Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests caméras GoPro, Action Cam (sport)

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test Kodak Pixpro SP360

L'actioncam qui donne le tournis à GoPro

 

14 février 2014 par Thierry Philippon

Acheter

Kodak Pixpro SP 360 4K
Prix fabricant : 350 Euros
 

SP360

La série documentaire « J’irai dormir chez vous » de Antoine de Maximy, si elle reprenait du service, pourrait voir d’un très bon oeil cette nouvelle invention. Car avec cette caméra signée Kodak, une première mondiale, on peut se filmer devant, ou derrière et voir ce qu’il y a sur les côtés !


Pendant que certains fabricants freinent ou proposent des alternatives au très grand-angle, Kodak fait exactement l’inverse avec la SP360 ! En effet, l’offre de cette caméra est justement de voir le plus large possible, avec les déformations qui en résultent. Ce principe de vision nommé un peu abusivement "360°" a de nombreuses applications.


Sur un plan professionnel, on peut ainsi imaginer nombre d’applications comme la vidéo surveillance : russes et polonais qui placent une caméra sur le pare-brise de leur voiture pourrait bien être tentés par ce nouveau « jouet ». Autre application - Kodak en a d'ailleurs diffusé une vidéo - la prise de vues de paysages avec drone. Effet garanti, même dans le mode le moins large (Front mode).


Kodak SP360


C’est JK Imaging, une jeune société taïwanaise basée en Californie qui a eu l'audace de racheter le droit d’utiliser la marque Kodak pour produire entre autres des APN, des picoprojecteurs et des actionCam. Une première caméra, la SP1, a d'ailleurs fait son apparition il y a quelques mois. Face à la grande dame mais vieillissante Kodak, ce coup de jeune s’apparente à un coup de fouet qui permet au nom Kodak de continuer à exister et peut-être même d’être profitable. Pari réussi ?


Kodak Pixpro SP360

> LIRE LA SUITE : Le test de la Kodak SP360

Le test de la Kodak SP360

Kodak pixpro
Revêtue de jaune, pesant 103 grammes seulement, la Kodak arbore des dimensions lilliputiennes (41,1 x 50 x 38 mm) qui en font un produit légèrement plus petit qu'une GoPro4 ! Malgré sa petite taille, il existe un pas de vis pour trépied, bien pratique et tout à fait novateur sur une caméra d’action. La petitesse a son revers : pas d'écran autrement que le minuscule afficheur N&B de taille 1 pouce destiné à la navigation dans le menu. D’ailleurs on ne voit pas trop où un écran digne de ce nom pourrait se loger sur l’engin. C'est un point faible par rapport au nouveau BacPac de la GoPro Hero 4, d'autant qu'aucun accessoire équivalent ne peut se greffer sur la Kodak. Consolation, la connexion avec un écran peut s'effectuer très facilement en NFC via smartphone ou tablette (voir plus loin). D'autre part, l'adoption du très grand-angle a pour conséquence que vous avez peu de risque que votre sujet ne soit pas dans le cadre !
SP360

Poursuivons. Le coloris jaune clinquant de la SP360 et sa forme parallélépipédique rappellent astucieusement les anciennes pellicules photo Kodak. Seulement trois touches dont un gros bouton rouge d'enregistrement se chargent de rendre la caméra opérationnelle. Deux des touches servent au menu. Il faut de bons yeux et un peu d'habitude car l'écran N&B n'est pas très éclairé, et la navigation pas si intuitive… On s'y fait mais l'écran d'une GoPro est supérieure sur ce plan. Notez aussi l'obligation de passer par l'écran Wi-Fi à chaque allumage. Pour une connexion physique, deux sorties sont logées derrière une trappe protectrice à la fois souple et costaude : une micro-USB 2.0 (à 5 contacts) et une HDMI type D (mini-HDMI).


SP360 accesoires

 


Accessoires Kodak SP36à
Ce qui frappe chez Kodak, est que la panoplie d'accessoires fournis est bien plus riche que chez les rivaux grâce à une politique intelligente de packs tout compris, là où d'autres font payer le moindre accessoire. C'est ce qui explique qu'une aussi petite caméra soit logée dans une aussi grosse boîte d'emballage. Il y a 3 packs : Explorer, Aquasport, Extreme.
verrouillage SP360

De base, on bénéficie au moins d'un des 2 caissons disponibles. Les packs Aqua et Extreme proposent le caisson étanche, tandis que le pack Explorer se contente du caisson de protection (non étanche). A l'inverse, le Pack Aquasport n'a pas les fixations guidons par exemple. Nous avons pour notre part reçu ce même pack Aquasport en ayant précisé "pour la plongée". Un caisson pour actionCam vaut entre 40 et 50 euros en général (prix revendeur).


De base toujours, est fourni un chargeur secteur (vert si chargé, très simple). On peut aussi recharger en USB sur ordinateur. On recense une "mallette" (traduction erronée, il s'agit d'une housse de transport), 2 protège-objectifs, plusieurs fixations autocollantes et un chiffon de nettoyage (indispensable car traces de doigts vite visibles !) . Ensuite il y a des différences selon les packs. Le plus cher, le pack Extreme, d'un prix toutefois raisonnable (399 euros), comprend la totale, à savoir :


-un support adhésif plat pour attache sur skateboard ou autres objets plats
-un support adhésif courbé : pour casque sou autres objets courbés
-un support de guidon
-une courroie serre-tête (entre 30 et 40 euros en général)
-une ventouse et son montage (environ 40 euros)
-un montage de planche de surf adhésive
-un clip rapide pour attacher à la ceinture ou un harnachement


Vous calculerez vous-même l'économie réalisée en fonction de la caméra rivale de référence, mais incontestablement, le point fort de cette Kodak est de ne pas prendre le consommateur pour une vache à lait ! Tout ce qui nécessaire à une actionCam est fourni sans dépenser plus. On en vient presque à regretter qu'il n'y ait pas tout de même quelques accessoires optionnels, comme l'astucieuse montre de pilotage avec écran chez Sony ou l'écran BacPac chez GoPro. Mais la montre comme le BacPac valent une centaine d'euros minimum. Trop cher probablement.


SP360 batterie

On apprécie la bonne autonomie de la batterie de 1259 mAh annoncée pour 160 minutes à 1080p/30fps. En pratique, au minimum, plus de 2 heures 30 avec certitude (avec Wi-Fi). Une sacrée claque aux 45 minutes tout juste de l'ActionCam Sony HDR-AZ1 que j'ai testée récemment. Notez que cette batterie est amovible, et que le chargeur est fourni, ce qui n'est pas le cas de la plupart des actionCam (pas sur la Drift Stealth 2 par exemple ni sur la GoPro).


Côté manques et autres moins, pas de stabilisateur, une lacune évidente en marchant par exemple, ni de zoom évidemment, une éventuelle contrainte en snorkeling. Autre point d'agacement : un manuel loin d’être bien traduit ! Français assez approximatif par moments, sans nuire totalement à la compréhension toutefois… sauf dans certains cas. Il faudra qu'on m'explique ce que signifie la phrase : « Indique le temps total d’activer la détection des activités » !


SP360 caisson

L'ActionCam est costaude, aussi bien "nue" qu'avec son caisson, impression que les tests du terrain ont confirmé. D'après son fabricant, la Kodak Pixpro SP360 est insensible à l’épreuve des chocs (2 mètres) ou du froid (-10°). Elle est aussi étanche (-60 mètres) grâce à son caisson fourni, du moins avec les packs Aquasport ou Extreme. Notez au passage la fourniture d'insertions antibuée réutilisables 4 fois, mais qui doivent être secs (four à 150° pendant 5 minutes !), donc difficiles à utiliser en pratique.


Splashproof

A signaler que même sans son caisson, la caméra ActionCam Kodak est également "SplaskProof", c'est-à-dire protégée contre les éclaboussures (norme IPX5) et contre la poussière (norme IPX6).


En situation de transport, il existe un cache (dôme transparent) pour la lentille de l'objectif à placer. Prenez garde : dans ce cas, de jour comme de nuit, la moindre trace de doigt rendra vos images peu ragoûtantes. Et si vous filmez de nuit avec des néons partout, un halo (flare) envahissant est assuré, retirez le dôme dans ce cas.


SP360

La carte mémoire (située sous la connectique) est une microSD ou microSDHC (32 Go maxi). Elle est bien sûr non fournie, comme chez les rivaux. Pas de microSDXC possible. Conseillée par Kodak : une Class6 mais on ne voit pas trop ce qui le justifie, une Class 4 peut suffire. Maniez celle-ci avec précaution et dans le bon sens lorsque vous l'introduisez. Pour la retirer, des petits doigts sont nécessaires, ce n'est pas très aisé ! Notez une mémoire interne anecdotique de 8 Mo : l’espace de stockage ne sert donc qu'à un dépannage photo.


Comme évoqué plus haut, la connexion NFC permet de pallier l'absence d'écran de contrôle. Il suffit de télécharger l'application dédiée Pixpro SP360 compatible avec la plupart des appareils iOS ou Android. La liaison NFC est très simple à établir, juste à condition (dans notre cas) d'aller chercher la clé SSID sous la batterie !


Une fois connecté, le smartphone ou mieux, la tablette, à la lisibilité meilleure, sert d’écran de contrôle idéal, de déclenchement ou de réglages (balance des blancs, luminosité, passage du mode Vidéo à Photo...). Il peut aussi servir à visionner ses images (*). En direct, on pourra observer parfois un phénomène de latence entre ce qu’on voit à l’écran et sur la tablette. Ce n'est pas anormal.


Un bug semble-t-il propre à ma tablette (un iPad), m'a considérablement gêné puisqu'il a compliqué la tâche pour vérifier les images enregistrées. Systématiquement, le message « Hit Home Button to Exit - Application running on low memory " s'est affiché sur iPad, m'empêchant de relire les images enregistrées mais aussi bloquant complètement l'iPad. Si vous constatez le souci, et qu'aucune touche ne répond, la seule alternative est de reseter votre iPad : depuis la Home, touche Home et Power en même temps pendant quelques secondes, relâchez quand vous voyez le symbole Pomme. Ultra-contraignant évidemment.


Heureusement, le phénomène ne se produit jamais en direct mais en lecture de vidéos. Il est possible que l'iPad utilisé (un iPad2 d'ancienne génération donc) soit en cause, disculpant l'application Kodak. Ce qui n'est pas certain. En effet, j'ai exploité deux autres applications en NFC me servant à relire les vidéos de 2 autres produits et l'iPad a très bien fonctionné...


SP360
360
Sur le plan technique, le coeur de la Kodak est donc son fameux 360°. On ne connaît guère de caméras d'action filmant à 360°. On recense les systèmes munis de plusieurs capteurs comme c’est le cas avec le ballon Panono. Mais ici, on est avec un seul capteur, et une seule lentille fisheye qu'il a fallu concevoir en conséquence. Le résultat est assez bluffant, il faut le reconnaître. Toutefois, parler de 360° donne l'impression que la caméra filme tout ce qui l'entoure et sans déformation, façon visite virtuelle Google... En réalité, elle filme tout ce que son champ de vision lui permet de voir avec un seul capteur. Ainsi, vous ne verrez pas le dos de la Kodak par exemple (il faudrait un autre capteur). En fait, l'équivalent est de 8,25 mm, soit 273°. Pas 360°.
panoramique SP360

Pour enregistrer, vous disposez de plusieurs modes et plusieurs formats vidéo.


Côté modes, il existe 5 choix : Carré (ci-dessus), Dichotomie, Panorama, Dôme, Anneau, qu'on peut choisir dès la prise de vues ou par la suite, mais seulement dans certains formats. Le mode Dichotomie est l'un des plus intéressants, il offre une vue avant à 180° et arrière à 180° également. Son complément, le mode Panoramique, réunit les deux vues pour n'en former qu'une. Pas mal sous l'eau par exemple. Les modes Dichotomie ou Panoramique sont d'autant plus intéressants qu'on peut les créer dès la prise de vues ou après coup, avec l'application PixPro SP360. Etre capable de capturer ce qui se passe devant et derrière vous, a des applications immédiates. Par exemple, en descente à ski, en parachutisme (voir vidéo), ou en plongée sous-marine. Pouvoir enregistrer simultanément le filmeur et le filmé n'est donné à aucune caméra à l'heure actuelle, hormis la Kodak.


 


Kodak SP360

Côté formats à présent, il existe 9 options dans lesquelles on s'y perd un peu. Le mode le plus qualitatif est le FHD correspondant à une image FullHD, bien large. Ce mode FHD, qui correspond à un 16:9 fisheye, ne filme que devant vous ("Front"). Il faut basculer l'objectif vers l'avant. Surtout, comme il ne filme pas à 360°, le redécoupage ultérieur de l'image lui est interdit (voir ci-après). En revanche, vous bénéficiez de la meilleure qualité et résolution disponible (Full HD en 30 fps) tout en obtenant une vue au super grand-angle (214°, c'est plus que la vision humaine !). C'est un peu plus que chez GoPro, Drift et Sony.


SP360


Vue originale "Sphérique"


 


SP360

Vue remaniée en mode "Panorama"


 


SP360 quartage

Vue remaniée en mode "Quartage"


 


En alternative au FHD, on peut capturer ses vidéos dans les formats 1440 (en 1:1), et 1072 (en 1:1) qui sont les seuls à permettre les modes particuliers de découpage à la prise de vues, ou à autoriser un retaillage de la séquence par la suite. On a donc intérêt à les utiliser si on souhaite produire un effet de type 360° ou si l'on hésite sur le mode à adopter. On pourra toujours changer par la suite.


On ferme la marche avec 2 modes en HD 4/3 (1280x960/50fps ou 30 fps), 2 autres modes en HD 16:9 (1280x720/60 ou 30 fps), et 2 derniers modes en WVGA en WVGA (848x480/60 fps ou 120 fps) qui n'autorisent pas de retaillage de l'image.


Tous les formats sont disponibles en mode Film (le mode "Normal"), en Intervalle (entre 1 et 60 secondes) ou en Boucle, à savoir une réécriture de la carte quand elle arrive à la fin pour des applications de vidéosurveillance. Dans la même logique, on bénéficie de l'existence d'une détection de mouvement qui s'avère pratique pour repérer des animaux ou un cambrioleur qui passe dans le champ !


Le problème de tous ces choix est qu'ils impliquent malgré tout une position adéquate de la caméra. Or comme elle est de forme carrée avec l'objectif sur le dessus, on a vite fait de l'orienter dans le mauvais sens, et de rater sa prise de vues. Ca m'est arrivé plus d'une fois...


qualite_image

On attendait au détour la qualité image de la Kodak. Psychologiquement, le rendu très grand-angle (fish-eye en fait) et les modes de composition d'images réalisés à la prise de vues (ou ultérieurement grâce à l'application), font passer certaines imperfections de l’image au second plan. D'ailleurs, l’image fait plus que se défendre en extérieur. Mais la dynamique du capteur 16 Mp est pauvre, les zones éclairées sont légèrement brûlées et le piqué est très moyen. Même par rapport à une Drift Ghost, la qualité de la Kodak est inférieure en FullHD. En intérieur, ce n'est pas mieux. L'image est granuleuse malgré l’ouverture à F/2.8.


Un moindre mal serait de bénéficier d'un enregistrement 4K, surtout vu les recadrages proposés par l’application. Des produits approchants existent (tels la HC-X500 de Panasonic) laissant supposer qu’une prochaine version pourrait tenter le 4K.


En revanche, on remarquera l'audio correct (sans caisson) qui devient très étouffé avec le caisson (quasi inexploitable mais c'est fréquent). Notez la faculté d’activer l’anti-vent (déconseillé toutefois). Sans caisson, attention à ne pas masquer les deux petites capsules situées à l'avant. Et éliminez le bruit strident lorsque la caméra s’allume et s’éteint ou lorsque vous introduisez la carte mémoire !


SP360 SP360 Kodak
La Kodak sait aussi shooter des photos, au choix en taille 10MP (en 1:1, c’est à dire en 3264x3264), 5 Mp (en 4:3, comme ci-dessus), ou 2 Mp (en 16:9). Les photos sont en 5 Mp si vous êtes en FHD et en 10 Mp (en 1:1) si vous êtes en 1440 par exemple. On peut aussi s'appuyer sur un mode rafale (10 photos prises à la suite).


(Test Kodak Pixpro SP360)

L'application Pixpro SP360

spherique

L’application Pixpro SP360 qui est téléchargeable depuis le site Kodak est ici prépondérante, moins pour importer ou visualiser les fichiers, que pour les traiter et sauvegarder les traitements opérés. Téléchargeable gratuitement, l’interface générale de l’application offre différents choix de recadrage et deux options d’enregistrement :


Soit Enregistrer sous. Dans ce cas, vous enregistrez la vidéo en brut. Par exemple, si vous avez enregistré en 1440 x1440, vous obtiendrez une image brute dans cette résolution.


Soit - « Rec ». La fonctionnalité est la plus intéressante puisqu’elle permet d’opter pour le mode désiré : écran divisé en deux, en quatre, panoramique, etc. Pour prendre un exemple, on peut enregistrer en mode Carré (Dichotomie) puis sélectionner l’option Panorama pour obtenir un fichier en mode panorama.


Problème, le retaillage fait perdre la résolution initiale, puisqu’on redimensionne l’image pour obtenir l’effet désiré. Ainsi en partant de la résolution 1:1 en 1440 x 1440, on obtiendra un "Rec" en 1280 x 960. Si besoin, cet enregistrement peut s’effectuer après s’être déplacé dans la vidéo selon les axes "gauche droite" ou « sur-suivant ». Ce procédé, assez astucieux, revient au même que si vous aviez orienté la caméra vers la gauche ou la droite pendant la prise de vues.


Kodak nomme cette fonctionnalité « contrôle régional ». On peut également ne "découper" que la section du fichier brut jugée intéressante. Mais nous avons noté un bug en utilisant les poignées de début et fin, le fichier signale une erreur et ne s'enregistre pas du tout à la toute fin. Solution, l'enregistrement à la volée en lançant le "Rec" et en arrêtant avec la touche Stop.


Notez aussi qu'en mode panoramique, le logiciel parvient à remettre l’image parfaitement droite. On trouve aussi des réglages avancés jouant sur la colorimétrie, la netteté, le contraste ou la saturation.


On trouve enfin le mode Quartage qui n’est, pour sa part, activable que depuis le logiciel, pas à la prise de vues. Il peut permettre - lors d’une réunion à plusieurs de scinder l’écran en 4, permettant d’avoir différents protagonistes. Là aussi, c'est assez spectaculaire. En revanche, on passera sous silence les modes "extraction" et "jetez-out " qui restent assez difficiles à exploiter.


Globalement, l'application semble assez bien réfléchie et très intuitive d’utilisation. Le résultat est réellement spectaculaire, et unique parmi les autres ActionCam, aussi nous ne doutons pas du succès potentiel de la Kodak SP360 sur ce point. Notez qu’en plus, rien n’empêche d’importer ensuite le fichier MP4 obtenu dans son logiciel habituel en prenant juste soin de paramétrer les bonnes dimensions si elles ne sont pas reconnues automatiquement (évitez un nouveau réencodage !).


Kodak SP360 importation
Kodak SP360
SP360 fisheye
Kodak SP360
Kodak SP360
Kodak SP360
Kodak SP360
réglages avancés SP360


(Test Kodak Pixpro SP360)

Diverses activités avec la SP360

Diverses activités avec la Kodak SP360
sur skateboard
 

sur parachutiste


Kodak SP360


 
casuq eventilé
 
ventouse SP360
 
sur vélo
 
Kodak SP360
 

 



(Test Kodak Pixpro SP360)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Acheter

Kodak Pixpro SP 360 4K
Prix fabricant : 350 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide