Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Sony HDR-SR7 / HDR-SR5 / HDR-SR8

Le camescope à disque dur en AVCHD

 

08 septembre 2007 par Thierry Philippon

 

Le HDR-SR7 est un camescope HD intégrant un disque dur de 60 Go et livré avec station d'accueil. Il s'apparente beaucoup au HDV HDR-HC7 dont il reprend nombre de caractéristiques. Au format AVCHD (Advanced Video Codec High Definition), le SR7 succède au HDR-SR1 (à une vitesse record !) au disque dur moins musclé (30 Go) mais qui possédait un écran 3,5'' (2,7'' sur SR7) et une bague multifonctions. C'est donc un recul sur ce plan. Par contre, le SR7 a gagné en compacité et en poids par rapport au SR1 : 110 grammes en moins, soit 610 grammes au complet. Et la qualité d'image du nouveau venu semble améliorée.


Le SR7 ne doit pas être confondu avec le Sony HDR-UX3 qui enregistre également en AVCHD mais sur disque DVD.


Promu en 2006, l'AVCHD (nommé aussi MPEG-4 AVC partie 10 !) se caractérise par sa capacité à enregistrer un signal de haute qualité en HD en 1080i selon la norme MPEG-4 AVC (H.264), considérée comme au moins égale en qualité au HDV mais surtout nécessitant 2 à 3 fois moins de place en termes de quantités d'informations. Pour profiter du contenu d’un disque enregistré en AVCHD (dans le cas du SR7, après copie donc), vous disposez d’options de compatibilité tels que les lecteurs Blu-Ray AVCHD, la PLAYSTATION 3 ou un lecteur/graveur Blu-ray externe. Mais les algorithmes de codage de l'AVCHD sont environ 7 fois plus nombreux que ceux du MPEG-4. Conséquence : il faut une grande puissance de calcul pour décoder un signal AVCHD. Par ailleurs, il faut savoir que les logiciels respectifs chez Sony et Panasonic, parfaitement capables de relire les fichiers AVCHD, sont incompatibles entre eux ! Autrement dit, un fichier Sony sera relisible par le logiciel Sony, un fichier Panasonic par le logiciel Panasonic ! Cela témoigne de la complexité de ce format.


Dans le même temps, le SR7 est compatible à l'enregistrement avec les signaux SD (MPEG-2) pour offrir une solution de flux alternative, compatible avec la confection de DVD SD par exemple. Mais cette seconde solution sera-t-elle utilisée sachant que l'AVCHD bénéficie d'une résolution 3,75 fois supérieure et que le but du jeu est tout de même d'enregistrer dans la qualité la meilleure ? La question reste posée… A noter, l'extension obtenue (.m2ts) est identique dans les deux normes, ce qui n'est pas sans poser des problèmes éventuels à certains logiciels qui peuvent croire que le MPEG-4/H.264 est en… MPEG-2 ! :-)


Sony HDR-SR7


exemple de fichier m2ts à télécharger ici (travelling train)



> LIRE LA SUITE : Le test

Le test

Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7
HDR-SR7
 
Format : AVCHD+MPEG-2

Disque dur oblige, on peut bien entendu supprimer des séquences assez facilement en les éditant dans le camescope. Les possibilités de découpage et de "nettoyage" des séquences enregistrées sont ici plus abouties que sur le SR1 : outre les listes de lecture qu'on peut éditer, il est possible de supprimer, copier et même diviser une scène à l'endroit de son choix : nous avons essayé, c'est assez simple. Toutefois, on perd dans ce cas la séquence originelle entière divisée en deux sections sans possibilité de faire machine arrière.


De part et d'autre du positionnement du SR7, on trouve aussi deux modèles. D'une part, le HDR-SR5 qui concède un DD moins costaud de 40 Go et qui est notamment dépourvu de molette. Mais le prix chute à 1100 euros, soit 600 euros de moins que le tarif du HDR-SR1 à sa sortie… D'autre part le HDR-SR8, qui, pour 200 eurosde plus, est la version musclée du SR7 puisque le SR8 contient un DD de 100 Go. Le SR8 n'est toutefois pas une version officielle en France.


Le capteur du SR7 est un trimégapixel (celui du SR5 se contente d'un bimégapixel), secondé du mode x.v.Colour (débrayable). Les photos capturables peuvent être en 4 tailles et 2 qualités. La résolution atteint 6,1 Mp en 4:3 (par interpolation) et 4,6 Mp en 16:9. Parmi les tailles intermédiaires, citons le 3,1 Mp. On retrouve aussi de nombreuses fonctionnalités photo parmi lesquelles un retardateur, un Flash à 3 niveaux de puissance possibles et 3 modes, un anti-yeux rouges. Egalement proposée, la faculté de capturer des vues fixes (jusqu'à 3 simultanées) pendent l'enregistrement vidéo et ce, en 2848x1602 (16:9) ou 2048x1536 (4:3)… Enfin, la plupart des fonctions vidéo sont aussi valables pour la Photo, c'est par exemple le cas du stabilisateur.


Les prises Micro et casque sont présentes mais on note une absence d'enregistrement manuel du son. Dommage et étonnant, le HC7, très proche du SR7, disposait pourtant de ce réglage. "A la place", on dispose d'un son ambiophonique en 5.1. à l'utilité moins évidente. L'obtention d'un son 5.1 est possible avec le seul micro intégré ou un micro externe en 5.1.


Le zoom est capable de lenteur : 14'' environ tandis que la puissance optique est de x10 (un peu faible) et le zoom numérique a été limité à x20 (x80 sur SR5). On retrouve cette mention x20 à un emplacement bien visible et isolé sur le flanc droit de la coque. C'est si visible qu'on jurerait qu'il s'agit de l'amplitude du zoom optique ! Malin, Sony...


Quant au stabilisateur, quoique optique, son efficacité n'est jamais très spectaculaire sur une amplitude x10. La différence avec et sans stabilisateur est toutefois bien caractérisée, même si elle est plus probante avec le zoom numérique x20.


Le viseur en 16:9 est bien présent (cela n'est pas si fréquent sur les HDD !). Bon point, il se relève (sans toutefois s'étirer), ce qui conviendra mieux aux porteurs de lunettes ou pour l'ajout d'une batterie plus volumineuse, celle livrée en standard ne tenant que 45' à 50' réelles. Pour être tranquille, on peut acquérir la Sony NP-FH100 (environ 169 euros) offrant une autonomie de 165' à 185'. Un chargeur séparé existe sous la référence Sony BC-TRP (env. 80 euros).


L'écran, de bonne qualité, et muni du report de commandes start/stop et zoom, est pour sa part conforme à ceux que l'on connaît chez Sony. A ce propos, nous sommes toujours aussi "fans" de l'écran tactile car nous considérons qu'il est parfaitement adapté à la navigation d'un système non-linéaire. En clair, déclencher la séquence de son choix en appuyant juste dessus, ou déambuler dans les séquences à même une flèche haut-bas sur l'écran, on n'a rien encore trouvé de plus simple ! D'autant que l'accès au mode Lecture peut s'opérer sans quitter le mode "Caméra" grâce au picto Lecture. Ajoutons la faculté de naviguer dans le menu par date d'enregistrement, ou même par détection de visages (!), ce qui est très pratique. Attention à un piège : si vous paramétrez par mégarde "qualité SD" en Réglage d'index, vous ne verrez plus aucune image HD : et vous aurez peut-être comme nous de grosses frayeurs !


C'est bien sûr par ce même écran qu'on accède au Menu avec 2 modes d'accès possibles. C'est un peu déroutant au début, la recherche d'une fonction spécifique peut prendre beaucoup de temps tant qu'on a pas saisi la logique. En outre, les superpositions graphiques sur les pictos ajoutent de la confusion, Sony ferait bien de rendre déjà cela plus lisible.


Sony HDR-SR7

Comme on le voit ici, les options d'enregistrement en AVCHD et MPEG-2 varient beaucoup. Le SR7 enregistre selon 4 niveaux d'enregistrement en AVCHD et 3 niveaux en MPEG-2. Dans la qualité la plus haute (XP) en AVCHD, retenez que vous pouvez enregistrer jusqu'à 8H de rushes, soit l'équivalent de 8 bandes mini-DV (de 60 minutes), et dans la qualité la plus basse (LP), jusqu'à 22H50. Pour le SR5, la capacité tombe à 5H20 en haute qualité. Les différences de qualité ne sont pas très criantes entre les deux premières options (XP et HQ), elles le deviennent avec le SP ou le LP, particulièrement sur les sujets mobiles ou les scènes complexes. Mais cela reste assez remarquable, même en SP et LP. Attention toutefois, par défaut, à la première mise en route du camescope, celui-ci n'est jamais sur le mode XP mais HQ.


Ceux qui aiment les chiffres retiendront qu'on peut stocker 3999 scènes animées au maximum en HD et 9999 scènes en SD. Côté photo, la limite s'étend également jusqu'à 9999 vues fixes, avec la possibilité intéressante d'enregistrer aussi bien sur le disque dur que sur la carte mémoire (non fournie). Une durée de prise de vues continue maxi est de 13H (utile à savoir pour de la vidéo-surveillance par exemple !) même si vous choisissez un niveau de qualité qui permette d'engranger davantage d'heures.


La qualité d'image en AVCHD en mode XP rivalise avec celle du HDV bien qu'elle occupe moins d'espace. Les 800 points/lignes sont atteints.


Vous obtiendrez les meilleurs résultats de visionnage en connectant directement le HDR-SR7 à une TV HD (Ready ou Full HD) via le port HDMI ou la prise composante, ou à un PC via la connexion USB 2.0. Mais il vous est aussi possible de relier une TV classique via la simple prise composite (câble fourni) à condition d'accepter que le signal soit converti en qualité SD.


Picture Motion Browser


Les fichiers AVCHD issus du SR7 sont enregistrés et restitués en 1440x1080 et non en 1920x1080, le capteur n'est donc pas Full HD comme dans le cas du Canon HV20 par exemple.


Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7
Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7

Les automatismes du SR7 sont globalement fiables. On retrouve les fonctions Spotmeter 'Expo) et Spotfocus (Mise au point) qui s'opèrent depuis l'écran tactile par pression sur la zone de son choix. C'est une solution possible. Mais on préférera utiliser la molette "Cam Control" qui, par défaut, est paramétrée pour régler la mise au point manuelle. On peut choisir d'assigner 3 autres réglages depuis le Menu : Exposition, Réglage EA (Expo auto), et Réglage WB (balance des blancs). Alternativement, la touche Manual permet de passer du manuel à un retour à l'automatisme. Même si le HDR-SR7 est dépourvu de bague Focus/Zoom, on préfère ce dispositif externe à rien du tout.


Cette même molette sert à ajuster le volume en Lecture de bande. C'est assez pratique. Globalement, on notera tout de même une gêne relative à utiliser cette molette Cam Control, selon l'inclinaison de l'écran, la main "cognant" un peu. Par ailleurs, on ne peut pas passer d'un débrayage à l'autre sans réassigner une nouvelle fonction depuis le Menu, ce qui implique de transiter par l'écran tactile. Petite consolation, les réglages sont mémorisés tant qu'on ne les modifie pas.


Parmi les ombres au tableau, un serpent de mer : l'absence de grand-angle qui m'a vraiment gêné. Et pour cause, la position grand-angle équivaut à un 40 mm en HDV/16:9. On pourra recourir au x0,7 Sony VCL-HG0737X de diamètre 37 mm, toutefois assez cher (environ 210 euros) ou opter pour un complément optique Cokin, Hama ou Vivanco. Ou même, pourquoi pas, opter pour un semi fish-eye tel le Raynox-HD3032 (env. 115 euros). Autre déconvenue, mais nous l'avions déjà observé avec le HC7, le fameux mode "Ralenti" qui procure un Ralenti très "fluide" sur 3 secondes (au ralenti 12 secondes) mais reste presque inexploitable tant la qualité est médiocre…


On regrette l'absence de vitesses lentes d'enregistrement réglables en manuel mais aussi, et c'est plus étonnant, de vitesses rapides d'obturation. Par contre, la touche Contrejour, maintenue, est directement accessible sans passer par le Menu. Pas de réglage du Gain.


Enfin, bravo pour les nuisances sonores, le SR7 reste un camescope quasiment silencieux, hormis de très faibles bruits qui émanent du disque dur et qui ne s'entendent pas (du tout) en atmosphère standard. On pourra toutefois, si l'on veut, acquérir un micro-zoom tel le Sony ECM-HGZ1.




La connectique est plutôt musclée. Située sur la Handycam station et doublée en partie sur le flanc droit du camescope, elle se compose d'une prise HDMI, DV, Remote, Micro, casque, A/V et composantes, ces deux dernières prises sont protégées derrière une trappe coulissante. L'emplacement de cette connectique est surélevé, c'est bien, cela évite d'incliner le camescope à chaque branchement. Les prises Micro et Casque sont également bien disposées. L'USB n'est présente que sur la Station d'accueil (logique mais éventuellement enquiquinant). En revanche, il manque au moins un câble HDMI parmi les câbles qui pourraient être fournis.


Enfin, comment gère-t-on l'AVCHD en lecture ou au au montage ? Le logiciel fourni - Picture Motion Browser - peut-il suffire ? Voir notre article générique consacrée à ces épineuses questions.


Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR5
HDR-SR7
 
HDR-SR5

Différences SR7 et SR5



En l'avantage du SR7 :


  • un disque de 60 Go au lieu de 40 Go.
  • un stabilisateur optique au lieu de numérique,
  • un capteur trimégapixel CMOS (1/3) au lieu de bimégapixel (1/2,9),
  • une résolution photo de 6 Mp au lieu de 4 Mp,
  • une prise Micro + une sortie casque,
  • un réglage de 4 fonctions par la molette Cam Ctrl.

En l'avantage du SR5 :


  • un prix moindre de 400 euros (1100 euros au lieu de 1500 euros).
  • un appareil plus léger (540 g contre 610 g),
  • un zoom numérique x80 au lieu de x20 (mais une meilleure précision du x20),
  • une consommation moindre.

 



(Sony HDR-SR7 / HDR-SR5 / HDR-SR8)

Sensibilité

Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7

En mode Obt. lent Auto sur Marche, la sensibilité du SR7 s'en trouve améliorée mais au prix d'une certaine dégradation et d'un artifice puisque la vitesse d'obturation passe au 1/25e, ce qui provoque un léger phénomène de saccade sur un sujet mobile ou le propre mouvement (optique ou physique) du camescope. A titre de comparaison, le Sony HDR-FX1, le HVR-Z1 en HDV ou l'ex-VX2000/VX2100 en DV, utilisent un procédé différent, basé sur l'élévation du gain et non sur une obturation de vitesses moindre. Mais reconnaissons que ce dispositif qui s'inspire en partie de celui déjà rencontré sur le Canon MVX460, a le mérite de dépanner.


Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7

Les mêmes vues avec le mode Obt. lent Auto sur Arrêt, ce qui correspond ici à une vitesse standard de 1/50s. On notera un rapport signal/bruit meilleur même si l'éclairage de la scène est moins bon. Comme en attestent nos images comparatives, le SR7 se rapproche donc en réalité du HC3 sur ce point avec une légère amélioration dans les détails mais pour autant, le SR7 ne peut être qualifié de camescope sensible.



(Sony HDR-SR7 / HDR-SR5 / HDR-SR8)

Qualité Photo

Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7

Vue fixe réalisée au maximum de résolution possible en 4:3 en 2848 x 2136 (6,1 Mp).


 
Cette vue fixe a été réalisée en 16:9 en 2848 x 1602 (4,6 Mp).
Sony HDR-SR7   Sony HDR-SR7

Ces 2 vues fixes ont été réalisées en 16:9 dans les mêmes conditions que précédemment, en 2848 x 1602 (4,6 Mp) également.



(Sony HDR-SR7 / HDR-SR5 / HDR-SR8)

montage en AVCHD

Voir article "Picture Motion Browser et l'AVCHD"


(Sony HDR-SR7 / HDR-SR5 / HDR-SR8)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 4 avis d'internautes et donner le vôtre