Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Choisir son écran de camescope

 

08 mai 2014 par Thierry Philippon

 

Critère d'achat moins important que le prix, l'esthétique ou le format, le petit écran couleurs est probablement "l'accessoire" intégré le plus convivial qu'on ait inventé ces dernières années. Aujourd'hui, de nombreuses fonctions gravitent autour de ces petits moniteurs, jusqu'à modifier la prise en main de l'appareil !


écran

> LIRE LA SUITE : Généralités, Résolution et taille

Généralités, Résolution et taille

 

L'écran, c'est d'abord un élément qui consomme. Une différence non négligeable d'autonomie existe selon que l'on utilise l'écran ou le viseur (quand il existe of course) : l'écart peut aller d'une quinzaine de minutes avec la batterie standard (soit une moyenne de 45-50' environ avec écran), pour grimper jusqu'à une différence de soixante minutes avec un accu optionnel de grande capacité. Certains fabricants indiquent qu'on peut accroître l'autonomie de l'écran en plaçant momentanément le rétro-éclairage sur Off mais le gain est faible et la contrainte, assez grande, l'écran étant à peine visible en conditions normales de prises de vues.


La plupart des écrans affichent 113000 à 123000 pixels (en abrégé 113 à 123 "kp") de résolution. Les mieux définis (Sony ou JVC HDV pro) flirtent avec les 235 à 250 kp. Il n'existe guère de valeurs intermédiaires entre les deux. Un grand nombre de pixels permet par exemple de mieux déceler une mise au point imparfaite. Mais la valorisation d'une petite image ne doit pas faire oublier que la vidéo est généralement destinée à être vue sur grand écran.


Côté taille, la tendance des afficheurs des camescopes est d'adopter une diagonale de 6,5 cm (2,5''), ou 6,9 cm (2,7'') selon le format de l'écran (4:3 ou 16:9). On trouve quelques écrans. Le format large devient la norme montante depuis 2005 : s'en dispensent certains camescopes entrée de gamme qui compensent par un faible prix. Mais en réalité, en raison du format 16:9, les écrans des camescopes ont proportionnellement diminué : c'est la tendance inverse de ce qu'on observe sur les APN dont les écrans sont progressivement passés de 1,8'' à 2'' puis à 2,5''. En effet, si on utilise un écran 16:9 en mode 4:3 (ce qui reste une tendance fréquente), la diagonale 4:3 s'avère plus petite que sur un écran 2,5'' : elle ne dépasse pas 5,5 cm (contre 6,5 cm). Donc si vous ne comptez jamais utiliser le format Wide, prenez en compte ce paramètre ! D'autant que quelques modèles offrent un affichage en 16:9 sur un écran 4:3 grâce au mode Letterbox qui respecte le format 16:9 au moyen de deux bandes noires en haut et en bas. A défaut, l'image sera simplement anamorphosée (déformée en hauteur).


Notez qu'on trouve aussi quelques écrans 5 cm (2'') et 9 cm (3,5''), dans les deux cas bien définis. Sur les petites diagonales, le confort de visée ou de relecture est plus restreint.



(Choisir son écran de camescope)

L'écran tactile

 

Il reste l'apanage de Sony (grand-public) et provoque parfois une vive hésitation au point d'être un "anti-critère" chez certains consommateurs ("je ne veux pas d'un écran tactile même si le camescope est bon"). Pourtant, son avantage est de permettre l'accès à la quasi totalité des réglages et fonctionnements du camescope, y compris la lecture de bande (en DV), via des pictos à même l'écran. Une fois l'habitude prise, un écran tactile est plutôt simple et agréable à utiliser. Ses détracteurs lui reprochent ou craignent que des traces de doigt compromettent la bonne lisibilité de l'écran. En réalité, c'est plutôt les forts ensoleillements qui créent des problèmes. Mais si vous filmez après avoir mangé des frites, évidemment ça n'arrange rien !


Autre reproche souvent entendu, l'absence de stylet ou encore la difficulté d'effectuer les réglages de la mise au point ou de l'expo sur écran. En effet, ce réglage se loge dans un sous-menu et s'avère moins pratique à utiliser que de presser un Joystick ou un bouton-poussoir. Cela dit, les modes Spotfocus et Spotmètre apportent une solution dans le cas fréquent d'un sujet décentré. L'écran tactile est surtout une arme redoutable pour les camescopes dotés d'un accès direct aux séquences (cas des DVDCam et des modèles HDD). En effet, au revisionnage, quoi de plus direct que de poser le doigt sur une imagette pour déclencher la séquence correspondante… Les écrans tactiles s'installent d'ailleurs peu à peu dans notre quotidien, que ce soit pour affranchir une lettre à une borne de la Poste, pour utiliser son Palm ou acheter un billet SNCF à un guichet automatique.


Grâce à l'écran tactile (Sony), la navigation au sein des pages est tout à fait intuitive. Un effleurement du doigt sur la vignette et la séquence est lue plein cadre. On peut passer de scène en scène avec une telle facilité qu'on a du mal ensuite à manipuler un camescope non-tactile ou a fortiori, sans accès séquentiel. De même, on passe très facilement du Menu Vidéo à Photo en cliquant sur l'onglet correspondant.



(Choisir son écran de camescope)

Stabilité, Zone de sécurité

aa

Contre toute attente, l'écran contribue indirectement à la stabilité du camescope ! En effet, les fabricants garnissent l'afficheur LCD de fonctionnalités diverses qui incitent à tenir l'écran de la main gauche pour actionner des fonctions de complément, voire centrales. La stabilité s'en trouve améliorée car le camescope est plus solidement maintenu qu'à une seule main. Les JVC Everio l'ont bien compris : un Joystick latéralement disposé sur l'écran donne accès à tous les réglages manuels, modes Programmes ou 16:9.


Dans une logique voisine, certains modèles Canon (série Canon MV900) arborent une manette de contrôle située en bas à gauche de l'écran. Elle permet d'accéder directement à la mise au point ou à l'expo, en un éclair. Elle s'accompagne de 4 boutons donnant accès au Menu, mode large, effets spéciaux et même à l'enclenchement de la lampe intégrée ! Autre tendance chez Panasonic dont le Joystick arrière à 4 directions, et garni d'un bouton-poussoir central, sert à changer de fonction, valider des choix, ou affiner un réglage ! Les repères s'affichent uniquement à l'écran. Nous, on trouve ça efficace. Mais certains utilisateurs détestent.


Chez Sony, philosophie différente : moins de fonctions mais tous les modèles (depuis l'entrée de gamme) disposent au minimum d'un zoom (à vitesse fixe, plutôt lent) et d'un report de commande d'enregistrement sur écran, qui font défaut aux concurrents.


Un élément indésirable (ici à gauche, une portière de voiture) peut passer inaperçu sur l'écran du camescope, faute de montrer l'image entière. Ce n'est qu'au montage que le défaut apparaît.


Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le cadre qu'affiche l'écran du camescope ne correspond pas à l'image réellement enregistrée. Il manque toujours un % d'image (au minimum 10%), en 4:3 comme en 16:9, avec ou sans stabilisateur, correspondant à une zone de sécurité (Safe Area). C'est ce qu'on appelle l'Overscan. Tous les camescopes adoptent ce principe car le cache d'une TV (même un écran plat) correspond plus ou moins à cet Overscan. Problème, lorsqu'on cadre une scène, elle peut comporter un élément indésirable invisible au tournage (voir notre exemple, une portière ouverte de voiture apparaît à gauche de l'image). Or ce "débord" ne passe pas inaperçu sur écran informatique ou dans certaines conditions d'affichage. Il en est de même des écrans plats dont le cache ne compenserait pas l'Overscan. Il faut donc parfois en tenir compte.


D'un camescope à l'autre, cette zone de sécurité est de dimension variable. Les camescopes pros n'ont pas ce problème grâce à un mode "Allscan" qui peut être constamment affiché et permet de contrôler la zone réellement filmée, alors que les modèles grand-publics ne bénéficient jamais de ce mode. Des utilisateurs en en ont fait les frais avec le FX1 Sony qui ne dispose d'aucun mode Allscan (contrairement à la HVR-Z1) et dont la Safe Area semble frôler les 20% (!). Il faudra voir si son successeur, le FX7, s'est amélioré sur ce point, au moins en réduisant l'importance de la zone de sécurité.
 



(Choisir son écran de camescope)

Visualiser l'écran en plein soleil

 
écran
écran

Ci-dessus, écran ancien qui s'obscurcit totalement en extérieur par plein soleil. Ci-dessous, dispositif hybride qui permet de bien distinguer l'herbe (images : © Sony)


 


De même, modifier un paramètre du menu du camescope ou accéder à un réglage qui passe par l'écran (chez Sony) s'avère tout aussi délicat. Peut-on aller plus loin ? Oui. Les écrans les plus perfectionnés exploitent la technologie OLED (Organic Light-Emitting Diode), mise au point par Kodak en 1995. Elle offre, outre une consommation moindre, un meilleur contraste et un angle de vision plus étendu qui ne nécessite pas d'être en face de l'écran ou qui permet de voir l'afficheur à plusieurs. Rares sont les modèles à en bénéficier, on recense pour l'instant surtout le Sanyo Xacti HD.


Mais même sans OLED, scrutez nos tests. Nous nous efforçons de préciser si l'écran est bien lisible par fort ensoleillement. Par ailleurs, le viseur a été supprimé de certains modèles pour aller dans le sens d'un gain important de compacité, d'un coût moindre et d'une simplification du circuit électrique. Exception faite de rares cas comme le JVC GZ-HD7, ou le Sony HDR-SR7, ce syndrome touche les camescopes à disque dur qui ont amplifié un phénomène qu'on a connu dès 2004-2005 chez Sony (notamment) avec son modèle PC53/PC55, muni d'un écran géant au détriment du viseur.



Seuls des "manchons" (plus joliment dit, des "parasoleil pour écran") comme ceux que proposent Hoodman, Kenko ou Cokin (distribués par Piktus) peuvent remédier à ce phénomène. Chez Hoodman, il existe 4 références de tailles destinées à des écrans de 6 à 10 cm de diagonale. La mise en place initiale du manchon ne prend que quelques instants. Celui-ci se fixe autour de l'écran grâce à un élastique et un rabat en velcro formant ainsi un "carré" protecteur. Enfin, 4 petites pattes fines détachables se fixent autour de l'écran pour que le manchon « adhère » à celui-ci sans gigoter. Simple mais efficace. Ces pare-soleils restent légers : entre 30 et 40 grammes. Le plus léger ne dépasse pas 15 grammes ! En cas de besoin, on (dés)installe facilement cet accessoire.


Peu importe la morphologie du camescope, le manchon s'adapte. Toutefois, on notera une réserve pour les écrans tactiles à même de piloter certaines fonctions. En effet, la présence du manchon implique de « plonger » son doigt. De même, l'accessoire peut rendre délicat l'accès à certaines fonctions situées sur l'écran. En général, il s'agit de fonctions annexes, mais pas toujours avec la prolifération des zooms et des reports de commande sur écran. Mais l'écran n'est pas toujours ceinturé de fonctions indispensables. Quoi qu'il en soit, ce paresoleil pour écran, que nous avons essayé avec succès, dépannera plus d'un vidéaste confronté aux ardeurs du dieu Râ !


Références Hoodman : H180 (3,5x4 cm pour écran 1,8'', 24,90 euros), H200 (3,5x5 cm, pour écran 2,5'', 29,90 euros), H300 (6,5x4 cm, pour écran 3'' , 29,90 euros) et H400 (6x8,5 cm pour écran 3,5'' , 34,90 euros). Un parasoleil existe aussi chez Cokin (R880, 14,95 euros) pour s'adapter à tous types d'écrans jusqu'à la taille 35x45 mm. Il s'accroche au moyen d'un cordon élastique ajustable qui entoure le corps du boîtier. Il s'adapte bien aux APN par exemple. En prime, il ne pèse que 15 grammes !


Enfin, chez Kenko on trouve le DW-46 (29,90 euros, 48x55x42). C'est aussi un pare-soleil mais il est en plus muni d'une loupe amovible intégrée (dans le paresoleil) qui permet d'obtenir un grossissement de x5. Ce paresoleil en PVC s'adapte à tous les écrans jusqu'à 5 cm de diagonale. On préférera toutefois le modèle DW-65V (44,90 euros, 65x60x50 cm) qui s'adapte à des écrans plus courants de 6,5 cm. La loupe grossit pour sa part x3.



(Choisir son écran de camescope)

Particularismes, Réglages

écran

Tous les écrans peuvent se retourner en mode Miroir pour réussir un auto-filmage par exemple ou pour qu'un enfant puisse cabotiner devant l'objectif. Ce même mode Miroir sert de source lumineuse d'appoint chez Panasonic pour éclairer une scène dans le mode de Visualisation nocturne 0 lux. La portée de cette mini-lampe est faible (1,20 mètre environ) mais elle dépanne.


Système plus ingénieux, celui de JVC : sur la quasi-totalité de sa gamme, l'ouverture de l'écran (ou la manipulation du viseur) met en route le camescope. C'est malin et pratique.


Plus gadget, un indicateur de niveau (débrayable) chez Canon, divise l'écran en deux sections horizontales égales. Ce repère est censé assurer une meilleure horizontalité en 16:9 notamment. Enfin, de nombreux camescopes permettent de retirer - en partie ou totalement - les infos qui s'affichent à l'écran, lesquelles ont souvent une forte propension à "brouiller" le cadre. A l'inverse, la plupart des modèles autorisent - moyennant un paramétrage spécifique du Menu - l'incrustation à la copie en exploitant la sortie composite du camescope. Chez Sony par exemple, il s'agit de la sortie AFF du Menu Regl. Norm puis sortie V/LCD.


écran


écran

Quel réglages sont possibles sur un écran ? Une fois encore, tous les camescopes ne se ressemblent pas. Le minimum à exiger, c'est un réglage de la luminosité, généralement accessible via le Menu. Et de préférence, d'accès facile. La gamme Panasonic se distingue avec un double réglage de luminosité et de contraste. Les modèles les mieux armés permettent de jouer à la fois sur la luminosité, le niveau de contrejour et l'intensité de la couleur de l'écran. Attention, en cas de modification provisoire pour contrer des conditions d'ensoleillement exceptionnel par exemple, l'écran conserve ses réglages après extinction du camescope ou même extraction de la batterie. Pensez donc à le réajuster lorsque le soleil aura disparu. Bien sûr, tous ces réglages ne jouent que sur l'affichage des images sur l'écran, sans affecter le rendu réel de la scène.



(Choisir son écran de camescope)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide