Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests de caméras prosumer / pro

Test Panasonic HC-X1000

la caméra de poing ENG compacte pro

 

10 juillet 2015 par Thierry Philippon

Panasonic HC-X1000

Prix fabricant : 3000 Euros
 

Panasonic HC-X1000

Proposé aux alentours de 3000 euros, et distribué par la branche grand-public de Panasonic pour des raisons juridiques (tout comme le GH4), le HC-X1000 est une caméra de poing ENG compacte professionnelle qui enregistre en 4:2:0 sur 8 bits (et non en 4:2:2 10 bits). Elle est affublée d’un capteur BSI 1/2,3’’ amélioré de 8,85 Mp effectifs en vidéo 4K. Car elle a opté pour le "4K" (Ultra HD 16:9 ou vrai 4K 17:9), ce qui n'est pas automatique dans toutes les gammes. Ainsi le NX100 de Sony par exemple est en Full HD simple, tout comme la Canon XF205 ou encore la version non-4K de la PXW-X70. Ce choix du 4K est toutefois risqué sur le papier avec un si petit capteur, du moins si l'on s'en tient à des considérations strictement professionnelles. D'où l'intérêt d'un test de la bécane Panasonic qu n'a pas fait l'objet d'une grosse communication (contrairement au GH4 par exemple).


Opter pour le 4K en 2015 paraît toutefois logique puisque, outre la meilleure résolution d'image qui en résulte, et le pari prudent sur l'avenir, les possibilités techniques et créatives sont beaucoup plus grandes en 4K en termes de recadrage, de zoom dans l'image ou de stabilisation. Je vous invite à ce sujet à découvrir le tutoriel consacré aux fonctions créatives du 4K que j'ai conçu à partir de séquences réelles réalisées au Vietnam et en Inde. Mais revenons au HC-X1000...


L’optique ouvre à f/1,8-3,6, et se targue d'un zoom stabilisé x20, équivalent 29,5-600 mm. Bien sûr, il n'y a pas d'optique interchangeable. On dispose - fait rare - de 3 bagues indépendantes de réglages et de 3 filtres neutre ND 1/4, 1/16 et 1/64. Le zébra et l’histogramme font partie de la panoplie des aides visuelles.


4K

Le nouveau capteur du HC-X1000 affiche de grosses prétentions (bien qu'il soit petit !) puisqu'il peut enregistrer en Cinema 4K (4096x2160) à 100Mbits/s, ou en UHD (3840x2160) à 150Mbits/s en 50p. Si vous préférez enregistrer en FullHD, vous disposez notamment du FullHD 50p à 200Mbit/s (All-intra) ou du FullHD 50p à 100 Mbps. Panasonic surfe sur l’expérience acquise par le GH4 commercialisé avant l’été 2014, mais va encore plus loin que ce dernier. L’enregistrement s’effectue sur 2 cartes mémoire, la norme du moment.


Le HC-X1000 est trop volumineux pour être comparé à la Sony PXW-70 ou à la Sony FDR-AX100. Ses mensurations (170 x 160 x 315 pour 1,77 kg au complet), et son ergonomie le rapprochent plutôt d'un ancien camescope de la marque (non 4K) l'AG-AC90 et d'un camescope concurrent de même allure (4K) : la Sony FDR-AX1, sortie en 2013, mais qui pèse presque 1 kilo de plus.


Côté affichage, on dispose d'un viseur 0,45’’ de 1,22 Kp, et d'un écran tactile 3,5’’ de 1,15 Kp qui se replie dans son logement comme sur le PX270.


Les prises XLR sont fournies d'origine avec des réglages indépendants.


Le Wi-Fi / NFC est également de la partie, tout comme les connecteurs USB 3.0 et HDMI.


Passons au test à présent.



> LIRE LA SUITE : Le test du Panasonic HC-X1000

Le test du Panasonic HC-X1000

Au premier contact avec le HC-X1000, la prise en mains est bonne, et le produit fait costaud. Avec ses 1,77 kg au complet, la caméra est d'un poids quasi identique à l'AG-AC90 sortie en 2012. Son allure ramassée et son centre de gravité équilibré le rendent bien stable. Le modèle fonctionne parfaitement en automatique grâce à un mode iA traditionnellement décrié par les pros, mais apprécié en situation d'urgence. On est dans la logique d'un "prêt à dégainer", en opposition singulière avec un Lumix GH4, qui nécessite une préparation beaucoup plus grande et moins d'improvisation.


Le HC-X1000 aurait pu se positionner en concurrence du Sony PXW-X70 (avec module 4K) eu égards à son prix et son enregistrement 4K, mais la prise en mains diffère trop pour comparer stricto sensu ces deux modèles apparus à peu près en même temps.


 


HC-X1000

Le cahier des charges de l'HC-X1000 est partiellement celui d'un caméscope professionnel : 2 entrées XLR avec alimentation 48V, réglage niveaux audio, 3 bagues (zoom, focus, iris), 6 boutons User (+4 sur écran), commande de zoom à bascule, poignée et zoom sur poignée, boutons directs, viseur 0,45'' de 1.226.000 pixels et large oeilleton, chargeur séparé, peaking, zoom expand, zebra réglable, batterie de haute capacité en standard, griffe standard et double emplacement pour carte mémoire. Ajoutez Même le fameux compteur de durée d'utilisation y figure (pratique en cas de revente). Le HC-X1000 sait aussi capturer des vues fixes à partir des vidéos, en fonction du format vidéo d'enregistrement. Par conséquent, une vidéo en C4K vous permettra d'obtenir une capture photo en 4096 x 2160 pixels. Hormis cela, il n'existe pas de "mode de prises de vues photo" ni d'ailleurs de mode Photo 4K comme sur le GH4.


Si l'on excepte le gros capteur, il ne manque pas grand chose au HC-X1000 hormis une éventuelle prise micro mini-jack, et une sortie HD-QSDI. L'objectif interchangeable n'est pas un manque de mon point de vue, vu le champ couvert par l'optique.


Ce qui n'est pas très professionnel en revanche, c'est le petit capteur 1/2,33'' déjà rencontré sur certains APN et autres caméras, mais il permet de bénéficier d'une grande profondeur de champ (tout net !) et ce type de capteur se marie bien avec la logique de favoriser un tournage rapide, sans flou de mise au point, caractéristique de la vidéo de reportage classique.


pare-soleil

L'objectif est coiffé d'un imposant pare-soleil qui est amovible (à la différence de l'AG-AC90). En voyage, c'est apprécié ! De plus, il n'existe plus de capuchon d'objectif, mais un volet ouvrant, ouf, quand on ne sait pas où le ranger.


bleu HC-X1000

Amusant mais voyant, l'objectif s'illumine d'un anneau LED en bleu lorsque la caméra est en attente d'enregistrement, et vire au rouge durant l'enregistrement. L'HC-X1000 est réactive au démarrage, le bouton de déclenchement est un peu trompeur, attention, j'ai raté 2 TGV se croisant à vive allure car le bouton n'a pas réagi suffisamment vite depuis l'allumage du camescope. Avec 1,77 Kilos, la fatigue du bras de l'opérateur se fait quand même sentir, mais le bénéfice est que le camescope est assez lourd pour être stable. On ne note pas de déséquilibre vers l'avant grâce à la lourde batterie arrière.


La plage de zoom 20x est une amplitude très appréciée - une des plus généreuses actuellement sur un camescope de cette catégorie. Les focales obtenues - de 29,5 à 600 mm - offrent une latitude très intéressante, même si on peut trouver le grand-angle peu généreux.


Une certitude : on retrouve une vraie qualité de stabilisation en FullHD qui repose sur la fameuse technologie hybride (optique + numérique) avec compensation sur 5 axes. Le 4K étant plus difficile à stabiliser, la stabilisation s'opère sur un plan optique, sans l'aide de l'électronique pour ne pas altérer le signal. Et la différence se sent ! Ca stabilise nettement moins bien en marchant.


L'objectif est garni de 3 bagues de réglages Zoom / MAP / Iris qui restent assez pratiques à utiliser mais qui sont sans butée et sans repères sur l'objectif. Pas très pratique (pour la mise au point notamment). On notera les 14 (!) boutons du flanc gauche (+ curseurs Focus et ND Filter). La logique de Panasonic a été visiblement de permettre d'accéder aux réglages directement sans passer par le Menu et de les regrouper dans une même zone qui court de l'arrière de l'appareil jusqu’à l'aplomb de l'objectif. Quatre touches supplémentaires sur écran complètent le dispositif.


En aveugle, on bascule facilement du mode iA au mode Manuel. On confond juste quelques boutons sur le côté. On apprécie l'accès direct aux touches OIS et Zébra. On aime bien aussi la petite molette multifonction très pratique à l'usage. Pas de Quick Start sur cet appareil. Mais pour ne rater aucun événement soudain, on peut appeler la fonction Pre-Rec. Les 3 bagues sont un plaisir même si la bague des focales est un peu délicate à manier.


A noter une aide visuelle appréciée : l'affichage du multiplicateur de focale de zoom (par exemple Z99), en bas à droite du viseur ou de l'écran.


Pour lire les images, enclenchez le bouton Thumbnail et rappuyer sur ce dernier pour revenir au mode Caméra. Simple mais pas très intuitif la première fois ! Ensuite tout est tactile, bien que les pros détestent paraît-il (je ne dois pas être pro), c'est agréable !


zoom HC-X1000

La commande de zoom à bascule est classique mais fort agréable, sans à-coups, les zooms lents se produisent évidemment sans à-coups et sans bruit. A la vitesse minimale du zoom (non modulable), compte tenu du zoom 20x, on balaie la plage des focales en 40 secondes environ. Ce n'est pas extrêmement lent mais c'est suffisant pour 95% des usages d'un zoom. Pas de zoom avec effet "coup de poing" très rapide en revanche, la vitesse maximale de l'HC-X1000 avec les plages du zoom optique x20 est (relativement) limitée, de l'ordre de 2 secondes...


L'utilisateur peut zoomer de deux autres façons : soit par la commande sur la poignée (vitesse fixe avec choix de 3 vitesses). Ou utiliser manuellement la bague de zoom : du doigté est nécessaire !


VW-VBD5

La batterie du HC-X1000 (Panasonic VW-VBD5, [7,2 V/5800 mAh]), profondément encastrée à l'arrière, est une batterie semi-haute capacité, elle tient 2H35 réelles en 1080/50p et entre 2H15 et 3H10 en 4K ou C4K (les chiffres sont très différents selon les modes). C'est moins qu'avec l'AG-AC90 qui tenait entre 3 et 4H selon le mode choisi. Justement, celle de l'AG-AC90 (CGA-D54/CGA-D54S, [7,2 V/5400 mAh]) est proposée en option, mais elle fait moins bien que la VW-VBD5 en raison de la différence d 'ampérage. Moralité : il faut 2 batteries quoi qu'il soit, pour un tournage sur une journée pleine, voire même sur une demi-journée. Comptez environ 50 euros la CGA-D54S chez les discounters, mais près de 150 euros pur la batterie d'origine. Recharge en 6H.


En dépit de la profondeur du logement, la batterie est assez facile à extraire et mettre en place. Et la batterie est retirable sur trépied. Des petits détails appréciés.


chargeur HC-X1000
C'est bien sûr un chargeur externe (fourni) qui s'occupe de la recharge, comme il est d'usage en pro. Le chargeur externe est précieux car la recharge de la VW-VBD5 nécessite environ 6 heures et 20 minutes de temps de charge. Ainsi, durant ce temps, le camescope n'est pas monopolisé. Une alim' externe est aussi incluse et bonne nouvelle, le connecteur d'alimentation n'est pas logé dans le logement pour batterie (comme sur l'AG-AC90) mais sur le côté.
viseur

L'emplacement du viseur est classique, dans le prolongement de la poignée. Une bonne nouvelle est la grandeur du viseur (0,45 pouces, soit 1,15 cm de diagonale, à comparer avec les 0,61 cm de l'AG-AC90) plutôt que sa qualité (1 226 880 points). Le viseur est par ailleurs relevable verticalement à90° (sans être tiré) et peut adopter 3 positions : [BRILLANT]/[NORMAL]/[SOMBRE]. Autre atout, on peut forcer une visée en N&B.


Notez que l'oeillère est compatible avec une visée de l'oeil gauche (en la faisant pivoter de 180°).


écran HC-X1000

L'écran est un 3,5'' pouces, une diagonale agréable par rapport aux petits écrans 3' des caméras grands-publics. La résolution de l'écran est correcte, sans plus (1 152 000 px), le bouton Focus Assist vient à son secours pour parfaire la mise au point. A noter : la Couleur, le Brightness et le Contrast du moniteur sont ajustables.


L'écran est tactile mais Panasonic a maintenu bon nombre de boutons externes d'accès direct qui évitent d'avoir recours à l'écran tactile, afin d'offrir le choix au pro, parfois rétif au tactile.


HC-X1000
L'écran hérite d'une particularité connue depuis le Z10000 : il se rétracte dans un logement encastrable. Pour l'extraire, on le tire puis on l'incline à environ 50°. Cette disposition permet de positionner l'écran exactement dans l'axe de visée. D'autre part, il ne masque aucun bouton, une fois rentré dans son logement. Seul inconvénient, je trouve que c'est un peu plus long d'exercer un mouvement latéral et d'inclinaison que d'ouverture / fermeture classique. A voir selon l'habitude. Le système paraît costaud malgré les craintes.
IA Manu

L'HC-X1000 est aussi bien pensée pour gérer un tournage dans l'urgence que pour affiner ses réglages. Pour l'urgence, on peut se fier au mode iA (ici à droite) qui est une touche "Panique" dont je me suis abondamment servi quand on doit enregistrer dans l'instant ! Elle commute sur Auto les paramètres de Balance des blancs et d'AutoFocus, mais selon la luminosité du sujet, elle modifie aussi la vitesse d'obturation, le diaphragme et le gain. Elle produit d'excellents résultats tout particulièrement l'Autofocus, qui se laisse rarement prendre en défaut.


Pour passer en Manuel, on ne peut malheureusement pas débrayer l'AF sans passer en mode Manuel ("Manu") ni sans appuyer sur Focus A/M/infini. Pas super pratique.


Compensation, la mise au point peut être secondée d'une double aide (cumulable), d'une part le "Focus Assist" qui grossit le cadre afin d'affiner la MAP (indispensable en 4K !). Une touche "+ sur l'écran vous permet même de grossir encore davantage la vue pour être certain de la mise au point. D'autre part, elle colorie en rouge (Peaking) ou dans un autre coloris le sujet sur lequel la mise au point est faite. Autre aide, le Push AF, directement disponible contrairement à l'AG-AC90.


Touches user

L'HC-X1000 offre en plus des possibilités d'assignation de fonctions (6 boutons physiques User + 4 boutons Écran) auxquelles il faut ajouter + 4 touches sur écran. Les touches User peuvent être affectées au contre-jour, l'affichage de l'histogramme, le blocage de la balance des blancs, etc.


résolutions HC-X1000

Du côté du réglage des résolutions d'images, Panasonic s'écarte de son modèle grand-public HC-WX970 et va même presque plus loin que son GH4. En effet, outre les classiques modes FHD 1080/50p, 1080/25p et 1080/50i, il propose à la fois de l'UltraHD à 150 Mbps en 50p, ou du 100 Mbps en 25p, et du vrai 4K Cinéma (C4K) à 100 Mbits en 24p uniquement. Les débits s'envolent même en FullHD avec du FullHD 50p à 200Mbit/s (All-intra) ou 100 Mbits, débits hérités du GH4. Pour des besoins modestes ou pour économiser ses cartes, on peut descendre à 50 Mbps en 25p.


résolutions HC-X1000
Notez que le 4K cinéma est obligatoirement en 24p. Il procure une image douce et agréable, mais il n'est absolument pas conçu pour des mouvements rapides ou très mobiles (type news) mais bien plutôt pour des plans sur trépied.
Lumix GH4

Les cartes requises sont de type SD / SDHC / SDXC comme sur le GH4. L'avantage des cartes SD, c'est leur universalité et leur coût moindre par rapport aux cartes P2 de Panasonic ou aux XQD de Sony. Cependant Panasonic préconise des SDXC UHS Class 3 (U3), bien plus chères, pour du 4K / UltraHD, d'autant que le débit grimpe à 150 Mbps. Les cartes Class 3 qui montent à 90Mb/s peuvent s 'avérer utiles car votre carte ne descendra jamais au-dessous de 30 Mb/s, ce qui est requis pour prévenir les "drop-frames" en vidéo 4K. Par ailleurs, si vous avez beaucoup d'informations qui bombardent le capteur (mouvements marqués, ou sujets complexes tels des feuillages d'arbres), le flux de données a besoin d'être plus rapide.


De toute façon, les Class (U1) sont refusées par défaut par un message ostensible, tenez-vous le pour dit !


Côté durées, avec une carte 64 Go, alors qu'en AVCHD 50p ou 50i, on tient entre 5 heures 20 et 6H, on descend déjà à 2H40 en FHD/50p 50M, et 1H25 (!) en 4K à 100 Mbps, 1H20 en 4K/25p 100M, et même 55 minutes en 4K/50p 150M ! Prévoyez donc un très large stick de cartes mémoire si vous utilisez le format 4K / UHD sur ce camescope, ou anticipez une unité portable pour décharger vos rushes.


2 solts HC-X1000

La HC-X1000 dispose de 2 slots. Le principe, comme sur d'autres modèles rivaux, est d'autoriser un enregistrement double (Backup) qui peut servir à sécuriser un enregistrement crucial ou permettre de donner la 1re carte à un client ou un collègue pendant qu'on garde la 2e carte. Le second usage est de relayer la première carte sur la seconde (Auto SW). En concert ou lors d'un débat, c'est vital.


audio XLR HC-X1000


audio XLR HC-X1000

Côté audio, ce qui frappe est que la section audio se divise en plusieurs parties : à l'avant, on trouve une seule prise XLR, à l'arrière la seconde. Cet agencement surprend mais n'est pas si idiot pour bien délimiter 2 prises de sons et faciliter éventuellement les distances de cordons audio.


La HC-X1000 exploite du PCM (non compressé), ce qui contribue à préserver la qualité sonore. La prise casque n'a pas été oubliée. Le camescope produit très peu de bruit, sauf quand le ventilateur se met en route, mais il faut que le camescope tourne depuis un bon moment pour que le ventilo fasse du bruit. Et ce n'est pas sûr que le micro captera ce bruit, selon l’environnement sonore du moment.


audio

Abandonnées les fonctions Surround, Micro zoom, ou Focus mic rencontrées sur des produits Panasonic plutôt grands-publics. La HC-X1000 parie sur des solutions éprouvées : des niveaux réglables, des connexions entrée Line ou micro qu'il s'agisse du micro intégré ou d'un micro externe. Deux potentiomètres classiques déportés à l'arrière, à gauche, gèrent l'ensemble. A noter, le haut-parleur (situé sous la barre de la poignée, à la verticale de la griffe) est excellent et la gestion du volume du son s'avère bien pratique via la touche Zoom.


Les affectations de canaux et des niveaux sonores On a donc un "éclatement" des commandes et non un regroupement, comme chez Canon par exemple. C'est discutable.


XLR
Un essai de son effectué avec un micro-cravate en XLR branché en Input 1 a révélé d'excellents résultats. Il faut au préalable passer en manuel dans le Menu.
HC-X1000

La connectique est plutôt très complète puisqu'on recense une prise HDMI (pas mini-HDMI), composite (3 prises Cinch), et surtout USB 3 (une rareté !), une sortie casque (mini-jack stéréo 3,5 mm), une entrée télécommande zoom (jack 2,5 mm), et même une entrée télécommande focus/iris (jack 3,5 mm). Ajoutez les deux prises XLR. Il manque toutefois une entrée micro mini-jack, et une prise HD-SDI (pour des applications pros éventuelles).


HC-X1000

La prise USB 3.0 est à saluer. Attention : si vous raccordez un USB HDD à la HC-X1000 à l'aide d'un câble de connexion USB, vous pouvez copier les films et les photos enregistrés sur cet appareil vers un USB HDD. Mais comme la HC-X1000 formate elle-même le USB HDD en exFAT, vous ne pourrez pas copier les scènes enregistrées sur une carte mémoire SDXC vers un USB HDD au format FAT32.


Notez enfin le téléchargement possible du logiciel vidéo HD Writer XE 2.0 dont l'utilité est très mal expliquée dans la notice. Si vous disposez d'un logiciel de montage, vous pouvez vous en passer.



(Test Panasonic HC-X1000)

Qualité d'image et réglages, sensibilité

qualité image HC-X100

L'image 4K ou UltraHD du HC-X1000 est globalement un peu molle, plutôt comparable à celle qu'on obtient avec un HC-WX970 ou l'ancien HC-X920 (sans le 4K). Etonné de ces résultats, j'ai varié les situations sans davantage de réussite. La petitesse du capteur 1/2.3 associée à la volonté de produire une image 4 fois plus grande qu'en Full HD, explique sans doute cette difficulté à retrouver une image 4K vraiment digne de ce nom.


