Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Canon HFM41 / HFM46 / HFM406

Mémoire Flash intégrée de 32 Go

 

20 juillet 2011 par Thierry Philippon - Mis à jour le 06 août 2011

 

Modèle HD de la gamme 2011, le Canon Legria HFM41 est le plus évolué du trio HFM constitué également des HFM46 et HFM406. Le HFM41 stocke les images vidéo sur mémoire Flash intégrée de 32 Go (mais aussi sur carte mémoire), et revendique de très nombreux atouts pour un prix de 800 euros, prix élevé mais attractif compte tenu des performances globales. En effet, cumuler à ce niveau de prix les avantages d'un écran tactile, d'un viseur (seul modèle de la série HFM à le revendiquer), d'un mode 25p, d'un stabilisateur haut de gamme, d'un mode 24 Mbit/s et d'un réglage du niveau audio, devient rare. Ajoutez les 2 logements pour carte mémoire, l'excellent capteur Canon CMOS HD Pro, ou encore la sensibilité améliorée, et vous obtenez un camescope résolument très complet.


Regret du HFM41, la mini-torche, souvent intégrée aux modèles Canon, n'est pas présente, et la position grand-angle est assez décevante. Mais un complément grand-angle additionnel (0,7x) est proposé en option.


Canon HFM41

Si le budget de 800 euros vous semble un peu élevé, vous pouvez réduire la facture de 100 euros en optant pour le petit frère HFM46 proposé à 700 euros, modèle qu'on trouve en réel pour moins de 630 euros à la date de ce test. Condition, vous dispenser de viseur et d'entrée micro, et accepter une mémoire embarquée réduite de moitié (16 Go au lieu de 32 Go). Dans la même logique, vous pouvez encore alléger l'étiquette de 50 euros (650 euros, 550 réels environ) en optant pour le modèle cousin du HFM46, le HFM406, qui reprend les caractéristiques du HFM46 mais ne dispose que du support carte mémoire.


On trouve aussi (modèle pas ou peu distribué en France) le HFM40 qui contient une mémoire de 16 Go, a priori très proche ou identique au HFM46.


bokeh HFM41
Par rapport à la série HFM, le modèle haut de gamme Vixia HFG10 conserve une supériorité sur bien des points, ce qui tente de justifier l'écart de prix spectaculaire de 700 euros entre le HFM41 et le HFG10. En effet, ce dernier est pourvu d'une bague de mise au point et d'une petite molette arrière, l'écran est plus grand (3,5 pouces contre 3 pouces) et bien mieux défini (960 kp contre 230 kp), le viseur est plus perfectionné (il s'étire), l'objectif est muni d'un pare-soleil pro et la position grand-angle est nettement plus avantageuse (30,4 mm contre 43,6 mm).

> LIRE LA SUITE : Modes et durée d'enregistrement

Modes et durée d'enregistrement

Le Canon HFM41 sait enregistrer sur sa mémoire intégrée de 32 Go (16 Go pour le HFM46), ce qui permet de disposer d'une mémoire permanente relativement conséquente. Toutefois, il faudra penser à vider cette mémoire le moment venu car une capacité de 32 (ou 16) Go se remplit vite selon votre rythme de tournage et le mode utilisé.
HFM41 cartes

Le HFM41 sait aussi stocker vos images sur 2 cartes mémoire, alors que la plupart des camescopes n'ont qu'un logement (sauf en pro). Le HFM41 peut aussi assurer un enregistrement-relais depuis la mémoire intégrée sur l'une des cartes.


HF G10 modes enregistrement

5 modes sont disponibles, les deux premiers (24 et 17 Mbps) enregistrent en Full HD, les trois suivants en 1440 x 1080. Prenez garde : en utilisant le camescope pour la première fois, le mode d'enregistrement est positionné sur SP (7 Mbits/s).


La durée est de 2H55 sur mémoire Flash en 24 Mbps (MXP) ou 4H10 en 17 Mbps (FXP). Divisez par deux pour le HFM46 (hors cartes).


HF G10 vitesses

Ici pas de mode Progressif 28 Mbits/s en 50p, mais le Canon HFM41 se rattrape avec un mode 25p. Il est étonnant que que Canon soit un peu à la traîne (Panasonic et Sony proposent le 50p) alors que ce fabricant a été le premier en 2008 à intégrer le 24 Mbits/s (sur le HG21). Pas d'enregistrement en SD MPEG-2 (à l'inverse de Sony) mais ce n'est pas un gros manque.


On trouve aussi un mode "aspect Cinéma" assez développé. Dans ce mode, le camescope ajuste la vitesse et d'autres réglages d'images pour produire un "rendu cinéma". Au total, on dispose pas moins de 9 filtres différents. Certains sont assez réussis et utilisables comme effet N&B dramatique ou teinte bleutée ou encore Souvenir. Cette palette de modes est directement accessible depuis le commutateur de modes. Les rivaux au même prix n'ont rien de strictement comparable. On peut voir le résultat produit par ces effets à la fin de la vidéo consacrée au HFG10.



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Capteur, objectif

Le HFM41 possède le même capteur CMOS 1/3 que le HF G10. Il s'agit d'un capteur Canon CMOS HD Pro directement inspiré du capteur qu'on retrouve en pro. Il est incontestable que le gros capteur 1/3 pouce réagit bien aux contextes critiques et en situation de faible sensibilité.
HFM41 CMos

Côté objectif, il diffère du haut de gamme HF G10 : au lieu d'un 4,25-42,5 mm, on se contente d'un 6,1-61 mm. Conséquence qui sonne comme une logique de gamme : on est moins large mais on va plus loin, à ratio de zoom égal (10x). En effet, en équivalence 24x36 (la référence en la matière), au lieu du 30,4-304 mm du HFG10, on obtient un 43,6-436 mm. Vous l'avez compris, pas de grand-angle ! Mais on peut contourner l'obstacle avec le x0,7 Canon WD-H43 (malheureusement onéreux).


objectif HFM41
Pour une exploitation au téléobjectif, le stabilisateur du Canon est tout bonnement bluffant... Le stabilisateur motorisé combiné à la grosseur de l'optique. La position télé maxi est quasi exempte de vibrations sur un sujet éloigné. A noter aussi que Canon a soigné "l'effet bokeh". En clair, le constructeur s'est efforcé de rendre le fond flou plus naturel lors de l’utilisation d’une grande ouverture pour obtenir une faible profondeur de champ au moyen d'un diaphragme à iris à 8 lamelles.

 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Viseur, écran

Le viseur couleurs du HFM41 ne s'étire pas (pas plus qu'il ne se relève). Bref il est fixe mais il faut replacer ce défaut dans le contexte où les viseurs avaient quasiment disparu, excepté sur les modèles experts. En fait, les fabricants n'ont réintégré les viseurs sur les camescopes de cette gamme que sous la pression des utilisateurs avertis et peut-être des testeurs professionnels relativement unanimes sur le sujet... D'autre part, ce viseur n'est pas si mauvais.
viseur HFM41

Deux spécificités retiennent l'attention : il s'agit d'un viseur 0,24 pouces (0,61 cm) alors que les petits viseurs descendent parfois jusqu'à 0,5 cm. Enfin et surtout, on n'est pas contraint de fermer l'écran pour allumer le viseur, défaut constaté sur le Vixia HFG10. Ici, au contraire, une touche arrière permet d'allumer le viseur en toutes circonstances, autrement dit même si l'écran est allumé. Pourquoi le HF G10 ne bénéficie-t-il pas de cette fonction ? Mystère...


écran HFM41

Canon a conservé sur son HFM41 l'écran tactile du HF G10. Le fabricant fournit même un petit stylet qui peut se fixer sur le camescope. Sinon, sans stylet, on peut utiliser le doigt mais on risque de se tromper de ligne entre deux lignes de menus trop proches, c'est un détail qui serait à améliorer nettement.


L'écran ne fait "que" 3 pouces (comparés aux 3,5 pouces du HF G10) et seulement 230 Kp, mais c'est tout de même mieux que les écrans 2,7 pouces des modèles entrée de gamme. On peut visualiser de côté sans difficulté afin de revisionner à plusieurs.


Comme sur le HF G10, on peut faire appel à une Grille (en blanc) qui divise l'écran en 9 cases égales, ou même afficher en superposition un "niveau" (blanc ou gris), utile pour maintenir l'horizontalité du plan.


Canon est le seul fabricant à afficher clairement (en haut à droite) la durée d'autonomie restante mais aussi d'enregistrement restant, exprimées toutes deux en minutes. On peut aussi zoomer sur écran (idem Sony…).


Pas de dispositif de bouton personnalisable sur le côté en revanche, système présent sur le HFG 10 et qui permettait d'avoir un accès direct au contrejour par exemple. Dommage.



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Batterie

L'autonomie de la batterie atteint un score plus qu'honorable compris entre 80 et 85 minutes réelles. C'est plutôt un bon score. Le chargeur de batterie est intégré mais on peut se procurer le chargeur externe Canon CG800E.


On peut remplacer la batterie existante (BP-808) par un bataillon de batteries de rechange de plus forte capacité telles que les BP-819 ou BP-827. Là encore, les autonomies ne sont pas indiquées pour l'instant mais comptez le double de temps effectif pour une BP-819 et quasiment le triple pour une BP-827.


batterie

Deux points décevants quoique peu graves pour finir : c'est par le dessous qu'on extraie la batterie. Il est donc exclu de la changer si le camescope est sur trépied. D'autre part, la prise DC In est noire sur fond noir en lettres noires ! : elle oblige à tâtonner lorsqu'on est dans un endroit sombre ou que la pièce est peu éclairée.


 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Griffe, télécommande

La mini-griffe porte-accessoires est présente à l'avant sous un cache. Cette mini-griffe, dite "avancée" impose d'y fixer des accessoires "propriétaires" (Canon). On peut ainsi fixer la mini-torche de 7 Watts Canon VL-5 pourvue d'un mode Auto ou encore le micro Canon DM-100 (environ 200 euros). Il est toutefois possible de recourir à un adaptateur standard tel que celui proposé par la société américaine DeMaagd Accessories.
griffe

Une télécommande est fournie avec le camescope. Elle permet d'accéder aux commandes usuelles (Start / Stop, Zoom AV/AR, Marche/Arrêt, Pause, Ralenti...).


 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Prise en mains

La prise en mains du HFM41 est assez agréable, l'appareil est équilibré, restant à la fois (plutôt) léger et bien stable. Le zoom du HFM41 est très agréable à manipuler. En revanche, il manque sur le bord de l'écran un second bouton d'enregistrement (permanent). Ce bouton existe mais ne s'affiche que sur écran, via le bouton... Zoom ! Vraiment Canon n'a pas bien structuré la cohérence de son Menu. En fait, en cliquant sur Zoom, on accède au Zoom et au Record sur écran. Une fois qu'on a compris ça, c'est assez pratique. Mais globalement, la navigation dans certains menus est à revoir, on peut chercher une fonction durant de très longues secondes et se tromper facilement de ligne (avec le doigt). Quand on a goûté à l'iPhone, c'est dur !
prise en mains HFM41

Il existe un mode Veille dit de "démarrage rapide" qui autorise une mise en route assez rapide (5 à 6'') entre l'arrêt complet et la première image enregistrée. Parallèlement, dans ce mode Veille, le camescope s'éteint au bout d'un nombre de minutes réglables : 10, 20 ou 30 minutes... Seul Canon autorise ce réglage à ma connaissance. Bien sûr, le mode Veille consomme un peu plus, il faut donc l'utiliser avec parcimonie.


Un détail à ce sujet que nous n'abordons pas souvent, c'est la présence de ces voyants minuscules, soit rouge, soit vert, sur le côté ou sur écran (Enregistrement) qui sont une source fréquente d'erreurs et qui demandent une attention soutenue… aux daltoniens ! Bien sûr, le sujet prête à sourire, mais les fabricants devraient un peu plus penser à eux. Un français sur 10 (sans compter ceux qui l'ignorent) subit une forme légère ou sérieuse de daltonisme - c'est donc un chiffre considérable attendu qu'aucun traitement n'existe - et pour tout vous avouer, votre serviteur fait partie de ces 10%... :) Dans mon entourage, deux autres personnes le sont. Alors merci messieurs les fabricants de penser un peu à nous en renforçant la lisibilité de ces voyants...


Ajoutons pour finir deux fonctions, l'une est connue, l'autre moins :


- la fonction connue est le Pré-enregistrement qui permet de démarrer l'enregistrement 3 secondes avant d'enrgistrer réellement. C'est un dispositif qui permet de ne jamais rater le début d'un mouvement vif. Bien entendu, rien de magique, il faut que le camescope soit déjà allumé et que l'opérteur se tienne prêt !


- la fonction moins connue , c'est la fonction Décoration. Elle permet, avec le stylet fourni, d'ajouter des propres dessins à main levée. Vous pouvez décorer les scènes pendant l'enregistrement ou juste avant de les convertir en SD (si vous les convertissez). Amusant...



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Micro, audio

Deux petites capsules plutôt bien placées sous l'objectif, se chargent d'enregistrer un son stéréo. En fait, le Canon Legria HFM41 enregistre l'audio en Dolby Digital 2 voies ou 5.1. Le 5.1 est un peu abusif car il ne s'applique que si on connecte un micro externe 5.1 Canon comme le Canon SM-V1 ou le modèle HF sorti en 2011 à technologie Bluetooth Canon WM-V1 (environ 180 euros).
HFM41

Mais la vraie surprise est ailleurs : Canon est le seul parmi les camescopes hauts de gamme grands-publics, toutes marques confondues, à intégrer à la fois les prises Micro et Casque, l'enregistrement manuel du son (Sony n'en a pas) et un mixage possible du micro intégré et externe ! Un bon point, si rare à souligner. De plus, le réglage est assez simple à effectuer. On peut doser l'équilibre entre les 2 sources, jusqu'à inhiber la source interne ou au contraire, la rendre dominante. La seule impossibilité du HFM41 est qu'il ne peut pas mixer une source micro avec un son provenant de l'entrée audio externe.


HF G10 niveau micro

En dehors du mixage audio, le HFM41 sait régler le niveau sonore manuellement par le biais de la touche Function puis du symbole "Niveau Micro" ou par un Raccourci en bas à droite de l'écran qui s'affiche dès qu'on passe en position manuelle. Le réglage manuel - on avait déjà remarqué cette caractéristique sur d'autres modèles Canon - peut s'opérer en cours d'enregistrement, ce qui est remarquable.


Globalement, le HFM41 est plutôt silencieux, nous n'avons pas constaté de bruit intempestif généré par le camescope en lui-même, hormis la commande de zoom qui lorsqu'elle est manipulée trop prestement, s'entend à l'écoute au casque (au niveau maximum).


HF G10 casque
L'écoute au casque, via la prise mini-jack 3,5 mm du flanc gauche, implique de paramétrer correctement le Menu sur la sortie Casque, sinon c'est la sortie audio-vidéo composite qui prend les devants. En branchant le casque, comme sur d'autres camescopes, le HP du camescope s'inhibe. Le volume est réglable selon 15 niveaux.
HF G10 antivent

Un filtre anti-vent, qui coupe les basses fréquences, a pour incidence que les sons graves générés par le vent sont atténués pour rendre une scène ventée plus audible. Prenez garde en revanche à "l'atténuateur microphone" qui diminue le niveau sonore sans faire dans le détail ! Cet atténuateur a pour but de ne pas risquer d'enregistrer des sons saturés.


HF G10 directivité
La directivité du micro peut être réglée selon 4 modes. La plupart du temps, il y a fort à parier que vous resterez en Normal. Attention au micro-zoom qui amplifie considérablement le souffle au téléobjectif.
HF G10 passe-haut

Canon propose par ailleurs un égaliseur audio. Le filtre passe-haut ne laisse passer que les fréquences aiguës. "Plage BF amplifiée" amplifie les basses fréquences, tandis que "Plage MF amplifiée" s'adapte mieux aux voix humaines et aux dialogues. Ce type de réglages est très rare sur un camescope, hormis le HFG10 qui est pourvu des mêmes fonctions.


HF G10 lecteur externe
Un gadget pour finir : la faculté de mixer le son d'ambiance des scènes vidéo avec 3 plages musicales préenregistrées dans la mémoire intégrée. On peut même, luxe suprême, intégrer des musiques provenant d'un lecteur externe et régler le volume d'entrée pour les mixer.

 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Zoom et focales

HFM41 grand-angle   HFM41 télé
Grand-angle
 
Télé 10x

La position grand-angle du HFM41 correspond à un équivalent 43,6 mm, c'est un des points faibles principaux de ce modèle. Pas d'autre solution que d'investir dans un objectif grand-angle additionnel. Nouveau souci, le diamètre 43 mm du filetage restreint un peu le choix de modèles et surtout en augmente le prix.


Evidemment, Canon propose son propre accessoire, le convertisseur x0,7 Canon WD-H43, avec lequel on peut zoomer, mais qui est proposé à plus de 200 euros.


Au télé, l'équivalent 24x36 est de 436 mm, ce qui permet en revanche d'aller chercher des détails suffisamment lointains.


A noter le zoom numérique, qui, à son 1er palier (40x), permet de conserver l'efficacité du stabilisateur, mais pas à son 2e palier (200x).


zoom Canon HFM41

Le zoom du HFM41 est disposé sur le sommet, à l'arrière. La commande de zoom est confortable, très souple, presque davantage que sur certains camescopes plus onéreux ! Elle permet d'exercer des mouvements de travelling optique très lents (45" pour parcourir toute la plage de focales), ou d'effectuer des zooms rapides (environ 2''). D'autant que Canon offre la faculté de régler la vitesse de son zoom (Fixe ou surtout Variable selon 3 vitesses).


On trouve aussi un zoom sur écran (pas en permanence).


 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Automatismes et réglages

L'Autofocus - très important en vidéo HD car le moindre défaut est plus perceptible, est gouverné par trois modes : d'une part l'AF normal qui s'ajuste en fonction du centre du cadre et qui est pris au piège dans les situations classiques où la mise au point auto déraille comme la focalisation sur l'arrière-plan ou l'avant-plan alors qu'on souhaite le contraire, ou la difficulté à faire le point en présence de motifs géométriques ou de surfaces uniformes, etc.
HF G10 AF normal
Le second mode disponible est l'AF moyen qui est une position intermédiaire entre l'AF Normal et l'AIAF. Enfin, l'AiAF fait le point à l'aide de différents cadres (jusqu'à 9) qui s'affichent, tenant compte de la globalité de la scène mais aussi de sujets en mouvements. Ce mode peut provoquer des hésitations.
HHFM41 mise au point

Ce qui distingue un camescope expert d'un modèle plus modeste, c'est souvent la réglage de la mise au point et dans une moindre mesure, l'accès au réglage de l'exposition. Le HFM41 ne faillit pas à la règle en apparence car il est dépourvu de la belle bague de mise au point dont a hérité le HF G10. Le bouton de sélection AF/MF, si pratique sur le HFG10, a aussi disparu. Mais la déception n'est pas totale, et la mise au point manuelle - tout comme l'exposition - reste assez accessible. A condition de prendre le temps d'activer la Touche FUNC (sur l'écran) puis d'effleurer la touche Mise au point, on peut effectuer la mise au point manuelle en touchant la zone qu'on souhaite mettre au point. Un raccourci est possible par le biais de deux pictogrammes sur le côté gauche qui vous font passer de la mise au point la plus éloignée (Infini) à la plus rapprochée. Le système fonctionne en Pause mais aussi - et c'est là tout l'intérêt - en cours d'enregistrement.


En Pause, on bénéficie en sus de l'assistance à la mise au point (débrayable si elle vous gêne) qui est une fonction qui permet d'affiner la netteté grâce à un grossissement momentané de la scène (x2 à x3). Il ne vaut que pour l'affichage, cet "effet loupe" n'est pas enregistré. Les contours sont également accentués en couleurs (débrayable aussi) : Canon nomme ça un "relèvement". Dès l'enregistrement effectif, l'Aide disparaît et votre scène recouvre son aspect non grossi.


Le Menu FUNC (fonctions) qui s'affiche en haut à gauche de l'écran est bien pratique car il offre une sorte de vue synthétique des réglages possibles (réglage de la balance des blancs, du stabilisateur, du zoom sur écran, ou encore de l'ajustement manuel du son).


Les réglages (hors mise au point) ne sont plus accessibles via la molette arrière car celle-ci a disparu : TV/AV (Priorité à la Vitesse, Priorité à l'Ouverture), AGC (Contrôle du gain). et aussi et surtout Exposition. Mais les fonctions, elles, demeurent et sont accessibles via le Menu du camescope.


La balance des blancs est rarement prise en défaut et la kyrielle de positions préréglées vous dépannera dans toutes les situations. On dispose même d'un ajustement précis (en ° Kelvin) de la température de couleurs... On peut aussi régler l'expo selon 13 paliers. Mais aucune fonction de Contrejour ne semble activable directement.


Canon n'a pas omis d'intégrer les modes Programmes (modes P, Tv, Av,.). Pas de vrai réglage manuel du Gain. En revanche, on peut jouer sur la limite du gain (CAG) en abaissant le seuil. Le Zébra est absent sur ce modèle.



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Modes et qualité photo

Le HFM41 suscite le même étonnement que pour le HFG10 : quasiment aucun mode Photo ! En effet, on peut juste capturer une photo mais dans une seule taille (1920 x 1080 pixels) en direct ou d'après une vidéo lue. Les photos peuvent s'enregistrer au choix dans la mémoire Flash ou sur la carte SD. On peut aussi enregistrer une photo en simultané pendant l'enregistrement vidéo.


Le Flash se déclenche lorsque la luminosité vient à manquer et la fonction Retardateur reste disponible. Et c'est tout ! Le HFM41 est donc moins bien loti que ses rivaux sur ce point. Canon considère sans doute qu'un camescope se destine à la vidéo. Et Canon vend de vrais APN paraît-il mais chut, ne le répétez pas ! :-)


HFM41   HFM41

Utilisation du mode Photo dans la seule taille disponible, en 1920 x 1080 pixels (2,07 Mp). A gauche, en cours d'enregistrement vidéo simultané, à droite en Pause d'enregistrement vidéo.



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Qualité image et sensibilité

En tant que fabricant d'optiques, les camescopes Canon déçoivent rarement. On ne sétonnera donc pas de remarquer une image piquée, chaude et bien contrastée. Le capteur CMOS HD allié à la qualité optique soignée, fait des merveilles.
luna HFM41
Pour un camescope dont le prix indicatif oscille entre 700 et 800 euros, c'est de la belle ouvrage.
bokeh HFM41
Ici, on s'est efforcé d'accentuer l'arrière-plan flou et de laisser l'avant-plan net par un choix adéquat de luminosité et de cadrage. On est proche de l'effet "Bokeh".
grotte HFM41

Côté sensibilité, le Canon HFM41 avance plusieurs arguments en son avantage puisque sa cible est grosse (1/3 de pouce), son ouverture, confortable (f/1,8) et son capteur CMOS HD Pro est conçu pour une meilleure captation de la lumière en conditions de faible éclairage.


Canon annonce une sensibilité de 1,3 lux au 1/25. Une petite torche peut être placée sur la griffe porte-accessoires; elle viendra vous dépanner utilement, nous vous la conseillons ! Ou alors, il faut profiter d'un éclairage adéquat, comme la concrétion ci-dessus qui est éclairée par une lampe-torche en vitesse d'obturation lente activée.


A noter que l'Autofocus réagit bien en conditions de faible sensibilité, en mode "AF Normal".



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Connectique, navigation, montage

Les prises du HFM41 se répartissent principalement sur le flanc gauche du camescope, sans le moindre volet coulissant ou caches de prises, à la différence du HFG10. La prise Micro est séparée, à l'avant du flanc droit.
connectique HFM41

Les câbles de connexion fournis comprennent le câble composite, composantes et USB 2.0. Le câble mini-HDMI Canon HTC-100 est fourni, c'est suffisamment rare pour le souligner.


Une fois le port USB 2.0 sollicité, et le choix du support lu effectué, la connexion à l'ordinateur est automatique et elle ne contraint pas à se positionner sur secteur.


HFM41 lecture

La navigation s'inspire (de loin) du système iPhone avec un tourné de page de gauche à droite pour passer d'un bloc d'images à l'autre. On peut basculer d'un module d'affichage de 6 à 15 vignettes d'un bref coup de zoom. En lecture, il est facile de passer d'une séquence à l'autre ou d'accélérer, de mettre en Pause, etc. Il est tout aussi facile de passer de la mémoire intégrée aux cartes mémoire.


HFM41 convertir HD-SD

Le HFM41 offre en outre une édition vidéo assez sophistiquée : on peut en effet ajouter, supprimer, copier de la mémoire vers l'une des cartes et vice versa, etc. On peut aussi diviser des scènes (idem autres fabricants) et même utiliser des extraits musicaux intégrés ou intégrer des extraits personnels. Bref, une édition plutôt complète !


On peut surtout convertir directement de HD en SD depuis le camescope. Cette possibilité existe aussi chez Sony mais pas chez Panasonic. De plus, la procédure Canon nous a semblé particulièrement intuitive.


A noter la commande pour HDMI-CEC qui désigne en fait une fonction HDMI particulière. Celle-ci permet avec une TV compatible, de piloter le camescope par la biais du câble mini-HDMI/HDMI. On trouve également la fonction nommée "sortie HDMI 1080p" qui convertit directement vos enregistrements 1080i en 1080p si vous vous voulez les regarder sur une TV compatible 1080p.


Le camescope est bien sûr fourni avec des logiciels Pixela ImageMixer Video Browser v1 et Transfer Utility v1. Nous n'avons pu la tester car nous disposions d'un modèle prototype. Mais si l'on se réfère aux version antérieures du logiciel, Image Mixer prend en charge la gestion complète des fichiers AVCHD depuis le camescope. Son incompatibilité Mac et un certain manque de souplesse au montage sont ses inconvénients principaux.


Sur le traitement de l'AVCHD en général, nous vous invitons à consulter notre article synthétique consacré à cette question.



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Micro Bluetooth Canon WM-V1

Canon propose pour la première fois à notre connaissance un système HF Bluetooth 2.0 (communication sans fil) de référence Canon WM-V1. L'idée est de s'affranchir des limites de portée du micro intégré, sans avoir de "fil à la patte". Un dispositif approchant existe chez Sony (ECM-HW2 ou surtout le récent ECM-AW3 ou encore ECM-W1M).


Le micro HF Canon, assez mal distribué en France et sur lequel aucune documentation n'est accessible pour le moment (hormis dans la notice du HFM41 en notre possession), est proposé aux alentours de 180 euros. C'est un peu cher. Le fabricant a pu nous prêter ce modèle sans difficulté et sans insistance de notre part. Nous insistons sur la facilité de prêt car le modèle ECM-HW2 de Sony, pourtant vendu sur le site Sony Style, n'a jamais pu nous être prêté (le service de presse de Sony ne disposait d'aucun modèle).


HFM41 micro Bluetooth

Ce micro HF est spécifiquement dédié aux Canon Vixia HFG10 et son équivalent pro Canon XA10, ainsi qu'aux gammes Legria HFM et HFR.


HFM41 bluetooth WM-V1

L'ensemble se compose d'un émetteur et d'un récepteur tous deux munis d'une pince dorsale pour accrocher l'émetteur sur un vêtement tandis que le récepteur se fixe sur le camescope (voir plus loin). On dispose aussi d'une mini-bonnette anti-vent (made in China... !), de deux écouteurs et d'un cordon de liaison avec une prise mâle mini-jack des deux côtés. Curieusement, rien ne distingue le récepteur de l'émetteur qui sont comme deux jumeaux, hormis la mention "Microphone" sur le premier et "Receiver" sur le second. C'est aussi le cas chez Sony sur le ECM-AW3 ou ECM-W1M.


micro Bluetooth Canon WM-V1

Le récepteur se fixe apparemment sur la sangle de la poignée du camescope. Par le biais du câble fourni, on relie la sortie mini-jack du récepteur à l'entrée micro du camescope. Si la connexion est correctement réalisée, un symbole Micro s'affiche sur l'écran du camescope. Récepteur et émetteur sont alimentés chacun par une pile AAA 1,2 Volt. Mais l'autonomie de l'unique pile AAA donnée pour 3 heures théoriques environ, ne tient approximativement que la moitié de ce temps. Nous n'avons pas la réponse en fréquence pour le moment mais elle devrait tourner - comme sur le Sony - autour de 300 à 9000 Hz.


Il y a de quoi s'étonner de la référence de ce microphone (WM-V1) si proche du SM-V1 (micro Surround directionnel), d'ailleurs mentionné dans la notice du HFM41, alors que les deux modèles n'ont rien à voir. Si bien que nous avons cru pendant un instant que le descriptif du SM-V1 s'appliquait au micro que nous avions entre les mains, le WM-V1... !


HFM41 bluetooth WM-V1

Le premier contact avec le micro donne une impression de jouet en plastique pour enfants, qui pourrait aisément se briser si on s'asseyait dessus par mégarde... Récepteur et émetteur produisent des bruits de craquements dès qu'on les maintient fermement dans la main ! C'est la même construction que le Sony ECM-AW3 apparemment. On fait confiance à Canon qui a dû faire des tests de résistance ? Il est évident que le micro ne doit pas être trop lourd pour s'accrocher correctement à un vêtement. Malgré tout, nous n'avions pas eu cette sensation d'objet un peu "toc" avec le premier micro HF Sony ECM-HW2. Cet impact négatif est à mettre en relation du prix élevé de ce type de micro qui flirte avec les 180 euros. A 60 euros, l'indulgence serait de mise...


micro bluetooth canon

L'approche technique est plus positive. Il y a trois bonnes nouvelles quand on lit le descriptif technique. D'une part, la portée est de 50 mètres (164 "feet"). C'est une portée respectable qui donne beaucoup de latitude, elle est d'ailleurs équivalente à celle du Sony ECM-AW3 ou ECM-W1M.


D'autre part, cadreur et "sujet humain" peuvent communiquer à la manière d'un Intercom, c'est-à-dire qu'une communication est possible via les deux écouteurs : le sujet peut entendre ce que le cadreur lui dit et vice versa. C'est évidemment très pratique. Pour rendre cette fonctionnalité opérationnelle, il suffit de brancher un écouteur sur le micro émetteur (nommé "Microphone"), l'autre écouteur étant relié à la prise casque du camescope, ce dernier étant lui-même relié au récepteur. Plus simple à faire qu'à expliquer ! Le même système existe sur le micro HF Sony précédemment évoqué.


HFM41 mixage

Enfin, il est possible de réaliser un enregistrement Auto ou entièrement Manuel avec le micro HF mais aussi de mixer (à l'enregistrement) le son du micro HF et du micro intégré au camescope. Le mixage reste sommaire et fonctionne ainsi : depuis le Menu (fonction Mixage audio), on dose l'équilibre (et seulement l'équilibre) entre l'entrée micro interne (INT) et le micro sans fil (EXT) le long d'une barre horizontale. Deux vu-mètres permettent de visualiser les nioveaux respectifs des deux sources. Bien sûr, rien n'oblige de mixer, la fonctionnalité se débraye.


HFM41

Lorsque vous enregistrez avec le micro HF Canon, évitez une fréquente source d'erreur : ne laissez pas la sortie mini-jack du camescope sur Audio-Vidéo (comme sur l'image ci-dessus) si vous souhaitez contrôler le son sur le camescope. En effet, la sortie Casque bascule en sortie AV selon l'affectation que vous lui attribuez dans le Menu. Contrôlez que le symbole Casque s'affiche bien sur l'écran.


Notez qu'on peut régler le volume directement sur les deux modules HF mais dans ce cas, cela n'affecte que l'écoute. L'anti-vent du camescope est automatiquement placé sur Off aussitôt qu'on lui connecte un micro via l'entrée Micro. Un symbole s'affiche en ce sens.


loin près

Un test sur le terrain a confirmé l'excellente reproduction du son du Canon WM-V1, et la bonne intelligibilité des voix. Il faut avoir l'oreille d'un ingénieur du son pour détecter que la voix est légèrement "étouffée" mais le rendu demeure tout à fait acceptable. La bonnette antivent est salvatrice et se fixe facilement, mais on ne peut pas éteindre/allumer le micro émetteur sans retirer la bonnette, c'est vraiment stupide... En revanche, même avec un vent assez violent de fin de journée, la bonnette a rempli efficacement son rôle.


La limite de distance de 50 mètres en HF reste théorique, mieux vaut ne pas dépasser 25 à 30 mètres. Il importe d'être face au récepteur. Si on tourne le dos au récepteur tout en parlant, la voix devient hachée dès qu'on s'éloigne de 20 ou 25 mètres. Et bien entendu, le HF ne traverse ni les murs ni les hauteurs de collines : il faut que le terrain soit un minimum dégagé.


La capacité de se parler entre cadreur et sujet est vraiment très agréable, tout comme la faculté d'enregistrer en mode Auto ou manuel. Et la possibilité de doser la répartition entre voix externe et voix du micro intégré est très intéressante. Dommage que les deux sources soient mixées au final et non réparties sur deux voies distinctes, ce qui aurait permis de les remixer si besoin au montage.


Canon Bluetooth
En conclusion, nous dirions que c'est le couple camescope Canon-micro HF Canon qui fonctionne plutôt bien si l'on tient compte de la faculté de mixer les sources interne et externe, ainsi que du débrayage audio manuel (Sony n'en a pas), alternative à l'automatisme intégral. Ajoutez la fonction "Intercom" fort pratique et le système de fixation du micro qui ne monopolise pas la griffe porte-accessoires (ce n'était pas le cas du 1er modèle HF Sony, le ECM-HW2). Reste la fabrication du micro qui procure une sensation de fragilité, sans compter le prix qui nous semble trop élevé. L'autonomie laisse aussi un peu à désirer. Mais l'intelligibilité des voix est bonne, le fonctionnement, simple, et la portée, suffisante...

 



(Canon HFM41 / HFM46 / HFM406)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 21 avis d'internautes et donner le vôtre