Magazinevideo > Caméra & Photo, Stabilisateur, Drone > Tests photo > Tests DSLR et hybrides

article archivé

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test Panasonic Lumix L10

Le reflex qui se prend pour un compact

 

08 septembre 2007 par Antoine Désir

 

Panasonic est maintenant le plus gros vendeur d'appareil photo compact, devant les leaders historiques de la photo. Mais dans la gamme des appareils reflex, celle ou les marges sont importantes, il est encore un challenger, loin des plus grands. Panasonic est un participant fondamental du consortium 4/3 : c'est lui qui fabrique le capteur 10 Mp du Lumix L10, qui est aussi celui des E-410 et E-510 d'Olympus.


Logo FourThirds
Et c'est grâce à ce capteur que ces derniers peuvent offrir des fonctions inédites de visée à  l'écran, comme les APN compacts, en plus de la visée reflex traditionnelle (optique à travers l'objectif). Et Panasonic, pour se démarquer, est le premier à offrir un véritable hybride : en mode Live View, il est possible de faire la mise au point, qui plus est sur un écran orientable, ce qui est un avantage indéniable sur tous les autres reflex dans certaines situations.

> LIRE LA SUITE : Le L10 est un reflex

Le L10 est un reflex

Panasonic L10


Comparable à ses concurrents comme le Canon 400D ou le Nikon D80, le L10 est plus gros que son frère, le E-410 d'Olympus. C'est surtout l'objectif livré avec qui explique cette différence, même si le boîtier lui-même est un peu plus imposant. Il reste quand même dans la catégorie des petits boîtiers reflex.


On a l'impression que Panasonic n'a pas su profiter de la faible taille du capteur 4/3 pour améliorer la compacité du boiter et de l'objectif. Pour ce dernier, cela peut s'expliquer par une qualité optique supérieure et l'intégration de la stabilisation dans l'objectif. On pourra d'ailleurs s'interroger sur la pertinence de stabiliser l'objectif sur les reflex, et non le capteur. Stabiliser le capteur, comme sur les Olympus E-510 et E-3, rendrait toutes les optiques moins chères et moins lourdes. Avec le L10, cela contraint de fait à garder celui livré avec le kit ou à acheter ceux fabriqués par Panasonic pour cet appareil, ou à renoncer à la stabilisation. Ce qui va à l'encontre d'un des buts du consortium 4/3 : favoriser l'interopérabilité des objectifs entre appareils.


En parlant de 4/3, tous les appareils suivant ce format ont un gros défaut : il ne prennent des photos qu'en proportion 4/3, comme les anciennes télés, les vieux écrans et les APN compacts. Traditionnellement, les appareils photo produisent des vues plus larges, en proportion 3/2. Alors que la tendance est aux formats larges (Panasonic pousse même les vues en 16/9, comme les télés HD), ne proposer que la proportion 4/3, plus "carrée", est une sérieuse régression. En mode Live View, Panasonic offre les trois proportions (4/3, 3/2, 16/9). En mode reflex, seul le 4/3 est autorisé. C'est-à-dire que si vous changez de mode selon les vues (comme l'appareil incite à le faire), vous pourrez avoir un mélange de photos 4/3 et 3/2 : si vous avez sélectionné la proportion 3/2 en mode Live View, les photos prise en mode reflex restent en 4/3. Pourquoi Panasonic ne pouvait-il pas rogner les photos directement ?



Panasonic L10    

Photo en format 4/3 (mode reflex ou Live View)



Panasonic L10

Photo recoupée en format 3/2 (possible en mode Live View)



Panasonic L10



Photo recoupée en format 16/9 (possible en mode Live View)


Panasonic L10

La prise en main est celle d'un vrai reflex : poignée profonde et confortable, large bague de zoom, petit bague de mise au point manuelle, double molette de réglage, réglages rapides et directs des principaux paramètres de prise de vue avec le pouce droit. La molette des modes et le réglage de la cadence sont bien faites, le bouton de déclenchement est bien dégagé, la construction est visiblement sérieuse.


Panasonic L10

Panasonic L10


Parlons de l'objectif du kit : massif, il l'est cependant moins que celui de son prédécesseur le L1, considéré comme exceptionnel. Il participe grandement à la taille et au poids de l'appareil. Mais, contrairement à son lumineux prédécesseur (qui ouvrait à f/2,8), il est plus standard, ouvrant à f/3,6 à 14 mm et à f/5,6 à 50 mm. Rien d'exceptionnel, si ce n'est son stabilisateur MegaOIS (donc optique) intégré et sa qualité générale. Le filetage est de 67 mm, ce qui est sensiblement plus grand que la moyenne (58 mm). Même s'il est signé Leica, on se gardera bien de tomber dans le piège : l'objectif est fabriqué par Panasonic ou un de ses sous-traitants japonais, certainement pas dans l'usine allemande de Leica !


(Test Panasonic Lumix L10)

Le L10… est un compact !

Pourquoi un compact alors que ce sont plutôt les bridges experts qui sont visés ? Parce qu'avec un objectif 14-50 (équivalent à un 28-100 en 24x36), le zoom se rapproche de celui des compacts, mais sûrement pas de celui des bridges, bien plus longs. Il deviendra un concurrent au bridge lorsqu'il sera équipé du futur objectif 14-150 (équivalent au 28-300) prévu l'année prochaine (1er semestre 2008), qui devrait malheureusement coûter aussi cher que le kit de départ !


Mais comment un reflex peut-il se transformer en compact ?


D'abord, il faut un capteur adapté. Les gros capteurs CCD des reflex antérieurs consommaient beaucoup trop : il était impossible de les laisser en fonctionnement continu sous peine de faire chauffer l'appareil et de vider la batterie très rapidement. Les compacts utilisent de tout petits capteurs qui échappent à cette contrainte de consommation. Panasonic a donc développé un capteur Live MOS, issu de la technologie CMOS, bien moins gourmande. Associé à une électronique adaptée, un refroidissement étudié et une bonne batterie, le fonctionnement continu devient possible. Même si l'autonomie diminue sensiblement si on reste en mode Live View.


Ensuite, il faut reprendre tous les développements faits sur les compacts. Et là, les Lumix ont fait leurs preuves : pas de souci, juste un effort d'adaptation à la taille du capteur. Avec un premier bémol : l'objectif aussi doit être adapté. C'est pourquoi seuls ceux prévus pour (dont celui du kit, bien sûr) permettent la mise en point en visée à l'écran. Et un second : cette mise au point en mode Live View reste assez lente, un peu comme les compacts moins récents.


A la fin, un seul geste : appuyer sur le bouton Live View à gauche du viseur et le miroir se relève, mettant le capteur en relation directe et permanente avec l'objectif.



Panasonic L10


Miroir baissé en mode reflex : l'image arrivant dans l'objectif est dirigée vers le viseur.



Panasonic L10

Miroir relevé en mode Live View : l'image arrivant dans l'objectif arrive directement sur le capteur et retranscrite sur l'écran arrière.



Panasonic L10

Vous voilà avec un compact expert dont le capteur est dix fois plus grand que celui des petits appareils. Avec, à la clef, une sensibilité réelle qu'aucun compact n'atteindra jamais. Voir l'article APN et Hautes sensibilités. Et une profondeur de champ qui peut être bien plus faible.


Comme les compacts, et puisque c'est un Panasonic, les images s'enregistrent sur une carte SD, non fournie (il faut le savoir, l'appareil n'est pas utilisable sorti du carton, attention aux cadeaux de Noël). Une carte SD suffit, mais on conseillera une carte SDHC d'au minimum 1 Go pour aller avec. Les cartes SDHC iront jusqu'à 32 Go en 2008, ce qui devrait bien suffire pour la photo dans les années à venir : plusieurs milliers de photo tiendront sur ces petites cartes. Voilà un bon choix de support, qui ne pénalisera pas l'utilisateur, les cartes SDHC étant rapides, petites et peu coûteuses, voir Cartes mémoires : une belle pagaille.


Panasonic L10


Cet écran 2.4" (6,1 cm de diagonale en 4/3), comprenant  207 000 pixels et dont la luminosité est correcte, est agréable à utiliser, malgré sa brillance. Alors que la mode est aux écrans 3", la libre orientation de l'écran compense largement sa taille moyenne. C'est d'ailleurs à cause de l'articulation qu'il n'est pas possible de caser un écran plus gros au dos de l'appareil. Et, s'il faut choisir, il est préférable qu'il soit orientable, surtout couplé au mode Live View. C'est l'avantage critique de cet appareil.




Suspension arrière droite d'une Smart ForTwo (sans flash, 1600 ISO), garée dans la rue. Essayez avec votre reflex sans vous salir !

Panasonic L10

Le numéro est à 3 mètres du sol. Pour éviter l'effet de contreplongée, c'est soit le L10, soit l'escabeau. A vous de choisir...


Cependant, pour en faire un vrai compact expert, il manque quelques fonctions. Par exemple, impossible d'avoir une mise au point en continu (AFC) en mode Live View. Seul le mode reflex offre cette possibilité "de course". Mais certains bridges le font bien. Comme quoi les difficultés dues à la taille du capteur se confirment. Même raison, probablement, pour un mode vidéo. On ne pourra pas encore montrer la vidéo du futur, en Full HD, à travers l'objectif d'un reflex ! :)


Par contre, la mise au point en mode Live View est bien plus riche : onze zones sur presque toute la surface, contre trois collimateurs à l'horizontale en mode reflex ! La possibilité d'activer la détection de visage, de choisir une mise au point excentrée, etc : l'exploitation de toute la surface du capteur en mode Live View offre des possibilités très riches, au prix d'une certaine lenteur, surtout aux longues focales. Il arrive, qu'à 50 mm, l'appareil échoue dans la mise au point !


Une autre fonction issue des compacts, mais qui est aussi valable en mode reflex: le "film mode". Voici un Panasonic qui sait saturer autant qu'un compact Sony, si on passe mode Vibrant ;-)


Panasonic L10


Film mode Standard



Panasonic L10

Film mode Dynamique

Panasonic L10

Film mode Nature





Film mode Fluide



Panasonic L10

Film mode Nostalgique



Panasonic L10

Film mode Vibrant



En fait, c'est l'appellation (qui évoque les différentes pellicules que l'on pouvaient insérer dans les appareils argentiques) et l'accès facilité qui est original : chacun de ces réglages est une combinaison des réglages de contraste,  netteté, saturation et réduction de bruit. Il est même possible de personnaliser deux réglages pour maîtriser l'aspect des photos.


(Test Panasonic Lumix L10)

Le bruit d'un reflex

Ou plutôt, les bruits.Tout d'abord, le bruit "sonore". Le bruit du miroir et du déclencheur sont importants. Le L10 n'est pas un appareil spécialement discret. En atmosphère calme, l'entourage est bien au courant que vous venez de déclencher ! En mode Live View, et contrairement à un compact, c'est pire : le L10 nous gratifie d'un double mouvement (avant puis après la prise de vue) qui donne l'impression que l'on vient de prendre deux photos en rafale. Ça peut impressionner le débutant (ça claque bien), mais c'est vite gênant. Ensuite, le bruit visuel. Le capteur 4/3 fabriqué par Panasonic est plus petit que les capteurs APS-C de certains de ses concurrents. En plus, c'est un capteur de type CMOS, moins sensible que les CCD. Cela donne des images bruitées dès 200 ISO, avec une augmentation linéaire en fonction de la sensibilité. Cela reste correct jusqu'à 400 ISO, exploitable jusqu'à 800 ISO, mais assez mauvais à 1600 ISO. Mauvais par rapport à certains reflex, mais pas par rapport à un compact, qui, s'il affirme monter jusqu'à 1600 ISO, vous servira une bouillie de pixels plus qu'une belle image. Le L10 ne cache pas le bruit en réglage standard : l'image est bruitée, mais ressemble à quelque chose.
Panasonic L10  
ISO 100 à 100 %
Panasonic L10  
ISO 200 à 100 %
Panasonic L10  
ISO 400 à 100 %
Panasonic L10  

ISO 800 à 100 %
Panasonic L10  
ISO 1600 à 100 %


(Test Panasonic Lumix L10)

Spécifications mesurées

Poids :
  • Poids avec boîtier, batterie, carte SD, objectif 14-50 et tulipe (prêt pour une photo) : 1000 g.
  • Poids du boîtier nu : 490 g.
  • Poids de l'objectif  14-50 nu : 436 g.
  • Poids de la batterie DMW- BLA13E: 56 g.
  • Poids de la tulipe : 24 g.
  • Poids de la carte SD 256 Mo utilisée :-)) : 3 g
  • Poids du capuchon d'objectif : 18 g
Et puis quoi encore ? Le manuel en anglais et ses 160 pages ? 126 g !

Taille de l'appareil :
  • Longueur totale (avec l'objectif  du kit et son capuchon) : 168 mm
  • Largeur totale (avec ou sans objectif ;-)) : 135 mm
  • Hauteur totale (sans flash) : 95 mm
  • Hauteur totale (avec flash intégré sorti) : 138 mm

 


Taille des accessoires :
  • Diamètre de l'objectif (bagues comprises) : 75 mm.
  • Diamètre du filetage :  67 mm.
  • Longueur de l'objectif 14-50 (sans capuchon) : 99 mm.
  • Longueur de l'objectif 14-50 (avec ses deux capuchons) : 115 mm.
  • Diamètre maxi de la tulipe : 85 mm.
  • Hauteur de la tulipe : 45 mm.
  • Taille de la batterie DMW- BLA13E : 42 x 36 x 25 mm.


(Test Panasonic Lumix L10)

Photos

Panasonic L10


Panasonic L10


Panasonic L10


Panasonic L10 Panasonic L10
Panasonic L10
Panasonic L10


(Test Panasonic Lumix L10)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide