Magazinevideo > Drones, Trépieds, Smartphones > Accessoires vidéo à bricoler

Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent

L'art de la bricole

 

30 janvier 2012 par Bricol'art (alias Gérard Galès)

 

antivent

Il n’est pas rare, lors d’un tournage en extérieur, que le preneur de son subisse la torture (sonore) d’un vent venant désagréablement « pourrir » son enregistrement audio. Au-delà de la fabrication d’une perche audio avec suspension souple, (voir à ce sujet la fiche bricolage précédente n°10), il est intéressant de se doter en sus d’un système universel capable de protéger efficacement du vent tout microphone installé sur la perche.


Pour ce bricolage, je me suis inspiré du fameux « blimp », ce boîtier grillagé en forme de suppositoire que les pros utilisent couramment. Voici comment le fabriquer simplement et à tout petit prix, l’habiller d’une fourrure anti-vent et l'adapter à la suspension souple précédemment réalisée.



> LIRE LA SUITE : Le matériel

Le matériel

antivent

Pour réaliser mon blimp personnel, j’ai fait appel à un morceau de grillage en plastique gris semi-rigide que l’on trouve aisément dans la plupart des jardineries (vendu au mètre à moins de 10 euros/m en moyenne). Il est ordinairement utilisé en protection de tronc d’arbre, confection de cage, aquariophilie, etc. On peut également exploiter du grillage PVC protège-gouttière, vendu par exemple sur le site shopix.fr à seulement 4,99 euros le rouleau de 6 m x 0,16 m. Il offre lui aussi un bon compromis solidité-souplesse mais sa faible largeur (16 cm) oblige dans ce cas à réaliser le cylindre du blimp en plusieurs parties.


Je me suis également muni d'une ficelle fine en nylon résistant (pas de fil de fer, trop agressif pour les bonnettes fines !), d’un boulon diamètre 6 x 30 mm avec 2 écrous et rondelle, et d’un peu de ruban adhésif type gaffer. Comme il est indispensable de rigidifier l’embase du blimp qui va venir en contact avec l’étrier de la suspension souple, j’ai aussi découpé 2 petites plaques de 14 x 8 cm dans la matière plastique d’un couvercle de boîte alimentaire hermétique (de surimis, pour tout dire !). Quelques rivets pop permettront de les fixer en place. Nous verrons ensuite comment habiller ce blimp artisanal afin qu’il puisse efficacement filtrer le vent.



(Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent)

La mise en forme du blimp

antivent

J’ai tout d’abord découpé le grillage plastique afin d’obtenir une plaque de 40 cm x 40 cm. Puis d’un côté, sur 5 cm de haut, j’ai tracé et découpé 5 triangles répartis de manière équidistante sur les 40 cm de large (voir schéma). J’ai ensuite enroulé le grillage de manière à réaliser un cylindre d’environ 10 cm de diamètre, les deux bords se recouvrant sur 5 cm. La ficelle est utile ici pour « coudre » ce recouvrement de jonction, ainsi que les 5 triangles qui sont joints de façon à former un cône. L'ouverture de l'autre côté du cylindre reste libre pour laisser passer le microphone. Une petite plaque « surimi » est glissée à l’intérieur du cylindre, l’autre à l’extérieur de façon à prendre le (double) grillage en sandwich. Le rivetage permet de les solidariser définitivement, créant ainsi une embase solide.


Il m’a ensuite suffi de percer une petite fente au centre de cette embase, par laquelle j’ai glissé la partie inférieure de l’étrier de la suspension souple. Enfin, pour éviter que la partie supérieure du grillage ne bouge, je l’ai solidarisée au manchon PVC par le biais du petit boulon de 6 mm, traversant son sommet. Le squelette du blimp est désormais terminé et fixé.



(Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent)

Tissu pour vent modéré

antivent

Il ne reste plus qu’à couvrir cette cage grillagée de tissus filtrants. Pour cela, rien de mieux que de vraies chaussettes fines en nylon, dénommées mi-bas dans le commerce. Achetez-en un lot en supermarché (4 à 5 euros en moyenne et noires de préférence, c'est plus classe !). Recouvrez ensuite la cage avec 3 à 6 épaisseurs de ces chaussettes afin de constituer une enveloppe suffisamment épaisse pour contrer un vent de moyenne intensité. Faites des tests en situation réelle et réajustez les épaisseurs si nécessaire. Voir la vidéo de test ici. Avec ce système, il est aisé d’insérer ou d’ôter le microphone du blimp via les ouvertures des chaussettes. Si ces dernières bâillent un peu trop autour du câble, il suffira d’y ajouter un bracelet élastique pour rendre « étanche » l'arrière de la bonnette.



(Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent)

Fourrure à poils pour vent fort

antivent

En présence d'un vent fort, il est indispensable de l'équiper d'une seconde enveloppe plus filtrante, constituée de fourrure synthétique à poils longs. Pour me fabriquer ce type de bonnette spéciale, dénommée Windjammer, j’ai acquis un petit coussin d’ameublement en fausse fourrure marron, trouvé à 6,99 euros en magasin Foir’fouille. Il est idéal pour mon blimp car ses dimensions sont de 40 x 40 cm. Je l’ai tout d’abord découpé en deux parties égales (on peut donc éventuellement se confectionner deux bonnettes…). Puis j’ai ôté avec des ciseaux la doublure en feutrine blanche qui tapisse l’intérieur et renforcé les coutures sur les côtés.


Le tissu « fourrure » peut ainsi jouer son rôle de filtre (en soufflant fortement dessus, on doit légèrement sentir l’air sur sa main placée de l’autre côté). Pour pouvoir fixer rapidement cette bonnette à poils et l’ôter tout aussi aisément, j’ai collé à l’Araldite deux bandes de Velcro (mâle et femelle) sur sa partie basse ouverte, en laissant un espace nu au centre pour le passage de l’étrier de suspension souple. Mon ensemble blimp-tissu filtrant-bonnette à poils peut ainsi affronter sereinement tout type de vent.



(Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent)

Côté pros

blimp rode

L'avantage d'un ensemble pro blimp-windjammer se situe surtout au niveau de l'ergonomie de la cage elle-même. Celle-ci est renforcée à ses extrémités et démontable en plusieurs parties emboîtables. De plus, sa suspension souple (souvent avec élastiques réglables en tension) est basée sur un manche « pistolet » très pratique, éventuellement exploitable indépendamment. Le blimp de la marque Rode offre des caractéristiques pros pour un prix très raisonnable. Je l’ai trouvé à 199 euros, port gratuit, sur le site www.audiosolutions.fr. Mais sa cage, assez volumineuse, n’existe qu’en taille unique.


blimp rycote

Quant au blimp de la marque Rycote justement réputée pour la fiabilité de ses produits, il a l’avantage d’être proposé en plusieurs tailles selon la longueur du microphone. Le site reddotphotovideo.com également présente des fiches bien détaillées sur toute cette gamme. Revers de la médaille : les prix ne descendent pas en dessous de 500 à 600 euros selon le modèle. Sur eBay, se vendent aux alentours de 100 euros des imitations chinoises ou indiennes que je vous conseille d’éviter car de fabrication médiocre et en conséquence de fiabilité aléatoire. Quant à mon blimp perso, même s’il n’est pas aussi « looké » qu’un modèle pro, il filtre le vent tout aussi bien, a l’avantage de ne coûter que 15 euros environ, s’avère très robuste et se refait facilement en cas de détérioration.


 



(Offrir à sa perche audio un blimp anti-vent)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre