Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Les fleurs

Le choc des mots, le poids des images

 

19 mars 2003 par Yann Cielat

 

 

Yann Cielat



Les Fleurs



Voir le film



L'histoire du film commence en été 98. A Chicago là où habite ma grand-mère. Après plusieurs jours, la langue française commence à me manquer. Je me lance dans l'écriture d'une nouvelle - "Les Fleurs" - que je transforme assez vite en scénario. Il trouvera vite sa place... dans un fond de tiroir.



En 2002, je tourne mon premier film, "Paternel". L'équipe, rodée, se sent pousser des ailes, aussi je ressors le scénario des "Fleurs" qu'on retravaille avec mon cousin en réduisant le texte de moitié, ou presque. Le tournage s'est déroulé fin janvier 2004, le montage en avril.



Photo ci-dessus : Perché sur un escabeau instable, le réalisateur, Yann Cielat, dans la chambre du crime. En fait, "sa maison" !


photos : © Yann Cielat



> LIRE LA SUITE : L'entretien express

L'entretien express

Le tournage s'est déroulé sur deux jours. Le samedi, prises de vues des plans dans la cuisine et l'ascenseur, chez Seb, un ami. Journée délicate d'un point de vue technique : le micro nous lâche au bout de quelques minutes. Après quelques coups de fil, on en récupère un, mais on a perdu presque une heure. De plus, ce jour-là, le chef op' ne peut pas être là, occupé sur un autre
tournage. Sur ses indications, j'essaie de bricoler l'éclairage, mais ce n'est pas mon fort et on y passe le principal de notre temps. Enfin, on a perdu encore quelques minutes suite à une petite phrase prononcée timidement par ma soeur qui m'assistait à la réa : "Euh... quelqu'un a pensé à acheter des fleurs?" (NDLR : une scripte sert entre autres à ça !).


 




Il a fallu demander l'autorisation de tourner dans le métro : refusée (le responsable marketing de la compagnie de transport refusant d être le complice d'un... meurtre...?)



Le dimanche, on commence à 8 heures du matin, pour tourner les plans extérieurs et celui du métro. Puisqu'on n'a pas eu l'autorisation, on tente le coup en se disant qu'à cette heure l'endroit serait désert. A 9h30, Marie commence à maquiller Franck, juste le profil droit. Elle termine deux heures après et s'attaque à Ingrid, la victime. On peut enfin tourner la séquence de l'escalier et de l'agression, chez moi.



Avec la fatigue et l'attente, le tournage est un peu plus tendu que la veille. J'ai aussi la particularité d'avoir sur les tournages une nervosité communicative. Ca se traduira par exemple sur le plan où Franck entre dans l'appartement, qui nécessitera presque trente prises. De plus, on est pressé par le temps, à cause d'un détail négligé : le maquillage de Franck sèche, et commence à se fendre.



Le plan le plus difficile fut sans doute celui des fleurs sur lesquelles le sang gicle. On avait fait du faux sang avec de la maïzena, du café et du colorant alimentaire, mais la consistance n'était pas satisfaisante. On a fini par utiliser le sang des coeurs de porc, qu'on a lancé sur les fleurs avec des brosses à dent... Efficace !


 



Seb a parcouru les boucheries afin de trouver une dizaine de coeurs de porc. J'aurais bien aimé voir la réaction des bouchers qu'il a rencontrés.



On retiendra de la 1re journée que les congélateurs qui accueillent les coeurs de porc sanguinolents sont difficiles à nettoyer.



Leçon de la deuxième journée : nettoyer un congélateur plein de sang de porc est plus facile que de nettoyer le même sang de porc sur du papier peint blanc...



Le dernier plan tourné est celui où l'on découvre le visage de Franck mais j ai certainement fait une erreur en voulant tourner les plans de cette journée chronologiquement, le maquillage commençait franchement à perdre de sa fraîcheur!


 



La préparation du tournage a été un vrai parcours du combattant. Enfin surtout pour Seb. Il passe une tonne de coups de fil dans les écoles pour trouver une maquilleuse qui accepte de travailler avec nous. Finalement on jette notre dévolu sur Marie qui semble la seule vraiment motivée et de surcroît la plus sympa.



Ici, le maquillage à 10 heures le matin. Café à la main, on assiste à la transformation de Franck, qui ne pourra plus boire aucun café avant le démaquillage... !


 





Yann vérifie ce que rend le maquillage de Franck à l'écran réglé en Noir & Blanc, tonalité finale du film.

Le matériel a été essentiellement emprunté. On a tourné avec 3 mandarines, des filtres et des réflecteurs pour l'éclairage, le son a été saisi en DAT, et j'ai filmé avec une Sony DCR-VX1000. Le film n'a quasiment rien coûté si ce n'est les K7, l'alimentation et évidemment le bouquet de fleurs.



On a enregistré quelques jours après le tournage la voix-off, la chanson... Le montage était long, il a fallu synchroniser le son pris en DAT, la voix-off (le texte a été diminué d'un bon quart au montage), faire les morphings pour le générique de fin...



On savait que le cynisme et la noirceur du film nous fermerait les portes de pas mal de festivals, mais toute l'équipe en est fière, et ça vaut toutes les récompenses.


 





(Les fleurs)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide