Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels de montage > Tests de logiciels de montage PC

article archivé

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

VideoStudio10

la technologie conviviale

 

08 avril 2007 par Gérard Galès

 

Chez Ulead, ce programme de montage vidéo, à l'origine simple mouture grand public du logiciel MediaStudio Pro de la marque, s'est hissé petit à petit sur les plus hautes marches du podium au sein de la gamme des produits destinés aux vidéastes amateurs éclairés. A tel point qu'il est désormais chouchouté aussi bien par ces derniers (et même parfois par les monteurs institutionnels) que par la marque elle-même et bénéficie de constantes améliorations alors que le "grand" logiciel MediaStudio Pro, lui, n'a même pas été francisé dans sa dernière version 8. Et si VideoStudio est toujours petit par le prix (à partir de 94,95 € en téléchargement pour sa dernière version 10 Plus, 64,95 € pour la version standard et 54,95 € la mise à jour), il a considérablement grandi au fil des ans en se dotant de multiples fonctions dignes des pros. Un épluchage de ses nouveautés s'avérait donc indispensable.


Videostudio

> LIRE LA SUITE : Editeur de montage : + de modularité

Editeur de montage : + de modularité


Depuis le grand lifting de la version 6, VideoStudio n'avait guère changé de look. Sa grande visionneuse, très confortable, mais ancrée en position centrale, commençait à faire un peu désuète par rapport à la concurrence. En effet, aussi bien dans le même créneau grand public qu'en pro, beaucoup de programmes de montage savent désormais offrir de la modularité dans la disposition de leurs fenêtres d'interfaces. Cet inconvénient disparaît avec cette nouvelle version 10. Il devient possible de poser la visionneuse en haut à droite ou à gauche de l'interface et d'intervertir aussi les positions de l'espace Bibliothèque et panneaux d'outils de réglages. Hormis ce changement, l'interface conserve globalement son look habituel. C'est heureux car, même si on apprécie les subtiles améliorations d'apparences qui gomment quelque peu l'aspect un peu trop "taillé à la serpe" des versions précédentes, la philosophie du "restons dépouillé, simple et clair" est maintenue. Certains pros regarderont sans doute cela d'un œil moqueur en pensant à tort qu'il s'agit d'un logiciel basique. Il n'en est rien car sous ses atours stylés "amateur", VideoStudio sait offrir un grand nombre de fonctions de qualité pro.


 

Ulead ne s'y est pas trompé : l'utilisateur lambda de VideoStudio souhaite faire du montage de manière simple, rapide et efficace sans être obligé de se plonger dans une énorme documentation pour comprendre à quoi peut bien servir la ribambelle d'icônes qu'il a sous les yeux. Certes il est toujours bon de disposer de nombreux outils mais il n'y a rien de plus énervant, lorsqu'on dispose de peu de temps pour réaliser un montage, que d'en perdre beaucoup à essayer de décrypter l'aspect ésotérique d'une icône pour s'apercevoir au final qu'on n'a en fait aucun besoin de cette fonction particulière.


 

Ici rien de tout ça. Les icônes sont rares et facilement identifiables du premier coup d'œil. Seul petit reproche : pourquoi avoir dénommé Edition - avec effet de vague - l'icône qui se trouve en haut à gauche de la time-line ? Cet intitulé paraît abscons et peut induire en erreur. Car il ne s'agit ici nullement d'un quelconque effet spécial applicable à l'image mais simplement de la possibilité d'insérer un clip tout en déplaçant automatiquement les autres pistes (espaces vides compris) afin de conserver la synchronisation avec elles. Ces dernières sont liées ou déliées à volonté par activation de l'icône Chaîne (à gauche en début de chaque piste). Il eut mieux valu à mon avis donner à cet outil un nom plus explicite du genre : Synchronisation de pistes ou Déplacement combiné.



(VideoStudio10)

Savoir faire étape

Sept onglets permettent d'accéder à des panneaux d'outils dotés de réglages spécifiques, adaptés au travail à réaliser. Il n'y a donc pas ici à chercher au fond d'un menu ou dans une rangée d'icônes comment activer une fonction particulière. Le monteur n'a qu'a suivre une série d'étapes logiques partant de la gauche avec le premier onglet Capture. A noter qu'il lui est désormais possible de capturer des rushes issus de camescope HDV (version Plus seulement) ainsi qu'une source d'image vidéo TV numérique (DVB-T). Il passe ensuite à l'onglet Editer qui propose toute la gamme des outils habituels de découpage, fractionnement, correction chromatique, vitesse, trajectoire, etc. Le montage HD est réalisé ici souplement grâce à la génération automatique de fichiers Proxy (basse résolution) qui sont les seuls à être manipulés durant toutes les phases de montage. Vient après l'étape Effet avec son cortège de transitions, filtres variés et animation Flash puis l'étape Incrustation qui, comme son nom l'indique, gère tous les réglages de superposition et le fameux Chroma Key.
 


Videostudio


Traditionnellement, ce n'est que lorsque le travail sur les images (découpage, raccords, corrections, effets) est complètement réalisé que l'on s'occupe des titrages (l'onglet Titre autorise l'écriture directe des textes sur l'image dans la visionneuse) et enfin de l'audio pour ajouter un bruitage, une musique à partir d'un fichier de la bibliothèque ou par importation d'un CD audio. C'est dans cet onglet également que vous pourrez enregistrer un commentaire en direct (voice over) ou ajouter un filtre audio. Pour terminer enfin son montage, l'onglet le plus à droite, dénommé Partager, permet de gérer toutes les options d'exportations sur divers supports : création d'un fichier, création d'un disque, enregistrement sur bande DV ou simple lecture du projet. Lorsqu'il s'agit de HD, l'exportation est alors réalisée automatiquement en pleine qualité. A noter que cet ordonnancement est purement indicatif et qu'il est possible de naviguer à son gré d'un onglet à l'autre. Et de toutes façons, à l'appel de certaines fonctions, l'onglet correspondant se sélectionne automatiquement. Par exemple un double clic sur un segment vidéo dans la time-line vous fait systématiquement passer sur l'onglet Editer, la même opération sur un segment sonore vous amène dans l'onglet Audio, etc. Les différentes bibliothèques sont rangées dans un même panneau à côté de la visionneuse. Selon l'onglet dans lequel on se trouve, un contenu spécifique s'affiche automatiquement mais il est également possible d'accéder à tout moment au contenu de son choix via un menu déroulant.
 


Videostudio


(VideoStudio10)

Visionneuse : des outils bien mesurés

VideoStudio


Sous l'écran de la visionneuse, outre les classiques commandes de navigation, le monteur dispose d'une barre horizontale destinée au découpage rapide des images. Le rabotage par le début ou la fin est facilement réalisable par marquage des points In et Out à la position de la tête de lecture ou par le déplacement des 2 "cales" qui vont ainsi rétrécir la longueur du segment utile à conserver, facilement identifiable et repérable à sa couleur bleue. Une icône Ciseaux permet en outre de sectionner une vidéo en deux parties au niveau de la tête de lecture. Simple et rapide mais attention cependant : cet outil peut tout aussi bien s'appliquer à un rush sélectionné dans la bibliothèque, un clip vidéo ou audio sélectionné sur la time-line ou, si rien n' a été sélectionné, faire office de barre de compilation. Dans ce dernier cas, un rabotage quelconque fait apparaître une ligne rouge au niveau de la règle temporelle dans la time-line, signifiant ainsi que seule cette portion de montage sera compilée et exportée.



Autre fonction bien pratique autorisée dans la fenêtre de visionnage : la possibilité de se déplacer dans le montage en agissant directement sur l'affichage du code temporel. Celui-ci est flanqué de 2 petites flèches. Vous pouvez les utiliser de 2 manières différentes. Soit vous cliquez sur une valeur (groupe de 2 chiffres) d'heure, minute, seconde, image et celle-ci se met alors à clignoter. En cliquant ensuite sur une des petites flèches vous déplacez ainsi instantanément la tête de lecture d'une valeur correspondante positive (vers le haut) ou négative(vers le bas) à chaque clic. Soit, lorsque la valeur clignote, vous entrez directement la ou les valeurs particulières de code temporel que vous voulez retrouver et la tête de lecture va alors immédiatement s'y placer. A noter que la visionneuse, bien que déjà d'une taille confortable, peut s'agrandir en quasi plein écran et surtout qu'elle conserve dans ce cas tous ses outils : découpage, icône Ciseaux et affichage du code temporel. Agréable et fonctionnel.



(VideoStudio10)

Time-line : rustique mais pratique

videostudio
Videostudio


Sur la time-line elle-même, même rigueur spartiate. 3 icônes principales à gauche déterminent son mode d'affichage : Storyboard avec simple affichage sous forme de succession de vignettes (uniquement utilisable en mode Edition et Effet). Ici pas de piste audio, on travaille sur l'image en priorité et seule une petite icône "haut-parleur" indique la présence ou non de son dans le clip. L'application éventuelle de filtre(s) est également signalée de la même manière. Lorsqu'il s'agit de transition, c'est alors une mini vignette la symbolisant qui s'intercale entre les vignettes des clips. Pendant la lecture, une ligne verticale balaye la vignette sélectionnée, permettant ainsi de se repérer facilement. La deuxième icône Ligne de temps ouvre une time line classique, composée d'une piste Vidéo principale en haut, d'une piste Incrustation en dessous puis d'une piste Titre et enfin en bas de 2 pistes audio. Ces dernières sont dénommées piste Voix et piste Musique mais en pratique vous pouvez y placer absolument n'importe quel fichier audio, qu'il s'agisse du son des rushes, d'un commentaire fait en mode Voice over ou d'une musique quelconque. A noter que cet affichage étant indispensable au travail d'incrustation, de titrage et de son, il se sélectionne automatiquement à l'appel des fonctions correspondantes.
 


Videostudio

Par contre la troisième icône doit toujours être activée manuellement si besoin est. Elle donne en effet accès à la table de mixage audio, au graphique de spatialisation Surround et, nouveauté réclamée de longue date par les aficionados de VideoStudio, affiche désormais la forme d'onde audio. La gestion du volume se fait soit par le biais de la ligne élastique directement dans le segment audio sélectionné ou bien par le curseur linéaire du mixeur. Cette "table de mixage "est hélas encore par trop basique. Il n'est en effet pas possible de régler simultanément plusieurs pistes (par synchronisation de 2 curseurs par exemple) et elle n'offre aucun outil d'automatisation. Le travail de montage audio est encore ici le parent pauvre. Il est dommage que Ulead n'ait pas donné la possibilité, comme cela se pratique désormais dans bon nombre d'autres programmes, de combler ce déficit en ouvrant son logiciel aux plug-ins VST et DirectX afin d'avoir accès à des outils de mixage plus sophistiqués (et un plus grand nombre d'effets spéciaux audio).



(VideoStudio10)

Des effets qui le font !

Les icônes d'outils utilitaires apparaissent dès que l'on a sélectionné un segment vidéo dans l'onglet Editer. Si on apprécie la gestion hyper facile des accélérés-ralentis (Vitesse de lecture) où il suffit de faire glisser un curseur en avant ou en arrière, par contre les outils de correction colorimétrique s'avèrent vraiment basiques (pas de roues colorimétriques ni d'aperçu avant-après). On aurait également aimé y disposer d'une réinitialisation par curseur plutôt qu'une seule générale. Mais à côté de cela, VideoStudio nous offre quelques fonctions bien sympas telle que Inverser la vidéo pour la faire jouer à reculons et Séparer l'audio de la vidéo afin par exemple d'aller travailler le son dans un programme plus spécialisé avant de le réimporter dans le montage.


 



Pour pouvoir accéder aux bibliothèques de transitions et filtres, il faut ensuite cliquer sur l'onglet Effets (ou un des onglets suivants). La gamme des transitions disponibles est assez riche. Elle est désormais bien connue et mériterait peut-être d'être quelque peu renouvelée ou tout au moins de pouvoir s'enrichir via des bibliothèques externes, comme dans Pinnacle Studio par exemple. Ce dernier exploite en effet avec succès le principe des packs additionnels payants à la demande où on commence par les tester en mode démo et on ne les achète ensuite que si besoin est. Ainsi seuls sont payés les effets réellement utiles. Ceci dit, par rapport à ses concurrents directs dans la sphère grand public, VideoStudio 10 tire quand même fort bien son épingle du jeu pour ce qui est de la gestion des réglages d'effets en mettant à la disposition du monteur des fenêtres de paramétrages dédiées bien équipées en options diverses et surtout nanties de gestionnaires d'images clés, ce dont peu d'autres programmes grand publics disposent actuellement.

Videostudio

Cette dernière version étaye également sa gamme d'outils de réalisation d'effet spéciaux. L'incrustation, par exemple, jusqu'à présent limitée à une seule piste, est désormais gérable sur 6 niveaux dans la visionneuse, autorisant ainsi des effets bien plus sophistiqués. Mais il est dommage que cette fonction soit réservée là aussi à la seule version Plus du logiciel. Parmi divers nouveaux filtres, on remarque le filtre anti-secousses, fort apprécié des vidéaste amateurs qui ont tendance à avoir un peu la tremblote. 3 nouveaux ensembles de masque viennent enrichir la gamme de transitions en proposant de nouveaux motifs intéressants. Enfin on note la nouvelle possibilité d'ajouts directs de marques de chapitres sur la time line (petite piste spécifique en haut) en vue de la création d'un DVD.





Videostudio


(VideoStudio10)

Des améliorations encore timides

La gestion du titrage, point faible du logiciel, a été quelque peu améliorée. C'est le cas notamment pour la fonction d'alignement du texte à l'écran qui autorise une saisie plus facile. Par ailleurs les fichiers projets au format de sous-titre standard sont maintenant acceptés. Mais cela reste encore insuffisant pour véritablement peaufiner ses titrages. On aurait largement préféré, comme dans Pinnacle Studio là aussi avec Title Deko, pouvoir accéder à un "vrai" titreur indépendant capable d'autoriser beaucoup plus de fonctions que cela. VideoStudio est vraiment à la traîne à ce niveau. Dans la prochaine version peut-être ? Par contre les musiciens et audiophiles apprécieront de trouver au chapitre des améliorations audio une nouvelle fonction de Décalage de pas qui permet d'élever ou d'abaisser le pas audio des clips sans altérer la durée. Ainsi qu'une fonction d'importation de CD audio qui prend désormais en charge les informations venant d'Internet (titres, noms d'artistes, genres, dates, etc.).



Le Surround 5.1 est aussi à l'ordre du jour de cette version 10 (tendance oblige) avec une fonction de sur-échantillonnage de 2 à 5.1 voies d'un seul clic de souris. Une représentation graphique d'un espace Surround autorise un placement précis du son et des effets de panoramique audio.



 



Videostudio




(VideoStudio10)

Exportations : HD et qualités variées

Lorsque le montage est terminé, il convient de le faire ressortir de l'ordinateur pour le copier sur un support plus approprié au type de diffusion auquel on le destine. VideoStudio, via son onglet Partager, propose toutes les options dont vous pouvez avoir besoin : Créer un fichier sur l'ordinateur (vidéo complète ou seulement audio) vous renvoie à un choix de divers formats en DV, DVD, VCD et SVCD, Mpeg 1 et 2 ainsi que WMV y compris en HD Pal. Il ne reste ensuite qu'à donner un nom à son montage et lui trouver un emplacement sur le disque dur (de qualité vidéo et séparé du système de préférence). Les formats MPEG-4 et le DivX (avec codec approprié) sont pris en charge et on dispose maintenant de modèles de sortie pour mettre sa vidéo sur iPod, PSP, Smartphone, PDA et autres périphériques mobiles.


 



Videostudio

 



L'option Créer un disque vous renvoie sur un module d'authoring qui reprend l'ergonomie du programme dédié Ulead DVD Movie Factory, réputé pour sa simplicité d'utilisation. La navigation y est intuitive et rapide. La création de menus elle-même y bénéficie de sensibles améliorations. Ce que l'on remarque surtout, c'est la disponibilité de menus dénommés SmartScene. Dans ceux-ci, les titres du projet peuvent en effet partager une zone d'aperçu unique au lieu d'apparaître comme des boutons animés distincts. Par ailleurs des menus de base texte permettent de considérer le texte comme un lien vers les titres de chapitre.



De nouveaux filtres spécifiques ont également été ajoutés afin de créer des animations, même sur des menus statiques. Ces animations peuvent être de type onde, vague ou effet de panoramique et zoom. Les autres options d'exportations possibles sont classiquement Copier sur bande DV ou simplement Lire le projet en plein écran, éventuellement sur un périphérique externe. Pour que la chaîne HD soit complète, VideoStudio est en toute logique désormais capable de créer des disques DVD HD (version Plus uniquement). Le lecteur WinDVD est inclus afin d'autoriser le visionnage de toutes les vidéos HD et SD.




Videostudio


(VideoStudio10)

Rêvons d'un futur toujours meilleur

videostudio

Bon, Ulead a réellement accompli de gros efforts pour améliorer ce "petit" logciel qui mérite pleinement son succès actuel. Il est bien outillé (sauf correction colorimétrique et mixage audio), convivial, intuitif et ergonomique. Le chargement est plus rapide qu'auparavant et la réactivité meilleure mais loin d'être parfaite encore. Elle reste hélas en dessous de la concurrence dans ce domaine. Peut-être atteint-on ici la limite du moteur (le noyau) informatique ? Sa conception date effectivement de pas mal d'années déjà. Ne faudrait-il pas, comme vient de le faire récemment Pinnacle avec son Studio version 10, remplacer celui-ci par un moteur plus puissant et plus pro ? Les vidéastes amateurs mais éclairés sont en effet de plus en plus exigeants et la concurrence est féroce dans ce segment du montage grand public.


On apprécierait également qu'une prochaine version de VideoStudio apporte enfin aussi le rendu en tâche de fond, une time-line à montage multiséquence, voire une gestion du double écran de monitoring. Ceci dit ne pinaillons pas outre mesure. Il faut reconnaître que cette version 10 de VideoStudio offre un rapport-qualité prix exceptionnel et qu'elle est tout à fait capable en l'état actuel de combler les attentes de la majorité des monteurs amateurs. Mais pour que ce programme se maintienne dans le futur au plus haut niveau de la gamme, de simples liftings ne suffiront pas. Des opérations "chirurgicales à cœur ouvert" de grande envergure seront probablement nécessaires. Souhaitons-lui donc un avenir tout neuf.



(VideoStudio10)

Assistant de création automatisée de film

Videostudio

Vous retrouvez dans ce programme additionnel un certain nombre d'outils de l'interface de montage habituelle. Par exemple, la possibilité de capturer directement les rushes depuis le camescope, d'insérer une vidéo, une image fixe ou d'importer un dossier DVD. Vous pouvez découper en amont et en aval le segment vidéo à conserver, faire un dérushage automatique selon l'heure et la date de tournage. Lorsqu'il s'agit de photos, vous disposez aussi de l'outil Rotation de 90°. Un clic sur la petite icône Extraire des segments vidéos de la séquence ouvre une nouvelle fenêtre avec des outils de découpage un peu plus évolués qui autorisent des fractionnements multiples. Puis vous choisissez un modèle de film dont le style est le mieux adapté à votre projet et vous lancez le "montage". Des transitions, titres et de la musique thématique sont alors insérés dans le découpage des plans réalisé.



A noter que dans le cas d'un diaporama, VideoStudio vous propose des modèles spécialement adaptés à cette forme narrative de montage. Au final il suffit de "remplir les cases" en inscrivant ses propres textes dans les titrages pré-établis et, si l'on désire "personnaliser" un peu plus, de choisir une des options de Durée, celles-ci permettant divers ajustages de durée et de rythme pour combiner vidéo et musique de fond. Mais ce type d'automatisation conduit hélas trop souvent à une espèce d'uniformité laissant surtout apparaître à la diffusion un manque cruel d'imagination, voire de bâclage du travail. La plupart des vidéastes qui sont, je pense, avant tout des créateurs d'images et de sons, zapperont assez facilement cet "automate" et préféreront signer leur montage par une construction véritablement personnelle et originale gérée de A à Z. Ceci dit, il peut être envisageable de profiter de cet assistant pour "dégrossir" son montage et passer ensuite aux choses plus sérieuses dans l'interface "ordinaire" de VideoStudio (une icône de lien direct est d'ailleurs prévue à l'étape Terminer de l'assistant).



(VideoStudio10)

Assistant DV sur DVD

Videostudio

 


Voici un module additionnel qui ne manque pas d'utilité, pour autant que l'on tourne toujours avec de la bande DV. Il permet en effet de capturer ses rushes depuis le camescope et de les graver directement sur un DVD en y appliquant un modèle de présentation d'intro prédéterminé. Cet assistant autorise la gravure en une seule passe de tout le contenu d'une bande DV ou bien son balayage afin d'opérer une détection de scènes, depuis le début de la bande ou à partir de la position courante. Les rushes peuvent ainsi être rapidement dérushés. Les vignettes s'affichent dans un Story-Board et il n'y a plus qu'à marquer celles que l'on désire conserver ensuite sur le DVD. Basique mais rapide et efficace.



(VideoStudio10)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide