Magazinevideo > Actus > Actus interview

TripConnexion, l'Australie vue d'en haut

entretien

 

06 septembre 2015 par TripConnexion / entretien Thierry Philippon

 

L’équipe de TripConnexion parle beaucoup de voyage, mais elle voyage aussi ! C’est même ce qu’elle préfère. Aujourd’hui Fabien, Tripconnecteur, un expert vidéo, propose d’embarquer avec lui pour découvrir l’Australie d’en haut… de très haut !


Auteur : Fabien de TripConnexion
Equipement : GoPro Hero 3 HD
Titre original : L’Australie vue du Ciel

Magazinevideo : Qui est TripConnexion ? 

Bruno : Nous sommes une jeune équipe de passionnés de voyage et nous avons mis en place un site TripConnexion.com qui permet à tous de voyager en direct avec les acteurs locaux. Par exemple, vous souhaitez voyager au Costa Rica avec un guide ou une agence locale, mais vous ne savez pas comment trouver le bon? Sur TripConnexion, on les référence pour que vous le trouviez en 2 clics. Vous n'avez plus besoin de perdre des heures et des heures à les rechercher sur le net. Et surtout, il n'y a aucune commission, vous voyagez en direct avec eux ! Notre objectif est aussi d'aller à la rencontre de ces acteurs locaux et donc dès qu'on le peut, on va sur le terrain, en ce moment Fabien est en Australie et comme c'est notre expert vidéo, il en profite pour nous ramener de magnifiques images.


MV : Quel équipement avez-vous utilisé ? (tournage, montage)

Fabien : Un drone DJI Phantom 1 équipé d'un stabilisateur Zenmuse et d'une GoPro 3. Pour le montage, seulement After Effects. Je n'ai pas utilisé de logiciel de montage traditionnel comme Adobe Premiere car beaucoup de plans nécessitaient une post-stabilisation et effacement des hélices (car quand on accélère, le drone se penche et la caméra grand angle filme les hélices), et ainsi cela m'évitait de multiples compressions ou de passe-passe entre différents logiciels.


MVDe combien de temps de rushes disposiez-vous ?

Fabien : Environ 1h !


MVCombien de temps êtes-vous restés dans les lieux que vous avez filmés ?

Fabien : 2 mois en Australie en tout (Sydney, Tasmanie, Phillip Island)


MV : Connaissiez-vous un peu l’Australie avant de réaliser ce film ?

Fabien : Pas du tout. J'avais juste regardé quelques reportages et écouté quelques annectodes d'amis. Mais je ne suis pas venu ici pour ce film, c'est d'abord pour voyager. La video étant ma passion et l'acquisition de mon drone très récente, c'était l'occasion parfaite pour réaliser vidéo.


MV : Quid des autorisations (une récente affaire a défrayé la chronique en France) pour survoler les territoires ?

Fabien : De plus en plus de drones sont sur le marché et ceci commence a faire frémir les autorités. Des lois ont toujours existées mais à différents niveaux de tolérance. Chaque pays a ses propres restrictions et obligations. L'Australie et la Nouvelle Zélande sont deux des pays les plus tolérants, tout en respectant certaines règles, comme éviter les zones peuplées, éviter de voler la nuit, faire preuve de fair-play... L'activité du drone étant en plein boom, il faut s'attendre à de prochaines réglementations ces prochaines années.


MV : Quelle a été votre approche du drone ? Avez-vous procédé par tâtonnements ? Avez-vous essayé plusieurs modèles ?

Fabien : C'est mon premier drone. Je l'ai choisi en me renseignant sur Internet et en comparant certains modèles. Mes critères de choix étaient le prix, la maniablité et des dimensions et poids réduits pour pouvoir le transporter dans un sac a dos. Je me suis entrainé un mois avec avant mon départ en Australie, par tatonnement et en me donnant quelques défits, comme le fait de passer le plus proche possible d'un arbre, faire un travelling le plus stable possible, tester l'autonimie... Maintenant je peux m'amuser à prendre des risques comme voler très proche de l'eau, passer a travers des branches d'arbres etc... J'ai été vraiment étonné par la robustesse de ce drone car les premiers essais se concluaient souvent par une chute.


MV : Le montage a une grande importance dans la rythmique du film et la façon d’apprécier les vues. Comment avez-vous procédé ? Vous aviez dès le départ le thème musical en tête ?

Fabien : Je connaissais le thème musical. Je voulais dès le début une musique épique pour esquiver le coté institutionnel qu'on a l'habitude de voir et ce genre de musique m'inspire beaucoup. Pour le choix des plans je me suis orienté vers la rytmique classique d'un film : l'introduction ne montre pas trop les possibilités du drone mais on aperçoit quelques kangourous pour captiver l'attention du spectateur, ensuite arrive le "momento" quand la musique s'accelère avec des plans plus rapides pour laisser place aux plus belles images, puis la conclusion.


MV : Une anecdote marquante lors du tournage ?

Fabien : La plus marquante je pense fut lorsque j'ai fait voler le drone en pleine tempête de vent près de Sydney. Il était très difficile de le piloter car il est très léger et la batterie se déchargeait très vite. Je ne le referai plus, ces images ne sont pas superbes mais j'ai quand même laissé quelques secondes au montage, comme souvenir.


MV : Pratiquez-vous d’autres types de films que ceux avec un drone ?

Fabien : J'ai travaillé 5 ans dans une agence de communication donc j'ai réalisé tout type de vidéo dans ce domaine, avec différentes caméras et matériels. J'aime l'expérimentation et les nouvelles technologies donc je suis toujours a la recherche de nouveaux défis. Le motion-design et la 3D restent mes principales passions.


interview réalisée par Thierry Philippon 




(TripConnexion, l'Australie vue d'en haut)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis