Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

Test Sony FDR-AX53

La caméra Sony presque parfaite ?

 

15 avril 2016 par Thierry Philippon - Mis à jour le 05 septembre 2016

SONY FDR-AX53

Prix fabricant : 1000 Euros
 

Sony FDR-AX53

Malgré une propension du camescope traditionnel à viser uniquement un public spécifique d'amateurs avertis, Sony n'abandonne pas ce segment et continue de répondre à ce type de demande. Un intérêt d'autant plus grand pour le fabricant qu'il est leader et que les produits hauts de gamme dégagent des marges supérieures tout en générant des ventes d'accessoires. Bref, ceux qui avaient prédit trop rapidement la mort du camescope en sont pour leurs frais !


Sony nous sort ainsi la 4e génération de modèles 4K. Comme le temps passe... Cependant, il est possible de choisir le mode Full HD également intégré, si vous n'êtes pas encore prêt pour le 4K.


Le FDR-AX53 est un modèle "lourd" par rapport à une petite actioncam mais toutefois il s'est allégé par rapport au prédécesseur FDR-AX33 (635 grammes au lieu de 700 grammes) malgré des dimensions légèrement plus importantes (73 x 80,5 x 166,5 mm contre 71 x 78,5 x 155 mm).


Sony s’inscrit dans un certain changement dans la continuité. Le fabricant reprend ainsi quasiment l’ergonomie et les fonctionnalités du FDR-AX33 : enregistrement UHD ("4K") ou Full HD en XAVC-S, viseur relevable, stabilisation sur 5 axes, bague de réglages manuels. Même le prix reste inchangé : 1000 euros.


Mais le FDR-AX53 ajoute des atouts : d’abord, un zoom optique 20x avec un retour au grand-angle de 26,3 mm (contre près de 30 mm sur le FDR-AX33), soit une puissance doublée par rapport au zoom optique du FDR-AX33 et un grand-angle élargi. Ensuite, un nouveau capteur CMOS Exmor R de 1/2,5'' plus petit que celui du FDR-AX33.


Sony prétend aussi avoir amélioré son stabilisateur sur 5 axes en conservant le très efficace système BOSS et en l’améliorant avec un nouveau dispositif nommé « Intelligent Active Mode". Celui-ci serait apte à compenser les tremblements de la caméra lorsque l’opérateur court avec. Le FDR-AX53 bénéficie par ailleurs de l’algorithme de mise au point automatique déjà rencontré sur l’a7S II de Sony ("Fast Intelligent"), l'Autofocus en deviendrait 40% plus rapide, toujours d'après Sony.


Remarquez aussi la nouvelle structure de microphone capable d’enregistrer dans cinq directions, l’enregistrement du Time Code et des User Bits.


FDR-AXP55

Enfin, signalons qu’il n’existe pas de modèle avec picoprojecteur proposé en Europe, contrairement aux gammes précédentes. Ce modèle existe pourtant sous la référence FDR-AXP55 (ci-dessus) mais semble commercialisé uniquement au Japon. Changement de stratégie ? Problème de coût ? Volonté de rester au-dessous des 1000 euros (le FDR-AXP33 était à 1300€) ? Sony n’a pas communiqué sur ce sujet.


On trouve également les FDR-AX40 et FDR-AX55, sans picoprojecteur, avec mémoire interne, et également destinés au Japon.


FDR-AX53

Deux autres modèles existent, les HDR-CX625 et HDR-CX450, limitant donc à 3 modèles l'intégralité de la gamme Sony. Les HDR-CX625 et HDR-CX450 bénéficient eux aussi d'un grand-angle de 26,8 mm et du système de stabilisation BOSS amélioré comme le FDR-AX53. Le CX625 a en plus le mode Intelligent Active Mode sur 5 axes, la mise au point automatique Fast Intelligent et l’enregistrement en accéléré (fonction Time Lapse).


comparaison

Ayant testé ce modèle après le concurrent le plus direct, le Panasonic HC-VXF990, proposé au même prix, vous trouverez dans ce test du Sony de fréquentes allusions au modèle Panasonic, voire des comparaisons objectives et subjectives.


A présent, place au test du FDR-AX53 !


Mise à jour du 05/09/2016 et du 29/03/2018 : une mise à jour du logiciel système du FDR-AX53 (version 1.02 testée), est censée "améliorer la stabilité de l'image lorsque vous inclinez ou déplacez le camescope sur un trépied". Cette MAJ répond à certaines plaintes d'utilisateurs qui rencontraient des problèmes lors de l'activation du stabilisateur sur trépied, avec un fort coefficient de zoom.


La mise à jour est compatible Windows et Mac. La procédure de mise à jour est expliquée clairement sur le site Sony. Elle n'est pas compliquée mais reste réservée de préférence à des amateurs qui ont déjà effectué ce type d'opération (sur d'autres appareils).


(*) La mise à jour, a été effectuée par nos soins sur un FDR-AX53 de série initialement en version 1.0. Nous avons passé ce modèle en 1.2. A l'issue de cet upgrade, le stabilisateur semble mieux se comporter sur trépied en réduisant le tremblement en cas de vent très fort ou de tremblements du trépied causés par une source quelconque tremblemenst causés par un trépied posé sur un sol transmettant des vibrations par exemple). Mais la stabilisation se désactive toujours au bout de 3 secondes environ, quel que soit le mode utilisé (iAuto ou pas, mode Activé, Standard ou Off, FullHD ou 4K). L'amélioration de la version 1.2 joue donc visiblement sur la qualité de la stabilisation sur trépied mais pas sur son principe. Il y aura toujours des secousses si vous utilisez une longue focale (X20 à x40) et que les mouvements sont peu sensibles pour le camescope (comme le fait de toucher l'écran ou de manipuler la bague de réglages).


Notez deux points de la notice mal compris : dans le mode iAuto, accessible uniquement depuis l'écran, un symbole "trépied" s'affiche, signifiant que le stabilisateur cesse d'agir. Ce symbole disparaît quand les tremblements sont assez forts. Le symbole ne s'affiche pas si on désactive le mode iAuto mais le résultat est strictement identique, le stabilisateur se désactive dans les mêmes conditions que lorsque le mode iAuto est activé


En 4K, le mode de stabilisation Actif Intelligent ne s'affiche pas, contrairement au mode FullHD.


Accès aux versions Windows et Mac



> LIRE LA SUITE : Capteur, objectif-zoom

Capteur, objectif-zoom

Exmor

Le capteur du Sony est un CMOS Exmor R rétroéclairé de 8 Mp couplé à un processeur Bionz X. Ce capteur diffère à nouveau du modèle précédent avec une cible inconnue jusqu'alors de 1/2,5'', soit 7,20 mm (au lieu de 1/2,3''). En soi, pas une grosse différence, si ce n'est la technologie qui diffère d'après Sony. Plus petit que celui du FDR-AX33, le capteur du FDR-AX53 dispose de moins de photosites que sur le AX33. Mais doté de pixels environ 1,6x plus grands, ce capteur favorise les basses lumières, en tout cas sur le papier.


objetcif

L'objectif est un Vario-Sonnar Carl Zeiss cher à Sony. Comme la cible change, le diamètre de l'objectif aussi, et propose un diamètre un peu moins oecuménique que le précédent : 55 mm au lieu de 52 mm.


Mais la (très) bonne nouvelle, c'est la position grand-angulaire : alors qu'elle avait été un peu sacrifiée sur le FDR-AX33 (à 29,8 mm), elle descend ici à 26,8 mm, offrant un quasi vrai grand-angle. Le Sony offre donc une vision plus large que le VXF990, propice aux vues de monuments, intérieurs, effets de perspective. Cet équivalent focale est donné stabilisateur sur Off, car chez Sony, l'angle se rétrécit un peu en mode stabilisateur Activé mais la différence est minime (1 à 2 mm à vue d'oeil en 4K).


A zoom x20 égal, compte tenu de l'angle large du Sony, le télé s'étend à 536 mm chez Sony contre 626 mm chez Panasonic. En FullHD, l'écart s'accroît : 536 mm chez Sony, contre 752 mm chez Panasonic. A vous de voir si vous préférez un grand-angle et un télé un peu plus court ou l'inverse.


Optiquement parlant, on ne note pas d'aberration spéciale chez Sony, bravo. Chez Panasonic, j'ai observé un manque d'homogénéité à droite au grand-angle. Jeu égal en revanche concernant le rolling shutter, il est vraiment très peu présent et ce n'est pas étonnant avec des petits capteurs.


L'ouverture défend un très respectable f/2-3,8 chez Sony, là où d'autres optiques démarrent à f/2,8. Panasonic fait un peu mieux sur le papier à f/1.8-3.6 mais on peut considérer que les caractéristiques restent très proches.


pare-soleil
Une vraie différence objective concerne le pare-soleil, absent du FDR-AX53 comme sur le AX33 d'ailleurs, alors qu'il était présent sur les PJ740, PJ780 ou encore CX900 de la marque. Pas grave, c'est juste un accessoire à acheter ? Oui mais Sony n'en propose pas à son catalogue (on a même demandé confirmation). On peut apparemment en trouver chez Hama (ci-dessus), mais n'ayant pas pu tester ce modèle, je ne peux pas vous garantir l'adaptabilité pour le moment. Bref, sans changer la face du monde, ça dénote que Sony ne veut pas trop en donner, estimant peut-être avoir tiré les coûts vers le bas. Son rival, lui, a pourtant fait le choix inverse, preuve qu'il y a bien une décision technico-commerciale...
AX53

On peut grandement se consoler avec le système de stabilisation Sony qui tient toutes ses promesses. Le système B.O.S.S est toujours aussi efficace. Et la bonne nouvelle, est que la stabilisation est également probante en 4K, même au zoom x20. La stabilisation en marchant est également très agréable. Enfin le poids de l'engin, relativement élevé par rapport à son rival, concoure à une meilleure stabilité.


stabilsiateur FDR-AX53

On rappelle un principe de la stabilisation Sony : si vous positionnez le stabilisateur en Standard (ou en Off), seul le x20 s'active. Mais si vous placez le stabilisateur en mode Activé ou Actif Intelligent, vous passez en Clear zoom 30x (en 4K) ou 40x (en FullHD).


C'est un peu contraignant car la qualité optique ne suit pas totalement. Mais en 4K en tout cas, il est possible d'utiliser ce zoom 30x, à vous de juger.


Le principe du Clear zoom est que le camescope récupère la partie du capteur non-utilisée du fait de l'activation du stabilisateur, puisque ce dernier recadre l'image.


Inconvénient mineur, aucune démarcation optique ne s'affiche ni mention (chiffrée) de la progression du zoom. Les autres fabricants ont pourtant jugé bon d'afficher cette indication.


Le nouveau mode Actif intelligent complique un peu les choses car on ne perçoit pas facilement la différence avec le mode "Activé". En fait, il est censé servir en courant; il repose sur un software de traitement d’image qui vient corriger les images très décalées à la manière d’une stabilisation numérique.


Mes essais sont assez concluants mais avec le mode Activé aussi., aussi je ne sais pas trop quoi penser de ce nouveau mode, hormis qu'il "épate la galerie". Inconvénient objectif, il ne s'affiche qu'en FullHD, le mode 4K conservant les modes "Activé", "Standard" et "Désactivé".


Plusieurs témoignages concordants sur des Forums français et étrangers, indiquent que le stabilisateur s'arrête de fonctionner sur trépied (*) ou sur une surface plane. En effet, le camescope considère dans cette configuration "stable" ne pas avoir besoin de stabilisation et se désactive après environ 2 à 3 secondes (un symbole petit trépied s'affiche). Du coup, vu les focales vertigineuses de l'AX53 - pour rappel, 804 mm (x30) en 4K et même 1080 mm en FullHD (x40) - le moindre toucher du camescope à des focales extrêmes, et peut-être les effets du vent selon le trépied utilisé, provoquent une forte instabilité, notamment en mode iAuto. Il est rappelé qu'un stabilisateur n'est pas conçu normalement pour être utilisé sur trépied, certaines notices préconisent d'ailleurs de le désactiver sur trépied. Néanmoins on peut considérer que l'absence de choix est un défaut.


(*) Mise à jour du 05/09/2016 : une mise à jour du logiciel système du FDR-AX53 (version 1.02 non testée), améliore la stabilité de l'image lorsque vous inclinez ou déplacez le camescope sur un trépied. Accès aux versions Windows et Mac


zoom

Le zooming est un point important d'un camescope car c'est un des éléments qui démarque clairement les reflex des camescopes. Le zoom s'effectue le plus naturellement depuis la commande de zoom du dessus. Le zoom peut être lent mais on ne dispose pas de mode "super lenteur", utile parfois pour différents usages où on souhaite zoomer en toute discrétion (zoom sur un visage...) On balaye en effet les focales du zoom x20 en 30 secondes à la vitesse la plus lente, ce qui n'est pas très lent. Par comparaison, avec le HC-VXF990, on atteint 40 secondes à vitesse normale et 1'20" à la vitesse la plus lente.


Par ailleurs, la vitesse la plus lente est un peu difficile à maintenir, il faut une bonne habitude de son camescope, ou un bon doigté sur la commande, j'ai même concédé certains arrêts du zoom, à force de chercher la lenteur.


Pour la vitesse la plus rapide, autre semi-déception, Sony était le chantre de l'effet "coup de poing" avec ses zooms x10 mais avec l'amplitude x20, cette fois, il coince pour des raisons qui sont probablement mécaniques. Impossible de descendre en effet au-dessous de 3'' pour balayer toute la plage du zoom. Trois secondes, ça ne permet pas un effet coup de poing.


Notez que le zoom est aussi reporté sur écran. Différence, sa vitesse est fixe, donc régulière. La progressivité s'effectue à une vitesse moyenne.


Pas de zoom automatisé comme chez Panasonic, une solution pourtant pratique à des focales élevées (entre x10 et x20), quand on veut éviter - sur pied - de faire bouger le camescope.



(Test Sony FDR-AX53)

Batterie, autonomie

batterie FDR-AX53

Avec viseur ou avec écran en mode luminosité normal, la consommation du FDR-AX53 est en 4K de 4,9 W seulement (au lieu de 5,6 W avec le FDR-AXP33), et elle descend en FullHD à 3,6 W (au lieu de 3,9 W avec le FDR-AXP33).


Ce bon résultat explique sans doute que la NP-FV70 fournie gagne 10 minutes réelles en autonomie par rapport au FDR-AXP33, soit 75 minutes d'autonomie, creusant l'écart avec les 45 minutes du Panasonic. Malgré tout, pour un tournage long ou pour être tranquille, achetez une seconde batterie comme la batterie Sony NP-FV100.


On peut aussi choisir une batterie générique équivalente pour être serein pendant 150 minutes réelles (au lieu de 135 minutes en 2015).


La recharge de la NP-FV70 dure 205 minutes (par l’adaptateur secteur) ou 555 minutes sur PC / Mac, c'est long, non ? La recharge de la FV100 est encore pire avec ses 360 minutes sur secteur et 930 minutes (!) sur PC. A peu près pareil que les robots de la série Reals Human ! :) A noter aussi qu'un chargeur séparé existe en option, le chargeur Sony BC-TRV


Sa compatibilité est garantie avec le FDR-AXP53.


Enfin, sur trépied, toujours le souci récurrent qui se manifeste par l'obligation de devoir dégager le loquet situé au-dessous du camescope pour extraire la batterie. Cependant, comme le pas de vis est assez éloigné de la batterie, il y a peut-être une chance.


 



(Test Sony FDR-AX53)

Support et modes d'enregistrement

carte mémoire sd

Le FDR-AX53 enregistre sur carte mémoire. Le logement est bien calfeutré derrière un volet coulissant, lui-même situé derrière l'écran. Deux logements auraient été préférables, mais ça n'existe pas en grand-public il me semble.


4K

Comme ses prédécesseurs, le FDR-AX53 enregistre en UltraHD (3840 x 2160 pixels en 25p. Le 50p est absent en "4K", sans doute car le camescope serait trop sollicité dans ce mode et risquerait de chauffer. L'enregistrement s'effectue en 4K en XAVC-S dont il existe des variantes en pro (XAVC Intra, plus facile à traiter au montage).


Le XAVC-S atteint les 100 Mbps sur le FDR-AX53. Mais à 100 Mbps, ne vous attendez pas à un gain quelconque si vos images sont peu mobiles. C'est pourquoi Sony propose aussi du 60 Mbps, grandement suffisant. Dans les deux débits, il vous faut une carte rapide SDXC UHS-1 (jusqu'à 80 Mbps, soit 10 Mo/s), et même une carte U3 obligatoire à 100 Mbps (sinon le Sony se bloque). Le HC-VXF990, qui n'atteint pas les 100 Mbps, se contente d'une U1.


Rappelons que l'encapsulage du XAVC-S est en MP4.


FDR-AX53

Obnubilés par la qualité d'image, les rédacteurs spécialisés oublient souvent de préciser qu'en 4K, l'autonomie d'enregistrement est limitée à 2H10 sur une carte... 64 Go ! A titre de comparaison, avec la même carte 64 Go, le 1080/50p en AVCHD offre 5H10 d'autonomie.


Alternative, enregistrer en XAVC-S HD ou en AVCHD, c'est à dire en FullHD, ce qui rassurera sans doute les plus indécis ou ceux qui n'ont que faire du 4K pour l'instant.


On peut parfaitement mélanger des vidéos en XAVC-S 4K, XAVC-S HD et AVCHD sur une même carte SDXC. Mais à l'usage, si vous procédez ainsi, vous risquez de ne plus vous y retrouver. Mon conseil : prenez deux cartes distinctes et étiquetez-les si vous comptez enregistrer dans deux résolutions différentes.


modes d'enregistrement FDR-AX53

Parmi les modes supplémentaires, on trouve un bataillon d'options comme l'enregistrement lent régulier, la prise de vues golf ou l'enregistrement à vitesse élevée qui ne fonctionnent qu'en FullHD. Ce sont des modes que vous utiliserez probablement assez peu mais ils ont le mérite d'exister pour des usages spécifiques. L'enregistrement lent régulier crée un ralenti d'assez mauvaise qualité, la prise de vues golf, une décomposition du mouvement pour un swing au golf. Ils ne sont possibles qu'en AVCHD.


time-lapse

A noter l'ajout du mode Capture time-lapse qui n'existait pas sur le FDR-AX(P)33. Et Sony a bien fait les choses avec plusieurs réglages accessibles : 4K ou HD, nombre de vues entièrement paramétrables, intervalle paramétrable, et même mode d'exposition paramétrable. Les préparatifs sont vraiment simples et le time-lapse peut être stoppé à tout moment, par exemple si vous avez sous-estimé l'autonomie de la batterie ou si la scène ne présente plus l'intérêt que vous pensiez lui donner.


On profite aussi d'une amélioration de l'Enregistrement à vitesse élevée. Il s'agit d'un mode à 100p (au lieu de 25 ou 50 dans les autres modes) qui au passage, est bien encaissé par une une simple carte SDXC U1. L'amélioration du FDR-AX53 concerne la résolution d'image qui passe de 720p à 1080p, homogénéisant cet effet avec un enregistrement classique en fullHD. A vous de voir si cette fonction vous est utile, pour des scènes sportives au ralenti par exemple. Cette fonction ne s'active pas en 4K.


Mais le plus intéressant est peut-être un mode disponible depuis le Menu "Qualité image / Taille" qui se nomme Enregistrement vidéo double, c'est à dire la faculté d’enregistrer simultanément un film mp4 en 720p/25 pendant un enregistrement 4K ou HD. Mais prenez garde, vous récupérerez des fichiers en double sur votre logiciel de montage, de quoi s'embrouiller.


On trouve aussi sur le FDR-AX53 un "mode 24p" qui nécessite qu'aucune autre fréquence n'ait été enregistrée sur la carte, sinon le camescope refuse d'enregistrer. Très contraignant donc. A bannir sauf usage dédié.


Enfin, on dénombre aussi un aspect Cinéma qui en jouant sur la luminosité / couleur, réchauffe les vues, cependant il procure un rendu assez artificiel.



(Test Sony FDR-AX53)

Viseur, écran

écran

L'écran est tactile évidemment, Sony a d'ailleurs été l'un des premiers, sinon le premier à appliquer le tactile sur écran, sans l'étendre à toute sa gamme. En 2016, il existe pourtant toujours des produits qui font de la résistance et sont non-tactiles, y compris chez Sony.


L'écran offre une vision confortable même si une diagonale supérieure à 3 pouces ne serait pas pour nous déplaire. L'écran comporte la fameuse seconde commande de zoom et le Start / Stop qui s'affiche lorsqu'on démarre l'enregistrement.


La résolution de 921 000 pixels est modeste et les 2 niveaux de luminosité font ce qu'ils peuvent. L'écran devient vite gras (traces de doigts) et voilé en plein soleil. Méfiez-vous d'ailleurs du rendu, l'écran a tendance à sous-exposer, provoquant - en manuel - des images légèrement surexposées si vous pensez être trop sombre et augmentez l'exposition !


En ouvrant / fermant l'écran, on allume / éteint le camescope, c'est excessivement pratique, Panasonic a d'ailleurs copié (ou l'inverse, on ne sait plus trop !).


A noter que le compteur, après une brève apparition au début, disparaît. Personnellement, je me sers beaucoup de ce compteur en test mais aussi dans un tournage réel pour pré-rythmer le prises de vues. La seule façon de faire réapparaître le compteur est de toucher l'écran en cours d'enregistrement, ce qui est naturellement moins pratique que la solution Panasonic qui affiche le compteur en permanence.


Notez l'introduction étonnante du code temporel (TC) et du bit utilisateur (UB) qui se caractérisent par des données jointes aux images. C'est une fonctionnalité pro que les amateurs n'utilisent pas d'ordinaire. Le code temporel est une fonction qui facilite le montage avancé des images en enregistrant les heures/minutes/secondes/images dans les données d’enregistrement au cours de l’enregistrement.


Quant au bit utilisateur, il s'agit d'informations telles que la date/heure/numéro de scène (nombre hexadécimal de 8 chiffres). Le bit utilisateur est utile quand vous montez un film à partir d’images enregistrées sur plusieurs caméscopes.


Bref un usage très spécifique mais pourquoi pas.


viseur

On apprécie grandement aussi le viseur couleurs 0,6 cm (0,24'') de 1,55 Mp du FDR-AXP53 qui a les mêmes caractéristiques techniques que celui du VXF990. Il lui manque toutefois un oeilleton, j'ai d'ailleurs mis un certain temps à comprendre pourquoi j'obtenais une lumière parasite lorsque je visais, avec le soleil dans le dos...


La dioptrie bénéficie d'une incurvation dans le plastique qui évite de la modifier par inadvertance. Problème, je l'ai déréglée plusieurs fois lors de mes tests, à tel point qu'au début, j'ai tenté d'ajuster la mise au point pensant qu'elle était en cause ! Obtenant une image toujours floue, j'ai vite compris. Ce déréglage est apparemment dû à la façon dont on tire le viseur. Si on le prend à pleines mains, on agit involontairement sur la dioptrie. Si en revanche on le tire doucement en faisant attention, la dioptrie n'a aucune raison de se dérégler.


Même regret que chez Panasonic pour finir, à chaque fois, viseur et écran ne peuvent fonctionner ensemble, ce qui serait bien pratique certaines fois, par exemple quand on veut garder l'écran ouvert et juste vérifier la mise au point sur le viseur. Ou lorsqu'on vise au viseur tandis qu'on souhaite agir sur le menu de l'écran, ce dernier étant éteint, il faut repousser le viseur à chaque fois ! Pénible.



(Test Sony FDR-AX53)

Micro, audio

micro

Comme souvent chez Sony, les caractéristiques audio sont toujours très complètes, le FDR-AX53 n'échappe pas à cette règle : prises casque et micro, son stéréo 2 canaux (ou 5.1 en AVCHD), l'un comme l'autre étant très bons. Par ailleurs Sony annonce une nouvelle structure de microphone capable d’enregistrer dans cinq directions. Usage bien restreint mais pourquoi pas.


Pas d'XLR en revanche évidemment... mais un kit adaptateur,(XLR-K2M) est proposé à un prix conséquent (environ 600 euros), équivalent à plus de la moitié du prix du camescope.


L'audio reste réglable à l'enregistrement. Méfiez-vous du couplage du son manuel et du 5.1 (en AVCHD seulement), il peut amplifier le rendu sonore à un point non désiré. Le réglage nécessite de farfouiller dans le Menu. Cependant, on peut assigner les niveaux d'enregistrement audio à l'un des trois boutons "Mon Bouton", facilitant son accès direct depuis l'écran.


Le zoom ne produit quasiment aucun bruit en atmosphère silencieuse, il est imperceptible alors que celui du HC-VXF990 s'entend un tout petit peu en atmosphère très silencieuse. En revanche, le Sony émet un bruit de fonctionnement perceptible continu, peu sonore, mais une oreille attentive l'entend.


Il est toujours difficile de définir un bruit mais c'est un peu comme un train permanent qui passerait à vive allure dans le lointain. Le HC-VXF990 de Panasonic émet aussi un bruit, mais différent, à la manière d'un bruit de fond plus classique. Le fait de passer en 5.1 ou 2.0 (ce n'est possible qu'en AVCHD) ne change pas grand chose. En revanche, le fait de passer en manuel et de diminuer le niveau sonore d'enregistrement, atténue évidemment le bruit, jusqu'à le rendre inaudible. Mais vous baisserez toute l'ambiance qui va avec.


En tout cas, le FDR-AX53 s'inspire de Panasonic (à moins que ce ne soit l'inverse ?), c'est à dire que les matériaux utilisés dans la structure interne permettent à présent de favoriser une évacuation de la chaleur.


audio CX900

On retrouve les options micro-zoom et antivent. La fonctionnalité "Suppression ma voix", propre à Sony, a pour effet pratique de permettre / interdire l'écoute de la voix humaine de l'opérateur. Attention, le spectre des fréquences laisse assez peu passer les mediums, il en résulte un son artificiel.


D'un poids de 100 grammes, le micro Sony ECM-XYST1M (test) est signalé comme produit compatible, il se fixe sur la griffe et peut nécessiter un adaptateur. Il permet une maîtrise facile du son car ses deux capsules s’orientent indépendamment l’une de l’autre à 120 degrés.


L'ECM-AW4 est signalé compatible avec le FDR-AX53. Mais renseignez-vous avant d'acheter.


 



(Test Sony FDR-AX53)

Prise en mains

prise ne mains

Le poids du FDR-AX53, quoique dépourvu de picoprojecteur, reste relativement élevé à 635 grammes, pratiquement 240 grammes de plus que le HC-VXF990 ! Mais Sony est coutumier du fait, tournant autour de 600 à 700 grammes. L'ancien HDR-CX900 accuse un poids supérieur avec ses 870 grammes. L'engin requiert d'ailleurs une bonne paluche pour le serrer d'une seule main lors d'un transport (à moins de l'attraper par la dragonne), un HC-VXF990 est plus facile à trimbaler de ce point de vue.


Côté plus, cela contribue à la bonne stabilité du camescope, tous les reporters le savent bien. En contrepartie, le poids peut, à la longue, avec la fatigue, faire pencher légèrement l'appareil vers la gauche si l'on tient l'appareil à une main. Même avec un réglage de la sangle optimisé, on fatigue... Si c'est le cas, tenez le FDR-AX53 à deux mains ou sur pied.


Le FDR-AX53 réagit promptement par ouverture de l'écran ou du viseur. Le clapet protecteur de l'objectif fait un bruit sec quand on l'allume, dommage. Le bruit est différent mais cependant aussi sonore que le Panasonic, les deux modèles sont de vilains petits cancres sur ce plan ! Pourtant c'est important de ne pas se faire remarquer dans un temple ou un musée.


déclencheur FDR-AX53

Les boutons principaux - le Déclencheur et le bouton Manual - ou encore la bague de mise au point / zoom tombent très bien sous les doigts, même à l'aveugle. Saluons à ce sujet l'aspect peu boutonneux du camescope. Un succès !


Le déclencheur est réactif et facile à presser. La course est plus courte que chez Panasonic. Résultat : pas de loupés. Le temps d'inertie reste un peu long en XAVC-S mais il suffit de s'y habituer. Notez le report de commandes de zoom et d'enregistrement sur écran qui ne s'affiche toutefois qu'après quelques secondes d'attente.


Rappelons que Sony a aussi été le premier à permettre d'assigner trois fonctions de votre choix grâce à la fonction "Mon bouton" (Panasonic a fini par l'imiter). Je vous conseille d'assigner au moins le stabilisateur pour pouvoir changer rapidement de mode de stabilisation si besoin. L'affectation des boutons est assez intuitive, mais consultez la notice en cas de souci.


griffe
Notez que la griffe est "universelle" et permet donc de raccorder des micros classiques ou une mini-torche.


(Test Sony FDR-AX53)

Qualité d'image et réglages, sensibilité

qualité image FDR_AX53

La qualité d'image en Ultra HD, est belle, surtout au grand-angle. Sur l'écran du test (en 2560 x 1440), la résolution est spectaculaire. La finesse des détails ressort bien. Les images comparatives avec un HC-VXF990 montrent un rendu plus accentué, contrasté du Sony, les images du Panasonic étant souvent plus douces, plus pastel. Mais du coup, un ciel nuageux comportant des nuages très blancs ressortiront mieux chez Sony. En contrepartie un champ de vignes, éclairé par un soleil printanier, se solde par des lignes assez dures chez Sony, et plus douces chez Panasonic, avec des ombres moins bouchées chez ce dernier. J'ai répété les essais de nombreuses fois avec des résultats assez constants.


qualite5
Ceci n'est pas très nouveau en soi, le rendu de Sony ayant l'habitude de produire des images marquées par de forts contrastes, correspondant souvent au type d'images que recherchent les amateurs. On peut affiner sensiblement ces "Presets" d'usine avec les réglages mis à disposition. Mais comme on ne dispose pas - et c'est normal à 1000 € pour un produit amateur - de réglages très évolués ni de Picture Profile, on sera vite limité pour déboucher des ombres sans éclaircir toute la scène par exemple.
qualite3

Comme le capteur est plus petit qu'avec un FDR-AX100 (1 pouce), les bokehs sont bien moins probants, mais on n'achète généralement pas ce type de camescope pour cette raison, sinon on opte pour un reflex, un compact à grand capteur ou un matériel hybride type NEX-VG.


Au téléobjectif, on se méfiera des prises de vues sur trépied, si ce dernier n'est pas très costaud, un petit coup de vent fera osciller votre séquence qui sera irrécupérable. Je l'ai vécue autant sur le FDR-AX53 que sur le HC-VXF990.


Je recommande aussi de ne pas être tout le temps "à fond de zoom", la construction optique x20 pouvant rendre l'image un peu molle au téléobjectif. Rapprochez-vous quand vous le pouvez, puisque vous disposez d'un beau grand-angle !


Comme tous les modèles CMOS, le FDR-AX53 est indifférent au Smear. Je n'ai pas observé de moirage marqué non plus. De même, le rolling shutter, est quasi absent, je me demande d'ailleurs s'il n'a pas été amélioré par rapport au FDR-AX33. Seuls les mouvements panoramiques sont à manier avec précaution. On se méfiera également du réglage du Contrejour (désactivable), qui peut engendrer des réactions bien différentes du FDR-AX53.


sensibilité comparaison

Le FDR-AX53 était attendu au tournant du côté de sa sensibilité. Sur le plan des chiffres secs, difficile de se faire une idée, celle-ci est donnée pour 9 lux (4K) au 1/50s ou 6 lux en HD. Les mentions les plus attractives de 5 lux et 3 lux valent pour du 1/25s, pas du 1/50s.


On peut paramétrer le contrôle automatique du Gain (AGC) à la valeur de son choix entre 0 et 24 dB. Cela signifie que l'automatisme du Gain ne franchira pas cette limite même s'il en a besoin, pour ne pas trop bruiter l'image. Ou rester en mode iA, le mode automatique.


Après examen attentif, l'image du Sony FDR-AX53 est incontestablement plaisante à voir en intérieur dans un salon assez faiblement éclairé : l'image fourmille peu, moins que chez Panasonic, ce dernier ayant tendance à booster un peu trop le signal. Même en comparant les modes iA qui boostent les deux amplificateurs respectifs, l'image du Sony fourmille nettement moins que celle du Panasonic. L'image du Sony est donc moins lumineuse mais plus "propre". Un choix délibéré du fabricant que Sony explique par la répartition différente des pixels sur le capteur de l’AX53 : avec le même nombre de pixels effectifs que le FDR-AX33 (8,29M), la répartition des pixels sur le capteur est différente sur l’AX53. Cela permet de revendiquer des pixels 1,6x plus grand et donc une meilleure efficacité en basse lumière.


Plus étonnant : en boostant manuellement le gain à 18 dB sur le Sony et en laissant le gain à 9 dB sur le Panasonic, c'est tout de même l'image du Sony qui reste la plus sombre.


Pour éclaircir l'image du FDR-AX53, il faut donc repasser en iA qui booste le signal au-delà de 30 dB ou choisir une autre option, le mode Low Lux qui malgré son mode 1/25s, reste d'une aide précieuse. Il provoque un léger effet de saccade mais très discret.


D'un point de vue pratique, la fonction Mon bouton peut assigner directement cette fonction, au cas où on souhaiterait modifier la valeur de l'AGC.


4K

Notez que Sony ne dispose d'aucune lampe intégrée, contrairement à Panasonic qui bénéficie d'une mini-lampe qui dépanne. Moyennant adaptateur, je vous recommande une des torches LED autres que Sony comme celles que magazinevideo a testées.


Vous pourrez aussi remarquer que le Nightshot est maintenu. Vous disposez même d'un bouton dédié, ce qui est quand même exagéré pour une fonction qui reste très spécifique. On ne visite pas des maisons hantées ou son jardin toutes les nuits... :)


uqlaite6qualit6

L'Autofocus se comporte globalement plutôt bien. Il est rapide dans bien des situations, y compris en cas de suivi de mouvement. Sony l'a particulièrement choyé pour ce modèle puisqu'il bénéficie de l’algorithme de mise au point automatique déjà rencontré sur l’a7S II de Sony ("Fast Intelligent"). D'après Sony, l'Autofocus en devient 40% plus rapide, chiffre difficile à vérifier.


Plus rapide ne signifie pas infaillible. On réussit à piéger l'AF dans les cas classiques où la mise au point automatique montre des défaillances. Mais surtout - et c'est beaucoup plus embêtant - on observe un décrochage assez visible (d'au moins une seconde) en zoom arrière rapide, phénomène que j'avais déjà observé sur le FDR-AXP33 et qui n'a donc pas été amélioré, malgré les annonces tonitruantes concernant l'Autofocus. Le phénomène est constant, et se produit même en mise au point manuelle. Il ne se produit pas en zoom lent mais c'est une maigre consolation, le zoom étant une des commandes qui caractérisent le plus les camescopes. C'est une boulette dont le rival (Panasonic) ne souffre pratiquement pas.


bouton Manual

C'est pourquoi on peut préférer la mise au point manuelle facilitée par la bague du Sony. Notez que cette bague est assignable à plusieurs fonctions au choix. Pour réassigner une fonction, il suffit de passer par le bouton Manual, et de valider, c'est très rapide. On peut ainsi préférer assigner l'exposition ou le zoom, mais on prend les paris que vous choisirez la mise au point, la plus instinctive en termes de touché de bague. Notez les multiples réglages "iris", exposition" ou Régl. exposition Auto" dont la différenciation n'est pas toujours très claire.


La mise au point étant vitale en UHD dont l'image est bien plus grande qu'en FullHD, le FDR-AX53 est secondé d'une "Loupe" qui s'active en mise au point manuelle en tournant la bague. Elle offre un grossissement de la scène x2 avec un seul palier de grossissement (deux sur le FDR-AX100). Le système revient de lui-même à l'image non grossie une fraction de seconde après avoir arrêté de manipuler la bague. C'est bien ainsi.


Surtout on apprécie que la loupe continue de fonctionner pendant l'enregistrement, dès qu'on manipule la bague. C'est un système souple, inexplicablement absent du concurrent, le HC-VXF990, qui en a pourtant équipé son GH4 ou son FZ300.


La loupe est secondée d'un système d'intensification de couleurs (surbrillance des contours) qu'on retrouve aussi chez Panasonic pour le coup. On récupère aussi d'autres réglages plus classiques tels que la très conviviale Mesure / Mise au point Spot - qui permet de fixer la mise au point auto (ou l'exposition). Le zébra n'a pas été oublié, contrairement à Panasonic, il est même réglable à 70 ou 100%. Pas d'histogramme en revanche, ni filtres ND intégrés, mais cette caractéristique pro est rarement (jamais ?) proposée à ce niveau de prix.


iris

Le FDR-AX53, comme tout camescope un peu sophistiqué, possède un mode "Panique" (iA) qui réinitialise tous les réglages à leur valeur par défaut, pour vous fournir une image la plus équilibrée possible. On peut juste reprocher à cette touche tactile d'être bien discrète et petite, en bas à droite de l'écran, alors que celle de Panasonic est imposante.


Et dans le même temps, la caméra vous donne la main - via Manual / bague - pour régler tous vos paramètres : libre à vous d'ajuster l'iris, de corriger l'exposition, ou de régler l'exposition Auto. Attention à ne pas confondre : le réglage de l'iris permet de régler la valeur d'ouverture, tandis que que le réglage de l'exposition agit sur la luminosité, enfin l'exposition auto fixe l'équilibre du contraste et de la luminosité.


La balance des blancs et la vitesse d'obturation sont également réglables.



(Test Sony FDR-AX53)

Connectique, Wi-Fi, PlayMemories Mobile

connectique
connectique
connctique

La connectique est placée derrière des volets pour la protéger de l'oxydation ou de la poussière. La connectique est minimaliste désormais : une micro-HDMI pour relier le téléviseur, une prise Multi / micro-connecteur USB pour relier l'ordinateur, et divers usages, y compris pour relier en analogique (moyennant câble optionnel), une mini-jack pour connecter un micro externe, une prise casque. Le cordon solidaire USB a donc disparu alors qu'il était bien pratique. Et l'entrée Projector a également disparu puisque le projecteur est absent de ce modèle. A quand une prise USB 3.0 ? Sony comme les autres fabricants, ne semblent décidément pas pressés de l'intégrer !


wifi fdr-AX53
FDR-AX53

Aujourd'hui sans Wi-Fi, une caméra risquerait de se ridiculiser, le Wi-Fi donnant accès à de nombreuses fonctionnalités. L'usage le plus connu est l'utilisation de son smartphone ou de sa tablette comme télécommande sans fil. Il s'effectue depuis l'application gratuite Play Memories Mobile. Mes essais avec un ancien iPad ont été concluants pour piloter le camescope, toutefois les commandes sont sommaires (Enregistrement et Zoom).


playmemories home

Grâce au WiFi, on trouve aussi le transfert des films (MP4) et des photos sur son smartphone, la diffusion en continu en direct, ou même la communication en mode multicaméra (voir descriptif complet sur l'ancien modèle).


Notez que le FDR-AX53 a fait l'impasse sur le GPS. Quoique critiqué, j'aime cette fonction qui existe bien sur certaines actioncams.


On peut aussi exploiter le logiciel PlayMemories Home (compatible Windows / Mac) qu'il convient de télécharger sur le site Sony. Play Memories Home peut s'avérer utile en tant que module d'importation, le reste étant effectué par votre logiciel de montage habituel. Il peut aussi élaguer rapidement vos fichiers ou convertir des fichiers mp4.


PlayMemories Home gère aussi la communication en mode multicaméra.



(Test Sony FDR-AX53)

Exemples photos

photo FDR-AX53

16 Mp (5440 x 3056)


photo FDr-AX53

16 Mp (5440 x 3056)


photo FDR-AX53

8 Mp (3840 x 2160)


photo FDR-AX53
12,4 Mp (4080 x 3056)

 


Les photos - bien que ce ne soit pas la vocation première de ce camescope - sont bien sûr exploitables, même si elles n'ont pas la propriété particulière du mode Photo 4K, si pratique chez Panasonic.


Elles sont bien sûr au format jpg (pas de raw), la notice évoquant du DCF, qui peut laisser entendre un format particulier. Les vues fixes s'enregistrent dans divers ratios (16;9, 1:1, etc.) jusqu'à 20 Mp. On accède au mode Photo via l’écran ou le flanc gauche puis en pressant le bouton PHOTO situé à côté du zoom. Côté focales, on retrouve une focale minimale de 26,9 mm.


On peut également capturer des vues fixes pendant l'enregistrement vidéo mais pas en 4K et dans une résolution plus limitée. On retrouve aussi des fonctionnalités photo classiques.



(Test Sony FDR-AX53)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

SONY FDR-AX53

Prix fabricant : 1000 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 23 avis d'internautes et donner le vôtre