Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740

Les sommets de l'amateur

 

04 avril 2012 par Thierry Philippon - Mis à jour le 10 avril 2012

 

La cuvée 2012 se bagarre sur le terrain des camescopes hauts de gamme. Prétendant au trône, le Sony HDR-PJ740VE, objet de ce test, avec mémoire intégrée de 32 Go et picoprojecteur incorporé, ainsi que son frère quasi jumeau HDR-CX740VE, sur carte SDHC / MS seule.
HDR-PJ740

Ce sont des modèles très attendus des aficionados de la marque, voire de ceux qui hésitent avec d'autres modèles hauts de gamme comme le Panasonic HC-X900 ou le Sony NEX-VG20. Mais à 1300 euros pour le HDR-CX740, et même 1400 euros pour le HDR-PJ740, l'étiquette affiche 300 à 400 euros de plus que le HC-X900, et un écart de prix relativement faible avec les prix réels du NEX-VG20, la Rolls des modèles actuels. Bref, la barre est placée bien haute, car le camescope traditionnel est assez fragilisé par des concepts concurrents comme le "reflex vidéo" (que l'on retrouve chez Canon, Sony, Nikon et Panasonic), ou le camescope avec objectif interchangeable (type Sony VG20), sans compter les modèles pour prosumers dont le ticket d'entrée s'établit à présent dans une fourchette comprise entre 2000 et 3000 euros HT.


Pour lutter efficacement, Sony est donc contraint de proposer en haut de gamme un modèle crédible et "qui en jette". Est-ce le cas ? C'est ce que nous allons voir...


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le HDR-PJ740VE et le HDR-CX740 sont déclinés sous d'autres références dont on confond les caractéristiques car Sony a commercialisé 20 modèles au total (!) et certains d'entre eux sont proposés en France, d'autres pas (pour tout compliquer, quelques importateurs distribuent en France les modèles de distribution étrangère). On recense ainsi à 999 euros le HDR-CX730 qui est la déclinaison stricte du HDR-CX740 mais sans mémoire intégrée et sans GPS. Ensuite, à l'étranger ou en import seulement, certains pays proposent le HDR-CX760 (décliné aussi en version PJ760) qui correspond réellement au CX700 de 2011 puisqu'il argue, tout comme l'ancien modèle, d'une mémoire intégrée de 96 Go (vous suivez toujours ?!). On trouve aussi (en France) le HDR-PJ580, petit frère du HDR-PJ740 à mémoire intégrée de 32 Go, ainsi que les HDR-PJ260 et HDR-CX260 à mémoire intégrée de 16 Go, une optique non Carl Zeiss, ni viseur ni molette de réglage et pas de GPS. Hors Hexagone, notez enfin les CX720 et CX710, aux caractéristiques plus modestes.


Pour être complet, on note aussi un modèle décliné en pro avec picoprojecteur intégré - le Sony HXR-NX30 - dans une version NXCAM très ressemblante au modèle grand-public et qui comprend une mémoire de 96 Go. Il s'agit donc plutôt d'un HDR-PJ760 en NXCAM avec prises XLR, réglage manuel audio et option d'enregistrement en PCM linéaire.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Les HDR-PJ740 / HDR-CX740 s'inspirent pour beaucoup du HDR-CX700 de 2011 : on retrouve la même allure, le même capteur CMOS 1/2,88'' (rappel, 3 capteurs sur le X900), le quasi même grand-angle 26 mm coiffé d'un grand pare-soleil pro, les modes Progressifs 25p (à 24 ou 17 Mbit/s) et surtout 50p (à 28 Mbit/s) aux côtés du mode 50i. Notez que le 25p est encapsulé en réalité dans un signal entrelacé.


On récupère aussi le GPS ou encore la fameuse mise au point continue qui permet en touchant l'écran tactile sur un sujet, de suivre ce dernier avec maintien de la mise au point et de l'exposition. Une autre bonne idée n'a pas été abandonnée : il s'agit de la copie directe sur disque dur externe, sans PC, moyennant l'achat d'un câble adaptateur optionnel USB Sony VMC-UAM2.


Cette fonctionnalité s'avère d'autant plus utile pour décharger et sauvegarder la mémoire du camescope que le PJ740 / CX740 a une mémoire "limitée" à 32 Go, une limite de capacité vite atteinte en mode Progressif 50p par exemple (la limite atteint 2H20).


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Mais la cuvée 2012 des HDR-PJ740 / HDR-CX740 propose plusieurs améliorations notables. D'abord le viseur a été perfectionné, il s'étire et se relève : un "détail" important sur le terrain qui manquait au CX700 et qui fait toujours défaut sur le HC-X900 de Panasonic. Autre point marquant : l'optique signée Carl Zeiss (un retour en grâce ?) est plus grosse (diamètre 52 au lieu de 37 mm), permettant au stabilisateur un débattement plus important et de fait, une efficacité semble-t-il plus grande dans toutes les directions. Les équivalents focales restent inchangés. Notez aussi que la résolution photo passe à 24 Mp (!), par interpolation. Bof bof... le 12 Mp est déjà largement suffisant.


Les HDR-PJ740 / CX740 gagnent aussi un certain embonpoint : 160 grammes de plus que le CX700 pour le CX740, ce qui leur confère une stabilité encore plus grande au prix d'un poids de transport plus important (contrainte éventuelle en voyage) !


Nouveauté appréciée et qui ne fera sans doute pas discussion, la torche intégrée plutôt puissante que le fabricant propose. Elle prend moins de place qu'une torche optionnelle et évite selon moi de débourser 100 euros supplémentaires dans l'achat de ce type d'accessoire. Voir notre vidéo en page Qualité image et Sensibilité.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Et ce n'est pas tout. Sur un ancien camescope (le HDR-CX550), on pouvait afficher 6 réglages que l'on avait préférentiellement choisis en appelant la première page du Menu. Ici c'est presque mieux : les 3 fonctions que l'on apprécie le plus, peuvent se retrouver à même l'écran avec un accès très facile.


Notez que la mini-griffe propriétaire nécessite désormais d'ouvrir un cache qui se rabat sur le côté. Que ceux qui ont des craintes se rassurent : cela ne semble pas gêner la fixation de micros Sony.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Bref, que manque-t-il aux HDR-CX740 et PJ740 ? Certains déploreront sans doute le zoom limité à 10x (avantage au HC-X900 et à son zoom x12) même s'il est - selon le paramétrage du stabilisateur - extensible à 17x mais nous trouvons que l'image devient molle à cette amplitude. A réserver donc à un usage indispensable. Problème : le x17 va de pair avec le stabilisateur placé en mode "Activé" : si l'on souhaite exploiter le seul zoom 10x, on ne peut pas (sauf à ne pas aller à fond de zoom, ce qui demande de oser finement) !


Au niveau des manques : pas de bague de mise au point (comme chez Panasonic), mais j'essaierai de vous prouver que la molette de réglages assignable à l'avant n'est pas un si mauvais choix. Les esthètes de l'audio déploreront que le son n'est toujours pas réglable : une petite aberration compte tenu que les HDR-CX740 / HDR-PJ740 proposent prises Micro et casque.


Côté vidéoprojection enfin : le dispositif est un petit régal de convivialité même si la qualité n'est pas optimale : la distance de projection est limitée à 0,5 mètres, le niveau de contraste est donné pour 1500:1. La résolution est de type nHD (640 x 360 pixels). En continu, on peut projeter pendant 1H40 avec la batterie fournie.


Dernière précision : le manuel est fourni sur papier, mais dans une version relativement réduite. C'est sur le site Web de Sony qu'il faut aller chercher la version complète. La télécommande est en revanche bien incluse ! Mais passons au test détaillé...



> LIRE LA SUITE : Modes et durée d'enregistrement

Modes et durée d'enregistrement

Le HDR-PJ740 / HDR-CX740 offre un assez large choix de modes d'enregistrements pour un camescope grand-public : d'abord le 50i entrelacé qui est le seul à fonctionner selon 4 débits (24, 17, 9 ou 5 Mbits/s), ensuite le 25p proposé aux débits 24 Mbits/s ou 17 Mbits/s ; le 25p, à la différence du 50p à 28 Mbits/s, est à considérer comme un mode "simili-progressif" : il est encapsulé dans un signal entrelacé pour garantir la compatibilité avec les systèmes de montage les plus courants. Enfin, le PJ740 propose comme chez Panasonic un mode 50p à 28 Mbits/s qui était déjà présent sur le prédécesseur.
HDR-PJ740 / HDR-CX740

Les modes Progressifs - qui sont une certaine réponse aux avancées des "reflex vidéo" qui filment en Progressif - sont toujours très attendus car ils permettent de réaliser de beaux ralentis et s'adaptent idéalement aux écrans actuels. Ils évitent aussi de désentrelacer avant export pour diffusion des vidéos sur site Web. Le mode 50p n'est pas reconnu par tous les logiciels (par exemple les logiciels Mac), du moins, sans conversion, alors que le mode 25p est accepté sans trop de souci. En outre, ni le mode 25p ni 50p ne permettent d'enregistrer d'images fixes en simultané, il faut le savoir. Enfin, en 50p spécifiquement, on ne peut pas sauvegarder sur Blu-ray / DVD.


Pour chaque mode, Sony précise la durée d'enregistrement restante (c'est un peu dissimulé dans le Menu).


Le Sony HDR-PJ740 est aussi compatible avec les signaux SD (MPEG-2) afin d'assurer la compatibilité avec les DVD SD. Sony est seul à le faire par rapport à ses rivaux, si l'on excepte JVC et sa caméra pro GY-HM150.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Parmi les modes annexes, on trouve toujours la prise de vues de golf qui permet de décomposer le mouvement d'un swing (ou d'un coup de raquettes au tennis). Le principe : on divise 2 secondes d’un mouvement rapide en images qui sont enregistrées sous forme de film ou de photos. Vous pouvez par la suite visualiser cette série de mouvements lors de la lecture. Mais ce mode ne s'est pas perfectionner tout comme l'enregistrement lent régulier qui n'a pas progressé d'un iota (ralenti HD de 3 secondes à 400%, soit 12 secondes).


On trouve aussi un aspect Cinéma à utiliser avec modération. Il réchauffe les teintes mais procure un rendu plutôt artificiel.


HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger

Deux points de détail irritants quand on en fait les frais plusieurs fois : d'une part méfiez-vous si vous passe d'un mode "i" à un mode "p" (et vice versa) car il ne suffit pas de se positionner sur le nouveau mode pour que la validation soit effective. Il faut valider le OK situé (discrètement !) en bas à droite pour rendre le changement de mode effectif. Plusieurs fois, nous avons filmé en mode 50i, persuadé d'être en 50p.


D'autre part, quand on bascule en 50p Progressif et qu'on revient au 50i, le 50i se positionne par défaut sur la qualité moyenne (à 9 Mbit/s en 1440 x 1080) et non dans la qualité dans laquelle on avait filmé auparavant.


L'autonomie d'enregistrement du HDR-PJ740 est en nette diminution par rapport à celle du CX700 puisque la mémoire intégrée passe de 96 Go à 32 Go. Au lieu de 9H15 en FX (24 Mbit/s), on descend à 2H45 ! Passé l'effet de surprise et d'incompréhension, il faut prendre en compte plusieurs éléments :


Si vous voulez vraiment du 96 Go, cela reste possible : soit en achetant en import la version HDR-PJ760 distribuée à l'étranger. Soit en optant pour le modèle pro NX30, pourvu de cet espace de stockage interne.


Il faut considérer également qu'une mémoire de 32 Go est cumulable sans difficulté (c'est même mieux, puisque les cartes sont amovibles) avec des cartes mémoire (SDHC / SDXC ou MS) dont les prix baissent d'année en année.


Enfin, il convient de relativiser la capacité de stockage qui ne pose réellement problème qu'en cas de gros tournage, type voyage, auquel cas les cartes mémoire vous tendent les bras. Notez que la copie de la mémoire intégrée vers la carte mémoire est possible sur le PJ740 dans le Menu Editer/Copier qui offre 3 options en mode Lecture.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Capteur, objectif, stabilisateur

Sony a conservé une belle combinatoire : un capteur CMOS Exmor R 1/2,88 pouce qui revendique comme pour le CX700 de 2011 un nombre de pixels effectifs en vidéo de 6.140.000 pixels (pour un total de 6.650.000 pixels).
HDR-PJ740 / HDR-CX740

Mais fini l'objectif Sony G à base de verre asphérique à faible dispersion, troqué contre un objectif x10 signé Carl Zeiss. Côté traitement des images, on retrouve le processeur BIONZ hérité des Alpha Sony. Autre changement, un diamètre qui passe de 37 à 52 mm ! Ceux qui possèdent un ancien objectif Sony et qui envisageraient l'achat d'un HDR-PJ740, devront se servir de la bague d'adaptation 37-52 mm (fournie). Toutefois, a priori, l'ajout d'un grand-angle est superflu sur le HDR-PJ740. En effet, l'objectif s'élargit au profit d'un équivalent 26 mm en vidéo (le CX700 revendiquait 26,3 mm). Avantage sur un complément grand-angle optionnel : on fait l'économie d'un accessoire coûteux (autour de 200 euros en général). Ensuite, on ne déplore aucun flou sur les bords ni aberration marquée.


Globalement, le capteur de bonne facture, et le traitement correct du processeur Sony font progresser la sensibilité, on ne s'en plaindra donc pas !


HDR-PJ740 / HDR-CX740
Ci-dessus, l'objectif d'un Sony HDR-SR11 (en bas) et du HDR-PJ740 / CX740 (en haut). L'objectif passe d'un diamètre 37 mm à un 52 mm, ce qui permet au stabilisateur de se mouvoir très facilement.
HDR-PJ740 / HDR-CX740
Autre source de satisfaction : le stabilisateur en mode "Activé" est toujours aussi spectaculaire (vidéo à venir). Il l'est d'autant plus associé au grand-angulaire et au poids conséquent du camescope, l'ensemble de cette combinatoire procurant une sensation accrue de mouvement coulé. On retrouve des stabilisateurs comparables chez Panasonic et Canon, mais l'angle de champ est moins avantageux et le camescope est moins lourd, atténuant un peu la sensation de stabilité extrême du Sony.

HDR-PJ740 / HDR-CX740


HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger
telecharger
Le stabilisateur est réellement efficace au maximum du zoom 10x. A gauche, stabilisateur sur Off, à droite avec stabilisateur en mode Standard (séquences en MTS à relire avec VLC par exemple).

Sony a malgré tout un souci puisqu'il est limité par son zoom x10 (Panasonic affiche un x12 sur son HC-X900). Alors la marque propose une alternative : un zoom dit "étendu" 17x (x14 sur l'ancien CX700), sans rapport avec le zoom numérique (x200)... Le principe est que lorsque le stabilisateur est placé dans son mode le plus actif (mode "Activé" justement), il n'utilise pas la totalité des pixels du capteur. Par conséquent, une extension du zoom est possible sans perte de définition probante, du moins c'est ce que prétend Sony. Mais nous avons plusieurs scènes comparatives qui attestent du contraire ! :)


Mais ce mode Activé est donc loin d'être anodin si l'on n'y prend garde. Résumons-nous : si l'on désactive le stabilisateur ou si on le place en position Standard, le zoom se cantonne à une amplitude 10x. Mais si on place le stabilisateur sur Activé, le zoom s'étend à x17 sans possibilité de se limiter à x10 (pour ne pas subir la dégradation), sinon en ne dépassant pas un zoom x10. Et s'arrêter à x10 quand le zoom va jusqu'à x17, sans repère de focale très précis, n'est vraiment pas facile.


HDR-PJ740 / HDR-CX740
Le gros pare-soleil est bel et bien inclus dans la version européenne. Il se pose et se verrouille assez facilement, n'empêche pas la mini-torche de fonctionner (un orifice est prévu). Il protège aisément des rayons parasites du soleil. On veillera toutefois à retirer cette coiffe ostensible si vous ne voulez pas (à l'étranger), dans des endroits "chauds" que l'on prenne votre attirail pour un modèle trop professionnel...
HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger
Efficacité du stabilisateur en mode Activé.


(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Ecran, viseur

L'écran tactile du HDR-PJ740 est un 3 pouces qui paraît un peu petit quand on s'est habitué pendant 3 semaines à viser avec un écran 3,5 pouces. Mais tout n'est que comparaison. L'écran tactile comporte une 2e commande de zoom et un Start/Stop qui ont la particularité astucieuse de ne s'afficher que lorsqu'on a déjà démarré l'enregistrement, après seulement quelques secondes de tournage par conséquent.


L'écran est affublé de 2 minis-enceintes. Le son est bon, quoique toujours aussi nasillard. C'est bien sûr par ce même écran qu'on accède au Menu (il n'y a pas de bouton physique Menu).


HDR-PJ740 / HDR-CX740
La résolution de cet écran reste bonne et identique à ses prédécesseurs (CX550 et CX700), soit 921.000 pixels (1920 x 480 pixels). Cependant, en plein soleil, ne comptez pas utiliser l'écran malgré ses 2 positions de luminosité. D'où l'intérêt crucial du viseur.
HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le viseur couleurs ne cesse de se perfectionner, plus exactement on revient aux sources du viseur vraiment fonctionnel : c'est à-dire étirable et relevable, ce qui est le cas de celui des HDR-PJ740 / HDR-CX740. Cela permet d'adopter des positions un peu "acrobatiques", ou tout simplement cela évite de se courber. L'afficheur est de petite taille, comparable à la concurrence : 0,5 pouces de 201 Kp.


Un bon point : contrairement au Sony CX700 de 2011 et au Panasonic HC-X900, le fait de tirer ou de repousser le viseur dans son logement, ne modifie pas le réglage de la dioptrie. Ce défaut s'observe en effet sur plusieurs camescopes (le X900 entre autres), mais le HDR-PJ740 échappe fort heureusement au problème ! Seul détail qui concerne ce même réglage dioptrique : on ne peut pas le régler, viseur relevé, il faut obligatoirement tirer le viseur sans le relever pour y avoir accès.


En tirant le viseur ou en ouvrant l'écran, par défaut, le HDR-PJ740 s'allume. La fonctionnalité n'est pas nouvelle mais reste pratique. En revanche, on retrouve un défaut des CX550 et CX700 : si le viseur est sorti à moitié, écran fermé, le camescope reste sous tension. Etant donné que l'étirement du viseur est faible, on peut ne pas s'en apercevoir.


A noter que le HDR-CX730 possède lui aussi un viseur comme les HDR-PJ740 et CX740.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Batterie, autonomie

HDR-PJ740 / HDR-CX740

La petite batterie ion-lithium 7,0 W/h Sony NP-FV50 (1030 mAh) livrée en standard, et annoncée pour 100 minutes en continu, tient (en HD) 55 minutes réelles. C'est à peine mieux que sur le rival Panasonic HC-X900. On peut se procurer la batterie Sony NP-FV100.


Elle offre une autonomie de 255 minutes réelles en HD (sur écran). La batterie intermédiaire NP-FV70, limitée à 130 minutes, est moins intéressante. Il existe aussi des batteries génériques chez les accessoiristes.


Attention, l'ancienne génération de batteries (NP-FH100, NP-FH70...) est incompatible avec cette gamme 2012, l'encastrement n'est pas le même ! C'était déjà le cas avec les gammes 2010 et 2011. Les amateurs de prises de vues sur trépied doivent aussi prendre garde car l'extraction de la batterie s'opère par le dessous du camescope.


Un abandon surprenant (conservé sur la version pro NX30) : on ne peut plus recharger la batterie du camescope via un petit cordon USB solidaire du camescope qui se logeait dans la poignée-dragonne. En cas d'indisponibilité du chargeur-adaptateur de batterie, cela pouvait s'avérer pratique. Mais la recharge avec ce câble USB nécessitait 315 minutes avec la NP-FV50, 600 minutes avec la NP-FV70 et 1050 minutes (!) avec la batterie Sony NP-FV100.


Pour vérifier l'autonomie précise de la batterie (hormis le symbole sur écran), il faut toujours déambuler dans le Menu alors que les anciens camescopes Sony permettaient un accès direct depuis une touche. Dommage. Par contre, un bon point : on obtient l'autonomie distincte du viseur et de l'écran.


Pour finir, le chargeur fourni est intégré puisqu'on ne dispose que de l'adaptateur secteur. Par chance, un accessoire optionnel existe, le chargeur Sony BC-TRV.


 



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Griffe, télécommande

HDR-PJ740 / HDR-CX740   HDR-PJ740 / HDR-CX740

La griffe est toujours là mais l'accès diffère : au lieu d'une trappe, il faut relever un cache en plastique, solidaire de la griffe. Pas de gêne a priori. LA griffe est "propriétaire", à savoir elle communique avec les accessoires de la marque. Le principe de la griffe Active donne possibilité à ce micro HF Sony ECM-HW2 d'être alimenté sans difficulté via celle-ci. A noter également, au catalogue des accessoires Sony, une torche ou un micro additionnel.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Il existe toutefois un adaptateur d'une firme américaine permettant de fixer un micro ou une torche d'une autre marque ( Voir notre article). Ou si besoin, Sony propose à son catalogue ce bras de déport VCT-55LH.


De son côté, la télécommande peut s'avérer utile pour déclencher la caméra à distance pour des vues animalières, zoomer à distance ou pour avancer /reculer image par image car c'est impossible depuis les commandes du camescope.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Prise en mains

Comme chez le prédécesseur, le camescope est opérationnel rapidement en tirant le viseur ou en ouvrant l'écran. Contrairement à Panasonic et à son mode Quick Start, il n'existe pas à proprement parler de mode rapide de mise en marche mais le HDR-PJ740 ne traîne pas. Si on veut toutefois "dégainer" plus vite, il faut fermer l'écran, tirer le viseur (qui consomme moins). En ouvrant alors l'écran, on est opérationnel en une fraction de seconde. Notez que la dioptrie ne se dérègle pas en tirant / repoussant l'écran (on insiste car c'est un défaut crispant quoique non-systématique sur le CX700 et le HC-X900).
HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le déclencheur est bien réactif, mais nous avons subi quelques erreurs de déclenchement, essentiellement dus à la discrétion du témoin d'enregistrement sur écran (discerner si le voyant est rouge ou vert est parfois difficile en plein soleil). Notez que la prise en mains est facilitée par le report de commandes de zoom et d'enregistrement sur l'écran.


Le maniement du zoom avec la commande supérieure ne souffre pas de critique particulière. Se méfier toutefois : avec une vitesse trop lente, un arrêt non voulu du zooming peut se produire, nous en avons fait les frais, sans doute par manque d'habitude du maniement du modèle.


Il n'existe pas de reconnaissance oculaire qui permette, comme sur certains reflex, de passer au mode Viseur en approchant ou en éloignant l'oeil du viseur. Dommage : c'est une belle invention qui serait bien pratique !


Les paluches, petites ou grosses, se glissent facilement dans la poignée-dragonne. Mais ce qui frappe avant tout, c'est le poids du HDR-CX740 qui, à 655 grammes pour le HDR-CX740 (680 grammes pour le HDR-PJ740), pèse 165 grammes de plus que le CX700 en partie sans doute à cause du bloc-objectif plus gros. Avec une batterie d'origine Sony NP-FV100, on atteint ou dépasse les 800 grammes !


Si vous voyagez, un tel poids peut représenter un inconvénient en terme de transports. Mais dans l'absolu, un tel poids stabilise considérablement les prises de vues et minimise les risques de prises de vues involontairement penchées.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

La molette située à l'avant est assignable en maintenant une pression prolongée sur le bouton. L'assignation se traduit par un accès direct pour changer la mise au point, la balance des blancs, l'iris ou encore la vitesse d'obturation par exemple. Elle s'avère moins ergonomique en théorie que le toucher d'une bague de mise au point. Mais ce système n'est pas si mauvais (c'est la première fois qu'on l'utilise autant) compte tenu d'un détail important : comme le HDR-CX740 est plus lourd et que son stabilisateur compense assez finement les bougés, le maniement de la molette déséquilibre moins le camescope en cours de prises de vues et passe presque inaperçu avec un peu d'entraînement. De plus, côté finesse de réglages, le CX740 bénéficie d'un système d'Intensification (Peak) proche de celui du Panasonic HC-X900 qui a pour propriété de colorier les contours des sujets nets en jaune, rouge ou bleue. Un "effet loupe" (Mise au point étendue) est aussi disponible. Nous le préférons au surlignage des contours.


Seul petit défaut à noter : le bouton-poussoir de la molette est toujours un peu malaisé à manipuler avec le pare-soleil.


 



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Modes et exemples photo

Les photos peuvent s'enregistrer dans la mémoire embarquée ou sur carte mémoire au choix. Comme sur le CX700, le passage au mode Photo s'effectue par l'intermédiaire d'un bouton de commutation "Mode" situé à l'aplomb du bouton PHOTO. Dans ce cas, les vues fixes peuvent être enregistrées en 12 Mp ou même, par interpolation en 24 Mp !! C'est évidemment beaucoup, trop diront certains. On vous laisse juge avec nos photos-exemples.
HDR-PJ740 / HDR-CX740

On peut également capturer des vues fixes pendant l'enregistrement vidéo (mode Dual Record) mais sans utiliser de Flash. La résolution est limitée d ans ce cas à 8,3 Mp (16:9). Il suffit de presser le bouton Photo pour actionner le mode Dual record. Attention, l'enregistrement simultané de vues fixes est impossible en 24 Mbps, et dans les modes 25p et 50p.


On retrouve aussi les fonctionnalités photo classiques : retardateur, Flash à 3 niveaux de puissance et 3 modes, anti-yeux rouges. Le stabilisateur est également disponible en mode Photo. Enfin, la lecture de photos s'effectue comme celle des vidéos via le mode Lecture


HDR-PJ740 / HDR-CX740

12 Mp (4672 x 2628 pixels)


 


 
 
HDR-PJ740 / HDR-CX740

12 Mp (4672 x 2628 pixels)


 


 
 
HDR-PJ740 / HDR-CX740

24 Mp (6544 x 3680 pixels)


 


HDR-PJ740 / HDR-CX740
24 Mp (6544 x 3680 pixels)


(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

GPS

HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le GPS, déjà en vigueur sur les précédentes gammes de la marque, mémorise un lieu filmé en fonction de sa position satellittaire. Vous obtenez ainsi une carte zoomable dont l'échelle varie de 25 mètres à 6000 kilomètres.


Techniquement, votre caméscope effectue une "triangulation" à partir de 3 satellites ou plus. Comme les satellites bougent, l'information se renouvelle toutes les 10 secondes environ. En cas de succès, le caméscope enregistre les informations de position qui deviennent indélébiles des fichiers enregistrés à ce moment-là. Attention, le GPS fonctionne théoriquement assez mal si vous êtes entourés d'arbres ou de lieux couverts, et pas du tout en intérieur. Il faut être positionné préférentiellement sur un terrain dégagé. Si vous allumez / éteignez le camescope, le GPS prendra plus de temps que si la triangulation s'effectue appareil allumé.


La géolocalisation par GPS peut s'avérer utile pour savoir où l'on est situé ou lorsqu'on a filmé des séquences dont on ne se remémore plus le lieu. Le GPS vous permet aussi de connaître votre position actuelle. Plus on zoome, plus les noms des lieux sont précis.


Les versions "VE" sont avec GPS, les autres sans. Notez que le logiciel intégré (PlayMemories Home) fourni avec le HDR-PJ740 Sony, est bien sûr compatible avec les données GPS.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Automatismes et réglages

Les automatismes du Sony HDR-PJ740 sont globalement toujours aussi satisfaisants. Même l'Autofocus est rarement pris en défaut, sauf lorsqu'on effectue par exemple un panoramique depuis le ciel (l'AF cherche la mise au point sur le ciel sans la trouver).
HDR-PJ740 / HDR-CX740

On retrouve l'indétrônable molette "Manual" qui est paramétrée sur la mise au point manuelle mais on peut choisir de lui assigner plusieurs autres réglages : Exposition, Iris, Réglage Exposition Auto, Réglage WB (balance des blancs), ou encore Vitesse d'obturateur. Alternativement, on peut passer rapidement du manuel à l'automatisme. Ce dispositif est bien pratique.


La Mesure / Mise au point Spot (suivi sur écran) que nous apprécions beaucoup, est conservée : rappelons qu'elle permet de fixer la mise au point auto et l'expo (la Mesure) sur une zone précise en appuyant sur la zone correspondante à l'écran. C'est très convivial.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Les vitesses lentes sont réglables en manuel. Un bon point et une différence par rapport au HC-X900 de Panasonic. Même le réglage du Gain reste possible en ajustant l'AGC à une valeur limite choisie librement entre 0 et 24 dB.


HDR-PJ740

Le meilleur pour la fin : on peut assigner les 3 fonctions que l'on apprécie le plus, qui se retrouvent affichées sous forme d'un petit symbole, sur l'écran en colonnade à gauche. On assigne la fonction désirée via la fonctionnalité "Mon bouton". N'importe quelle fonction du Menu peut ainsi être assignée. Pour ne pas gêner la lisibilité de l'écran, la fonction n'apparaît pas tant que vous ne touchez pas l'écran et disparaît assez vite. Cette possibilité contrecarre tout reproche que l'on aurait pu faire à Sony de ne pas prévoir telle ou telle touche extérieure... Pour ma part, je me suis empressé d'assigner la fonction Stabilisateur afin de pouvoir alterner entre le mode Standard et Activé. On peut aussi assigner la fonction Contrejour qui n'implique plus dans ce cas de passer par le Menu.


Sony conserve aussi les fonctions de Détection de visages et de sourires. Rappelons que lorsqu’un visage est détecté, la qualité d’image autour du visage est automatiquement optimisée. Attention, si le visage est vu de profil ou de trois-quarts ou avec des lunettes de soleil, son identification correcte en pâtit.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Micro, audio

Le HDR-PJ740 reste un très bon enregistreur audio malgré l'absence d'enregistrement manuel audio que ne craint pourtant pas la concurrence. Sony, il est vrai, a la particularité de décliner son modèle grand-public haut de gamme par un modèle pro (HXR-NX30), ce qui pourrait expliquer les "absences" de sa gamme grand-public. Il existe bien un réglage de volume sur le PJ740 disponible n'affecte que la lecture du son. Néanmoins, on peut choisir ou non d'afficher l'indicateur de niveau audio, en bas à droite de l'écran (ou du viseur).


On retrouve l'excellent son ambiophonique en Surround 5.1. (débrayable) que tous les logiciels toutefois ne reconnaissent pas ou qu'ils convertissent en 2 voies. On peut aussi opter directement pour un son stéréo 2 voies qui procure un excellent rendu qualitatif. L'intelligibilité des voix est correcte.


Les prises micro et casque sont situées dans un logement arrière bien accessible, avec trappe coulissante, assurant une belle protection contre l'oxydation.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Il est possible de fixer un micro (Sony) sur la griffe active, à l'instar de l'ancien modèle HF Sony ECM-HW2 (5.1) ou de l'ECM-AW4 (mono sans 5.1ch). La griffe est accessible en enlevant un petit bout de plastique qui reste solidaire de la griffe, mais cela ne gêne en rien la fixation d'un tel micro.


Certaines options audio débrayables existent telles que le micro-zoom (comme chez Panasonic), le filtre coupe-vent (qui existe chez tous les rivaux), ou le niveau de référence micro (Niv. Ref. Mic) à ne pas placer sur "Bas" en temps normal, car l'intensité du son est alors trop faible.


Contrairement au HC-X900, le HDR-PJ740VE n'émet pas de bruit audible, ni en provenance du moteur du zoom ni du ventilateur.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Parmi les petites nouveautés audio du HDR-PJ740, on notera la capacité d'activer une fonction nommée "Voix plus proche". Le principe de celle-ci est d'amplifier un son lorsque la caméra détecte un visage. Même si l'intention est louable, je n'ai pas été spécialement convaincu par cette fonction qui équivaut plus ou moins à adapter la fonction micro-zoom à une situation spécifique.


 



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Zooms et focales

Le zoom est surtout spectaculaire par la vivacité du zooming qui rappelle ce qu'on connaît en pro. On balaie la focale x10 en une seconde environ ! L'effet "coup de poing" est saisissant. Le zoom bénéficie aussi d'un report de commandes à même l'écran pour tout contrôler depuis l'écran. Le zoom est dans ce cas à vitesse fixe et (moyennement) lent.
HDR-PJ740 / HDR-CX740

La rapidité n'empêche pas le zoom du Sony d'être aussi capable de lenteur relative : j'ai chronométré une durée de 26'' pour balayer la plage des focales avec la puissance optique 17x. Bref, un zoom globalement très convaincant, plus performant que celui du Panasonic HC-X900.


HDR-PJ740 / HDR-CX740


HDR-PJ740 / HDR-CX740

En mode Stabilisateur Standard (au-dessus) ou Désactivé (au-dessous), la focale grand-angle atteint son maximum de largeur (équivalent 26 mm).


 


HDR-PJ740 / HDR-CX740

En mode Stabilisateur Activé, la focale se réduit un peu : on peut s'en convaincre en observant ci-dessus l'arbre au bord du cadre de droite qui est en partie masqué alors qu'il est bien visible dans les deux vues précédentes. Même chose pour le bord cadre de gauche qui est un peu plus resserré en mode Activé.


 


Le grand-angle de 26 mm (qui passe à 27 ou 27,5 mm en mode de stabilisation Activé) est remarquable : peu ou pas de déformation en barillet, une bonne qualité optique et une confort de prises de vues. Ainsi, ce château n'aurait jamais pu être pris dans sa globalité à cette distance sans le grand-angle Sony. La différence avec un HC-X900 se sent assez nettement quand on a eu le modèle Panasonic entre les mains qui revendique pourtant une focale équivalente à 29,8 mm, ce qui est déjà la meilleure focale grand-angle d'origine d'un camescope HD grand-public Panasonic !


L'adjonction d'un grand-angle additionnel devient donc à notre avis superflue même si elle n'est pas exclue. On trouve au catalogue Sony les VCL-HGA07B ou VCL-HGE08B qui peuvent produire un effet fish-eye.


Revers de la médaille d'un très grand-angle couplé à une amplitude modeste : le téléobjectif du HDR-PJ740 plafonne à 260 mm là où celui du X900 s'étend à 368 mm. Au fil du temps, les focales téléobjectif de base diminuent : ainsi la position téléobjectif du Panasonic SD900 (modèle 2011) était de 420 mm et celui d'un Sony SR11 (modèle 2008) : 480 mm !


Sony (comme Panasonic) peuvent toutefois rétorquer qu'ils proposent un "extended zoom. Ainsi le x10 du Sony devient un 17x. la focale télé s'accroît en proportion : 442 mm, soit entre celle d'un SD900 et un Sony SR11.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Qualité image et sensibilité

Les paramètres de qualité image et de sensibilité sont parfois décisifs dans l'acte d'achat. Pour vous forger votre propre opinion, nous vous invitons déjà à télécharger l'ensemble de nos fichiers vidéo-tests réalisés lors de nos tournages et non en laboratoire.


La qualité d'image du HDR-PJ740 est plus douce et pastel que celle d'un Panasonic HC-X900. La colorimétrie est respectée excepté sur les ciels (mais ce n'est pas un problème de colorimétrie). Les contrastes sont peu marqués, ce qui peut donner l'impression d'une image un peu molle (quoique acceptable) selon l'éclairage rencontré. Nous n'avions pas les deux camescopes simultanément mais le piqué de l'image en 50p est moins précis que sur un Panasonic HC-X900. L'utilisation du zoom étendu x17, quoi qu'en dise Sony, est à proscrire si l'on veut conserver une pleine qualité image. Le Sony se sort également moins bien des situations de ciel "nuageux" qu'il a tendance à transformer en ciel "laiteux". En revanche, en intérieur, le HDR-PJ740 s'en tire remarquablement bien, tant en termes de rendu que de maîtrise numérique du gain. Les panoramiques ne sont pas saccadés en 50p. Le mode 50i est tout à fait probant si l'on accepte d'avoir un signal entrelacé.


Ces critiques négatives ou positives sont à replacer dans deux contextes : tout d'abord, nous avons affaire à des camescopes (PJ740 et CX740) aux prix respectifs de 1400 et 1300 euros. Les observations sont donc plus critiques que pour un mono-capteur à 500 euros. D'autre part, le Sony HDR-PJ740 a été utilisé après 2 bonnes semaines d'utilisation intensive du Panasonic HC-X900 qui nous avait habitué sans doute au top de la qualité d'image amateur dans un contexte par ailleurs exotique (Inde). Un utilisateur qui exploite pour la première fois le Sony et qui n'a pas les mêmes points de comparaison, le trouvera probablement excellent, d'autant que le HDR-PJ740 / HDR-CX740 peut se révéler excellent selon les situations, et que son grand-angle de 26 mm est un régal. Le camescope est en outre indifférent au Smear comme tous les modèles CMOS. Nous n'avons pas observé de moirage intempestif.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Côté sensibilité, le Sony a de solides arguments, d'autant que les moyens pour gérer les intérieurs peu éclairés ou les extérieurs nocturnes, sont plus diversifiés que sur d'autres modèles. Cernons les différentes options proposées :


On peut régler le contrôle automatique du gain (par palier de 3 dB) jusqu'à 24 dB, c'est-à-dire fixer le gain à la valeur jusqu'à laquelle on accepte d'amplifier le signal. L'automatisme ne dépassera jamais cette valeur choisie et s'adaptera en fonction des circonstances. Attention, ce paramétrage est à utiliser avec une grande précaution car vous pouvez vous retrouver avec des images au gain trop "poussées", l'automatisme se croyant obligé d'agir par exemple quand il constate - en extérieur par temps variable - qu'un bâtiment est mal éclairé selon lui. Un simple contre-jour peut aussi le tromper. Il en résultera des images plutôt "fadasses".


On recense ensuite le mode NightShot à 0 lux - directement accessible depuis une touche extérieure (étrange, mais c'est ainsi) - qui parvient à vous faire filmer dans l'obscurité au prix d'une tonalité monochrome verte habituelle.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Sans faire appel à un mode particulier, la sensibilité du HDR-PJ740 est donnée pour 11 lux. Mais l'utilisateur bénéficie par ailleurs du mode (débrayable) Low Lux donné pour 3 lux. Ce mode s'avère tout à fait exploitable grâce au capteur CMOS EXMOR R qui offre un rendu à la fois légèrement plus lumineux et moins bruité. La surface photosensible profite d’un meilleur éclairage, l'ouverture au grand-angle améliore sans doute un peu. Pour accroître l'effet de luminosité, le mode Low lux "impressionne" 2 fois plus longtemps le capteur puisque ce mode exploite une vitesse d'1/25s. Il en résulte un très léger effet de saccade trop discret pour qu'il soit vraiment gênant, sauf peut-être lors d'un zoom où il se voit davantage.


Par rapport au Panasonic HC-X900, le Sony l'emporte car son réducteur de bruit semble meilleur en cas de très faible luminosité.


HDR-PJ740 / HDR-CX740


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Une mini-lampe d'appoint (à côté du Flash), est intégrée - pour la première fois de mémoire de rédacteur - sur un camescope de marque Sony. Cette initiative est une réussite car la mini-lampe débouche efficacement toutes les situations de pénombre où le sujet se situe entre 0,3 mètres et 1,5 mètre. Rien à voir avec les mini-lampes de la concurrence. La lampe intégrée dispose même de 2 puissances d'éclairage, selon l'usage. On y accède très facilement grâce à un bouton extérieur Light. Veillez simplement à n'utiliser la mini-lampe qu'en cas de nécessité, car elle puise bien évidemment son énergie sur la batterie du camescope, nous ignorons dans quelle proportion, aucune indication de puissance ou de voltage n'étant précisée par le fabricant.


Cette lampe rend presque inutile la fixation de la torche auto-alimentée HVL-10NH (10 Watts) d'une portée de 5 mètres qui suscite d'ailleurs des commentaires contradictoires des utilisateurs.


HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger

En situation de pénombre, la lampe intégrée du HDR-PJ740 d'une portée de 0,3 à 1,5 mètres, apporte un éclairage suffisant pour rendre une séquence exploitable.


 


HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger
HDR-PJ740 / HDR-CX740
telecharger
Comparaison sans torche (à gauche) et avec torche intégrée, dans un lieu quasiment dénué d'éclairage (grange et cave).


(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Connectique, montage et navigation

HDR-PJ740 / HDR-CX740


  HDR-PJ740 / HDR-CX740

On retrouve une connectique complète, protégée derrière deux trappes coulissantes qui font costaud. Une différence remarquée avec celle du HC-X900 qui est "à l'air", sans aucune protection. Autre bonne nouvelle, le câble mini-HDMI est bien fourni contrairement aux années précédentes ! L'USB est une entrée/sortie : l'entrée USB sert à réinjecter des images depuis le logiciel fourni (PlayMemories Home) sur le camescope. On retrouve aussi la fonction BRAVIA Sync qui permet, lorsque vous branchez le HDR-CX700 sur votre BRAVIA via un câble mini-HDMI-HDMI, de contrôler le camescope à l'aide de la télécommande TV.


La copie directe sur DD externe est également possible avec le PJ740 comme elle l'était sur le CX700. Nous vous invitons à vous référer à l'article complet que nous avions consacré à cette intéressante fonctionnalité.


playmemories

L'application fournie s'est diversifiée puisqu'à la place du simple Picture Motion Browser (PMB) qui a accompagné les camescopes Sony durant cinq bonnes années, Sony lance une application complète (PlayMemories) comprenant 3 sous-applications :


-une application "Home" dont le fonctionnement de base est très proche de PMB (import d'images et traitement), à tel point qu'aucune notice ne nous a été nécessaire pour faire fonctionner la nouvelle mouture de Sony. Ce logiciel peut éventuellement vous suffire (au moins pour débuter) et gérer tous les modes du camescope sans difficulté, 1080 / 50p compris.


-une application "Online", permettant de stocker sur un "Cloud" jusqu'à 5 Go de données vidéo ou photo.


-une application "Studio" plus conçue dans un esprit d'interfaçage avec les autres outils Sony : PlayStation3, ordinateurs Vaio, tablet, etc.


AVCCAM Panasonic

Si vous préférez faire appel à un logiciel extérieur, le HDR-PJ740 est compatible avec la totalité des logiciels de montage Windows, que ce soit en 50i ou en 25p, formats pour lesquels iMovie et Final Cut sur Mac sont aussi compatibles. Même le mode 50p à 28 Mbit/s est à présent géré sur plateforme Mac à deux conditions :


-sur Mac, pour Final Cut Pro X, il suffit de passer impérativement à la mise à jour 10.0.4 (du 12/04/2012) qui gère enfin le 1080p50. Pour Final Cut Pro 7 ou 6, pas de 50 p directement. Mais deux solutions de débrouille se présentent :


-soit passer par un des logiciels intermédiaires de conversion tels que Movie50p60p, ou ClipWrap, qui heureusement ne sont pas chers, et restent simples d'utilisation. Movie50p60p convertit en Prores, ce qui offre la meilleure qualité posible et autorise la conversion de séquences au Ralenti (voir test).


-soit d'utiliser le plug-in Panasonic AVCCAM Importer qui fonctionne avec tous les camescopes (Sony compris). Le plug-in convertit sans difficulté les rushes 1080 / 50p en AIC sous iMovie (via Fichier / Importer / Films). En revanche, le plug-in ne convertit pas les rushes en AIC s'il s'agit de les transférer sur FCP7 (ou 6). Il se borne à permettre la lecture directe des fichiers MTS dans Final Cut (ce qui n'est déjà pas si mal). Mais rien n'interdit dans un second temps d'importer directement sous FCP7 ou FCP6 les rushes préalablement convertis avec iMovie. Revers de la médaille, les fichiers convertis en AIC pèsent lourd : comptez environ 500 Mo pour 30 secondes. Et le ProRes est souvent préféré à l'AIC. L'explication des compatibilités sur Mac est décidément bien compliquée... !


Il reste un dernier souci sur Windows (comme sur Mac), les logiciels ne ressortent pas tous un signal 50p : il faut donc vérifier logiciel par logiciel s'il existe un signal 50p en sortie ou accepter de ressortir en 25p par exemple.


HDR-PJ740 / HDR-CX740

L'accès à l'ensemble des fonctions de Lecture est à l'identique (semble-t-il) du CX700. On effleure toujours aussi aisément les vignettes malgré la taille modeste de l'écran. On aime toujours autant l'ergonomie Sony, qu'il s'agisse du raccourci direct vers les événements depuis la touche du flanc gauche ou la recherche "intelligente" par date, visage, sourire ou encore par carte (en fonction du lieu où les vues ont été prises). On peut même établir des minis-scénarios musicaux avec montage à effets (fonction Highlight playback que nous abordons en détail ici. Le procédé, un peu gadget, a le mérite de pouvoir donner envie aux débutants de réaliser ultérieurement de vrais montages


On retrouve aussi les fonctions classiques des camescopes Sony : copier, diviser, supprimer, ou extraire une image fixe d'une vidéo (en 1920 x 1080), fonctions qui existent également chez Panasonic. Le réglage du son est possible directement depuis la scène en cours de lecture, sans repasser par le menu. Le HDR-PJ740 a un petit avantage sur Panasonic : il permet de sauter une scène sans attendre que celle-ci soit fini ni sans passer par le Stop.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Accessoires spécifiques

HDR-PJ740 / HDR-CX740

Côté accessoires spécifiques, on trouve le micro Bluetooth Sony ECM-AW4 (mono sans 5.1ch), le boîtier étanche Sony SPK-HCH (environ 300 euros), capable de plonger à une profondeur de 5 mètres et permettant aussi d'enregistrer en stéréo. C'est donc le compagnon idéal pour le snorkeling ! Hauteur : 14,8 cm, Largeur : 15,9 cm, Profondeur : 22 cm, Poids : 960 g.


Autre accessoire utile ou ingénieux : la poignée de déclenchement avec mini-trépied Sony GP-AVT1, testée dans nos colonnes.


 



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Picoprojecteur intégré

Spécificité des modèles "PJ" dont fait partie le HDR-PJ740, le picoprojecteur est un vidéoprojecteur miniature, reposant sur une puce DLP (Digital Light Projector) ou LED (Light Emitting Diode) qui projette, depuis un objectif, la source de lumière nécessaire à la vidéoprojection. Parallèlement, un haut-parleur (situé sur l'écran) se charge du son. L'avantage de la DLP ou de la LED est qu'elle consomme et chauffe moins qu'une lampe classique de vidéoprojection. La durée de vie d'une telle lampe sera donc logiquement bien supérieure à celle d'un vidéoprojecteur classique. Sony propose depuis 2011 des modèles équipés d'un tel dispositif de projection.
HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le petit objectif destiné à la vidéoprojection est placé derrière l'écran du camescope. On peut projeter ses vidéos sur un mur, un plafond, une moquette unie, un écran, ou toute surface plane et obtenir une image de 4 mètres de base. La technologie est loin - elle commence d'ailleurs à équiper le pro (NX30). On peut imaginer bien des applications d'ordre privé (plaisir, échange entre amis, famille) ou professionnelles (démonstrations de produits enseignement...).


HDR-PJ740 / HDR-CX740

Le picoprojecteur du HDR-PJ740 nous a plutôt convaincu bien que sa résolution reste modeste : il s'agit d'une résolution de type qHD (en 640 x 360 pixels) revendiquant une luminosité de 20 lumens. La diagonale de projection est de 100 pouces à 5 mètres de distance. Le son est laissé à 2 hauts-parleurs stéréo et s'avère donc de relative bonne facture. Quoi qu'il en soit, un mini-spectacle reste possible sur le mur du salon. Pensez à bien placer le caméscope sur un pied ou un support stable pour ne pas donner le mal de mer.



(Sony HDR-PJ740 / HDR-CX740)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 66 avis d'internautes et donner le vôtre