Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Stabiliser sa caméra

L'art et la manière de réaliser des séquences soignées

 

12 août 2005 par Thierry Philippon

 

stabiliser

Stabiliser ses prises de vues parfaitement, c'est un peu le rêve de tout vidéaste. Les moyens ne manquent pas mais les manières d'y parvenir sont très variables selon les situations : fixe, en marchant, etc.


Voici différentes situations et techniques utilisées par les professionnels de la profession !



> LIRE LA SUITE : Filmer en apnée

Filmer en apnée

       
 

Voir la vidéo



 
 

r


 

images : Sony DCR-HC90


 

Non, il ne s'agit pas de plonger dans les eaux d'un lagon bleu ! "Filmer en apnée" est une technique de respiration qui participe grandement à la stabilité d'un plan car elle limite l'amplitude du mouvement de la cage thoracique. On peut mettre à profit cet exercice pour éviter de trembler en très longue focale mais paradoxalement, elle s'avère aussi utile pour des panoramiques en grand-angle comme dans la vidéo correspondante ci-dessus. Attention, bloquer sa respiration assez longuement contraint à une expiration soudaine en fin du plan. Faites en sorte qu'on n'entende rien sur l'enregistrement (expirez... après le Stop !). Et ne devenez pas tout bleu sous prétexte que la séquence n'est pas achevée! :-)
Dans cette situation, la position du corps a aussi son importance. La vidéo ne le montre pas mais les pieds du cadreur ne bougent pratiquement pas. Ils sont dirigés vers la fin du panoramique tandis que le haut du corps est complètement orienté vers le début du panoramique. Le corps effectue donc un mouvement de rotation qu'il vaut mieux effectuer, l'estomac pas trop noué (!) ou pratiquer habituellement un peu de sport :-).


Le plan n'a pas été recommencé. D'un point de vue esthétique, il aurait fallu tenter d'appliquer la règle propre aux panoramiques, c'est à dire partir d'un point intéressant pour aller vers un point encore plus intéressant. Ici la fin du plan demeure un peu "vide".


Mais ce plan, non réexécuté, a permis d'obtenir un résultat intéressant : situer un lieu en un seul tenant à la manière de quelqu'un qui couvrirait du regard une nouvelle demeure (ici les abords d'une hutte aménagée dans les bois).


Le décor (les avant-plans) et le son participent aussi à la réussite du plan. Soyez-y attentif. Vous observerez la métronymie d'un chant d'oiseau tout au long de la séquence et un second chant qui intervient à point nommé au milieu du panoramique. Ce sont des petits détails comme ceux-là qui ajoutent le "sel" d'une séquence.



(Stabiliser sa caméra)

Garder les deux yeux ouverts

stabilité

C'est un peu en marge de la stabilité mais c'est important. Si possible, tentez de garder les deux yeux ouverts. Du reste, les pros réussissent cette "prouesse" en permanence ou quasiment. A l'inverse, certaines personnes ne peuvent éviter de fermer l’oeil (celui qui n’est pas devant le viseur) sous peine de gêne visuelle. D’autres vont même jusqu’à tenir leur paupière fermée avec la main gauche. Pas très pratique pour régler !


En premier lieu, n’oubliez pas de régler la dioptrie du viseur en fonction de votre vue. Puis, quand l’habitude de votre camescope se sera installée, essayez d'ouvrir ce fameux oeil ! Vous pourrez ainsi mieux enregistrer tout en vous déplaçant.


 



(Stabiliser sa caméra)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide