article archivé

Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300

Le tri-CCD hybride

28 février 2009 par Thierry Philippon

Le Panasonic HDC-TM300 est un camescope HD qui exploite la norme AVCHD. Il s'agit d'un modèle dit "hybride" car il enregistre au choix sur mémoire embarquée de 32 Go ou sur carte SDHC. Son concept reprend celui des Canon HF10 et HF-S10. Il s'adresse à des utilisateurs avertis. Le TM300 existe également en version HDC-HS300 pour lequel la mémoire embarquée est remplacée par un disque dur de 120 Go mais qui conserve l'enregistrement sur carte SDHC. Enfin, en dehors de la France, on recense aussi le HDC-SD300, non-hybride, enregistrant sur carte SDHC.


La mémoire intégrée (nommée aussi "mémoire Flash") séduit les fabricants car elle possède de nombreux avantages : absence de pièce mécanique, résistance accrue aux chocs ou aux mouvements brusques, consommation moindre et réduction de l'encombrement de l'appareil.


La durée avec mémoire intégrée est de 4H en HA, 5H20 en HG, 8H en HX, 12H en HE. Cette durée est suffisante pour les enregistrements quotidiens mais s'avère un peu juste en déplacements (voyage...). Le moindre camescope à disque dur fait mieux ! Pour preuve, le camescope HDD de la marque, le HDC-HS300 , offre dans les deux premiers modes, jusqu'à 15H50 en HA, et 20H20 en HG.


Panasonic HDC-TM300


Comme on le voit sur ce tableau, les HDC-TM300/HS300 permettent de stocker :


-sur la mémoire intégrée de 32 Go du TM300 : 4 heures (en HA) et jusqu'à 12H (en HE).
-sur le DD de 120 Go du HS300 : 15H50 (en HA) et jusqu'à 50H (en HE). C'est très confortable !
-sur une carte SDHC de 32 Go : 4H (en HA) et jusqu'à 12H (en HE).


La faculté d'enregistrer parallèlement sur carte reste précieuse. Ce support d'enregistrement amovible est salvateur, ne le négligez pas. La carte SDHC n'est pas fournie. De multiples cartes SDHC existent en différentes marques et classes, vous pouvez les comparer ici. La capacité de stockage vidéo d'une carte SDHC atteint actuellement 32 Go mais nous vous conseillons de choisir plutôt 2 cartes de 16 Go afin de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier en cas de perte ou détérioration d'une carte !


On peut copier d'un support à l'autre (tout, une sélection libre ou une sélection par date) et ce, dans les deux sens (ce n'est pas le cas des HF10/HF S10 qui n'autorisent qu'un seul sens).


Le débit de données moyen du TM300 atteint 17 Mbps. Au total, 4 niveaux de qualité sont affectés au TM300 (HA, HG, HX, HE). Tous ces débits sont variables, comme chez Sony. A noter que la mention du débit s'affiche clairement dans le quart supérieur gauche de l'écran/viseur.


Panasonic ne fait pas le choix parallèle du mpeg-2 (en SD) comme sur les Sony SR10/11 par exemple. En revanche, il peut ressortir le mpeg-2 en sortie, via le logiciel fourni HD Writer.



Le TM300 offre en outre (les HS9 et HS100 le proposaient aussi) un mode Digital Cinema (1080/25p). Il propose même une variante (Digital Cinema Colour, Cinéma couleur numérique) qui exploite la technologie xvYCC à n'utiliser que si vous avez un téléviseur à cette norme.



> LIRE LA SUITE : Le test

Le test

Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
HDC-TM300
 
Format : AVCHD sur mémoire intégrée de 32 Go et carte SDHC
Panasonic HDC-TM300
 
Panasonic HDC-TM300

Le système 3MOS du TM300 est composé de 3 capteurs dotés de 9 150 000 pixels au total (3,05 megapixels x 3 donc) pour un nombre de pixels efficaces de 6 210 000 (2,07 megapixels x 3 en 16:9) pour la vidéo et 7,95 megapixels (2,65 megapixels x 3) pour la photo. L’image du TM300 est enregistrée en 1920x1080i ("Full HD") dans les 3 premières qualités proposées, en 1440x1080 dans la 4e. Dans tous les modes, l'image reste excellente, la différence entre les 2 premiers modes se perçoit difficilement, même sur des images mobiles. La colorimétrie est par ailleurs assez fidèle et le rendu des teintes chair s'avère correct.


Le TM300 est pourvu d'un viseur - étirable mais malheureusement pas relevable comme sur le Canon HG21, ce qui peut poser éventuellement problème avec une grosse batterie et un nez un peu allongé ! Par comparaison, celui d'un Sony SR11 par exemple se relève. Mais soyons beaux joueurs, le viseur existe et Panasonic prouve à Canon et ses HF10/HF S10 qu'on peut très bien intégrer un viseur sur un modèle à mémoire embarquée sans en alourdir le poids.


Autre démarche singulière de Panasonic, l'existence d'une griffe porte-accessoires amovible (nommée "adaptateur-sabot") qui se loge sur le côté ! De mémoire de testeur, c'est une première ! Apparemment, il n'y avait pas d'autre solution ?? A noter que seul le TM300 est concerné, le HS300 disposant pour sa part d'une mini-griffe classique. Prise Micro et prise casque sont bien présentes, la prise casque est même indépendante, ce qui évite une fastidieuse réaffectation du Menu (cas d'une prise à usage mixte AV/casque). Le réglage manuel du son est également disponible.


Côté prise en main, le TM300 est un modèle assez compact (70 x 72 x 141 mm) de 445 grammes. Il ressemble au Canon HF10 avec un poids sensiblement identique et des dimensions très proches, même si le TM300 est légèrement plus long.


Le zoom tombe bien sous les doigts et le maintien est aisé. Pas ou peu de risque d'enclencher une fonction par erreur, excepté peut-être sur le bord inférieur de l'écran. En revanche, on veillera à maîtriser l'instabilité en grand-angle (problèmes d'horizontalité) car le TM300 reste assez léger. L'instabilité sera donc - paradoxalement - moins manifeste au Télé car le stabilisateur optique est excellent. De plus, quatre grilles de référence permettent de mettre un horizon "à niveau" ou de positionner son sujet sur les lignes de force du cadre (Règle des tiers), c'est une précieuse aide à la prise de vues.


Pas très content en revanche du sélecteur du flanc droit car les pictogrammes, un peu réfléchissants, se voient mal et ne se présentent pas forcément dans un ordre très logique. Faire correspondre le 3e cran avec le mode Caméra génère quelques erreurs, nous en avons fait les frais ! De plus, il faut obligatoirement maintenir le camescope à deux mains pour changer la position du sélecteur. D'autres camescopes n'imposent absolument pas cette contrainte.


L'écran 2,7 pouce est un peu petit quand on est accoutumé à un 3,2 pouce et offre une résolution moyenne de 230 Kp. Son contraste est sans reproche, on peut d'ailleurs l'ajuster au même titre que la luminosité. Son angle de vision est comparable à celui d'un Canon HV30, rien à redire.


En soi, il suffit d'ouvrir l'écran ou de tirer le viseur du TM300 pour mettre l'appareil en route depuis la position Caméra en un peu moins de 2 secondes (1,9'' très exactement). Mais pour réagir plus rapidement face à l'imprévu, on peut aussi paramétrer le TM300 en mode de Démarrage rapide "Quick Start" (une diode verte clignote lentement), ce qui a pour effet de laisser le camescope en Veille tant que l'écran n'est pas ouvert (ni le viseur tiré). Et cela permet de réduire le temps d'allumage à 0,6 seconde ! Revers du dispositif, une consommation très accrue.


Le zoom x12 est moins vif comme l'éclair que sur certains camescopes Sony mais sa vitesse rapide reste acceptable. De plus, la vitesse lente est bien lente comme on les aime. Mieux : la commande de zooming est large, "pro" et agréable. Un second zoom, à vitesse fixe, moyennement rapide, est disponible sur écran.


Le stabilisateur optique est très efficace, et surtout, on peut l'activer/désactiver via le bouton extérieur "OIS". Cette solution est préférable à celle consistant à aller chercher le débrayage dans un des méandres du Menu (cas du SR11).


A puissance de zoom optique égale, la focale minimale de l'objectif Leica Dicomar dénote un angle de champ bien étroit (équivalent 44,9 mm !) et nécessite donc l'ajout d'un grand-angle de filetage 43 mm. Ce diamètre est un peu plus difficile à trouver qu'un 37 mm. Panasonic recommande son propre grand-angle x0,7 VW-W4307HE-K. Vous pouvez aussi éventuellement exploiter un grand-angle 52 mm si vous en possédez un, et placer une bague réductrice.


Panasonic HDC-TM300


Côté navigation, en prises de vues ou mode Lecture, tout s'opère désormais via l'écran tactile… Panasonic fournit même un stylet qui s'avère autrement plus réactif que le doigt. On peut toutefois se demander si cet accessoire inhabituel (en vidéo) sera vraiment adopté par le vidéaste, d'autant qu'il se perd facilement, même si on peut le fixer au camescope... En tout cas, fini le Joystick inconfortable de la marque (sur les HS9 et HS100 tout du moins). Panasonic a donc finalement rejoint le clan Sony, défenseur de longue date de l'écran tactile, si décrié par les mauvaises langues. Pour autant, l'écran tactile Panasonic nous paraît loin d'être parfait. En effet, si l'on n'utilise pas le stylet, les touches sont parfois dures à la pression (plus que chez Sony). De plus, dans la précipitation, lorsque les touches sont trop proches les unes des autres, on déclenche assez souvent un réglage non souhaité.


Le menu ou plutôt les menus devrait-on dire, m'ont aussi laissé dubitatif. Le fabricant donne plusieurs voies d'accès : on dispose ainsi d'un "Q. Menu" (Menu dit "rapide", sorte de raccourci de fonctions), un second menu, plus classique, auquel il faut ajouter un accès tactile (touche F) différent selon le mode Auto/manuel. Je trouvais déjà ceux d'un Sony SR11 assez compliqué mais ceux du Panasonic sont encore plus déroutants. Sans doute requièrent-ils une simple habitude.


Etonnant également, le terme "Accès" choisi par Panasonic pour valider une fonction. En effet, si on se contente de modifier une fonction (par exemple si on sélectionne "Off" sur une fonction initialement sur "On") et si on ne conclut pas l'opération par "Accès", la fonction n'est pas validée ! Il me semble qu'une validation directe ou un "OK" aurait été plus simple...


Enfin, question lisibilité, la typo en gras des trois premiers débits (HA, HG, HX) est vraiment mal choisie car très difficile à lire. Difficile de faire pire !


Panasonic a mieux peaufiné la section "Alimentation". Déjà, c'est un des rares fabricants à maintenir le principe d'un chargeur externe séparé. D'autre part, la prise d'alimentation a changé de place, elle n'est plus derrière la batterie. Ouf ! Enfin, on n'est plus contraint de brancher le camescope sur secteur à chaque connexion avec le PC. On avait fustigé cette obligation, là voilà enfin supprimée. La seule impossibilité est de ne pouvoir écrire sur la carte mémoire quand le camescope, branché sur batterie, est relié au PC.


L'autonomie atteint environ 55 à 60 minutes réelles (jusqu'à 65 minutes avec le HS300) avec la batterie fournie VW-VBG130, pour un temps de charge de 2H35, c'est classique. De plus, il est possible d'adapter une batterie plus forte, de capacité moyenne (VW-BG260 2500 mAh, autonomie = 2H05) ou même une batterie de très forte capacité, la VW-VBG6, donnée pour 5H20 mais nécessitant un ensemble porte-batterie Panasonic VW-VH04-K (environ 75 euros). Vous pouvez aussi opter pour une deuxième batterie identique à celle fournie (VW-BG130, 1320 mAh). Deux reproches toutefois : le témoin de batterie n'est pas précis (la durée n'est pas exprimée en minutes mais juste par un symbole de batterie) et même en dépit d'un chargeur séparé, on ne peut recharger en même temps qu'on alimente le camescope car il faut passer par l'adaptateur/chargeur pour alimenter le TM300.


Les vues fixes peuvent s'enregistrer sur mémoire intégrée ou sur carte. En mode vidéo, on peut enregistrer une vue fixe en 2 tailles 16:9 : 8,3 Mp (3840 x 2160) ou 2,1 Mp (1920 x 1080). Comme sur beaucoup de camescopes, on peut aussi stocker une vue fixe en cours d'enregistrement vidéo. En positionnant le sélecteur sur Photo cette fois, plusieurs ratios sont disponibles : 4:3, 3:2 et 16:9. L'utilisateur bénéficie de résolutions éloquentes en 10,6 Mp en 3:2, 10 Mp en 16:9 et 9 Mp en 4:3 (voir vues dans ce même article). Comme souvent, la plupart des fonctions vidéo profitent au mode Photo. Le TM300 dispose aussi de plusieurs modes Flash (Flash forcé, pas de Flash, anti-yeux rouges) et 3 puissances d'éclair. Un mode Retardateur est disponible.


Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300

Le TM300 est servi par une bague multifonctions, c'est une particularité appréciée car trop peu de camescopes disposent d'une telle commande, rappelant l'usage photo ou vidéo pro. Différents réglages lui sont affectés. Ainsi, Focus et Zoom se règlent via la bague. En revanche, pour modifier la balance des blancs, l'obturateur de vitesses (jusqu'au 1/8000) ou l'Iris, la bague n'est accessible que si on utilise le viseur. En effet, avec l'écran, la bague est inopérante ! C'est très déroutant et peu pratique ainsi.


En revanche, la mise au point est facile et plaisante à régler. Une aide à la MAP (Assistant MAP) est offerte sous la forme d'un agrandissement momentané du centre de l'image, ce qui permet d'opérer une mise au point très précise. On ne peut d'ailleurs quasiment plus s'en passer une fois qu'on y a goûté ! De même, le changement de focale au moyen de la bague est agréable même si elle demande un peu d'habitude : tournez lentement puis donner un coup bref, vous changerez de focale plus efficacement ainsi. A noter que la bague ne peut pas régir en même temps le changement de focales et la mise au point manuelle. C'est l'un, ou l'autre.


Petit (ou gros) reproche, l'accès aux deux boutons Manual et Focus, est malaisé lorsqu'on incline l'écran. C'est une erreur de conception qu'on retrouve sur d'autres modèles (Canon HV20/HV30/HV40 par exemple). Le seul moyen est de garder l'écran perpendiculaire au camescope pour accéder confortablement aux boutons.


Les automatismes sont globalement bons, excepté quelques tâtonnements de la balance des blancs dans certaines situations. Notez l'existence de plusieurs positions de lumière artificielle. Pour sa part, l’iris argue de nombreux paliers possibles de f/16 à f/2.0 puis le Gain s'enclenche de 0 dB à +18 dB. En revanche, seules les vitesses d’obturation rapides sont disponibles de 1/50 à 1/8000s. On peut juste descendre au 1/25 si l'obturateur lent auto est sur On et jusqu'au 1/2s en mode Photo uniquement.


Notez aussi la fonction de Compensation de Contrejour (malheureusement à chercher dans le Menu) ou encore celle permettant de régler les teintes chair. Plusieurs modes Scènes sont disponibles.


L’audio est servi par un micro 5.1 qui restitue très correctement les sons. De plus, l’appareil est totalement discret d'un point de vue sonore, la mémoire ou la carte ne faisant pas autant de bruit qu'un DVD ou un tambour de bande mini-DV ! Un filtre coupe-vent vient en appui. Particularité notable du TM300, déjà rencontré sur les précédents modèles : on dispose de 3 modes audio dont un réglage manuel du micro intégré, offrant de moduler les niveaux sonores sur une échelle allant de -30 à + 6 dB (0 étant la position par défaut). Un Vu-mètre s'affiche alors à l'écran. On peut même régler le son en manuel tout en conservant l'AGC (Contrôle Automatique du Gain). Bien sûr, pour des situations courantes, on préférera le tout-automatique qui fonctionne très bien.


En mode Lecture, on peut supprimer des séquences et même les diviser. En revanche, on ne peut pas les déplacer ni accéder à la scène suivante/précédente ("saut de lecture") directement depuis le camescope. Pour cela, il faut utiliser la télécommande. C'est un peu exagéré ! Enfin, aucune liste de lecture n'est disponible sur ce modèle, le fabricant ayant sans doute jugé que cela compliquait l'usage du camescope sans répondre à un besoin réel. Pourquoi pas...


Enfin, plusieurs fonctionnalités pratiques ont été maintenues :


a) D'abord une fonctionnalité interactive (touche "i") débrayable, qui vous détaille au moyen d'un texte défilant l'utilité ou les conséquences de l'utilisation de tel ou tel paramètre.


b) Une fonction Focus Mic en sus de la fonction Zoom Mic permet d'amplifier la directivité centrale du Micro, que le sujet soit rapproché ou éloigné (à la différence du Zoom Mic). On est restés un peu sceptiques.


c) Une fonction Pré-Rec. Celle-ci permet à l’enregistrement des images et du son, si on a raté un événement, de démarrer environ 3 secondes avant que la touche de marche/arrêt d’enregistrement soit pressée ! Pas mal…


d) Un contrôle de contraste intelligent (iA), accessible par une touche extérieure. Ce dispositif place le camescope automatiquement dans le bon mode Scène en fonction de la nature de la scène. S'il s'agit d'une personne, il se placera en mode Portrait, s'il s'agit d'une pièce sombre ou d'un crépuscule, l'automatisme se placera en mode Eclairage faible, etc.


e) L'existence de l'AGS, cher à la marque, dispositif évitant de filmer ses pieds par accident.


f) Un histogramme, disponible en vidéo comme en photo, peut être superposé en permanence sur l'écran. Et la luminance est réglable.


g) Le Tally et le Zébra n'ont pas été oubliés.


On peut aussi graver directement via l'USB 2.0 sur un graveur Panasonic VW-BN1. Celui-ci permet un archivage et une relecture au format AVCHD d’origine. A la connexion, par simple pression d’une touche sur l'écran tactile, les vidéos enregistrées sur carte SDHC sont directement copiées sur le DVD Le graveur DVD VW-BN1 est aussi capable de lire, via le HDC-TM300, les DVD gravés en haute définition sur un téléviseur HD.


A noter l'inexistence de capuchon d'objectif, uniquement disponible en option.


Panasonic HDC-TM300
HDC-TM300
 
HDC-HS300

Différences HDC-TM300 et HDC-HS300


Les différences sont assez minces excepté que le HDC-HS300 a troqué la mémoire intégrée du TM300 contre un disque dur assez musclé de 120 Go. La durée d'enregistrement disponible avec le disque dur s'avère donc supérieure au TM300. Celle-ci est portée à 15H50 en HA, 20H20 en HG, 31H en HX, et 50H en HE. Le HDC-HS300 est aussi plus lourd de 75 grammes (au complet avec batterie et carte SDHC), ses dimensions sont quasiment identiques mais sa consommation est supérieure (7,8W au lieu de 6,8W). Du coup, son autonomie plafonne à 55 à 60 minutes contre 65 minutes pour le TM300. Par ailleurs, sa mini-griffe n'est pas amovible mais située sur le dessus. Autre différence, le prix, puisque le HDC-HS300 implique de débourser 100 euros de plus.


Sur tous les autres points, les deux appareils font jeu égal et partagent les mêmes caractéristiques.


 



(Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300)

Sensibilité

Panasonic HDC-TM300
  Sony HDR-SR11

Panasonic TM300


Panasonic HDC-TM300   Sony HDR-SR11
Panasonic TM300
 
Sony SR11

Côté sensibilité, malgré la présence d'un gros capteur, le rendu n'est pas exceptionnel, loin de là. Néanmoins, la comparaison avec un Sony SR11 montre des différences marquées : là où les pixels du Sony semblent "danser" et l'image être un peu terne, l'image du TM300 est plus colorée, plus claire et fourmille moins; mais un "voile", probablement causé par une trop grande action du réducteur de bruit, semble comme superposé à l'image. Au final, l'image du TM300 est plus lumineuse mais pas forcément plus exploitable, sauf avec une image de petite taille (diffusion sur le Web par exemple). Heureusement, dans tous les cas, la torche Panasonic VW-LDC103E optionnelle (ou une autre) volera au secours des situations de trop grande pénombre.


Si vous exploitez l'obturation lente auto, sachez que ce mode ne provoque que des saccades légères, voire imperceptibles.


En revanche, bon point sur le Smear : le TM300 y est insensible, c'est l'apanage de tous les modèles CMOS et c'est bien appréciable.



(Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300)

Qualité photo (exemples)

photo Panasonic HDC-TM300 photo Panasonic HDC-TM300
photo Panasonic HDC-TM300 photo Panasonic HDC-TM300
3264 x 2176 pixels (7,1 Mp, taille intermédiaire en 3:2 en mode "Photo")
photo Panasonic HDC-TM300 photo Panasonic HDC-TM300
3840 x 2160 pixels (8,2 Mp, taille maxi en 16:9 en mode "Vidéo")
photo Panasonic HDC-TM300 photo Panasonic HDC-TM300
3520 x 2640 pixels (9,2 Mp, taille maxi en 4:3 en mode "Photo")
3984 x 2656 pixels (10,6 Mp, taille maxi en 3:2 en mode "Photo")


(Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300)

Montage

Pour traiter l'AVCHD en général, vous pouvez vous référer à l'article Monter en AVCHD sur PC ou Mac publié sur magazinevideo.com
Panasonic TM300  

Panasonic TM300


Voici comment se présentent les fichiers issus de la mémoire embarquée et de la carte SDHC lorsqu'on connecte le TM300 à un ordinateur sous Windows (à gauche) ou sur Mac (à droite).

Panasonic TM300


A noter que lorsqu'on veut importer à la fois les fichiers présents sur la mémoire embarquée et sur la carte mémoire, la plupart des logiciels traitent les deux supports "simultanément" en capturant d'abord les fichiers de la mémoire embarquée puis ceux de la carte SDHC. Ainsi, la capture est transparente pour l'utilisateur.
Panasonic HDC-TM300
  Panasonic HDC-TM300

Pour la gestion des images, le logiciel HD Writer AE 1.0 pour Windows exclusivement (Vista, 2000 et XP) est proposé. Il vous permet de capturer et lire vos séquences, d'éditer sommairement les scènes de votre choix, de graver des images depuis la mémoire embarquée ou la carte mémoire SDHC/SD sur disque BD ou DVD. Pour connaître les autres logiciels compatibles avec l'AVCHD et les implications que cela comporte, référez-vous à l'article complet que nous avons consacré à cette question.


Pour exploiter le logiciel HD Writer AE 1.0, Panasonic recommande un Intel Core 2 Duo 2,16 GHz ou plus, Intel Pentium D 3,2 GHz ou plus ou AMDAthlon™ 64X2 Dual-Core 5200+ ou plus lors d’une fonction de lecture ou d'utilisation de la sortie MPEG2. Par ailleurs, un Intel Core 2 Quad 2,6 GHz ou supérieur est recommandé pour utiliser l’édition ou la fonction de conversion intégrée ou la fonction de lecture photo continue.



(Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300)

Principaux menus

Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Les 4 modes d'enregistrement disponibles
Les 3 positions du micro intégré
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Le Contrôle auto du Gain audio et les différentes voies du micro 5.1
Le choix du support d'enregistrement est accessible facilement depuis le Menu
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Coupe-vent On/Off à laisser sur Off sauf nécessité.
Plusieurs grilles de référence peuvent êtres superposées, ici on a sélectionné la grille facilitant la règle des Tiers
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Mode Digital Cinema (équivalent 25p)
Dans le mode Digital Cinema Colour, les couleurs sont censées être plus vives
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Possibilité de diviser une scène
On peut copier dans les deux sens, depuis la mémoire intégrée (ou le disque dur) vers la carte et vice versa.
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Obturateur lent auto (équivalent 1/25s) à ne pas confondre avec le mode 25p
Les différents modes Scène.
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
L'enregistrement relais (avec un "s" messieurs les ingénieurs) offre comme son nom l'indique, la faculté de poursuivre un enregistrement sur la carte lorsque la mémoire intégrée est pleine.
Les 4 rubriques principales qui se présentent quand on actionne la touche Menu
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Etat de la mémoire disponible
Option du réglage du Grain de peau, valable surtout pour des gros plans
Panasonic HDC-TM300 Panasonic HDC-TM300
Intervallomètre, assez rare aujourd'hui sur les camescopes. Il peut enregistrer 1 image avec des intervalles toutes les 1 seconde, 10 secondes, 30 secondes, 1 minute, ou 2 minutes. La durée d’enregistrement maximale est de 12 heures.
Affichage de 9 vignettes en mode Lecture. on peut aller jusqu'à 20 ou une seule !


(Panasonic HDC-TM300 / HDC-HS300 / HDC-SD300)

Voir les 9 avis d'internautes et donner le vôtre