Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Canon HV20

le trimégapixel en HDV

 

08 avril 2007 par Thierry Philippon

 

Canon HV20   Canon HV20

Avec ses 535 g nu, le Canon HV20 est un modèle horizontal relativement compact, quasiment de même poids que le Sony HC7. Les mensurations du Canon peuvent être aussi confrontées avec celles de son homologue étant donné leur longueur strictement identique (138 mm). On pourrait poursuivre la liste des ressemblances physiques (molette de mise au point…) même si les fonctionnalités diffèrent dans le détail


Le HV20 vient en complément du HV10 sorti un an plus tôt, modèle vertical et tout comme lui, labellisé "grand-public". Il en adopte d'ailleurs le cahier des charges à l'image de son grand dépouillement en termes de boutons de réglages ou de l'absence de bague de mise au point. les mauvaises langues citeront son (trop) petit viseur antédiluvien et sa coque en plastique qui fait parfois un peu toc.


Par rapport au HV10, on retrouve la torche intégrée, l'autofocus perfectionné (2 modes dont l'AIAF), les vues fixes en 3,1 Mp ainsi que des modes Programme comparables à ceux qu'on trouve en photo (Priorité ouverture, Priorité vitesses). S'y ajoutent des prises Micro et casque (bienvenues) et un réglage manuel du son (assez accessible) qui faisait totalement défaut au HV10.


Le HV20 enregistre un signal dit "Full HD" en 1920x1080, cela signifie que le capteur CMOS capture réellement en 1920x1080, ce qui n'est pas souvent le cas des modèles HDV mais qu'il est contraint malgré tout d'enregistrer sur la bande un signal en 1440x1080 (qui retrouve son format d'origine sur un afficheur 1920x1080) pour ne pas occuper trop de place sur la bande. A défaut, la K7 de 60 minutes ne pourrait stocker 60 minutes d'images !


Canon HV20   Canon HV20

Autre particularisme, le HV20 peut enregistrer au choix en HDV 50 trames ou en mode Progressif 25p, c'est-à-dire avec 25 images non entrelacées, ce qui procure une texture "cinéma" aux images.


Par ailleurs, le mode 25p peut être couplé à un mode " Cinéma" indépendant, qui ne joue pour sa part que sur certains paramètres de l'image (sans personnalisations possibles). Au final, cela engendre plus de confusion qu'autre chose. Comme souvent, le mode 25p génère un léger effet de saccade en présence de sujets mobiles et induit un léger assombrissement, phénomène qui rend l'image un peu moins lisible : affaire de goût ! En 25p, une fois entrelacées sur la piste de montage (à moins de trouver le logiciel qui respecte le 25p), toutes les trames sont identiques, par groupe de deux


Hormis ce point, ce modèle se comporte comme les autres HDV Canon ou Sony : l'enregistrement s'effectue au choix en HDV 1080i (SP) ou en DV (SP/LP), ce qui au total, totalise quatre modes d'enregistrements distincts. En HDV 1080i, l'image est obligatoirement au format 16:9. En sortie, le signal HDV peut être relu ou être converti en DV pour faciliter le montage des rushes. Le convertisseur intégré du HV20 permet aussi de relire le signal HDV de la bande sur un afficheur standard (non HD).


Rappelons que Le HDV se caractérise par un balayage entrelacé - celui qu'on connaît sur nos TV actuelles - contrairement au système concurrent de JVC (le 720p) qui exploite un balayage progressif. Le signal HDV se compose d'un enregistrement de la Luminance (Y) et de 2 signaux de Chrominance U et V. D'où l'appellation YUV... Le format HDV exploite au choix des K7 HD de 85 min (env. 23 €), ou de simples K7 DV de 60 minutes sans perte de qualité visible. Toutefois, le revêtement des K7 Digital HD serait plus résistant. La compatibilité du HDV avec les K7 DV est rendue possible par la vitesse de défilement commune (18,81 mm/s).


Le HV20 sait bien sûr relire les K7 DV mais pas "l'ancien" format pro DVCam, pas plus qu'il ne peut enregistrer dans ce format. Il est conseillé d'utiliser constamment le même type de cassette.



> LIRE LA SUITE : Capteur CMOS

Capteur CMOS

Canon HV20   Canon HV20

La technologie à laquelle fait appel le HV20 est celle du capteur CMOS (Complementary Metal Oxyde Semiconductor).


Les avantages du capteur CMOS pour le consommateur tiennent à une bien moindre exposition au Smear et des détails renforcés dans les contrastes. Le smear est d'ordinaire doublement pénible car il ne se contente pas d'enregistrer une barre verticale parasite, il génère aussi un effet d'éblouissement. Autre avantage pour le consommateur : un prix moindre, le capteur CMOS étant moins complexe à fabriquer que le CCD. Enfin, le CMOS est censé moins consommer que le CCD.


Le capteur CMOS n'a pas que des avantages : il génère du bruit vidéo car son rapport signal/bruit est faible, l'obligeant à intégrer un amplificateur de gain plus ou moins capable de corriger le tir. En outre, le CMOS pose un problème d'évolution car il est régi par un unique composant, plus difficile à manier.


Le capteur CMOS du Canon est un 1/2,7 pouce "Full HD", c'est-à-dire avec un vrai capteur 16:9 enregistrant en 1920x1080 là où les autres modèles enregistrent en 1440x1080 pixels. Le HV20 délivre en effectif 2,07 Mp en vidéo 16:9 (HDV ou DV), 2,07 Mp en vidéo 4:3 (en DV), 1,5 Mp en photo 4:3. Le capteur est secondé du fameux processeur Digic DV II, garantissant un résultat au moins égal au DXP 14 bits du Sony.



(Canon HV20)

Viseur, écran

Canon HV20   Canon HV20

Le viseur en couleurs du HV20 existe mais s'avère bien décevant. Déjà, contrairement au Sony HC7, le viseur du HV20 ne s'étire pas - ce qui peut poser problème à ceux qui sont habitués à viser de l'oeil gauche, leur nez venant cogner contre le déclencheur. De même si on loge une grosse batterie, le nez risque de cogner sur cette dernière. Ensuite le viseur ne se relève pas, ce qui peut provoquer quelques contorsions de l'utilisateur si l'on vise près du sol. Enfin, le moniteur interne en 16:9 est d'une extrême petitesse : 0,27'' (6,85 mm) contre 0,35'' (8,38 mm) sur le simple mini-dv MD160 de la marque (à 350€ !) sans évoquer le viseur surdimensionné de 0,57'' du camescope JVC GZ-HD7. C'est incroyable de négliger autant le viseur sur un appareil haut de gamme ! La seule bonne nouvelle reste que ce viseur est présent à l'heure où il a disparu des modèles à disque dur.


L'écran 2,7" du HV20 est de même taille que celui du Sony HC7 mais n'est pas tactile. Il est bien sûr proposé au format 16:9. Il totalise tout comme lui 210000 pixels. Par fort ensoleillement, l'écran est relativement lisible mais le traitement du Canon est un peu moins efficace pour voir l'écran de côté ou pour revisionner à plusieurs. Mais rien de très grave. D'autant que le HV20 innove sur son prédécesseur (HV10) : il bénéficie à la base de l'écran de plusieurs touches dont l'accès incite l'utilisateur à maintenir l'écran de la main gauche : on y trouve un second déclencheur et une touche Focus Assist doublant numériquement l'image pour faciliter la mise au point (en théorie). On y recense aussi les touches affectées au bobinage sur la bande. Petit reproche, les touches sont parfois un peu dures à manipuler d'une seule main sans faire bouger le camescope.


Attention, en manipulant la molette de mise au point ou le bouton Focus situés un peu trop près de l'écran, nous nous sommes aussi surpris à pousser involontairement l'écran par l'arrière et du coup, à générer des cadrages légèrement penchés, l'écran n'étant plus totalement perpendiculaire.


Canon HV20   Canon HV20

L'écran est très valorisant, vos images en ressortent magnifiées, il faut presque s'en méfier ! Ainsi, malgré une luminosité laissée en position standard, nous avons été un peu piégés par des images enregistrées légèrement assombries, là où l'écran affichait des image plus claires et lisibles.


A noter aussi : la diagonale d'écran en mode 4:3 est plus petite (environ 5,5 cm) que sur un camescope doté d'un écran de 6,3 cm, ce qui est toutefois le cas pour tous les écrans 16:9.


En mode 4:3 (DV donc), l'écran affiche deux bandes noires dans le cadre 16:9, c'est-à-dire de part et d'autre des bords gauche et droit du cadre.


Ouvert, la paroi du camescope située derrière l'écran ne dissimule aucun bouton, tant mieux, voilà qui ne gênera pas la prise de vues, une fois l'écran fermé.


Canon HV20   Canon HV20
A noter deux particularismes du Canon : d'une part, une possibilité (2 couleurs au choix en gris ou en blanc) de faire appel à une Grille qui divise l'écran en 9 cases égales. C'est assez pratique pour les débutants qui peuvent ainsi placer leurs sujets aux points-clés du cadre (Règle des Tiers). D'autre part, l'affichage possible d'un "niveau", surtout utile en 16:9.


(Canon HV20)

Batterie, télécommande

Canon HV20   Canon HV20

Avec la batterie d'origine BP-2L13, l'autonomie du HV20 est de 65 à 70 minutes réelles en HDV. C'est mieux que celle du HC7 Sony qui plafonne à 50-55 minutes. Vous pouvez néanmoins acquérir une batterie optionnelle Canon BP-2L14 (environ 70€) d'une durée de 80 minutes réelles en HDV. Si vous cherchez du côté des batteries génériques, vous trouverez des batteries de 1450 mAh ou 1500 mAh bien moins chères. L'une d'elles a été essayé par nos soins avec succès. Leur prix défie toute concurrence : 20 à 30 euros maxi !


Le temps de charge de la batterie fournie est de 200 minutes, soit plus de 3H, c'est beaucoup plus que la moyenne !


Bien sûr, le chargeur est intégré, il monopolise donc l'appareil durant la charge. Mais c'est le cas de 95% des modèles… Un chargeur optionnel existe (CB-2LW). De même, on ne peut pas visualiser très précisément le temps d'autonomie restant comme chez Sony ou JVC.


A noter qu'une télécommande est fournie avec le camescope. Elle permet notamment, d'accéder aux commandes classiques (Zoom AV/ARR, Marche/arrêt, Ralenti, etc.).


 



(Canon HV20)

Objectif, stabilisateur

Canon HV20   Canon HV20

L'objectif du HV20, de fabrication Canon, offre un modeste zoom au ratio x10 (6,1-61 mm) à vitesses variables, ouvrant à f/1.8 (Grand-angle) et 3.0 (Télé). D'après la documentation Canon, les lentilles asphériques et le traitement Super Spectra de cet objectif éliminent les imperfections visuelles.


La focale grand-angle obtenue en HDV ou DV 16:9 n'est pas très bonne puisqu'avec 43,6 mm, elle reste en-deçà de celle de modèles Sony...


L'objectif est muni d'un pare-soleil et d'un volet protecteur s'enclenche à l'allumage/extinction du caméscope.


Le diamètre du filetage est plus grand que celui du HV10 : 43 mm contre 37 mm.


Le petit stabilisateur, optique, est difficile à prendre au piège avec le ratio assez modeste de x10. Néanmoins, images et essais à l'appui, la différence avec et sans stabilisateur est réelle et la stabilisation est assurée, même après un temps assez long où l'avant-bras commence à fatiguer.



(Canon HV20)

Griffe, trappe

Canon HV20   Canon HV20

La griffe porte-accessoires est bien présente (elle est surmontée d'un cache qu'on peut perdre facilement). Cette griffe, bien qu'avancée, s'adapte à tout type de micro. On peut ainsi ajouter un micro, voire une seconde lampe torche en sus de la mini-lampe intégrée.


La K7 du HV20, quant à elle, s'éjecte par le haut, c'est bien ! Mais sur un trépied, la batterie ou la carte mémoire ne peuvent se retirer sans dévisser le camescope. Par ailleurs, nous avons du "jeu" au niveau de la trappe de la cassette, à tel point que par mégarde, le bruit causé par ce jeu a été parfois enregistré... Il faudra voir si les modèles de série affichent ce même défaut.



(Canon HV20)

Automatismes et réglages

Canon HV20   Canon HV20

Les automatismes du HV20 sont globalement fiables, secondés de débrayages efficaces et surtout - en partie - plus accessibles que sur le HC7 du moins pour ce qui concerne ceux nécessitant de passer par l'écran du Sony. Deux positions sont disponibles : "Auto" ou "P", cette dernière position correspondant à la possibilité de débrayer. Dommage qu'en mode Auto, la contrejour ne soit pas activable, cette fonctionnalité ne nous semblait pas antagoniste avec l'automatisme ? Il en de même du Stabilisateur, non désactivable en Auto. Il faut passer sur le mode "P".


Côté boutons, il y en a très peu. A l'avant, on remarque la touche BLC (Backlight), ultra accessible, qui est une vraie touche Contrejour. Elle est toutefois comme nous l'avons dit, inopérante en mode Auto (seulement en mode P).


Côté mise au point, une assistance à la mise au point (Assist Focus) permet d'affiner la MAP grâce à un grossissement provisoire de la scène. Mais nous l'avons finalement rarement utilisée. En prime, les fonctions Peak (accentuation des contours) et Zébra sont activables dans le Menu.


On peut aussi modifier les couleurs, la teinte chair, ou le contraste si besoin grâce à un mode Personnalisé accessible via la touche Func.


Canon HV20   Canon HV20

L'autofocus - très important en HDV car le moindre défaut est criant dans ce format - est régi par deux modes : le plus classique est l'AF normal qui s'ajuste en fonction du centre du cadre. Il a donné satisfaction pour 95% des scènes que j'ai tournées (5 heures), même si de temps en temps, il se "trompe" et pas seulement par faible luminosité ! Le second est plus intéressant sur le papier : déjà utilisé sur le HV10 et XHA1/XHG1, l'AIAF fait le point à l'aide de différents cadres (jusqu'à 9) qui s'affichent, tenant compte de la globalité de la scène mais aussi de sujets en mouvements. Mais ce mode n'a pas forcément notre préférence, il peut provoquer des hésitations dans la mise au point au début du plan (obligeant à couper le début au montage) et l'ajout d'un grand-angle (celui conçu pour le HV20 en tout cas !) masque partiellement le détecteur indispensable à son bon fonctionnement.


Canon HV20   Canon HV20

Le HV20 est dépourvu de bague Focus (ou de Zoom), offrant une facilité d'accès fortement appréciée des amateurs avertis. Ici, il faut se contenter du Focus manuel via une petite molette située à l'avant. A première vue séduisante, cette molette (que Canon n'a pas peur de nommer bague de réglage !) m'aura laissé sceptique jusqu'au bout. J'ai eu constamment du mal à l'utiliser dans l'urgence, d'autant que la pression sur le bouton Focus est un peu gênée par l'écran lorsque celui-ci est ouvert et incliné (cas de figure fréquent). Du coup, par manque de certitude de pouvoir réagir avec célérité, on reste souvent en automatique. De plus, cette molette de réglage n'est pas assignable comme celle plus perfectionnée que propose le Sony HC7 à laquelle on peut affecter 4 fonctions au choix (Exposition, Réglage EA, Réglage balance des blancs et Vitesse d'obturation). Bref, pas convaincu. Je voudrais voir la tête d'un photographe averti équipé d'un reflex numérique si on troquait la bague de MAP de son objectif contre une petite molette de cet acabit… :-) Alors pourquoi se le permet-on en vidéo ?



Les réglages plus généraux s'opèrent à partir du Joystick arrière ou du Menu. Le Joystick régit entre autres l'expo, le niveau du Micro, le niveau du casque… Les vitesses d'obturation lente (1/25, 1/12, 1/6 en vidéo, 1/2 en Photo) et rapide (1/2000) sont aussi disponibles à condition d'accéder au mode Priorité à la vitesse (Tv). Outre ce mode, on dispose comme en Photo d'un mode Priorité à l'ouverture (Av). Enfin, d'un programme d'expo Auto.


Canon HV20   Canon HV20

La balance des blancs auto (AWB) donne globalement satisfaction mais reste faillible en présence par exemple de dominantes peu accentuées (nuit tombante. Aussi nous vous recommandons chaudement l'apprentissage des différentes positions de balance de blanc, toujours plus nombreuses chez Canon. Elles peuvent toutefois compliquer l'utilisation du camescope si l'on cherche par exemple à distinguer la différence (voire l'utilité) de certains modes comme Ombres et Ombrages (??) !



A droite, on distingue l'un des modes typiquement Photo (mode Av) qui s'applique ici aux deux modes Vidéo ou Photo.


Canon HV20   Canon HV20

Via le Joystick arrière, on règle l'expo selon 13 paliers. On peut réduire l'expo pour tenter d'obtenir un meilleur résultat. Attention à bien régler l'écran, il magnifie la scène et peut la rendre plus claire qu'elle n'apparaîtra sur un afficheur standard.


Parmi les effets à utiliser avec parcimonie mais qui sont dispos à l'enregistrement comme à la lecture, on trouve l'effet Eclatant, Neutre, Contraste bas ou encore Tons Chair doux.


Pour finir, pas de réglage du Gain comme chez Panasonic qui a quasiment généralisé cette fonctionnalité sur ses modèles mini-dv.



(Canon HV20)

Zoom et focales

Canon HV20   Canon HV20

Deux vues, la première en grand-angle, la seconde au maximum du zoom optique (x10). La position Télé reste modeste par rapport à ce qu'on connaît en grand-public : l'équivalent d'un 436 mm en HDV (ou en DV 16:9) et 530 mm en DV 4:3. On peut éventuellement envisager d'utiliser le zoom numérique à son 1er palier (x40, mais pas à x200), le stabilisateur restant efficace à ce stade. A noter que la "frontière" entre le zoom optique et numérique a été un peu améliorée (on avait d'ailleurs signalé l'absence de frontière sur le HV10) par un très discret tracé bleu symbolisant le passage dans la plage du zoom numérique.


La position grand-angle correspond à une focale de 53 mm (en mode 4:3) et de 43,6 mm en mode 16:9. Autrement dit, si vous tournez en DV 4:3, vous manquerez singulièrement de recul ! La solution du grand-angle s'impose : vous devrez trouver un objectif de filetage 43 mm.


Canon HV20   Canon HV20
 

Canon recommande son x0,7 WD-H43 un peu cher à notre goût (environ 180 euros) mais qui procure l'équivalent d'un 30,5 mm, indispensable dans des situations de manque de recul comme l'intérieur de ce bémo indonésien (ci-dessous). Pas grand chose à redire à sa construction optique, excellente, d'autant que le complément optique offre à loisir de zoomer sur toute la plage des focales sans déformation exagérée. Nous l'avons conservé, fixé sur l'objectif, en permanence ou presque. Inconvénients - de taille - de cet accessoire : il est lourd (330 grammes) et fait piquer le camescope du nez. On est donc contraint de soutenir le camescope.


Canon HV20


Autre inconvénient agaçant : le complément optique masque le faisceau de la torche intégrée et affole complètement le mode AIAF car le détecteur de ce mode AF bute sur l'obstacle. Enfin, son mode de filetage m'a laissé sceptique. A deux reprises, le grand-angle est tombé lors d'une manipulation un peu brusque mais qu'aurait supportée tout autre convertisseur grand-angle à mon avis.


Vous pouvez tenter de voir des alternatives à la solution Canon chez Kenko (ou Cokin) dont la construction optique n'est pas toujours aussi bonne mais qui présentent l'avantage d'un prix défiant toute concurrence.


Canon HV20   Canon HV20

Le zoom du HV20 est disposé sur le sommet, près du bouton Photo. La bascule de ce zoom semble un peu "cheap", et bien moins pro que la belle commande chromée du Canon HV10. A vrai dire, nous avions les pires craintes ! Pourtant à l'usage, on peut être catégorique : moyennant un peu d'entraînement, cette commande n'empêche ni d'exercer des mouvements de travelling optique très lents et coulés, ni d'effectuer des zooms rapides. D'autant que Canon offre toujours la faculté de choisir dans le menu son mode de zoom (Fixe selon 3 vitesses ou surtout Variable). On aime.


Voir notre séquence avec vitesse variable de zoom :


Attention la Vitesse 3 n'atteint absolument pas la rapidité "coup de poing" du mode Variable. Dans ce dernier mode justement, l'intégralité des focales est balayée rapidement en 1,5 secondes environ et 38 secondes seulement à la plus lente, ce qui est ultra lent pour un zoom x10 ! C'est une qualité pour des mouvements bien fluides. Bref, le zoom du HV20 dispose d'une vitesse lente qui n'usurpe pas son nom.


Il n'existe pas de position Télé-Macro, utile pour faire le point sur un objet rapproché, saisi au télé mais une aide d'assistance à la mise au point (Focus Assist) remplit ce rôle.


 



(Canon HV20)

Mode et qualité Photo

Canon HV20   Canon HV20

Le HV20 exploite une carte mini-SD dont la contenance peut atteindre 2 Go(à défaut une 256 Mo fera l'affaire pour 25€ environ). La carte (non fournie) s'insère dans un logement situé derrière l'écran. On notera que ce logement ne peut être ouvert dès lors que le camescope est posé sur pied. Attention, la carte, si elle est extraite du camescope, doit être insérée dans un adaptateur pour pouvoir être relue par un lecteur multicartes par exemple. Ceci est dû à ses dimensions (20x21x1,4 mm) plus petites que le carte SD conventionnelle (24x32x2,1mm)


Comme parfois chez Canon, on observe une grande richesse photo, globalement supérieure à celle du Sony HC7. La plupart des fonctions vidéo demeurent disponibles en Photo. On passe de la vidéo à la photo via un curseur rotatif situé sur la flanc droit. Exclusif au mode Photo, on dispose de 3 modes de mesure de la lumière : Spot, Pondéré Centrale ou Evaluative


Les résolutions photo atteignent des valeurs désormais classiques sur ce type d'appareil HDV/DV : 1920x1080 pixels (nommé "LW") pour le format 16:9 ou résolution de 2048x1536 (nommé "L") en 4:3 théoriquement destinée à des tirages A4 puisque cette résolution correspond à 3,1 Mp (obtenus par interpolation). Trois autres résolutions sont disponibles, permettant d'engranger davantage de vues fixes. Enfin, il existe 3 qualités disponibles : Superfin, Fin, Normal


A signaler que l'angle de champ s'élargit beaucoup avec le mode Photo : en 4:3, il atteint 40 mm (au lieu de 53 mm !). En 16:9 : 43,6 mm


Comme chez Sony, on dispose chez Canon d'un équivalent du mode "Dual Record", à savoir la capacité de capturer des vues fixes de haute qualité en 1920x1080 pendant l'enregistrement vidéo. On peut aussi capturer (copier en fait) une vue sur le carte à partir de la bande vidéo et ce, dans une résolution, qui ne dépend que de la qualité de l'enregistrement vidéo de départ. Autrement dit, vous pouvez bénéficier d'une vue fixe en 1920x1080 si votre séquence vidéo est à ce format.


Canon HV20   Canon HV20

Le Flash, à droite de l'objectif, s'avère bien placé. Sa portée est de 1 à 2 mètres. Il possède un anti yeux-rouges. On peut modifier à loisir le mode du Flash : Flash forcé, anti yeux-rouges, pas de Flash, etc


Pour les experts, une pléthore de fonctions sont disponibles : prises de vues en Rafale (environ 4 /images/seconde), bracketing de l'exposition, Retardateur, fonction Diaporama, possibilité d'agrandissement des vues… Seul le mode "Web" fait défaut


Le HV20 est compatible avec les imprimantes à la norme Pictbridge. Rappelons que cette norme évite d'utiliser un ordinateur pour imprimer ses photos.



(Canon HV20)

Prise en main

Canon HV20   Canon HV20

De prime abord, l'ergonomie du HV20 suscite des interrogations. Mais à l'usage, cet horizontal se tient bien en main, même d'une seule main. A deux mains, la main gauche vient se positionner à hauteur de la touche du report de commande start/stop sur écran (Canon a-t-il voulu imiter Sony ? ) ou sur le bord du cadre gauche. Cette touche start/stop est pratique à cet emplacement et stabilise bien le camescope. Le zoom du HV20 est également agréable à manipuler malgré son aspect rebutant. Mais les grosses mains devront desserrer la sangle de poignée, sous peine de mal "négocier" la commande de zoom.


Le camescope reste léger en toutes circonstances sauf si on lui ajoute le grand-angle Canon WD34, particulièrement lourd (environ 330 grammes).


L'accès à la mise au point reste de notre point de vue un peu handicapante. D'une part car écran incliné, on est constamment gêné pour appuyer sur le bouton Focus, qui est situé trop près de l'écran, juste derrière ce dernier. D'autre part, parce que la "bague" Focus (c'est le terme employé par Canon) est un peu laborieuse à manipuler : elle n'est pas très précise et fait bouger le camescope. Il devient acrobatique de l'utiliser en cours de prise de prise de vues sans tâtonner, tout au plus peut-on correctement ajuster le point en pause à l'enregistrement.


Le délai de déclenchement est immédiat ou presque, y compris en HDV, cela m'a permis de ne rater aucune prise, y compris ce spectaculaire camion tombé dans un fossé (a priori sans blessé), visible depuis l'autre véhicule dans lequel je me trouvais : c'était un vrai test pour le camescope car il a fallu dégainer en un éclair ! Le seul cas de figure où l'enregistrement peine à démarrer ne concerne que les situations où le compresseur HDV a besoin de s'initialiser. Ce cas ne se produit pas en DV.


Par contre, mention "moins" pour le commutateur Caméra/Play : il se "grippe" et on se trompe assez souvent de sens.



(Canon HV20)

Sensibilité, mini-lampe d'appoint

Canon HV20   Sony HDR-HC7
Canon HV20
 
Sony DCR-HC7
Canon HV20   Sony HDR-HC7

Côté sensibilité, le Canon s'avère plus sensible que son homologue Sony, même en se dispensant d'utiliser le mode Obturateur lent Auto (ou de recourir au mode 25P). L'image du HV20 est globalement plus lumineuse même s'il est vrai qu'elle fourmille un peu plus. Côté chiffres, la sensibilité du HV20 est annoncée pour 0,2 lux en mode Nuit, ce qui correspond à une vitesse d'1/2s et de 2,5 lux en mode d'obturation lente Auto sur On. Le HC7 de Sony revendique pour sa part à peu près les mêmes données chiffrées. Mais le capteur un peu plus grand et moins dense du Canon semble le rendre légèrement plus sensible comme le confirment nos captures comparatives.


Pas de différence en revanche sur le Smear : le HV20 y est insensible, c'est l'apanage de tous les modèles CMOS et c'est bien appréciable, on finit par oublier ce cauchemar.


Si vous exploitez l'obturation lente auto, sachez que ce mode ne provoque que des saccades légères, voire imperceptibles, la vitesse d'obturation évoluant entre 1/50 et 1/25e en fonction des conditions de luminosité.


Canon HV20   HV20

Le Canon intègre une torche qui n'est pas un gadget même si sa puissance très limitée ne permet pas de gérer toutes les situations nocturnes. Cette lampe éclaire à une distance maximale d'un mètre environ. Mais cette solution d'appoint dépanne bien, je l'ai mise à profit pour de petites séquences nocturnes. Sans l'apport de la torche, ces séquences n'auraient tout simplement pas existé ! J'avais déjà utilisé un dispositif comparable avec le Canon MVX460 qui m'avait été d'une aide précieuse quand la lumière venait à manquer totalement.


Canon HV20   Canon HV20

Sans torche (ci-dessus à gauche), même en grand-angle, ces joueurs de cartes demeurent dans la pénombre et l'image est très bruitée, malgré la présence d'une petite lampe d'ambiance qui éclaire verticalement les protagonistes.


A droite, une fois la nuit tombée, je me suis servi de la torche intégrée du HV20 pour enregistrer une séquence-souvenir. La puissance de la lampe (7 watts) reste toutefois modeste (bien qu'elle aveugle) et insuffisante dès qu'on éloigne le sujet à plus d'un mètre.


Attention, bien sûr, surcroît de consommation à prévoir. Il ne reste plus qu'à recharger pour la nuit.



(Canon HV20)

Micro, audio

Canon HV20   Canon HV20

Le HV20 est plutôt bien doté côté audio puisque déjà, les prises Micro et casque sont présentes. S'y ajoute un réglage manuel de l'audio qui peut affecter au choix le micro intégré ou un micro externe. Tout micro de toute marque peut par ailleurs se fixer sans difficulté sur la griffe porte-accessoires qui n'est pas propriétaire… comme chez Sony et ce, bien qu'elle soit "avancée" et compatible avec un micro Canon DM-50. Pour compléter ce tableau déjà prometteur, le son est plutôt bien restitué dans les médiums et les aigus, les voix sont bien audibles avec un certain relief sonore.


Comme sur de très nombreux modèles Canon, pro excepté, ce camescope capte un peu le bruit provenant du fonctionnement de la section Magnétoscope. HV10 Mais à vrai dire, alors que je craignais le pire, le bruit est moins fort que sur un Canon MVX460 et cela ne m'a pas gêné dans des conditions standard de prises de vues avec une atmosphère sonore "standard". Seule une interview réalisée dans un lieu très calme aurait probablement subi les désagréments de cette nuisance sonore. Un micro-cravate branché sur le connecteur 3,5 mm du HV20, a solutionné le problème.


Canon HV20   Canon HV20

Pour moduler le niveau sonore du HV20 à l'enregistrement, il faut être en mode P (dans ce cas, "M" s'affiche), puis on règle le niveau en appuyant sur le Joystick directionnel, enfin en descendant jusqu'à la fonctionnalité désirée. Pou finir, on ajuste avec les flèches directionnelles gauche et droite. C'est plus long à expliquer qu'à pratiquer !


Bien sûr, l'absence de potentiomètre et la non-distinction des voies gauche et droite feront réagir les esprits chagrins. Mais au final, on obtient la manoeuvre d'accès au réglage manuel du son s'avère plus immédiate et plus facile d'accès que sur le Sony HC7 (qui n'est certes pas une référence en la matière!). Seule restriction apparente du Canon, il lui est impossible de moduler le son depuis la prise HDV/DV


La visualisation du son est activable et apparaît - à l'enregistrement ou à la lecture de bande - sous la forme d'une unique barre verte de réglage (s'échelonnant de -40 dB à 0 dB avec un palier à -12 dB ) qui s'affiche sur écran ou dans le viseur. La notice conseille de régler le niveau de manière à ce que l'indicateur aille à droite du repère -12dB sans atteindre le 0 dB.


Le casque, qui revêt la même importance pour l'audio qu'un écran pour contrôler le cadre image, possède son propre réglage de niveau, accessible depuis le Joystick. L'écoute au casque est un peu déroutante car déjà, en mode Caméra, elle implique de paramétrer correctement le Menu sur la bonne sortie (Casque), sinon c'est la sortie audio/vidéo qui prend le dessus. Ensuite, un nouveau paramétrage est à renouveler dans le mode Lecture et à chaque extinction du camescope, la sortie audio/vidéo se repositionne par défaut ! Il faut donc recommencer à chaque fois… Pas très pratique tout cela ! Et ce n'est pas tout, l'accès au volume du casque est possible depuis le Joystick en Lecture mais en mode Caméra, il faut plonger dans le Menu ! Inutile de vous dire qu'on a dû parcourir la notice pour s'y retrouver. Si on insiste autant, c'est parce que le son est justement l'un des points forts de ce camescope, il est donc bon d'en creuser les aspects pratiques. Dernier point : en branchant le casque, comme sur d'autres camescopes, le HP du camescope s'inhibe.


Enfin, dernier piège, la fonction d'Affichage du Niveau Audio du menu n'affecte en réalité que le mode Auto. Autrement dit, l'affichage du niveau apparaîtra toujours en mode P, quel que soit le réglage du Menu.


Canon HV20   Canon HV20

Un filtre anti-vent HV10, qui coupe les basses fréquences, a été expérimenté avec succès en présence d'un vent violent sur un lac de montagne : avec l'aide de ce filtre, le vent n'est pas supprimé mais les sons graves produits par le vent sont suffisamment atténués pour rendre la séquence plus audible.


Attention à l'atténuateur du Menu Enr/Entrée, il atténue le niveau sonore de façon drastique ! Cet atténuateur a pour but de ne pas risquer d'enregistrer de sons saturés, par exemple si vous filmez près d'un circuit automobile ! Mais nous l'avons laissé par erreur sur quelques séquences qui manquent du coup singulièrement de présence…


Sur un plan technique, le Canon HV20 enregistre en MPEG-1 Audio Layer. Rappelons que le MPEG-1 est uniquement en 16 bits, 48 Khz (donc si on filme en HDV, pas de 12 bits). Un filtre coupe-vent est présent, contrairement au Sony. Il est à noter que ce filtre laisse le choix entre "Off" et "Auto", ce qui est un peu différent de "Off" et "On". Nous vous conseillons de le laisser sur Off dans la majorité des cas.


En conclusion, le HV20 reste un camescope bien adapté pour l'audio manuel.


 



(Canon HV20)

Connectique

Canon HV20   Canon HV20

Toutes les prises utiles ou presque s'alignent à l'arrière et sur le flanc droit du HV20, sous des clapets en plastique, et non en dur comme sur certains modèles (ex Sony HC1). La protection arrière en plastique est d'ailleurs rebelle et a bien du mal à retrouver ses points de fixation quand on la retire. Curieuse conception ! Par ailleurs, la connectique (notamment dv) gigote : une négligence qui peut effrayer l'amateur averti, Canon devrait se méfier davantage de ces petits détails. Hormis ces points négatifs, la connectique du HV20 est presque optimale, jugez plutôt :


A l'arrière :


-1 prise i-Link par lequel le signal HDV sort également. Cette prise est In/out comme sur le HC7.


-Au-dessous, 1 prise HDMI qui faisait défaut au Canon HV10.


Puis sur le flanc droit :


-1 prise micro externe 3,5 mm.


-1 prise composite multiconducteur (câble fourni), destiné à visionner sur TV par exemple. Cette prise analogique est In/out, ce qui, dans le format HDV, est propre à ce seul camescope. Cette même prise sert de prise casque.


-1 mini-prise Component vidéo In (YUV) destinée à relier un afficheur HD ou à établir une connexion analogique. Le HV20 est d'ailleurs fourni avec le câble composantes correspondant. Ce type de câble est moins pratique que la sortie HDMI du HC7 Sony mais au moins, ici, le câble est fourni.


+ 1 USB-2 située derrière l'écran !


Il ne manque donc que :


-le connecteur externe Y/C physique au même titre que le câble ad hoc. Pour rappel, pas davantage de câble DV (toujours aussi étonnant sur un caméscope de ce prix !).


-le connecteur Lanc qui s'avère fort utile à ceux qui souhaitent piloter le HV20 depuis un caisson sous-marin ou un report de commandes tel que ceux que proposent des fabricants de trépied (Manfrotto et son levier de télécommande 523 pro par exemple qui offre notamment la mise sous tension, 3 vitesses de zoom, le start / stop, le réglage de la MAP en manuel).


Canon HV20   Canon HV20

Câbles de connexion fournis : composite et YUV.


Le signal peut, au choix, être acheminé en HDV ou DV. Lorsqu'on visualise l'image en sortie DV ou par la prise YUV, le réglage du Menu (16:9 ou 4:3) n'a aucune incidence. Mais il en a une par la prise vidéo composite. Pour finir, une évidence : pas de prise XLR qui ne fait pas partie du cahier des charges d'un modèle à vocation grand-public.


Canon HV20   Canon HV20

Le port USB situé derrière l'écran et le choix d'affectation de la sortie AV/casque.



(Canon HV20)

Montage et conversions

Canon HV20   Canon HV20

Vous pouvez bien sûr monter en HDV si vous avez tourné en HDV et monter en DV (16:9 ou 4:3) si vous avez filmé en DV. En HDV, rappelez-vous que la haute déf est gourmande, l'image HDV étant 5 fois plus grande : 1080 x 1920 en HDV (poids : 2 Mo) contre 720 x 576 en SD (poids : 400 Ko) ! Pour traiter du HDV au montage, un biprocesseur est recommandé et au moins 1 Go de Ram.


Si vous n'avez pas de solution de montage musclée ou si vous préférez monter en DV, la solution est de downconvertir : tourner en HDV, monter en DV pour solliciter moins d'espace disque et de ressources du processeur. Pour convertir un signal de HDV en DV, il faut bloquer la sortie DV du menu sur "DV Verrouil". C'est assez simple à utiliser mais toute modification de ce Menu n'est effective que si vous débranchez et rebranchez le câble DV. Enfin, si vous ne souhaitez pas downconvertir en DV, laissez l'automatisme HDV/DV agir.


Sur certains logiciels, il faut configurer la capture pour que l'image issue du camescope s'affiche dans la fenêtre de capture. Par exemple : "DV Pal convertisseur DV".


La qualité obtenue en downconversion HDV-DV est a priori au moins aussi bonne que d'enregistrer en DV direct.


Canon HV20   Canon HV20

A ne pas confondre avec la downconversion, le HV20 - et c'est le seul dans sa catégorie - offre aussi la conversion d'une source analogique en DV (attention, impossible de convertir en HDV). Vous pouvez donc importer, ou convertir vos anciens rushes analogiques en DV en utilisant éventuellement le mode "Pass Through". Nous avons testé à partir de la prise jaune mini-jack, ça marche bien !


A noter que le HV20 est fourni avec un CD regroupant différents logiciels (Digital Video Software, comprenant Zoom Browser pour PC et Image Browser pour Mac), à même de traiter les vues photo si vous ne disposez d'aucun logiciel photo, ce qui serait étonnant !


 



Canon DC40 définalisation   Canon DC40 définalisation
Vous pouvez bien sûr monter en HDV si vous avez tourné en HDV et monter en DV (16:9 ou 4:3) si vous avez filmé en DV. En HDV, rappelez-vous que la haute déf est gourmande, l'image HDV étant 5 fois plus grande : 1080 x 1920 en HDV (poids : 2 Mo) contre 720 x 576 en SD (poids : 400 Ko) ! Pour traiter du HDV au montage, un biprocesseur est recommandé et au moins 1 Go de Ram. Si vous n'avez pas de solution de montage musclée ou si vous préférez monter en DV, la solution est de downconvertir : tourner en HDV, monter en DV pour solliciter moins d'espace disque et de ressources du processeur. Pour convertir un signal de HDV en DV, il faut bloquer la sortie DV du menu sur "DV Verrouil". C'est assez simple à utiliser mais toute modification de ce Menu n'est effective que si vous débranchez et rebranchez le câble DV. Enfin, si vous ne souhaitez pas downconvertir en DV, laissez l'automatisme HDV/DV agir. Sur certains logiciels, il faut configurer la capture pour que l'image issue du camescope s'affiche dans la fenêtre de capture. Par exemple : "DV Pal convertisseur DV". La qualité obtenue en downconversion HDV-DV est a priori au moins aussi bonne que d'enregistrer en DV direct.
Canon DC40 définalisation   Canon DC40 définalisation

A ne pas confondre avec la downconversion, le HV20 - et c'est le seul dans sa catégorie - offre aussi la conversion d'une source analogique en DV (attention, impossible de convertir en HDV). Vous pouvez donc importer, ou convertir vos anciens rushes analogiques en DV en utilisant éventuellement le mode "Pass Through". Nous avons testé à partir de la prise jaune mini-jack, ça marche bien !


A noter que le HV20 est fourni avec un CD regroupant différents logiciels (Digital Video Software, comprenant Zoom Browser pour PC et Image Browser pour Mac), à même de traiter les vues photo si vous ne disposez d'aucun logiciel photo, ce qui serait étonnant !



(Canon HV20)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 12 avis d'internautes et donner le vôtre