Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests de caméras > Tests de caméscopes conventionnels

article archivé

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Toshiba Gigashot GSC-A100F / GSC-A40F

100 Go de disque dur

 

08 septembre 2007 par Thierry Philippon

 

Gigashot GSC-A100F   Gigashot GSC-A100F
Gigashot GSC-A100F
Format : Mpeg-4 AVC/H.264

Nous avons effectué une rapide prise en main de ce camescope qui fait partie d'une première salve de modèles chez Toshiba, constructeur pratiquement inconnu jusqu'alors en prises de vues (hormis avec ses caméras numériques multifonctions : les Camileo). Toshiba sort d'ailleurs 3 autres vrais modèles (A40F, K80H et K40H), l'A100F étant le plus haut de gamme des quatre. L'A100F intègre un disque dur de 100 Go qui autorise 12 heures (!) d'enregistrement en qualité maximale ("Full HD", enregistrement en 1920x1080) et jusqu'à 23 heures en qualité standard. Au total, il y a 3 qualités en 1920 x1080 (XQ), 1440x1080 (SP) et 1440x1080 (LP). Le débit ne semble pas précisé. Son petit frère, l'A40F, se contente de 4 heures 40 en haute qualité (9H20 en SP), ce modèle étant équipé d’un disque dur de 40 Go. Quant aux K80H et K40H, il s'agit de modèles "HD Ready" en 1280x720 de 80 et 40 Go, "proches" de ce qu'on a connu en HDV chez JVC. Leur prix s'établit respectivement à 700 et 800 euros.


Léger (495 grammes) et assez petit (78.1 mm x 135.4 mm x 79 mm), le Gigashot de cette série A est présenté comme le plus petit camescope au monde dans sa catégorie. La combinaison de l’objectif Fujinon et du capteur 1/3 pouce CMOS de 2 mégapixels procurent d'assez jolies images. Il possède par ailleurs le plus grand-angle sur ce marché (35.9 mm). Ajoutez une torche pour combattre la faible sensibilité, toute la connectique requise (seul le câble HDMI n'est pas fourni), un objectif de diamètre 43 mm, et voilà un prétendant qu'on peut estimer sérieux, en tout cas intéressant !


L'enregistrement sur disque dur peut aussi laisser la place à un enregistrement sur carte mémoire SDHC mais la prise en charge semble "se limiter" aux cartes de 8 Go. A noter qu'on peut facilement copier du disque dur vers la carte sans condition (qu'elle soit en SDHC ou SD).


Côté photo, les valeurs sont modestes : 1920x1080 ou 1440x1080, uniquement en 16:9. Un Flash est intégré.



> LIRE LA SUITE : Le test express

Le test express

Gigashot GSC-A100F

Sans fioritures, et muni d'un raisonnable zoom x10 (extensible à x20 et x80), ce Gigashot A100F dispose par ailleurs d'un grand écran de 3'' et d'une ingénieuse molette rotative sur le côté permettant d'accéder aux différentes options du Menu. C'est d'ailleurs cette même molette qui permet de régler la mise au point manuelle avec une aisance dont bien des camescopes de grands constructeurs devraient s'inspirer ! On retrouve par ailleurs une précieuse touche Contrejour sur le flanc de la coque en plus des 8 modes Scène (Sports, Scène de Nuit…). L'expo s'ajuste tout aussi facilement sur 13 niveaux par paliers de 1/3EV. La molette est secondée d'un petit Joystick quadri-directionnel plus classique avec validation centrale.


Le Gigashot de Toshiba possède également un réglage du Gain sur 2 positions (On ou Off). C'est assez rare sous cette forme mais c'st un réglage un peu grossier auquel nous préférons l'usage de la torche intégrée.


A l'allumage, il faut créer un album en fonction de la date d'enregistrement ou du type de prise de vues (voyages, famille, animaux…). C'est un peu contraignant. En revanche, on peut le faire dans un second temps grâce à un "enregistrer sous" qui permet de choisir l'endroit où les images sont enregistrées et de créer des albums. Chaque album peut contenir 1000 images fixes et vidéos, sachant qu'au maximum un support peut contenir 9999 images fixes et vidéos.


On dispose aussi d'un mode Veille offrant l'allumage rapide du camescope et un mode tout-auto (équivalent du mode Easy) qui pare d'un bleu nuit les commandes principales du camescope. C'est du plus bel effet !


Les zooms lent et rapide sont corrects, sans être exceptionnels. Le stabilisateur en revanche nous a semblé pas totalement convaincant. Mais sur les zooms x10, la performance n'est pas toujours évidente.


La batterie ne tient que 45 minutes et le temps de charge nécessite 2,5 heures.


Le camescope génère un léger bruit de zoom et comme il n'y a pas d'entrée Micro, c'est un peu gênant. On peut régler la sensibilité du microphone mais cela ne change rien sur ce point. On dispose d'un filtre coupe-vent.


Gigashot GSC-A100F   Gigashot GSC-A100F
Gigashot GSC-A100F   Gigashot GSC-A100F

On allume le camescope en ouvrant l'écran, à la manière des modèles JVC. Ici, pas de viseur. Toshiba suit la ligne de conduite des autres fabricants mais commet la même erreur d'évincer le viseur sur un modèle à 1200€. En outre, son écran n'est pas spécialement performant. Il est même plutôt moins bon que ceux de certains modèles Sony ou Canon qui disposent d'un meilleur angle de vision. En effet, il faut être toujours bien en face de l'écran.


Le Gigashot n'offre pas davantage de griffe porte-accessoires. C'est vraiment le seul camescope à + de 1000€ à oser faire l'impasse sur ce "détail" !


Autre critique : la navigation en lecture est peu ergonomique et au final, déconcertante. Par exemple, il est impossible de visualiser page par page les séquences. On voit ici la longueur d'avance des camescopes HDD des autres marques en matière d'ergonomie.


La connectique est comparable à celle d'un modèle Sony, Canon ou Panasonic. Mais elle est placée un peu trop près de la base du camescope à notre goût. En revanche, la s-vidéo est fournie, car c'est un câble souvent optionnel difficile à trouver. C'est bien vu !


Les logiciels fournis - et c'est là où ça se gâte - sont pratiquement les seuls moyens de gérer les séquences du Toshiba car le codec utilisé (Mpeg-4 AVC/H.264) par le fabricant semble désespérément incompatible avec la majorité des logiciels du marché (Vegas sans doute excepté). Le système de codage vidéo a pourtant été mis en place par l'ITU et l'ISO, deux organismes censés régir la standardisation des codages.


Il faut donc impérativement installer les logiciels fournis : ainsi Pixela ImageMixer 3 télécharge et affiche les images sur le PC, et Nero Vision 5 crée des DVD avec menus et effets de transitions. Ces logiciels sont prévus pour fonctionner sous Windows XP et Vista exclusivement. Ils ne fonctionnent donc pas sous Windows 2000 ou Windows 98, ou ME par exemple. Et pour le Mac, c'est pire : aucun logiciel tiers ne peut relire ou même convertir le signal ! On retrouve aussi ce problème chez Sanyo. A noter : la notice semble se trouver uniquement sur CD-Rom. C'est écologique mais pas forcément très pratique !


Gigashot GSC-A100F   Gigashot GSC-A100F
Pour terminer sur une note malgré tout favorable, sachez que l'on peut créer des chapitres (jusqu'à 20 par enregistrement vidéo). Les chapitres sont un peu l'équivalent de la fonction "Scinder" des modèles Sony. C'est très pratique ! On peut accéder plus rapidement à une section précise d'une longue séquence. A noter que ce chapitrage est automatique en mode Auto, chaque scène étant divisée en 5 chapitres.


(Toshiba Gigashot GSC-A100F / GSC-A40F)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide