Magazinevideo > Actus > Actus vidéo

Mavic mini : le drone grand-public de DJI

31 octobre 2019 par magazinevideo


Voilà sans doute le drone de voyage par excellence, un modèle plutôt grand-public débutant. C'est DJI qui s'adresse à cette clientèle avec le Mavic mini qui devient le drone de loisirs de la marque à la fois le plus léger, le plus compact et le plus économique. Une des images de la communication de DJI le montre replié, dans la main. Une image qui rappelle un passé lointain lorsque Sony présentait un très petit camescope qui tenait aussi dans une main. 
 
Le Mavic mini est un peu le remplaçant du Spark, sorti il y a 2 ans, mais il s'en différencie sous de nombreux aspects (pas de gestes, plus léger, une résolution améliorée, etc.), outre un prix plus bas en faveur du nouveau venu.
 
 
Une certitude : vous n'aurez guère de difficulté à loger l'aéronef dans vos bagages, voire dans une poche. Complètement pliable, il est vraiment compact (plié : 140x82x57 mm, déplié avec hélices : 245x290x55 mm) et vraiment léger : 249 grammes, poids qui inclut la batterie, les hélices et la carte microSD. Soit le poids d'un smartphone de catégorie moyenne. C'est un poids qui plaira donc fortement aux Vloggers, qui devront toutefois ne jamais oublier que petit ou pas, le vol de drones dans certains pays est soumis à des législations sévères. Les deux vloggers anglo-australiens qui ont passé les 3 mois les plus angoissants de leur vie cet été dans une prison en Iran, en savent quelque chose, même s'ils ont fini par être relâchés. Leur faute ? Avoir fait voler leur drone Mavic pro près d'un camp militaire situé non loin de Téhéran, probablement sans le savoir. 
 
 

LE POIDS DES DRONES EN QUESTION

 
DJI vise justement à permettre d'emmener son drone dans certains pays. il serait même possible que le fabricant chinois anticipe l'évolution des législations internationales qui sont de plus en plus encadrées et vont plutôt dans le sens d'une limitation du poids (voir législation pays par pays). Si en France la nécessité de déclarer un drone ne s'applique que pour un aéronef dont le poids excède 800 grammes, il n'en va pas de même dans certains autres pays où cette limite est plus basse. C'est le cas, pas si loin de chez nous, de la Turquie par exemple ainsi que de la Roumanie, où seuls les drones n'excédant pas 500 grammes n'ont pas besoin d'être enregistrés auprès des autorités. Du coup, les 785 grammes d'un Mavic pro 2 ne conviennent pas tandis que le Mavic mini ne sera soumis à aucune contrainte déclarative dans ces pays. C'est encore plus le cas des Etats-unis où la limite descend à 250 grammes, du coup même le Spark de DJI (300 grammes) ne convient pas. Enfin en juin 2020, la réglementation européenne va évoluer en ce sens avec cette même limite déclarative de 250 grammes (voir prévisions du texte officiel). 
 
 
Malgré son caractère chétif, et la cible débutante à laquelle il s'adresse, le Mavic mini est équipé de caractéristiques techniques pas ridicules du tout. La caméra repose sur le classique capteur CMOS 1/2,3" de 12 Mp (signé Sony ?) et nacelle stabilisée 3 axes (inclinaison, roulis, panoramique). Côté photo, ce flycam délivre des vues en jpeg en 12 MP. Pas de RAW. L'optique ouvre à F/2,8 et offre un angle de vue de 83 degrés, soit un équivalent 24mm. Pas mal.
 
On notera que l'enregistrement peut s'effectuer sur carte SD ou micro-SD en 2,7K en 2720x1530 25/30p ou en FHD 1920x1080 25/30/50/60p. Il n'existe donc pas de 4K / UHD en tant que tel. Le débit vidéo n'excède pas 40 Mb/s.
 

VITESSE DU MAVIC MINI, RÉSISTANCE AU VENT

 
L'aéronef peut transmettre un signal HD sur 2 kms grâce à son émetteur 2,4 GHz et 5,8 GHz. La transmission s'effectue en Wi-Fi (pas en liaison radio) en 720p/30 ips avec une portée (théorique !) de 2 kilomètres. Ce flycam est prévu pour un vol stationnaire précis. Sa vitesse maxi est de 13 m/s, soit environ 47 km/h, une vitesse modeste qui d'ailleurs, n'est obtenue qu'en mode "S" (Sport). Il peut tenir en vol pendant 30 minutes (mesuré à 14 km/h sans vent). La résistance au vent est de 8 m/s au maximum, soit 28 km/h. C'est presque deux fois moins qu'un Mavic pro (50 km/h), plus lourd, et donc plus résistant au vent. Cela risque donc de restreindre les contrées venteuses, le cas en bord de mer par exemple. A noter : on peut aussi ralentir la vitesse de vol et les mouvements du Mavic Mini pour plus de précision et de stabilité. Notez enfin qu'un mode Débutant (idéal pour des enfants ou des personnes peu sûres par exemple) permet de ne pas dépasser une altitude et une distance de vol de 30 mètres. 
 
Contrairement au Mavic pro, le Mavic mini ne dispose pas de système automatique de suivi. Il s'agit sans doute pour DJI de ne pas rendre son drone grand-public trop perfectionné ! 
 
Point sensible, l'autonomie de la batterie de 2600 mAh est annoncée pour 30 minutes. La recharge complète - qui s'effectue par USB ou recharge optionnelle bidirectionnelle - nécessite 90 minutes avec le chargeur USB Quick Charge 2.0 18 W (50 minutes pour les batteries 1 100 mAh). Côté connectique, le Mavic mini arbore du Lightning (Apple), Micro USB (Type-B), USB Type-C.
 
 
Le produit étant très grand-public, 4 mouvements prédéfinis (Quikshots) ont été programmés dans la machine pour plus de simplicité. Nommés Dronie, Cercle, Spirale et Fusée, on déclenche chacun de ces mouvements depuis l'écran de l'application.
Seule l’application DJI Fly (pour iOS 10.0 / Android 5.0) est compatible avec le Mavic mini. Avec cette application, vous pilotez l'engin mais vous avez aussi accès à SkyPixel, un réseau social pour partager vos photos et vidéos aériennes. 
 
Le Mavic mini est livré avec une radiocommande dédiée et des Joysticks amovibles pour faciliter le transport et le stockage. Cependant il existe deux radiocommandes : le modèle MR1SD25 prend en charge du 2,4 GHz ET du 5,8 GHz, alors que le modèle MR1SS5 se limite à la bande de fréquences 5,8 GHz. Notez que la radiocommande peut éventuellement être connectée à un iPad mini.
 
 

ACCESSOIRES DU DRONE DE DJI

 
 
DJI a mis le paquet sur les accessoires. On retiendra notamment :
 
-la Station de recharge bidirectionnelle. Elle peut charger 3 batteries séquentiellement. Ou simplement stocker et permettre le transport de 3 batteries à la fois.
-un adaptateur pour accessoires. Cet adaptateur permet d'accrocher des accessoires sur le Mavic mini.
-un attache-hélices : une moyen malin pour attacher les hélices durant un transport afin qu'elles ne se cognent pas. Les hélices sont en effet - avec la caméra - la partie la plus fragile d'un drone. Cette attache-hélices est incluse dans le bundle Fly More Combo. 
-la base de recharge : elle permet comme son nom ne l'indique pas tout à fait de recharger rapidement le flycam.
-le sac en bandoulière : il peut contenir le Mavic mini et la station de recharge bidirectionnelle
-un kit de création autocollant et de marqueurs colorés : c'est le signe de l'appartenance du produit à la sphère grand-public. Ce kit sert à personnaliser son flycam à son goût de couleurs et de motifs.
 

POINTS FAIBLES

 
Parmi les points faibles, le Mavic mini ne détecte pas les obstacles (devant ou derrière), ce qui d'ailleurs est à mettre en parallèle de sa vitesse plus réduite. L'un est la conséquence de l'autre. De même, il ne dispose pas de capacité de suivre un sujet (tracking). Enfin, contrairement au Spark, on ne peut pas le piloter avec un geste ni le faire décoller depuis la paume de la main.
 
Et voici la vidéo de démo très internationale :
 
 
Prix :
Version de base drone seul : 400€
Bundle Fly More Combo contient une protection d’hélice 360° : 500€
Disponibilité : novembre-décembre 2019

Acheter

DJI Drone Mavic Mini Fly More Combo

Articles correspondants

 

 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Mon commentaire (1000 caractères maxi)
Je valide

Vos avis !