Magazinevideo > Micros, cartes, sacs photo, optiques > Optiques

Test filtre Kenko ND variable PL-fader

jouer avec la profondeur de champ

 

13 octobre 2014 par Thierry Philippon

Filtre ND 58 mm pour GH4-GH5

Prix fabricant : 79 à 149 Euros
 

filtre ND Kenko

Les filtres ND ne sont pas nouveaux et nous en avons d'ailleurs déjà détaillé les caractéristiques assez longuement. Rappelons qu'un filtre neutre permet de conserver une grande ouverture même par forte luminosité. Un filtre réduit de 2 à 8 diaphragmes la quantité de la lumière qui atteint le capteur. En photo, ils permettent par exemple d'augmenter le temps de pause, de produire un effet de filé sur une cascade. On les dit "neutres" car ils ne comportent pas de variation chromatique. Certains s'en servent en plus pour protéger la lentille de leur objectif.


Ce qui est nouveau, c'est que cet accessoire accompagne la percée des DSLR pour leur utilité en mode vidéo. La concurrence aidant, on en trouve aujourd'hui à des prix très variés, traduisant une saine rivalité au bénéfice du consommateur mais probablement aussi, des différences qualitatives qu'un laboratoire de mesures objectiverait probablement.


ND Filter

Le goût du filtre ND est si patent qu'un nombre croissant de modèles de caméras pros même low cost - Sony FX100, HDR-CX900, Canon XF300... - ont intégré un système de filtre ND à valeur fixe (ici sur la photo, filtres ND 1/4, 1/8 et 1/16), voire même certains APN comme le Sony RX10. La caméra avertit d'ailleurs le cadreur lorsque le filtre doit ou peut être utilisé.


Les reflex en étant dépourvus d'origine, il m'a semblé utile de refaire le point sur ce sujet en prenant pour exemple un nouveau filtre sorti chez Kenko, le ND variable PL-fader. Ce filtre ND est disponible à différents prix selon le diamètre, les diamètres les plus petits correspondant à des prix inférieurs à 100 euros et les plus grands diamètres n'excédant pas 150 euros. Celui que j'ai testé, le 58 mm, vaut 90 euros. On est loin des 400 euros et plus pour les filtres ND hauts de gamme. Mais dans quelles circonstances peut-on l'utiliser et quel est le résultat ?


Distribué par Kerpix



> LIRE LA SUITE : Le test du filtre Kenko ND

Le test du filtre Kenko ND

filtre kenko ND

Le filtre ND Kenko va de ND3 à ND400, autrement dit une division de la quantité de lumière allant de 3 à 400. Les fabricants ne dépassent généralement pas 400 car la neutralité est préservée jusqu'à cette limite. Certains filtres descendent jusqu'à ND2 et d'autres montent à ND1000 ! A ND400, l'équivalence en termes de vitesse d'obturation est de passer du 1/50e au 1/20000e, le saut est donc déjà considérable.


Ce filtre ND fonctionne avec un système de deux couches de filtres polarisants, l'une linéaire, l'autre circulaire, hautement transparents. A la manière d'un filtre d'effet coloré, on fait varier la densité du filtre, permettant de réduire ou d'augmenter la quantité de lumière qui pénètre sur le capteur. L'ouverture et la vitesse d'obturation pourront ainsi rester constantes mais comme vous jouerez sur la quantité de lumière qui pénètre dans l'objectif, la PDC s'en trouve modifiée.


filtre kenko ND

Afin de bien manipuler le filtre, un petit levier peut se fixer, il évite de toucher la surface du filtre en tournant ce dernier, et rend la manipulation plus souple. Il a toutefois un inconvénient : selon sa position (Max), la protubérance du levier pourra gêner si vous posez l'appareil.


Le filtre comporte deux positions MIN et MAX qui servent de repères principaux avec toutes les densités intermédiaires possibles. Pour se repérer plus finement, le filtre est gradué par des intervalles qui séparent des traits horizontaux. Attention, la variation de luminosité en fonction de la rotation de la bague est exponentielle : très faible en position MIN, elle s'accroît considérablement vers la posiiton MAX. D'ailleurs les traits horizontaux s'épaississent au fur et à mesure qu'on approche de la poistion Max. La construction du double polarisant implique ce phénomène, le bon dosage est donc parfois délicat à obtenir.


filtre kenko ND

Au niveau qualitatif, on n'est pas déçu par l'apport de ce filtre à moins de 100 euros. Les usages sont multiples : d'abord le filtre peut servir efficacement à réduire la quantité de lumière par trop forte luminosité - plage, désert, étendue de neige - pour éviter une surexposition. Celle-ci peut en effet se produire avec de très grandes ouvertures (type f/1,4 ou f/1,2) même à une vitesse d'obturation élevée au 1/8000.


PDC


PDC

Ensuite le filtre permet de jouer avec la profondeur de champ : par exemple au 1/50, avec un objectif grand-angle et par forte luminosité, l'usage du filtre permet d'obtenir un effet flou plus marqué en arrière-plan (effet bluring). Evidemment, plus l'optique est lumineuse (grande ouverture), plus le résultat peut s'avérer spectaculaire.


Ci-dessus, on discerne bien que l'arrière-plan est "nettement" plus flou dans l'image du bas que dans celle du haut. L'image du bas est aussi plus douce (plus plate diront certains) car les filtres ont tendance à aplatir les contrastes et à modifier légèrement la teinte. Ces deux paramètres sont faciles à compenser - si besoin - en post-production.


PDC

On peut obtenir un effet de profondeur de champ en apparence identique avec le mode Expo Programme (ci-dessus) mais le gros inconvénient de ce dernier est qu'il joue sur le couple vitesse / diaphragme, sans rien pouvoir contrôler. Conséquence, pour obtenir la même PDC qu'avec un filtre, il faut accepter que l'automatisme dépasse allègrement le 1/50, rendant l'image plus dure et moins fluide qu'au 1/50. On le discerne assez bien avec de l'eau : les goutelettes sont plus nettes, donc moins fluides, preuve que l'obturation s'est élevée bien au-delà du 1/50.


Le filtre peut aussi servir - on y pense moins en vidéo - à modules les vitesses d'obturation sans changer de valeur d'ouverture ou encore à doser la luminosité de la scène en cas d'utilisation d'un éclairage LED.


Deux inconvénients du filtre ND pour finir : une fois fixé, il n'est plus possible d'utiliser le pare-soleil initialement fourni pour l'objectif. D'autre part, le filtre ND variable, à la différence du filtre ND fixe, peut bouger par inadvertance et modifier la luminosité, l'opérateur doit donc bien vérifier le rendu.



(Test filtre Kenko ND variable PL-fader)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis