Magazinevideo > Caméras & Photo > Tests de caméras et drones > Tests de drones et caméras stabilisées

Premium

Test DJI Osmo

le contorsionniste

22 juin 2016 par Thierry Philippon

Tous les tests / articles sont disponibles en pdf et sans pub avec l'abonnement Premium

DJI Osmo

Voir les accessoires
Prix fabricant : 749 Euros
 

DJI Osmo

L'Osmo s'apparente à une mini-steadicam, c'est à dire une caméra assistée par un système de stabilisation sur nacelle, l'ensemble étant tenu au moyen d'une poignée d'environ 15 centimètres de long. Ce produit plutôt haut de gamme est conçu par DJI, un fabricant chinois bien connu pour ses drones Inspire et Phantom, ainsi que son système de stabilisation autonome pour DSLR, le Ronin-M, proposé aux alentours de 1500 euros. Toutefois DJI n'est pas le premier à s'aventurer sur ce créneau. On peut notamment citer en précurseur le Movi de Freefly Systems, produit professionnel très haut de gamme à 15.000 euros. Mais revenons à l'Osmo...


Le centre névralgique du système est la nacelle au sommet de laquelle trône la caméra, elle-même logée dans une boule. La nacelle anticipe les mouvements naturels du bras (transmis à la poignée) grâce à un dispositif électro-mécanique à 3 axes qui adoucit les transitions. Ce système de stabilisation repose sur des moteurs Brushless, capables de distinguer les mouvements de l'opérateur ou de les accompagner. On peut même contrôler la boule avec précision à l'aide du Joystick quadridirectionnel. Mais on ne peut éviter dans ce cas un mouvement un peu brusque si on change d'axe. La caméra présente un angle d'inclinaison de 170 degrés et peut pivoter horizontalement sur 640 degrés.


La caméra est capable de prendre des photos d'une résolution de 12 mégapixels et surtout, d'enregistrer des vidéos en 720p, FullHD 30 ou 60p, 2,7 K, UltraHD ou même vrai 4K.


DJI Osmo

La tête de la caméra est la Zenmuse X3 qu’on retrouve sur le Phantom 3 et le drone Inspire One. La X3 de l’Inspire peut s'utiliser sur l’Osmo mais pas l’inverse, en raison d'une légère différence de conception.


Le capteur choisi par DJI est le Sony Exmor R BSI 1/2,3" qui exploite 12,4 millions de pixels. Dans son test du Phantom 3, Antoine Désir rappelait que ce capteur est celui qu’on retrouve chez Sony sur l'actioncam FDR-X1000 et chez GoPro, ou encore sur des caméscopes plus conventionnels chez JVC.... C’est un capteur classique mais peu sensible, un peu moins efficace en 4K, mais plutôt bon en FullHD. L'optique ne dispose pas de zoom mais pour l'usage de l'Osmo, un zoom a moins de sens que sur un camescope.


La tête de l'Osmo peut être remplacée - moyennant adaptateur - par la Zenmuse X5, une tête prévue pour le drone Inspire, qui intègre une caméra micro 4/3 (type GH4 en 17.3 x 13.0 mm au lieu de 6.17 x 4.55mm). On peut donc adapter des objectifs comme ceux proposé par DJI, les optiques 12 et 17 mm. Par ailleurs, la Zenmuse X5 se trouve dotée d'un capteur plus performant de 16 Mp au lieu de 12.4 Mp.


On recense aussi la Zenmuse X5R, dotée du mode Raw (D-Log), du mode HDR et du logiciel DJI CineLight pour Mac. Attention les prix s’envolent comme des drones ! Comptez un peu plus de 2000 euros pour la tête Zenmuse X5 et un peu plus de 2600 euros pour le X5R. Si vous souhaitez comparer les 3 produits, c'est ici.


Le prix de l'Osmo de base reste raisonnable puisqu'il ne dépasse pas les 650 euros TTC. Un tarif toutefois supérieur à la plus chère des GoPro, la Hero 4 Black. Alors de quoi est capable cet Osmo ? Pour le savoir, passons au test proprement dit !


DJI Osmo

Comparez ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Lisez les 81% qu'il reste à découvrir de ce contenu.

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis