Magazinevideo > Actus > Actus vidéo pro

DJI lance le Ronin-SC, son stabilisateur compact

05 juillet 2019 par magazinevideo


DJI lance le Ronin-SC, stabilisateur qui se présente comme un modèle compact. Pour comprendre un tant soit peu l'intérêt de ce nouveau produit, il suffit de jeter un oeil sur notre test du Ronin-S, lancé en 2018. Dans le verdict, le poids conséquent faisait partie des points contestés. Le Ronin-S était bien adapté pour des gros boîtiers, avec des optiques conséquentes mais s'avérait inutilement lourd pour des boîtiers plus légers. DJI doit aussi répondre à l'offensive de son concurrent principal, Zhiyun, qui a commercialisé le Crane3 Lab et le Weebill Lab (testé sur magazinevideo), deux modèles compacts autour de 1,2 kilos avec batterie. On pourrait aussi ajouter un autre rival, le Moza Air 2, que notre collaborateur Benjamin Tantot avait testé sur sa chaîne YouTube.
 
 
Pragmatique, le constructeur chinois se lance dans la compacité. Est-ce une nouvelle gamme ? Difficile à dire. Une certitude : le Ronin-SC pèse 1,1 kg nu, soit un poids environ 40% inférieur au Ronin-S et ses 1,85 kg nus (!). Du coup, au lieu de supporter 3,6 kg de charge maximum comme le Ronin-S, la charge utile du Ronin-SC descend à 2 kilos environ. Une différence qui devrait se sentir sérieusement, avec un ou deux bras selon les cas. 
 
Les dimensions sont aussi plus réduites : 220 x 200 x 75 mm seulement contre 486 x 202 x 185 mm sur le Ronin-S, les dimensions du Ronin-SC devraient logiquement faciliter son rangement, surtout qu'il est détachable. Un concept qui sied davantage aux voyageurs, à la portabilité... et aux appareils hybrides sans miroir.
 
Car pas de secret, ce sont bien tous les appareils sans miroir qui sont la cible prioritaire, voire exclusive. Pour se repérer, DJI fournit d'ailleurs une liste de boîtiers photo compatibles comprenant 70 combinatoires testées : par exemple le Nikon Z7 avec 24-70 mm, le GH5 avec 12-60 mm ou 12-35 mm (mais pas le 14-140 mm), le Sony A6300 avec 24-105 mm ou 16-70 mm, le Sony A7M3 avec 24-105 mm ou 24-70mm, le Fuji X-T3 avec 18-55mm, le Fuji X-H1 avec 18-135mm, ou encore le Canon Eos R avec 35 mm ou 60 mm. Certains appareils ne font pas partie de la liste mais seront compatibles (un GH4 par exemple).
 
La compacité a par ailleurs une répercussion sur le prix qui s'avère bien moindre que sur le Ronin-S puisque le tarif du Ronin-SC descend à 359 euros de base ! Une version plus évoluée, le Ronin-SC Combo Pro, existe aussi à 459 euros avec un moteur Focus (Focus Wheel) plus léger et un dédoubleur RSS (contrôle Start/Stop). Des prix qui restent très agressifs.
 
Le faible prix ne provoque pas de mauvaise surprise côté autonomie : elle atteindrait 11 heures, soit quasiment celle du Ronin-S (12 heures).
 
 
Comme sur le Ronin-S, on retrouve le principe du bras de l’axe de roulis non obstrué, point très important pour un bon monitoring en direct de la scène. À l’instar du Ronin-S, on trouve aussi le contrôle des mouvements de la nacelle avec le joystick réactif qui nécessitera d'être testé. Différents modes et paramètres de nacelle sont accessibles via le bouton Mode (M) et la gâchette. 
 
Le Gimbal étant plus léger, le mode Sport accentue la réactivité de la nacelle, en maintenant le bouton M enfoncé.
 
Pour chaque axe, un verrou est proposé, qui devrait faciliter l'équilibrage. De plus, le Ronin-SC revendique un verrouillage de position, c'est à dire qu'une fois la nacelle équilibrée, quelques secondes suffisent d'après DJI pour détacher la caméra ou la réinstaller.
 
 
Passons aux caractéristiques marquantes du Ronin-SC :
 
- La plus spectaculaire se nomme ActiveTrack 3.0 : DJI est très en pointe dans ce domaine. La fonction ActiveTrack permet, à l’aide de votre smartphone, de sélectionner un sujet que la nacelle suivra automatiquement. Comment ça marche ? En fait, ActiveTrack 3.0 se sert de la propre caméra du smartphone pour capter des données et les envoyer au Ronin-SC. Les utilisateurs peuvent installer ce smartphone sur le boîtier caméra grâce à la griffe de fixation supérieure, lancer l’application Ronin et sélectionner le sujet à suivre automatiquement. 
 
ActiveTrack intègre en plus de nouveaux algorithmes de deep learning (carrément !) et des calculs optimisés pour détecter les silhouettes humaines. 
 
- Nouveau Force Mobile : inspiré de Force Pro, ce mode synchronise le mouvement de votre mobile (iOS pour le moment uniquement !!) avec la nacelle du Ronin-SC. Les mouvements de la nacelle peuvent s'opérer à une distance de 25 mètres à l’aide de la nouvelle connexion Bluetooth 5.0.
 
 
 
- Comme sur le Ronin-S, Trois profils sont personnalisables pour régler des paramètres comme la puissance des moteurs (celle du Ronin-S était excellente) ou le mouvement de rotation du roulis à 360° qui peut être enregistré en le sélectionnant dans l’application. 
 
-Timelapse : le Ronin-SC peut créer des timelapses en réglant les paramètres de l’intervalle, de la durée de la prise de vues et du nombre d’images par seconde. Sa version améliorée est le Timelapse en mouvement, également possible. 
 
 
-Motion Control : dans ce mode, les utilisateurs peuvent définir plusieurs trajectoires en paramétrant jusqu’à 10 points de repère.
 
-Panorama : format horizontal ou vertical.
 
Côté finition, le Ronin-SC est basé sur un alliage de magnésium, d’aluminium et de matériaux composites dont DJI assure qu'il "résiste à toutes les épreuves d’un usage quotidien". 
 
 
Prix et Disponibilité :
Ronin-SC : 359 euros de base,
Ronin-SC Combo Pro : 459 euros avec moteur Focus + dédoubleur RSS
Disponibilité : Juillet 2019
 
Ce matériel sera prochainement testé par notre rédaction

Acheter

Stabilisateur DJI Ronin-SC

Articles correspondants

 

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Mon commentaire (1000 caractères maxi)
Je valide

Vos avis !