Magazinevideo > Actus > Actus vidéo pro

Quand les caméras volent avec les oiseaux migrateurs

02 octobre 2019 par magazinevideo


Nicolas Vanier, aventurier, romancier et réalisateur bien connu pour ses aventures dans le Grand Nord en chiens de traîneau, vient d'achever une fiction inspirée de l'histoire (vraie) de Christian Moullec. Si le nom et le visage de cet homme ne vous disent rien, son expérience incroyable avec les oies vous aura peut-être déjà émerveillé. Cet ornithologue accompagne en effet en ULM des oies naines d'Europe pour les orienter durant leur migration hivernale depuis la Norvège jusqu'au Sud de la France. Les images qu'il avait réalisées à bord de son ULM à l'aide de caméras fixées à l'engin, ont fait le tour du monde. On y voit les oies voler en V à quelques mètres, parfois même moins, de l'engin motorisé, produisant des images de toute beauté et un sentiment de communion rarement ressenti. 
 
 
Tournées par l'ornithologue avec des moyens modestes mais spectaculaires, ces images avaient bien servi la cause que l'ornithologue défend : protéger les oiseaux. On rappelle qu'un tiers des oiseaux ont disparu depuis 30 ans en Europe, soit 450 millions d'oiseaux, dont de nombreux oiseaux migrateurs... L'oie naine fait partie des espaces menacées, car durant sa migration qui se déroulait autrefois vers les pays du Sud-Est de l'Europe, elle pouvait être chassée. Christian Moullec a donc eu l'idée d'élever des oies nouveaux-nés et  de leur apprendre un autre trajet, en se basant sur les travaux de l'éthologue Konrad Lorenz autour de l'imprégnation. Un projet fou mais qu'il a réussi.
 
C'est en rencontrant Nicolas Vanier que la décision fut prise de broder une histoire fictionnelle sur la base des fameuses oies de Christian Moullec. Le film, intitulé Donne-moi des ailes (Spread Your Wings), sortira au cinéma le 9 Octobre 2019. Il raconte l'histoire de Christian Moullec (incarné par Jean-Paul Rouve) qui, ensemble avec son fils, et sa femme (jouée par Mélanie Doutey) aide ses oies à trouver le chemin d'une migration qui les aidera à perpétuer l'espèce.
 
 
Le film, par rapport au dispositif initial de l'ornithologue, déploie évidemment des moyens techniques professionnels mis au service de l'histoire. La stabilité des prises de vues vidéo a été assurée par deux stabilisateurs gyroscopiques DJI Ronin 2 embarqués à bord de deux aéronefs : le 1er, un ULM "de jeu", équipé d'un premier DJI Ronin 2 et d'une Sony PMW-F55, filme les vues à bord de l'ULM conduit par Jean-Paul Rouve entouré de ses oies, tandis que le second ULM dit "de prise de vues", filme des vues à distance de l'aéronef et des oies. Enfin, un drone Inspire 2 avec une tête Zenmuse X7, sert à s'approcher au plus près de l'aéronef "de jeu" pour montrer les acteurs et les oies et à réaliser différents plans de transitions.
 
 
Le film a été tourné dans les Hauts de France (Picardie), en Camargue, et dans le cercle arctique en Norvège.
 
Tourner un film n'est pas un long fleuve tranquille. Donne-moi des Ailes a connu un incident survenu durant les repérages auprès d'une colonie de flamants roses de Camargue qui ont été perturbés par un ULM en période de couvaison. La faute au prestataire extérieur qui n'avait pas respecté le plan de vol. Le réalisateur s'en est excusé, a annulé la suite des scènes en Camargue, et a mené différentes actions écologiques pour tenter de compenser l'incident. Le film est d'ailleurs soutenu par la ligue pour la protection des Oiseaux, le Conservatoire national du Littoral, le Muséum d’Histoire Naturelle et le ministère de l’Éducation Nationale.

Articles correspondants

 

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Mon commentaire (1000 caractères maxi)
Je valide

Vos avis !

avatar titof44 Premium

16 Octobre 2019 à 18:04 - ( Répondre à titof44 ) - Signaler un abus

Excellent article Merci