Magazinevideo > Actus > Actus multimédia

Cinéma et Vidéo, l'art de la débrouille

13 mai 2019 par Thierry P.


Agnès Varda. Pour celle qui fit sienne une pratique régulière des caméras amateurs, l'affiche du 72e Festival de Cannes, qui met en valeur cette grande Dame disparue il y a quelques mois, est un bel hommage. On y voit Agnès Varda, alors âgée de 26 ans seulement, se lancer dans son tout premier film. Cette oeuvre qu'elle réalise en 1955 dans la région de Sète s'intitule "La Pointe courte", avec dans les rôles principaux, une certaine Silvia Monfort et les débuts de Philippe Noiret. Un film de plus de la cinéaste-vidéaste à redécouvrir ! 
 
Pour atteindre la bonne hauteur de vue d'une des scènes du film, la réalisatrice compense son absence de moyens techniques, en montant sur une mini-plateforme, puis sur le dos d'un membre de l'équipe du tournage, lequel semble s'appuyer sur une mallette de matériel.
 
Cette affiche-hommage vient confirmer l'état d'esprit de la réalisatrice de Visages Villages et de Cléo de 5 à 7... Même quand on est désavantagée par la taille, et que la liberté d'esprit n'est pas compatible avec des gros moyens financiers, il y a toujours moyen de faire appel à l'inventivité. Une manière de rappeler aux spectateurs et imagiers que nous sommes, que le cinéma est avant tout un métier artisanal, une profession faite de bricolages incessants, d'astuces renouvelées et d'un sens aigu de la débrouille. Bon Festival Mme Varda...
 
la photo originale avant montage
 
© Montage photo et affiche : Flore Maquin 

Articles correspondants

 

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Mon commentaire (1000 caractères maxi)
Je valide

Vos avis !