est équivalente à du 29 mm (angle de vue de 74°), ce qui est une bonne valeur sans convertisseur. Avec le stabilisateur actif en route, cette focale passe à plus de 31 mm (angle de vue de 69°). Cette focale est dans les plus courtes en caméscope professionnel, même si elle est supérieure à celle de certains caméscopes grand publics. La plage du zoom est de 12X pour une focale maximale équivalente de 348 mm (angle de vue de 7°). Cette plage de zoom est correcte, mais ne peut pas lutter contre les 20X des concurrents. Pour atténuer cette faiblesse, Sony propose deux extensions : un zoom électronique (Clear zoom) qui prétend ne pas dégrader l'image en utilisant le surplus de photosites sur le capteur, et l'extension numérique qui sert de doubleur de focale en recadrant au centre du capteur. Dans les deux cas, la logique indique que l'image est forcement dégradée car moins précise, et que ce sera surtout en basse lumière que la dégradation sera visible. Il n'empêche que ces deux extensions peuvent dépanner dans les cas exceptionnels où la qualité d'image n'est pas prioritaire par rapport à un bon cadrage.


PXW-X70
L'objectif ouvre à f/2,8 au grand angle et à f/4 au télé. Cela peut sembler faible par rapport à d'autres objectifs qui ouvrent à f/1,6- f/3,2, mais le capteur est nettement plus gros, une grande ouverture demanderait un zoom qui ne serait plus du tout compact. On retrouve en fait des valeurs honorables d'un zoom photo "à grande ouverture".
PXW-X70 zoom

La commande de zoom à bascule est agréable d'utilisation, elle n'est d'ailleurs pas la même que celle de l'AX100, elle est plus "pro". Bien située, elle permet des zooms dont la vitesse varie et sans à coup. Nous avons balayé la plage de zoom (12X) en 2,2 secondes au plus vite, ce qui est moyennement rapide. Le zoom est un peu bruyant, si on veut pouvoir aller aussi vite. On peut le rendre plus silencieux avec un réglage dans le menu, mais dans ce cas, il faut 3 secondes pour balayer la plage de zoom au plus vite. A vous de choisir si la plus grande rapidité vaut le bruit généré.


Ce zoom ne sait pas être vraiment lent. Il ne faut que 22 secondes pour toute la plage du zoom en essayant d'être au plus lent. Pas moyen de faire des zooms vraiment lents, quasi imperceptibles. Sur ce point, le PXW-X70 n'atteint pas les performances des concurrents. Le XF200 varie par exemple de 2 à 60 secondes pour un 20X. En contrepartie, la progressivité de la commande est bonne. Avec si peu de variation, ce n'est pas compliqué.


PXW-X70
Pour mieux maîtriser la vitesse de zoom, il faut utiliser le bouton de zoom sur la poignée associé au réglage dans le menu. Un commutateur sur le bord de la poignée permet de spécifier deux vitesses de zoom : une fixe, réglable sur 8 niveaux (seulement) dans le menu, une variable et une nulle (pour éviter les zooms intempestifs).
bague PXW-X70

La bague de zoom ou focus sans butée est un peu dure et trop longue : c'est bien pour les manoeuvres de précision, mais pas pour des changements de focale ou de point rapide. Il n'y a qu'une bague, secondée par une molette qui prend en charge l'iris, le gain et l'obturation selon la fonction demandée au préalable. En mode mise au point, la bague ne prend pas la priorité sur l'autofocus, et c'est bien dommage. En mode zoom, la bague est toujours active puisqu'elle n'est qu'une commande de plus du zoom électrique.


C'est assez loin de la facilité de commande des caméscopes concurrents avec leur 3 bagues et leurs boutons dédiées. Même la balance des blancs passe par la molette après appui sur le bouton sélectionné.


La touche "agrandissement" (Focus Assist dans d'autres marques) est toujours utile, la définition de l'écran et du viseur ne permettant pas une mise au point précise sans cette loupe. Elle est placée comme sur les caméscopes des poing, à côté de la bascule de zoom. La zone d'agrandissement est modifiable avec le joystick, si l'on préfère faire le point en dehors du centre du cadre. Par défaut, il est possible d'agrandir 4 fois puis 8 fois après un second appui pour bien faire le point. Mais on peut régler un agrandissement simple dans le menu.


Les réglages par défaut affectent le bouton 5 à la fonction "Push Auto Iris", comme les "gros" caméscopes.


PXW-X70

Comme pour son cousin l'AX100, Sony a doté son PXW-X70 de filtres neutres manuels avec trois positions 1/4, 1/16, 1/64. Intéressant surtout en cas de forte luminosité, car la sensibilité moyenne du capteur permet de s'en passer assez souvent.


Le zoom est bon, mais sans mode macro. La distance minimale de mise au point est de 100 cm à fond de zoom et de 1 cm en grand angle (le sujet touche presque la lentille et se trouve dans le pare-soleil). C'est correct au grand angle, mais trop long au zoom. On touche ici les défauts d'un capteur large sans objectif macro.


Le stabilisateur du PXW-X70 est aussi performant que celui du AX100 et du CX900, c'est le même. Pas aussi stabilisant que le système BOSS du fabricant sur les caméscopes grand public à petit capteur, mais il rend de bons services aux piétons et aux automobilistes. Le mode standard gomme bien les tremblements et le mode actif stabilise mieux les mouvements amples, au prix d'une diminution de la focale minimum.



(Test Sony PXW-X70)

Micro, audio

PXW-X70 XLR

La poignée héberge toutes la partie audio "pro" du PXW-X70. Sans cette poignée, vous obtenez un FDR-AX100 de ce point de vue. Enfin, Sony se décide à bien regrouper ses commandes audio ! On trouve les réglages sur la gauche (même l'atténuation), les prises XLR sur la droite, et les détails dans le menu. On dirait du Canon, et c'est une bonne chose ! En plus on garde la prise jack stéréo du AX100, que demander de plus ? Et bien un micro, tout simplement. Car Sony a choisi de laisser le micro intégré au dessus de l'objectif, sans le déporter sur la poignée. Évidemment, cela permet de conserver un micro si la poignée est ôtée, mais cela ne repousse pas le micro à l'avant du caméscope comme il est d'usage en pro. Ce qui donne un piège : avec le réglage automatique, le fait de fixer la poignée bascule l'entrée audio sur les prises XLR, pas forcément utilisées. Et donc plus de son ! Il faut passer dans le menu pour forcer l'entrée audio sur le micro interne...


PXW-X70 audio

La prise casque, placée au même endroit que sur l'AX100, en bas du flanc gauche, n'est pas idéalement placée : le fil peut gêner la manipulation du caméscope, en particulier le viseur.


PXW-X70 avc micro SMAD-P3
Exemple de micro associé au PXW-X70.
A noter qu'avec la griffe porte-accessoires et l'adaptateur Sony SMAD-P3, le signal audio d'un microphone HF comme le Sony UWP-D11 ou UWP-D12 peut être transmis du récepteur HF jusqu'au PXW-X70, sans câble XLR.


(Test Sony PXW-X70)

Viseur, écran

PXW-X70 écran

L'écran est classique, trop classique. D'une diagonale de 88 mm (3,5"), il affiche quand même 960 x 540 pixels, c'est à dire un quart de HD. C'est moins mauvais que celui du FDR-AX100 qui se contente de 640 x 480 pixels, déjà à peine suffisant pour la HD et nettement insuffisant pour l'évolution en UHD qui se prépare.


PXW-X70 viseur

Le viseur est encore moins défini (800 x 600, dont 800 x 450 pour l'image) et plutôt petit (0,4"). L'oeilleton fourni (non visible sur nos photos) est amovible et peut se retourner pour ceux qui veulent viser de l'oeil gauche. Par contre, le viseur est peu adapté aux porteurs de lunettes qui ne verront pas forcément la totalité du viseur, même en touchant celui-ci avec le verre de lunettes ! Il bénéficie d'un détecteur oculaire qui allume le viseur dès que l'oeil (ou autre chose) passe devant, éteignant au passage l'écran. Ce comportement peut être perturbant, on se demande parfois pourquoi l'écran s'éteint. La solution est de rentrer complètement le viseur pour qu'il se déconnecte.


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : Un détail en passant : la détection oculaire présente aussi l'avantage, écran fermé, d'économiser tout affichage lorsque le camescope est allumé. Mais Sony exagère : la fonctionnalité est non débrayable dans le menu. On n'a jamais vu ça...


L'ouverture de l'écran ou l'étirement du viseur est la seule façon d'allumer le caméscope. Par contre, on peut l'éteindre avec un bouton sur le flanc gauche. Dans les faits, on allumera le caméscope en ouvrant l'écran car il y a des touches utiles qui restent cachées si l'écran est fermé. C'est là que l'on ressent l'origine grand public de l'appareil...


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : notez l'absence de toute fonction de Pré-Rec comme on en trouve sur les caméras Panasonic par exemple.



(Test Sony PXW-X70)

Connectique, Wi-Fi et batterie

PXW-X70

La batterie est la même que celle livrée avec l'AX100 : c'est une NP-FV70 de 13 Wh. Comme le caméscope consomme 6W en enregistrement continu, elle pourrait durer deux heures. C'est loin d'être le cas en réalité, surtout si on utilise des fonctions comme le WiFi, l'alimentation d'un micro ou les moteurs de zoom et de mise au point. Dans le budget d'achat initial, il faudra donc compter sur la batterie Sony NP-FV100.


Pour un caméscope de cette taille, la connectique est assez fournie :


  • sortie HDMI,
  • sortie 3G-SDI,
  • sortie composite (sur la prise multi),
  • port USB 2 (sur la prise multi),
  • sortie casque (jack stéréo 3,5 mm),
  • entrées micro XLR,
  • entrée micro jack stéréo

La présence d'une prise SDI est une bonne chose pour ceux qui ont déjà un enregistreur SDI car elle permet de sortir un signal HD non compressé vers cet enregistreur. La SDI est aussi utile pour exploiter un moniteur externe comme le Shotgun d'Atomos qui fait d'ailleurs enregistreur et moniteur... Le PXW-X70 n'est pas destiné aux studios ou aux tournages multi-caméra, les autres connectiques Broadcast sont absentes. Plus étonnant pour un caméscope pro, il n'y a pas d'entrée pour une télécommande filaire. Seule la télécommande "photo" RM-VPR1 (fournie !) permet un contrôle à distance sommaire (déclenchement, zoom) via la prise multi.


On peut facilement passer de l'alimentation secteur à la batterie et inversement sans arrêter l'enregistrement, c'est une bonne chose.


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : l'accès à la batterie est gêné sur trépied car le bouton de "délockage" est situé sous les camescope. Par ailleurs, je sors d'un test de caméra pro avec chargeur autonome et je me retrouve avec le changeur du Sony qui m'oblige à charger en laissant la caméra connectée au chargeur. C'est horripilant, notamment en déplacement à l'étranger !


PXW-X70 connectique

La prise HMDI est standard, ainsi que la prise USB 2. Seul le câble USB 2 est livré par Sony, mais aucun autre. Le respect du standard évite la jungle des câbles propriétaires inutiles, mais celui qui connecte la prise multi (micro USB) aux prises analogiques aurait dû être fourni. On pourra outrepasser la compression MPEG-4 du AVCHD ou du XAVC L via la sortie HDMI ou la sortie SDI.


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : Dans l'évolution du firmware 2.0 de juin 2015, dès l'instant où on tourne en 4K, on ne peut plus sortir le signal par la prise HDMI, la SDI quant à elle, étant limitée à la HD. Ne pas pouvoir sortir du 4K par la prise HDMI, c'est problématique pour relier un enregistreur externe ou un moniteur.


PXW-X70

Le PXW-X70 n'intègre pas de récepteur GPS, et Sony ne liste pas d'option pour ajouter cette fonction. Pour un caméscope aussi mobile et adapté au voyage, c'est dommage.


PXW-X70

Le PXW-X70 peut aussi communiquer via le WiFi / NFC. Les fonctions exigent une application iOS ou Android spécifique (Content Browser Mobile), ce qui est habituel, mais sont peu évoluées, avec quelques manipulations fastidieuses. On est très loin des fonctions réseau vues chez Canon ou JVC.


L'utilisation des fonctions réseau passe par l'utilisation d'un clavier virtuel peu pratique comme tous ces claviers. Tous les signes semblent présents et il est de type alphabétique, mais on n'y trouve pas les accents. De manière générale, Canon semble en avance sur Panasonic pour les fonctions réseau, et au niveau de JVC. Sony est à la traîne.


 



(Test Sony PXW-X70)

Prise en mains, ergonomie

La navigation dans le menu avec le joystick à l'arrière est plutôt pratique, même si elle se marie difficilement avec les restes de navigation tactile. Autre souci, le bouton appelant le menu est en bas à gauche de l'objectif et le joystick derrière à droite. Du coup, on ne peut pas vraiment manipuler le menu à une main. Un bouton menu sur le droite aurait été le bienvenu. Plus simple, l'affichage du menu sur appui prolongé du joystick aurait résolu le problème. Les menus sont de type pro, pas grand public et vraiment différents de ceux de l'AX100. L'écran est tactile, mais on ne peut pas naviguer dans les menus "pro" en appuyant sur l'écran. Cependant, il reste des actions et choix qui ne peuvent être opérés qu'en appuyant sur l'écran, comme sur l'AX100 : c'est perturbant et peu ergonomique.


Quand on sort de l'essai du Canon XF200, les menus du Sony paraissent grossiers : pas de favoris ni d'accès direct.


PXW-X70 molette

Le bouton d'enregistrement principal est un peu petit mais suffisamment ferme pour ne pas engendrer de fausse manoeuvre. Seul le délai entre l'appui et la réponse du caméscope (en tout cas en XAVC L) est perturbant. Il faut anticiper ce délai au début et à la fin de chaque clip. Pas de troisième bouton de déclenchement sur le PXW-X70. Dommage, on commençait à s'habituer...


Le bouton "Rec check" (le bouton 1 par défaut) n'est pas placé à l'endroit habituel (près de la commande du zoom), mais il est facilement accessible, si l'écran est ouvert.


PXW-X70

Les caméscopes récents ne sont souvent pas rapides au démarrage. Le X70 ne traîne pas trop, il lui faut moins de 4 secondes pour être prêt à enregistrer. La base grand public nous a permis d'éviter le mode "media", tant mieux. D'autant qu'il faut moins de 2 secondes après l'appui sur la touche Thumbnail pour afficher les clips enregistrés. Et ensuite, vive la navigation tactile ! Dommage que l'écran ne soit pas mieux défini pour afficher des vignettes plus détaillées. Même en visualisation, on aurait aimé un écran HD.


Le PXW-X70 est vraiment un compact : sa taille et de son poids modestes le rendent faciles à emmener à la main ou dans un sac. Le tenir à une main ne demande pas d'effort. Tenu par le grip, il a tendance à piquer du nez. Problème qui sera vite résolu par l'utilisation d'une indispensable mais lourde batterie haute capacité.


Le grip est différent de celui du AX100 : plus large, plus arrondi, il contient les prises SDI et HDMI, ainsi que le joystick à l'arrière. Ce grip est plus proche de celui d'un caméscope pro que celui du cousin AX100.


PXW-X70

Le PXW-X70 dispose de 6 boutons personnalisables, ce n'est pas l'opulence. Car on peut affecter 32 fonctions à ces 6 boutons. Et comme de nombreuses fonctions n'ont pas de bouton dédié, origine grand public oblige, il en manque quelques-uns.


Les menus sont disponibles en vingt langues, dont bien sûr le français. Voilà qui devrait satisfaire ceux qui ne veulent pas naviguer des menus en anglais. Peu d'erreurs de traduction ont été relevées, mais les options sont parfois peu compréhensibles avec un mélange de français et d'anglais.



(Test Sony PXW-X70)

Qualité d'image et réglages, sensibilité

qualité PXW-X70
Peu de surprise du côté de la qualité d'image : on retrouve celle qui nous avait satisfait sur le AX100 (et le CX900). Avec autant de photosites (14 Mp) à disposition, le capteur simple n'a pas à rougir face aux tri-capteurs.
PXW-X70

Les réglages d'image sont assez nombreux : niveau de noir, détail, gamma, colorimétrie, etc. En fait, on retrouve les possibilités des caméscopes pros plus gros, comme le FDR-AX1 ou le NX3.


PXW-X70


PXW-X70 réglages

Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : Ces Picture Profile ont un profil préformaté par Sony. Ensuite libre à vous de moduler ou non ce profil à votre guise. J'ai pour ma part beaucoup utilisé le Picture Profile 4 en reprenant les consignes d'un professionnel australien, Chris Young dont on peut découvrir la vidéo ici.


Ces Picture Profile sont bigrement intéressants car ils permettent de modifier pleinement le rendu de l'image, mieux gérer le niveau de noir, rendre l'image plus douce, modifier le niveau de détail, récupérer de l'information dans les blancs ("Knee"), gérer les hautes lumières, ou encore modifier la colorimétrie. Les possibilités sont très vastes, vous retrouverez d'ailleurs sur le Web des recommandations d'utilisateur qui ont expérimenté tel ou tel Picture Profile qu'on peut d'ailleurs retrouver sur plusieurs caméras Sony, pas uniquement la PXW-X70. C'est plus facile ensuite de panacher ("matcher") disent les anglo-saxons plusieurs caméras Sony, avec des réglages identiques.


Notez que le PXW-X70 permet d'enregistrer 6 profils d'image (Picture profile) dans la mémoire du caméscope, ce sera suffisant pour la plupart des usages. Et comme il est possible d'enregistrer 99 réglages de caméscopes (incluant les profils d'image) sur carte SD, le nombre total de profils d'image ne dépend que de votre organisation.


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) :grâce aux 99 réglages, il sera d'autant plus simple d'importer ces réglages sur une autre caméra Sony pour unifier les réglages.


fréquencs pXW-X70

Autre point : les fréquences d'image sont assez nombreuses : 25 et 50 et mode "50i", mais aussi 30 et 60 en mode "60i". Les possibilités de ralenti et d'accéléré sont classiques puisqu'elles consistent à faire varier l'enregistrement de 1 à 50 ips en mode 25p ou 50p. Pas de haute vitesse d'enregistrement pour faire des ralentis très fluides, mais des vitesses faibles (1, 3, 6, 12, 25) assez nombreuses pour les accélérés.


L'autofocus nous a semblé lent, mais c'est par comparaison avec Canon et son iAF. Pas trop d'hésitation et de pompage à fond de zoom cependant, le zoom limité et le gros capteur font le travail.


Toujours pas de presets rapides de balance des blancs de type "photo" dans ce caméscope, c'est dommage. Pas non plus de levier "pro" pour les balances de blancs prédéterminées. Les réglages peuvent être fins, mais il faut s'enfoncer dans le menu, c'est long ! Gros souci avec la balance des blancs manuelle qui oblige à passer par le menu. On se demande ce qui est passé par la tête des ingénieurs Sony à ce sujet... Cela va obliger à monopoliser une touche personnalisable à cet effet. Et comme il n'y en a pas beaucoup, il faudra sacrifier une autre fonction importante.


PXW-X70

Les automatismes d'exposition nous ont semblé corrects. Pour bien contrôler, le X70 peut afficher un histogramme. Pas de forme d'onde ou de vectorscope. Sony ne propose pas autant que Canon.


Bénéficiant d'un capteur CMOS Exmor 1", le PXW-X70 aurait pu prétendre à une belle sensibilité. Mais la pléthore de photosites a limité la taille de chacun d'eux. Comme pour le AX100, on voit bien que le "grand" capteur n'est pas aussi sensible qu'attendu. On se dit qu'il n'est finalement pas si grand. Vous ne choisirez pas le PXW-X70 pour sa sensibilité, il est très loin d'un EOS C100 dans ce domaine. On peut forcer le gain jusqu'à 33 dB par pas de 3 dB avec la molette. En contrepartie de photosites plutôt petits, il y en a beaucoup. Et cela permet d'affiner le traitement du bruit. Ce dernier est donc peu visible même en poussant le gain. Heureusement d'ailleurs, car un temps gris à l’extérieur enclenche déjà le gain...


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : les hautes lumières captées par le PXW-X70 ont une fâcheuse tendance à briller, pour ne pas dire cramer. J'ai pour ma part affiné un paramètre directement accessible en mode Auto qui est le Réglage Expo Auto. Je l'ai placé à - 5EV (sur une échelle de -2 à +2.0 EV) afin de diminuer l'impact de la surexposition Auto sans trop forcer les contrastes. Si besoin, vous pouvez assigner cette fonction à l'une des 6 touches assignables.


PXW-X70

Gain à 0 dB


 


PXW-X70

Gain à 9 dB


 


PXW-X70
Gain à 18 dB


(Test Sony PXW-X70)

Support d'enregistrement

Le PXW-X70 est un caméscope enregistrant sur carte SDXC, seul le premier emplacement accepte une carte MemoryStick. Les cartes SDHC sont acceptées, mais le PXW-X70 ne peut y enregistrer du XAVC, seulement du AVCHD. Il fait partie de la gamme PXW qui encode en XAVC, mais il n'accepte pas les cartes SxS, donc pas le XAVC "pro". Sony nous avait promis des variantes du XAVC, nous voilà servi ! Cette variante est toujours basée sur du H.264, mais encapsulé dans des fichiers MXF type Sony, avec une compression par longs groupes d'image. Le sous-échantillonnage est du 4:2:2 (qualité broadcast) et la fréquence d'image monte à 50 ips, le tout dans un débit de 50 Mbps. Vive le H.264 ! Mais tant qu'à exiger des SDXC U3, on aurait aimé un débit poussé à 100 Mbps.


Les deux emplacements de carte SD permettent un vrai relais entre les cartes, de A vers B puis B vers A. Mais, en mode relais, il faut impérativement deux cartes présentes sous peine de voir clignoter en rouge l'absence de carte, ce qui perturbe le tournage.


Test complémentaire de juillet 2015 (TP) : les SDXC U1 fonctionnent aussi. Si vous voulez en savoir plus sur le XAVC selon Sony, parcourez le pdf intitulé "XAVC Workflow Guide", (télécharger) malheureusement en anglais seulement.


PXW-X70 slots

Le PXW-X70 permet d'enregistrer simultanément sur deux cartes pour plus de sécurité, et pousse même le luxe, en option, jusqu'à dédier un bouton d’enregistrement à une carte. L'évolution en UHD devrait apporter un enregistrement différent sur les deux cartes.



(Test Sony PXW-X70)

Montage sur logiciels

FCPX PXW-X70

Si vous enregistrez en AVCHD, aucun souci n'est à prévoir pour le montage. Ce format maintenant éprouvé est géré par tous les logiciels de montage récents, qu'ils soient professionnels ou grand publics.


Si vous enregistrez en XAVC L, c'est une autre paire de manche. En décembre 2014, aucun logiciel ne prenait ce format en charge. Seul les logiciels Catalyst Browse et Catalyst Prepare savaient lire les fichiers MXF du PXW-X70. Le premier était gratuit contre une inscription (donc laisser une adresse email à Sony...), le second coûtait 157 €. La version "Catalyst Browse" ne permettait de convertir qu'un seul fichier à la fois.


Heureusement, 9 mois plus tard, et depuis notre 2e test (!), les choses ont évolué :


FCPX 10.2.2

-En pro, le XAVC-L HD ou 4K est actuellement pris en compte (liste non exhaustive) par Premiere Pro, Edius 8, Avid, et FCPX (depuis la version 10.2.2).


Pour vérifier une compatibilité avec votre logiciel, vous pouvez télécharger notre dossier PRIVATE complet en 4K (accès Premium) ou nos fichiers MXF indépendants, sans la structure complète du dossier. La structure du dossier complète est nécessaire par exemple avec FCPX, sinon vous n'obtenez qu'un fichier audio sans la vidéo !


Cas particulier, Vegas semble avoir du retard à l'allumage avec la compatibilité du XAVC-L, alors qu'il s'agit du propre logiciel de Sony ! Vous pouvez consulter cette note.


studio 19
-Initialement, le XAVC-L n'était pas géré par les logiciels grands-publics. Mais les choses s'améliorent. Pour l'instant, nous pouvons affirmer (testé) la compatibilité avec Pinnacle Studio 19 Ultimate et iMovie, même en 4K. PowerDirector 14 n'y parvient pas. Les autres logiciels restent à tester.
catalyst browse

Sony promeut pour sa part le logiciel Catalyst Browse - logiciel gratuit compatible Windows / Mac - a évolué. Il sert de solution de dépannage aux softs incompatibles (Vegas ?). La version 1.2.1 sortie mi-2015 avec mise à jour du 25 juin 2015, vous permet de transcoder désormais des lots de fichiers (continus ou discontinus), ce qui n'était absolument pas possible avec la version qui avait été testée précédemment (1.1.0).


FCPX corrections

Avec Catalyst Browse, la liste de formats de transcodage s'est allongée, tout comme les outils de correction. Vous disposez d'au moins 3 possibilités :


- une solution ProRes limitée au FullHD (1920x1080) ou au 2048 x 1080 (= la résolution native du 2K). Pratique pour travailler en FullHD mais incompatible pour conserver l'UHD d'origine.


-une solution de transcodage en MP4, qui convertit les fichiers MXF en MP4. L'opération autorise le transcodage dans plusieurs résolutions et fréquences UHD dont le 3840x2160 en 25p, une des normes UHD actuelles du PXW-X70. Mais le transcodage est très long et la qualité est moindre que l'original.


Catalyst prepapre

A noter que Catalyst Prepare, vendu 179, 95 euros (!) par Sony, n'apporte aucun avantage supplémentaire dans le cas présent. Le visionnage des clips est mieux agencé et la liste de codecs à l'export est plus fournie pour des usages bien précis. Mais il faudra qu'on m'explique pourquoi payer quasiment le prix d'un logiciel comme FCPX pour un utilitaire de visionnage et de transcodage, habituellement gratuit... La seule option valable est d'en profiter gratuitement pendant 1 mois d'essai.


EditReady (version 1.3.3), nous a été suggéré par un membre du Forum, Manu09. Développé par le même éditeur que l'excellent ClipWrap (Divergent media), il s'agit d'une solution largement alternative à Catalyst. Contrairement à ce dernier, il permet de convertir dans une qualité correcte des médias QFHD en Prores 422 HQ par exemple. Il s'adapte au PXW-X70 tout comme au XC10 de Canon par exemple ou au C300 Mark II. On obtient d'excellents medias lisibles sous FCPX. La conversion est assez rapide. EditReady traite aussi correctement le son.


Inconvénient, EditReady ne fonctionne pas avec QuickTime, du coup lors d'un réencapsulage (mode Pass Through,) l'image obtenue est noire. L'alternative possible est de convertir dans le format ProRes 422 HQ. Mais le ProRes 422 HQ alourdit considérablement le poids des fichiers. Notre essai effectué avec un fichier MXF de 256 Mo s'est retrouvé gonflé à 3 Go une fois converti, soit un rapport x11,5 ! Par ailleurs, le logiciel, un peu cher, à 50 dollars (45 euros), comme l'était d'ailleurs ClipWrap au même tarif. La version d'essai ne semble pas limitée à un nombre d'essais (contrairement à iFFMPEG, voir ci-après) mais à des clips qui ne doivent pas excéder 60 secondes.


Pour finir, signalons que l'ajout des modes SD ou HDV dans les réglages d'enregistrement permet d'assurer une bonne compatibilité avec la production en DV/DVCAM ou HDV. Bonne idée et avantage certain pour ceux qui sont encore dans ce processus à bande. Sony prend soin des ses clients, assez rare dans ce cas en France mais pas dans le monde. Canon n'avait pas jugé bon d'assurer cette continuité.



(Test Sony PXW-X70)

Spécifications mesurées PXW-X70

Hauteur : 180 mm avec la poignée
Largeur : 127 mm
Longueur : 236 mm au complet avec le pare-soleil mais sans l'oeilleton
Diamètre du filetage : 62 mm
Diagonale de l'écran : 88 mm (3,5"), soit 77 x 44 mm
Diagonale du viseur : 10 mm (0,4")
Poids du caméscope nu (sans batterie, carte, pare-soleil, oeilleton) : 909 g
Poids de la batterie NP-FV70 : 97 g (pour une taille de 45 x 31 x 35 mm)
Poids du pare-soleil : 26 g (90 x 77 x 31 mm)
cartes SDXC : 1 g
Poignée : 361 g
Poids de l'appareil en ordre de marche (avec la batterie, le pare-soleil, la poignée mais pas l'oeilleton) : 1395 g
Démarrage mode caméra : environ 4 s


Démarrage en mode visualisation des clips : environ 2 s


PXW-X70



(Test Sony PXW-X70)

La concurrence

Quels sont les caméscopes professionnels compacts ? Chez Canon même, c'est le XA25 qui vient domine la catégorie, le XF205 étant un peu plus "épais" et cher. Chez JVC, ce sont les GY-HM170 et GY-HM200 qui arrivent avec leur "petit" capteur et une optique similaire. Chez Panasonic, c'est le AG-AC90 avec un poids et une taille un peu plus larges, mais un capteur triCMOS plus petit. Lorsque la variante UHD arrivera, seul le JVC GY-HM200 pourra lutter dans cette catégorie.


GY-HM200



(Test Sony PXW-X70)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 12 avis d'internautes et donner le vôtre