Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Sony HDR-PJ30VE / HDR-PJ10E

Le picoprojecteur qui en projette !

 

08 avril 2011 par Thierry Philippon - Mis à jour le 09 avril 2011

 

HDR-PJ10VE

Pico-projecteurs ? D'abord pico signifie "petit". Ensuite, retenez que sous ce terme un peu savant se cache une catégorie d'appareils intégrant un vidéoprojecteur miniature. Une sorte de vidéoprojection ultra-portable si vous préférez. Le principe : une puce DLP (Digital Light Projector) ou LED (Light Emitting Diode) projette, depuis un objectif, la source de lumière nécessaire à la vidéoprojection. Parallèlement, pour assurer l'audio, des hauts-parleurs stéréo se chargent du son. L'avantage de la DLP ou de la LED est qu'elle consomme et chauffe moins qu'une lampe classique de vidéoprojection. La durée de vie d'une telle lampe sera donc logiquement bien supérieure à celle d'un vidéoprojecteur classique.


Les téléphones portables ont joué les précurseurs dans le domaine des picoprojecteurs depuis deux ans, mais cette catégorie d'appareils a véritablement pris son envol depuis 2009 avec les premiers modèles dédiés qui tiennent dans la main. Sony suit cette tendance en proposant sur ces HDR-PJ10E et HDR-PJ30VE (on trouve aussi le HDR-PJ50VE dans certains pays) un tel dispositif de projection.


HDR-PJ30

Sur ces camescopes, le petit objectif destiné à la vidéoprojection est placé derrière l'écran. On peut projeter ses vidéos sur un mur, un plafond, une moquette unie, un écran, ou toute surface plane. On peut aussi exploiter d'autres surfaces moins planes mais le résultat sera fantaisiste...


Autant le reconnaître, la technologie est loin d'être un gadget et séduit dès qu'on l'adopte, surtout pour ceux qui ont connu les affres de l'installation d'un équipement de vidéoprojection ! Les applications sont autant d'ordre privé (plaisir, échange entre amis, famille) que professionnelles (démonstrations de produits pour des commerciaux, enseignement pour une classe d'élèves...).


Pour en savoir plus sur cette technologie, on peut découvrir le site picoprojecteurs.com


HDR-PJ30

Sur le reste, le HDR-PJ30VE et son petit frère, le HDR-PJ10E, est un camescope milieu de gamme performant, équivalent (sans système de vidéoprojection) du Sony HDR-CX360. D'où la différence de prix d'environ 150 euros entre les deux modèles. Hormis l'écart tarifaire, il s'agit bien des deux mêmes modèles : on retrouve la capacité d'enregistrement jusqu'à 13 heures (2H30 à 28 Mbits/s), l'optique 12x, le capteur Exmor R de 4 Mp (2,8 Mp effectifs), le quasi grand-angle 29,8 mm, la cible 1/4 de pouce, le mode 25p, le stabilisateur ultra-performant en marchant, l'écran tactile, le GPS intégré, les prises micro externe et casque, la fonction Ralenti, etc.



> LIRE LA SUITE : Le test des fonctions "vidéoprojection"

Le test des fonctions "vidéoprojection"

Pour assurer la vidéoprojection, l'écran doit être ouvert, l'objectif (du projecteur) étant situé "derrière" l'écran. Action sur la touche bleue Projector. Un écran intermédiaire d'explication, puis l'écran du camescope passe au noir, tandis que l'image projetée apparaît sur la surface que vous aurez choisie. Bref, c'est enfantin, un bambin de 5 ans peut manipuler la projection !
HDR-PJ30

A partir de cette étape, toute autre fonction de lecture est exclue. Trois touches régissent le maniement de la vidéoprojection : la mise au point manuelle (il n'existe pas d'Autofocus) s'opère sur le dessus de l'écran. En principe, on la règle une seule fois tant que la distance ne change pas. Les deux autres touches sont le Zoom et la touche Photo : on se déplace avec la première afin de sélectionner (en bleu), on valide la sélection avec la seconde. Et on visionne. Cela demande un peu de dextérité au début mais on s'y fait vite. On peut projeter durant 1 heure et demie avec la batterie fournie.


HDR-PJ30

La taille maximale de l'image projetée (vidéo ou photo) est de 1,5 à 2 mètres, ce qui paraît très modeste mais permet néanmoins de visualiser facilement une vidéo devant un parterre de spectateurs. La résolution de sortie est de 60 pouces, soit 640x360 pixels ("nHD"). La distance de projection à laquelle le camescope doit se situer est de 50 cm au minimum, 3 mètres au maximum.


HDR-PJ30VE

L'obscurité maximum (la photo ci-dessus est trompeuse car elle est prise à vitesse lente) est une des conditions du bon déroulement de la vidéoprojection, car la luminosité n'est bien sûr pas aussi forte avec une lampe à LED qu'avec une lampe halogène. A défaut, vous devrez rapprocher le camescope de la surface de projection pour augmenter la luminosité. Ce constat se vérifiait déjà avec un vidéoprojecteur conventionnel. Côté chiffres, d'après la notice, la luminosité ne dépasse pas 10 lumens (!), avec un niveau de contraste de 1500:1. Dix lumens, ce n'est évidemment pas beaucoup, un vidéoprojecteur classique revendiquant 1000 ou 2000 lumens. Mais les besoins ne sont pas les mêmes pour une image de projetée de 1,5 à 2 mètres, le picoprojecteur s'en sort même plutôt bien !


Sur le plan sonore, les HDR-PJ30 et HDR-PJ50 sont équipés avec amplis Clear Phase et S-Master. Je dois dire que le rendu sonore est suffisant pour une "pico-projection" même si la fréquence générale des hauts-parleurs est plutôt "nasillarde".



(Sony HDR-PJ30VE / HDR-PJ10E)

Le test des fonctions "camescope"

Le HDR-PJ30VE, comme précisé, est l'équivalent du HDR-CX360VE. On retrouve les deux modes Progressifs (25p et surtout 50p) aux côtés du classique mode 50i. Le mode 25p fonctionne à 24 ou 17 Mbits/s. Le vrai mode 50p n'existe qu'en 28 Mbits/s. La qualité d'image du PJ30 est notable en mode Progressif. Ces modes progressifs s'adaptent idéalement aux écrans actuels informatiques ou vidéos.
test Sony HDR-CX700

Le Progressif est aussi un avantage pour traiter les images au Ralenti sur des sujets en mouvements car la netteté du sujet est plus grande. Attention, tous les logiciels ne gèrent pas le 50p. En 50p spécifiquement, on ne peut pas sauvegarder sur Blu-ray / DVD. Dans ce mode 28 Mbits/s à la qualité optimale, l'autonomie d'enregistrement est de 2H30 avec la mémoire intégrée de 32 Go. Sinon (en 24 Mbits/s), on pousse à 3 heures. Et c'est sans compter l'apport des cartes mémoire, d'autant que les SDXC (toutefois onéreuses) sont acceptées, en sus des SD / SDHC. Le capteur 1/4 pouce n'est pas le meilleur chez Sony (1/2,88 pouce sur le grand frère HDR-CX700).


HDR-PJ30

L'optique arbore un zoom x12 qui est notre amplitude préférée. Elle est extensible à 17x à condition d'exploiter le stabilisateur en mode "Activé". Le HDR-PJ30VE propose par ailleurs un grand-angle intégré confortable : 29,8 mm. Cela économise l'achat onéreux d'un bon grand-angle. Le stabilisateur en mode "Activé" est toujours aussi spectaculaire. Il l'est d'autant plus associé au grand-angulaire, cette combinatoire procure en effet une sensation accrue de mouvement coulé. Le stabilisateur est ainsi plus performant qu'un stabilisateur conventionnel. En revanche, en situation habituelle de tremblements au téléobjectif, le stabilisateur en mode Activé n'est pas plus efficace qu'un stabilisateur classique.


On retrouve la géolocalisation GPS sur le modèle "VE" (valable en vidéo comme en photo) et la fameuse mise au point continue qui permet en touchant l'écran tactile sur un sujet, de suivre ce dernier avec maintien de la mise au point et de l'exposition. Parmi les regrets, pas de viseur. L'écran de 3 pouces fait ce qu'il peut pour compenser !


Par ailleurs, pas de bague de réglages (comme chez Panasonic ou Canon) ni même de molette arrière, il faut se contenter du SpotFocus (quasi préférable ce la dit par rapport à la molette).


Le SONY HDR-PJ30VE est aussi compatible avec les signaux SD (MPEG-2) afin d'assurer la compatibilité avec les DVD SD. Et il sait convertir d'AVCHD en mpeg-2 si on le connecte au Sony VRD-P1 (voir notre test express) ou au graveur DVD Sony VRD-MC6.


HDR-PJ30

La petite batterie ion-lithium 7,0 W/h Sony NP-FV50 (1030 mAh) livrée en standard, tient (en HD) 65 minutes réelles. La charge dure 155 minutes. Pour plus de confort, on peut se procurer la Sony NP-FV100 qui offre une autonomie de 255 minutes réelles en HD (sur écran). Attention, l'ancienne génération de batteries (NP-FH100, NP-FH70...) est incompatible avec cette gamme 2011, l.


A noter une nouvelle possibilité : il s'agit de la faculté de recharger la batterie du camescope via un petit cordon USB solidaire du camescope qui se loge dans la poignée-dragonne (il ne gêne pas). Une rallonge est fournie. Si l'on recharge avec ce câble USB, la charge nécessite 315 minutes avec la NP-FV50, 600 minutes avec la NP-FV70 et 1050 minutes (!) avec la Sony NP-FV100.


En ouvrant l'écran, par défaut, le HDR-PJ30 s'allume. La fonctionnalité n'est pas nouvelle mais reste pratique.


HDR-PJ30

Avec l'entrée Micro supplémentaire, l'intérêt de la griffe Sony est probant même si elle est "propriétaire". Ce dialogue a des avantages mais contraint à l'achat de produits Sony, parfois plus onéreux. Il existe un adaptateur américain permettant de placer malgré tout un micro ou une torche d'une autre marque ( Voir notre article). Le principe de la griffe Active donne possibilité à ce micro HF Sony ECM-HW2 d'être alimenté sans difficulté via celle-ci.


Les grosses mains se glissent aisément dans la poignée-dragonne. Le HDR-PJ30 tourne autour de 320 grammes nu : cela reste un peu "léger". Pour gagner du poids, vous pouvez envisager de remplacer la batterie d'origine par une Batterie Sony NP-FV100.


Vous gagnez environ 140 grammes, améliorant la stabilité naturelle du camescope.


Au repos, le pouce droit, quand il ne déclenche pas, s'appuie sur la batterie. Le déclencheur est réactif, pas ou peu d'erreurs de déclenchement.


Le maniement du zoom - la commande est plein centre au sommet - ne souffre pas de critique particulière. Attention toutefois, avec une vitesse trop lente, un arrêt non voulu du zooming peut se produire.


Les photos peuvent s'enregistrer dans la mémoire embarquée ou sur carte mémoire au choix. Le passage au mode Photo s'effectue par l'intermédiaire d'un bouton de commutation "Mode" situé à l'arrière du bouton PHOTO. On peut capturer des vues fixes pendant l'enregistrement vidéo (mode Dual Record) mais sans utiliser de Flash. Attention, l'enregistrement simultané de vues fixes est impossible en 24 Mbps, et dans les modes 25p et 50p.


HDR-PJ30

Le GPS, déjà en vigueur sur la précédente gamme Sony, vous permet de mémoriser un lieu filmé en fonction de sa position satellitaire. Vous obtenez ainsi une carte zoomable dont l'échelle varie de 25 mètres à 6000 kilomètres. La géolocalisation par GPS peut s'avérer utile pour savoir où l'on est situé ou lorsqu'on a filmé des séquences dont on ne se remémore plus le lieu. Le GPS vous permet aussi de connaître votre position actuelle.


Les versions "VE" (HDR-PJ30VE) sont avec GPS, les autres sans.


Les automatismes du Sony HDR-PJ30 sont globalement toujours aussi satisfaisants quoique l'Autofocus soit pris un peu en défaut. La Mesure / Mise au point Spot que nous apprécions beaucoup, a été maintenue : rappelons qu'elle permet de fixer la mise au point auto et l'expo (la Mesure) sur une zone précise en appuyant simplement sur la zone correspondante à l'écran. Appréciable !


Pas de réglage du Gain ni de Bouton Nightshot (pour une fois).


On retrouve l'enregistrement lent (avant ou arrière) en Full HD mais il s'écoule toujours sur 3 secondes seulement (soit 12 secondes au ralenti), quel dommage ! Sony conserve aussi les fonctions de Détection de visages et de sourires.


Enfin, on retrouve la prise de vues de golf qui permet de décomposer le mouvement d'un swing (ou d'un coup de raquettes au tennis). Le principe : on divise 2 secondes d’un mouvement rapide en images qui sont enregistrées sous forme de film ou de photos. Vous pouvez par la suite visualiser cette série de mouvements lors de la lecture.


On retrouve l'excellent son Surround 5.1. (débrayable). On peut aussi opter directement pour un son stéréo 2 voies de bonne facture qui procure déjà un excellent rendu qualitatif. L'intelligibilité des voix par exemple est tout à fait correcte.


HDR-PJ30

Ni les prises micro ni casque n'ont été oubliées. Il est possible de fixer un micro (Sony) sur la griffe active, à l'instar du modèle HF ECM-HW2 (5.1) ou de l'ECM-AW3 (mono sans 5.1ch). Pas d'enregistrement manuel du son. Certaines options audio débrayables existent telles que le micro-zoom (comme chez Panasonic), le filtre coupe-vent (qui existe chez tous les rivaux), ou le niveau de référence micro (Niv. Ref. Mic) à ne pas placer sur "Bas" en temps normal, car l'intensité du son est alors trop faible.


On retrouve une connectique complète, protégée derrière une trappe et un volet, à savoir : prises mini-HDMI, USB, AV/composantes et prises micro / casque. L'USB est une sortie simple, pas une entrée/sortie (comme sur le CX700).


Le HDR-PJ30VE n'émet pas de bruit parasite audible, ni en provenance du moteur du zoom ni du disque interne.


L'accès à l'ensemble des fonctions de Lecture est possible depuis l'écran ou depuis une touche du flanc gauche du camescope. Le Menu Lecture - comme le reste - a été relifté. On peut effectuer une recherche "intelligente" par date, visage, sourire, etc, et même établir des minis-scénarios musicaux avec montage à effets. Il s'agit de la fonction Highlight playback (Outil musique) que nous abordons en détail ici.


Dans un esprit proche, la Lecture des scènes est classée par dates-événements avec les imagettes correspondantes, offrant un repérage facile. On effleure toujours aussi facilement du doigt les vignettes permettant de lire les scènes, malgré la taille de l'écran. Le procédé a même été amélioré puisqu'on peut déplacer les événements horizontalement, façon Cover Flow (iPhone, iPod...).


On peut par ailleurs copier ou diviser une séquence (et bien sûr la supprimer). A noter que la copie est possible depuis la mémoire Flash sur la carte mémoire.


HDR-PJ30

Le zoom est capable d'une relative lenteur, mais il sait aussi se montrer très rapide, avec un effet "coup de poing" d'environ 1 seconde. Le zoom bénéficie aussi d'un report de commandes à même l'écran (et non plus à côté de l'écran) pour tout contrôler depuis l'écran (la vision et le zoom).


On dispose par ailleurs du mode Low Lux (débrayable) donné pour 3 lux et qui s'avère de qualité remarquable grâce au capteur CMOS EXMOR R qui offre une image à la fois légèrement plus lumineuse et moins bruitée. La surface photosensible profite d’un meilleur éclairage, l'ouverture au grand-angle améliore sans doute un peu. Le Low lux exploite aussi une vitesse d'1/25s mais l'effet de très légère saccade qui en résulte est trop discrète pour qu'il soit véritablement gênant.


Sinon, sans Low lux ni Nightshot, la sensibilité du HDR-PJ30 est donnée pour 11 lux.


Une petite torche d'appoint reste toujours utile. La torche HVL-10NH (10 Watts) d'une portée de 5 mètres semble séduisante (non testée) mais elle suscite des commentaires contradictoires des utilisateurs. La torche, auto-alimentée par contact, se fixe sur la griffe du camescope, prévoyez le fait qu'elle réduira l'autonomie de la batterie.


Le HDR-PJ30VE est compatible avec la plupart des logiciels de montage Windows. Ainsi, Pinnacle Studio 14 ou 15 exploite tous les modes du PJ30, y compris le 50p à 28 Mbit/s. Vegas ou encore Premiere Elements / Pro gèrent également les modes 50i, 25p et 50p. Le logiciel fourni - Picture Motion Browser (PMB) - propose sa version 5.5. Celle-ci peut éventuellement vous suffire et gère tous les modes du camescope sans difficulté, 50p compris. Consultez notre article sur ce logiciel. Le HDR-PJ30VE intègre aussi une application logicielle nommée "PMB portable". Elle permet de gérer ses fichiers sur un autre ordinateur que celui que vous utilisez habituellement, vous donnant ainsi plus de liberté.


Côté accessoires spécifiques, on trouve la lampe vidéo HVL-HL1 ou HVL-HIRL et surtout HVL-10NH (10 Watts) ainsi que les micros Bluetooth Sony ECM-HW2 (mono 5.1ch) ou ECM-AW3 (mono sans 5.1ch), le boîtier étanche Sony SPK-HCG (environ 200 euros), capable de plonger à une profondeur de 5 mètres. Autre accessoire utile : la poignée de déclenchement avec mini-trépied Sony GP-AVT1.


Attention, parmi les accessoires non fournis, il n'y a pas de câble USB classique mais seulement celui qui permet d'alimenter le camescope.


 



(Sony HDR-PJ30VE / HDR-PJ10E)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 7 avis d'internautes et donner le vôtre