Magazinevideo > Drones, Trépieds, Smartphones > Accessoires vidéo à bricoler

Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner

L'art de la bricole

 

15 avril 2012 par Bricol'art (alias Gérard Galès)

 

bricolage vidéo

Les divers systèmes de réflecteurs et diffuseurs pour filtrer la lumière solaire ou artificielle sont indispensables en tournage. Mais pour l'amateur cela peut représenter un investissement important dans un matériel qui ne sera peut-être utilisé que rarement. Or, de substantielles économies peuvent être réalisées dans ce domaine en détournant pour un usage cinématographique certains accessoires domestiques bien choisis. Voici quelques-unes des solutions lumière « débrouille » que j'ai expérimentées sur mes tournages.



> LIRE LA SUITE : Récupérer des réflecteurs gratuits ou presque

Récupérer des réflecteurs gratuits ou presque

Le vidéaste futé pensera immédiatement pour cela au classique, économique mais très efficace pare-soleil automobile recouvert d’aluminium argenté (ou doré). Mais pas n’importe lequel car il vaut mieux privilégier le modèle de forme accordéon pour pouvoir ensuite plus aisément moduler et diriger les rayons lumineux réfléchis. Et de plus, son encombrement plié est ainsi minimisé. En vente au rayon accessoires auto de supermarché ou bien par exemple ici, sur le site Cdiscount à 1,85 euros.
bricolage vidéo
Pour ma part, j’ai opté pour la version en carton rigide de ce modèle, trouvée aussi en supermarché, qui a l’avantage de pouvoir tenir debout seule. L’autre accessoire de rayon auto qui peut faire office de réflecteur réversible or/argent est la couverture de survie. Inconvénient : sa très fine épaisseur la rend fragile, elle s’envole et se froisse rapidement, ce qui peut provoquer des réflexions lumineuses parasites. Enfin, pour un débouchage circonscrit, j’utilise ce petit disque en carton gratuit que l’on trouve généralement en dessous de plat de pâtisserie. Il présente le plus souvent une double face aluminisée argentée/dorée qui s’avère efficacement réfléchissante.


(Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner)

Se doter de l'indispensable cadre multifonction

L’usage d’un grand cadre est multiple et incontournable en tournage. Car il peut ainsi supporter toutes sortes de matières filtrantes : gélatine colorée, toile translucide diffusante, tissu occultant noir, réflecteurs divers : argenté, doré, polystyrène blanc, etc. Et il suffit de pinces aux quatre coins pour les tenir tendues, les superposer ou en changer très rapidement.
bricolage vidéo
Astuce : outre le papier calque qui peut faire office, à moindre frais (vendu par exemple sur le site Office dépôt à 8,25 euros TTC le rouleau de 0,37 m x 20 m) de surface diffusante à tendre sur ce cadre, j’utilise un rouleau de polypropylène assez épais, argenté d'un côté et doré de l'autre, en guise de réflecteur passif. Il produit au choix, selon la face exposée, une luminosité de TC chaude (jaunâtre) ou froide (blanc-bleuâtre). Cette matière plastique réversible est par exemple vendue par Retif en rouleau de 1,20 m de large x 10 m de long, à 6,99 euros HT seulement. On trouve également un équivalent sur les sites spécialisés dans les accessoires pour fêtes, tel que mega-fetes.fr à 8,50 euros TTC le rouleau de 1m x 10 m. Ne surtout pas s’en priver !


(Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner)

Le matériel nécessaire pour le fabriquer

Pour la construction du cadre, j’ai privilégié le bois (pin) plutôt que le métal. C'est en effet l’assemblage le plus facile à réaliser avec peu d’outils et de plus je pourrai ainsi y planter si nécessaire des agrafes ou des punaises pour y fixer toutes sortes de matières. Pas question non plus d’utiliser ici du plastique qui se déforme trop facilement et supporte mal la chaleur d'un projecteur à proximité. En magasin de bricolage, j’ai donc investi dans l'achat de 2 tasseaux ordinaires carrés en pin 20 x 20 mm de 2 m de long (5 euros environ) ainsi que dans un fer plat 20 mm x 5 mm de 2 m (12 euros environ). La quincaillerie nécessaire se compose de deux boulons 5 mm x 50 mm, de rondelles et d’entretoises adaptées ainsi que de deux molettes largement dimensionnées de diamètre femelle 5 mm. J’ai prévu aussi quatre petites équerres métalliques zinguées longueur 50 mm x 50 mm, largeur 15 mm, avec leurs vis de fixation (4 euros environ)
bricolage vidéo


(Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner)

Le montage du cadre

Les tasseaux de bois, découpés en 2 longueurs de 1,20 m et 2 autres de 0,60 m, sont assemblés par vissage et collage de manière à obtenir un cadre rectangulaire. J’ai ensuite divisé en quatre parties égales les morceaux restants, qui ont été calés (vissés et collés) à 45° à l'intérieur de chaque angle du cadre. Cela permet ainsi de rigidifier l’ensemble de la structure. Une précaution indispensable lorsqu’on sait à quel point ce type d’accessoire peut souffrir en tournage de manipulations parfois brutales. Les quatre petites équerres métalliques sont vissées sur l'extérieur de chaque angle afin de les protéger d'une usure prématurée. Le fer plat est courbé de façon à lui donner la forme d'un U qui épouse les dimensions du cadre.
bricolage vidéo
Deux trous de 6 mm de diamètre sont percés à mi-distance sur les deux hauteurs du cadre en bois, puis on présente le U sur lequel on perce aussi deux trous identiques en regard de ceux du cadre. Il suffit ensuite de passer un boulon 5 mm de chaque côté au travers de l'ensemble bois-fer, sans oublier d’intercaler les entretoises et les rondelles entre le cadre et le U afin d'éviter l'écrasement du bois. On visse les molettes de serrage et on vérifie qu'elles font bien leur travail de blocage du cadre dans diverses positions. Si ce n’est pas le cas, il faut augmenter la friction en rajoutant autant de rondelles que nécessaire. La dernière opération consiste à percer un trou de 10 mm au centre de la base du U afin de pouvoir fixer l'ensemble sur un trépied si nécessaire. Le cadre est ainsi terminé et prêt à servir pendant des années. Pour le « look » final du mien, je l’ai peint à la bombe aérosol en noir mat (mais ce n’est pas indispensable).


(Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner)

Côté pros

Prix de revient de mon cadre support fait maison : moins de 30 euros. Inconvénient : il n’est pas démontable, contrairement aux divers cadres supports pro vendus dans le commerce et qui sont en aluminium. C’est le cas des modèles Skylite de Lastolite, qui exploitent des montants tubulaires en aluminium reliés en interne par un élastique. Les toiles fournies dans les différents kits se fixent dessus en un clin d’œil par des bandes Velcro. Lastolite propose par exemple un kit Skylite Basic de 2 m x 2m, livré avec tissu diffuseur 1/14, réflecteur argent/blanc et sac de transport. On le trouve sur Digit-photo.com au prix de 396,90 euros ttc. Existe en taille 1m x 1m au prix de 226 euros ttc. J’ai aussi remarqué chez Digixo un kit support de fond Lastolite de grande taille, composé de deux pieds télescopiques (max 3 m) et d’une barre horizontale télescopique (1 à 3 m) sur laquelle on peut accrocher toutes sortes de toiles filtrantes et de fonds colorés, par exemple pour réaliser un effet chroma key. Vendu 229 euros avec sac de transport.


cadres lastolite


(Réfléchir et diffuser la lumière sans se ruiner)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre