Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Les zooms numériques

Sont-ils utiles ?

 

24 mai 2006 par Lucien Sénéchal

 

zoom numérique

Tous les camescopes (ou presque) en sont munis. Doit-on raisonnablement exploiter ce type de zoom ? Quelles en sont les applications possibles ?


Une certitude : les zooms numériques bénéficient d'un ratio suffisamment important pour abolir les distances et éloigner considérablement le sujet de l’utilisateur. Il n’est pas rare que des zooms numériques parviennent à des facteurs de grossissement égal ou supérieurs à X200, voire X700, voire plus ! Précisons qu’un "simple" zoom optique X20 dont on utilise le zoom numérique à X2 (soit X40) sur un 1/,4,5 de pouce correspond grosso modo en équivalent photo à un 1816 mm ! ce sont déjà des valeurs considérables.



> LIRE LA SUITE : Revue de détail

Revue de détail


   

L’anecdote est réelle : récemment, j’ai eu l’occasion de photographier une vipère avec mon APN, dans un village perdu de montagne. L’animal avait installé son nid douillet contre une des façades de la maison où nous logions ! Des enfants passaient à proximité. Ignorant au départ à quelle espèce j’avais affaire, et craignant qu’il ne s’agisse précisément d’une vipère, j’ai photographié l’animal et m’en suis allé trouver une autorité compétente (une pharmacienne), APN en bandoulière.


Sur l’écran ACL, la pharmacienne ressentait comme un petit doute. En grossissant x3 puis X6, tout doute s’est estompé : il s’agissait d’une splendide vipère aspic, potentiellement la plus dangereuse !
(*) j’ai appris tout de même que ces pauvres mal-aimés rampants ne causaient qu’un seul décès par an en moyenne. Environ 50 fois moins que les piqûres de guêpes !


Le raisonnement peut-il s’appliquer aux camescopes ? Oui et non. En fait, le zoom numérique des camescopes est délaissé en grande partie parce que le zoom optique est déjà extrêmement puissant ! En effet...



Alors, quelles sont les applications possibles ?


Hormis la recherche d’un pur effet spécial, et bien que le zoom numérique, qui dégrade l’image, nous semble contradictoire avec la qualité tant recherchée des modèles numériques soyons justes. Dans plus d’un cas, il se justifie. Vidéo animalière, épreuves sportives, détails architecturaux, tels sont les thèmes de prédilection des très longues focales. Sans zoom numérique, il semble difficile – dans le cas de la vidéo animalière – de concilier des gros plans percutants et l’impératif de se tenir à bonne distance pour ne pas faire fuir l’animal.


Ainsi, des vidéastes animaliers parviennent à filmer des oiseaux dans leur nid avec un zoom numérique X40. Images qui n’auraient probablement pas été réussies avec un zoom optique, même de forte amplitude. Autre application : les caméras cachées où toute distance par rapport au sujet est salvatrice ! C’est le cas des reportages clandestins mais aussi des situations de M. Tout-le-monde-en-voyage où la tranquillité d’esprit prime. Il est préférable de filmer certains édifices de loin (militaires) pour ne pas être inquiété des autorités locales. De même, certains habitants peuvent être gênés par un objectif qui les vise.


Les conséquences ? Plus l’amplitude du zoom numérique est élevée, plus la qualité de l’image est mauvaise ". Telle est la précaution oratoire que distillent de nombreux modes d’emploi. Les conséquences sont de trois ordres : d’une part, une pixellisation croissante de l’image jusqu’à obtenir, au pire, une image " en mosaïque " (voir photos). Ensuite, une perte de luminosité générale, un affadissement des couleurs et une perte très sensible de netteté. Enfin, une impossibilité – hors emploi d’un trépied – de stabiliser l’image. En effet, le tremblement à main levée est d’autant plus élevé que l'angle de prise de vues est étroit. Certains y voient une autre incidence en terme de langage de l’image : le cadreur, en s’éloignant du sujet filmé, crée une rupture entre le champ image et sonore, le son ne pouvant suivre l’amplitude image. Enfin, plus l'amplitude du zoom est importante, plus l'utilisateur a tendance à exploiter une grande partie de la plage des focales. Cet effet pervers accentue donc l’excès de " zoomite "… Mais hormis certains fabricants qui précisent " optical zoom ", nous reprochons surtout aux constructeurs de jouer la surenchère en affichant ostensiblement le ratio du zoom numérique sur le flanc du camescope. Et de provoquer ainsi une confusion dans l’esprit du vidéaste débutant qui croit détenir un zoom optique de qualité, ultrapuissant.


Différences de manipulation entre deux zooms numériques ? On note en effet des différences. Les zooms numériques les mieux conçus de notre point de vue sont ceux dont l’activation est optionnelle (par le menu ou autre). Ainsi, en préférant – momentanément ou en permanence - le seul zoom optique, l’utilisateur évite de se retrouver dans une plage du zoom numérique alors qu’il n’en avait peut-être pas le désir. Cette précaution se complète parfois d’une mention dans le viseur indiquant le rapport de grossissement en cours. Un affichage essentiel pour se repérer. Et dans le meilleur des cas, certains camescopes (notamment chez Panasonic et JVC) offrent deux choix de zooms numériques, à amplitude raisonnable (X20 à X40 par exemple) ou relevant de l’effet spécial (X40 à X400).


Différences de qualité, à ratio et cible équivalents, entre deux zooms numériques ?
Oui forcément dans la mesure où la qualité de l’image dépend avant tout de celle de la résolution du capteur, de leur nombre (mono ou tri-CCD) et de l’objectif. Le zoom numérique ne fait que grossir l’image de base. Qui est plus ou moins bonne suivant les camescopes.



(Les zooms numériques)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre