Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests caméras GoPro, Action Cam (sport)

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test DJI Osmo Action

la vraie rivale de GoPro

 

16 mai 2019 par Thierry P.

Acheter

DJI Osmo Action

Aide Digit-Photo

Le site de vente en ligne DIGIT-PHOTO est un spécialiste du secteur photo-vidéo, pour amateurs comme pour professionnels. C'est une enseigne sérieuse que nous vous recommandons. Le site est basé en France (à Metz), il applique le droit français (TVA) et paye ses impôts... en France ! :)
Les tarifs sont alignés sur ceux des autres sites avec la TVA, ce qui vous évite tout problème ultérieur avec les douanes.
Les frais de port sont gratuits dès 40 € d'achat, avec une expédition en 24H.

Retourner le matériel est possible et facile. Il dispose d'un magasin physique si vous souhaitez y tester un appareil.

C'est un site que nous avons testé avec des ventes réelles avant de devenir partenaire. Et les résultats ont été très bons.

Nous percevons un petit pourcentage sur les ventes, sans que le prix soit plus élevé pour vous, bien entendu.

DJI Osmo Action
Prix fabricant : 379 Euros
 

osmo action DJI

Tenter de concurrencer GoPro qui malgré ses déboires, détient toujours la pôle position des actioncams, surtout sur le segment haut de gamme, n'est pas chose aisée. Beaucoup s'y sont cassé les dents. On peut aussi se demander si en 2019, DJI n'arrive pas un peu tard sur ce segment dont le marché de renouvellement commence à donner des signes logiques d'essoufflement, après plus de 10 ans de présence. Enfin, DJI commercialise ses propres caméras stabilisées et hormis l'Osmo dépourvu de caméra, c'est comme si DJI s'auto-concurrençait.


Mais DJI n'est pas le premier venu, il surprend à chaque nouvelle sortie de produit, et on se rappelle que lorsque GoPro a cherché à concurrencer DJI sur son terrain (des drones), c'est GoPro qui a perdu le match.


Pour 379 euros, soit 50 euros de moins que la Hero 7 Black à sa sortie (*) cible directe de DJI, la marque chinoise dégaine donc l'Osmo Action, une déclinaison inattendue de sa gamme Osmo, déjà richement garnie (Osmo mobile, Osmo, Osmo pro, Osmo Pocket). Ce qui surprend de prime abord, est que la nouvelle Osmo reprend le design, et plusieurs des fonctionnalités de la GoPro Hero 7 Black (ou la 6 Black). Ce n'est pas la première fois que des fabricants clonent l'esthétisme cubique de la GoPro (voir plus si affinités...) et donnent l'impression de proposer une GoPro bis, mais cette fois-ci, DJI s'en approche vraiment en proposant quelques plus significatifs.


Côté ressemblances, on peut citer les mêmes dimension / résolution du capteur 1/2,3'' de 12Mp, la quasi-même étanchéité sans caisson (11 mètres chez DJI, 10 mètres chez GoPro), des résolutions assez semblables (4K, 2,7K, 1080p, 720p), une logique de stabilisation proche (électronique), un même système de commande à la voix et un même principe d'hyperfocale, évitant de régler toute mise au point. Ca fait beaucoup de ressemblances, ne trouvez-vous pas ?


Mais outre son prix, l'Actioncam de DJI se différencie cependant sur un point essentiel sur lequel je reviens longuement : un double écran couleurs avant (non-tactile) et arrière (tactile). L'Osmo Action ne dispose par ailleurs que d'un seul angle de champ avec correction de la distorsion.


Dans ce test, à plusieurs reprises, l'analogie sera faite avec la GoPro Hero7 Black pour pointer les différences. Je précise posséder une Hero 7 Black à titre privé et professionnel, ce qui offre une connaissance plus intime de la GoPro. Ne manquez pas non plus les 18 défauts comparés de l'Osmo Action et de la GoPro Hero 7 Black. Passons au test.


Testé sur modèle Osmo Action avec version firmware 01.01.00.29 (6343) puis 01.03.00.10 (6440)


(*) le prix de la Hero7 Black semble avoir baissé puisque notre comparateur indique 9 marchands qui proposent désormais la GoPro à 379 euros, soit précisément le prix de l'Osmo Action !


osmo action gopro

> LIRE LA SUITE : Le test complet de l'Osmo Action

Le test complet de l'Osmo Action

osmo action accessoires

Voici donc la première actioncam de DJI, "lourde" de 134 grammes au complet, soit un poids très proche de la Hero 7 de GoPro (150 grammes) et aux dimensions à peine plus grandes que la GoPro californienne (35 x 42 65 mm contre 32 x 43 x 61 mm).


Côté accessoires, chez DJI, on dispose d'1 batterie, 1 fixation adhésive (ronde), une base à démontage rapide (ronde), un cadre, un capuchon-filtre, un câble USB type C / Micro USB), 1 vis de serrage. C'est bien qu'on soit en USB-C (réversible), mais on regrettera le câble très court (25,5 cm !), peu pratique. La base à démontage rapide de DJI est très astucieuse car elle permet de clipser / "déclipser" en 1 seconde l'Osmo Action de son point d'attache (verrouillable en plus) pour la fixer sur un autre point d'attache par exemple. Cette opération prend un temps infiniment plus long chez GoPro.


GoPro a donc quasiment les mêmes accessoires à l'exception notable de cette base à démontage rapide. Ajoutez deux fixations autocollantes (une ronde et une plate) au lieu d'une seule.


4K 50p
Pour enregistrer, DJI exploite une classique carte micro-SD (non-incluse comme d'hab). L'enregistrement s'effectue en 4K 16:9, 4K 4:3, 2,7K, 1080p ou 720p, des résolutions (surtout le 2,7K et le 4K 4:3) très similaires à GoPro. Le 50 / 60p sont possibles en 4K avec la différence sensible que DJI adopte un codec unique en H.264, là où GoPro implique obligatoirement du H265 (mode "H.264 et HEVC"). On peut toutefois éviter le H265 chez GoPro en se contentant de fréquences en 25 ou 30p.
bitrate dji gopro

Autre différence, DJI pousse le débit à 100 Mbps, là où GoPro se contente de 78 Mbps (en moyenne). L'écart de débit ne génère pas une différence énorme en termes de qualité d'image mais les fichiers DJI sont un peu plus lourds pour le coup.


Petit détail, on apprécie chez DJI la clarté du système de résolutions / fréquences et la facilité de navigation. Chez GoPro, c'est tout aussi facile mais il est perturbant que toutes les fréquences, même si elles ne sont pas possibles, s'affichent, suivies d'un message de non-utilisation. Disons que c'est moins direct avec GoPro. Par exemple, en 4K avec la Hero 7, les fréquences 100 ou 200 fps s'affichent alors qu'elles ne sont pas utilisables, perturbant le choix. Ce n'est que lorsque vous vous positionnez dessus qu'un message vous avertit de passer en 1080p, la fréquence maxi en 4K étant de 60p.


Enfin, un problème de traduction technique chez DJI : l'utilisation du terme français "Définition" qui devrait être traduit par "Résolution", même si le langage courant emploie souvent les deux termes. A magazinevideo, on se fait "allumer" pour moins que ça... ! :)


slow motion

Un ralenti 4x ou 8x est également intégré chez DJI (via le mode SLO = Ralenti) en 1080p et 720p (pas en 4K malheureusement). Je doute qu'une mise à jour développe du Ralenti en 4K. Quoi qu'il en soit, le Ralenti est d'une qualité tout à fait probante comme en attestent nos fichiers-tests que vous pouvez consulter. On peut aussi indirectement faire du Ralenti (au montage) en poussant les fréquences à 200fps ou 240 fps, mais la qualité est moins bonne dans ce cas. Le classique Timelapse est également de la partie. Pas de génial effet d'accéléré TimeWarp en revanche comme chez GoPro, ni de mode vidéo en Boucle.


Cependant, en Photo, contrairement à GoPro, DJI propose un mode Photo par intervalles capable d'enregistrer en RAW DNG. C'est une première à ma connaissance sur une Actioncam. Plus classique, on a aussi droit au mode Rafale mais seulement à raison de 3, 5 ou 7 prises à la fois. Ce n'est pas un choix énorme.


DJI Osmo

Aux résolutions les plus élevées, les cartes requises sont des UHS-1 Speed Grade3. DJI accepte jusqu'à 256 Go. Attention, la carte demande un doigté incroyable pour être insérée jusqu'au fond du lecteur. C'est encore pire que chez GoPro ! J'ai même vu un utilisateur conseiller d'utiliser un couteau pour insérer / retirer la carte. Sans aller jusque-là, cette difficulté n'est pas normale. Une astuce possible est d'utiliser une carte SD 128 Go, de sauvegarder le contenu dès qu'elle est pleine, et de la formater. Ainsi on n'est jamais obligé de l'extraire.


Au sein du même compartiment, on trouve l'USB-C. On observera qu'elle est seule, sans prise mini-HDMI comme chez GoPro. La mini-HDMI est pourtant bien pratique pour relier son téléviseur. Un choix qui se discute par conséquent.


batterie DJI GoPro

La batterie, logée à un emplacement classique, au-dessous, répond à un concept très différent de GoPro. Contrairement à GoPro dont le "couvercle" ouvert, est relevé à 90°, on extraie chez DJI la batterie et le "couvercle", ceinturé du joint d'étanchéité. Il suffit de "délocker" le verrou et le système d'éjection pour retirer la batterie. Dans le sens contraire, on enfonce la batterie des deux mains en forçant un peu jusqu'à ce qu'on entende un clic et qu'on ne voit plus de repère orange.


batterie osmo action

Ce système a été imaginé par DJI pour supprimer un élément mobile qui peut se casser si l'actioncam tombe à terre au moment d'un changement de batterie. Mais notre esprit probablement perfide nous susurre qu'il est aussi possible que le système ait été conçu pour rendre très compliqué tout remplacement par une batterie tierce générique ou de contrefaçon. Et contraindre ainsi à l'achat d'une batterie DJI. Par ailleurs, je ne suis pas sûr que ça soit très écologique de tout remplacer.


On apprécie en tout cas sur la DJI l'impossibilité de se tromper de sens d'introduction de la batterie car en cas d'erreur, le compartiment bloque. Ce n'est malheureusement pas le cas chez GoPro : dans l'obscurité ou la précipitation (ça m'est arrivé 2 fois !), on peut insérer la batterie à l'envers, forcer pensant qu'elle est mal enfoncée, et coincer la batterie. Et pour la retirer, c'est coton ! Donc un bon point à DJI.


L'autonomie respective de DJI et GoPro se valent, même si DJI semble un peu au-dessus. Je dis "semble" car tout dépend la résolution qu'on prend en compte, si le stabilisateur est actif ou pas et si on parle d'enregistrement continu ou réel. Or les fabricants n'ont pas des données unifiées. En tout cas, la batterie DJI me semble lâcher très rapidement, une fois le seuil (d'alerte) des 10% passés. Je me suis fait surprendre.


kit de recharge DJI

Chez DJI, une batterie complètement chargée (AB13) peut supporter l’enregistrement d’une vidéo 1080p/30 ips pendant 135 minutes (avec la fonction RockSteady désactivée), ou d’une vidéo 4K/60 ips pendant 63 minutes (avec la fonction RockSteady désactivée). Temps de charge : 1H30 avec adaptateur USB, c'est moins que chez GoPro (environ 2 heures). Notez qu'il est conseillé de détacher la mini-porte pour parvenir à recharger.


Chez GoPro, comptez environ 1 heure d'autonomie, un chiffre moyen : ainsi en 4K60, on ne tient que 45-50 minutes (!) alors qu'en 4K30, on grimpe à 85-90 minutes tout comme en 1080p/60. Attention ce temps est donné en enregistrement continu.


Pour charger plusieurs batteries en même temps, chez DJI, une station de recharge pour 3 batteries permet de recharger l'ensemble en moins de 130 minutes. Elle est proposée en kit avec 1 seconde batterie pour 89 euros. Mais il semble exister aussi un chargeur multiple 4 batteries (!) chez un revendeur spécialisé français pour 39€. GoPro n'est pas désavantagé puisqu'on trouve le même dispositif : il existe notamment un chargeur double et même triple (Patona (voir test), moins de 20 euros).


dji osmo action

Notez des systèmes d'économie d’énergie :


Chez DJI, la dissipation de la chaleur est optimisée par un système de refroidissement, situé sous l’objectif, réduisant la chauffe de 16%, d'où une consommation moindre. La désactivation du stabilisateur et du Wi-Fi / Bluetooth, augmente également mécaniquement l'autonomie.


Chez GoPro, on dispose du mode QuikCapture qui permet d'économiser la batterie puisque dans ce mode, la caméra est uniquement allumée pendant l’enregistrement. Idem si vous désactivez Protune, le GPS ou les connexions sans fil ou si vous paramétrez au mieux l'arrêt automatique placé sur 15 minutes par défaut.


qualité image
exposure osmo action

La qualité d'image de l'Osmo Action était attendue au détour. Honnêtement, l'image est très proche de celle de GoPro même si certains vont s'ingénier à trouver des différences, et comme elle, si on laisse l'automatisme faire, elle a tendance à vite surexposer systématiquement par temps trop ensoleillé. Il faut ajuster le Spot metering en conséquence (voir plus loin) et si ça ne suffit pas, jouer avec l'exposition, via le réglage des EV (Exposure Value) accessible d'un balayage sur l'écran vers la gauche. Il peut s'avérer tout à fait opportun de passer à -0,3EV par exemple.


Une autre solution est d'exploiter le HDR vidéo qui "re-bleuira" un ciel un peu cramé (voir plus loin). Mais avec l'inconvénient de l'absence de stabilisation, réduisant drastiquement l'intérêt de ce mode. Pour utiliser le HDR vidéo, mieux vaut être sur un support parfaitement stable.


Une certitude : la profondeur de champ reste importante, de 30 cm environ jusqu'à l'infini, sans nécessiter de mise au point. Quel bonheur de ne pas avoir à se soucier de l'Autofocus. On peut tenter de descendre en Macro à 15 cm.


DJI Osmo action
DJI osmo action
DJI osmo action

De même, la qualité des photos, qu'on peut enregistrer en jpg ou RAW (DNG) en 12Mp reste bonne (voir nos fichiers-tests), grâce au processeur, mais inférieure à celle d'un bon smartphone. Cependant la focale plus large de l'Osmo dame le pion à l'angle de vue plus restreint des smartphones (hors lentille additionnelle).


couleurs

Par rapport à GoPro, le choix d'image de DJI est d'avoir simplifié le système : ici aucun mode Protune mais soit un mode Couleurs standard (Normale), soit un mode D-Cine-Like. Ce dernier est un précalibrage, donnant un peu de "chaleur" à la vidéo, mais qui n'égale pas le mode Protune / Flat en termes de possibilité de traitement en étalonnage. DJI prend un risque en proposant ce mode très simple car beaucoup d'utilisateurs de GoPro semblent sensibles au mode Protune de leur caméra. D'un autre côté, la simplicité a toujours du bon.


Le rendu de l'image peut aussi être modifié grâce au mode HDR. comme le montrent les images ci-dessous.


sans HDR

sans Vidéo HDR, tout est cramé à partir de la fin du tunnel


 


avec HDR

avec Vidéo HD), on récupère un peu de bleu dans le ciel et le fleuve et l'intérieur du tunnel est plus conforme à la réalité. Mais du coup, on perd la stabilisation.


 


sans HDR

malgré la relative banalité de la scène, sans Vidéo HDR, le ciel est également un peu "cramé", loin de la réalité.


 


avec HDR

avec Vidéo HDR, le ciel est quasiment tel qu'il était dans la réalité. Mais du coup, on perd la stabilisation.


 


L'utilisation du HDR Vidéo est proposée par DJI sous la forme d'un mode à part entière (depuis la touche QS sur le côté). Il est incontestable qu'il pallie certaines situations comme le cas typique d'un ciel en sortie d'un tunnel dont il rééquilibre la luminosité.


Il renforce aussi le bleu du ciel dans des conditions en apparence pourtant bien moins extrêmes comme cette table et ces tasses sous un tilleul.


Le recours au HDR n'est toutefois pas la panacée puisque le HDR est incompatible avec la stabilisation (tout comme le format 4:3 4K d'ailleurs)... Il est donc impossible de concilier une bonne image HDR et l'activation de la stabilisation RockSteady. Et ça se sent immédiatement ! Par contre, l'utilisation du HDR ne restreint pas l'angle de champ.


sensibilité osmo action

sensibilité sans HDR à 3200 Iso en extérieur nuit


 


sensibilité osmo action

sensibilité avec HDR en extérieur nuit


 


En revanche, dès qu'il s'agit de vues nocturnes ou avec un éclairage électrique faible, l’Osmo Action est aussi à la peine que GoPro sauf si on active le mode HDR qui éclaircit franchement la scène. Mais dans ce cas, on observe une montée en Iso ultra-visible. Le bruit image commence dès 800 Iso, voire dès 400 iso selon l'éclairage de la scène. A 1600, 3200 ou 6400 Iso, c'est vite une horreur avec un bruit vraiment très important.


De plus, on a quasiment le même problème que chez GoPro de nuit avec un floutage des séquences mobiles stabilisées.


osmo action qualité image

Une des différences fondamentales avec GoPro est que l'Osmo Action a fait le choix (du moins en apparence) d'un unique angle de vue (POV) alors que GoPro en propose 2 ou 3 (SuperView, Large, Linéaire,) selon la résolution. Cet angle unique de DJI a le mérite de simplifier les combinatoires car chez GoPro, selon la résolution choisie, certains angles sont indisponibles. Par exemple en 4K, le mode Linéaire est indisponible, vous devez choisir entre Wide ou SuperWide. Ce qui oblige à des choix cornéliens parfois.


Chez DJI, il n'existe donc qu'un seul POV mais l'angle change malgré tout automatiquement avec la stabilisation activée (et / ou le mode Dewarp) dans des proportions pas du tout négligeables.


osmo action

L'angle de champ de l'Osmo Action est annoncé à 145 degrés (soit 21 mm), un angle qui sur le papier, semble situé entre le mode Large (127°) et le mode SuperWide (170°) de la Hero 7 Black. Et donc en toute logique, assez déformant.


Mais c'est plus compliqué que cela ! Chez DJI, le calcul varie considérablement selon la résolution, le ratio, l'activation du Dewarp (voir ci-après) ou celle du stabilisateur RockSteady. Ajoutons que l'angle de champ reste toujours un sujet sensible, certains ne jurant que par le super grand-angulaire, d'autres préférant un angle le moins déformant possible. Saluons DJI qui a levé une majeure partie du voile en répondant à nos questions sur ce point.


L'angle de 145° correspond en fait à une configuration qui ne sera certainement pas la plus utilisée à mon avis, à savoir du 4K/30 en 4:3 sans stabilisation ni Dewarp. Et l'angle peut se réduire jusqu'à 89° (!) en 4K/30 en 16:9 avec Rocksteady et Dewarp, soit grosso modo l'équivalent du mode Linéaire à 90° chez GoPro. Avec stabilisateur mais sans Dewarp (qui n'est pas indispensable entre nous), on remonte à 97°. Et sans stabilisateur ni Dewarp, on atteint les 114°.


Selon qu'on utilise ou non le stabilisateur, en 16/9, on perd donc environ 15% d'image. GoPro subit aussi une réduction d'angle mais un chouia moins marquée. Le californien avoue en effet une perte de "5 % de chaque côté", soit 10% de réduction d'angle minimum par rapport au mode Large, soit au minimum une réduction d'angle passant de 127° à 115°. Mais deux experts avaient abouti à un calcul qui tournait plutôt autour de 12% de perte d'angle. On est finalement assez proche des chiffres de DJI à 3% près.


distorsion DJI distorsion Gorpo

En 4K 16/9, à gauche DJI avec Rocksteady activé mais sans Dewarp, à droite GoPro en Wide, avec stabilisateur activé. On observe que la distorsion est moindre chez DJI que chez GoPro.


 


En tout cas, force est de constater que la correction standard de la distorsion est très efficacement prise en charge, et plutôt correctement. C'est remarquablement fait, même si dans l'absolu, on peut obtenir le même résultat avec GoPro au montage. La différence est que chez le californien, il faut passer par un plug-in permettant de gérer cette distorsion et "compenser" la distorsion.


dewarp osmo action

DJI semble avoir été tellement obnubilé par la distorsion qu'il a dédié un mode supplémentaire à cette correction. Ainsi grâce à la fonction Dewarp, on peut atténuer l'effet de déformation et aboutir à une image légèrement rognée mais encore moins incurvée. On est un peu dans la logique de l'angle Linéaire de la GoPro, excepté que chez DJI, on peut l'appliquer en 4K, ce qui est exclu avec la Hero 7 Black, dont le 4K est forcément en Large ou SuperWide. C'est donc un plus supplémentaire de DJI en apparence.


Mais l'effet Dewarp transforme les courbes en droite, et du coup réduit encore un peu plus l'angle de champ sur les côtés. S'il est combiné avec le stabilisateur RockSteady, des éléments dans l'image peuvent passer totalement hors champ. Il vous appartient donc de vérifier si ça vous pose problème ou pas.


dewarp off

SANS effet Dewarp


 


dewarp

AVEC effet Dewarp


 


dji DJI

À gauche et à droite DJI en 4K, sans Dewarp puis avec Dewarp... On observe que la correction du Dewarp rectifie bien les courbures.


 


GOPro

et ci-dessus même image chez GoPro. L'image de GoPro en 4K en Wide reste encore plus courbée que celle de DJI, même sans faire appel à la fonction Dewarp.


 


objectif osmo action

Passons à l'objectif. L'objectif de l'Osmo Action ouvre à F/2.8 et comporte 3 couches asphériques afin de réduire l'éblouissement. Par ailleurs, un revêtement anti-empreintes protège la caméra contre l'eau, la saleté et l'huile (?). Enfin et surtout, il est muni d'un "capuchon-filtre" à laisser à demeure, mais qu'il est possible de dévisser. Concourant agréablement au design de l'Osmo Action, ce petit accessoire est surtout pratique pour placer d'autres filtres, par exemple un filtre ND. Si ça vous chante, il existe ainsi un pack de 8 filtres ND, CPL (polarisé) et hybrides ND / PL (combinatoire des deux précédents) pour 129,90 €. A défaut, le changement de capuchon-filtre est malin si les joints d'étanchéité se sont altérés ou si la paroi extérieure du capuchon-filtre est rayée.


Bref, c'est une solution qui paraît plus futée que celle de GoPro. Toutefois il faudra voir à l'usage si les filtres de rechange sont disponibles car les remontées sont nombreuses sur les difficultés à se procurer les accessoires DJI.


rocksteady

Côté stabilisation, celle, assez extraordinaire (en Hypersmooth) de la Hero7 Black avait semble-t-il placé la barre très haut. D'autant plus haut qu'elle fonctionne même en 4K 50p/60p.


Mais face à GoPro, DJI propose un système électronique concurrent tout à fait convaincant. Nommée RockSteady (RS en abrégé), cette technologie n'est pas un système optique (contrairement au FDR-X3000 de Sony) mais elle se base sur la stabilisation électronique de l’image en augmentant la vitesse d’obturation du capteur CMOS. Parallèlement, la caméra analyse les images prises par le capteur pour rogner sur les bords de ces images, c'est le principe même du recadrage électronique. Plusieurs images sont ainsi superposées et combinées en une seule image. En dehors du cas de figure où le RockSteady n'est pas dispo (mode HDR), on peut le débrayer à tout moment volontairement si on souhaite gagner en angle de champ.


A l'usage, les deux systèmes de stabilisation GoPro et DJI semblent très proches ! Le stabilisateur de DJI est plutôt redoutable, même en 4K.


Seul problème, l'activation du stabilisateur provoque un effet de latence quand vous accomplissez un mouvement de droite à gauche ou de haut en bas. Ce n'est pas désagréable mais surprenant ! Et c'est bien le stabilisateur qui crée cet effet de latence car l'effet disparaît une fois le RockSteady désactivé. Interrogé (le 15/06/2019), DJI nous certifie travailler sur ce problème qui n'a pas été toujours relevé par les testeurs YouTube entre parenthèses. Une prochaine mise à jour devrait résoudre le problème. Wait and See.


On apprécie fortement que le système indique si le stab. est activable ou pas selon la résolution ou la fréquence utilisée. Par exemple, on voit instantanément qu'en FullHD 120 fps, le stabilisateur est désactivé.


sans stabilisateur

sans stabilisateur


 


avec-stabilisateur

avec stabilisateur RockSteady, le champ est bien moins large comme en attestent le décrochage de pierres en bas à droite qui est à peine visible sur l'image du bas, un bout des deux chaises à gauche qu'on ne voit plus du tout et la perspective au fond à gauche, qui est fermée.


 


audio

L’Osmo Action possède 2 microphones intégrés, contre 3 micros chez GoPro. Les orifices sont situés sur le côté droit. Notez la présence d'une fonction anti-vent chez DJI mais n'en attendez pas des miracles. Globalement, le son est plutôt correct mais on note une légère meilleure restitution de la voix, sans cadre qu'avec cadre. Par rapport à GoPro, le son est d'un niveau sonore légèrement moindre également.


osmo action

L'Osmo est donc étanche par -11 mètres sans caisson. Toutefois, ne sautez pas dans l’eau avec l’Osmo Action, cela pourrait l'endommager. De même, avant de plonger dans le grand bleu, fixez bien le capuchon-filtre de l’objectif et fermez le cache port USB-C avant d’utiliser l’Osmo Action sous l’eau, sinon de l’eau pourrait pénétrer dans l'appareil.


Pour l'instant, on n'a pas vu la couleur du "boîtier imperméable" qui permet à l'Osmo Action de passer de -11 mètres sans caisson à -60 mètres comme annoncé. Attendons. Il est également prévu une poignée flottante pour des prises de vues sous-marines. Nous sommes réservés car il est facile d'annoncer des accessoires, il est moins simple de les mettre à disposition sans attendre des mois.


PC Connexion

La connexion au PC est recommandée plutôt que d'extraire la carte qui est pénible à retirer. Sauf erreur, cette connexion n'est pas automatique une fois le câble branché. Il faut passer par l'étape intermédiaire du mode Media pour que le message "Se connecter au PC" s'affiche et qu'on clique sur "Accepter". Chez GoPro, à l'inverse, la connexion est instantanée lorsqu'on connecte l'Actioncam au PC.


Les fichiers sont parfaitement vus par le logiciel de montage.


dji mimo

L'Osmo Action fonctionne avec l'excellente application DJI Mimo, compatible iOS et Android, application déjà utilisée pour l'Osmo Pocket notamment. L'application DJI Mimo vient remplacer l'ancienne application que l'on connaissait bien chez DJI (DJI Go). Vos identifiants DJI Go peuvent même vous servir à vous connecter à la nouvelle application DJI Mimo.


L'application permet de synchroniser, d’éditer et de partager des photos et des vidéos par Wi-Fi sans option particulière entre le smartphone (ou la tablette) et l'Osmo Action. On peut paramétrer les fréquences, les résolutions, changer de mode (Vidéo, Vidéo HDR, Photo, Ralenti, Time-lapse), régler la balance des blancs ou ajuster l'exposition (EV).


Parmi les paramètres secondaires, on peut choisir d'activer les zones surexposées, afficher ou non l’histogramme, opter pour l'un des deux modes de mise au point, et réduire les nuisances sonores (4 positions).


C'est aussi grâce à l'application DJI Mimo que l'on peut opter pour le mode Photo RAW (DNG) + Jpeg à la place des seules vues Jpeg.


Depuis une vignette en bas à droite visible seulement depuis l'application DJI Mimo, on accède aux medias qui permettent de voir tout ou de fragmenter les types de vues (photo, vidéo) pour un meilleur repérage, ou encore d'en sélectionner certaines.


La connexion entre smartphone (ou tablette) et Osmo Action est très rapide, et sans échec... avec un iPhone, même ancien. Mais avec un smartphone Android, malgré la dernière version du firmware téléchargée, nous avons échoué. Mais nous avons un smartphone Android qui ne fait pas partie des grandes marques (un Fairphone) et il reste possible que le problème vienne de notre smartphone. Comme nous ne constatons pas de récriminations sur la Toile, nous nous demandons si le smartphone en notre possession n'a pas un problème. Affaire à suivre.



(Test DJI Osmo Action)

Ergonomie et écrans de l'Osmo Action

dessus Osmo action

Quand une caméra regorge de fonctions, et qu'elle est petite à manipuler, sa logique de fonctionnement intime doit s'avérer la plus ergonomique possible. Premier bon point, on allume / éteint avec le bouton supérieur gauche et on enregistre avec le bouton supérieur droit. On a donc 2 boutons distincts sur le dessus, là où GoPro a placé son 2e bouton (d'allumage) sur le côté. Surtout, inutile de maintenir le bouton chez DJI alors que GoPro impose de maintenir le bouton pour allumer ou éteindre.


L'allumage / déclenchement de l'Actioncam s'effectue en moins de 2 secondes. La réactivité est excellente, un tout petit peu plus rapide qu'avec la Hero 7 Black à première vue. Pratique pour dégainer !


snapshot

On peut aussi utiliser l'astucieux mode SnapShot qui permet à la fois d'allumer et de démarrer l'enregistrement en même temps. Ce Snapshot est même paramétrable de manière à pouvoir démarrer autre chose que la vidéo : mode Photo, Ralenti, Vidéo HDR, Timelapse, Hyperlapse, etc. GoPro dispose aussi d'une fonction "Quick" avec Allumage et Enregistrement simultanés (y compris à la voix) mais sans autant d'options.


QS osmo action
osmo action

On recense aussi sur le côté gauche un bouton QS (Quick Switch = Changement rapide) plus malin qu'il n'y paraît. A la base, il permet de changer directement et rapidement de mode (Vidéo à Ralenti par exemple) ou changer de paramètres ou encore de passer de l'écran avant à l'écran arrière. Mais quand on plonge dans les options, il permet de personnaliser les modes que vous désirez conserver en les cochant dans une longue liste. Par exemple, j'ai coché Vidéo, Vidéo HDR, et Photo, c'est tout. Je me suis débarrassé de ceux que je comptais rarement ou jamais utiliser tels que Ralenti, Timelapse, Rafale, Intervalle, etc.


Bref, voilà 3 boutons que DJI qualifie d'intuitifs, ce qui n'est pas exagéré.


Préférences
Les préférences sont regroupées en glissant l'écran vers le haut, tandis qu'à droite, on accède à des réglages de la Balance des blancs, des Iso, obturateur, EV, du Dewarp, etc. Au-dessous, les résolutions / fréquences et à gauche les Medias (Lecture). Ajoutez les accès directs aux modes. Comme chez GoPro, ça fait beaucoup de possibilités dont il faut mémoriser les emplacements à force de pratiquer.
balance des blancs perso osmo action
Des réglages intéressants - inattendus sur une caméra aussi automatisée - sont proposés tels que le choix précis de la balance des couleurs. On bénéficie aussi d'un Spot Metering, fonction bien connue sur les appareils photo et les caméras, qui régit l'exposition en touchant la zone de l'écran voulue. On peut verrouiller cette expo si désiré.
osmo action mémorisation
Dans la même logique, mais c'est encore plus surprenant, on peut sauvegarder ses réglages préférés (C1) et faire appel à eux à tout moment. Par exemple, j'ai sauvegardé le mode Vidéo + Rocksteady + D-Cinelike + Balance à 5600 K qui, une fois mémorisé, s'affichera en bas à gauche de mon écran pour que j'appelle ce réglage préférentiel à tout moment. Et ce n'est pas tout : une fois C1 enregistré, rien ne vous empêche de créer un deuxième profil utilisateur (C2).
osmo action Ralenti
L'accès aux médias est très rapide (balayage écran vers la droite) mais aussi très souple sur l'Osmo Action. Il est possible de sélectionner le type de rush que l'on veut visionner, par exemple, seulement les Ralentis, seulement les Photos, ou encore seulement les Vidéos HDR. On notera les précieuses informations sur l'image qui permettent de connaître quel rush est en HDR, quel rush est en slow motion (et à quelle vitesse quand on lit l'image), etc.
indications écran osmo action

L'Osmo Action se caractérise par un classique écran arrière 16:9 tactile de 2,25'' en 640 x360 et 325 ppp, donc très légèrement plus grand que celui de la Hero7 Black (2''). Les indications s'affichent à l'écran en permanence. On ne peut pas les faire disparaître, même en enregistrant et même en touchant l'écran comme chez GoPro. Éventuellement gênant...


La luminosité de l'écran est réglable, a priori on consomme plus si on éclaircit l'écran. Donc méfiez-vous d'un écran trop éclairci.


écran avant osmo action

La bonne surprise vient qu'il est secondé d'un écran avant carré, plus petit (1,4'', 300 ppp) et non-tactile, mais dont la présence est bien plus utile que l'écran de données N&B de la GoPro.


En effet, grâce à cet écran avant, les vloggers (de voyage par exemple) vont pouvoir se filmer en ayant une bonne approximation de leur cadrage. A l'usage, avec une GoPro, sans contrôle monitoring, c'est impossible de savoir si on est bien cadré. On est souvent trop haut ou trop bas, nécessitant un contrôle sur smartphone, peu pratique, ou une vérification des images filmées. L'écran avant peut s'avérer également utile en Photo pour un banal selfie.


écran devant osmo action
La simultanéité des écrans est exclue. On passe de l'écran avant à l'écran arrière et vice versa de plusieurs façons : soit grâce au bouton à accès rapide (QS) situé sur le côté (en maintenant le pression). Soit en tapant deux fois sur l'écran principal avec 2 doigts (et rebelote pour le sens contraire). Soit enfin et c'est le plus pratique, en prononçant "Screen Switch". Et c'est immédiat !
plein écran désactivé

Notez qu'on peut désactiver le plein écran de l'écran avant (symbole en bas à droite depuis l'écran principal). Cela signifie qu'on peut préférer avoir toute l'image qui remplit le cadre quitte à la rogner un peu, ou la visualiser en plus petit mais complète.


Il n'existe pas de mode Vertical dénommé comme tel, mais absolument rien n'empêche de filmer en vertical en inclinant la caméra à 45°. D'ailleurs, comme chez GoPro, les inscriptions s'orientent d'elles-mêmes dans le sens vertical dans ce cas.



(Test DJI Osmo Action)

18 défauts comparés Osmo Action - Hero7 Black

osmo action hero7 black
DJI Osmo Action et Hero7 Black ne manquent pas de (petits) ou gros défauts sur lesquels elles peuvent être critiquées. Magazinevideo peut vous dire lequel l'emporte à chaque fois ou s'il y a égalité à l'arrivée.
osmo action hro 7 Black

1) Les accessoires ne sont pas très nombreux dans les deux cas mais compte tenu que l'Osmo Action est moins chère, on peut acquérir 1 ou 2 accessoires complémentaires pour le même prix que la GoPro nue. D'un autre côté, la Hero 7 Black, un peu plus ancienne, a vu son prix réel baisser au même tarif que l'Osmo Action. Égalité.


Notez la "portabilité" des accessoires de la GoPro sur l'Osmo Action, ce qui réduit la dépense si vous possédez déjà une GoPro et ce qui préserve la planète !


Quatre filtres ND (1/4, 1/8, 1/16 et 1/32) et une barre d'extension de 50 cm seront proposés ultérieurement en option. Sinon, la plupart des fixations des accessoiristes sont compatibles, comme les ventouses, perches, bandeau frontal, fixation surf, etc.


batterie osmo action chargur double

2) Pas de secret, il faut au moins 1 à 2 batteries supplémentaires pour être confortable chez DJI comme chez GoPro. C'est un problème récurrent qui affecte aussi la concurrence, les drones, les caméras grands-public, etc. Il n'est pas propre à GoPro ou à DJI. La limite de taille de la batterie de 1300 mAh mais aussi la consommation sensible due à la stabilisation et au processeur, réduisent l'autonomie. Égalité.


zoom hero7 black

3) Le grand-angle caractérise les 2 produits, sans vraie possibilité de zoomer. Totalement absente chez DJI, le zoom est juste présent sous forme numérique chez GoPro et utilisable de façon modérée. Il est à proscrire au maximum de son niveau et à utiliser avec la plus grande modération aux positions intermédiaires, car il dégrade sévèrement l'image. Il n'est d'ailleurs pas exploitable en 4K. Attention, le zoom reste dans la position dans laquelle vous l'avez laissé sauf si vous changez de mode ou si vous éteignez la GoPro. Enfin on ne peut pas s'en servir en cours d'enregistrement, c'est la raison pour laquelle vous ne voyez jamais de "mouvement de zoom" réalisé avec une GoPro !


Bref, chez DJI comme chez GoPro, le zoom, ce n'est pas le bon outil ! Égalité.


4) L'Osmo Action est exploitable la nuit ou dans une relative pénombre, même en laissant le stabilisateur RockSteady activé. DJI évoque même "un appareil idéal pour filmer le ciel la nuit". C'est toutefois très exagéré car DJI évoque sans doute son mode HDR. DJI comme GoPro ont un souci similaire : la nuit ou même en intérieur, en marchant, le stabilisateur fait des siennes. L'image devient brouillonne, détériorée, quasiment à jeter dans ce cas. Chez GoPro, le phénomène est encore plus criant. Égalité.


5) Certains angles de champ sont obligatoires. Chez GoPro, le 4K 16:9 est obligatoirement en Wide ou SuperWide ainsi qu'en 4K 4:3. Chez DJI, il y a davantage de latitude en jouant à la fois sur la résolution, le stabilisateur, le Dewarp, etc. Avantage à DJI.


adaptateur micro

6) Partout, on note l'absence de sortie audio standardisée pour micro, présente pourtant chez Sony. Du coup, pour DJI, il faut connecter un éventuel micro au port USB-C à l’aide d'un adaptateur de micro 3,5 mm, vendu en option et incompatible avec celui de GoPro ! Chez GoPro, il vaut environ environ 65 euros. L'absence de standardisation est de bonne guerre entre marques concurrentes mais c'est le consommateur qui trinque. Égalité.


Commandes hero 7 black commandes
langue

7) Les deux caméras d'action disposent d'un "Voice Control", possibilité intéressante de commander la caméra à la voix. Rappelons que ce n'est pas un gadget car cette commande vocale peut s'avérer précieuse, pour ne pas faire bouger la caméra ou parce qu'elle est fixée sur un casque, la commander à la voix étant la seule manière de la démarrer / arrêter dans ce cas.


A ce jeu, l'Osmo Action a sur le papier un petit cran de retard sur la Hero7 Black car elle n'offre aucune localisation en français, mais seulement en anglais ou en mandarin ! Ce sera donc "Start Recording" chez DJI plutôt que "GoPro enregistrer", ce dernier étant plus facile à mémoriser de mon point de vue. Par ailleurs, l'anglais n'est pas forcément bien compris quand c'est un français qui le parle (!) et enfin, le nombre de commandes est inférieur chez DJI (5 commandes contre 15). Avantage à GoPro.


Cependant un grand nombre de commandes n'est pas forcément utile : vous avez surtout besoin d'allumer / démarrer l'enregistrement et de faire l'inverse. En outre, le précieux Switch Screen, basculant l'écran arrière vers l'avant et vice versa est commandable à la voix chez DJI.


Signalons que cette commande à la voix est pratique mais à l'usage, les ratés sont nombreux : nombre de fois, la Hero 7 Black, dans son cadre ajouré, n'a pas du tout reconnu ma voix (ou mon ordre), sauf à m'approcher tout près de l'actioncam ou à crier TRÈS fort. La Hero7 s'est même parfois déclenchée sans prononcer "GoPro...". L'Osmo Action semble un peu plus sensible. Avantage à DJI.


dji osmo Hero7 black
8) Chez DJI comme chez GoPro, le pas de vis est absent, nécessitant de faire appel à une base de fixation (fournie). Certes, l'existence de ce support n'empêche donc pas de fixer l'Osmo Action sur un mini-trépied. Mais pourtant, des concurrents ont un pas de vis et il y a une bonne raison à cela : avec un pas de vis, on fixe et c'est tout, sans nécessiter de glisser l'Actioncam dans son cadre ! Il est donc abusif, voire mensonger de dire que la fixation de DJI ou de GoPro revient au même qu'un pas de vis. Égalité.
osmo avction gopro hero 7 Black

9) Retirer l'Osmo Action de son cadre est moins violent qu'avec la Hero7 Black de son cadre The Frame qui demande un effort certain. Par contre, dans les deux cas, on se coince parfois les doigts de la main gauche en refermant le cadre, preuve décidément que DJI a vraiment conçu un système très proche de celui de GoPro ! Avantage à DJI.


10) L'Osmo Action ne fonctionne qu'en H.264 en MOV ou MP4. C'est de mon point de vue une restriction par rapport à la GoPro Hero 7 Black qui peut fonctionner en H265 (HEVC) dans certaines fréquences comme le 4K/50p/60p. Même si ce standard ne convient pas à tous les ordinateurs (il est nécessaire d'être sous OS Windows 10 ou sous Mac OS High Sierra ou Mojave), le H265 reste un standard d'avenir. DJI a peut-être été refroidi par le débit du H.265 qui nécessite parfois de transcoder le signal avec un utilitaire comme Handbrake, augmentant du coup le poids des fichiers. Avantage à GoPro.


porte latérale porte hero7

11) La porte latérale de DJI (nommée "cache-port USB-C)" est d'une conception très proche de celle de GoPro. Si proche qu'elle a le même défaut : une fois détachée, elle peut se perdre. Pour preuve du risque, l’accessoire se rachète au détail (19 euros chez DJI, 20 euros chez GoPro). Elle est détachable pour permettre la recharge lorsque la caméra est glissée dans le cadre, souvent laissé à demeure avec la GoPro. Seule différence du cache de DJI, il contient en plus la fente-lecteur pour carte mémoire, alors que GoPro l'a logé dans le compartiment du dessous, avec la batterie. On n'a pas vraiment de préférence pour l'un ou l'autre des deux emplacements. Égalité.


12) L'allumage ou l'enregistrement direct sont extrêmement rapides sur l'Osmo Action, davantage que sur la Hero7 Black qui est plus lente au décollage. Avantage à DJI.


13) Glissée dans le cadre, puis retirée, la GoPro laisse toujours des marques sur le caoutchouc. En cas de revente, c'est pas terrible... Il faudra voir avec l'usage, si le même phénomène se produit avec l'Osmo Action de DJI. Difficile de trancher.


14) L'interface tactile de DJI semble accuser moins de ratés et être plus réactive que chez GoPro qui souffre parfois de manque de réactivité. Avantage à DJI.


15) La caméra chauffe toujours un peu, voire "beaucoup" dans certains modes (4K notamment). Mais ça n'a rien d'anormal, ni d'inquiétant. La chauffe est réduite de 16% chez DJI. Avantage à DJI.


16) Pas de gestion du GPS chez DJI ni Facebook Live, il faut se contenter du Bluetooth et du Wi-Fi, voilà un manque qui fera réagir. La Hero7 Black enregistre pour sa part les données GPS vous permettant de consulter la vitesse, l’itinéraire et le dénivelé. Mais c’est uniquement le logiciel Quik, disponible aux côtés de l'application GoPro, qui récupère toutes ces précieuses données. Hormis ce logiciel, je n'ai pas trouvé comment récupérer les données GPS. Donc demi-avantage à GoPro.


stabilisation sensibilité oosmo action
17) Par faible sensibilité, lors d'un mouvement, même léger, DJI comme GoPro ont bien du mal à ne pas obtenir de scène floutée. C'est encore pire avec le stabilisateur activé. Seule bonne nouvelle : c'est un peu moins prononcé avec le stabilisateur de DJI que celui de GoPro. Égalité.
audio

18) Lorsque l'actioncam de DJI est dans son cadre, le son est tout aussi clair que chez GoPro mais objectivement moins fort (écoutez nos fichiers-tests) que chez GoPro. Donc un désavantage à DJI car un niveau sonore moins fort peut nécessiter d'augmenter le son au montage avec le risque d'un souffle plus prononcé. DJI est peut-être parti du principe que beaucoup de vidéos sont musicalisées et a privilégié l'étanchéité du caisson avant tout, l'eau ne devant pas pénétrer dans les orifices !


L'Osmo Action évite toutefois le petit défaut des GoPro (passé souvent inaperçu chez mes confrères) dont chaque début de plan est entaché d'une déformation sonore légère, comme si le compresseur audio se mettait en route. C'est systématique, donc reconnaissable. Ce problème est toutefois résolu si on bascule en mode Protune / RAW (augmentation du poids des fichiers de 50%) car ce mode permet d'avoir un son sans ce désagrément au début de chaque plan. Avantage à GoPro.



(Test DJI Osmo Action)

Fichiers vidéo natifs à télécharger

Vous pouvez aussi vous rendre compte de la qualité réelle de certains fichiers natifs de la DJI Osmo Action en consultant la section Téléchargements du Forum.


téléchargé


(Test DJI Osmo Action)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Acheter

DJI Osmo Action

Aide Digit-Photo

Le site de vente en ligne DIGIT-PHOTO est un spécialiste du secteur photo-vidéo, pour amateurs comme pour professionnels. C'est une enseigne sérieuse que nous vous recommandons. Le site est basé en France (à Metz), il applique le droit français (TVA) et paye ses impôts... en France ! :)
Les tarifs sont alignés sur ceux des autres sites avec la TVA, ce qui vous évite tout problème ultérieur avec les douanes.
Les frais de port sont gratuits dès 40 € d'achat, avec une expédition en 24H.

Retourner le matériel est possible et facile. Il dispose d'un magasin physique si vous souhaitez y tester un appareil.

C'est un site que nous avons testé avec des ventes réelles avant de devenir partenaire. Et les résultats ont été très bons.

Nous percevons un petit pourcentage sur les ventes, sans que le prix soit plus élevé pour vous, bien entendu.

DJI Osmo Action
Prix fabricant : 379 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 3 avis d'internautes et donner le vôtre