Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Sony HDR-CX260 / Sony HDR-CX250 / HDR-PJ260

Les best-sellers de Sony

 

30 mai 2012 par Thierry Philippon - Mis à jour le 30 juin 2012

Prix fabricant : 180 Euros
 

HDR-CX260 / HDR-CX250

Le trio composé des HDR-CX260 / HDR-CX250 / HDR-PJ260 suscite un engouement certain. Ainsi le HDR-CX260V est souvent placé dans les cinq camescopes les mieux vendus en France (1er sur Pixmania au 01/06/2012). Le mot-clé "CX250" est aussi le plus saisi sur magazinevideo (en catégorie camescopes) et le 2e camescope le plus consulté du site. Il faut dire que cette gamme Sony 2012 est proposée à un prix raisonnable sans être la plus basique. En effet, en amont, la gamme testée devance la série entrée de gamme HDR-CX190 / CX200 / CX210 qui concède une cible et un capteur moins performants, un écran moins grand, pas de mode 50P ni de prise Micro, etc. Et en aval, notre trio de test est d'un prix moindre que le HDR-CX570 (630 euros, soit 180 euros de plus que le CX250) ou que le HDR-PJ580 (850 euros, soit 220 euros de plus que le PJ260). Sans compter les cimes atteintes par les CX730 ou CX740 (1000 à 1300 euros).


J'ai testé le HDR-CX260, modèle sur mémoire Flash et carte mémoire, qui m'a paru représenter un bon compromis performances/prix (530 euros) mais ce test s'applique aussi à son équivalent en version pico-projecteur (HDR-PJ260, 630 euros), ou à la version carte seule (HDR-CX250, 450 euros), sans picoprojecteur. On trouve même (distribution plus restreinte) une version sur disque dur (HDR-XR260, 700 euros), support considéré comme en perte de vitesse mais qui a encore ses aficionados.


Sony sait qu'il doit lutter en 2012 à la fois contre la concurrence classique des autres marques mais aussi les catégories d'appareils aptes à la vidéo (PocketCam, iPhone, APN compacts et reflex, etc.). Du coup, le CX260 et consorts est probablement un modèle plus performant qu'il ne l'aurait été si ce contexte n'existait pas. Le HDR-PJ260 est notre préféré en raison de son système de picoprojection mais la différence de prix est tout de même dans ce cas de 180 euros avec le HDR-CX250.


HDR-CX260

Les qualités du CX260 sont nombreuses : tous les modes d'enregistrements (25p excepté), dont le fameux 1080/50p à 28 Mbit/s, GPS, excellent stabilisateur, écran LCD 3'', mémoire de 16 Go, zoom optique puissant (x30), personnalisation des Boutons, prise Micro et son de haute qualité. On en oublierait presque ses quelques manques objectifs : l'absence de viseur et de griffe, un capteur moins performant que celui de ses aînés (CX740), une optique de qualité "non Carl Zeiss", pas de molette de réglages, un écran moins bien résolu, et moins de petits perfectionnements.


Malgré tout, le HDR-CX260 / CX250 serait-il le camescope familial ou de voyage idéal ? Peut-être... Pour le savoir, nous l'avons donc embarqué sur le terrain - et même au-dessus du terrain en montgolfière pour voir comment il se comportait.



> LIRE LA SUITE : Le test du Sony HDR-CX260

Le test du Sony HDR-CX260

Le camescope est très léger (255 grammes au complet !), et très compact (guère plus gros qu'un Lumix), c'est peut-être ce qui surprend en premier lieu. Il tient dans une (grosse) poche facilement. Seule le HDR-PJ260 est un peu plus lourd, 120 grammes de plus au complet. L'appareil se met en marche en ouvrant l'écran, ce qui dévoile le bouton Power situé derrière l'écran. Par la suite, il suffit d'ouvrir l'écran pour démarrer le camescope, facilitant la réactivité. Attention, le protège-objectif automatique produit un cliquetis très sonore à chaque allumage / extinction du camescope ! De quoi trahir votre présence face à la biche qui ne vous avait pourtant pas encore vu...


HDR-CX260
Le zoom optique est puissant, presque trop puisqu'il propose une amplitude 30x (894 mm !). Si vous le pouvez, n'utilisez pas le zoom "à fond de caisse". La position grand-angle de 29,5 mm est excellente, la concurrence n'atteint pas toujours ce niveau. Ce zoom motorisé est relativement lent dans son ensemble (pas d'effet "coup de poing" ) mais il accélère si l'on exerce une pression maximale. Attention, il fait du bruit en atmosphère silencieuse. Un second zoom est disponible sur écran mais sa vitesse est fixe, ce qui peut présenter un avantage ou un inconvénient selon votre intention.

La cible du capteur CMOS du HDR-CX260 / CX250 demeure petite : 1/391 pouce (pour ne pas dire 1/4 !) et la sensibilité est donc forcément altérée avec un fort "bruit" à l'image. Par ailleurs, il n'y pas de mini-lampe intégrée contrairement aux modèles HDR-CX507, PJ580 et bien sûr, CX730/CX740. Mais un mode Low Lux est présent qui éclaircit l'image. Ce mode équivaut à une sensibilité de 3 lux (au lieu de 11 lux en "Normal") au 1/25 de seconde. Les affranchis du Low Lux reconnaîtront l'équivalent de la fonction nommée "Obturateur lent Auto" sur d'autres modèles Sony qui provoque de très légères saccades, plus ou moins perceptibles, en mouvement.


La stabilisation 3 axes est aussi probante qu'en haut de gamme, c'est remarquable pour filmer en marchant notamment avec une très bonne fluidité. La stabilisation au zoom x30 est moins spectaculaire en raison de la forte amplitude du zoom mais la différence avec et sans zoom reste criante.

CX260


telecharger

De jour, la qualité d'image en Progressif AVCHD (en 50p / 28 Mbit/s) permet d'exploiter des ralentis et des accélérés de meilleure qualité par la suite si votre système de montage en est capable. A défaut, le mode 50i est également probant (mode FX à 24 Mbit/s maxi) ou même FH (17 Mbit/s en moyenne). Elle est même correcte pour un modèle milieu de gamme : beau piqué, pas trop d'artefacts ou de franges colorées, juste un peu d'aliasing mais même les modèles hauts de gamme en sont affectés. A noter l'absence de 25p, guère utile cela dit. Modes FX et FH correspondent à un enregistrement Full HD à la différence des deux autres modes (HQ et LP) qui sont en 1440 x 1080. On récupère une qualité honorable en mode HQ, excepté sur les images très mobiles, ce qui est logique puisque le débit chute à 9 Mbits. Mais ce mode reste éventuellement exploitable. Le mode LP en revanche, à 5 Mbit/s est à proscrire.


Proposé également, l'enregistrement en mpeg-2, pratique pour créer des DVD. On retrouve aussi le fameux enregistrement "Enregistrement lent" permettant de décomposer au Ralenti une séquence de 12 secondes (3 secondes à une vitesse réduite de 4x), en 1920 x 1080 pixels. Mais le Ralenti reste presque inexploitable tant la qualité est mauvaise.


On note enfin la faculté de réaliser une copie directe sur disque dur externe, sans PC, moyennant l'achat du câble adaptateur USB Sony VMC-UAM2. Cette faculté s'avère très pratique pour décharger et sauvegarder la mémoire interne du camescope. Nous vous invitons à vous référer à l'article complet que nous avions consacré à cette intéressante fonctionnalité.


HDR-CX260   HDR-CX260
HDR-CX260   HDR-CX260

La mémoire intégrée du CX260 tient 1H à 1H10 selon qu'on est, dans les deux meilleurs modes, en 50p ou en 50i. C'est peu mais la carte mémoire vous tend les bras bien sûr. C'est d'ailleurs la seule option du CX250. Ce n'est pas un inconvénient : une carte c'est pratique, ça se prend, ça se donne, ça facilite les sauvegardes et ça se relit facilement (en principe !). Attention à la relecture du mode 50p qui peut poser des souci de relecture si votre téléviseur en est équipé. Seul le XR260 vous comblera avec ses 13 heures de contenance en qualité 50p !


A noter que dans le menu, on peut bien évidemment choisir la mémoire intégrée ou la carte, mais apparemment (j'ai cherché longtemps ! ), il semble impossible de copier le contenu de l'une vers l'autre, ce qui proprement aberrant ! En tout cas, si vous jouez à changer constamment de support, le logiciel de montage pourra avoir des difficultés à identifier le support que vous voulez décharger.


La batterie livrée en standard tient 70 à 75 minutes réelles, c'est plutôt pas mal. Pour partir tranquille, la a batterie optionnelle la batterie Sony NP-FV100 et ses 325 minutes d'autonomie, vous tend les bras ! Elle est chère mais existe en générique. A noter l'inconvénient du chargeur intégré (et l'impossibilité de recharger) mais il existe un chargeur séparé Sony BC-TRV.


Pas de griffe, c'est l'un des points faibles de cette gamme. Un regret d'autant plus marqué qu'ils ferment la porte à d'éventuels accessoires : mini-torche ou micro.


HDR-CX260

Côté pratique de tournage, l'absence de viseur est un grand classique en milieu de gamme mais c'est dur en plein soleil ! On vous conseille déjà de paramétrer l'écran sur la position de luminosité la plus forte (dans ce cas-là). Contre les reflets du soleil, tentez de trouver un parasoleil (visière pour écran) Hoodman H-400 destinée aux écran 2,5 à 3 pouces. A noter un bon point : le report des commandes Enregistrement et zoom (vitesse fixe) sur écran. Par ailleurs, l'écran est visible avec un angle de vision élargi.


Les automatismes du HDR-CX260 / CX250 sont assez fiables, y compris l'Autofocus qui montre parfois une certaine lenteur à réagir mais qui se comporte plutôt bien selon les situations. Le CX260 / CX250 n'a pas omis les précieuses fonctions Mise au point centrale et Spotmetre (Expo) qui s'opèrent en touchant l'écran tactile par pression sur la zone de son choix et qui peuvent surtout se verrouiller. C'est le dispositif que nous vous conseillons d'utiliser car il n'y a pas véritablement de mise au point manuelle ou d'expo manuelle accessible. A tout moment, on peut revenir à l'automatisme par pression tactile sur la mention "Auto".


Une autre manière d'utiliser le CX260 / CX250 est de solliciter la fonction Auto Intelligent (touche iAUTO). Le principe : lorsque vous orientez le caméscope vers le sujet, celui-ci combine trois modes de détection : Détection des visages, détection de la scène et détection de tremblement du caméscope. Et ajuste en conséquence. Pas si bête.


A noter : la gestion du Contrejour est automatique (fonction débrayable), il n'existe pas de touche dédiée pour cela.


Le HDR-CX260 / CX250 reste un camescope relativement silencieux (zoom excepté) et il est doté de plusieurs dispositifs audio dont une fonction "Réduction du bruit vent", "Voix plus proche" (s'apparente au micro-zoom) ou encore antivent.


GPS CX260
Le GPS est intégré et ce n'est pas un gadget de mon point de vue. Son principe est connu : il mémorise un lieu filmé en fonction de sa position satellitaire. Vous obtenez ainsi une carte zoomable dont l'échelle varie de 25 mètres à 6000 kilomètres. Il faut être positionné préférentiellement sur un terrain dégagé. La géolocalisation par GPS peut s'avérer utile pour savoir où l'on est situé ou lorsqu'on a filmé des séquences dont on ne se souvient plus le lieu. Le GPS vous permet aussi de connaître votre position actuelle. Plus on zoome, plus les noms des lieux sont précis. Les versions "VE" sont avec GPS, les autres sans. Notez que le logiciel intégré (PlayMemories Home) fourni avec le HDR-CX250, est bien sûr compatible avec les données GPS.
GPS CX260

L'identification GPS - visible ci-dessus avec le logiciel intégré Play Memories Home - s'est avérée d'une utilité redoutable pour connaître l'emplacement précis à 25 mètres près où nous avions atterri, suite à un baptême de l'air en montgolfière. En effet, celle-ci avait atterri dans un champ, dans une zone que même le pilote ne connaissait pas et dont nous avons complètement oublié le nom 2 heures après. Grâce à l'enregistrement GPS du camescope, nous avons pu retrouver et visualiser l'endroit précis où l'atterrissage avait eu lieu et situer la ville la plus proche.


