Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels de montage > Tests de logiciels de montage MAC

Avantages du Prores 422 Proxy avec FCPX

le transcodage sous FCPX

09 juillet 2015 par Thierry Philippon

FInal Cut Pro X
 

Pour comprendre les avantages que l'on peut trouver au Prores 422 "Proxy", il faut bien appréhender la façon dont fonctionne l'importation des images sous FCPX. A partir du moment où vous importez des rushes dans FCPX, vous enregistrez un fichier original quoi qu'il arrive. Original, cela signifie sans compression. Au passage, n'oubliez pas que lors de l'enregistrement des images avec le camescope, une compression a déjà eu lieu. Si vous avez enregistré en AVCHD par exemple, vos images ont déjà été compressées.
proxy

Pour monter sous FCPX, un fichier original peut convenir. L'avantage de traiter des fichiers originaux est un gain de temps et d'espace : gain de temps car il n'y a pas d'opération de conversion de fichier qui s'effectue; gain d'espace car le poids des fichiers est strictement identique à ce que votre camescope ou votre DSLR a enregistré. Notez que FCPX encapsule juste les fichiers originaux MTS avec l'extension .MOV. Mais il s'agit bien d'un fichier original en termes de qualité image et de son qui ne sont pas détériorés.


Monter avec des fichiers originaux se justifie lorsque vous détenez un Mac récent et puissant, vous ne produisez pas de films très longs, vous n'envisagez pas de réaliser des effets de compositing poussés, pas de traitement colorimétrique particulier, et au final, vous comptez exporter vos vidéos sur un site de partage.


lumix GH3

La question d'une alternative aux fichiers originaux se pose malgré tout dans bien des cas.


-soit parce qu'on utilise du H.264 : en effet, le H.264, bien qu'il soit un excellent codec d'enregistrement pour la prises de vues et la diffusion sur le Web, n'est pas un format de montage car il est constitué de groupes d'images continues (les fameux GOP) qui posent un certain nombre de problèmes de précision du montage et de temps de calcul. Les possesseurs des fameux Canon Eos 5D Mark II et III et le 6D par exemple, qui enregistrent en H.264 MOV, ont donc tout intérêt à ne pas utiliser directement leurs fichiers originaux.


-des difficultés de montage peuvent survenir avec les fichiers de certaines caméras et DSLR qui proposent des débits et des fréquences d'image de plus en plus élevés. Aujourd'hui il n'est plus rare de rencontrer des débits de 50 Mbits/s, 72 Mbits/s, 100 ou 200 Mbits/s… Le Panasonic GH4 en est un récent exemple.


-l'Ultra HD / 4K pose aussi question : des saccades en lecture peuvent apparaître selon la puissance du processeur.


-enfin, travailler avec des rushes originaux n'est pas recommandé pour des effets de compositing, et / ou un traitement colorimétrique particulier.


transcodage

C'est pourquoi Apple propose d'emblée 2 "formats" de transcodage qui allègent le travail de montage pour l'ordinateur et qui peut faire gagner du temps au monteur. Ces deux alternatives sont toutes les deux proposées en ProRes 422, un codec diablement performant, mais exclusivement Apple. La première option crée des médias dits "Optimisés", la seconde des médias "Proxy". Voyons les caractéristiques de ces 2 codecs et pourquoi le Proxy est un choix aussi intéressant que l'Optimisé.



> LIRE LA SUITE : Transcodage optimisé et proxy sous FCPX

Transcodage optimisé et proxy sous FCPX

transcodage Proxy

La première option de transcodage est proposée dès la fenêtre d'importation des medias : il s'agit d'un "codec optimisé" selon l'appellation Apple, c'est à dire que le fichier original est transcodé en ProRes 422, avec une compression moyenne (et variable), pour qu'il soit plus souple à traiter. Ce ProRes 422 facilite l'étalonnage car il traite les images séparément et non en groupe d'images (GOP). Par rapport au ProRes HQ, le Prores 422 "simple" concède 66 % du débit de données du HQ en conservant pratiquement tous les avantages du codec Apple ProRes 422 (HQ). En pratique (si quelqu'un parvient à déceler une différence à l'oeil, chapeau...), le transcodage ne subit pratiquement aucune perte de qualité visible, contrairement à l'ancien AIC (avec lequel on le confond parfois).


Inconvénient majeur de ce codec optimisé, le fichier est beaucoup plus lourd, environ 8 fois (!) le poids du fichier d'origine, selon la fréquence et le débit. Utiliser ce codec implique donc une énorme capacité de stockage. C'est pourquoi ce n'est pas un codec propice aux ordinateurs portables dont la mémoire de stockage est souvent faible. Par ailleurs, la conversion en optimisé prend un temps non-négligeable.


proxy disque dur

La seconde option de transcodage, celle qui nous intéresse ici, c'est le Prores 422 "Proxy" que je nommerai plutôt "ProRes Proxy" pour éviter la confusion avec les autres ProRes. Il s'agit d'un format dit "allégé", au moyen d'une compression très élevée, et qui traite également les images une par une, comme avec l'Optimisé. La résolution n'est plus divisée par 4 comme auparavant : l'image reste en FullHD si Full HD et Full HD si 4K. Le débit est réduit aussi : environ 36 Mbps à 40 Mbps au lieu de plus de 230 Mbits/s avec le codec optimisé. Les fichiers sont créés dans le dossier Transcoded Media/ Proxy Media de l'événement correspondant.


L'idée, c'est d'enregistrer dans ce format Proxy, de travailler le montage dans ce format Proxy, mais d'exporter avec les fichiers originaux qui restent sur le disque dur, ou avec les fichiers optimisés si vous en avez créés. L'avantage de ce format Proxy, c'est qu'il convient à n'importe quelle machine, notamment les portables ou plus globalement, les Mac peu puissants. Son inconvénient : la qualité de visionnage est moindre.


aa

Transcoder des fichiers Proxy est aussi une opération qui peut se réaliser après importation et par conséquent sur d'anciens medias déjà importés ! Il y a deux manières de procéder :


-la première, simplissime, est d'effectuer un clic droit sur le media, puis de choisir "Transcoder le media". Une fenêtre apparaît. Si les cases sont cochables, c'est que les plans n'ont pas été encore transcodés.


Proxy FCPX
-la seconde, est de sélectionner les plans à transcoder puis dans Inspecteur, onglet Infos, d'aller tout en bas. Puis de sélectionner la ligne "Représentations du média disponible". Cette section vous indique tous les codecs déjà choisis et s'il y a lieu de générer un Proxy ou pas. Un triangle rouge : le fichier n'est pas encore créé et un bouton vous est proposé pour générer un fichier Proxy. Un losange vert : il est créé. On ne peut pas générer un media optimisé depuis ce raccourci, seulement un media Proxy.
proxy 2e option

Ensuite, FCPX ne peut comprendre par intuition que vous souhaitez utiliser des fichiers Proxy plutôt que des fichiers originaux ou optimisés. Il faut le lui dire en développant le déroulant "Présentation" situé en haut à droite du Visualiseur. Et en choisissant Proxy à la rubrique "Données".


Attention une grosse confusion vient du fait que cette action n'agit pas que sur la lecture mais influe à la fois sur la lecture et sur l'export du fichier. C'est pourquoi (c'est impératif), une fois le montage terminé en Proxy, pour exporter, il convient de retourner dans ce même déroulant Présentation, et de replacer le réglage sur "Optimisés et originales". C'est en quelque sorte une conformation, opération qui, autrefois, était bien plus longue à exécuter.


Proxy FCPX

Si vous ne "conformez pas" avec le bon réglage, l'export du fichier s'effectuera en mode Proxy comme l'indique l'onglet Réglages de chaque export (Codec vidéo : source - Apple ProRes 422 (Proxy).


Notez que si vous avez transcodé en parallèle avec le codec optimisé - vous savez celui qui est très lourd ! - l'export utilisera toujours le fichier de rendu optimisé. Sinon il exportera à partir du rendu de l'original.


Mais dans l'absolu, rien n'empêche donc de travailler avec 3 dossiers : original media, optimisé (High Media Transcoded) et Proxy.


rendu time-line proxy FCPX

Le montage Proxy a d'autres vertus comme celle de réduire les temps de calcul des rendus. C'est même assez spectaculaire. On a fait des calculs : on s'est amusé à fabriquer un montage factice de 2 minutes environ comprenant 6 plans 4K (principalement) auxquels on a appliqué un effet de titre 3D sur toute la durée et ajouté l'effet "Presse". Résultats : avec les rushes d'origine, le rendu a nécessité 3' sur notre Mac. En montage Proxy, on est descendu à 1'15 minutes, soit pratiquement 3 fois moins de temps ! Ce n'est pas négligeable, surtout si on affine beaucoup un montage nécessitant plusieurs rendus du projet.


supprimer proxy


comparaison FCPX

Une dernière remarque :


Une fois le montage terminé et exporté, on peut envisager de supprimer les fichiers "optimisé" et / ou "Proxy" au profit des seuls fichiers originaux. Il suffit d'aller dans Fichier / Supprimer les fichiers d'événements générés. Ou de vous rendre dans le dossier Medias de votre disque dur, pour constater que vos fichiers Proxy ont bien été supprimés.



(Avantages du Prores 422 Proxy avec FCPX)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de votre soutien
FInal Cut Pro X
Voir les 6 avis d'internautes et donner le vôtre

Une question ?

Ceci est l'espace des Avis. Posez votre question ou trouver une réponse dans le Forum