Magazinevideo > Caméras & Photo > Tests de caméras et drones > Tests de caméras prosumer / pro

Test Panasonic AG-UX90

L'UltraHD pro abordable

01 avril 2017 par Antoine Désir

Panasonic AG-UX90

Prix fabricant : (TTC) 2700 Euros
 

UX90

Si je vous dis "appareil Panasonic avec un capteur 1 pouce et un zoom 15x", vous allez sûrement attendre le petit frère du Lumix FZ2000 ? Et bien non, Panasonic propose des caméscopes professionnels sur cette base. Avec le UX90, Panasonic complète sa gamme de caméscopes professionnels. Cette gamme succède à la gamme AC (AG-AC130, AG-AC160), dont nous avions apprécié les nombreuses qualités. Mais la HD ne fait plus vendre, nous en sommes à l'Ultra HD ou au 4K sur les derniers caméscopes sortis. Évidemment dérivé du UX180, le UX90 propose l'Ultra HD à un tarif comparable aux caméscopes Full HD de ses concurrents. Il vient ainsi bousculer Canon et Sony, en proposant une gamme assez étendue, malgré la vague de fond des APN dotés de fonctions vidéos.


En mars 2017, ce nouveau caméscope est proposé à environ 2300 € HT par les vendeurs, alors qu'il vient de sortir. Avec son gabarit et son tarif, le UX90 arrive dans un segment de marché assez encombré, surtout si on ignore la définition Ultra HD. Quels sont les arguments qui permettraient à ce nouveau modèle de remporter la décision d'achat ?


A noter que les tests ont été menés avec la version 1.04 du firmware, la version à jour en mars 2017.



> LIRE LA SUITE : Concept du AG-UX90

Concept du AG-UX90

Le Panasonic AG-UX90 est un caméscope UHD professionnel de poing, c'est à dire qu'il est capable de ramener des images de qualité professionnelle du terrain. Ce type d'appareil permet d'enregistrer des images de bonne qualité dans des endroits peu accessibles où la mobilité est importante. Chez Panasonic, la série AG-UX succède à la fameuse série AG-AC qui avait connu un succès certain en HD. Même si l'ergonomie est modifiée, elle ne perturbera pas trop les habitués de la marque. Par rapport au caméscope AC160, le UX90 est moins lourd, moins gros mais perd du côté de l'optique. Il est comparable en gabarit et en poids au Z150 de Sony, avec qui il partage quelques caractéristiques.


Lorsque vous regardez ce caméscope ou lisez les arguments de Panasonic, l'UX90 est vendu comme un caméscope 4K. Mais, comme parfois chez Panasonic, ce n'est pas vrai : le UX90 ne fait que de l'Ultra HD (c'est indiqué ainsi dans le menu), mais pas de 4K au sens strict. Il n'est pas possible d'avoir les 4000 points de large à l'image, juste 3860 points. Pour avoir du vrai 4K à 24 ips, il faut passer au UX180, son grand frère.


UX90

Le UX90 dispose des caractéristiques des caméscopes professionnels, c'est à dire :


  • commande de zoom à bascule,
  • vitesse de zoom très variable, de 2 à 70 secondes pour balayer la page du zoom 15X,
  • vitesse de zoom fixe et réglable sur la poignée,
  • double déclencheur d'enregistrement,
  • bague de zoom,
  • bague de focus,
  • bague d'iris,
  • 13 boutons personnalisables,
  • menus complets,
  • personnalisation de la colorimétrie, dont le gamma,
  • peaking, zebra réglable,
  • boutons directs pour les fonctions principales,
  • batterie de haute capacité,
  • 2 entrées XLR avec alimentation 48V,
  • réglage niveaux audio par molette,
  • griffe standard et porte micro,
  • sortie HDMI et composite,
  • viseur relevable et œilleton,
  • double emplacement pour carte mémoire,

 


Ses 2,3 kg en ordre de marche sans accessoire, font que le caméscope appartient à la catégorie "léger" pour un pro. Pas un poids plume comme les compacts, mais pas non plus un lourd comme le DVX200. Le UX90 est aussi de taille moyenne, toujours entre les compacts et les gros caméscopes de poing. C'est un compromis taille/poids/qualités agréable qui pourra intéresser plus d'un vidéaste. En particulier si vous êtes gêné par l'ergonomie des petits caméscopes (pas assez de boutons ou pas assez accessibles) ou le poids des plus gros. La taille du UX90 est assez trompeuse à cause de son imposant pare-soleil. A la première prise en main, il apparaît étonnamment léger, on s'attend à quelque chose de plus lourd au vu du volume.


La construction tout plastique, avec de nombreuses vis apparentes peut sembler basique et fragile. Mais la finition est correcte et l'assemblage semble solide. Les caches, capots et autres pièces à risque semblent simples à changer (avec les vis apparentes). Seul le temps dira si cette construction vieillit bien.



(Test Panasonic AG-UX90)

Capteur, objectif-zoom

UX90 Zoom

Le capteur CMOS 1" (13,2 x 8,8 mm) est connu. On l'assimile en vidéo à la catégorie des gros capteurs, car il est sensiblement plus large que les classiques 1/3", 1/2,8" ou 1/2,33". Panasonic ne l'indique pas, mais c'est probablement le capteur de 20 millions de photosites que le fabricant intègre dans ses Lumix, il y a donc largement assez de photosites pour la HD. D'ailleurs, Panasonic, comme Sony, n'utilise pas toute la surface du capteur en vidéo, mais uniquement 18 Mp en HD (le capteur est de type photo, donc 3/2 et non de type vidéo en 16/9) et 9 Mp en UHD. Comme nous l'avons vu dans l'article sur les capteurs, c'est insuffisant pour de la vraie Ultra HD, mais un peu trop pour de la HD.


Ce capteur 1" est donc connu. S'il est rétro-éclairé, il n'est pas empilé comme celui de Sony. La sensibilité est donc correcte, mais la vitesse d'acquisition des pixels n'est pas à la hauteur du capteur Sony. Ce petit retard technologique de Panasonic n'explique pas complètement l'une des différences avec le Z150 de Sony : le UX90 ne monte pas en fréquence, il reste sagement à 25 ips en UHD et à 50 ips en HD. C'est plutôt une limitation du processeur de traitement qui explique ce bridage, puisque le capteur similaire du UX180 parvient à monter en débit.


Le zoom 15X signé Leica est probablement dérivé du zoom 20X du UX180. Comme nous le savons, signé Leica ne veut pas dire fabriqué par Leica dans son usine allemande. C'est juste une collaboration, notamment marketing. Pas de mensonge sur l'amplitude du zoom : c'est bien un zoom optique 15X (focales de 8,8 à 132 mm). Le zoom du UX180 étant étrangement proche de celui du Lumix FZ2000, on peut déduire que celui du UX90 est une variation assez simple. Panasonic a probablement augmenté la focale minimale pour simplifier la formule optique, puis profite ensuite de la surface du capteur 1" pour retrouver un grand angle correct en HD.


La focale minimale en HD est équivalente à du 24,5mm (angle de vue de 83°), ce qui est une très bonne valeur sans convertisseur. Cette focale est dans les plus courtes existantes sur les caméscopes professionnels. L'angle de vue ne varie pas avec l'activation ou non du stabilisateur, c'est une bonne chose. En Ultra HD, c'est nettement moins bon : Panasonic n'utilisant plus que le centre du capteur en Ultra HD, la focale minimale monte à 35,4 mm (angle de vue de 63°). Et la, c'est franchement médiocre de nos jours. On retrouve le même problème qu'avec le Lumix FZ2000, tiens, tiens...


La plage du zoom est de 15X pour une focale maximale équivalente de 368 mm (angle de vue de 7°) en HD et de 531 mm (angle de vue de 5°) en Ultra HD. Cette plage de zoom est correcte, même si on pourra préférer le 20X du UX180 ou de quelques concurrents en HD. On peut pousser légèrement la focale en utilisant la fonction iZoom, sans abuser.


L'objectif ouvre à f/2,8 au grand angle et à f/4,5 au télé. C'est comparable aux autres caméscopes concurrents, comme le Z150. Cela peut sembler faible par rapport à d'autres objectifs qui ouvrent à f/1,6- f/3,2, mais le capteur est nettement plus gros, une grande ouverture demanderait un zoom qui ne serait plus du tout compact. On retrouve en fait des valeurs honorables d'un zoom photo "à grande ouverture", par exemple celles du Lumix FZ2000...


UX90 bascule zoom

La commande de zoom à bascule est agréable d'utilisation, suffisamment large et confortable. Bien située, elle permet des zooms dont la vitesse varie et reste sans à coup. Nous avons balayé la plage de zoom (15X) en 2 secondes au plus vite, ce qui est rapide. Le zoom est plutôt bruyant en mode rapide, plus silencieux en mode normal. Mais en mode normal, il est assez lent et la commande par la bague souffre d'un délai d'action important.


Ce zoom sait être vraiment lent. Il faut attendre 70 secondes pour balayer toute la plage du zoom en essayant d'être au plus lent. C'est excellent, surtout pour ceux qui apprécient les zooms lents pour animer un plan presque fixe. On retrouve des valeurs proches de celles du zoom X20 du XF200 de Canon, une référence. C'est beaucoup plus progressif que le zoom du Z150 de Sony.


UX90 zoom fixe

Pour mieux maîtriser la vitesse de zoom, il faut utiliser le bouton de zoom sur la poignée associé au réglage dans le menu sur 8 niveaux. Il n'y a pas de blocage possible de cette commande sur le caméscope. Pour éviter les coups de zoom intempestifs, il faudra aller dans le menu pour régler la vitesse à zéro. Par contre, belle idée que la protection du second bouton d’enregistrement sous une trappe qui se manipule d'un coup de pouce.


La bague de zoom sans butée est précédée d'une bague de mise au point, sans butée non plus. Elle est suivie d'une classique bague d'iris. La bague d'iris est inopérante lorsque le mode auto iris est activé, la bague de mise au point reste active en mode autofocus, si jamais il faut aider l'automatisme. La bague de zoom reste active en permanence. Ces bagues ne sont pas directes : elles ne font que contrôler électriquement les moteurs de l'objectif. Avec une telle compacité, nous n’attendions pas de zoom mécanique ou de bague à butée, mais pour ceux qui viendraient d'un AC160, ce sera une déception.


La bague de focus est large, silencieuse et pas trop rapide : la mise au point fine est plutôt facile. La touche "agrandissement" (Focus Assist) est toujours utile, la définition de l'écran et du viseur ne permettant pas une mise au point précise sans cette loupe. Cette fonction Focus Assist est d'ailleurs bien développée, avec contrôle direct à l'écran de la zone à agrandir et du facteur d'agrandissement. On aurait préféré ne pas en avoir besoin, mais elle rend bien des services.


Une fine bague d'iris (diaphragme pour les photographes) complète utilement les deux autres bagues. Le contrôle de la profondeur de champ en est facilité. Pas de bouton dédié au "Push Iris", mais il est possible d'affecter une des six touches personnalisables à cette fonction.


La commande des filtres neutres est très classique, large et facile à manipuler avec le pouce gauche. Rappelons au passage que ce type de commande est mécanique, pas électronique. Elle est donc à effet immédiat, sans transition.


Le zoom est bon, et nous avons un mode macro, heureusement. La distance minimale de mise au point est de 95 cm à fond de zoom sans la mode macro, 91 cm avec le mode macro. Au grand angle, elle est d'environ 30 cm sans le mode macro, et de 5 cm en mode macro (le sujet touche presque la lentille et se trouve dans le pare-soleil). C'est correct au grand angle, mais trop long au zoom.


Le stabilisateur du UX90 reprend les avantages du FZ2000 (vous allez commencer à trouver que les convergences sont flagrantes) : classique en Ultra HD, hybride et personnalisable en HD. Il vaut bien ceux de la concurrence, notamment celui du Z150, mais pas les stabilisateurs de type BOSS de Sony. Il ne remplace pas complètement les stabilisateurs externes, les nacelles et autres mécanismes, mais il rend de bons services aux marcheurs et aux automobilistes. À l'avantage du UX90 en HD, le stabilisateur ne modifie pas la focale minimale. Par rapport au stabilisateur du AC160, qui était bon pour un stabilisateur classique, l'amplitude de stabilisation est en net progrès.



(Test Panasonic AG-UX90)

Micro, audio

UX90 Micro
Le UX90 intègre un micro en bout de poignée, comme il est d'usage dans les caméscopes de poing. Par contre, pas d'entrée audio jack, alors qu'on la trouve chez Canon ou JVC. C'est vraiment dommage, car souvent utile pour raccorder sans adaptateur des petits micros ou d'autres entrées audio. Le signal enregistré est stéréo mais le micro intégré ne semble pas capable de rendre un effet stéréo. En résumé, il se comporte comme un micro mono sur deux voies. Le porte-micro livré mais non monté dans ce test est déporté à droite de la prise XLR 1, un placement encore très classique.
XLR UX90

Les deux prises XLR sont séparées : la première est près du porte-micro, plutôt destinée au branchement d'un micro canon monté sur le caméscope. La seconde se trouve en bas du flan droit et plutôt destinée au branchement d'un micro déporté, ou d'une sortie d'une régie audio par exemple.


UX90 XLR
Les réglages audio se trouvent sur le flanc gauche du caméscope et non sur la poignée. Ils sont bien regroupés, mais il manque les interrupteurs pour passer du niveau automatique au niveau manuel. Dommage de devoir passer par le menu pour cette commande. Un peu d'innovation dans l'ergonomie des boutons ne ferait pas de mal pour intégrer cette bascule sur les molettes de niveau.
UX90


(Test Panasonic AG-UX90)

Viseur, écran

UX90 écran

L'écran est classique, encore trop classique. D'une diagonale de 88 mm (3,5"), il se contente de 800 x 480 pixels, même pas un quart de HD. Lamentable, il faut bien le dire en 2017. C'est moins bon que celui du Z150, pourtant peu défini. Déjà insuffisant pour la HD (cinq fois moins de points que l'image) et très nettement insuffisant pour l'Ultra HD (vingt-deux fois moins de points que l'image). Et l'écran ne se rattrape même pas sur la qualité. Manquant de luminosité et de contraste, même en forçant les réglages, il est difficilement lisible. Juste avant ce test du UX90, je testais un DJI Phantom 4 Pro+ avec son écran HD lumineux sur sa télécommande. Le fossé entre les deux écrans est immense. C'est bien d'avoir un caméscope pas trop cher et pas trop gros, mais si on doit rajouter un écran externe pour en profiter, où est l’intérêt ? Pas possible d'avoir un écran HD correct sur un caméscope pro sorti en 2017, c'est vraiment trop demander ?


L'écran est brillant. Sony fait ça pour augmenter le contraste, mais ce n'est pas le cas pour Panasonic. La brillance vient probablement de la couche tactile de l'écran. Eh oui, cet écran est tactile, et ça c'est bien ! L'ergonomie y gagne beaucoup, que ce soit dans les réglages du menu, dans l'apport des quatre boutons personnalisables supplémentaires (les boutons de 10 à 13) qui sont sur la gauche de l'écran dès qu'on appuie dessus. Par contre, pas de mise au point sur une zone de l'image touchée, c'est vraiment dommage car tellement pratique. En mode magnéto, la sélection des vignettes et la manipulation directe sur l'écran est un vrai avantage en comparaison des boutons traditionnels.


La couche tactile est résistive. Vous pourrez appuyer avec un stylo, avec des gants, mais elle est peu sensible : il faut vraiment appuyer, pas juste effleurer comme nous avons l’habitude avec nos téléphones dont la couche tactile capacitive est bien plus agréable. Cette couche tactile semble à l'origine de la piètre qualité de l'image et des reflets trop importants en extérieur.


Le rangement de l'écran est original, il se glisse dans la poignée. Panasonic utilise cette solution dans plusieurs de ses caméscopes récents (dont le AG-AC30). L'écran est ainsi bien placé, à hauteur de poignée et non à hauteur de l'objectif. Comme sur les caméscopes de JVC ou le Z150 de Sony.


UX90 viseur

Le viseur est mieux défini que l'écran (960 x 540 pixels), plutôt petit (0,4"). Il ne souffre pas des défauts de l'écran. N'utilisant pas beaucoup le viseur habituellement, la médiocrité de l'écran m'a conduit à l'utiliser bien plus souvent. L'oeilleton fourni est amovible et peut se retourner pour ceux qui veulent viser de l'oeil gauche. Par contre, le viseur est peu adapté aux porteurs de lunettes qui ne verront pas forcément la totalité du viseur, même en touchant celui-ci avec le verre de lunettes !


Pas de détecteur oculaire qui allume le viseur dès que l'oeil (ou autre chose, souvent autre chose) passe devant, mais un bouton pour basculer de l'écran au viseur. C'est simple et pratique, à défaut d'être automatique. Il y a tout de même un automatisme qui allume le viseur lorsque l'écran est rentré et qui éteint le viseur lorsque l'écran est sorti. Simple et pratique, encore !



(Test Panasonic AG-UX90)

Connectique & Batterie

Le UX90 fait partie de la gamme professionnelle, cela ne fait aucun doute sur la partie batterie. La batterie livrée est une AG-VBR59 de 43 Wh. C'est la même gamme de batteries que pour le DVX200 et la série PX de Panasonic. Les capacités disponibles sont nombreuses, dont celle de la grosse batterie "double", AG-VBR118 qui stocke 86 Wh d'énergie. L'emplacement est suffisamment profond pour accueillir ces grosses batteries sans souci. Nouveauté appréciable : Panasonic livre directement le chargeur rapide AG-BRD50 qui permet de charger deux batteries intelligemment. C'est à dire que le chargeur détermine l'état des batteries branchées et décide laquelle sera chargée en mode rapide et laquelle sera chargée en mode normal. Sa puissance est insuffisante pour charger deux batteries en mode rapide, mais ce n'est pas un gros défaut. Ceux qui ont des besoins de plusieurs charges rapides simultanément devront investir dans plusieurs chargeurs, mais c'est un cas assez rare.


La batterie de 43 Wh permet une autonomie théorique de 3,5 h, ce qui est déjà pas mal. Deux heures de tournage réels ne viendront pas à bout d'une batterie, ce qui s'avère suffisant. On double bien sûr cette autonomie avec la batterie double, qui est cependant très coûteuse (plus de 400 €).


L'adaptateur secteur (qui sert aussi au chargeur) est simple à brancher et débrancher du caméscope. Il n'est pas possible d'alimenter le caméscope tout en chargeant une batterie avec les accessoires fournis, mais le passage de l'alimentation externe à la batterie est très simple : il suffit de débrancher. De ce côté, c'est conforme aux attentes des professionnels qui captent en continu.


La connectique est assez fournie, conformément à cette gamme de caméscope qui n'est pas exactement compacte :


  • sortie HDMI 2.0,
  • sortie composite CINCH,
  • sortie audio CINCH
  • port miniUSB 3,
  • sortie casque (jack stéréo 3,5 mm),
  • entrées micro XLR,
  • entrées télécommande (focus/iris et zoom/shutter).


Pas de prise SDI sur le UX90, elle est réservée au grand frère, le UX180. Idem pour le TimeCode In/Out.


UX90 batterie
Pas de gêne pour manipuler la batterie, sur trépied ou non : l'accès est bien dégagé. On peut facilement passer de l'alimentation secteur à la batterie et inversement sans arrêter l'enregistrement, c'est une bonne chose.
UX90 connectique

La prise HDMI est standard, ainsi que la prise USB 3. Celle-ci est une prise Micro-B USB 3, compatible avec une connexion micro-USB 2. Bonne idée que d'être enfin passé à l'USB 3, les fichiers enregistrés à 100 Mbps pouvant devenir très gros. Aucun câble n'est livré, cela évite la multiplication des câbles inutiles.


On pourra outrepasser la compression MPEG-4 du AVCHD ou du H.264 via la sortie HDMI. La sortie HDMI 2.0 est capable de sortir de l'Ultra HD en 25p ou du Full HD en 50p.


UX90

Le UX90 n'intègre pas de récepteur GPS, et Panasonic ne liste pas d'option pour ajouter cette fonction. Dommage pour un caméscope qui sera à l'aise sur le terrain.


Le UX90 peut aussi communiquer via une connexion réseau, comme c'est maintenant l'usage pour les caméscopes professionnels. Malheureusement, aucune connexion WiFi ou Ethernet n'est livrée avec le caméscope. Il faudra brancher une clef USB AJ-WM50 (environ 150 €) ou AJ-WM30 sur le port USB host pour bénéficier d'une connexion réseau. Ensuite, il faudra passer par l'application Panasonic AG ROP, de préférence sur un iPad. On est très loin de JVC ou Canon de ce point de vue...



(Test Panasonic AG-UX90)

Prise en main

Même si on n'est pas encore dans une ergonomie de type DJI, les manipulations sont quand même plus agréables que sur le Sony Z150. La molette sur le côté et l'écran tactile y participent largement. Panasonic fait presque jeu égal avec JVC et se rapproche de Canon, sans y parvenir complètement. La faute à un système de menus encore bien rigide, c'est une partie que les concurrents maîtrisent mieux.
UX90 molette

Le bouton d'enregistrement principal est correct : gros, visible, avec un bon retour pour ne pas faire d'erreur de déclenchement. Très peu de délai au déclenchement, c'est bien. Par contre, à l'arrêt de l'enregistrement, on est surpris de l'absence de réponse du caméscope. Si on se fie au voyant, il lui faut trois secondes pour stopper l'enregistrement, comme s'il était pris par l'élan. Mais en fait, le UX90 n'a enregistré qu'une seconde après l'appui sur le bouton. On s'y habitue, mais c'est quand même troublant. Le bouton sur la poignée, protégé par un capot amovible (bonne idée, ça), est un peu moins bon car plus mou.


Dommage que Panasonic n'ait pas prévu un troisième bouton, c'est quand même pratique et il y avait de la place sous l'objectif pour faire comme Canon. Par exemple en déplaçant le bouton de balance des blancs automatique.


UX90

Le bouton "Rec check" dédié pour relire instantanément le dernier clip est juste à côté de la bascule de zoom, c'est habituel et efficace. On pourra l'inverser avec celui du Focus Assist selon ses habitudes.


Le démarrage est assez long : environ 3 secondes, quel que soit l'état initial. C'est mieux que le Z150 qui a du mal à se mettre en route. Est-ce dû à la non activation des fonctions réseau, inactives par défaut ? C'est supportable, mais ça reste longuet.


Pas de mode "media", tant mieux. D'autant qu'il faut moins de 2 secondes après l'appui sur la touche Thumbnail pour afficher les clips enregistrés. Et ensuite, on profite de la navigation tactile. L'interface n'est pas rapide, on sent que la puissance interne est limitée, mais c'est utilisable. La encore, la faible définition de l'écran pénalise la navigation. En mode visualisation, on aurait aimé un écran HD. Cela permettrait par exemple de détecter un plan un peu trop flou et de le refaire avant de constater les dégâts sur ordinateur.


J'ai trouvé le UX90, avec sa batterie d'origine et sans micro supplémentaire bien équilibré, ses poignées permettent une tenue prolongée. La position de l'écran, sur le côté de la poignée, haut et vers l'avant permet de bloquer l'arrière du caméscope dans le creux de l'épaule et le stabiliser de manière efficace. On retrouve la tenue d'un JVC HM600, par exemple, ou du Z150 de Sony.


UX90


La plupart des réglages sont directement accessibles, facilement avec le pouce gauche. Les boutons sont francs et plutôt faciles à mémoriser sans les regarder, après quelques heures d'exercice. L'écran placé au-dessus ne gêne pas la manipulation. Comme Sony, Panasonic a remplacé les leviers par des boutons. Mais au moins ces boutons sont directs, pas forcément besoin d'actionner un levier supplémentaire. Si on souhaite utiliser la molette , on y gagne le réglage fin du gain et de l'ouverture. Et en mode balance des blancs variable, on pourra même s'en servir pour régler finement la température de couleur.


L'interrupteur de passage en mode automatique (Auto) ne porte pas à confusion et ne pourra pas être actionné par inadvertance. Le mode Auto est configurable dans un menu dédié pour régler l'ouverture automatique, la gain audio, la limite du gain vidéo, la balance des blancs, l'autofocus, etc. Vous pouvez décider que vous voulez une exposition entièrement automatique, mais pas la mise au point : intéressant pour un débutant qui pourra progresser à son rythme dans la maitrise de l'outil.


UX90

Le UX90 a 9 boutons personnalisables en dur sur la coque et 4 boutons tactiles sur l'écran, ce qui nous donne 13 boutons. C'est suffisant, bien qu'il soit possible d'affecter 41 fonctions à ces 13 boutons. Pourtant, il nous manque la fonction basique REC (déclenchement de l'enregistrement) dans ces fonctions. De ce point de vue, le UX90 est bien plus personnalisable que le Z150 et plus proche de Canon et JVC, qui en offrent quand même plus de ce point de vue.


Les menus sont disponibles en huit langues pour cette version UX90EJ, dont bien sûr le français. Les références asiatiques et américaines du UX90 proposent d'autres langues. Voilà qui devrait satisfaire ceux qui ne veulent pas naviguer dans des menus en anglais. Peu d'erreurs de traduction ont été relevées, mais plutôt des manques dans certaines fonctions, ce qui donne un mélange de français et d'anglais.


Deux innovations intéressantes de Panasonic dans cette série UX : le niveau à l'écran et la poignée porte accessoires. Le niveau à l'écran rappelle que Panasonic s'est fait une spécialité du niveau artificiel sur les caméscopes. Ici, nous avons l'horizontal en roulis, ce qui est déjà bien, mais aussi en tangage. Bien joué ! La précision n'est pas celle d'un niveau à bulle, mais c'est beaucoup plus rapide et suffisant dans beaucoup de situations.


UX90

On connaissait les pas de vis dans la poignée. Mais ici, nous avons droit à quatre filetages, deux gros et deux petits. On pourra donc monter facilement un éclairage et un écran, en plus d'un éventuel enregistreur. On pourra aussi facilement suspendre le caméscope avec deux vis, pour ne pas trop forcer sur une seule vis. Comme le caméscope pique du nez s'il est fixé au niveau d'une vis de la poignée, la fixation par deux vis fiabilise et stabilise le montage. Pratique et éventuellement décisif pour certains usages !


UX90


(Test Panasonic AG-UX90)

Qualité d'image et réglages, sensibilité

La refonte des gammes de Panasonic entérine le passage des trois capteurs CMOS avec un prisme vers un simple capteur plus gros. Nous pouvions donc craindre que la qualité d'image souffre de ce choix qui se justifie surtout par la baisse de prix du bloc capteur. Au résultat, ce n'est pas le cas : le capteur a suffisamment de photosites pour assurer une image Full HD très précise. En Ultra HD, nous avons vu que c'est un peu juste, et que nous aurons mieux dans l'avenir. L'examen fin des images confirme d'ailleurs un léger manque de définition dans certaines situations.


Est-ce dû à l'utilisation d'une large plage du capteur en Full HD ou au grand angle, mais les coins de l'image sont bien moins piqués que le centre, surtout à pleine ouverture. Ce défaut est difficile à détecter en Ultra HD, mode ou la zone du capteur utilisée est restreinte et le grand angle ... absent.


Les réglages d'image sont assez nombreux : niveau de noir, détail, gamma, colorimétrie, etc. En fait, on retrouve toutes les possibilités des caméscopes professionnels. Le UX90 donne un accès direct à 6 fichiers scène (des profils d'image) ce sera suffisant pour la plupart des usages. Et comme il est possible d'enregistrer ces fichiers scène sur carte SD, le nombre total de réglages différents ne dépend que de votre organisation. Durant les tests, nous avons surtout utilisé le fichier F1, celui par défaut. D'autres sont plus orientés cinéma ou diminuent le traitement d'image pour rendre une image plus plate, apte à être traitée au montage. Pas d’enregistrement Log sans traitement, toutefois.


réglages UX90

Les fréquences d'image sont peu nombreuses, le UX90 est bien plus limité que le UX180 de ce point de vue. Il y a bien une fonction VFR (fréquence d'image variable), mais elle ne permet pas de monter en fréquence, juste de descendre de 2 à 50 ips. En Ultra HD, on se contentera du 25 ips. En Full HD, le UX90 ne propose que 25 ips en 25p ou 50i, ou 50 ips en 50p.


UX90 modes

Pas de 30 ou 60 ips sur la version européenne du UX90, ce n'est pas bien grave. Par contre, on aurait aimé le 100 ips en Full HD, pour arriver au niveau du Z150 de Sony. Avec un débit maximum de 100 Mbps, c'était faisable.


Si l'on compare l'autofocus iAF de Canon, celui du UX90 semble lent. Sinon, il est comparable aux autres caméscopes de ce genre. Peu d'hésitation, sauf dans des conditions de manque évident de contraste. Il est vite perdu dans les tournages très dynamiques, comme tous les caméscopes qu n'ont pas une grande profondeur de champ. Avantage de la bague de focus toujours active, il est possible d'aider l'autofocus à la main, puis de le laisser faire ensuite. La position de mise à point à l'infini est pratique : si le sujet est loin, par exemple dans le ciel uniforme, inutile de faire pomper l'autofocus, autant lui dire que c'est loin !


Toujours pas de presets rapides de balance des blancs de type "photo" dans ce caméscope, c'est dommage. Pas non plus de levier "pro" pour les balances de blancs prédéterminées, nous en avons déjà parlé. Par contre, il est possible d'utiliser la molette pour modifier la température de couleur de façon fine, sans passer par le menu. La balance des blancs automatique est facile à déclencher, mais n'a pas toujours trouvé le bon réglage.


Les automatismes d'exposition ont semblé corrects. Pour bien contrôler, le UX90 peut afficher un histogramme, c'est déjà bien. Pas de forme d'onde ou de vectorscope. Panasonic fait comme Sony, mais ne propose pas autant que Canon.


Bénéficiant d'un capteur CMOS 1", le UX90 aurait pu prétendre, comme ses concurrents doté d'un capteur similaire, à une belle sensibilité. Mais la pléthore de photosites a limité la taille de chacun d'eux. Il faut bien comprendre qu'un photosite de ce capteur 1" de 20 Mp fait 2,5 microns. C'est exactement la même taille qu'un photosite d'un capteur 1/3" de 2 Mp, ceux qui étaient utilisés en HD. Pas de progrès à attendre de ce côté... Comme pour le Z150, on voit bien que le "grand" capteur n'est finalement pas si grand. Vous ne choisirez pas le UX90 pour sa sensibilité, il est très loin d'un EOS C100 dans ce domaine. On peut forcer le gain jusqu'à 30 dB, très finement avec la molette. Le traitement du bruit est performant, les images en basse lumière sont assez propres jusqu'à 12 dB, puis exploitables jusqu'à 20 dB.


UX90

Gain à 0 dB


 


UX90

Gain à 6 dB


 


UX90

Gain à 12 dB


 


UX90

Gain à 18 dB


 


UX90

Gain à 24 dB


 


UX90 sensibilité

Gain à 30 dB


 



(Test Panasonic AG-UX90)

Support d'enregistrement

La série UX de Panasonic est très raisonnable sur le support nécessaire : de simples carte SDHC ou SDXC conviennent. Pour enregistrer en AVCHD, une carte SDHC Class 4 suffit. Pour la HD à 50 Mbps, une carte SDHC Class 10 ou SDXC U1 suffit. Pour enregistrer en Ultra HD à 100 Mbps, il faudra prévoir une carte SDXC U3. Pas besoin de coûteuse carte propriétaire ou même de carte UHS II.


Tout ceci est très standard, ce qui nous va très bien. Pour le format d'enregistrement, on retrouve des fichiers MPEG-4 classiques qui se lisent sur tous les ordinateurs récents. Il faut certes une bonne puissance informatique pour que la lecture en Ultra HD soit fluide, mais c'est attendu : on ne traite pas 200 millions de pixels par seconde avec une calculatrice... En Ultra HD, le UX90 utilise le profil High@L5.1 du codec H.264. En Full HD, il se contente du profil High@L4.2 à 50 ips et même du profil High@L4.1 à 25 ips. C'est classique, cohérent avec les exigences de la compression et comparable aux concurrents.


En Full HD, le débit est limité à 50 Mbps, que ce soit à 25 ou 50 ips. Ce qui nous manque : un format Full HD 4:2:2 à 100 Mbps pour une meilleure richesse colorimétrique et plus de possibilité d'étalonnage


Les fichiers des rushs sont contenus dans un dossier DCIM habituel, lui même divisé en sous-dossiers dont le nom varie selon le jour de captation et le format d'enregistrement choisi : nnnRDRH0 pour l'Ultra HD 25p, nnnYDRH0 pour le Full HD 25p, nnnYBRH0 pour le FullHD 50p. Si on mélange les formats, comme c'est le cas lors d'un test, on peut se retrouver avec de nombreux sous-dossiers contenant des rushs.


Dossiers UX90


Les deux emplacements de carte SD permettent un vrai relais entre les cartes, de A vers B puis B vers A, jusqu'à 10 heures d'enregistrement continu. Le voyant d'absence de carte est visible à l'écran, mais pas perturbant : il ne clignote pas. C'est plus pro que le comportement du Z150. Il est aussi possible d'enregistrer en simultané sur les deux cartes pour plus de sécurité. Seul le UX180 permet d'enregistrer deux modes différents sur les deux cartes, ce n'est pas le cas du UX90, qui est donc plus limité que ses concurrents de ce point de vue.


UX90 slots


(Test Panasonic AG-UX90)

Montage

Si vous enregistrez en AVCHD, aucun souci n'est à prévoir pour le montage. Ce format maintenant éprouvé est géré par tous les logiciels de montage récents, qu'ils soient professionnels ou grand public.


Si vous enregistrez en MPEG-4, c'est encore plus facile. La plupart des logiciels de vidéos sont capables de les lire sans souci, les logiciels de montage importent les rushs sans poser de question. Par contre, il n'y a pas de metadonnées dans les fichiers, comme on peut en trouver dans des fichiers MXF. Avantage de la simplicité, mais inconvénient d'un conteneur grand public. On pourra toutefois sélectionner les rushs selon leur format d'enregistrement (UHD, HD50, HD25) en filtrant selon les noms de dossier. c'est une méthode peu efficace, mais facile.


UX90 FCPX


(Test Panasonic AG-UX90)

Spécifications mesurées du AG-UX90

  • Hauteur : 198 mm
  • Largeur : 165 mm
  • Longueur : 380 mm au complet avec le pare-soleil et l’œilleton
  • Diamètre du filetage : 67 mm
  • Diagonale de l'écran : 88 mm (3,5"), soit 77 x 44 mm
  • Diagonale du viseur : 12 mm (0,45"), soit 9 x 7 mm
  • Poids du caméscope nu (sans batterie, carte, pare-soleil, oeilleton) : 1920 g
  • Poids de la batterie AG-VBR59 : 232 g (pour une taille de 70 x 51 x 41 mm)
  • Poids du pare-soleil : 147 g (158 x 114 x 58 mm)
  • 1 carte SDXC : 4 g
  • Oeilleton souple : 17 g
  • Poids de l'appareil en ordre de marche (avec la batterie standard, le pare-soleil, une carte SDXC) : 2320 g
  • Démarrage mode caméra : environ 3,5 s
  • Passage en mode visualisation des clips : environ 3 s
  • Retour en mode enregistrement : 2 s
UX90


(Test Panasonic AG-UX90)

La concurrence

En face du Panasonic AG-UX90, qu'avons nous sur le marché ?


Si nous prenons en compte l'aptitude à l'Ultra HD, le concurrent évident est le PXW-Z150 de Sony. Il en offre plus en HD, que ce soit pour la fréquence d'image (100 ips) ou la richesse colorimétrique (4:2:2) mais pas en Ultra HD. Son zoom est moins étendu, son ergonomie moins bonne. Il est surtout bien plus cher (d'environ 1000 € H.T., ce qui est 40% plus cher). En fait, le UX90 est au même prix que le X70 et son option 4K. Alors qu'il en offre bien plus.


Z150
Chez JVC, on arrive directement sur le HM200. Plus compact, plus léger, moins cher et pourtant plus connecté que le UX90, il souffre de la taille de son capteur et d'un zoom moins étendu.
HM200
Si on reste cantonné à la HD, la concurrence s'élargit. Canon propose l'inévitable XF200 au même prix que le UX90. On y gagne compacité, poids, étendue du zoom, richesse fonctionnelle (notamment le réseau) et ergonomie (les menus en particulier). Mais son "petit" capteur ne donne pas le même rendu.
XF205

En HD, on n'oubliera pas nos plus les triCMOS 1/3", comme le JVC GY-HM620 ou le Sony HX-NX5R.


Mais le principal concurrent du UX90, il n'est pas chez les concurrents, mais chez Panasonic même ! Pour à peine plus cher, vous pouvez avoir un HC-X1 de Panasonic. C'est le jumeau "amateur" du UX180, le grand frère du UX90. Un certain nombre d'inconvénients du UX90 tombent (grand angle en Ultra HD, 50p en Ultra HD, enregistrement haut débit, etc). Entre le HC-X1 et le UX180, quelles différences ? La connectique SDI, le TC in/out et la garantie pro. Alors si la garantie pro ne vous manquera pas (ce peut être un facteur décisif), vous préférerez le HC-X1 au AG-UX90.



(Test Panasonic AG-UX90)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de votre soutien

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Panasonic AG-UX90

Prix fabricant : (TTC) 2700 Euros
Voir les 3 avis d'internautes et donner le vôtre