Magazinevideo > Apprendre > Technique vidéo

article archivé

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Le montage en HDV sur Mac

3 méthodes possibles

 

27 mars 2007 par Thierry Philippon - Mis à jour le 27 mars 2007

 

Pour monter un signal HDV sur Mac, il existe trois solutions. Mais chacune d'elles a ses atouts et ses revers. Pour vous faire une opinion aussi complète que possible, pour chaque solution, vous pouvez télécharger une même séquence vidéo de 18'' afin de comparer la qualité du signal obtenu.



> LIRE LA SUITE : Monter en AIC

Monter en AIC

FCE


imovie   FCE

Points forts : L'AIC (Apple Intermediate Codec) est, comme son nom l'indique, un codec spécifique intégré sur tous les logiciels de montage Apple. Cette solution permet de bénéficier d'un HDV de qualité acceptable - quoique parfois contesté - sans solliciter autant le processeur qu'avec la configuration HDV native de Final Cut pro. Il n'y a pas de magie : avec l'AIC, le signal vidéo ne subit pas de compression temporelle (inter-images), ce qui aide considérablement le processus de montage puisque les images adjacentes n'ont pas à être décodées au préalable. Autrement dit, pas d'attente pour que l'image soit affichée et décodée. Même avec un processeur à la fréquence horloge modeste, on travaille assez efficacement avec ce codec AIC.


Points faibles : A la capture ou au montage, le débit est au moins multiplié par 2,5 à 3 fois (Apple évoque même 3 à 4 fois). Par ailleurs, la vidéo sollicite un espace de stockage considérable. Ainsi, une séquence de 5 minutes occupe jusqu'à 2,7 Go d'espace disque alors qu'en natif, le même fichier ne dépasse pas 1 Go ! Une cassette DV de 60 minutes occupe ainsi 42 Go d'espace disque en AIC ! Aussi faut-il prévoir d'assez gros disques externes ou faire le ménage très souvent…
Autre bémol, le signal étant converti à la capture, le monteur doit patienter le temps que le codec ait terminé l'encodage. Le décalage est d'ailleurs immédiatement visible : l'image qui s'affiche sur l'écran du Mac prend un retard plus ou moins important sur l'image visible sur l'écran du camescope. Ce décalage est plus ou moins accentué selon la puissance de la configuration et la complexité de l'image. Notez qu'on observe parfois, après capture, un ralentissement du son (mais pas de l'image). Si cela se produit, renouvelez simplement la capture de la séquence affectée.
Dernier inconvénient : un réencodage en HDV natif (mentionné "transcodage") est une étape obligée, si, une fois le montage achevé, on exporte sur bande. Ce réencodage est long : comptez environ 65 minutes de temps de calcul pour un film de moins de 10 minutes.
 


iMovie


Procédure : branchez simplement votre camescope au Mac. Si un message d'erreur s'affiche, vérifiez juste que l'activation de la conversion HDV/DV est bien sur Arrêt. Côté logiciels de montage, on note de légères variantes de procédure. Pour Final Cut Express, en HDV, il n'existe pas d'autre choix possible que le codec Apple Intermediate Codec 1080i50 (ou i60 ou 720p), accessible depuis la sélection "Configuration simplifiée". Sur iMovie, il en va de même, à l'invite d'un nouveau Projet, vous devez juste sélectionner HDV 1080i (ou HDV 720p) depuis l'onglet Format vidéo. Enfin, sous FCP, il suffit d'aller dans le menu Réglages audio-vidéo puis choisir au sein de la liste proposée l'Apple Intermediate Codec.


Télécharger le fichier obtenu avec le codec AIC



(190 Mo)


 



(Le montage en HDV sur Mac)

Monter en HDV natif

FCP

Point forts : cette solution en HDV natif, valable exclusivement pour FCP, n'entraîne aucune perte de signal puisque le flux MPEG-2 est capturé d'origine et traité (lu, monté) en natif. Par conséquent, dès la phase de capture, l'absence de conversion ne génère aucune attente. Autre avantage du HDV natif, la vidéo occupe la même quantité de données qu'en DV, le débit étant identique (25 Mbps). A titre de comparaison, les fichiers sont ainsi trois fois moins lourds qu'avec le codec intermédiaire AIC. Enfin, le transfert sur bande n'est pas soumis à l'obligation d'un réencodage. Seule une validation (conformation) est requise au moment de l'export pour corriger tout GOP éventuellement incompatible avec le flux HDV natif.


Points faibles : le HDV natif est très exigeant en termes d'affichage et de montage car l'affichage d'une seule image peut nécessiter le décodage de plusieurs images en amont ou en aval dans le flux vidéo. Et donc un recalcul du flux. Pour s'en sortir, une configuration musclée est requise : les spécialistes travaillent généralement avec un G5 Dual 2,5 Ghz ou un Mac Intel doté au minimum d'une Ram de 2 à 2.5 Go. Malgré tout, le nombre d'effets temps réel lisibles sera toujours réduit en HDV natif, tenez-en compte...


FCP

Procédure : elle est identique à celle pour l'AIC : menu Réglages audio/vidéo puis choisir au sein de la liste proposée le HDV 1080i50 (ou un des autres codecs HDV). Attention, FCP ne gère pas le 720p en 25i/s mais seulement en 24, 30 et 60 i/s.
 



(Le montage en HDV sur Mac)

Downconvertir de HDV en DV

 
downconvertir
downconvertir   downconvertir

Points forts : première certitude, vous conservez vos rushes en HDV pour une exploitation future sans subir les contraintes de montage inhérentes au HDV. En effet, ce format haute définition nécessite des ressources puissantes. En convertissant le signal de HDV en DV, vous conservez votre configuration hardware habituelle même si son ordinateur est peu musclé, ou manque de mémoire vive. Grâce à cette conversion, ni souci de capture, ni d'affichage ralenti à la lecture ou de lenteur d'exécution au montage. Enfin, les séquences capturées pèsent le même poids que s'il s'agissait de rushes d'origine en dv ou en HDV natif.


Points faibles : bien évidemment, la conversion fait perdre la qualité d'image du HDV puisqu'on restitue un signal DV classique en 720x576 pixels. Les esprits chagrins font même le reproche que la qualité d'image serait moins bonne après conversion HDV en DV qu'en filmant directement en DV. Mais à l'oeil nu, une éventuelle différence, si elle existe, semble indétectable.
 



Procédure : elle n'est pas compliquée, du moins avec Final Cut Express HD. Avec ce logiciel, la conversion nécessite de choisir le réglage approprié (DV-PAL Convertisseur DV) dans le Menu Configuration simplifiée. Puis d'indiquer à votre camescope de convertir le signal HDV en DV. Pour cela, allez dans le menu du camescope puis validez l'activation HDV-DV (ou placez le mode Conv iLink sur Marche/Arrêt). Petit piège, tant que le câble DV n'a pas été débranché, le changement de mode est inopérant.


Pour iMovie HD, c'est une autre paire de manches : la conversion, quoique possible, est plutôt… complexe ! Heureusement, un visiteur du forum http://forum.mac-video.fr/ a trouvé la solution et nous avons pu valider ses propos. La manoeuvre a été effectuée avec un camescope Sony HDR-HC1.
1) Créez un nouveau projet DV (et non pas "DV écran large") en évitant que le camescope ne soit connecté au Mac. Puis "leurrez" tout d'abord iMovie en lui laissant croire qu'il va monter un projet DV avec un signal DV classique alors qu'en réalité, vous montez un signal converti de HDV en DV. 2) Pour cela, cliquez sur DV dans le menu VCR HDV/DV du camescope puis paramétrez l'option Conv i.LINK sur Arrêt. 3) Connectez alors le camescope à la prise Firewire du Mac puis débranchez-le dans la foulée ! 4) Effectuez les opérations inverses, à savoir : placez VCR HDV/DV sur Auto et Conv i.LINK sur "ACT. HDV-DV". 5) Enfin, rebranchez le camescope une ultime fois ! Savourez le résultat…


Télécharger le fichier obtenu après downconversion



(66 Mo)


(le fichier obtenu, qui est au format 16:9, doit être relu par exemple avec MPEG Streamclip car QuickTime l'affichera au format 4:3)



(Le montage en HDV sur Mac)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre