Magazinevideo > Actus > Actus multimédia

L'État lancera en 2020 un Indice de réparabilité des produits

05 juillet 2018 par Thierry P.


Indice de réparabilité des produits. Ce terme ne vous est peut-être pas familier ? Celui d’obsolescence programmée, beaucoup plus pas vrai?  He bien, le gouvernement (français) en la personne de Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, s’attaque à ce problème par la tangeante plutôt que frontalement, ce qui s'avère probablement plus malin…
 
Pour cela, elle cherche à s’inspirer d’un système que nous connaissons bien, c’est celui de l’organisme américain iFixit qui attribue une note de réparabilité de produits. Ainsi, si un smartphone par exemple est très réparable, il peut obtenir une note très élevée, voire maximale (cas du Fairphone par exemple). Et vice versa s’il est très peu réparable (cas des iPhone par exemple). 
 
Par ce biais, le Gouvernement cherche à la fois à favoriser l’économie cicrculaire et à inciter les fabricants (de smartphones mais aussi d’imprimantes, et d'électroménager...) à stopper leur pratiques douteuses. Des pratiques théoriquement punies par le Code de la consommation, article L. 441-2, mais les faits sont assez difficiles à prouver, et les fabricants peu scrupuleux en profitent.
 
Quoi qu'il en soit, la secrétaire d'Etat aimerait bien voir le consommateur recycler son smartphone plutôt que de racheter un nouveau modèle à un rythme trop soutenu (les chiffres font état d'un renouvellement moyen tous les 18 mois), venant restreindre un peu plus les ressources de la planète en minerais.
 
Aussi, à partir du 1er janvier 2020, un indice de réparabilité des produits sera créé. Le texte préparatoire en précise quelques modalités d'application. Il y aurait une dizaine de critères comme l'épineuse question de la disponibilité des pièces de rechange (on sait que c'est une affaire assez scandaleuse que vit l'électronique grand-public) ou l'allongement de la durée de vie des machines. L'indice serait une contrainte, pas un choix laissé au fabricant, sans quoi ça n'aurait sans doute aucune chance d'aboutir.
 
Un comité d'experts va se réunir pour délibérer des critères et se mettre d'accord sur un protocole d'évaluation. La partie s'annonce très difficile et suscite le scepticisme, les expériences passées comparables comme celles des fameuses étiquettes énergétiques, étant contestées. Mais l'affaire est au moins engagée. À suivre donc...

Articles correspondants

 

 

Laisser un commentaire

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Votre commentaire (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon commentaire

J'ai quelque chose à dire ?

c'est mieux si je me connecte ou si je m'inscris

vos commentaires !

NOEL Invité

07 Juillet 2018 à 16:16 - ( Répondre à NOEL ) - Signaler un abus

Une très bonne initiative de l'Etat... bravo pour l'annoncer ici.