Magazinevideo > Accessoires Photo-Vidéo > Accessoires vidéo à bricoler

Faire d'un simple serre-joint un support d'épaule façon RIG

L'art de la bricole

 

28 février 2012 par Bricol'art (alias Gérard Galès)

 

RIG

Une bonne solution pour réaliser des panoramiques stables avec un camescope léger ou un DSLR, sans faire appel à un classique trépied, est de lui offrir un confortable support d’épaule. Mais comme cet accessoire s’avère assez onéreux dans le commerce, je me suis dit qu’il devait être possible d’en réaliser un à moindre coût avec du matériel de bricolage.


Mon support d’épaule maison, décliné en deux versions, simple ou « Rig » tenu à deux mains, est très simple à monter et ne nécessite que peu d’outillage. Voici le détail de sa fabrication.



> LIRE LA SUITE : Le matériel à acquérir

Le matériel à acquérir

La première pièce à se procurer, c’est une petite rotule passe-partout plus spécialement destinée à se fixer sur une vitre. Je l’ai trouvée sur le site Pearl à 9,90 euros seulement. C’est un modèle léger en matière plastique mais qui suffit amplement pour cet usage. Son avantage est d’offrir un levier court avec serrage par rotation et une platine amovible de fixation rapide. J’aurais pu exploiter aussi une rotule conventionnelle en la dotant dans ce cas d’un adaptateur universel Manfrotto Clamp de vitre 243, vendu aux alentours de 30 euros sur Digit-photo ou Digixo.
RIG

L’autre élément clé de mon support d’épaule maison, c’est le serre-joint. En privilégiant un système de type « pistolet » et une longueur de 300 à 400 mm d’ouverture. On le trouve dans tous les magasins de bricolage entre 10 et 15 euros en moyenne, type Leroy-Merlin ou Bricodépôt et bien sûr aussi sur Internet, par exemple ici sur Pixmania. Mais pour cet usage détourné, nul besoin d’acquérir un modèle de serre-joint sophistiqué. Celui que j’ai utilisé (acheté en deux exemplaires) se trouve à seulement 5,50 euros HT ( 6,60 TTC) sur le site Polydis.fr et à petit prix aussi en supermarché. A ces fournitures de base, en vue de l’option « Rig », je rajoute un petit bout de tube d’isolation en mousse, quelques colliers en plastique, un mètre de tige filetée diamètre 6 mm avec écrous et 30 cm de fer plat (ou d’alu) largeur 40 mm.



(Faire d'un simple serre-joint un support d'épaule façon RIG)

Créer très rapidement un support d'épaule simple

Réaliser cette transformation basique ne prend que quelques minutes. Je commence par ôter la petite butée en équerre, opposée à la poignée pistolet, et je la revisse dans l’autre sens sur la tige métallique. J’obtiens ainsi un embryon de « crochet » en mesure de s’appuyer derrière, sur mon omoplate. Mais celui-ci s’avère trop court pour être vraiment efficace. Je le rallonge en perçant sur le plat de l’équerre un trou de 6 mm et en y vissant 10 cm de fer plat de 40 mm que je recouvre ensuite de mousse, maintenue solidement par deux colliers en plastique.
RIG
J'entoure également de mousse la tige métallique du serre joint, de façon à rendre plus confortable l’appui horizontal sur l’épaule. Il ne me reste plus qu’à insérer ma rotule à l’avant sur le haut du bloc poignée-pistolet. Sur mon modèle, il a fallu au préalable que j’affine cette partie afin qu’elle puisse s’insérer plus aisément dans le U de serrage de la rotule (qui, à l’origine, est seulement prévu pour enserrer une fine vitre). Il n’y a plus qu’à installer le camescope dessus. Petit bonus du système : je me suis aperçu qu’en orientant le petit levier vers l’avant, cela procure une meilleure tenue du support via la main gauche et permet aussi d’orienter à volonté la rotule durant la prise de vues.


(Faire d'un simple serre-joint un support d'épaule façon RIG)

La version plus sophistiquée, façon "Rig"

rig
Je souhaitais cependant améliorer sa stabilité par une tenue à deux mains, comme le proposent les supports « Rig » du commerce. J’ai donc utilisé pour cela le second serre-joint, à qui j’ai fait subir les mêmes modifications qu’au premier. J’ai ensuite scié en deux parties la tige filetée de 6 mm et j’ai exploité ces deux morceaux pour relier les deux serre-joints entre eux. En jouant sur le vissage de la tige filetée, j’ai pu ajuster leur écartement à ma largeur d’épaule, de façon à ce que les deux « crochets » s’appuient bien sur mes omoplates. La tige filetée arrière est ensuite recouverte elle aussi de mousse. Puis, sur la tige filetée de devant, j’insère et je fixe solidement le restant de fer plat, sur lequel peut ainsi venir se poser ma rotule. Là aussi, je peux décaler à ma guise à droite ou à gauche la position de ce fer plat afin de positionner la rotule (en en conséquence le camescope) de la façon la plus confortable pour l’œil.


(Faire d'un simple serre-joint un support d'épaule façon RIG)

Côté pros

Le support « Rig » du commerce n’intègre pas de rotule. L’appareil de prise de vues est directement fixé avec une vis standard sur un plateau (ajustable) et tous les mouvements de caméra sont impulsés directement par le cadreur. L’avantage d’un modèle pro est sa grande modularité et sa légèreté. On obtient ainsi une bien meilleure stabilité qu’avec une tenue directe à la main (surtout avec les petits appareils) tout en conservant une grande mobilité que n’autorise pas un classique trépied.
RIG
Les poignées (les « rods ») peuvent coulisser sur des rails tubulaires afin de s’ajuster précisément à la morphologie du cadreur. Et parfois, on peut même y rajouter du lest sur l’arrière pour mieux équilibrer l’ensemble. Son seul gros défaut… est son prix, qui peut aller de 400 euros jusqu’à 2000 euros pour les modèles pros sophistiqués. Quelques exemples parmi les modèles abordables : le Shape Cameleon I à 569 euros sur Reddotphotovideo.com, le Jag35 Field Runner pour DSLR à 381 euros sur digistore.fr, le Genus Epaulière GSBX à 599 euros sur digixo.com, le kit DSLR Rig EVO 23 sur noxlaboutique.com à 535 euros. J’ai cependant trouvé sur eBay.com un astucieux petit modèle de Rig hyper modulable qui ne coûte que 70 dollars (52 euros environ, auquel il faut rajouter les droits de douane éventuels et le port depuis l’étranger). Au final, mon « Rig » bricolé, s’il n’offre pas une aussi grande modularité que les modèles pros, me revient à moins de 20 euros (+ 9,90 euros de rotule) et offre ainsi un rapport qualité prix imbattable. Quant à la rotule elle même, rien ne m’empêche de l’exploiter aussi comme prévu à l’origine, c’est à dire en la fixant sur le champ d’une vitre de portière automobile voire sur un fin dossier de chaise, en alternative au trépied.


(Faire d'un simple serre-joint un support d'épaule façon RIG)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre