Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests caméras GoPro, Action Cam (sport)

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test terrain Drift Stealth 2

Une Drift en miniature

 

25 novembre 2014 par Antoine Desir

 

drift stealth2

Les caméras embarquées sportives doivent être compactes et légères. GoPro avait initié la manoeuvre en passant de la Hero 2 à la Hero 3. Sony a toujours fait dans la compacité, mais vient de sortir un modèle encore plus compact. Les Drift HD Ghost et Ghost S restaient en lice avec un peu d'embonpoint, après l'arrêt de la première Stealth.


Drift Stealth
Pour reprendre la main, Drift vient de sortir la Stealth 2, comme s'il avait rapetissé la Ghost. La Stealth 2 sort donc en même temps que la Sony HDR-AZ1, mais à un prix bien inférieur. Drift a-t-il réussi à réduire la taille, le poids et le prix sans trop sacrifier les atouts indéniables de la Ghost ? Le prix demandé est-il justifié face aux assauts des caméras premier prix ?

> LIRE LA SUITE : Capteur et objectif

Capteur et objectif

Stealth2-Ghost

La Drift Stealth 2 est équipée d'un capteur Aptina 1/3" de 3 Mp. On en connaît d'excellents avec les mêmes spécifications chez les fabricants de caméscopes conventionnels, mais dans ce cas, c'est moins bon que les Drift Ghost et autres concurrents. Seul point fort du capteur : une taille de photosite de plus de 2 micromètres, ce qui pourrait donner une sensibilité correcte.


L'objectif est nettement plus petit que pour la Ghost. Il ne permet qu'un angle de vue de 135°. Pas plus ni moins, il n'y pas de réglage possible. Cet angle est cependant préférable à l'habituel 170°, trop grand pour être agréable. Pour rappel, la Drift Ghost permet de choisir entre les angles de 170, 127 et 90°.


L'ouverture n'est pas non plus spécifiée. La profondeur de champ est fixe et importante, entre 50 cm et l'infini, ce qui est classique pour un petit capteur. Pas de stabilisation comme chez Sony, il faudra stabiliser au mieux l'appareil lui-même. Le verre de l'objectif affleure le contour en plastique mais ne le dépasse pas. Il est donc mieux protégé que pour d'autres caméras sportives. Mais avec un angle de 135°, il aurait pu être encore mieux protégé.


Stealth2

Le bloc optique (capteur et objectif) de la Stealth 2 a la même particularité originale et, disons-le, géniale que la Ghost : il pivote sur 300 degrés, soit presque un tour entier. Quelle que soit l'orientation de la caméra, pointez le petit triangle vers le haut et vous aurez une image horizontale. Cela ouvre bien des perspectives d'installation de la caméra et dispense de fixations "3D" coûteuses. C'est un avantage certain sur Go Pro, Sony et leurs copies. On se prend à rêver d'un niveau électronique pour faciliter encore ce réglage, car ce n'est pas si évident de trouver la verticale dans un environnement "penché".


Pas de zoom numérique, mais ce n'est pas une grosse perte. Ce genre de zoom dégrade l'image, alors qu'elle n'est déjà pas bien définie à la focale fixe.



(Test terrain Drift Stealth 2)

Réglages

Aucun réglage de la qualité d'image n'est possible, on est en mode tout automatique, sauf un correcteur d'exposition qui peut être utile. Heureusement que les automatismes s'en sortent plutôt bien en extérieur (sauf une surexposition chronique à cause d'un gain automatique brutal), car les images ne pourront être modifiées qu'au montage. Par contre, il existe un certain nombre de modes vidéo :


  • 1080p à 25 ou 30ips
  • 960p à 25, 30, 48 ou 50ips
  • 20p à 25, 30, 50 ou 60 ips
  • 480p avec des fréquences d'image élevées : 25, 30, 50, 60, 100, 120 ips

 


On retrouve là exactement les mêmes réglages que sur la HD Ghost. La Stealth 2 se rapproche bien plus d'une petite HD Ghost que d'une Ghost S, capable de mieux. Sauf à vouloir monter en fréquence d'image, on restera en Full HD. L'absence de 50p se fait alors sentir, le 1080p à 50 ips devenant la norme des vidéos de qualité. Mais le débit étant limité par le capteur lui-même, le 50p sera pour un prochain modèle (au hasard, une Stealth S). Si la vidéo est destinée au web, le mode 720p est tout indiqué.


réglages


(Test terrain Drift Stealth 2)

Ergonomie

La prise en main est bonne, même si l'appareil est miniaturisé. Il tient moins bien en main que ses grandes soeurs, mais ce n'est pas le but d'une telle caméra, sauf à la transformer en caméra espion.


Contrairement aux protections plus solides des Ghost, la coque de la Stealth 2 n'est pas étanche. Comme l'AS100 "nue" de Sony, elle résiste aux éclaboussures, à la pluie, la poussière et à la neige, mais pas à l'immersion. Il lui faudra un caisson pour la plongée, la nage ou la planche à voile. Mais elle n'en aura pas besoin pour rester à l'extérieur de la voiture, de la moto ou sur le casque de VTT.


Le caméscope tient à plat, mais aussi bien sur ses deux tranches. Il peut donc être utilisé simplement posé. En plus, son système de fixation est standard : c'est le pas de vis 1/4" que l'on retrouve sur la grande majorité des caméscopes !


Drift Stealth 2

Le bouton de mise en route n'est pas des plus agréables, comme ceux des menus. Leur dureté est le prix à payer pour l'étanchéité de la membrane. Pour la mise en route, ce n'est pas un vrai problème : la télécommande (en option) est tellement plus pratique !


Dans la miniaturisation et sa baisse de prix, la Stealth 2 a perdu son écran couleur. L'écran LCD est un écran noir et blanc rétro-éclairé de 1,3" (environ 3 cm de diagonale). Pas question de voir une image sur ce genre d'écran, il n'est là que pour les réglages. On perd un des points forts de la Ghost, car il n'est pas possible de cadrer sans accessoire extérieur. Pour faire un cadrage précis, il faudra donc relier la Stealth 2 à un téléphone évolué par WiFi. Dommage...


Comme pour la Ghost, Drift a gardé la connectique microHDMI et WiFi. La Stealth 2 se transforme facilement en émetteur WiFi, ce qui ouvre l'accès à l'application Drift Connect pour montrer l'image, contrôler le démarrage ou modifier les paramètres. L'application pour iOS a fini par sortir pendant le dernier jour du test, la tentative précédente ayant été refusée par Apple. La version Android existe aussi. Drift n'a pas choisi de modifier son application existante (Drift App qui contrôle les Ghost) pour contrôler la Stealth 2, mais en sort une nouvelle. Espérons un remplacement sans souci, car deux applications pour contrôler les caméscopes d'un même fabricant, c'est une de trop. L'application n'est pas totalement au point : pas de bascule en mode portrait / paysage, menus non traduits, quelques approximations ergonomiques, etc.


Drift Connect
Le retard entre la caméra et l'application est assez important, presque deux secondes. L'application reste utilisable, mais nous avons vu mieux.
drift Connect
La télécommande fournie en option (30 euros) est une vraie réussite : grande, avec de gros boutons manipulables avec des gants, les boutons ont des reliefs qui dispensent de les regarder. Quatre diodes qui changent de couleur indiquent l'état du caméscope et de la liaison avec la télécommande, qui peut se porter au poignet, sur un bras ou une jambe, mordue entre les dents ou fixée ailleurs (sur le volant d'un voiture par exemple). Mais depuis que Sony a mis un écran sur la télécommande, il semble manquer chez les autres...
Remote Stelath2

Il y a un choix de langue dans la menu, mais nous n'avons pas pu la changer, ce sera anglais obligatoire. Ceci avec le firmware 0.8.9.5, le dernier au moment du test. Ce n'est pas une version 1, on peut espérer qu'il est amené à évoluer. Pour info, la HD Ghost proposait 15 langues dont le français.


Les 3 boutons ne permettent pas une navigation aisée, il en manque un pour naviguer dans les deux sens dans les menus. L'appui à travers la membrane caoutchouc est dur.



(Test terrain Drift Stealth 2)

Audio

Le minuscule micro mono est médiocre, l'étanchéité dégrade forcément la sensibilité. Le micro peut être d'ailleurs coupé ou sa sensibilité réglée selon 3 niveaux. En niveau moyen, nous avons trouvé la captation audio mauvaise. Les essais suivants ont donc été faits avec le niveau inférieur, pour s'apercevoir que ce micro semble capter un bruit interne lors des vibrations, ce qui perturbe grandement l'enregistrement. Contrairement à la Ghost, pas d'entrée micro. Bon, s'il n'y avait que cela de perdu, ce ne serait pas grave.


Drift stealth2


(Test terrain Drift Stealth 2)

Batterie

Sans avoir poussé les tests, l'autonomie a paru bien suffisante pour partir plusieurs heures et remplir une carte mémoire. Rester en attente pendant une demi-journée ne vide pas la batterie, car l'écran s'éteint automatiquement après 1 ou 5 min. Il faut dire que la batterie fait 5,5 Wh, ce qui est correct pour un si petit capteur avec un écran économique. Le WiFi fera chuter l'autonomie, comme toujours. Drift n'a donc pas sacrifié l'autonomie à la légèreté ou la compacité et l'autonomie est encore supérieure à celle d'une GoPro.


La batterie n'est pas amovible, c'est le prix à payer pour allier miniaturisation et autonomie. Donc pas moyen de changer de batterie pendant la journée. En environnement protégé (intérieur de voiture), nous avons prolongé l'autonomie en branchant une batterie externe via le port micro USB. Mais c'est une solution inenvisageable en extérieur.


Drift stealth 2


(Test terrain Drift Stealth 2)

Format

Le format d'enregistrement de la Drift Stealth 2 est standard et identique à la HD Ghost : c'est du MPEG-4 à environ 17 Mbits/s en Full HD à 25 ips. Le débit est plutôt faible, surtout que le profil H.264 de l'encodage est basique : c'est du Main@L4.0, pas aussi optimisé que les caméscopes standards, mais lisibles par les lecteurs vidéos courants, dont les téléphones évolués.


La compression est assez forte, ce qui dégrade sensiblement les images qui sont souvent très mouvantes avec les caméscopes d'action. On aurait souhaité un débit 50% plus élevé (25 Mbits/s). Peut-être est-ce prévu pour une future version ?


Les vidéos sont enregistrées sur carte microSDHC. Drift exige une carte Class 6 et recommande une carte Class 10 pour les vidéos HD, mais on peut s'interroger sur l'utilité d'une telle carte vu le faible débit constaté.


drift stealth 2

Le format étant standard, il ne pose pas de difficulté au montage.


En plus de la lecture sur ordinateur à l'aide de la carte microSDHC, il y a deux autres façons de lire les vidéos : soit par la sortie microHDMI, soit via le transfert par WiFi dans l'application Drift. Rien de direct sur la caméra malheureusement.



(Test terrain Drift Stealth 2)

Fixations

ventouse drift

Pour une caméra embarquée, les systèmes de fixation sont très importants. Drift n'a pas le catalogue de GoPro ou Sony, mais l'essentiel y est : patins adhésifs plats ou courbes pour être fixés sur un casque (livrés en standard), sangle pour le coté du casque, ventouse, et un harnais bien pensé avec la caméra qui se porte sur l'épaule (même si la stabilité de l'image n'est pas forcément optimale dans ce cas), fixation guidon, etc. Le pas de vis standard, métallique, ouvre toutes les possibilités offertes par des accessoires tiers, du trépied à la perche : pas besoin d'acheter chez Drift. Les fixations sont exactement les mêmes que pour les Ghost. Elles paraissent juste surdimensionnées pour une si petite caméra.


drift Ventouse


(Test terrain Drift Stealth 2)

Spécifications mesurées

  • Hauteur : 43 mm
  • Largeur : 27 mm
  • Longueur : 80 mm
  • Diagonale de l'écran : 33 mm (1,3")
  • Poids du caméscope : 97 g
  • Poids de la télécommande avec la sangle : 35 g (pour une taille de 59 x 49 x 11 mm).


(Test terrain Drift Stealth 2)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les avis d'internautes et donner le vôtre