Magazinevideo > Apprendre > Enquêtes

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Sur quel "support" proposer une prestation ?

DVD, clé USB, ou site de partage ?

 

07 juillet 2021 par Thierry Philippon

 

thierry

Lorsqu'on réalise une prestation audiovisuelle, que l'on soit amateur ou professionnel, on se retrouve confronté à un certain nombre de questions, notamment celle du support final dans lequel le film sera diffusé et éventuellement, la manière de le rentabiliser. La question se pose pour toutes sortes d'événements :  une course sportive, un gala de fin d'année, un débat, un mariage, une pièce de théâtre, etc.


Amateurs et pros ne se différencient que sur l'aspect "rémunération" : l'amateur est par principe désintéressé, animé par le plaisir de filmer / monter, voire même peut se permettre de dépenser de l'argent pour assouvir sa passion, tandis que le professionnel doit impérativement dégager un bénéfice, pour vivre de son métier. Mais parfois, comme nous le verrons, le distinguo n'est pas si tranché. En effet, même sans finalité commerciale, l'amateur peut répondre à une "commande" informelle (amicale), et vouloir simplement rentrer dans ses frais. Considération difficilement acceptable pour le pro. Chacun doit en tout cas trouver sur quel support rendre son travail afin qu'il soit vu et le cas échéant, être rémunéré.


Il existe au moins 3 supports possibles : sur DVD / blu-Ray, sur clé USB, ou sur un site de partage / via un lien d'accès.


Voici chaque solution décortiquée.



> LIRE LA SUITE : Diffuser et vendre sur DVD, clé USB, site de partage

Diffuser et vendre sur DVD, clé USB, site de partage

La question du support oscille entre le matérialisé et, de plus en plus, le dématérialisé. Passage en revue des différents moyens de diffusion à votre disposition.

vendre sur DVD


Diffuser sur DVD / blu-ray


Avant les années 2000, on diffusait le plus souvent sur des cassettes copies, ces drôles de boîtes, tantôt grandes en VHS, tantôt toutes petites en mini-DV. Puis à partir des années 2000, avec l'essor du numérique, le support DVD s'est popularisé chez les particuliers. La "galette" était pratique car chaque particulier ou presque possédait un lecteur DVD. Vous pouviez raisonner en termes de petites quantités ou quantités plus importantes. C'est ce que nous avons imaginé à magazinevideo en 2009 avec les DVD Les meilleures techniques pour vos Reportages qui ont rencontré un vif succès.


Le support DVD commençait déjà à se chercher mais le parc de lecteurs DVD restait encore considérable, surtout auprès d'une population fonctionnant "à l'ancienne", sans compter que le Blu-ray pointait son nez. J'ai d'ailleurs connu un réalisateur de documentaires parcourir les festivals et se promouvoir ainsi, sans intermédiaire (autre que le duplicateur des DVDs) et vendre le produit de son savoir-faire filmique à la sortie de chaque projection !


dvd

Les avantages des DVD étaient nombreux : prix modique à l'unité, présentation par menus, ajout de bonus, jaquette explicative, et le fait que lorsque vous donnez un DVD, vous donnez un "objet" en échange duquel vous recevez éventuellement une contribution.


Mais le support est en déclin progressif d'année en année. Certes, le support DVD en soi n'est pas complètement mort. Ainsi les très nombreuses médiathèques françaises, pour ne citer qu'elles, fonctionnent-elles toujours avec des prêts... de DVD. La VOD ne s'est pas encore généralisée dans ce type de structure municipale, loin s'en faut. Certes, on prédit chaque année l'arrêt des DVD / Blu-ray mais il existe encore des possesseurs de galettes, d'autant que des documentaires et de films de cinéma qui sortent sur ce type de support, même si le catalogue se réduit d'année en année. Un temps perçu comme un moyen de relancer la machine, le blu-Ray a séduit les professionnels du cinéma et permis à certains amateurs de stocker des vidéos en 4K, sans risquer de manquer d'espace, mais le support blu-Ray ne s'est pas imposé et perd de son emprise, lui aussi, chaque année. Même Samsung, gros acteur de ce marché, a jeté l'éponge en 2019. Sony s'accroche. Mais pour combien de temps encore ?


Quelques projets parient encore sur une diffusion ciblée en DVD. J'avais été ainsi contacté en 2018 par un photographe qui a produit et diffusé avec succès un documentaire sur DVD à relative grande échelle (quelques milliers) à partir de moyens amateurs.


Mais c'était en 2018, c'était risqué, et chaque année qui passe, atténue un peu plus l'aura du DVD / Blu-Ray et sa part de marché. Le support se heurte à un double problème : en aval des clients, parfois jeunes (cas de jeunes mariés), qui ne connaissent plus que le streaming comme mode de diffusion et n'ont aucun lecteur DVD / blu-Ray à portée de main (sauf parfois leur console de jeux compatible blu-Ray). Voire pire, qui considèrent le support, comme définitivement ringardisé, et anti-partage. Et autre problème en amont : les possibilités techniques de concevoir des DVD / blu-Ray, option encore rendue possible sur certains logiciels de montage / encodage, se raréfient d'année en année, faute de logiciel d'encodage ou de graveur DVD, de moins en moins intégré aux ordinateurs récents. Chez Apple, c'est même le cas depuis plus de 10 ans !


Mais par quoi remplacer cet objet aujourd'hui ? Les alternatives physiques se résument à un seul choix, la clé USB.


 


Diffuser sur clé USB

La clé USB (USB-A) a l'immense avantage d'être lisible sur tout ordinateur actuel ou ancien, car la prise s'est répandue partout, et elle est quasiment toujours en USB 2.0, assurant une compatibilité quel que soit l'âge de l'ordinateur. Elle constitue en cela un support quasi universel. On peut y stocker une quantité de données variable, non négligeable, bien supérieure aux 4,7 Go des DVD, dans une qualité pouvant aller jusqu'à l'UHD.


Enfin dernier avantage et non des moindres, vous pouvez conserver une copie master intacte et la délivrer à tout moment si besoin : juste un espace occupé de quelques Go sur votre disque dur ou votre serveur.


cle USB

Côté inconvénients, il faut citer tout d'abord son prix, à l'unité 3 à 4 fois celui du support DVD. Sauf si on achète en pack.


J'ai ainsi dégoté chez AliExpress des packs de clés USB de 8 Go pour 44 € environ les 20 pièces, soit 2,2€ la clé USB 8 Go. Difficile de trouver moins cher. Pour une contenance supérieure de 16 G, le ratio reste toujours intéressant à 48€ les 20 pièces, soit 2,4 € la clé USB de 16 Go.


L'autre inconvénient de la clé USB est que vos fichiers sont balancés sur la clé sans aucune possibilité de menu et que la personnalisation de la clé avec un graphisme adapté, reste limitée, se résumant à l'ajout de votre logo. Un internaute malin a toutefois suggéré d'habiller la clé en utilisant les anciens boîtiers DVD (non-slim) et de livrer la clé USB dedans. Effectivement, ça peut constituer un pis aller...


La clé USB a toutefois d'autres inconvénients sans solution : son contenu peut s'effacer, chose impossible en soi avec un DVD gravé non-réinscriptible. La clé est par ailleurs facile à copier. Aussi, dans le cas d'une vente en nombre, il faut parier sur le fait que les clients ne se connaissent pas entre eux et ne vont donc pas, à de très rares exceptions près, se refiler les fichiers ! Enfin, la clé USB, à la différence du DVD, peut être perçue davantage comme un objet promotionnel, non comme un objet physique...


C'est pourquoi il reste une dernière solution, vendre via un lien d'accès vers un site de partage.


 

Diffuser et / ou vendre sur un site de partage


La diffusion dématérialisée directe sur un site de partage ou via un lien d'accès privé est la recommandation la plus actuelle. Point d'objet physique nécessaire dans ce cas. Juste un fichier. Il existe toutefois deux cas de figure selon que vous vous adressez à plusieurs clients qu'il faut attirer avec un produit proposé, ou selon que votre client est unique et "passe commande" pour une remise du produit final par voie dématérialisée.

 


lien non répertorié

a) Si la prestation relève de clients dispersés, individuels, que vous devez convaincre de venir à vous, le lien d'accès doit être relié à un système de paiement. Vimeo Pro propose ce type de service, moyennant un abonnement annuel un peu cher (16 euros HT/mois pour 20 Go d'upload par semaine) et une commission sur chaque vente. De plus, le fait que le service soit hébergé aux États-Unis et soumis aux lois américaines, entraîne des taxations diverses et variées (environ 24% !) qui réduisent d'autant votre gain net. Il faut vendre beaucoup et / ou assez cher pour en tirer profit. Ou accepter de gagner peu mais d'avoir ainsi une idée si votre vidéo déclenche des achats ou pas.


Autre alternative, celle de concevoir votre propre passerelle d'hébergement et de paiement sur un site WordPress ou Wix de votre choix mais cela exige pas mal de temps de conception, une passerelle de paiement de type Stripe ou Paypal (le plus connu, Paypal, prend une commission fixe de 0,50€ + un pourcentage de l'ordre de 2 à 3% sur chaque vente) et parfois, certaines connaissances techniques en développement.


débats

b) L'autre cas de figure - le plus confortable - consiste à avoir un client unique qui va se charger lui-même de diffuser la vidéo auprès de son cercle de fidèles, généralement via un service de partage vidéo. Le client peut être un club de sport qui va diffuser auprès de ses licenciés, ou des mariés ou encore l'organisateur d'un événementiel (rencontres, débats, symposiums...). Je vous avoue m'être toujours retrouvé dans ce cas de figure ces dernières années.


Le client passe ainsi commande d'une prestation et vous n'avez pas à vous soucier de vendre en nombre suffisant, juste la préoccupation de livrer la vidéo sur un support comme une carte mémoire ou via un service comme WeTransfer. L'organisateur (de l'événement) peut aussi décider de diffuser la prestation vidéo publiquement sur YouTube ou Vimeo pour s'assurer une audience la plus large possible. Parfois (cas des vidéo-mariages), il préférera que vous communiquiez un lien vers lequel son entourage pourra voir le film, via un hébergement en ligne dans un espace confidentiel et privé.


Dans tous les cas, cela revient à vendre en réalité un prix pour la prestation que vous réalisez. Et donc, de vous mettre d'accord avec votre client en amont sur ce que vaut votre travail. Une fois ce cap franchi, tout est plus simple, sauf quand il y a des contestations une fois le produit fini rendu. Et si vous êtes amateur, la démarche technique est la même, seul le prix (et l'exigence du "client") change(nt).


vimeo

Enfin, trouver le bon service d'hébergement est bien moins compliqué que dans le cas des clients multiples soumis à un système de paiement. YouTube permet de communiquer l'adresse d'une vidéo via ses liens non-répertoriés, accessibles aux seuls contacts à qui vous le donnez. Toutefois l'hébergeur Vimeo peut s'avérer plus rassurant car le système peut fonctionner avec un lien également semi-privé et même un mot de passe. Les services de transfert (WeTransfer, GDrive) ne sont pas appropriés pour cela car ils n'hébergent que le fichier sans permettre leur lecture ou (dans le cas de WeTransfer) sont trop limités dans le temps (par exemple 1 semaine...)



(Sur quel "support" proposer une prestation ? )

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les 1 avis d'internautes et donner le vôtre