Magazinevideo > Caméra & Photo, Smartphone, Drone > Tests de caméras > Tests caméras GoPro, Action Cam (sport)

article archivé

Sony HDR-GW55

Et plouf !

 

16 juillet 2012 par Thierry Philippon

Prix fabricant : 400 Euros
 

HDR-GW55

Les camescopes tout-terrain, capables de rester parfaitement étanches à 3 ou 5 mètres de profondeur, ont le vent en poupe, sans doute parce qu'ils répondent à une tendance forte. Celle de l'apologie du sport extrême et de l'explosion de ses pratiquants qui veulent tous être filmés ou filmer leurs copains (copines) dans leur exploits sportifs... Quoi de plus légitime après tout ? Cet engouement est même sensible chez les pros de l'audiovisuel dont aucun n'ignore les capacités plus qu'honorables de la GoPro Hero, cette caméra étanche de 350 euros seulement, qui s'est imposée dans le microcosme professionnel en réussissant à capter à peu près tous les plans que les caméras traditionnelles ne peuvent saisir !


Pour l'amateur, la notion d'étanchéité est à entendre au sens large, inutile d'être un surfeur émérite ou un plongeur ayant son brevet niveau 1 pour taquiner le HDR-GW55... L'étanchéité convient à de nombreuses activités "nautiques" ou dérivées comme le snorkeling, la planche à voile, le rafting, la descente à ski, ou même le filmage au plus près du chien nageant dans l'eau de la piscine ! Et de manière plus générale, ce camescope étanche résiste aussi aux chocs (1,5 mètre) et à la poussière (norme IP5).


HDR-GW55

Jusqu'à présent, Sony était resté plutôt en retrait de ce marché dominé par les Pocketcam étanches au rang desquels on trouve Samsung, Toshiba, Sanyo, Kodak, et même Panasonic (HXWA2 / HX-WA20) ou JVC avec son récent GC-XA1. Mais l'inventeur du Walkman se lance sur ce nouveau segment en sortant d'emblée un modèle un cran au-dessus de ses concurrents. Le HDR-GW55 (de son vrai nom HDR-GW55VE) enregistre en vrai AVCHD dans différents modes dont le 1080 / 50p (28 Mbits/s), là où la concurrence se contente parfois de mpeg-4. Il arbore un écran tactile comme JVC avec son Picsio GC-WP10 ou Panasonic) 3'' orientable de 920 Kp. On recense aussi un zoom x10 là où la concurrence plafonne à x3 ou x5, un grand-angulaire de 29,8 mm, un stabilisateur optique optimisé, un capteur doté d'une bonne luminosité grâce à la cible "large" 1/3 pouce, qui revendique par ailleurs plus de 20 Mp (6016 x 3384 pixels) ! Ajoutez une géolocalisation GPS.


Conséquence : le prix du HDR-GW55 va bien au-delà du plus cher des Pocketcam connus jusqu'alors puisque l'étiquette affiche 550 euros au démarrage. On trouve cependant ce modèle Waterproof facilement aux alentours de 470-480 euros au moment où nous écrivons ces lignes. Il existe en 2 coloris : argent ou noir.


Notez aussi l'existence du HDR-GW77 (pas en France !) qui intègre une mémoire de 16 Go.


HDR-GW55

Comme le Kodak Playsport ZX5, le Sony HDR-GW55 dispose d'une faculté de correction sous-marine jouant principalement sur la colorimétrie (mode Marin).


Ce lilliputien de la vidéo de 210 grammes nu, tient dans une poche. La réduction de taille et de poids implique l'adoption d'une carte micro-SDHC (ou memory Stick micro de Sony), si petite et fragile qu'elle effraie au premier abord.


Au niveau accessoires éventuellement utiles, notez le chargeur de batterie BC-TRN2 et la sangle flottante STP-FSA.


La notice complète, un peu difficile à trouver, est ici



> LIRE LA SUITE : Le test express

Le test express

HDR-GW55
L'allure du HDR-GW55 n'est pas sans rappeler un ancien camescope vertical de 2005, le DCR-PC55. Mais la comparaison commence et s'arrête là car l'ancien modèle n'était pas étanche ni HD et ses fonctionnalités différaient du tout au tout. Sous l'eau, le HDR-GW55 procure - autant le dire tout de suite - un rendu tout à fait probant en termes de qualité d'image, et même sonore (certains utilisateurs ont toutefois noté des "clics sonores" au bout d'un certain temps). Il dispose aussi d'une astucieuse fonction "Sous l'eau" (picto en forme de poisson), corrigeant la colorimétrie. Le zoom est exploitable sous l'eau mais bien sûr, il s'entend nettement dans ce cas.
GW55

Le GW55 est fourni avec une sangle car il coule au fond si vous le lâchez dans l'eau (!) mais la sangle flottante (optionnelle, ci-dessus) Sony STP-FSA sera éventuellement d'un meilleur usage puisqu'elle permettra de maintenir le camescope en flottaison et de le repérer si on lâche le camescope.


Attention, l'étanchéité est parfaite dans l'eau mais elle implique plusieurs petites précautions qu'il faut connaître si on veut prolonger la vie de son appareil. D'abord le joint qui protège à la fois la batterie et la carte mémoire micro-SD se change (Sony préconise tous les ans, ne négligez pas cet aspect) et n'est pas gratuit (prix non communiqué). Ensuite l'étanchéité est garantie pendant 60 minutes à 5 mètres maximum, mais surtout, en cas d'eau salée, il faut plonger de nouveau le HDR-GW55 dans l'eau douce. Puis le laisser sécher 1 heure avant d'ouvrir la trappe. En pratique : tout cela n'est pas forcément très évident si on veut appliquer les précautions à la lettre. Près d'une plage, et alors que le GW55 avait barboté dans l'eau de mer, j'ai dû "bricoler" en remplissant d'eau minérale un trou sans eau de mer entre deux rochers, dans lequel j'ai baigné le camescope. Sinon le temps de rentrer, le camescope aurait séché avec l'eau salée.


De même, avant toute plongée, il faut vérifier que le joint ne comporte pas d'impuretés ou de grains de sable. Pour avoir déjà "grillé" un camescope étanche à cause d'un très léger défaut de colmatage doublé d'un trop grand empressement, je peux vous garantir que ces précautions ne sont pas inutiles. Mais même avec cette sécurisation, je trouve que le loquet inférieur - qui déverrouille l'ouverture de la trappe - n'est pas assez protégé. Toutefois, si vous apercevez quelques bulles d'air, ne paniquez pas, le camescope en produit quelques-unes quand on l'introduit dans l'eau, ce n'est pas un signe de manque d'étanchéité. Sauf si bien sûr les bulles viennent de la trappe à un rythme endiablé, mais il sera probablement déjà trop tard dans ce cas !!


HDR-GW55

Sans l'immerger complètement, le HDR-GW55 peut aussi accompagner vos sorties avec projections d'eau telles que le rafting, des éclaboussures dans une piscine ou la pluie. Mais ne le placez pas sous un robinet par exemple, c'est déconseillé. Le camescope est aussi "insensible" aux chocs et à la poussière. A la plage ou dans le désert, il devrait bien s'en tirer. En tout cas 100 fois mieux qu'une camescope lambda. Une dernière chose à savoir : l'écran tactile n'est pas activable sous l'eau, vous devrez utiliser les commandes externes (zoom, marche/arrêt...). Enfin, un petit détail agaçant : pour sécher complètement le camescope, il faut ouvrir l'écran, mais si on ouvre l'écran, le camescope reste allumé ! En fait, il ne semble pas y avoir d'autre solution que d'attendre l'extinction de la veille automatique, soit 2 minutes.


Une fois ces précautions prises et connues, vous pouvez commencer à vous amuser. Et si vous lâchez le camescope, il peut tomber d'une hauteur de 1,5 mètre. On a essayé mais d'une hauteur moindre, pour ne pas compromettre le test ! :)


HDR-GW55

Le HDR-GW55 est aussi à l'aise en extérieur que dans l'eau et pour tout vous avouer, je l'ai surtout exploité en extérieur ! Il s'agit d'un camescope qui se comporte normalement excepté son concept baroudeur, sa verticalité et son poids très allégé. Je me suis parfois surpris à cadrer penché, il faudra bien vérifier l'horizontalité car on a vite fait de pencher un camescope vertical. L'écran, quoique d'excellente résolution et orientable (très pratique sous l'eau), est aussi difficile à voir en plein soleil que sur les autres camescopes. Autre critique, l'absence de bouton Marche/Arrêt : à ma connaissance, une quasi-première sur un camescope ! Embêtant dans certains cas mais finalement, on s'en passe assez bien.


Hormis cela, le HDR-GW55 bénéficie quasiment des fonctionnalités qu'on retrouve sur le HDR-CX260 par exemple. On pourra d'ailleurs se référer amplement à ce test. On retrouve le très pratique "Mon bouton" qui permet d'accéder à vos 3 fonctions préférées à même l'écran pour les désactiver / activer à tout moment.


L'objectif-zoom (de type Sony G) est très différent : le zoom s'étend à x10 (x17 en Extended zoom éventuellement utilisable et x100 en numérique), là où la concurrence plafonne à x3 ou x5. Notez qu'on a très vite fait de mettre du gras ou de la buée sur l'objectif puisqu'il n'y a tout simplement pas de protège-objectif ! On note aussi une certaine distorsion au grand-angle sur des édifices géométriques. Hormis cela, les focales sont agréables puisqu'elles offrent à la fois les avantages d'un grand-angle (29,8 mm) et d'un téléobjectif (298 mm) avec zoom optique et non numérique. Les autres modèles Sport ne vont pas si loin au Télé (x5 en général au maximum). La commande zoom (doublée sur écran) est bien motorisée : lente à souhait tout en étant capable de vélocité.


HDR-GW55

L'autonomie reste faible (45 minutes réelles) avec la NP-BG1 fournie (3,4 Wh/960 mAh), je me suis retrouvé rapidement à court de batterie, et surtout, elle ne supporte pas de batterie de plus forte capacité puisque la taille de l'accu est limitée par son logement. Un inconvénient à prendre en compte plus qu'un mauvais point, on ne voit pas comment Sony peut faire autrement.


HDR-GW55
La capacité de la mémoire ne souffre pas trop du fait qu'il s'agisse d'une carte mémoire micro-SD / micro-SDHC (ou Memory Stick micro) attendu qu'on peut aller jusqu'à 32 Go. N'hésitez pas à acquérir une 32 Go décrochable aujourd'hui entre 20 et 40 euros. On tient alors 150 minutes en PS (Progressif) et 180 minutes en FX ou encore 245 minutes en FH. En revanche, la fragilité apparente de la micro-SD fait frémir lorsqu'on la prend dans ses mains ! Un adaptateur pour insérer la micro-SD dans une SD standard est fourni. Un très mauvais point : la carte n'est enregistrable que sur une seule face, dans le sens le moins évident. Mais surtout, rien n'indique qu'elle soit introduite dans le mauvais sens, jusqu'à ce que l'erreur soit visible au moment de presser le bouton Start/Stop et non lors de l'introduction de la carte. La mention "Insérer carte mémoire" s'affiche alors.
HDR-GW55

Le stabilisateur est tout à fait probant en mode Active (en marchant) mais il faudra se méfier du recadrage d'image qui en résulte qui aboutit à un effet de gondolement sur les bords. Au Téléobjectif cette fois, le HDR-GW55 m'a moins impressionné, comparé à celui de ses grands frères.


GW55
L'image du GW55 est bien sûr en retrait de celle d'un CX740 en raison de sa petite partie optique, mais la colorimétrie est bien respectée et le piqué est correct. En progressif, c'est encore mieux pour les ralentis et Accélérés éventuels. Notez qu'on retrouve les prises de vues spécifiques : Golf et Enregistrement lent (3'' de Ralenti à la fois ) dont l'usage reste toutefois limité.
HDR-GW55

Nous passerons sur le gros argument commercial du capteur CMOS de 20 Mp qui consacre en réalité 5 Mp à la vidéo. Surtout, il faudra que Sony nous explique à quoi servent des photos en 6016 x 3384 prises par un camescope... Plus utile, la faculté d'utiliser le mode Dual, permettant de capturer des vues fixes en mode vidéo, sans interrompre l'enregistrement vidéo. On apprécie aussi le bouton Photo à même l'écran en vertical, une première semble-t-il sur un camescope Sony. Décidé sans doute à augmenter les capacités photo, Sony a aussi inclut le fameux Panoramique par balayage qui permet de capturer des vues panoramiques fixes en balayant l'horizon. On obtient des vues en mode Standard en 4912 x 1080 (Horizontal, photo ci-dessus) ou 3424 x 1920 (Vertical) ou même en mode Large en 7152 x 1080 ou 4912 x 1920. Le résultat est toujours aussi bluffant quoique j'ai été confronté parfois à une dernière portion manquante. Il faut bien aller jusqu'au bout de la flèche et ne pas panoramiquer trop lentement (mais trop vite, la panoramique peut décrocher !). Bref, il faut s'entraîner...


Un essai de 3 minutes réalisé en snorkeling dans un lac par un amateur suisse, villedimages.


 


Une grosse comparaison (un peu longue et répétitive mais informative) entre le CX700 et le GW55 a été réalisée chez ce particulier allemand.


 


HDR-GW55

La sensibilité est par ailleurs très acceptable (l'objectif ouvre à f/1,8-3,2), et le mode Low Lux intégré dépanne efficacement, même si l'on regrette l'absence de torche qui aurait pu éventuellement remplacer le Flash intégré, moins utile sur un camescope. Une mini-lampe aurait pu également fournir un éventuel éclairage d'appoint sous l'eau.



(Sony HDR-GW55)

Exemples photo


6016 x 3384 (20 Mp en 16:9)

 



6016 x 3384 (20 Mp en 16:9)

 



(Sony HDR-GW55)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Prix fabricant : 400 Euros

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 10 avis d'internautes et donner le vôtre