Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests de caméras prosumer / pro

article archivé

Test Sony HXR-NX5E

Le AVCHD du pro

 

27 avril 2010 par Antoine Desir - Mis à jour le 27 avril 2010

 

Panasonic avait décrété depuis quelques années la fin de la bande, en prenant de l'avance avec ses caméscopes DVCPRO HD puis ses caméscopes AVCCAM. Sony, moins pressé, sort enfin un successeur aux célèbres caméscopes de la série Z (Z1, Z5, Z7). Après le coup de maître de la gamme EX, en particulier le EX1 amélioré en EX1R, Sony lance une gamme NXCAM avec un premier modèle, le NX5E.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

> LIRE LA SUITE : Concept, allure générale

Concept, allure générale

Le HXR-NX5E est assez facile à définir lorsqu'on connaît la gamme Sony : c'est un HVR-Z5 sans bande. Les améliorations et régressions existent par rapport à ce modèle très connu, mais cela permet de positionner facilement l'appareil. Le NX5 est dans la continuité des caméscopes Sony Prosumer, dans une forme que l'on connaît depuis le CCD-VX1000, puis les DSR-PD150/170.


Mais l'abandon de la bande est une vraie étape et Sony ne l'a pas ratée. Il faut avouer que le géant de la vidéo a pris son temps !


Ceux qui ont manipulé un Z1, mais surtout un Z5, ne seront aucunement dépaysés. Seuls ceux-là, d'ailleurs, pourront jouer au petit jeu des sept erreurs pour trouver les différences. Parce que les similitudes sont très nombreuses :


même capteur (CMOS 1/3", 3 x 1 Mp),
même objectif (Zoom 20x 4,1-82 mm, f/1,6-f/3,4),
châssis presque identique,
même écran,
même viseur,
ergonomie très proche,
connectique presque identique


On en déduira que le développement du Z5 qui a un peu plus d'un an, a été mené avec l'idée du NX5. Cela peut vous donner une idée de ce qu'il adviendra au Z7, même si ce dernier, un peu plus ancien, nécessitera plus de modifications...


Sony HXR-NX5 - AVCHD


On y retrouve les caractéristiques des caméscopes professionnels:


commande de zoom à bascule, large et confortable,
vitesse de zoom variable, de 3 à 20 secondes pour balayer la page du zoom 20X,
vitesse de zoom variable et fixe sur la poignée,
double déclencheur d'enregistrement,
bague de zoom,
bague de focus,
bague d'iris,
mode macro,
filtres ND 1/4, 1/16 et 1/64,
7 boutons personnalisables,
menus complets,
personnalisation de la colorimétrie, dont le gamma, avec 6 profils d'image,
compteurs personnalisables, peaking, zébra réglable,
boutons directs pour les fonctions principales,
batterie de haute capacité en option,
2 entrées XLR avec alimentation 48V,
réglage niveaux audio par molette,
double griffe standard,
sortie SDI, HDMI, composante et composite,
viseur relevable et oeillère,
entrée et sortie TimeCode
double emplacement pour carte mémoire + connecteur pour disque haute capacité.


Il y a par contre des fonctions dont l'absence est difficile à expliquer. Pourquoi pas d'histogramme ? C'est une fonction plutôt habituelle sur ce type de caméscope, notamment sur le Z5. Difficilement justifiable... De même, il y a une entrée-sortie TC. Très bien, mais pourquoi pas de gestion des réglages caméra et des profils d'image sur carte ? Les cartes sont là, les réglages aussi, les capacités multicams sont évidentes. Alors, un oubli, un manque de développement ou une volonté de ne pas concurrencer la série XDCAM EX ? Comme pour l'histogramme, Sony serait bien inspiré de combler ces manques par une mise à jour du logiciel interne (firmware).


Avec ses 2,5 kg en ordre de marche, le caméscope pèse assez lourd. Par contre, il est bien équilibré. En situation, il est possible de le tenir de longues minutes à la main, même d'une seule main, puisque celle-ci est bien placée. Il n'y a que 300 grammes d'écart avec le EX1R, mais ce dernier semble très nettement plus lourd et insupportable d'une main. L'héritage du Z5 a décidément du bon.


Sony HXR-NX5 - AVCHD


En cas de station prolongée sans pied, on pourra utiliser la crosse d'épaule VCT-SP2BP vendue comme accessoires (donc très cher, 600 euros).



(Test Sony HXR-NX5E)

Viseur, écran

L'écran du viseur, incorporé dans un bras relevable à 90°, est petit mais comme il est bien défini (852 x 480 pixels) et que la loupe rend le viseur suffisamment grand, il est très utilisable. Nous avons autant capté au viseur qu'avec l'écran. A noter que la loupe est démontable s'il faut récupérer l'image du viseur autrement. L'oeillère peut pivoter pour viser de l'oeil gauche, d'autres caméscopes de la marque (comme le EX1R) ferait bien de s'en inspirer. Ce serait d'autant plus facile que c'est presque le même viseur !
Sony HXR-NX5 - AVCHD
L'écran, lui est resté le même que sur le Z5. Au risque de dénigrer ce qui paraissait satisfaisant il y a quelques mois, il est trop petit ! Celui du EX1R, ou même celui du CX550, serait bien plus préférable. Le léger brillant n'est pas non plus bienvenu. S'il n'est pas assez grand à notre goût, il est suffisamment défini (640 x 480 pixels), il évite le recours systématique à l'Expanded Focus pour vérifier la mise au point. Nous n'avons pas eu de souci pour voir l'image, même au soleil.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

L'écran est tactile. Malheureusement, Sony n'a pas prévu de mode Focus sur une zone désignée avec le doigt sur l'écran, alors que c'est une fonction appréciée. Par contre, la navigation tactile en mode lecture est très intuitive (quoi de plus simple que de presser du doigt sur une vignette ?), même si elle est un peu lente. Il faudra bien que les fabricants comprennent que l'utilisateur attend maintenant la même réactivité d'un caméscope que celle dont il a l'habitude sur son téléphone pommé ! Inconvénient habituel des écrans tactiles : il devient vite sale. En attendant un traitement antireflet et oléophobique (qui évite les traces de gras), l'utilisation d'un stylet est préférable. Deux astuces au passage : le bouchon de stylo ou l'ongle (au lieu d'appuyer avec la pulpe du doigt, vous retournez celui-ci et utilisez l'ongle) sont plus précis et ne salissent pas.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
En mode "Visual Index" (affichage des vignettes), l'écran souffre vraiment de sa taille : les vignettes sont trop petites ce qui complique largement l'utilisation de ce mode. On se surprend à naviguer en mode séquentiel (avance et retour avec l'image en plein écran) au lieu de naviguer parmi les vignettes. L'accès direct aux séquences permis par l'absence de bande, exige un écran de travail plus grand. En passant du Z5 au NX5, Sony aurait dû adopter le plus grand écran de sa gamme !


(Test Sony HXR-NX5E)

Batterie

La batterie fournie NP-F570 assure une autonomie un peu limite : annoncée pour deux heures avec une capacité de 15,8 Wh, elle n'arrive jamais à cette durée en réalité. Sachant que deux cartes mémoires 16 Go peuvent enregistrer plusieurs heures sans toucher au caméscope, il faudra investir dans un modèle supérieur, comme la NP-F770 (capacité double), voire la NP-F970 (capacité triple), à condition d'en accepter le surpoids.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

La batterie se décharge un peu lorsqu'elle reste branchée au caméscope, mais c'est beaucoup moins piégeant que sur le caméscope EX1R.


Le chargeur livré ne permet de charger qu'un seule batterie ou de servir d'alimentation externe. Un chargeur plus complet (deux batteries et/ou chargeur et alimentation simultanés), serait apprécié. Pour les gros besoins, Sony vend - très cher (500 euros) - le chargeur complet AC-VQL1BP pour recharger plusieurs batteries et/ou alimenter deux caméscopes.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

L'absence de connecteur d'alimentation sur le caméscope oblige à utiliser l'adaptateur batterie. Ce n'est pas pratique, car passer sur batterie demande une manipulation supplémentaire. Il ne suffit pas de tirer sur le fil. Donc passer de l'alimentation externe à la batterie éteint la machine et oblige à attendre le redémarrage. De plus, la manipulation est fastidieuse car l'emplacement batterie est très profond. La connexion de l'alimentation ou de la batterie d'origine, plutôt fine, est donc laborieuse. Cela devrait moins poser de problème avec une grosse batterie comme la NF-P970.


 



(Test Sony HXR-NX5E)

Capteur, objectif-zoom

Les trois capteurs CMOS de 1 megapixels et qui bénéficient de la technologie Exmor de Sony captent une image HD assez précise. Certes, ce n'est pas la qualité d'un EX1R, car les capteurs ne sont pas Full HD (ils font 960 x 1080 pixels, la moitié des pixels pour chaque ligne), mais la sensibilité est à ce prix pour des capteurs 1/3". Le bruit est plutôt maîtrisé, mais présent dès que la lumière baisse. La qualité optique n'est pas non plus au-dessus de tout reproche, mais c'est ici la polyvalence du zoom qui l'explique.


La focale minimale est équivalent à du 29,5 mm (angle de vue de 73°), ce qui est une bonne valeur sans convertisseur. La plage du zoom est de 20X pour une focale maximale équivalente de 590 mm (angle de vue de 4,2°). Cette plage de zoom est vraiment confortable et polyvalente. Le montage d'un convertisseur sera vraiment superflu. C'est un des avantages des capteurs 1/3" : les zooms étendus sont plus faciles à fabriquer que pour de gros capteurs (1/2" ou plus).


Le diamètre du filetage est de 72 mm, ce qui est très standard et donne donc accès à de nombreux compléments optiques, si besoin.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

La commande de zoom à bascule est agréable d'utilisation, assez confortable. Bien située, elle permet des zooms rapides ou lents, à volonté. La plage de vitesse nous est apparu un peu étriquée, entre une durée minimale de 3 secondes (un peu lente) et une durée maximale de 20 secondes (trop rapide) pour la plage entière. Pour la vitesse maximale, il est possible d'enclencher un zoom accéléré, au prix d'un bruit moteur audible, mais l'accélération est manifeste. Pour la vitesse minimale, la durée maximale obtenue a été de 23 secondes en vitesse fixe réglée au minimum. Cela reste trop rapide pour un zoom 20X.


Si l'utilisation est bonne, la progressivité ne l'est pas. Tout le début de la bascule n'enclenche pas le zoom, il faut enfoncer largement pour commencer à zoomer. Mais à quoi sert ce début de course ? La commande de zoom sur la poignée est moins sujette à cette course "morte", mais elle reste présente. Avantage : pas trop de risque de zoomer par erreur.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Pour mieux maîtriser la vitesse de zoom, il faut donc utiliser le bouton de zoom sur la poignée ou celui de la télécommande, associé aux réglages dans le menu. Un commutateur sur le bord de la poignée permet de spécifier une vitesse fixe du zoom ou une vitesse variable. La vitesse fixe est réglable sur 8 niveaux dans le menu.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

Trois bagues permettent de régler le focus, le zoom et l'iris. Elles sont bien placées et réagissent correctement. Bien, sauf qu'aucune n'est à butée ! Et c'est vraiment dommage, car les bagues à butée sont autrement plus utiles. Est-ce trop demander dans cette gamme ? Pourtant, le Z1 en bénéficiait pour le zoom.


L'iris s'ouvre bien (de f/1.6 à f/3.4, c'est plutôt bon), mais se ferme mal : après f/11, c'est la fermeture ! Pas de f/16 ou f/22 sur l'objectif. Problème optique dissimulé ou ouvertures jugées inutiles ?


Comme sur le Z5, le filtre neutre est réglable en quatre niveaux pour plus de finesse : 0, 1/4, 1/16, 1/64. La commande est encore dure (il y a de la mécanique derrière) mais facile. Pas de repérage tactile particulier, mais le niveau du filtre est indiqué en permanence à l'écran. Cette indication clignote pour inciter à changer le niveau du filtre pour revenir dans la dynamique du capteur.


Le réglage de la vitesse d'obturation est facile à obtenir via le bouton Shutter Speed et la molette de réglage. Le EX1R peut en être jaloux.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

Une option permet de basculer en mode macro et donc d'avoir la netteté à partir de 5 cm seulement. C'est important car en mode normal, la distance minimale de mise au point est de 80 cm, ce qui est élevé pour certains plans rapprochés. Il est souhaitable d'affecter cette fonction à un bouton (perso : le bouton 3).


Rien de bien nouveau par rapport au Z5 dans cette partie ? Perdu ! Le NX5 implémente le stabilisateur actif que nous avons vu dans les caméscopes grand public de Sony comme le dernier CX550. Mais cette fois-ci sur un objectif bien plus lourd et long. Et la différence est réelle, surtout dans les conditions de tournage de type reportage. Non seulement les travellings marché font moins mal au coeur, mais en plus le zoom est utilisable à sa focale maximale dans des conditions peu favorables (tenu à la main, vent). Voir l'extrait brut ici.


Anecdote qui illustre l'usage du stabilisateur actif : pour le tournage d'une conférence, nous avions un pied trop léger qui retransmettait les vibrations du plancher en bois de la salle. Le stabilisateur standard ne parvenait pas à compenser ces vibrations basse fréquence. Nous avons donc enclenché le stabilisateur actif et obtenu des images stables, sauvant ainsi la captation !


Il faut par contre accepter une légère dégradation de l'image avec ce stabilisateur actif, ainsi qu'une augmentation de la focale. Car le principe consiste quand même à zoomer dans l'image captée pour utiliser les bords comme amortisseurs. On constate donc un effet de zoom et une perte de piqué. Il faudra donc choisir entre qualité d'image maximale et stabilité. Mais dans nombre de situations, la qualité de l'image, c'est plus sa stabilité que son piqué.



(Test Sony HXR-NX5E)

Automatismes

Les automatismes s'en sortent plutôt bien, même si leur vitesse peut paraître lente à ceux qui sont habitués aux caméscopes grand public. Par exemple, la balance des blancs automatique n'est pas rapide. Heureusement que le bouton de balance des blancs manuelle est facile à atteindre. Encore une petite claque pour le EX1R...
Sony HXR-NX5 - AVCHD

L'autofocus est parfois pris en défaut et plutôt lent : il arrive que le caméscope ne parvienne pas à faire le point sur des scènes sans piège particulier. Dans ce cas, il faut l'aider en basculant en manuel (ce qui arrête la recherche) puis en appuyant sur le bouton Push Auto ce qui relance l'automatisme. Le passage en Focus Auto ne pose plus de problème, le point en fait.


En manuel, la bague est souple et agréable. Mais à l'heure où les APN à bague directe font de la vidéo, un bague à butée serait appréciée.


Les mesures d'exposition automatique sont correctes. L'indication clignotante pour changer la valeur du filtre neutre est appréciée, même s'il ne faut pas forcément suivre immédiatement la recommandation. Comme ce point n'est pas automatique, il faudra apprendre à la maîtriser, notamment pour éviter les changements de niveau de filtre trop fréquents. Il faudra bien anticiper pour éviter le changement du filtre pendant une séquence.



(Test Sony HXR-NX5E)

Micro, audio

Sony HXR-NX5 - AVCHD
En série, le caméscope est pourvu de son micro interne stéréo, placé au bout de la poignée. Juste à côté, se trouvent les deux entrées XLR d'usage, avec niveaux ligne ou micro et l'alimentation 48V éventuelle. Elle profite d'ailleurs au ECM-XM1, le micro livré avec, qui s'insère dans le support idoine. Si besoin, une griffe standard peut accueillir un autre micro ou tout récepteur sans fil. Les réglages de canaux et de niveaux sont déportés sur le côté du caméscope.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

La dispersion des commandes audio entre l'avant (prises XLR) et le côté opposé (niveau et sélection) n'est pas des plus ergonomiques. Les molettes de réglage du niveau audio sont bien protégées contre les erreurs de manipulation par la trappe d'accès. Comme sur le EX1R, l'ergonomie des réglages audio parait critiquable : pourquoi multiplier les boutons qui font parfois double emploi ? Si on souhaite utiliser le micro interne, ce ne sera pas avec un niveau ligne ni une alimentation 48V. Et si la molette de niveau audio est utilisée, ce n'est pas pour avoir un niveau automatique...


On notera l'absence d'entrée stéréo de type jack, souvent utile pour de petits micros. En cas de besoin, il faudra un adaptateur sur les prises XLR.



(Test Sony HXR-NX5E)

Prise en main, ergonomie

Les deux commandes de menu (la molette sur le côté gauche et le pavé sur la poignée) ne sont pas pratiques. La molette a tendance à s'enfoncer sur une erreur de manipulation et le pavé de commande sur le dessus est trop enfoncé pour être facilement manipulable. Aidons Sony : le pavé de commandes des APN Alpha est très nettement supérieur, confortable, rapide, efficace et en stock dans vos pièces : monsieur Sony, n'hésitez surtout pas à l'intégrer dans vos caméscopes !
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Le menu nous a réservé de mauvaises surprises, avec des intitulés incompréhensibles. Que veut dire "manip. zoom" ? En fait, c'est Handle zoom, le zoom de la poignée. La traduction française est loin d'être correcte, nous avons donc rebasculé en anglais, où les choses sont plus claires (avec l'avantage de correspondre aux indications écrites sur le caméscope). C'est très bien d'offrir de nombreuses langues pour les menus, encore faut-il qu'elles soient réellement utilisables.
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Le bouton d'enregistrement entouré de celui de la mise en marche est simple et efficace. Offrant une bonne sensation, il est juste comme il faut. Comparé à celui du EX1R qui se veut plus pro, c'est une merveille. Le toucher du second bouton, sur la poignée, est similaire. Suggérons toutefois une amélioration ergonomique : que le bouton soit plus enfoncé lorsque l'enregistrement est en cours et plus sorti en mode StandBy.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

Le bouton 7, Expanded Focus par défaut (zoom numérique pour régler le focus finement) est bien placé. Nous n'en avons pas eu beaucoup besoin pendant les captations.


La lenteur du démarrage (plus de 8 secondes) est pénalisante. Mais, au moins, quand la machine est démarrée, elle passe vite (2,5s) en mode visualisation, sans nécessiter de changement de mode. Cela paraît évident, non ? Dans cet exercice de gestion des média sur carte, le EX1R prend un grand coup de vieux face au NX5E. Sortir de la visualisation ne prend que 2 secondes, ce qui est supportable. Cette gestion des média a profité de l'expérience de Sony en grand public et donne un sentiment d'aboutissement. Il reste à simplifier la suppression d'un clip : il faut actuellement bloquer la lecture du clip puis s'enfoncer dans un menu à deux niveaux avant de confirmer. C'est trop lourd. Là encore, s'inspirer de la suppression d'une photo sur les APN Alpha ne serait pas inutile.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Nous avons déjà parlé de l'équilibre général du caméscope : il ne pointe pas vers l'avant grâce à une poignée latérale suffisamment avancée et pas vers la gauche car la paume supporte bien le poids.
Sony HXR-NX5 - AVCHD
La plupart des réglages sont directement accessibles, facilement avec le pouce gauche. Les sept boutons personnalisables sont faciles d'accès et il n'y aucun bouton plus ou moins dissimulé. Le modèle ergonomique du Z5 fonctionne toujours.


(Test Sony HXR-NX5E)

Qualité image, réglages

Les fréquences d'image sont peu nombreuses, nous avons le choix entre 25 et 50 images par seconde, en progressif ou entrelacé. Bien sûr, les 50 images progressives par seconde ne sont pas en Full HD, mais en 1280 x 720, limitation du débit oblige. L'absence de mode "NTSC" pour capturer en 24, 30 ou 60 images par seconde est désolant. Pourquoi encore de tels bridages de nos jours ? Il existe un mode à haute vitesse, mais à très faible résolution. Comme nous nous intéressons à un caméscope HD, passons.
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Le caméscope permet de tourner en SD et en HD. Et même simultanément, avec un format sur carte et un autre sur la mémoire Flash (si présente). Le mode FX est le plus qualitatif avec un débit maximum de 24 Mbits/s, le plafond du AVCHD. L'accès au mode 25p est le bienvenu, surtout s'il faudra extraire des photos à partir des vidéos. Le NX5E propose aussi de doubler la fréquence d'image (50 ips) en diminuant de moitié la définition (1280 x 720). C'est le standard pour les caméscopes AVCHD. Il faudra donc choisir entre la définition Full HD et la fluidité des ralentis. En image de sport, on n'hésitera pas à utiliser ce mode, quitte à "gonfler" l'image 720p50 en 1080 lignes et en acceptant la dégradation qui en résulte.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

Nous n'avons pas rencontré de souci de lecture pour ces images, que ce soit dans un logiciel de montage ou dans VLC. Seul la puissance de l'ordinateur peut limiter la fluidité de la lecture.


L'image nous a paru de bonne qualité, avec toujours une dégradation dans les panoramiques et autres mouvements rapides, alors qu'elle est de très bonne facture sur les plans fixes. La compression est toujours là, et la comparaison avec le HDV est faussée par la définition supérieure de l'image. Quoique avec 960 pixels de large, la différence entre l'extrapolation à 1440 points du HDV ne devrait pas faire une différence avec celle à 1920 points du AVCHD.


Examinée en détail, l'image manque un peu de piqué avec les réglages par défaut.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

Il y a une différence notable avec le EX1R et ses capteurs 1/2" Full HD : l'image est moins définie que sur son grand frère. Les capteurs et le zoom l'expliquent aisément. Et lorsque la lumière manque, la différence se creuse...


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Pour personnaliser le rendu, il faut passer par les profils d'image (Picture Profile) qui offrent une grande latitude pour la correction colorimétrique, le niveau de détail, les tons chairs, le gamma, le niveau de noir, etc. 6 profils peuvent être enregistrés. Le passage entre les profils peut se faire très rapidement via le bouton dédié vers l'arrière. Même s'il faut y passer du temps, on peut obtenir l'image voulue. Le réglage standard nous a donné une image sans surprise. La surprise, elle est venue de l'impossibilité d'enregistrer un profil sur carte pour le sauvegarder ou l'exporter vers un autre caméscope identique. Pourquoi cette restriction ? Faudra-t-il prendre note des réglages avec un stylo sur un papier ?


(Test Sony HXR-NX5E)

Sensibilité, Gain

Bénéficiant de capteurs "standards" (1/3"), le NX5E est plutôt sensible. Le choix de sacrifier la définition pour augmenter la sensibilité des capteurs demi HD (960 pixels par ligne et non 1920) porte ses fruits. Avec un gain allant jusqu'à 21 dB, on peut "forcer" cette sensibilité. Le bruit vidéo est bien présent mais reste contenu, même si on constate un fourmillement dans les zones les plus sombres. Il est possible de brider le gain en mode Auto dans le menu (par défaut à 18 dB). Le niveau du gain est réglable par palier de 3 dB, mais il faut passer par le menu pour d'abord régler les trois niveaux accessibles par le bouton dédié. Le réglage fin du gain n'est pas possible à la volée. On apprécierait un réglage continu par molette (par pas de 1 dB) ou avec la bague d'iris en continuant après l'ouverture complète.


Les images ci-dessous sont prises en mode 1080p25 donc en progressif, mais au 1/50s de seconde pour ne pas favoriser le 25p qui permet le 1/25s.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Gain à 0 dB
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Gain à 6 dB
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Gain à 12 dB
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Gain à 18 dB
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Gain à 21 dB

Une des deux griffes standards (la seconde avec l'adaptateur fourni) accueillera sans problème une torche optionnelle, au prix d'un éventuel déséquilibre.


Pas de smear, comme il est d'usage sur les caméscopes équipés de capteurs CMOS.



(Test Sony HXR-NX5E)

Montage, GPS

Sony HXR-NX5 - AVCHD

Le format NXCAM est simplement du AVCHD dans ses variantes les plus qualitatives. Il remplace efficacement le HDV, avec un débit moindre malgré la plus grande définition (le AVCHD enregistre du 1920 x 1080 alors que le HDV se contente de 1440 x 1080) grâce à une compression plus efficace. Par contre, le montage est une autre paire de manche !


Heureusement, ce format est maintenant montable correctement, que ce soit via des codecs intermédiaires (Final Cut Pro 6/7) ou nativement (Premiere CS4/5). Il faut par contre de gros disques durs dans le premier cas (50 Go par heure) ou une énorme puissance de calcul (4 coeurs à 3 GHz pour être confortable) dans le second cas. Pour les Mac, seuls ceux à processeur Intel sont officiellement supportés, mais rien n'interdit le montage sur Mac PowerPC une fois la conversion terminée sur un Mac Intel.


Le NXCAM permet d'enregistrer l'audio en stéréo PCM presque standard (16 bits, 48 KHz) comme du DV et pas seulement en AC3 comme il est d'usage en AVCHD. Très bonne idée, mais Sony n'a pas pu s'empêcher d'utiliser une variante "pcm_bluray" qui ne facilite pas sa conversion. Par exemple, Final Cut Pro ne s'en sort pas pour les clips qui dépassent quelques minutes et Vegas semble aussi avoir des soucis. Des mises à jours viendront corriger ce souci mais, en attendant, il est déconseillé d'utiliser ce mode audio plus qualitatif.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

Comme nous l'avons déjà évoqué, le NX5 permet d'enregistrer en SD, au format MPEG-2. C'est pratique pour créer des DVD rapidement sans réencodage. D'autant plus que rien n'interdit d'enregistrer en HD sur l'unité mémoire externe et en SD sur une carte mémoire.


Parlons du GPS, même si nous ne l'avons pas essayé. C'est une fonction qui paraît un peu gadget sur un caméscope professionnel, mais cela peut aussi être vu comme une fonction très haut de gamme lorsque les gestionnaires de media (DAM pou Digital Assets Management) sauront tirer partie des informations de localisation pour faciliter le catalogage et l'exploitation des clips. Comme c'est encore un peu tôt pour que cette nouvelle metadonnée soit vraiment exploitée, cela reste un pari sur l'avenir. Mais il faut bien commencer !


Pourquoi pas d'essai pour cette nouveauté ? Pour plusieurs raisons qui montrent les limites de cette fonction :


-les tournages en intérieur ne sont bien sûr pas couverts par les satellites,
-un certain besoin de confidentialité qui demande parfois de dissimuler la localisation géographique des images,
-l'absence d'exploitation des metadonnées géographiques par les logiciels de montage courants.



(Test Sony HXR-NX5E)

Connectique

La connectique est assez complète :


sortie HDMI (pas de câble fourni),
sortie SDI,
sortie composantes (via un câble fourni et avec ses adaptateurs CINCH/BNC),
sortie composite,
sortie casque (jack stéréo 3,5 mm)
entrée télécommande
connexion USB (mini A, câble fourni)
entrées micro XLR


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Sony HXR-NX5 - AVCHD
Sony HXR-NX5 - AVCHD

Pas de prises genlock, mais une entrée/sortie de timecode pour le tournage en multi caméra. Bien vu ! Insistons toutefois sur le présence de la sortie SDI (Serial Digital Interface) qui permet d'outrepasser la compression AVCHD et le sous-échantillonnage 4:2:0 moyennant l'utilisation d'un enregistreur adéquat. On pourra donc obtenir tout le potentiel du caméscope par ce canal.


Surprenant : il n'y a pas de prise d'alimentation directe. Il faut passer par l'adaptateur batterie fourni. Cela complique sérieusement le passage du mode batterie au mode alimentation sur secteur. Un manque de place, probablement, puisque le AX2000 possède cette prise à la place du connecteur SDI.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
A noter, la bonne portée de la télécommande : plus de 13 mètres si on vise l'avant du caméscope, 8 mètres si on vise l'arrière. C'est la plus grande valeur que nous avons testée à ce jour, pour une télécommande infra-rouge livrée.


(Test Sony HXR-NX5E)

Support d'enregistrement

Le NX5 est un caméscope NXCAM, il enregistre sur carte mémoire. Pas de bande ou de disque magnétique ici : uniquement de la mémoire. Pratique, peu coûteuse, supportant des conditions d'utilisation extrêmes (chaleur, vibration), la carte mémoire est le support du moment. Nous avons totalement ignoré le fait que le caméscope enregistre sur carte Memory Stick. Sony adhère enfin au standard SD, nous avons donc utilisé deux cartes SDHC 16 Go, en plus de la mémoire Flash 128 Go.Pour enregistrer le AVCHD à son débit maximum, les cartes SDHC Class 4 suffisent. Mais des cartes plus rapides seront appréciées lors des phases de lecture et de gestion des media. Espérons que le support du SDXC soit au rendez-vous dans l'avenir, même si c'est peu probable.
Sony HXR-NX5 - AVCHD

Le caméscope sait basculer d'une carte à l'autre en automatique, sans perte d'image. Il sait aussi enregistrer en double. C'est surtout intéressant lorsqu'il est réglé pour enregistrer en HD sur une carte et en SD sur l'autre. On obtient ainsi directement les mêmes prises en AVCHD (pour montage et diffusion HD) et en MPEG-2 SD (pour montage SD et passage sur DVD).


Sur le NX5, il est en fait possible de brancher trois supports d'enregistrement : deux cartes SDHC (ou Memory Stick) et une mémoire Flash optionnelle, la Flash Memory Unit (FMU). Cette dernière existe actuellement en capacité de 128 Go, mais d'autres modèles de plus grosses capacités pourraient arriver. Inconvénient habituel des options : un tarif exorbitant (environ 1000 euros TTC, le prix de 400 Go sous forme de cartes SDHC). Vous aurez tout intérêt à l'acheter en dollars, car son utilisation apporte un vrai confort d'usage : pas de changement de carte, accès plus rapide, et plus de 12 heures de vidéo en qualité maximale. C'est une option indispensable pour la captation de spectacles, conférences ou autres longues séances. Nous avons emmagasiné plus de 12 heures de conférences et visites sur trois jours, sans autre souci que l'alimentation électrique. C'est aussi ça, le passage au sans bande ! A noter que le AX2000 ne possède pas de connecteur pour la FMU128, et c'est bien dommage.


Sony HXR-NX5 - AVCHD

Il est possible d'utiliser cette mémoire Flash comme videur de carte mémoire puisque le caméscope sait faire une copie de carte à Flash. Bizarrement, le contraire n'est pas possible. Nous n'avons ainsi pas pu copier un plan précis, enregistré sur la mémoire externe, sur la carte SDHC de l'interviewé. Vexant.


L'utilisation de cartes mémoire permet de décharger les clips sans utiliser le caméscope ou autre magnéto. Un simple lecteur de carte mémoire suffit. Déconseillons immédiatement la connexion USB du NX5, elle est vraiment trop lente.


Sony HXR-NX5 - AVCHD
Il n'est pas possible d'accéder à la FMU via la connexion USB du caméscope, même si cette mémoire externe est correctement insérée. Restriction ? Non, une chance ! Car la FMU128 , vue comme un simple disque USB, est bien plus rapide. Rien à voir avec un disque SSD, mais plutôt comparable avec un disque dur USB externe. C'est en tout cas plus rapide qu'une carte mémoire SDHC, même performante.
Sony HXR-NX5 - AVCHD


(Test Sony HXR-NX5E)

Spécifications mesurées

Hauteur : 187 mm
Largeur : 150 mm (sans pare-soleil et le bandeau de poignée)
Longueur : 390 mm au complet avec le pare-soleil et oeillère, mais sans le micro XM1. 323 mm sans pare-soleil ni oeillère.
Diamètre du filetage : 72 mm
Taille du pare-soleil : 142 x 60 x 1113 (98 sans le petit support)
Diagonale de l'écran : 82 mm (3,2"), soit 72 x 40 mm
Diagonale du viseur : 11 mm (0,45"), soit 9 x 5,5 mm
Poids du caméscope nu (sans batterie, carte, pare-soleil) : 2083 g
Poids de la batterie BP-U30 : 103 g (pour une taille de 70 x 38 x 20 mm)
Poids du pare-soleil : 156 g
Cartes (2) SDHC 16 Go : 4 g
Oeillère : 15 g
Micro ECM-XM1 avec son cordon XLR : 120 g
Disque Flash FMU128 : 82 g
Cache en cas d'absence du disque FMU : 20 g
Poids de l'appareil en ordre de marche (avec la batterie standard, le pare-soleil, le disque FMU128 et le micro XM1) : 2543 g
Télécommande RMT-845 : 30 g


Portée de la télécommande : plus de 13 m à l'avant, 8 m à l'arrière


Démarrage mode caméra : 8,5 s


Passage en mode media (Visual Index) : 2,5 s


Sortie du mode media : 2 s


Sony HXR-NX5 - AVCHD


(Test Sony HXR-NX5E)

La concurrence

Dans les caméscopes de poing HD sans bande, Sony avait pris un gros retard sur Panasonic. En attendant Canon, encore plus à la traîne, le concurrent évident du NX5 est le HMC151 de Panasonic, qui est sorti il y a plus d'un an. Avec des capteurs encore plus limités et un zoom plus restreint en longue focale, ce dernier est sensiblement moins cher (on le trouve à 4000 euros TTC, 20 % moins cher que le NX5E). Entre l'arrivée de Canon et la mise à niveau de Panasonic, on peut prévoir une concurrence accrue sur cette gamme dans les prochaines années. En attendant, le NX5E devient la référence sur ce marché.
AG-HMC151
Ceux qui cherchent la meilleure qualité d'image ou une plus grande facilité de montage opteront pour la gamme XDCAM EX et ses capteurs 1/2" Full HD, même si le codec XDCAM EX ne pourra pas égaler le rendu du codec AVCHD en mode FX, plus moderne. C'est un paradoxe interne à Sony, pas évident à appréhender sans aborder l'historique des gammes.


(Test Sony HXR-NX5E)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 6 avis d'internautes et donner le vôtre