Magazinevideo > Drones, Trépieds, Smartphones > Trépieds et éclairages > Tests de mini-trépieds et monopodes

Cullmann Nanomax 400T / 430T

Trépied de voyage

 

01 mai 2014 par Thierry Philippon

Cullmann Nanomax 400T

Cullmann Nanomax 430T

Prix fabricant : 65 Euros Prix fabricant : 79 Euros
 

Cullmann nanomax 400

Le Nanomax 400T est un trépied de voyage typique signé Cullmann, une marque très connue en matière de trépied ou d'accessoires divers (ventouse...). La recherche d'un trépied de voyage est souvent dictée à la fois par des impératifs (un tantinet contradictoires !) de légèreté / transportabilité (sur place), de solidité et de contraintes aux aéroports. Les trépieds traditionnels sont en effet parfois interdits en cabine pour des raisons de longueur (ils sont assimilés à une arme) et d'un autre côté, le transport en soute pose d'autres inconvénients comme les risques de casse (un trépied comporte certaines pièces fragiles) ou tout simplement d'encombrement, vu le caractère rigide de l'accessoire !


C'est pourquoi l’obsession de bien des photographes ou vidéastes voyageurs est de trouver un trépied à la fois costaud, pratique, et pas trop grand... modèle qui n'existe pas ! Un trépied de voyage, c'est forcément un compromis. Le Nanomax semble pouvoir répondre aux voyageurs épris de transportabilité, à la recherche d'un trépied très économique. Le Nanomax ne déboule pas sur un terrain vierge : en matière de mini-trépieds, on trouve déjà certains trépieds comme le Sirui T-005X, le Befree de Manfrotto ou le Vitruvian de Giotto' qui ne dépassent pas 40 à 42 cm repliés (voir chapitre "Trépieds concurrents").


Avantage du Nanomax sur ses petits concurrents, il descend encore en-dessous, aussi bien en termes de taille que de prix. Décliné en 2 modèles - j'ai testé le plus petit des deux, le 400 - le Nanomax 400 ne dépasse pas 30 cm replié (86 cm déplié) tandis que son "grand" frère, le Nanomax 430, mesure 34 cm replié, et 107 cm déplié. Leur poids est respectivement de 860 et 930 grammes, le poids d'un reflex ou d'un gros camescope en somme.


test Culmmann


Les deux trépieds en aluminium anodisé qui nous concernent supportent une charge de 2,5 kg. Cette charge est bien sûr théorique, réduisez d'au moins 30% la charge réelle supportable. Ce faisant, les Nanomax s'adressent autant aux photographes qu'aux vidéastes. Toutefois, en l'absence de bras directionnel, réaliser des panoramiques sur pied est quasiment exclu. Utilisez ce trépied pour vos photos de nuit, vos paysages, des vues au téléobjectif (où il est difficile de maintenir une vitesse d’obturation élevée), de la macro ou des plans fixes sur vidéo. C'est très beau un plan fixe, vous savez... :). Passons au test.


Les Nanomax sont distribués par Kerpix.



> LIRE LA SUITE : Le test du Nanomax 400T

Le test du Nanomax 400T

Nanomax 400T


Le Nanomax 400 est un trépied de voyage typique. Ce qui caractérise son qualificatif "de voyage", est qu'il est relativement léger, donc facilement transportable, et que replié, il ne ne dépasse pas 30 cm (ou 34 cm pour son cousin, le Nanomax 430T). On atteint là une dimension non seulement conforme à l'idée d'un trépied de voyage passe-partout, mais une hauteur repliée parmi les plus basses, ce qui s'avère pratique en avion ou dans pour tout déplacement.


Une fois déplié au maximum, il s'élève à seulement 86 cm en hauteur mais son cousin, le 430T, s'élève au maximum à 107 cm). Cette hauteur ne permet pas de tout faire, on est bien d'accord, une taille inférieure à 1,2 m étant considérée comme limite (c'est la vision d'un jeune enfant). Mais bien des vues peuvent se tourner à 86 cm ou 1,07 m de hauteur.


Cullmann Nanomax 400T

Les Nanomax 400 et 430T ne sont pas les premiers produits de la sorte. Cullmann a déjà sorti à son catalogue les Nanomax 200T et 220 ainsi que 260, toutefois plus basiques et avec un niveau de qualité et de finition moins élevé. Par ailleurs, et pour information, la gamme Nanomax ne se compose pas que de mini-trépieds : on trouve 4 autres modèles plus imposants allant jusqu'à 1,78 mètres déplié, pesant 1,7 kg et supportant des charges jusqu'à 4 kg théoriques.


Cullmann nanomax 400


Le Nanomax n'a pas de plateau d'attache rapide, il convient donc de visser le boîtier photo ou le camescope sur la rotule, ce qui ne peut pas s'effectuer dans l'urgence. Un conseil : vissez le trépied, tête en bas, en coinçant le boîtier entre vos jambes, à l'envers lui aussi (forcément).


Une fois le boîtier fixé sur le trépied, vu la relative légèreté du trépied, on peut tout à fait envisager de se trimbaler d'un lieu à un autre, avec le trépied et l'appareil laissé en permanence dessus, le risque de chute du boîtier étant vraiment quasi nul avec une telle fixation par pas de vis. Toutefois ne serrez pas exagérément le pas de vis, cela endommagerait ce dernier à la longue.


Sur ce type de mini-trépied léger, attention à tout ce qui peut concourir à faire trembler l'image : en vidéo, le zoom au téléobjectif est à manier avec précaution, surtout si les plus petites sections des jambes ou la colonne centrale sont déployées, car l'instabilité est plus grande. Le mieux comme je l'évoquais, est de préférer des plans fixes, sans zoom.


Toutefois, c'est astucieux, un crochet placé au bas de la colonne autorise l'utilisation de poids (mettre des cailloux dans un petit sachet par exemple) pour renforcer la stabilité.


Cullmann Nanomax 400T

Le 400T est équipé d'une rotule RB5.1 avec son plateau en liège se fixant directement à votre caméra ou appareil photo (pas de vis 1/4"). La rotule, équipée de 2 molettes, permet donc de positionner la tête en tous sens pour des prises de vues face à l'horizon, en contreplongée ou en plongée. Il faudra toutefois vérifier la bonne horizontalité. Il existe un niveau à bulle mais telle qu'elle est située, elle permet essentiellement de vérifier l'horizontalité des jambes, et non de la tête. Nous ne saurions trop vous conseiller un niveau à bulles externe qui se place sur la griffe porte-accessoires du boîtier photo ou du camescope.


La rotule comporte aussi une échelle graduée mais franchement elle ne m'a pas du tout servi.


Cullmann Nanomax 400T


Les jambes télescopiques sont recouvertes d'un revêtement en mousse dans la section haute, donnant un look un peu pro.
Cullmann Nanomax 400T
Un système de serrage rapide facilite les réglages sur les terrains accidentés où l'on a besoin de positionner les pieds à des hauteurs différentes. Les pièces sont plutôt bien usinées dans l'ensemble, malgré le prix tiré vers le bas.
trépied cUllmann
Pour les adeptes de la macro, la hauteur minimale possible est de 16cm car le trépied Nanomax peut se placer au plus près du sol grâce au déblocage très simple des jambes et de l'installation (plus longue) d'une section courte (fournie) pour permettre précisément des vues au ras du sol.


(Cullmann Nanomax 400T / 430T)

Test Nanomax 430T

J'ai demandé à tester aussi le grand frère Nanomax 430T que Kerpix, le distributeur, m'a expédié très rapidement, il faut le souligner. Les deux trépieds sont identiques en termes de fonctionnement et de conception mais c'est pourtant le 430T que je préfère.
Nanomax 430T

En effet, le 430T ne mesure que 34 cm replié (au lieu de 30 cm pour le 400T), ce qui revient quasiment au même en termes d'encombrement dans un sac de voyage ou à la main. De même, l'augmentation du poids n'est pas suffisamment significative pour se ressentir (930 grammes au lieu de 860 grammes).


Nanomax 430T
Mais surtout, en dépit de ces 4 petits cms supplémentaires et de ce très léger surpoids, l'élévation maximale gagne un peu plus de 21 cm, soit 107,5 cm au lieu de 86 cm. En fait, Cullmann a allongé la longueur des 3 sections, chacune faisant un peu plus de 17,5 cm au lieu de 12 cm et la dernière section s'allongeant franchement à 18 cm au lieu de 9 cm. J'ai eu beau tester en tous sens, pour autant le 430T ne m'a pas paru plus instable que le 400T.
Nanomax 430T

Cette élévation du trépied est bénéfique pour ceux qui cherchent à concilier à la fois la transportabilité d'un trépied de voyage, son faible encombrement et une élévation pas trop handicapante. A 1,07 mètre, on reste en-dessous des 1,20 mètres minimum normalement souhaités, mais les quelque 20 cm gagnés par rapport au 400T, valent le coup. La palette de prise de vues possible reste considérable.


Complètement déplié, le trépied peut induire un inconvénient indirect : on est tenté de se courber plutôt que de s'accroupir alors que le 400T oblige pratiquement à s'accroupir. Or plus on est grand, plus on se courbe, position qui peut fatiguer à la longue.


Enfin, comme sur le 400T, le trépied est fourni avec un housse de transport en feutrine qui fait plutôt bonne impression vu le prix très raisonnable du modèle (79 euros).



 
Voir aussi notre article sur les autres mini-trépieds de voyage


(Cullmann Nanomax 400T / 430T)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les 2 avis d'internautes et donner le vôtre