Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE

Le camescope idéal ?

 

24 février 2011 par Thierry Philippon - Mis à jour le 18 mars 2011

 

Avec une mémoire embarquée de 96 Go, soit 32 Go de plus que son prédécesseur, le Sony HDR-CX700VE succède au HDR-CX550 qui a déjà fait couler beaucoup d'encre (voir commentaires). A 1400 euros, prix de lancement indicatif assez onéreux, on peut considérer qu'il a 2 challengers sérieux, le TM900 de Panasonic et le Canon HF G10 prévu pour avril 2011. Nous établirons donc de fréquentes comparaisons, même si les appareils ne peuvent jamais être testés en même temps pour des raisons de logistique et de dates de prêts, propres aux fabricants.


Mais avant de comparer la concurrence, comparons le nouveau trublion HDR-CX700 et son prédécesseur, le HDR-CX550. Car cette comparaison doit intéresser au plus haut point les très nombreux possesseurs du modèle de 2010. Qu'a de plus (ou de moins) le nouveau venu ? Disons-le tout net : le CX700 a surtout des caractéristiques... en plus. Le CX550 est un très bon camescope mais pour une fois, on peut affirmer que le successeur n'a pas juste quelques boutons en plus. Examinons de plus près :


test Sony HDR-CX700

D'abord Sony a enfin intégré pas moins de 2 modes Progressifs (un vrai et un "simili-vrai") aux côtés du classique mode 50i. Le simili-vrai: un mode 25p qui fonctionne avec des débits à 24 ou 17 Mbits/s. Simili-vrai car selon toute vraisemblance, le 25p est encapsulé en réalité dans un signal entrelacé. D'autre part, on trouve un vrai mode 50p associé à un unique débit de 28 Mbits/s.


Ensuite, le HDR-CX700VE propose un grand-angle d'origine encore amélioré : 26,3 mm au lieu de 29,8 mm, coiffé d'un pare-soleil à l'allure pro. On sent que la concurrence des reflex vidéo a poussé Sony dans ses retranchements.


Continuons : l'autonomie d'enregistrement du CX700 est portée à 9H15 en FX (24 Mbit/s) au lieu de 6H avec le CX550. Et même en HD PS (mode 50p à 28 Mbits/s), l'autonomie d'enregistrement frôle les 8 heures.


Il est aussi possible - le test avait été concluant avec le CX550 - de réaliser une copie directe sur disque dur externe, sans PC, moyennant l'achat d'un câble adaptateur optionnel USB Sony VMC-UAM2. Cette faculté s'avère bien pratique pour décharger et sauvegarder la mémoire du camescope.


Parmi les regrets, le viseur demeure toujours non-relevable et un peu petit (0,5 pouces). Et l'écran a été "réduit" de 3,5 pouces à 3 pouces, avec la même résolution. Conséquence : il est à la fois plus petit (il consomme donc moins) et proportionnellement mieux défini. Par ailleurs, pas de bague de réglages (comme chez Panasonic ou Sony), il faut se contenter de la molette de réglages assignable à l'avant ou du SpotFocus (quasi préférable).


Le couple processeur Bionz associé au capteur Exmor R est présenté par Sony comme (encore) amélioré. Ce serait bien possible car nos premiers tests de sensibilité montrent une image exploitable en conditions de faible lumière. Le capteur 1/2,88 pouce revendique toutefois la même cible et la même sensibilité que le CX550. Par défaut, la sensibilité est de 11 lux. Elle descend à 3 lux en mode Low lux au 1/25s.


On retrouve sinon la géolocalisation GPS sur le modèle "VE" (valable en vidéo comme en photo) et la fameuse mise au point continue qui permet en touchant l'écran tactile sur un sujet, de suivre ce dernier avec maintien de la mise au point et de l'exposition.


test Sony HDR-CX700

Ce qui fait défaut ? Il faut chercher un peu mais on trouve. Certains regretteront sans doute le zoom limité à 10x même s'il est - selon le paramétrage du stabilisateur - extensible à 14x.


On peut aussi regretter l'absence de torche intégrée, mais le fabricant propose pour une centaine d'euros une torche un peu plus haut de gamme que ses anciens modèles (la Sony HVL-10NH, 10 watts de portée de 5 mètres au lieu de 3 mètres). Agaçante aussi la mini-griffe propriétaire (quoique contournable), le viseur non relevable. Enfin, les esthètes de l'audio déploreront que le son n'est toujours pas réglable : une petite aberration compte tenu que le HDR-CX700 arbore fièrement prises Micro et casque.


Un énorme regret qui paraît anecdotique : la perte du Menu personnalisé. Celui-ci permettait sur le CX550 d'afficher dès l'action de la touche Menu 6 réglages que l'on avait préférentiellement choisis.


Quelques détails pour finir : les cartes SDXC sont désormais acceptées. Il existe deux modes d'alimentation. Le Menu a été encore un peu remanié par rapport au CX550. Et Picture Motion Browser passe en version 5.5.


Autre modèle que propose Sony, le Sony HDR-CX560VE (ci-dessus) n'est pas tout à fait le successeur du CX550VE. Il possède une mémoire intégrée de 64 Go, un enregistrement 24 Mbits/s, une fonction GPS, le même stabilisateur que le HDR-CX700, la même molette assignable à l'avant, et le même grand-angle confortable. La copie directe sur un disque dur externe est possible.


Mais outre la mémoire qui descend à 64 Go (ce qui reste confortable), le HDR-CX560VE se prive de viseur et d'entrée USB (la sortie existe).


Le CX700VE et le CX560VE partagent un GPS intégré qui marche bien. La référence sans la lettre "V" (HDR-CX700E) désigne l'absence de GPS (du moins en principe car un "V" est vite oublié). On trouve également (mais nous ne sommes pas encore certains de sa distribution en France) le HDR-CX690E, sans GPS associé mais avec viseur. Il fonctionne avec carte seule, sans mémoire intégrée. Le reste de ses caractéristiques est commun avec le HDR-CX700VE.


Dernière précision : le manuel est fourni sur papier, mais dans une version très réduite. Le CD-Rom inclus comprend la version complète de la notice (en français). La télécommande est également bien incluse !



> LIRE LA SUITE : Modes et durées d'enregistrement

Modes et durées d'enregistrement

test Sony HDR-CX700

Pour la première fois chez Sony grand-public, deux modes Progressifs font leur apparition aux côtés du classique mode 50i : un mode 25p proposé aux débits 24 Mbits/s ou 17 Mbits/s et un mode 50p à 28 Mbits/s. On dispose néanmoins du classique mode 50i qui est le seul à fonctionner selon 4 débits (24, 17, 9 ou 5 Mbits/s).


Ces modes progressifs - qui sont une probable réponse aux capacités des reflex vidéo qui filment en Progressif - étaient très attendus car ils s'adaptent idéalement aux écrans actuels informatiques ou vidéos (qui sont conçus pour le Progressif) et évitent de désentrelacer avant export pour diffusion des vidéos sur site Web. Pas de 24p mais faut pas pousser. Panasonic propose en revanche un mode 50p à 28 Mbits/s.


test Sony HDR-CX700

Le Progressif présente aussi un avantage en cas d'arrêt sur image ou de traitement des images au Ralenti sur des sujets en mouvements : toutes vos scènes seront bien plus nettes ! Cela dit, le 25p, à la différence du 50p à 28 Mbits/s, est à considérer comme un mode "simili-progressif" : jusqu'à preuve du contraire, il est encapsulé dans un signal entrelacé pour assurer la compatibilité avec les systèmes de montage les plus courants.


L'utilisation de formats Progressif peut par ailleurs provoquer - au montage - une recherche frénétique des réglages appropriés, voire la nécessité d'une conversion des fichiers. Ainsi le mode 50p n'est pas reconnu par tous les logiciels (par exemple iMovie sur Mac), alors que le mode 25p est accepté sans trop de souci. En outre, ni le mode 25p ni 50p ne permettent d'enregistrer d'images fixes en simultané, il faut le savoir. Enfin, en 50p spécifiquement, on ne peut pas sauvegarder sur Blu-ray / DVD.


Deux petits détails dont il faut se méfier : si vous changez de mode sur le camescope, il ne suffit pas de se positionner dessus pour que la validation soit effective. Il faut valider le OK situé en bas à droite pour rendre le changement de mode effectif. D'autre part, il existe en mode 25p la qualité la plus élevée (FX) et la qualité élevée (FH) : ne pas se tromper entre les deux.


test Sony HDR-CX700

L'autonomie d'enregistrement du CX700 est portée à 9H15 en FX (24 Mbit/s) au lieu de 6H avec le CX550. Plus de 9 heures donc. On couvre à présent largement les besoins d'un vidéaste prolifique, même en voyage. D'autant que le logement pour carte mémoire (SD / SDHC et maintenant SDXC) offre le surplus de mémoire nécessaire si besoin. Et même en HD PS (mode 50p à 28 Mbits/s), l'autonomie d'enregistrement frôle les 8 heures. Globalement, la mémoire de 96 Go procure entre 7H50 et 12H35 selon le mode HD utilisé. Sur ce plan, le Sony HDR-CX700 nargue ouvertement les 2H55 du Canon HF G10 (mode MXP) ou les 2H40 à 4H10 (selon le mode utilisé), du Panasonic HDC-TM900. Seul le Canon HF G10 peut répliquer qu'il possède 2 logements pour carte mémoire qui offrent un complément de stockage honorable. Et bien sûr, il convient de relativiser la capacité de stockage qui ne pose réellement problème qu'en cas de gros tournage, type voyage. Sinon : un conseil : déchargez au fur et à mesure la mémoire du camescope sur un autre support.


A noter que le modèle en-dessous, le HDR-CX560, revendique pour sa part entre 5H10 (en HD PS), 6H10 (en FX) et 8H20 (en FH).


Pour chaque mode, Sony a entrepris une délicate attention : celle de préciser les supports sur lesquels la vidéo sera enregistrable ou copiable. Les incompatibilités sont mentionnées. A noter qu'en mode 25p, la capture d'images fixes est exclue.


Le Sony HDR-CX700VE est aussi compatible avec les signaux SD (MPEG-2) afin d'assurer la compatibilité avec les DVD SD. Et il sait convertir d'AVCHD en mpeg-2 si on le connecte au graveur Sony VRD-P1 (voir notre test express) ou au graveur DVD Sony VRD-MC6.


test Sony HDR-CX700

A tout moment, l'utilisateur peut s'informer sur la durée restante en parcourant les 2 pages de Menu consacrées à cette indication. Toutefois, on aurait aimé un accès direct (via un bouton) qui aurait permis de visualiser la durée restante d'enregistrement.


L'utilisateur peut également enregistrer en mpeg-2 SD - Sony est seul à le faire par rapport à ses rivaux - selon 2 modes. Sony préserve cette option si vous souhaitez une compatibilité directe avec les DVD de salon. Les fichiers portent l'extension .MPG.


test Sony HDR-CX700
On trouve aussi un aspect Cinéma à utiliser avec modération. Il réchauffe les teintes mais procure un rendu que l'on peut juger artificiel. Il n'y a pas à proprement parler de réglages des paramètres image comme on l'avait cru dans un premier temps.

 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Capteur, objectif, stabilisateur

test Sony HDR-CX700

Sony a conservé sa belle combinatoire : un capteur CMOS Exmor R 1/2,88 pouce (quasi identique au CX550 à capteur 1/2,9 pouce) qui revendique désormais 6.140.000 pixels effectifs (contre 4.150.000 pour le CX550). La sensibilité est a priori comparable à celle du CX550 qui était déjà deux fois meilleure que son prédécesseur CX520. D'autre part, un objectif Sony G à base de verre asphérique à faible dispersion, induisant une aberration chromatique limitée. Enfin le HDR-CX700 est affublé d'un processeur BIONZ hérité des Alpha Sony, capable de prendre en charge les données grande vitesse de la HD.


Mais surtout, l'objectif s'élargit au profit d'un très remarquable équivalent 26 mm en vidéo (contre pratiquement 30 mm avec le CX550). L'angle de champ est moins généreux lorsque le stabilisateur est en mode Activé. Avantage sur un complément grand-angle optionnel : d'abord on fait l'économie d'un accessoire coûteux (autour de 200 euros en général). Ensuite, on ne déplore aucun flou sur les bords ni aberration marquée. En contrepartie, rançon de cet angle de champ, le ratio du zoom est limité à 10x.


Alors Sony a essayé de tricher et a pratiquement réussi en proposant un zoom étendu 14x ... Le principe est que lorsque le stabilisateur est placé en mode "Activé", il n'utilise pas la totalité des pixels du capteur. Du coup, une extension du zoom est possible sans perte de définition probante. Ce dispositif ne fonctionne qu'en mode Activé : si l'on désactive le stabilisateur ou si on le place en position Standard, le zoom se cantonne à une amplitude 10x. Laisser le stabilisateur sur Activé peut être une option mais elle comporte aussi son revers : la focale grand-angle est légèrement moins généreuse (Sony n'indique pas de mesure, on s'approche des 28 mm d'après nos estimations) et laisser en permanence une correction de la stabilisation peut comporter des effets induits indésirables.


test Sony HDR-CX700
On est définitivement gâtés avec le HDR-CX700 quand on découvre que le gros pare-soleil entr'aperçu sur la version américaine, est bel et bien inclus dans la version européenne. Il se visse assez facilement, se dévisse tout aussi aisément et n'empêche pas le Flash de fonctionner (un orifice est prévu). Il protège aisément des rayons parasites du soleil. On veillera toutefois à retirer cette coiffe ostensible si vous ne voulez pas (à l'étranger), dans des endroits "chauds" que l'on prenne votre attirail pour un modèle super pro...
test Sony HDR-CX700
Comme notre vidéo en atteste (ci-dessus, fichier brut MTS à télécharger), le stabilisateur en mode "Activé" est toujours aussi spectaculaire. Il l'est d'autant plus associé au grand-angulaire, cette combinatoire procure en effet une sensation accrue de mouvement coulé. Pour s'en convaincre, il suffit de débrayer le stabilisateur (mode Standard) et de comparer avec et sans mode Activé. On retrouve des stabilisateurs a priori comparables chez Panasonic et Canon, mais l'angle de champ est moins avantageux.
test Sony HDR-CX700

Le stabilisateur est ainsi plus performant qu'un stabilisateur conventionnel. En revanche, en situation habituelle de tremblements au téléobjectif, le stabilisateur en mode Active n'est pas plus efficace qu'un stabilisateur classique.



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Ecran, viseur

test Sony HDR-CX700

Comme chez la concurrence, le viseur couleurs est partout, avec un retour en force depuis 2 ans. Il faut donc se pencher sur les différences éventuelles. Celui du CX700 ne se relève pas mais s'étire : c'est aussi le cas chez Panasonic (et Canon ?). Le choix de l'étirement reste sans doute dicté par la nécessité que le nez ne cogne pas sur la batterie (du moins la batterie standard) mais pourtant, un viseur qui se relève (comme jadis celui du HDR-SR11) serait tout aussi utile pour éviter des positions un peu "acrobatiques" (sur trépied), obligeant à se courber. D'autre part, il s'étire très faiblement. L'afficheur est de petite taille, comparable à la concurrence : 0,2 pouce environ (soit 5 cm). Phénomène plus vicieux observé par certains internautes du site, le simple fait de tirer et rentrer le viseur modifie le réglage de la dioptrie qu'il faut réajuster constamment. Conséquence, le viseur affiche une image non réglée à votre vue. En revanche, il est mieux défini que sur le TM900 (200 Kp contre 123 Kp) mais moins bien que chez Canon (260 Kp). C'est déjà bien qu'il soit présent !


test Sony HDR-CX700   Sony HDR-CX550VE / HDR-XR550VE

L'écran a été réduit de 3,5 pouces à 3 pouces. Au début, on fait la grimace. Puis après réflexion, on s'aperçoit que la consommation de l'écran baisse, et que la résolution est subjectivement meilleure. En effet, la résolution du CX700 est identique à celle du CX550 (1920 x 480 pixels, soit 921000 pixels) alors que l'écran est plus petit.


On retrouve sur l'écran tactile une 2e commande zoom (moyennement lente, constante) et un Start/Stop. L'écran est aussi affublé de 2 minis-enceintes. Le son est bon et modulable, mais toujours aussi nasillard. C'est bien sûr par ce même écran qu'on accède au Menu. Notez que l'icone d'accès au Menu ne s'affiche que lorsqu'on touche l'écran.


Contre les reflets du soleil, on peut tenter de fixer le parasoleil (visière pour écran) Hoodman H-400 destiné normalement aux écrans 2,5 à 3 pouces. L'écran est muni - sur l'afficheur même - du report de commandes d'enregistrement et du zoom (à vitesse constante moyennement lente). Ces commandes sont donc tactiles au lieu d'être "physiques" sur le côté de l'écran. On masque une partie de l'écran avec le doigt. Discutable mais on s'habitue là aussi.


test Sony HDR-CX700

En tirant le viseur ou en ouvrant l'écran, par défaut, le HDR-CX700 s'allume. La fonctionnalité n'est pas nouvelle mais reste pratique. En revanche, méfiez-vous, on retrouve un défaut du CX550 : si le viseur est sorti à moitié, écran par ailleurs fermé, le camescope reste sous tension. Etant donné que l'étirement du viseur est très petit, on peut ne pas s'en apercevoir.


A noter que le HDR-CX560VE ne dispose pas de viseur.



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Batterie, autonomie

test Sony HDR-CX700   test Sony HDR-CX700

La petite batterie ion-lithium 7,0 W/h Sony NP-FV50 (1030 mAh) livrée en standard, tient (en HD) 60 à 65 minutes réelles sur le HDR-CX700. C'est un peu mieux que sur le CX550, ce qui serait logique, l'écran consommant moins. C'est mieux que sur le TM900 (55 à 60 minutes). La charge dure aussi longtemps que sur le CX550 : 155 minutes.


Pour être serein, on peut se procurer la Sony NP-FV100 qui offre une autonomie de 255 minutes réelles en HD (sur écran). La batterie intermédiaire NP-FV70, limitée à 130 minutes, est moins intéressante. Il existe aussi des batteries génériques chez les accessoiristes.


Attention, l'ancienne génération de batteries (NP-FH100, NP-FH70...) est incompatible avec cette gamme 2011, l'encastrement n'est pas le même ! C'était déjà le cas avec la gamme 2010. Les amateurs de prises de vues sur trépied doivent aussi prendre garde : l'extraction de la batterie s'opère par le dessous du camescope.


A noter - nouvelle possibilité - la faculté de recharger la batterie du camescope via un petit cordon USB solidaire du camescope qui se loge dans la poignée-dragonne (il ne gêne pas). En cas d'indisponibilité du chargeur-adaptateur de batterie, cela peut s'avérer effectivement pratique. Une rallonge est fournie. Si l'on recharge avec ce câble USB, la charge nécessite 315 minutes avec la NP-FV50, 600 minutes avec la NP-FV70 et 1050 minutes (!) avec la Sony NP-FV100.


Pour vérifier l'autonomie précise de la batterie (hormis le symbole sur écran), il faut plonger dans le Menu alors que les anciens camescopes Sony permettaient un accès direct depuis une touche. Dommage. Par contre, un bon point : on obtient l'autonomie distincte du viseur et de l'écran.


 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Griffe, télécommande

test Sony HDR-CX700   test Sony HDR-CX700

Avec l'entrée Micro supplémentaire, l'intérêt de la griffe Sony est probant même si elle est "propriétaire" (elle communique avec les accessoires de la marque). Ce "dialogue" a des avantages mais contraint à l'achat de produits Sony, parfois plus onéreux. Il existe un adaptateur d'une firme américaine permettant de placer malgré tout un micro ou une torche d'une autre marque (Voir notre article).


De son côté, la télécommande RMT-835 pourra s'avérer utile pour déclencher la caméra à distance dans le cadre de prises de vues animalières ou pour avancer/reculer image par image ou encore pour zoomer à distance.


test Sony HDR-CX700
Le principe de la griffe Active donne possibilité à ce micro HF Sony ECM-AW3 d'être alimenté sans difficulté via celle-ci. A noter également, au catalogue des accessoires Sony, une torche ou un micro additionnel.

 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Prise en mains

test Sony HDR-CX700

Le camescope est opérationnel en peu de temps en ouvrant simplement l'écran ou en tirant le viseur vers soi. C'est un atout indiscutable en termes de souplesse d'utilisation mais ce n'est pas forcément ultra rapide. Il n'existe pas à proprement parler de mode rapide de mise en marche. Seule façon d'aller vite, conserver le camescope allumé ! On peut trouver un moyen terme, fermer l'écran, tirer le viseur (qui consomme moins). En ouvrant alors l'écran, on est immédiatement opérationnel.


Il est à noter qu'il n'existe pas de reconnaissance oculaire qui permette, comme sur certains reflex, de passer au mode Viseur en approchant ou en éloignant l'oeil du viseur.


Les grosses mains se glissent aisément dans la poignée-dragonne. Le HDR-CX700 tourne autour de 500 grammes équipé : même si cela reste un peu "léger", il est un peu lourd que ses rivaux directs. Pour gagner du poids malgré tout , vous pouvez envisager de remplacer la batterie d'origine par la Batterie Sony NP-FV100.


Vous gagnez environ 140 grammes, améliorant la stabilité naturelle du camescope.


test Sony HDR-CX700

Au repos, le pouce droit, quand il ne déclenche pas, s'appuie sur la batterie. Le déclencheur est saillant et du coup, bien réactif, nous n'avons pratiquement pas subi d'erreurs de déclenchement.


Le maniement du zoom - la commande est plein centre au sommet - ne souffre pas de critique particulière par rapport à une position sur le côté qu'on rencontre sur d'autres modèles. Se méfier toutefois : avec une vitesse trop lente, un arrêt non voulu du zooming peut se produire.


La molette située à l'avant est assignable en maintenant une pression prolongée sur le bouton. L'assignation se traduit par un accès direct pour changer la mise au point, la balance des blancs, l'iris ou encore la vitesse d'obturation par exemple. Elle s'avère bien entendu moins ergonomique que le toucher d'une bague de mise au point. Sony est moins bien loti que ses rivaux sur ce point. Mais ce système n'est pas si mauvais, surtout qu'on dispose d'un système proche - Intensification (Peak) - de celui du Panasonic TM900 qui a pour propriété de colorier les contours des sujets nets en jaune, rouge ou bleue. Un "effet loupe" (Mise au point étendue) est également disponible. Nous le préférons au surlignage des contours.


Deux défauts à noter : le bouton-poussoir de la molette est malaisé à manipuler avec le pare-soleil. D'autre part, nous avons constaté quelques plantages de la mémoire Flash (2 pour être précis) qui nous a contraint d'éteindre l'appareil.


test Sony HDR-CX700
La prise en mains est facilitée par le report de commandes de zoom et d'enregistrement sur l'écran.

 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Mode et qualité Photo

Les photos peuvent s'enregistrer dans la mémoire embarquée ou sur carte mémoire au choix. Comme sur le CX550, le passage au mode Photo s'effectue par l'intermédiaire d'un bouton de commutation "Mode" situé à l'aplomb du bouton PHOTO. Dans ce cas, les vues fixes peuvent être enregistrées en 12 Mp au maximum (4000 x 3000 pixels). On peut toutefois également capturer des vues fixes pendant l'enregistrement vidéo (mode Dual Record) mais sans utiliser de Flash. La résolution atteint dans ce cas 8,3 Mp (16:9) ou 6,2 Mp (4:3). Il suffit juste de presser le bouton Photo pour actionner le mode Dual record. Attention, l'enregistrement simultané de vues fixes est impossible en 24 Mbps, et dans les modes 25p et 50p.


On retrouve aussi les fonctionnalités photo classiques : retardateur, Flash à 3 niveaux de puissance et 3 modes, anti-yeux rouges. Le stabilisateur est également disponible en mode Photo. Enfin, la lecture de photos s'effectue comme celle des vidéos via le mode Lecture


 
12,3 Mp
 
9,2 Mp
 
12,3 Mp
 
9,2 Mp


(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

GPS

Le GPS, déjà en vigueur sur la précédente gamme Sony, vous permet de mémoriser un lieu filmé en fonction de sa position satellittaire. Vous obtenez ainsi une carte zoomable dont l'échelle varie de 25 mètres à 6000 kilomètres. Selon la notice, le camescope contient des données de cartes pour l'Amérique du Nord, l'Europe, le Japon et l'Océanie, toujours en 2D, sauf au Japon (en 3D). Il n'existe pas de traduction des données qui s'affichent toujours dans la langue de la région. Ainsi un anglais visitant la France verra s'afficher des données en français.
Test Sony HDR-CX700 GPS

Techniquement, votre caméscope effectue une "triangulation" à partir de 3 satellites ou plus. Comme les satellites bougent, l'information se renouvelle toutes les 10 secondes environ. En cas de succès, le caméscope enregistre les informations de position qui deviennent indélébiles des fichiers enregistrés à ce moment-là. Attention, le GPS fonctionne théoriquement assez mal si vous êtes entourés d'arbres ou de lieux couverts, et pas du tout en intérieur. Il faut être positionné préférentiellement sur un terrain dégagé. Si vous allumez / éteignez le camescope, le GPS prendra plus de temps que si la triangulation s'effectue appareil allumé.


La géolocalisation par GPS peut s'avérer utile pour savoir où l'on est situé ou lorsqu'on a filmé des séquences dont on ne se remémore plus le lieu. Le GPS vous permet aussi de connaître votre position actuelle. Plus on zoome, plus les noms des lieux (*) deviennent précis. Et vous pouvez faire coïncider n'importe quelle tête d'épingle avec n'importe quel point du globe !


Les versions "VE" (HDR-CX700VE, HDR-CX560VE) sont avec GPS, les autres sans. Le GPS a fait son incursion en pro, ce n'est donc pas un gadget.


Notez que Picture Motion Browser 5 et 5.5 , fournis avec tout camescope Sony, sont compatibles GPS.


(*) proposés en France par Géoroute IGN France & BD Carto.



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Automatismes et réglages

Test Sony HDR-CX700

Les automatismes du Sony HDR-CX700 sont globalement toujours aussi satisfaisants quoique l'Autofocus soit pris un peu en défaut. On retrouve la molette "Manual" qui est paramétrée sur la mise au point manuelle mais on peut choisir de lui assigner plusieurs autres réglages : Exposition, Iris, Réglage Exposition Auto (qui n'existait pas sur le CX550), Réglage WB (balance des blancs), ou encore Vitesse d'obturateur. Alternativement, on peut passer rapidement du manuel à l'automatisme. Ce dispositif est bien pratique.


La Mesure / Mise au point Spot que nous apprécions beaucoup, a été maintenue : rappelons qu'elle permet de fixer la mise au point auto et l'expo (la Mesure) sur une zone précise en appuyant simplement sur la zone correspondante à l'écran. Appréciable !
 


Test Sony HDR-CX700

Les vitesses lentes sont réglables en manuel alors qu'elles ne l'étaient pas sur le CX550. Un bon point. Par contre, toujours pas de réglage du Gain qui reste l'apanage du TM900 de Panasonic. La fonction Contrejour a été maintenue mais implique de passer toujours par le Menu, autrement dit impossible à utiliser dans l'urgence. On aurait préféré que Sony troque le bouton Nightshot contre une touche Contrejour !


On retrouve l'enregistrement lent (avant ou arrière) en Full HD mais il s'écoule toujours sur 3 secondes seulement (soit 12 secondes au ralenti), quel dommage !


Sony conserve aussi les fonctions de Détection de visages et de sourires. Rappelons que lorsqu’un visage est détecté, la qualité d’image autour du visage est automatiquement optimisée. Attention, si le visage est vu de profil ou de trois-quarts ou avec des lunettes de soleil, son identification correcte en pâtit.


 
Sony HDR-CX550VE / HDR-XR550VE golf   Sony HDR-CX550VE / HDR-XR550VE golf

Enfin, on retrouve la prise de vues de golf qui permet de décomposer le mouvement d'un swing (ou d'un coup de raquettes au tennis). Le principe : on divise 2 secondes d’un mouvement rapide en images qui sont enregistrées sous forme de film ou de photos. Vous pouvez par la suite visualiser cette série de mouvements lors de la lecture.


 


(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Micro, audio

Test Sony HDR-CX700 Test Sony HDR-CX700

Comme sur les gammes 2009 et 2010, le CX700 est un très bon enregistreur audio à qui il ne manque que le petit plus qui en ferait le camescope audio idéal. On retrouve l'excellent son ambiophonique en Surround 5.1. (débrayable) que tous les logiciels toutefois ne reconnaissent pas ou qu'ils convertissent en 2 voies. On peut aussi opter directement pour un son stéréo 2 voies de bonne facture qui procure déjà un excellent rendu qualitatif. L'intelligibilité des voix par exemple est tout à fait correcte.


Les prises micro ni casque situées dans un encastrement arrière bien accessible, équipent le HDR-CX700 comme le HDR-CX560. Ces prises ne risquent pas l'oxydation car elles sont protégées par une trappe. Il est possible de fixer un micro (Sony) sur la griffe active, à l'instar du modèle HF Sony ECM-HW2 (5.1) ou de l'ECM-AW3 (mono sans 5.1ch). Malheureusement, on déplore toujours l'absence d'enregistrement manuel du son, en vigueur sur le TM900 de Panasonic ou le Canon HF G10. Ne vous y trompez pas, le seul réglage de volume disponible n'affecte que la lecture du son. Néanmoins, on peut choisir ou non d'afficher l'indicateur de niveau audio, en bas à droite de l'écran (ou du viseur).


Certaines options audio débrayables existent telles que le micro-zoom (comme chez Panasonic), le filtre coupe-vent (qui existe chez tous les rivaux), ou le niveau de référence micro (Niv. Ref. Mic) à ne pas placer sur "Bas" en temps normal, car l'intensité du son est alors trop faible.


Le HDR-CX700VE n'émet pas de bruit parasite audible, ni en provenance du moteur du zoom ni du disque interne. Seule cas où le CX700 fait du bruit : lorsqu'on produit un coup de zoom, un léger "tac" s'entend en fin de zoom. A noter : le haut-parleur intégré est très puissant et désormais stéréo, mais tout aussi "nasillard" que le pr écédent. Son intensité est supérieure par rapport au CX500, surtout si vous utilisez le mode musical "Lecture d'un résumé de film" intégré au CX700. Attention, à l'inverse, l'option de Niveau de référence micro ("Niv. Ref. Mic") est à ne pas mettre sur "Bas", car le son est trop diminué.


Les résumés de films automatisés sont toujours accompagnés de musique. Sony laisse même une possibilité de téléchargements musicaux directement depuis le camescope.
 


 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Zoom et focales

Test Sony HDR-CX700

Le zoom est toujours capable d'une relative lenteur, mais j'ai chronométré une durée de 23'' pour balayer la plage des focales avec la puissance optique 14x, ce qui reste moyennement lent (le TM900 est capable d'une plus grande lenteur). Le zoom sait aussi se montrer très rapide, avec un effet "coup de poing" d'environ 1 seconde, une vitesse supérieure à celle de Panasonic. C'est une des qualités appréciées des camescopes Sony de pouvoir réagir comme un éclair. Un test à base de coups de zooms, réalisé sur des joueurs de football en train de jouer, s'est avéré concluant.


Le zoom bénéficie aussi d'un report de commandes à même l'écran (et non plus à côté de l'écran) pour tout contrôler depuis l'écran (la vision et le zoom). Le zoom est dans ce cas à vitesse fixe et (moyennement) lent. Cet affichage, tout comme le témoin d'enregistrement, peuvent être débrayés dans le Menu, une louable attention pour ceux qui désirent un cadre débarrassé d'éléments parasites.


Test Sony HDR-CX700


Test Sony HDR-CX700
En mode Stabilisateur Standard (ou Désactivé), la focale grand-angle est légèrement plus large (26,3 mm) mais surtout la focale Télé est "limitée" à 263 mm (10x).

Test Sony HDR-CX700


Test Sony HDR-CX700
En mode Stabilisateur Activé au contraire, la focale grand-angle est très légèrement moins généreuse (27,4 mm) mais surtout la focale Télé est plus avantageuse : 383 mm (14x).
Test Sony HDR-CX700

Proposer sur un camescope HD grand-public un grand-angle de 26,3 mm ou de 27,4 mm (en mode de stabilisation Activé) était encore impensable il y a quelque temps ! La concurrence des reflex APN qui délivrent de la vidéo Full HD est passée par là... Ce grand-angle généreux fait tomber l'un derniers talons d'Achille des camescopes grands-publics. En outre, le grand-angle du HDR-CX700 ne déforme pas (déformation dite "en barrillet"), ni de perte de définition marquée sur les bords. Sony marque donc un point face au TM900, limité à 35 mm, et même en regard du HF G10, qui plafonne à 30,5 mm.


L'adjonction d'un grand-angle additionnel devient donc superflue mais n'est pas impossible. L'objectif que nous avons testé (un objectif Sony VCL-HG0737C de 2007) ne s'adapte pas correctement car il vignette considérablement. D'autres objectifs proposés par Sony (VCL-HGA07B ou VCL-HGE08B) conviennent peut-être pour accroître encore l'angle de champ et produire un effet fish-eye, mais nous ne les avions pas en test.


Comme on le voit sur les images ci-dessus, la puissance au téléobjectif varie selon qu'on est en mode Activé ou pas (383 mm contre 263 mm). Vous devrez peut-être faire des choix si vous souhaitez obtenir des plans rapprochés au télé !


Par rapport à ses rivaux, le Sony est moins puissant que le TM900 côté téléobjectif (420 mm) mais s'avère plus puissant que le HF G10 de Canon (304 mm).



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Sensibilité et qualité image

Test Sony HDR-CX700 Test Sony HDR-CX700
Sony HDR-CX700VE (sans low lux)
 
Sony HDR-CX700VE (avec low lux)

Le Sony HDR-CX700 fait jeu égal ou presque avec son prédécesseur, déjà plutôt très bon. Le camescope est en outre indifférent au Smear comme tous les modèles CMOS. Pour ne pas confondre les différentes options proposées :


On recense en premier le mode NightShot à 0 lux - directement accessible depuis une touche extérieure (toujours surprenant !) - qui parvient à filmer dans l'obscurité au prix d'une tonalité monochrome verdâtre bien connue.


Test Sony HDR-CX700

On dispose par ailleurs du mode Low Lux (débrayable) donné pour 3 lux et qui s'avère de qualité remarquable grâce au capteur CMOS EXMOR R qui offre une image à la fois légèrement plus lumineuse et moins bruitée. La surface photosensible profite d’un meilleur éclairage, l'ouverture au grand-angle améliore sans doute un peu. Le Low lux exploite aussi une vitesse d'1/25s mais l'effet de très légère saccade qui en résulte est trop discrète pour qu'il soit véritablement gênant.


Sinon, sans Low lux ni Nightshot, la sensibilité du HDR-CX700 est donnée pour 11 lux.


Par rapport au Panasonic TM900, les deux camescopes font un peu jeu égal mais le Sony nous semble bénéficier d'un meilleur réducteur de bruit en cas de très faible luminosité. La comparaison avec le Canon HF G10 n'a pas été possible, faute de produit disponible au moment de ce test.


Sony HVL-10NH

Une petite torche d'appoint reste toujours utile. La torche HVL-10NH (10 Watts) d'une portée de 5 mètres semble séduisante (non testée) mais elle suscite des commentaires contradictoires des utilisateurs. La torche, auto-alimentée par contact, se fixe sur la griffe du camescope, prévoyez le fait qu'elle réduira l'autonomie de la batterie.


Test Sony HDR-CX700VE
La qualité d'image du CX700 reste remarquable en mode Progressif : bon piqué, bon rendu des teintes chair, et pas de dominante marquée. Pour vous forger votre propre opinon, vous pouvez consulter quelques fichiers bruts en MTS .

 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Navigation, Lecture

Test Sony HDR-CX700VE

L'accès à l'ensemble des fonctions de Lecture est possible depuis l'écran mais un raccourci direct vers les événements est accessible depuis une touche du flanc gauche du camescope. Le Menu Lecture - comme le reste - a été relifté. On peut effectuer une recherche "intelligente" par date, visage, sourire, etc, et même établir des minis-scénarios musicaux avec montage à effets. Il s'agit de la fonction Highlight playback (Outil musique) que nous abordons en détail ici. Le procédé, un peu gadget, a le mérite de pouvoir donner envie aux débutants de réaliser ultérieurement de vrais montages.


On peut également "Visualiser carte", un procédé très intéressant qui permet de choisir les images à relire sur carte en fonction du lieu où elles ont été prises.


Test Sony HDR-CX700VE Test Sony HDR-CX700VE

Ici à gauche, dans le mode "Visualiser carte", différents lieux de prises de vues s'affichent sur une échelle au carte dédiée au moyen d'un nombre d'imagettes proportionnelles au nombre de fichiers enregistrés. En sélectionnant l'une de ces zones, on peut ensuite afficher les images prises dans ce lieu. Franchement, l'ergonomie de cette navigation est un vrai régal... Chapeau !


Test Sony HDR-CX700VE

Dans un esprit proche, la Lecture des scènes est classée par dates-événements avec les imagettes correspondantes, offrant un repérage facile. On effleure toujours aussi facilement du doigt les vignettes permettant de lire les scènes, malgré la réduction de taille de l'écran (de 3,5 à 3 pouces). Le procédé a même été amélioré puisqu'on peut déplacer les événements horizontalement, façon Cover Flow (iPhone, iPod...).


Test Sony HDR-CX700VE

On peut par ailleurs copier ou diviser une séquence (et bien sûr la supprimer), fonctions qui existent également chez Panasonic. Enfin, bien que ce ne soit pas nouveau, on apprécie toujours autant de pouvoir extraire une image fixe d'une vidéo (en 1920 x 1080) en passant par la fonctionnalité de Capture photo.


A noter : le réglage du son est possible directement depuis la scène en cours de lecture, sans repasser par le menu.



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Connectique et montage, copie directe

Test Sony HDR-CX700VE Test Sony HDR-CX700VE

On retrouve une connectique complète, protégée derrière deux trappes coulissantes, à savoir d'un côté la prise mini-HDMI, l'USB 2.0 et les prises micro / casque, de l'autre le connecteur commun AV/composantes. Attention, comme d'habitude, le câble mini-HDMI n'est pas fourni. L'USB est une entrée/sortie : l'entrée USB sert à réinjecter des images depuis le logiciel fourni (PMB) sur le camescope. Le HDR-CX560 ne dispose pas de cette option, l'USB n'étant que "sortie".


A noter que la copie est possible depuis la mémoire Flash sur la carte mémoire. La procédure est simple (une fois qu'on a compris !) : pour copier depuis la mémoire Flash, il faut sélectionner "Carte mémoire" dans les Réglages support, ce qui ne va pas du tout de soi !


VRD-P1 Sony VRD-MC5  

On peut activer la gravure directe sans ordinateur depuis le CX700VE à l'aide par exemple du graveur Sony VRD-P1 (voir notre test express) ou du graveur DVD Sony VRD-MC6(environ 229 euros). Ce dernier permet de prévisualiser ses fichiers sur l’écran LCD puis de transférer ses clips vidéo, photos numériques ou vieilles cassettes vidéo (VHS, Hi8, …) sur un DVD, sans besoin d’ordinateur. On retrouve aussi la fonction BRAVIA Sync qui permet, lorsque vous branchez le HDR-CX700 sur votre BRAVIA via un câble mini-HDMI-HDMI, de contrôler le camescope à l'aide de la télécommande TV.


DD externe Iomega
La copie directe sur DD externe est également possible avec le CX700 comme elle l'était sur le CX550. Nous vous invitons à vous référer à l'article complet que nous avions consacré à cette possibilité très intéressante.
PMB 5.5

Le logiciel fourni - Picture Motion Browser (PMB) - propose sa version 5.5 avec CX700. Celle-ci peut éventuellement vous suffire et gère tous les modes du camescope sans difficulté, 50p compris . Consultez notre article sur ce logiciel. Attention, pour fonctionner correctement, il est nécessaire qu'aucun autre logiciel ne prenne le dessus ou n'entre en conflit avec PMB.


PMB portable
Le CX700 intègre aussi une application logicielle nommée "PMB portable". Elle permet de gérer ses fichiers sur un autre ordinateur que celui que vous utilisez habituellement, vous donnant ainsi plus de liberté.
PMB portable
Depuis PMB portable, vous pouvez importer les fichiers, simplement les lire ou partager vos fichiers sur les réseaux sociaux.
PMB portable

A la connexion du camescope, "PMBPORTABLE" apparaît sur le bureau de l'ordinateur comme un disque amovible, aux côtés de la mémoire Flash et de la carte mémoire.


CX700

Le CX700 est compatible avec la plupart des logiciels de montage Windows. Ainsi, Pinnacle Studio 14 ou 15 exploite tous les modes du CX700, y compris le 50p à 28 Mbit/s (ci-dessus). L'affichage des vignettes du CX700 nécessite un certain temps d'affichage, même sur le récent Studio 15.


Vegas ou encore Premiere Elements / Pro gèrent également les modes 50i, 25p et 50p. Nous ne pouvons tester tous les logiciels, au pire seul le 28 Mbits/s peut poser un problème de compatibilité, ce codec n'étant pas en AVCHD.


Picture Motion Browser 5

Sur Apple, la compatibilité avec Final Cut Express (ou pro) fonctionne bien tant qu'il s'agit des modes 50i ou 25p, via la fonction habituelle Lister et Transférer. Les rushes AVCHD du HDR-CX700 sont convertis en AIC (sans perte de qualité visible) pour un traitement plus facile au montage. En revanche, le mode 50p pose problème : il fait d'ailleurs planter Final Cut Express 4 au point de ne pouvoir acquérir aucune scène ! Si cela vous arrive, éliminez les scènes "parasites" directement depuis le camescope pour que FCE4 accepte de fonctionner normalement.


Pour gérer malgré tout le 1080/50p en attendant qu'Apple se décide à rendre ce format compatible, utilisez un utilitaire de conversion comme l'excellent module HD Converter de MovieConverter Studio (démo limité à 1 fichier à la fois) ou encore ClipWrap (démo limitée à 1 minute par fichier) .


CX700

La compatibilité du HDR-CX700 est également assurée avec les récentes versions d'iMovie. Seuls les enregistrements en 50p à 28 Mbits/s ne sont pas traités mais ils n'empêchent pas iMovie d'importer les autres types de scènes. Au besoin il faut donner un petit coup de pouce à iMovie pour que le logiciel reconnaisse la caméra (via la fonction ad hoc).


Premiere Elements 9, compatible avec la Pomme, accepte les enregistrements en 50p mais avec un "chausse-pied" car aucune configuration sous Premiere Elements ne correspond à du 50p. Du coup, les clips s'affichent mais sont à peine utilisables (pour l'instant).


 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Accessoires

Sony SPK-HCG

Côté accessoires spécifiques, on trouve la lampe vidéo HVL-HL1 ou HVL-HIRL et surtout HVL-10NH (10 Watts) ainsi que les micros Bluetooth Sony ECM-HW2 (mono 5.1ch) ou ECM-AW3 (mono sans 5.1ch), le boîtier étanche Sony SPK-HCG (environ 200 euros), capable de plonger à une profondeur de 5 mètres et permettant aussi d'enregistrer en stéréo. Un compagnon idéal pour le snorkeling ! Hauteur : 14,8 cm, Largeur : 15,9 cm, Profondeur : 22 cm, Poids : 960 g.


Autre accessoire utile : la poignée de déclenchement avec mini-trépied Sony GP-AVT1.


 



(Sony HDR-CX700VE / HDR-CX560VE)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 64 avis d'internautes et donner le vôtre