Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels de montage > Tests de logiciels de montage PC

Test PowerDirector 17

un logiciel toujours aussi intuitif

 

25 septembre 2018 par Thierry P.

PowerDirector 18 Ultra

Prix fabricant : 99,99 Euros
 

powerdirector 17

PowerDirector 17, le logiciel de montage de Cyberlink, reste l'un des logiciels les plus simples à prendre en mains sous Windows. Le logiciel taiwanais concurrent de Video Deluxe, Premiere Elements et Studio de Pinnacle, vise plus spécifiquement le public débutant ou celui qui vient de l'univers photo. Pour autant, il a plus d'une fonctionnalité dans sa besace !


PowerDirector 17 comprend 2 versions : Ultra, et Ultimate alors que ses rivaux en proposent parfois 3. La version la plus riche, Ultimate, offre en sus des fonctionnalités de la version Ultra, plusieurs plugins et effets premium signés CyberLink, ainsi que des outils pros (titrages, effets…) provenant de NewBlueFX, proDAD, et BorisFX.


Après un passage en revue du nouveau système d'abonnement et des fonctionnalités spécifiques à PowerDirector 17, je m'attarde sur un essai réel de montage et d'export avec PowerDirector pour étudier si ce logiciel est aussi simple qu'il le prétend !


Interface PWD17

Côté tarifs et modèle économique, Cyberlink propose désormais une option d’abonnement intitulée PowerDirector 365 (=365 jours) pour inciter les utilisateurs à disposer des derniers outils et mises à niveau disponibles. 


L'obtention d'une licence de PowerDirector 365 est possible pour 1, 3 ou 12 mois (entre 20 et 70 euros). PowerDirector 365 offre ainsi un service donnant accès à 50 Go de stockage dans le "Nuage" de Cyberlink ainsi qu'à une collection de plugins et effets Premium, incluant les Packs AI de CyberLink. Les Packs AI comprennent Van Gogh AI Style Pack, Impressionniste AI Style Pack Vol. 1, Chinese Traditional Paintings AI Style Pack, et Impressionist AI Style Pack Vol. 2.


Cyberlink dispose aussi d'une offre complète baptisée Director Suite 365 qui comprend tous les logiciels de Cyberlink (PowerDirector 17, PhotoDirector 10, ColorDirector 7, AudioDirector 9). Remarquez que la précédente Suite Multimédia se nommait déjà "Director Suite", l'éditeur a donc juste ajouté "365".


Cyberlink rejoint ainsi la logique des applications d'Adobe qui sont disponibles sur abonnement. Néanmoins, et à la différence fondamentale d'Adobe, Cyberlink conserve (pour l'instant ?) ses Licences Perpétuelles pour ses versions PowerDirector 17 Ultra et PowerDirector 17 Ultimate, et pour son pack PowerDirector 17 & PhotoDirector 10. Seul Director Suite 365 ne propose que la formule Abonnement qui coûte entre 30 et 130 euros selon le nombre de mois souscrits.


Par ailleurs, la comparaison avec Adobe, aux yeux des utilisateurs de Photoshop ou de Premiere Pro, est à relativiser, les gammes des logiciels n'étant pas strictement comparables avec PowerDirector ou PhotoDirector. Par contre, Cyberlink est en concurrence avec Photoshop Elements ou Premiere Elements : le passage à l'abonnement pour Cyberlink est donc un pari sur l'avenir.


PowerDirector 17 comprend 2 versions : Ultra, et Ultimate. La version la plus riche, Ultimate, offre en sus des fonctionnalités de la version Ultra, plusieurs plugins et effets


Passons à présent à la synthèse des nouveautés de PowerDirector 17.



> LIRE LA SUITE : Synthèse des nouveautés de PWD17

Synthèse des nouveautés de PWD17

PWD17

PowerDirector 17 continue d’innover avec le perfectionnement du montage à 360°, et la stabilisation vidéo notamment.


Voici le détail des nouveautés et améliorations de PowerDirector 17 :


ÉDITION 


- + de contrôles de styles dans le concepteur de Collage vidéo. 


Cette fonctionnalité permet toujours l’affichage de 7 vidéos qu’il est possible de lire simultanément, ainsi que des effets de début et de fin animés. Les améliorations portent sur les séparations entre chaque section qui peuvent être coloriées / agrandies et l'organisation des Paramètres qui est concentrée dans la même fenêtre. Retrouvez en détail cette fonction apparue dans la version 16.


- Interopérabilité du concepteur de Collage et MultiCam.


Autrement dit la faculté d'importer des vues Multicam dans le Concepteur de collage vidéo. Notre avis :Une bonne idée mais un peu gadget.


PWD17

ÉDITION AVANCÉE


-Stabilisation vidéo à 360 degrés améliorée.


Généralement les vidéos à 360° se développent, mais pas leur stabilisation. Voilà qui est fait !


- Edition de vidéos nichées : 


Cette curieuse expression désigne la faculté d’ajouter et de modifier plusieurs projets dans la même ligne de scénario pour une édition plus efficace.


prédécoupage PWD17

- Prédécoupage Vidéo : 


PowerDirector peut désormais pré-découper de longs clips en segments courts. Notre avis : C'est peut-être l'une des fonctions les plus utiles de cette version 17 car le prédécoupage est très pratique plutôt que de poser le clip entier sur la ligne de temps.


 
clé chromatique PWD17

- Clé chromatique à échantillonnage multiple :


Désormais, vous pouvez effectuer un montage d'écran vert de style Hollywoodien grâce à un moteur amélioré de clé chromatique et à un échantillonnage des couleurs à clé multiple. Notre avis : encore une fonction très utile !


- Édition de l'opacité des images clé : 


Cette édition permet de créer des images-clés sur une opacité pour faire varier son intensité. Notre avis : une belle fonction qui existe en professionnel mais qui est rare en grand-public. 


suivi de mouvement

- Suivi de mouvement amélioré (image par image) : 


Une meilleure précision dans le suivi de mouvement grâce à un contrôle image par image.


 
 
 
 
éditeur audio PWD17

FLUX DE TRAVAIL AMÉLIORÉ


-Édition audio intégrée et étendue : 


Comme son nom l’indique, l’audio est désormais intégré au reste du montage d'un simple clic droit de la souris. Notre avis : c'est vraiment mieux ainsi par rapport à PowerDirector 16.


- Ajout de webcam PiP lors de l'enregistrement :


faculté de pouvoir ajouter une webcam en Pip (Picture in Picture) lors de l’enregistrement.


- Capture avec codec H.264 : 


autrement dit, capture mieux compressée grâce au codec H.264.


- Sélection de profil le mieux adapté :


le principe est simple : sélectionner le profil le mieux adapté à votre vidéo par rapport aux clips source. 


PWD17

- Prise en charge étendu de formats :


Des formats qui n’étaient pas importables le sont désormais. Il s'agit des formats WebM (VP9 vidéo et audio Opus), HEIC, JPG et séquences d'images PNG, et production de MKV avec audio DTS / AAC.


- évolution vers TrueVelocity 8 : 


nouvelle version du moteur interne de CyberLink


- Raccourci personnalisable : 


un vrai atout pour ceux qui pratiquent les raccourcis sur PowerDirector depuis longtemps.


 Et aussi des outils de conception améliorés...


Outil Pinceau dans le design de masque, Interopérabilité du concepteur de titres et de particules, Interface du concepteur de peinture améliorée, Personnaliser la police, la couleur et le style des sous-titres,enfin, tutoriels faciles à assimiler (un plus didactique).


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PWD17
Passons à présent à un essai de montage tout simple avec PowerDirector 17 pour vérifier si ce logiciel est toujours aussi simple et efficace qu'il le prétend !


(Test PowerDirector 17)

Monter avec PowerDirector 17

POwerdirector 17

PowerDirector 17 est très proche de PowerDirector 16 ou 15. Nos descriptions et conseils restent donc globalement valables quelle que soit la version que vous avez achetée.


CyberLink offre trois modes différents de montage mais vous choisirez très probablement le premier (Mode Ligne de temps) qui correspond au type de montage le plus classique mais aussi le plus souple avec des pistes pour chaque type de media (vidéo, audio, titrages, effets, commentaires). D'ailleurs il existe une case à cocher prévue pour "Toujours accéder au mode ligne de temps" ! Délaissez le mode Créateur de Diaporama qui est une sorte de montage automatisé : vous n'achetez pas un logiciel de montage pour cela à mon avis !


découpag

Reste le mode Storyboard, éventuellement exploitable. Son avantage : il offre une bien meilleure visualisation des rushes et n'interdit pas de retravailler chaque clip mais la souplesse de montage est bien moins grande.


POwerdirector 17

Nous partons du principe que vous opterez pour le mode de montage Ligne de temps. L'interface (du Menu Editer) qui apparaît est modulable, chaque piste (vidéo, audio, titres, commentaires, effets, etc.) est bien reconnaissable. Les clips vidéo (qui contiennent l'audio) se glissent sur la première piste.


On importe les medias (les rushes) sans difficulté particulière depuis le Menu Fichier / Importer à condition qu'ils soient physiquement présents sur le disque dur. En effet, contrairement à certains logiciels (comme Video Deluxe de Magix) qui offrent un double choix, vous ne recopiez pas les medias dans le logiciel, ils sont "juste" reliés. Il ne faut donc jamais les importer directement depuis une carte mémoire car lorsque vous retirez la carte, PowerDirector ne les trouve plus et ne pourra plus les traiter.


Selon les cas, soit vous importez un Dossier, soit vous importez fichier par fichier.


Une fois importés, les medias s'affichent assez rapidement (le temps que les miniatures se créent) dans la "chambre des medias" (l'équivalent d'un chutier) et peuvent être placés classiquement - par glisser-déposer - sur la piste supérieure de la ligne de temps.


Astuce : pour aller plus vite, vous pouvez sélectionner (raccourci Control+A) et glissez-déposez tous les medias sur la ligne de temps puis les traiter ensuite sur cette dernière.


Notez que si vous avez déjà travaillé sur un projet antérieur, vous le retrouvez en allant le chercher dans Fichier / Fichiers récents, c'est bien mais c'est un peu moins pratique que chez Magix qui vous propose cette fonctionnalité dès l'écran de bienvenue.


zoom zoom
Jouez du zoom pour toujours conserver la meilleure visualisation possible de votre montage sur la ligne de temps.
POwerdirector 17

Découper un clip est l'une des fonctions qu'on utilise le plus car un clip a très souvent besoin d'être raccourci, soit parce qu'il est trop long, soit parce qu'il comporte une ou plusieurs sections ratées.


Le découpage sous PowerDirector est là encore très simple avec un clic droit qui vous propose 3 options : je vous conseille d'utiliser tout le temps la 2e option ("Découper et déplacer les clips") qui permet, lors vous coupez votre plan, de ne laisser aucun espace vide sur la ligne de temps. Sinon au pire, combler cet espace est très simple.


chambre titre
Vous disposez de "chambres", terme qu'utilise Cyberlink pour classifier les éléments qui constituent votre montage, c'est à dire les Medias mais aussi les effets, transitions, particules, titrages, mixage audio, chapitres, et même sous-titres ! Pas de difficultés particulières, il y a toujours un peu trop de choix, mais comme dit le proverbe, qui peut le plus...

POwerdirector 17


On s'arrêtera sur les transitions qui s’opèrent simplement en faisant se chevaucher deux plans adjacents, créant ainsi la transition. Un système analogue existe sous Magix : c'est simple et c'est souple ! Si la transition n'est pas assez longue, elle refuse d'obtempérer. Allongez-la dans ce cas.


Si la transition génère un trou dans la piste, un clic droit (Supprimer et déplacer des clips sur la même piste), rétablit la continuité.


POwerdirector 17

Dans un second temps, la transition peut être allongée ou raccourcie. Il suffit de double-cliquer dessus puis de modifier la durée.


En cliquant sur cette transition, on peut choisir deux types de transitions : superposée ou croisée. Les deux modes sont des transitions mais elle ne produisent pas le même effet visuel. Testez et vous comprendrez.


POwerdirector 17

L'ajout de musique ne pose guère plus de difficulté si ce n'est que les fichiers au format aiff ne sont pas acceptés, vous devez choisir des fichiers MP3 ou AAC par exemple.


Vous noterez que la piste musicale est symbolisée par une note, permettant de la distinguer de la piste Micro. Toutefois rien n'empêche d'interchanger les pistes.


Le dosage entre musique et son des rushes est mixable.


micro powerdirector

La chambre d’enregistrement de commentaire audio n'a pas été oubliée. La différence de cette chambre est qu'elle ne s'active que si vous vous connectez un périphérique à l'ordinateur, sinon elle reste en grisé.


Vous pouvez connecter un micro ou un enregistreur audio externe. Le taux de compression audio est ajustable, un bon point comme le format audio.


CORRIGER

Les possibilités de corrections ou d'améliorations sur l'image (netteté, colorimétrie, etc.) ne manquent pas depuis la barre d'outils qui se trouve au-dessus de la ligne de temps. Les corrections /améliorations restent très simples et rapides à appliquer, sans temps de rendu interminable.


vitesse PowerDirctor
interpolation

Parmi les "outils puissants" ainsi nommés par l'éditeur, on recense :


-la possibilité d'intervenir sur la vitesse vidéo (ralenti ou accéléré). Le système est assez bien fichu, avec même la faculté d'appliquer une interpolation pour améliorer la qualité du Ralenti.


-le suivur de mouvement, très utile pour appliquer un masque sur un objet ou une personne en mouvement. Nous avons réalisé un tuto sur cette fonction qui existe depuis PowerDirector 14.


stabilisatur
Seul le stabilisateur vidéo est un peu décevant, avec des réglages moins étendus que sur d'autres logiciels et du coup, une efficacité moindre.
concepteur

Plusieurs "concepteurs" (concepteur de masque, concepteur PiP, concepteur de vue, Centre de caméra d'action, édition sensible au contenu) sont aussi disponibles. Laissez tomber l'édition sensible au contenu, sorte de montage automatisé, censé repérer les meilleurs moments mais au final sas intérêt.


Nettement plus intéressantes, des images-clés peuvent être aussi appliquées, pour affiner des effets vidéo ou audio.


xtnsions
PWD17

Depuis ses dernières versions, PowerDirector a aussi multiplié ses extensions comme la faculté de pouvoir monter plusieurs sources (Concepteur Multicam) ou d'animer une composition de plusieurs images dans un même cadre (Concepteur de collage vidéo, voir tutoriel ici).


Bref, de toute évidence, tout en arguant d'un montage au fonctionnement très simple, PowerDirector dispose de fonctions qui permettent d'aller beaucoup plus loin dans le montage si l'utilisateur le souhaite.



(Test PowerDirector 17)

Exporter et Créer un disque avec PowerDirector 17

export en 2D

On retrouve la même notion de simplicité de PWD17 au sujet de l'export. Il s'obtient en cliquant sur l'onglet Produire tandis que la fabrication d'un DVD / blu-ray relève de l'onglet "Créer un disque".


Sur l'onglet Produire, vous avez 4 choix : 2D, 3D, Périphérique, et En ligne.


Pour exporter un fichier sur un site de partage ou pour conserver un master de bonne qualité, le mieux est de choisir le standard le plus oecuménique qui est le H.264, disponible à toutes les résolutions (UHD et 4K cinéma compris) et de choisir l'extension MP4. Sauf besoins très spécifiques, bannissez a priori le AVI et le XAVC-S, et n'utilisez le MPEG-2 que si vous voulez créer un DVD sous un autre logiciel, sans passer par PowerDirector qui dispose de l'interface requise pour créer un disque directement.


codeur

Les paramètres ne sont pas très nombreux, juste ce qu'il faut, pour que cela n'interdise pas un peu de souplesse.


L'export est plutôt rapide en H.264. Cyberlink adopte en effet par défaut la technologie intelligente de rendu vidéo (SVRT) qui permet d'adapter la configuration de sortie à votre contenu en analysant celui-ci. Mais vous pouvez aussi choisir le codeur vidéo matériel si vous détenez une carte NVIDIA CUDA et qu vous préférez utiliser cette dernière.


On peut aussi compresser en H.265, ce qui permet d'alléger le fichier pour un qualité égale, voire supérieure au H.264 mais rend le fichier bien moins compatible. Prendrez-vous ce risque ?


POwerdirector 17 POwerdirector 17

Pour ce film composé de rushes UHD et d'un seul rush FHD, j'aurais pu bien sûr l'exporter en FullHD mais il est tentant de conserver une exportation dans le même format d'origine, c'est à dire en UHD.


En UHD, les paramètres préétablis d'origine (ce qu'on appelle le preset) souffrent d'un débit bien trop élevé à mon goût (plus de 48.000 kbps). C'est beaucoup. Alors je vous conseille d'aller dans les paramétrages (sigle "+") et d'abaisser le paramètre débit vidéo à 30.000 kbps, voire 25.000 kbps, sans perte trop visible, sauf si vos images sont vraiment très mobiles.


Vous pouvez également réduire le débit audio. Initialement proposé à 384 kbits/s, vous pouvez l'abaisser à 192 kbits/ sans entendre de vraie perte acoustique.


On peut jouer aussi sur la fréquence d'image et le type de profil. Est-il besoin de beaucoup d'autres paramètres ? Il faudra qu'on me dise lesquels !


prod POWr dirctor 17

Notez que l'export une fois lancé, mentionne En production et une barre de progression vous renseigne sur l'avancée de celui-ci. A la place, un aperçu visuel des images est également possible en cochant la case "visualiser l'aperçu". C'est plus confortable mais cela consomme plus de ressources, et donc, votre export sera moins rapide en exécution. A vous de choisir !


POwerdirector 17
Plus utile qu'il n'y paraît, le retour vers la page Éditer permet de reprendre son montage si l'export a bugué ou si l'on veut apporter des corrections, visibles après export.
en ligne

On peut aussi exporter directement en ligne sur YouTube, Dailymotion, ou Vimeo par exemple, et ce dans toutes les résolutions. Inconvénient de ce système sur un export de fichier en H.264 puis un upload : ici vous ne pouvez pas paramétrer le débit que vous souhaitez, il est forcément au maximum. Autre inconvénient : des blocages ou de grandes lenteurs de l'export peuvent survenir, doublées d'un manque de visibilité sur l'avancée de l'export et de la conversion sur YouTube.


Bref, même si j'ai déjà utilisé ce mode de partage, je préfère exporter tout d'abord mon fichier en H.264 puis l'uploader sur le site de partage, et je vous recommande de faire ainsi.


apple
Enfin, bien sûr, Cyberlink a aussi prévu un export sur des périphériques spécifiques tel qu'un smartphone Android ou un iPhone / iPad par exemple. L'export de fichiers devient ainsi très complet.
gravure

Du côté de la gravure (Menu Créer un disque), vous pouvez graver un disque DVD ou Blu-Ray moyennant l'exploitation d'un menu prédéterminé mais vous pouvez aussi créer votre propre menu. L'authoring est basique mais efficace.


chapitres
chapitrags

Le chapitrage est possible si vous avez conçu des marqueurs de chapitres à l'étape de l'édition de votre montage (dans la Chambre des Chapitres). C'est même déconcertant de facilité.


Si besoin, on peut aussi enregistrer une simple image disque, manière maligne de stocker un fichier DVD prête à être gravé ultérieurement ou destiné à la sauvegarde d'un master DVD.



(Test PowerDirector 17)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

PowerDirector 18 Ultra

Prix fabricant : 99,99 Euros
Voir les 4 avis d'internautes et donner le vôtre