Magazinevideo > Drones, Trépieds, Smartphones > Accessoires vidéo à bricoler

Deux LED pour mieux déboucher un sujet

L'art de la bricole

 

20 septembre 2011 par Bricol'art (alias Gérard Galès)

 

roundled
 
La technologie LED envahit désormais l’appareillage grand public et devient très abordable. Il ne faut donc pas hésiter à détourner certaines de ses applications domestiques sur piles afin de les exploiter comme torche vidéo d’appoint, accessoire bien utile pour déboucher un avant-plan trop sombre. J’en ai sélectionnés ici deux (mais on peut en imaginer d’autres), exploitables individuellement ou en alternance selon la luminosité de la scène à filmer.

> LIRE LA SUITE : Le matériel à acquérir : 1re solution

Le matériel à acquérir : 1re solution

projecteur led pearl


La première solution nécessite l’acquisition d’un projecteur LED circulaire destiné initialement à venir se clipser sur le mât d’un parasol. Il faut choisir un modèle comportant le plus grand nombre d’ampoules LED blanches, c’est-à-dire délivrant un rendu lumineux de type « lumière du jour » et offrant le plus grand diamètre de trou central, de l’ordre de 50 à 60 mm.


Celui que j’ai trouvé sur le site Pearl à 9,90 euros possède 24 LED très lumineuses, son trou central est de 52 mm et il s’alimente avec simplement 3 piles AA offrant pas moins de 100 h environ d’autonomie.


coulisse
vis 1-4

J’y ajoute en complément une courte équerre coulissante de blocage de vasistas (5 euros en moyenne) et une vis mâle au pas « photo » 1/4.



(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Le matériel à acquérir : 2e solution

torche Pearl


La seconde solution réclame pour sa part l’acquisition d’une mini-torche à main aussi petite et légère que possible mais comportant elle aussi le plus grand nombre d’ampoules LED blanches. L’idéal est de disposer de plusieurs puissances d’éclairage afin d’adapter la portée lumineuse en fonction du sujet filmé. Par exemple 7, 14 et 28 LED comme avec celle-ci, trouvée sur Pearl à 19,90 euros et qui a aussi l’avantage d’une alimentation par batteries AA rechargeables (chargeur fourni).


platine   platine
Il faut également s’équiper d’une pince de microphone standard (vendue sur eBay à 2,50 euros ou sur Univers Electronique à 2 euros et d’une petite platine de fixation sur griffe de camescope, récupérée sur un vieil accessoire ou achetée en magasin photo/vidéo.
pince
Par exemple, sur le site Thomann, celle-ci qui est en alu avec filetage 3/8 (9,30 euros) et celle-là qui est en acier, donc plus lourde, mais avec filetage 5/8 (4,43 euros seulement).


(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Solution 1 : montage de mon "RoundLED"

Roundled

Je vais exploiter ici l’éclairage de parasol à la façon de la célèbre torche annulaire pro Roundy, qui encercle un objectif afin de produire un flux lumineux bien homogène et sans risque d’ombre portée.


équerre équerre
équerre

La première opération consiste à désolidariser les 2 parties emboîtables de l’éclairage parasol et supprimer les 2 pinces centrales à ressort qui gêneraient le passage de l’objectif. Dans la partie ne contenant pas les piles, je perce un trou de 4 mm de diamètre sur un des côtés, dans lequel je passe une vis filetée de 20 mm de long, que je bloque fermement avec un écrou et des rondelles. L’équerre de vasistas est ensuite tordue à 90°, à un tiers environ de sa longueur. La partie externe de la vis peut alors se glisser dans sa rainure, sur sa partie la plus courte. Un second écrou de blocage me permet de maintenir le disque.


Sur la partie la plus longue de l’équerre, je glisse ensuite la vis 1/4 (une petite rondelle en caoutchouc l’empêche de tomber) puis je fixe l’ensemble sous le camescope. Il ne reste plus qu’à affiner en horizontal et en vertical la position du disque par rapport à l’objectif, en faisant coulisser les deux vis dans la rainure de l’équerre. On termine en les serrant soigneusement.



(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Solution 2 : Montage de la mini-torche LED

Détail platine griffe
La seule difficulté éventuelle réside ici dans le fait qu’il faut adapter la pince de microphone, munie en standard d’un filetage femelle de 5/8 ou 3/8, sur la petite platine de fixation pour griffe porte-accessoire.
vis adaptation pince
Selon le diamètre de filetage dont dispose cette platine, il peut donc s’avérer nécessaire d’intercaler un adaptateur-réducteur de filetage afin de pouvoir réunir ces deux éléments. Celui-ci est le plus souvent fourni avec la pince pour microphone mais sinon, vous en trouverez chez Sono espace. Une fois l’opération effectuée, il n’y a plus qu’à glisser la mini torche à main dans la pince et l’orienter précisément pour que son flux lumineux vienne déboucher l’avant-plan entre 1 et 3 mètres de distance. Grâce à la puissance réglable, je peux choisir la mieux adaptée selon la distance caméra/sujet afin d’éviter une surexposition peu esthétique, sur un visage par exemple.


(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Coté pros : solution 1

éclairages Annulaires

Mon « RoundLED » perso me revient à moins de 20 euros. Un prix dérisoire en comparaison de celui du pionnier en matière d’éclairage annulaire, le fameux Roundy du fabricant Balcar, qui est vendu sur redDOT autour de 1000 euros. Mais avec ce disque composé d’un tube fluo 12V de 55 W (variable par potentiomètre), on est assuré de bénéficier d’une TC constante et d’une portée d’éclairage jusqu’à 6 mètres de distance. Montage sur semelle caméra ou sur bras. Fourni avec volet, diffuseur et batterie.


Autre matériel pro, plus léger mais de prix plus accessible : le Kaiser pro KR90, 30 x 3 LED, avec variateur, TC 5500 K, qui fonctionne sur accu rechargeable lithium-ion, livré avec bagues de 55 à 77 mm, chargeur et câble voiture 12 V pour 449,70 euros sur PointNodal. Inconvénient : on doit le fixer directement sur le fragile filetage d’objectif.


Enfin, j’ai trouvé un produit bien plus abordable : le Rotolight RL-48A, vendu également sur le site RedDOT à 125 euros seulement. Il permet d’obtenir différentes TC mais ne se place pas autour de l’objectif. Il vient en effet classiquement se fixer sur la griffe porte-accessoire de la caméra, comme une torche ordinaire, ou sur la bonnette d’un microphone déporté (donc risque d’ombre portée).



(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Coté pros : solution 2

torches LED

Mon montage orientable avec mini-torche à puissance réglable me revient à moins de 30 euros et pourrait s’avérer encore moins onéreux en exploitant un modèle plus simple. Comparativement, une lampe torche LED dédiée vidéo en premier prix, par exemple la IDV LED 28 LED, ne coûte certes que 29 euros sur le site Digistore mais son rendement lumineux est faible, on ne peut moduler son flux et l’autonomie est limitée. De plus, elle n’est pas orientable.


Pour acquérir un modèle orientable au rendement proche de celui de ma torche, il faut par exemple se tourner vers le EBENK VL-25 à 30 LED blanches (95 euros) vendu sur redDOT ou sur Visualfrance. Ou bien vers la torche IDV LED144 vendue 135 euros sur Digistore. Leur avantage est la légèreté (carter en plastique) et le fait qu’elles sont livrées avec un ou plusieurs filtres en gélatine, dont un orangé qu’il est très aisé de coincer sur la vitre de façade. Idéal pour « réchauffer » cette lumière LED bleutée souvent considérée comme un peu « froide ». Mais rien ne m’empêche de recouvrir moi aussi le verre de ma torche avec un petit bout de gélatine orangée...


Enfin, pour investir dans une torche pro de marque connue, il faut par exemple compter 219 euros pour la LITE PANELS Micro qui délivre un flux lumineux totalement contrôlable de 220 lux et 345 euros pour sa version LPMicro pro de 510 lux. Ma solution a donc le mérite de la simplicité et de la modularité à petit prix.



(Deux LED pour mieux déboucher un sujet)

Cet article vous a plu ?
Soutenez notre indépendance
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !

Donner un avis

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu d'un nouvel avis
Votre avis (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon avis