On notera aussi la détection de sourires ! Seul avantage de la fonction : préserver une certaine spontanéité du sujet puisque les sourires sont photographiés "à l'insu" de la personne en quelque sorte. Un peu moins gadget, la détection de visages, permet au camescope, rappelons-le, de régler la MAP, l'expo et la couleur automatiquement en fonction des visages repérés. C'est surtout pratique lorsque les sujets bougent ou si vous effectuez un zoom. Mais si le visage est vu de profil ou même de trois-quarts, il risque de ne plus être très bien identifié !


Le Menu est fourni mais toujours aussi intuitif chez Sony. On apprécie é-nor-mé-ment la fonction de personnalisation Mon Bouton qui permet - dès pression sur une zone libre de l'écran - d'afficher jusqu'à 3 fonctions que vous aurez choisies vous-même. Intérêt : accéder à vos fonctions favorites cinq fois plus rapidement que si vous deviez les chercher dans les dédales du Menu. Par exemple, j'ai d'emblée placé le contre-jour On / Off, le stabilisateur et la fonction Contrejour en page personnalisée.


Le HDR-CX260 / CX250 est aussi capable de prendre des vues fixes - une simple pression sur "Mode" suffit - mais on ne peut pas dire que ce soit son gros point fort. Les photos capturables peuvent être en 4 tailles (d'ordinaire plutôt 3 ou 4). La résolution photo maximale atteint 3,1 Mp. Pas de Flash. Comme souvent, on retrouve quelques fonctionnalités photo parmi lesquelles un retardateur ou la faculté de capturer des vues fixes pendant l'enregistrement vidéo (mode Dual Record).


HDR-CX260   HDR-CX260

La connectique est classique, au sens où elle répond au cahier des charges attendu, à savoir connecteur USB 2.0, et AV/Composantes (une seule et même prise) en sus de la prise mini-HDMI. Mais on notera pas moins de 4 particularismes :


-outre le câble AV/composantes et USB, le mini-câble HDMI est fourni. Ce n'était pas le cas il y a moins de deux ans.


-tous les connecteurs sont protégés par des trappes et volet coulissant. Très pro !


-la prise jack Micro (en rouge) est présente mais pas la prise casque ni l'enregistrement manuel du son ou le son 5.1.


câble USB HDR-CX260
-Enfin, un câble USB est intégré au camescope : mais s'il est trop court, une rallonge, incluse, est à votre disposition. Malin.
lecture CX260

L'accès aux images du CX260 / CX250 est de type Menu DVD avec un nombre variable de vignettes par page. La navigation au sein des pages est toujours aussi intuitive. Une petite pression du doigt sur la vignette correspondante et la séquence est lue plein écran. Ajoutons la faculté de naviguer dans le menu par date d'enregistrement, ou même par détection de visages (un peu gadget).


On peut bien entendu supprimer mais aussi copier et diviser des séquences en les éditant dans le camescope. Toutefois, pour ce qui concerne la division, on perd dans ce cas la séquence originelle entière divisée en deux sections sans possibilité de faire machine arrière.


playmemories

L'application fournie est une "nouvelle application" de 2012 (PlayMemories), livrée ici en version Lite, et comprenant 3 sous-applications :


-une application "Home" dont le fonctionnement de base est très proche de l'ancien Picture Motion Browser (import d'images et traitement), à tel point qu'aucune notice ne nous a été nécessaire pour faire fonctionner la nouvelle mouture de Sony. Ce logiciel peut éventuellement vous suffire (au moins pour débuter) et gérer tous les modes du camescope sans difficulté, 1080 / 50p compris.


-une application "Online", permettant de stocker sur un "Cloud" jusqu'à 5 Go de données vidéo ou photo.


-une application "Studio" plus conçue dans un esprit d'interfaçage avec les autres outils Sony : PlayStation3, ordinateurs Vaio, tablet, etc.


Le logiciel est fourni en version Lite - il se déclenche lorsque qu'on connecte le camescope en USB - mais on peut télécharger (gratuitement apparemment) la version complète. Le logiciel est par ailleurs incompatible Mac, mais les Macusers se tourneront naturellement vers iMovie ou FCPX ou encore Premiere Elements pour Mac qui gère parfaitement les scènes du CX260 / CX250, avec une reconnaissance aisée de la caméra. Seul le 50p nécessite des acrobaties sur iMovie, non pourvu à l'origine pour le 50p .


 



(Sony HDR-CX260 / Sony HDR-CX250 / HDR-PJ260)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 17 avis d'internautes et donner le vôtre