Autre handicap, les bords de l'image manquent singulièrement de piqué pour un modèle pro et souffrent d'une déformation en tonneau qu'un oeil exercé remarque, une anomalie d'autant plus inacceptable que le "grand-angle" frise pourtant les 30 mm. La comparaison avec une vraie optique (celle d'un GH4) est frappante. Toutes les images comparatives avec le reflex donnent systématiquement un avantage net (c'est le cas de le dire !) au GH4, quelle que soit la situation, avec ou sans Cinelike. Certes ce ne sont pas les mêmes produits mais le GH4 coûtant environ 3000 euros avec 2 optiques de type 14-140 et 12-35, la comparaison est légitime entre deux produits d'un même fabricant, sortis à moins de 9 mois d'intervalle.


Le mode iA du HC-X1000 a par ailleurs tendance à surexposer les blancs, prenez garde aux vues en contreplongée comportant une zone de ciel par exemple. L'action du filtre ND - heureusement qu'il est là - atténue les effets indésirables, mais ne résout pas tout. Enfin la stabilisation peine en marchant (en 4K), elle est correcte en FullHD.


Cine-like  HC-X1000

Signe que l'HC-X1000 veut séduire les pros, à défaut d'y réussir, de nombreuses personnalisations de l'image sont proposées dès qu'on sort du mode iA : niveau de détail, coring (réduction ou augmentation des détails), niveau de chroma, phase chroma, température de couleurs (2 réglages), master ped, niveau diaph auto, DRS (amplificateur de plage dynamique), gamma, Knee, Matrice (dont Cine-Like), détail des teintes de la peau. Dresser un tour complet n'a pas beaucoup d'intérêt en matière de tests, car il n'existe pas un réglage idéal mais des préférences personnelles ou une adaptation à une situation donnée.


On peut néanmoins s'interroger sur la cohérence de tous ces réglages sur un modèle prêt à dégainer. Autant ils me semblent se justifier pleinement sur un GH4 dont l'utilisateur va peaufiner ces réglages (on peut gager que l'acheteur d'un GH4 s'est d'ailleurs renseigné sur l'existence même de ces réglages avant même d'investir dans le produit). Mais autant de réglages pour un camescope destiné au news ou du reportage, me laisse dubitatif.


HC-X1000

Obturateur Off


 


HC-X1000

Obturateur On


 


HC-X1000

Enregistrement Infrarouge


 


Considérant le petit capteur qu'il possède, l'HC-X1000 ne peut davantage prétendre être un champion de la sensibilité car il existe un rapport direct entre la taille des capteurs, le nombre de pixels qu'ils revendiquent, l'ouverture de l'optique, et le bruit que l'image va générer. Booster la luminosité est séduisant pour un fabricant mais elle booste aussi le bruit. C'est pourquoi le plus souvent, la gestion électronique du bruit prend le relais et s'avère plus ou moins satisfaisante.


Il est conseillé de ne pas trop laisser l'automatisme gérer tout à sa place. L'automatisme (le CAG) du HC-X1000 booste trop le bruit de mon point de vue dès que la limite d'ouverture (f/1,8 au grand-angle) est atteinte. Avantage, une image très lumineuse, mais on flirte avec les 27 ou 30 dB rapidement et l'image granule, davantage que sur un capteur Full frame.


Il existe une solution intermédiaire : faire appel (en Manuel) à l'obturateur lent auto. Si vous aimez les légers filés sur l'image... Le HC-X1000 dispose aussi d'une fonction Enregistrement infrarouge qui permet d'enregistrer pratiquement dans le noir complet si le sujet se tient à une distance inférieure à 3 mètres, ce qui couvre tout de même pas mal de situations. On obtient l'image verdâtre typique, mais le procédé peut dépanner.


HC-X1000 torche

Difficile de conseiller à un amateur qui se veut discret d'utiliser une lampe à LED optionnelle (avec variateur de préférence), autant on peut le recommander pour un produit pro, et vos problèmes de sensibilité se résoudront facilement. Je vous conseille vivement cet accessoire devenu peu onéreux.


Pas de smear, comme il est d'usage sur les caméscopes équipés de capteurs CMOS.



(Test Panasonic HC-X1000)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Panasonic HC-X1000

Prix fabricant : 3000 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 32 avis d'internautes et donner le vôtre