Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels utilitaires

Test Movavi Screen Capture Studio

Il capture vite et bien

 

25 août 2017 par Thierry Philippon

 

Movavi

Compatible Windows ou Mac (les fonctions semblent identiques), Screen Capture Studio de l’éditeur Movavi enregistre votre écran pour moins de 40 euros, et vous permet ainsi de réaliser des démos vidéo, des traces visibles d'une performance sur un jeu vidéo, ou des tutoriels d'apprentissage d'un logiciel. Ce type d'exercice est souvent désigné par le terme générique "screencast" mais l’apprentissage relève plutôt du tutoriel ou du tuto.


Aujourd’hui, les justifications d’enregistrer son écran en vidéo sont multiples, qu’il s’agisse d’apprendre à se servir d’un logiciel, de communiquer une aide informatique animée à un proche ou un collègue, ou de conserver la trace de ses performances sur un jeu vidéo. On peut aussi vouloir enregistrer une conversation vidéo sur Skype ou d'autres usages moins recommandables.


En fait, la liste des opportunités est longue, favorisée par la multiplication des interactions entre les individus d’écran à écran, et le développement continu de nouveaux logiciels et applications parfois complexes qu’il faut apprendre à se servir.


J’ai pris en main la version Mac de Screen Capture Studio - les captures d’écran de cet article sont donc enregistrées sur Mac - mais pas de panique si vous êtes utilisateur Windows, la version Windows, antérieure à celle du Mac, fonctionne à l’identique sous Windows 10 / 8 / 7 / Vista et même XP.


Une version d'essai est disponible mais elle est limitée à 7 jours et comportes certaines restrictions.


Movavi Screen Capture Studio : 39,95 €
(version Windows) Movavi Screen Capture Studio 8
(version Mac) Movavi Screen Capture Studio 4.6


Testé sur version Mac 4.6



> LIRE LA SUITE : Le test de Movavi Screen Capture Studio

Le test de Movavi Screen Capture Studio

Interfac

L’une des particularités de Screen Capture Studio de Movavi est de proposer un système 2-en-1 : d’une part, une application dédiée à la capture proprement dite, puis, interfacée à elle, une solution d’édition de la capture. Cette dernière n’est pas du luxe pour couper les ratés fréquents et quasi inévitables quand on enregistre un screencast d’une certaine durée, mais aussi pour ajouter des bulles de texte, effets de transition, ou encore pour créer des zooms (sur un point précis de l’écran), et des panoramiques.


On apprécie la facilité pour déterminer la zone de capture, soit avec une taille choisie « à la main » en délimitant rapidement un cadre, soit prédéterminée dans une liste de résolutions (par exemple 1920 x 1080). A tout moment, on peut ajuster manuellement la zone sur ses 4 bords, et la déplacer (par un bouton orange au milieu), c’est très pratique.


L’audio à choisir est soit celui du système (ce qui se passe sur écran), soit celui du microphone (intégré à l’ordinateur ou connecté à lui). Il faudra bien régler les préférences audio de l’ordinateur en fonction. Vous allez peut-être tâtonner, le temps d'effectuer le bon réglage.


Movavi
webcam movavi

On peut aussi opter pour une incrustation de type P in P provenant de votre Webcam intégrée (ou d’une Webcam externe). Dans ce cas, elle s’affiche dans un des 4 coins de l’écran, selon la résolution de votre choix (par exemple 480x360) et dans un rapport de taille variable (maxi de 30%). Une option bien utile pour ceux qui doivent ou préfèrent se montrer dans un coin de l’écran. Attention, ce n’est pas précisé : si la Webcam est en marche, le son de ce qui se passe à l’écran peut être inhibé, tant que vous n’avez pas relancé l’application Movavi. D'autre part, évitez de masquer un coin de l'écran dont vous allez vous servir !


Pendant la capture, un compteur vous fournit diverses indications comme la durée écoulée ou le poids en cours du fichier. On peut stopper la capture bien sûr à tout moment, ou mettre en Pause pour respirer. Des raccourcis de lancement de la capture et d’arrêt existent, comme sur toutes les applications de capture d’écran. La consommation en ressources, qui peut être un des gros problèmes des applications de capture d’écran (risque de retard dans les mouvements, saccades…), ne semble pas exagérée. La capture est fluide sur notre ordinateur moyenne gamme, aussi bien pendant la capture qu’à la relecture.


Movavi
Les préférences sont nombreuses (8 onglets) et bien utiles à ajuster parfois, à l’instar du réglage de la fréquence d’images ou toutes les options du pointeur, qui s’avèrent si nécessaires quand on fait un travail de qualité. On peut même pousser les Préférences jusqu’à importer un son du clic de souris personnalisé !
Mnu qualité Movavi
Movavi

A la fin de la capture, un fichier de visionnage (mkv) de haute qualité se lance automatiquement, ce qui évite d’avoir à chercher son chemin. C’est un fichier dit « de visionnage  ». C'est à dire qu'il faut ensuite (si le fichier convient ainsi) « Enregistrer sous », directement, ce qui revient à exporter le fichier provisoire (mkv) parmi plusieurs résolutions et qualités d’images diverses, du très mauvais au très bon et du très petit à la taille d’origine. Le type de codage est également prévu en 1 passe ou 2 passes, ainsi que le type de Profil (par exemple High 4:2:2), bravo ! Sinon laissez sur « Main » (principal) et ça marchera également très bien. Un Partage direct vers YouTube est aussi possible, mais pas vers Vimeo, pourtant très répandu à présent.


Consolation, l’export vers des appareils type iPhone ou Android est prévue, dès l’instant où l’on passe par le module d’Edition. L’export en UHD ou vrai 4K est même une des options possibles… ! Si le premier export est mal réglé, vous pouvez recommencer juste l'export puisque ce fichier mkv est conservé de façon transitoire.


Notez que le fichier mkv est un format vidéo libre et il s’avère bien pratique pour une visualisation transitoire. En revanche, c'est une extension contraignante qui n’est pas acceptée sur les sites de partage notamment, c'est pourquoi Movavi propose ensuite l'enregistrement du fichier dans un conteneur approprié (mp4 ou mov).


Bonne nouvelle, l’enregistrement est ultra rapide (contrairement à l’ultra-lent Snapz Pro), même sans utiliser une option d’accélération que propose Movavi. L’éditeur travaille avec des acteurs majeurs comme Intel pour optimiser ses produits et ça se sent…


Movavi

L’autre intérêt majeur de Movavi (comme Camtasia Studio d’ailleurs) est qu’une fois le fichier mkv obtenu, on peut solliciter l’éditeur intégré qu’on ouvre directement depuis le fichier mkv. Ainsi on accès à des coupes précises à l’image près (grâce au zoom de la ligne de temps), l’ajout de zooms et de panoramiques, l’apport d’autres éléments (intégration de photos, ou de graphismes comme des flèches) ou encore l’incrustation de textes. Même l’accélération et la vitesse ou encore l’inversion n’ont pas été oubliés. En fait l’éditeur s’apparente beaucoup aux fonctionnalités qu’on rencontre sur un logiciel de montage classique, et il ressemble d’ailleurs au module Edition du logiciel Camtasia Studio de Techsmith, « concurrent » de Screen Capture Studio.


Le fonctionnement de l’éditeur est assez intuitif. Les dégourdis se passeront de toute aide. L’outil de coupe est un peu moins sophistiqué que celui de Camtasia mais pour des usages courants, il s’avère suffisant. La coupe à l’image près est prévue en grossissant l'échelle de temps, c’est l’essentiel.


Movavi
Movavi

La pose de zooms ou de panoramiques - pourtant relativement compliquée à paramétrer sur un logiciel de montage classique (points-clés) - est un modèle d’ergonomie du genre. Cette phase d’édition permet aussi d’ajouter des fichiers complémentaires, d’ajouter des légendes, ou encore de placer des filtres.


time-lin

Comme sur un logiciel de montage classique, on obtient une vraie visualisation des différentes pistes. Mieux : Les ajouts d'éléments réagissent avec discernement. Par exemple si vous ajoutez un fichier audio, celui-ci viendra se loger automatiquement sur la piste audio. Qu'il s'agisse d'un fichier audio, d'un titrage ou d'un graphisme, le positionnement ou le déplacement sur la time-line est très souple par glisser-déposer.


Movavi

L'étape d’édition permet aussi d’ajouter votre commentaire. En effet, il peut s’avérer parfois compliqué de parler tout en manipulant la souris sur l’écran. Certains préfèrent donc enregistrer d’abord les mouvements d’image puis commenter le screencast dans un second temps. Ou mieux articuler certains passages lors de la phase d’édition.


Les bruits environnants ne semblent par contre pas suppressibles.


Pas non plus d’option semi-automatisée de sous-titrage, sauf à placer manuellement des lignes de sous-titres une par une, ce qui reste possible mais fastidieux.



(Test Movavi Screen Capture Studio)

Conclusion

Menu taille

Pour être franc, à 39,95€, je m’attendais à ce que l’enregistreur d’écran de Movavi soit relativement basique. A titre de comparaison, Camtasia Studio de Techsmith, le concurrent, vaut 205,55 € (avec TVA estimée). Les différences existent car l'interface et les fonctionnalités de Camtasia ont évolué au fil des ans, et le logiciel pro a beaucoup travaillé l'interactivité, les effets de mouvements personnalisés, et les fonds animés, mais l'écart semble vraiment supportable pour un usage courant, au bénéfice de Movavi. L'éditeur ne se prive d’ailleurs pas de rappeler que la comparaison est vite faite, d'autant qu Camtasia st un peu plus compliqué à prendre en mains pour la partie Edition.


camtasia

Si elle est moins compliquée que Camtasia (ci-dessus), Movavi Screen Capture dispose néanmoins de toutes les fonctionnalités vraiment utiles pour un screencast et à l’exception de deux ou trois fonctions, il reste facile dans son maniement. Facile mais aussi assez agréable, car le graphisme de l’interface est réussi et joyeux à l’image des figurines dessinées du site Movavi. Il faut dire qu’à Chypre, siège de la société Movavi, le mer et les avantages fiscaux génèrent sans doute un grand optimisme ? :)


Quant à Snapz Pro X d’Ambrosia Software, application spécifiquement Mac, son prix de 69 dollars se rapproche un peu de celui de Movavi mais ses possibilités sont bien moins nombreuses (enregistrement assez basique, pas de faculté d’édition) et sur certaines versions d’OS X (Yosemite par exemple), l’audio pose de sérieux problèmes, rendant le logiciel très difficile à utiliser avec le son. Surtout, Snapz Pro est très lent à encoder.


Quelques petits reproches pour finir :
-même si elle n’est pas indispensable, l’aide en ligne depuis l’interface reste en anglais. Pour trouver des tutoriels en français, il est nécessaire de se balader sur le site Movavi. En revanche, le logiciel est entièrement traduit et plutôt même bien traduit, ce qui n’était pas une mince affaire, compte tenu des possibilités offertes et du nombre de sous-menus.


-entre deux enregistrements, si l'on quitte le module d'édition (ou qu'on ne le lance pas), il semble nécessaire de re-sélectionner la zone de capture et si l’on quitte l’application, il n’existe pas de mémoire de la résolution précédente ou de la position précédente du cadre de capture.


-Pas d'export direct vers Vimeo et surtout pas de module de sous-titrage, présent chez le rival Camtasia.



(Test Movavi Screen Capture Studio)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis