Magazinevideo > Caméras & Photo > Tests photo > Tests compacts experts et bridges

Panasonic DMC-FZ1000

Le 4K pour 900 euros

06 novembre 2014 par Thierry Philippon - Mis à jour le 06 novembre 2014

APPAREIL PHOTO BRIDGE PANASONIC DMC-FZ1000

Prix fabricant : 900 Euros
 

FZ1000

Le FZ1000 est le premier bridge en 4K (UltraHD). Panasonic connaît bien les bridges, il en détient 35% de parts de marché. Avec l'adoption du 4K (en 25p à 100Mbps), Panasonic prend le relais de son GH4 en 4K. Le FZ1000 sait aussi enregistrer des vidéos FullHD en 50p (28 Mbps) ou 25p et même en FullHD au ralenti. Il est même possible d’extraire une photo ultra détaillée de 8Mp à partir du film 4K. Rappelons qu'il faut des cartes SDHC ou SDXC Class 4 (ou plus élevée), et pour le 4K ou la vidéo haute vitesse spécifiquement, SDXC UHS 3 selon Panasonic, mais des UHS I, moins chères, semblent parfaitement convenir.


Le Lumix FZ1000 arbore une optique LEICA lumineuse au grand-angle (f/2.8) et un zoom optique avantageux (x16), donnant des équivalences de 25-400mm ou 37-592mm (en 4K). Mais c’est le capteur 1 pouce de 20.1 Mp qui retient l’attention sur un bridge, bonjour les beaux bokehs !


Pour contrôler parfaitement le 4K, le FZ1000 a soigné son viseur OLED dont la résolution est de 2,39 Mp et 100%. Ajoutez l’écran orientable de 3’’ (921000 points).


Comme sur un reflex, le FZ1000 déploie une bague de zoom ou de MAP manuelle (par commutation). Et comme sur certains compacts, on a droit à une commande de zoom. L’Autofocus n’est pas en reste, il annonce une réactivité de 0,09s seulement, c’est 2 fois mieux que les bridges conventionnels. Enfin le mode rafale est de 12 /images/seconde en pleine résolution. Pas mal…


Connexions Wifi et NFC ferment la marche, avec l’application Panasonic Image App (disponible sur iOS et Android).


Le FZ1000 se singularise autant par des qualités que par de gros défauts, sur lesquels je reviens au chapitre suivant.


FZ1000

> LIRE LA SUITE : Le test vidéo du Lumix FZ1000

Le test vidéo du Lumix FZ1000

FZ1000

Avec le FZ1000, Panasonic tente avec force de redorer le blason des bridges, un peu dévalorisés face à la percée des reflex, et au succès des C.O.I. Pour redonner des couleurs au bridge, le constructeur utilise un procédé imparable : il intègre les atouts d'un modèle quasi pro et à succès de la marque, le GH4, dans la cahier des charges de son bridge.


Toutefois le FZ1000 doit lutter contre le Sony DSC-RX10. Ce dernier est un authentique bridge disposant également d'un capteur 1 pouce. Le Sony est par ailleurs situé dans une gamme de prix plus proche du FZ1000 que ce dernier ne l'est du GH4. J'évoque donc de temps en temps des comparaisons objectives avec le DSC-RX10.


FZ1000

Intrinsèquement, FZ1000 et GH4 héritent d'une même "matrice". Les similitudes entre le FZ1000 et le GH4 concernent le design, de face de loin, mais aussi en scrutant la face arrière (de près cette fois), qui comporte presque les mêmes emplacements de boutons, molette arrière et pavé de commandes. Un bouton manque, c'est celui, à verrouillage du GH4, qui est au centre du sélecteur de modes et qui permet de prévenir accidentellement toute erreur de programme. Autre différence, le bouton vidéo est sur le dessus du FZ1000 au lieu d'être à l'arrière mais ce sont d'infinis détails sachant que sur les deux produits, on peut aussi affecter le bouton avant (de mise au point / déclenchement) à la vidéo. Les 5 boutons personnalisés (et le raccourci général) offrent la même ergonomie bien pensée que sur le GH4.


Même le poids, l'encombrement et la prise en mains se valent (à objectif comparable sur le GH4). Par exemple, le FZ1000 pèse 831 grammes au complet contre 825 grammes pour un GH4 équipé du dernier 14-140 mm. Il est à noter que le poids du FZ1000 est également comparable à celui du RX10.


Les similitudes se poursuivent au niveau du menu, extrêmement proche et la présence d'un grand nombre de fonctionnalités pointues communes comme le peaking, le zébra, l'histogramme, les styles Photo (Cinelike D et V compris, seul le paramètre "teinte" manque à l'appel), les modes iDynamique et iResolution, le correcteur d'horizon, le détecteur d'oeil, le réglage du son, le paramétrage des hautes lumières, l'enregistrement des paramètres préférés (les fameux C1, C2) et quelques dizaines d'autres fonctions ! Les modes PSAM sont bien sûr conservés et on retrouve le précieux mode M donnant accès au mode "Films créatifs". Au passage, l'Autofocus est pratiquement aussi performant, nous y revenons plus loin.


FZ1000

L'autre gros point commun est l'adoption du 4K en vidéo - point qui nous intéresse plus particulièrement - offrant la résolution 3840x2160, soit 4 fois le FullHD. On recense aussi un ralenti en FullHD (« Vidéo haute vitesse ») qui enregistre obligatoirement vos séquences en 1080/25p à 20 Mbps. Même si on ne peut faire varier la cadence comme sur le GH4, c'est bien pratique.


On dispose aussi de modes en AVCHD plus classiques comme le fameux 1080/50p à 28 Mbps ou encore des débits à 24 ou 17 Mbps. Les débits sont différents en AVCHD et en MP4 excepté pour le 28 Mbps en 1080/50p qu'on retrouve dans les deux extensions. Pas de 4K en AVCHD bien sûr. Pas d'extension MOV comme sur le GH4 (le MP4 le remplace) ni de débit à 200 Mbps. Au niveau photo, on conserve le choix entre les formats 4:3, 3:2, 16:9 et 1.1. Et on peut naturellement enregistrer en RAW, en plus du JPEG. Notez que la sortie HDMI peut délivrer un signal 4K pour la vidéo comme pour les photos.


Le mode 24p n’existe pas tout à fait comme sur le GH4. En fait, on peut opter en AVCHD seulement, et sans éteindre / rallumer le boîtier, pour une qualité d'enregistrement en FullHD en 24p (enregistrement et sortie capteur 24p) à 24 Mbps. Et c'est tout. Du coup, pas de vrai 4K cinéma non plus, mais ce n'est pas très grave. Signalons aussi l’absence de mode 60p et de XAVC-S (présent chez Sony).


Panasonic a donc conçu un produit qui est le premier "appareil photo" à moins de 900 euros à exploiter de l'UltraHD dit "4K" (si l'on excepte le HX-500 de la marque). D'ailleurs beaucoup d'observateurs reprennent cet argumentaire constructeur à leur compte en ajoutant parfois des superlatifs qui donneraient immédiatement envie d'acheter le produit. On a même entendu les termes de « reflex killer  » ! Il est vrai que l'image est aussi superbe que sur un GH4, et les possibilités de réglages sont assez proches puisqu'on retrouve les fameux styles Cine-Like D et Cine-Like V, normalement réservés aux produits pros. De quoi donner un vrai look cinéma à ses images et des facultés d'étalonnage réels.


Par ailleurs, le Ralenti à haute vitesse, quoique non variable, et "limité" au FullHD en 20 Mbps, est excellent et tout à fait exploitable (et vérifiable dans l'instant !) comme en atteste nos essais (à venir). Attention, on ne peut pas changer de focale durant le Ralenti, ni stabiliser l'image (le Ralenti stabilise à la place en quelque sorte) ni ajuster le point. Et il n'y a aucun son enregistré durant le Ralenti.


Pourtant, mes propos vont être globalement bien moins enthousiastes que ceux de mes confrères. Une certitude : les possesseurs de GH4, au cas où ils en douteraient, peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ils ont un produit plus cher mais pas "trop cher payé". Et le Sony RX10 n'est pas si surpassé par le FZ1000 qu'on aurait pu le penser dans un premier temps.


25-400

Un bridge reste un bridge, avec une optique non-interchangeable. Celle du FZ1000 n'est pas surdimensionnée avec un raisonnable (quoique puissant) zoom x16 (étendu x32) qui permet d'atteindre des valeurs intéressantes jusqu'à 582 mm, couvrant l'essentiel des besoins habituels d'un photographe - vidéaste. Il bat nettement sur ce terrain le RX10 et son "modeste " 24-200 mm". Psychologiquement, on notera d'ailleurs le "400" du FZ1000 à mettre en perspective du "200" du RX10.


Le FZ1000 se prend bien en mains, les touches personnalisables ou à accès direct, les molettes, en font un produit très ergonomique et rapide, mais il est un peu joufflu, et carré, surtout par rapport au RX10 de Sony.


FZ1000

Lorsqu'on allume l'APN, le zoom se positionne très rapidement, bien plus vite que sur un RX10, mais le bruit du zoom (un bruit de "casserole") reste particulièrement audible, amenant à conseiller de post-sonoriser si vous voulez éviter ce bruit.


La bague de mise au point est aussi celle du zoom, ce qui implique de ne pas se tromper (fréquentes erreurs au début). L'Autofocus hérite des modes de mise au point du GH4 (AFS / AFF, AFC, MF) valables en photo comme en vidéo. Mais surtout, l'AF est nerveux à souhait (0,09 seconde). Rien d'étonnant : c'est encore un héritage du GH4 et de son AF "prédictif" qui sait toujours dans quelle direction aller. Dans certains cas, l'AF réagit aussi bien que sur un camescope. Mais ce n'est pas systématique.


Un point important : le réglage par bague du Focus s'obtient en commutant un sélecteur à même l'objectif. Mais l'existence d'un second commutateur destiné au stabilisateur (Power OIS) fait qu'à l'aveugle, on se trompe de commutateur parfois.


L'optique n'est pas si exceptionnelle en matière d'ouverture car si l'ouverture maximale au grand-angle est séduisante (f/2,8), celle au télé est moins intéressante (f/4.0.) et on perd assez rapidement le f/2,8 dès les valeurs moyennes de focale. L'ouverture constante était sans doute difficile à réaliser... Certes, le DSC-RX10 propose une ouverture constante de F/2.8 mais sur la base d'un 24-200 mm et non d'un 25-400 mm.


De plus, l'ouverture minimale démarre à f/8 en photo et même f/11 en vidéo.


Iso 200 Iso Auto
En théorie, un capteur 1 pouce à la cible plus petite (8,8 x 13,2 mm pour une diagonale 15,86 mm) délivre des bokehs moins frappants qu'un M43 type GH4 (13x17,3 mm, diagonale 21,6) mais en pratique on obtient des bokehs assez proches. La sensibilité en basse lumière est aussi assez proche à 200 Iso, mais quand on pousse les Iso, le FZ1000 est rapidement à la peine. Notez qu'en manuel, les valeurs d'Iso commencent à 120 Iso contre 200 Iso sur le GH4. La limite étendue est à 25600 Iso sur les deux boîtiers. En vidéo comme en photo, on peut paramétrer une limite Iso (par exemple 800 Iso) qui évite à l'appareil de monter trop rapidement dans les Iso, ce qu'il a tendance à faire sinon, à des focales Télé notamment.
sans stabilisateru FZ1000
avec stabilisateur FZ1000
4K FZ1000

La valeur grand-angle est sujette à caution : elle est tout à fait généreuse (25 mm) en photo ou en FullHD mais les choses se gâtent si vous activez le stabilisateur (28 mm) et le compensateur d'horizon (31 mm) et c'est même pire si vous exploitez le 4K, qui reste un des intérêts de cet appareil. En effet, en 4K, l'on revient à des époques qu'on croyait révolues, avec une focale minimale qui culmine à... 37 mm. On est au-delà du semi grand-angle et ça se voit quand on est habitué à des valeurs inférieures ou quand on compare !


Ainsi, comme on le discerne de façon frappante sur les 3 images ci-dessus réalisées depuis le même point de vue, le grand-angle varie beaucoup selon le mode utilisé : en FullHD sans stabilisateur, puis en FullHD avec stabilisateur, puis en 4K, avec ou sans stabilisateur. Dans le cas du 4K, l'arrosoir à droite est coupé en deux par rapport à l'image initiale en FullHD sans stabilisateur, et le portail de l'auge, à gauche, ne fait plus partie du cadre. Impressionnant !


A noter : il existe un réglage (Normal ou Panning) mais qui se destine uniquement à la photo.


 


FZ1000

Le FZ1000 compense par un vrai stabilisateur qui fait merveille et qui est débrayable directement depuis l'objectif (contrairement au Sony). Nos séquences comparatives en attestent sans discussion. Mais là encore, en 4K, l'absence de grand-angle crée une sensation bizarre, de moindre fluidité. Rien d'étonnant : même sans stabilisateur, le très grand-angle contribue grandement à fluidifier la perception du mouvement. En conclusion, on bénéficie avec le FZ1000 d'un gain très net par rapport à un GH4 par exemple (la stabilisation en marchant n'est pas extraordinaire avec un 12-35 mm) mais dans le même temps, le bénéfice de ce stabilisateur n'est vraiment criant qu'en FullHD, pas en 4K. Soyons juste : au téléobjectif, 4K ou FullHD, le stabilisateur demeure efficace.


Zoom FZ1000

Il est d'autant plus intéressant de bénéficier d'un bon stabilisateur sur ce point qu'en bon bridge, le FZ1000 peut zoomer. C'est un avantage sur un reflex. Ce zoom a même une une supériorité sur le RX10, c'est qu'il est capable d'avancer "par saut de puce", avec une information très claire sur écran / viseur, permettant ainsi de choisir la focale la mieux adaptée à votre sujet. Mais ce zoom électrique, lorsqu'on l'exploite en enregistrement vidéo, s'avère assez rapide, sans vitesse lente : aucune comparaison possible avec le zoom d'un camescope ! On peut zoomer également, main sur la bague de zoom, mais on ne zoome pas plus doucement pour autant.


En revanche, le FZ1000 est dépourvu de bague de diaphragme et ça, c'est quand même un inconvénient, surtout par rapport au DSC-RX10 qui en est équipé.


écran FZ1ààà
Un autre point crucial du FZ1000 est son système de visée. L'écran est orientable comme sur un GH4, et d'une qualité de résolution presque identique (3 pouces de 921 Kp au lieu de 1040 Kp). Par ailleurs, contrairement au RX10, l'articulation de l'écran est plus convaincante, le Sony ne pouvant pas s'articuler dans toutes les directions. En revanche, on est très surpris de l'absence de surface tactile sur le FZ1000. D'abord on ne comprend pas qu'un bridge à 900 euros sacrifie cette interface "homme-machine" si pratique et si répandue. D'autre part, le non-tactile rend impossible la fonctionnalité d'Autofocus avec suivi sur écran, pourtant si efficace. Toutefois le RX10 est aussi non-tactile, donc un mauvais point partout...
Viseur FZ1000
Le viseur est moins discutable : c'est un 0,39'' de 2,35 Mp (!) bénéficiant d'un champ de vision de 100%. Une belle réussite. Le détecteur d'oeil est présent, il peut s'avérer agaçant car si vous passez juste la main devant le viseur, l'écran s'éteint pendant cet intervalle. A débrayer dans ce cas.
connectique

Côté finition, celle-ci est un peu moins convaincante que sur le GH4 : on aime moyennement les plastiques de la connectique du FZ1000 par exemple. L'autonomie de la Batterie DMW-BLC12 est honnête, sans plus : 65 à 70 minutes en réel. Le chargeur autonome, est fourni, une habitude de Panasonic ici confirmée (et un plus sur le RX10). Une grimace en revanche pour l'emplacement batterie qui est moins bien étudié que sur le GH4 car il est couplé à celui de la carte mémoire : le moindre changement de cette dernière (pour changer de carte ou vérifier un test), implique de ne pas être sur trépied. C'est un détail au sens où chacun n'est pas concerné, mais c'est toujours un peu agaçant.


micro FZ1000

La prise Micro, est bien là et l'audio est bien réglable par paliers, de la même façon que sur l'onéreux GH4. Mais ma grosse fâcherie finale concerne malgré tout l'audio. D'abord, l'absence de prise casque est l'illustration parfaite de ces mesquineries qui se retournent contre le fabricant. Si c'est pour conserver au GH4 toute la connectique idéale, c'est idiot. Et si c'est pour une autre raison, elle est forcément mauvaise, d'autant que le rival (DSC-RX10) est bien équipé des prises micro ET casque ! L'audio est réglable, il est donc étonnant de devoir se contenter des vu-mètres. A noter l'existence d'un micro-zoom, absent du GH4 et d'un filtre coupe-vent.


Micro FZ1000

Mais le clou est le bruit de cliquetis - permanent et quelle que soit la position ou le mode choisis - que produit le micro intégré du FZ1000. J'ai d'abord cru qu'il s'agissait du stabilisateur mais même débrayé, le bruit continue. Ce n'est pas non plus l'Autofocus... Je pense qu'il s'agit tout de même d'un bruit électronique typique, peut-être le stabilisateur tout de même. L'intensité du bruit est rare à ce point, je ne l'ai retrouvée que sur un camescope GW66, et sur certains camescopes Panasonic mais il s'agissait du bruit du ventilateur, qui pouvait passer inaperçu car il émettait un souffle continu et seulement, en cas de chauffe.


Ici, la courbe du bruit est irrégulière, attirant l'attention et je me suis dit qu'il y avait peut-être un souci avec le modèle prêté. J'ai donc cherché des vidéos sur le Web : la recherche fut ardue car l'immense majorité des youtubeurs musicalisent leurs vidéos et aucun de me confrères n'a apparemment relevé ce défaut. Mais j'ai fini par trouver la vidéo d'un musicien qui a lui aussi remarqué cette nuisance, et s'en étonne. Il faut aller jusqu'à 1'30" pour entendre et comparer le bruit.


Un autre youtubeur évoque ce défaut que j'ai d'ailleurs retrouvé dans une 2e vidéo. Il s'agit donc visiblement d'un problème en série. Ce défaut est inexistant sur un GH4 et à ma connaissance, sur un RX10, également. Le moyen de contrer ce défaut est celui-là même utilisé par le musicien : l'utilisation d'un micro externe, tel que le Videomic ou tout autre microphone. Panasonic arguera qu'il a pourvu son FZ1000 d'une prise Micro, il présente d'ailleurs son bridge avec un micro, mais à 900 euros, ça passe mal...


Panasonic DMC-FZ1000

 



(Panasonic DMC-FZ1000)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de votre soutien

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

APPAREIL PHOTO BRIDGE PANASONIC DMC-FZ1000

Prix fabricant : 900 Euros
Voir les 35 avis d'internautes et donner le vôtre