Magazinevideo > Actus > Actus multimédia

Territoires : le "bon haut débit" et la fibre optique

14 décembre 2017 par Thierry Philippon


Réduire la fracture numérique. C'est une slogan qui a été souvent été asséné, avec un succès mitigé. La fibre partout, c'est pourtant l'ambition des deux rapporteurs du projet - Eric Bothorel et Laure de La Raudière - qui ont semblé convaincre le gouvernement de fibrer 100% du territoire di'ci 2025 (on en est actuellement autour de 15%). Le jeune secrétaire du Gouvernement, Julien de Normandie, chargé de la Cohésion des Territoires, a même évoqué que le numérique représentait  "un droit essentiel pour tous les français". Et il a été fortement applaudi à l'Assemblée Nationale lors de ses propos...
 
Le Plan France Très Haut débit, lancé par le Gouvernement précédent, semble donc suivre un parcours cohérent. Le projet est toutefois compliqué : il n’y a qu'à mettre un pied en "France profonde" pour réaliser que la fibre ne peut passer partout sans concéder d’énormes investissements. Des lieux où déjà un simple sms ne passe pas forcément du premeir coup et fait hurler les impatients...
 
Alors le Gouvernement distille une idée pas forcément idiote sur la papier. En attendant de faire passer la fibre partout à l'horizon 2025, date butoir qui paraît un poil optimiste, et qui concédera toujours des poches de résistance, autant promouvoir déjà un « bon haut débit »  pour reprendre l’expression du cabinet du 1r Ministre pour 100% de la population. Même dans les hameux reculés, l’objectif est de proposer du 8 Mbits minimum d’ici 2020 et pour ceux qui pourront bénéficier d’un très haut débit (30 Mbps), de fixer l'échéance à 2022. Il faut savoir en effet que 40% de zones ne sont toujours pas irrigués par le très haut débit. Alors, sans attendre la fibre, une vitesse de 8 Mbits apportera déjà un vrai plus. 
 
 
A l’appui de ce projet, côté bâton, le 1r Ministre menace d’un côté les opérateurs qui seront pénalisés s’ils ne tiennent pas leurs promesses de déploiement. Côté carotte, il offre un coupon de 150 euros maximum (soit 100 millions d'euros) pour les 6% de foyers (1,5 million de foyers) qui ne pourront pas bénéficier de la fibre, et les aider à investir dans les autres technologies existantes (4G fixe ou satellite, par exemple) etc. Un guichet « cohésion numérique des terrtoires » sera créé mi-2018 afin de centraliser les informations et orienter les demandes. 
 
Reste que 150 euros maximum paraît une somme totalement dérisoire pour s'équiper. Il faudra donc scruter avec attention les efforts des opérateurs et la réactivité des réseaux d'initiative publique (RIP) pour lesquels le Gouvernement a débloqué une enveloppe de 3,3 milliards d'euros pour déployer le très haut débit sur tout le territoire. Mais à notre avis, l'expression "fracture numérique" a encore quelques belles années devant elle...

Articles correspondants

 

 

vos commentaires !

Soyez le premier à déposer un commentaire !