Magazinevideo > Actus > Actus multimédia

Ours blanc : la vidéo qui fait débat

14 décembre 2017 par Thierry Philippon


Il était difficile d’écouter une radio nationale, ou de lire les news sur Google, sans tomber sur la courte vidéo d’un ours blanc famélique, reprise en boucle sur de nombreux réseaux. La vidéo - cruelle et au fort potentiel émotionnel -  filmée sur le territoire de Baffin, a été mise en perspective du réchauffement climatique. Il a été précisé que l’ours blanc n’avait pas suffisamment de phoques pour se nourrir et que l'équipe de tournage n'avait pu retenir leurs larmes devant cette scène. La dramaturgie de la vidéo, quoique malheureusement authentique et sans espoir pour l'ours, était puissamment étayée par des ralentis et une musique du Tibet déchirante (Homage de l'album Heart Chakra).

La vidéo émane d’un célèbre photographe et biologiste, Paul Nicklen et de l’ONG Sea Legacy qui consacre ses photos et ses conférences à la Nature. Il a plusieurs fois vu ses photos faire les couvertures du prestigieux National Geographic. Et les communications visuelles de ce photographe sont volontairement percutantes pour nous amener à mieux protéger nos océans. Car quand on est un fin observateur de la banquise, on constate forcément les conséquences du réchauffement climatique. 
 
Mais la séquence vidéo qu’il a propagée sur les réseaux sociaux pour accélérer la prise de conscience du réchauffement climatique, n’est pas aussi évidente qu’ll n'y paraît et pose un problème de communication par l’image qui risque de desservir la cause qu'il défend.
 
Voilà en effet une scène qui dénonce un fait réel (le réchauffement climatique), une conséquence redoutée (l’impact sur les dix-neuf espèces d'ours blanc) en se servant d’une séquence dont l'origine peut signifier tout autre chose. 
 
Eh effet, sur le territoire de Baffin (un immense domaine de l’Arctique au nord-ouest du Canada) où a été prise la fameuse séquence, la population des ours est plutôt stable. C’est en tout cas l’affirmation de Jeff W. Higdon qui n’a pourtant pas le profil du climatosceptique, mais est un biologiste indépendant, qui travaille dans l’Arctique canadien depuis plus de dix ans et qui étudie les ours et les baleines. 
 
photos et vidéo : © Paul Nicklen
 
Jeff W. Higdon pense que l'ours a peut-être été victime d’un cancer agressif touchant les os, mais qu'en aucune façon, on ne peut établir de lien entre l'épuisement de l'ours, et le manque de phoques à cause du retrait de la glace… Le biologiste regrette d'ailleurs l'aspect très émotionnel de la vidéo, et qu'aucune autopsie n'ait été faite de l’ours, ce qui aurait permis de connaître la cause de son aspect famélique.
 
C’est aussi l’avis de Polar Bear International, une grosse structure (*) qui étudie et protège les ours blancs. Et qui impute à la dénutrition très visible de l'ours, sa possible vieillesse ou une blessure à la mâchoire… Pas le réchauffement climatique.
 
On le comprend bien, ce qui complique passablement cette histoire, c’est que les conséquences du réchauffement climatique sur les ours polaires en général (aujourd'hui et surtout, demain), ne font, elles, guère de doute. En effet, la diminution progressive de la banquise, a pour conséquence que les ours polaires sont repoussés vers les territoires moins riches en phoques qui sont leur principal source nutritive… 
 
Mais après tout, puisque le réchauffement climatique est avéré et que les ours en subissent les conséquences, est-ce si grave de montrer un ours agonisant pour illustrer cette cause ? Oui, c'est grave. Car les climato-sceptiques se servent d'arguments comme celui-ci pour montrer que les liens de cause à effet du réchauffement climatique sont parfaitement contestables et que donc, on peut tout remettre en cause.
 
Au-delà de cela, se pose une question qui doit tarauder Paul Nicklen : comment illustrer par l’image un phénomène qui prend de l’ampleur mais reste "invisible" et lent ? Le photographe y réfléchit sûrement tous les jours.
 
(*) Voir leur très intéressante FAQ sur le réchauffement climatique.

Articles correspondants

 

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Mon commentaire (1000 caractères maxi)
Je valide

Vos avis !

avatar tgil Membre

14 Décembre 2017 à 14:26 - ( Répondre à tgil ) - Signaler un abus

Que Paul Nicklen utilise cette vidéo pour défendre une cause juste est effectivement maladroit et préjudiciable mais que France Télévision dans son 20 heures reprenne sans vérification et sans commentaire complémentaire le même argumentaire n'est pas déontologique. Ce qui confirme l'impression de manipulation (voir article sur Mélenchon). Merci pour ces infos documentées.