Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels de montage > Tests de logiciels de montage PC

article archivé

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Pinnacle Studio9

Le plus connu des logiciels de montage sur PC

 

19 juin 2005 par Gérard Galès

 

Studio9

Quel est le monteur qui ne connaît pas Studio ? Ce "petit" logiciel de montage virtuel, originellement réservé aux seules cartes Pinnacle, fait un tabac auprès des amateurs depuis ses débuts, grâce à sa grande convivialité et à des fonctions simples mais efficaces. Très à l'écoute de ses clients, Pinnacle a su distiller avec bonheur un certain nombre d'améliorations au fil des diverses versions de Studio, permettant à ce programme de rester leader dans sa catégorie malgré les assauts de la concurrence. Examinons le bonus apporté par ce numéro 9.


Prix indicatif
119 euros




> LIRE LA SUITE : Engrangez, Studio fera le reste

Engrangez, Studio fera le reste

Pinnacle Studio
Est-il possible de faire plus convivial ? Les opérations de capture dans Studio ont toujours été un régal de simplicité ! Un joli (mais déjà démodé…) dessin de camescope contenant les commandes de pilotage du périphérique DV permet de caler au mieux la bande des rushes. Le panneau à droite concentre toutes les options possibles telle que la capture en DV, en MPEG ou en basse résolution Aperçu pour maquetter sans encombrer le disque dur. Que peut-on reprocher à cet interface de capture ? Peut-être de n'avoir pas mieux exploité l'espace pour élargir ce ridicule écran afin que la visualisation soit un peu plus confortable (quitte à proposer un affichage en résolution réduite pour ceux qui ont un PC peu puissant). Il est aussi un peu déroutant pour le débutant de ne pas pouvoir écouter le son entrant dans le PC durant l'opération de capture. Combien ont cru qu'il s'agissait là d'un problème et ont perdu un temps fou à essayer vainement de le résoudre !


(Pinnacle Studio9)

Dérushage

Pinnacle Studio
Pendant l'acquisition le détecteur de scènes se charge de créer la ribambelle de vignettes correspondant chacune à un plan de vos rushes (selon data code DV, changement de décor, à intervalles fixes ou déterminés manuellement). Le dérushage est ainsi réalisé et affiché dans le "carnet" en haut à gauche avant même de passer à l'onglet Editer. Tranquille, non ?


(Pinnacle Studio9)

Paramétrer mais pas trop

Pinnacle Studio
Cliquer sur le bouton Paramètres permet d'accéder au panneau de configuration. Pas de panique, il est très bien conçu et facile à utiliser ! On peut également l'ouvrir via l'omniprésente barre supérieure de menu. A quoi bon, direz-vous, puisque tout est préréglé à la base ? Peut-être craignez-vous aussi de "mettre le bazar" en modifiant le moindre paramètre ? Eh bien non il n'est pas ici obligatoire de mettre les mains "dans le cambouis". Studio 9 vous permet surtout d'effectuer des choix simples : durée des titres, transitions, fondus, etc. Ou par exemple de définir en mode MPEG si le futur CD sera au format DVD, SVCD ou seulement VCD. Les réglages "sensibles" sont affichés en fantôme et ne sont donc pas modifiables. Seule l'option Personnalisée du menu déroulant autorise l'accès à tous les réglages. N'y touchez pas si vous n'êtes pas expert en la matière.


(Pinnacle Studio9)

Astuce anti-plantage

   
Pinnacle Studio

Petite astuce dans l'onglet Editer de ce panneau de configuration : si certains effets plantent, décochez dans le cadre Rendu l'option Utiliser l'accélération matérielle. C'est en effet parfois la carte graphique qui a du mal à assurer un affichage correct d'effets spéciaux trop complexes pour sa p'tite tête ! Et si votre PC s'avère quelque peu faiblard, choisissez aussi dans ce même cadre : Aucun rendu d'arrière plan. La visualisation de l'effet sera saccadée dans la visionneuse et la compilation plus longue avant l'exportation finale mais cela vous évitera sûrement quelques plantages. Le seul autre panneau de paramétrages existant dans Studio concerne les options d'exportations. (voir § 3 Diffuser partout).



(Pinnacle Studio9)

Montez donc, ça ne prendra que 5 minutes

Pinnacle Studio
Pas de changement majeur dans cette interface de montage désormais célèbre. Mode story-board pour débuter, mode time line pour peaufiner, grands espaces clairs et dépouillés, tout ici est fait pour rassurer le débutant et lui montrer directement la marche à suivre. En ce qui concerne la petite visionneuse, objet de bien des récriminations des utilisateurs, on note qu'elle dispose maintenant d'un réglage du volume audio d'écoute avec fonction Muet. Mais l'innovation la plus intéressante est qu'elle peut désormais s'étirer en plein écran. Utile pour contrôler de temps en temps en "grand" le fruit de son montage. Mais comme dans ce cas les outils de montage ne sont plus disponibles il faut bien se contenter du petit écran tout au long du montage lui-même. Râlant ! A quand une sortie directe sur TV via la prise DV ?


(Pinnacle Studio9)

Poser les plans

Pinnacle Studio

Les plans capturés et dérushés s'affichant automatiquement dans le "carnet" bibliothèque, il suffit de les amener un à un dans l'ordre de son choix sur l'espace de montage (time line ou story-board). La vignette correspondante est alors cochée pour signaler qu'un élément de son contenu a été utilisé dans le montage. Simple, pratique et efficace. Les plans se collent toujours les uns aux autres vers le côté gauche. Il n'y a donc jamais de trou entre 2 plans sauf à travailler séparément l'image et le son en bloquant une piste (petit cadenas à l'extrême droite de la time line). Dans ce cas le plan peut ne contenir que de l'image ou que du son.



(Pinnacle Studio9)

Découper les plans

Pinnacle Studio
Pour découper le plan on retrouve les outils habituels de Studio : directement sur l'espace de montage avec le Cutter pour le séparer en 2 ou avec les flèches bleues par le début ou par la fin du plan sélectionné pour le réduire. Les plus pointilleux ouvriront, d'un double clic sur le plan visé, le panneau de découpage précis. Celui-ci offre des poignées latérales, une double visionneuse et un affichage du time code d'entrée/sortie. Simple, pratique et efficace là aussi.


(Pinnacle Studio9)

Ayez un bon transit

Pinnacle Studio
Le deuxième onglet latéral du "carnet" à gauche ouvre la bibliothèque des transitions. Outre la centaine de transitions standards et Alpha Magic en 2D, Studio présente la collection Hollywood FX en 3D. Une dizaine d'effets sont mis gratuitement à la disposition des monteurs de Studio, la centaine d'autres n'étant là qu'en mode démo, affectés d'une incrustation en filigrane. Achetez la collection et les filigranes disparaîtront. Les acquéreurs de Studio 9 bénéficient tout de même, s'ils s'enregistrent en ligne, d'un pack bonus gratuit d'une dizaine de transitions Hollywood FX libres. Pour la pose, faites glisser celle de votre choix entre 2 plans. Elle s'y ajuste automatiquement. Un double clic dessus ouvre là aussi le panneau de réglage (inversion, durée).


(Pinnacle Studio9)

Réglage +

Pinnacle Studio Pinnacle Studio
Si vous avez acquis la collection FX vous disposez alors en sus dans ce panneau d'un bouton Editer qui ouvre la porte à des réglages bien plus sophistiqués avec gestion d'images clés. Un luxe pour un logiciel de cette catégorie !


(Pinnacle Studio9)

Un titreur... attitré

Ce bon vieux Title Deko est toujours fidèle au poste et c'est une bonne chose car il est convivial et productif. Il se fait désormais discret en s'intégrant complètement dans l'interface de Studio 9, son nom n'apparaissant même plus dans l'en tête. Il s'ouvre (vierge) d'un double clic sur la piste Titre ou en cliquant sur un titrage déjà posé en vue de le modifier. La grande souplesse dans la manipulation du texte (position, dimensions, inclinaison, etc.) ainsi que le grand choix de styles, qui plus est personnalisables, fait que titrer est un régal. Il assure également (depuis la version 8 de Studio) la création de menu interactif pour DVD au cas où vous ne voudriez pas vous limiter aux menus pré programmés et vous le concocter perso. Bon, on aurait quand même aimé voir arriver quelques améliorations, surtout au niveau de l'animation des titres, limitées aux basiques déroulants et défilants. La concurrence fait actuellement mieux dans cette catégorie de programmes de montage...


(Pinnacle Studio9)

Effets spéciaux : misère, en effet !

Autre grand reproche des utilisateurs pour les versions précédentes : la misère des effets spéciaux ! Un bon point donc dans cette version 9 qui se dote d'une bibliothèque d'effets un peu plus étoffée. Elle se divise en 5 grandes catégories : effets de netteté, de temps, de couleur, de style et fantaisie. Mouais, pas de quoi crier au miracle mais on y remarque cependant un stabilisateur (au prix d'une petite perte de définition), un effet de diffraction pour simuler par exemple des reflets parasites de rayons solaires entrant dans l'objectif, un effet goutte d'eau assez réussi avec de nombreux paramétrages et un effet vieux film que beaucoup de vidéastes amateurs affectionnent particulièrement. Positionnement là aussi simplissime : sélection du plan, ouverture de la boîte à outil "image" (côté gauche de celle-ci), sélection de la catégorie puis de la sous catégorie.


 

Personnalisez éventuellement l'effet avec les options disponibles. L'effet est instantanément appliqué au clip sélectionné sur la time line. Les réglages sont immédiatement visibles et lisibles en temps réel selon la puissance de votre machine sur l'écran à droite. Au chapitre des manques on regrette qu'il n'y ait toujours pas de piste d'incrustation ni de fonction Chroma/Luma key ni de gestion des effets par pose d'images clés. Là aussi la concurrence fait mieux… En revanche, Ralenti et Accéléré sont au programme.



(Pinnacle Studio9)

Monter sans se fatiguer

Nouveauté moins spectaculaire mais qui ravira assurément tous les pressés, angoissés et autres monteurs fainéants (ça existe !) : SmartMovie. Ce système est surtout adapté à la création de clips musicaux. Rien n'empêche de l'utiliser pour toute autre sorte de montage mais le résultat risque d'être plus aléatoire. Il s'agit d'un système qui analyse les points de rupture des plans montés et y affecte certains types de transitions selon le style choisi (rapide et rythmé, lente et romantique, vieux film, sauvage (?), etc.). Idem pour le titrage de début et le générique de fin où il n'y a qu'à retaper ses propres textes dans le style imposé (hé oui, Studio ne peut quand même pas deviner le nom de votre film ou celui de vos acteurs…). Un petit curseur permet de faire varier les volumes relatifs du son direct et de la musique d'accompagnement qui peut être issue d'un CD, d'un fichier audio quelconque ou directement composée par SmartSound. Pas de quoi fouetter un chat mais un gain de temps assurément !



(Pinnacle Studio9)

Bon son mais c'est bien sûr !

L'audio, un des points forts de Studio ! Excusez du peu : 2 pistes indépendantes pour poser des bruitages avec une bibliothèque intégrée d'origine, créer un commentaire avec la fonction Voice Over (très ludique), ajouter à partir d'un CD piloté par le logiciel un extrait musical sélectionné et monté automatiquement, fabriquer de la musique "au mètre" à partir de la bibliothèque SmartSound dont la dernière phrase musicale se terminera "naturellement" juste sur la fin de votre film. Et compatibilité MP3 évidemment. Ouf ! Bon, on aimerait avoir une piste audio en plus pour faciliter par exemple les mixage musicaux mais bon… pas mal déjà, non ? Quant au son direct des rushes, si vous bloquez la piste image à l'aide du petit cadenas à droite, vous manipulerez ainsi la piste audio de manière totalement indépendante de l'image. Sur n'importe quelle piste tout segment audio peut être déplacé, ôté ou remplacé facilement. La durée est réglable avec les mêmes types d'outils que pour l'image.



(Pinnacle Studio9)

Moduler, moduler

Ce n'est pas fini ! Le volume est réglable directement sur la piste via la ligne élastique en posant autant de points clés que désiré. Un système éprouvé. On n'a pas trouvé mieux pour l'instant même au niveaux des programmes de montage les plus pros ! Les niveaux peuvent également se régler avec la table de mixage. Celle-ci comprend un curseur indépendant par piste, un bouton de volume global, des fonctions Muet et Fondu d'entrée/sortie. Cerise sur le gâteau avec cette version 9 : une représentation graphique simulant un plan d'auditorium. Celui-ci spatialise les emplacements des haut-parleurs en mode stéréo classique ou Surround. A l'exportation le montage peut être écouté en mode 5.1 sur un lecteur compatible.



(Pinnacle Studio9)

Bien filtré, ça le fait !

Autre petit plus audio de la version 9 : outre un nouveau filtre de réduction du bruit de fond, Studio s'ouvre aux plug-ins audio de type VST. Les maniaques audiophiles de tout poil pourront enfin se régaler à simuler le rendu d'un bon vieux vinyl qui craque (Grungelizer), faire du karaoké grâce à un système qui sait supprimer (selon le type de source) uniquement la voix d'un morceau de musique, égaliser sur 10 bandes avec affichage du spectre, réverbérer ou rééquilibrer (filtre limiteur) les volumes entre différents types de sons montés. Par exemple une musique ou un bruitage qui à un moment donné prend trop le pas sur un commentaire. Le tout avec des préréglages typés pour accélérer les procédures. Un effet de voix "téléphone" ou une ambiance "église" se fait ainsi en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire !


(Pinnacle Studio9)

Diffuser partout

Studio 9 joue la multiplicité des portes de sortie en proposant, outre le classique report sur bande ou la compilation en un fichier AVI ou MPEG sur le disque dur, de créer un fichier pour le Web au format Real ou Windows Media, d'aller poser votre montage sur le site pour le partager avec d'autres internautes vidéastes et enfin de concocter un CD au format VCD, SVCD ou DVD. Complet et là aussi fort simple à manipuler. Observons les procédures dans le détail :



(Pinnacle Studio9)

Retour vers le futur DV

Reporter son montage sur bande ne pose aucun problème si le périphérique (généralement le camescope) est correctement piloté par le logiciel. Branchez le cordon DV entre celui-ci et l'ordinateur, allumez le camescope en mode VCR et attendez que Windows le reconnaisse avant d'ouvrir Studio 9. En fonction du choix de rendu (panneau Configuration > Editer > Rendu >) le calcul a été déjà en partie réalisé ou non durant la phase de montage. Rien n'empêche de stocker provisoirement son film compilé sur le disque dur pour ne le transférer que plus tard. Studio 9 permet l'importation d'un fichier vidéo dans cet onglet d'exportation. Cliquez sur Créer film afin de finaliser la compilation. Une fois tous les calculs terminés Studio 9 indique qu'il n'y a plus qu'à lancer la lecture du montage pour l'enregistrer sur une portion de bande libre. Facile, non ?


(Pinnacle Studio9)

Automatiser le démarrage

En option, toujours dans le panneau Configuration > Créer une bande > Options de sortie, vous pouvez automatiser le démarrage et l'arrêt d'enregistrement du camescope.


(Pinnacle Studio9)

C'est beau l'AVI...

Sous ce terme générique (qui ne veut rien dire d'autre que Audio et Vidéo Imbriquées…) se cache de nombreux codecs, ces système de codage-décodage qui font que votre vidéo sera lue par tel matériel et …peut-être pas par un autre ! Prudence donc avant de cliquer sur le bouton Créer un fichier AVI… Vérifiez dans les paramètres que le codec choisi est le bon ! C'est par exemple DIVX, Indeo, Cinepack, etc. en fonction de votre projet de diffusion. Dans le doute ou si vous n'êtes pas expert dans l'art de manipuler les codecs, compilez votre film avec DV Video Encoder sans vous poser d'autres question que le choix éventuel de la qualité du taux d'échantillonnage sonore : 48 Khz ou 32 Khz. Ensuite choisissez le répertoire de destination sur le disque dur, nommez votre film et envoyez !


(Pinnacle Studio9)

48 KHz ou 32 KHz ?

Choisir du 48 Khz ou du 32 Khz n'est pas qu'une affaire de qualité. En effet dans le premier cas lors d'un report sur bande DV l'audio de cette dernière sera entièrement occupé par une piste unique tandis que dans l'autre cas il vous restera une seconde piste libre pour éventuellement rajouter in extremis du son en profitant de la fonction doublage audio du camescope. Par exemple un commentaire supplémentaire ou un morceau de musique. Ca peut être utile, non ?



(Pinnacle Studio9)

Le MPEG, c'est bien

Contrairement à l'AVI, le MPEG est à la fois un format et un codec. Ceci dit il y a là aussi des variantes : MPEG 1, MPEG 2, MPEG 4, etc. Les concepteurs de Studio 9 ont prévu cet onglet dans les options de création de film afin de permettre l'enregistrement d'un fichier brut en MPEG sur le disque dur. Studio 9 vous autorise bien sûr à tripatouiller les réglages MPEG comme vous le désirez. Mais là aussi prudence : ne vous lancez dans l'option Personnalisée qui si vous maîtrisez bien les paramétrages. Il se pourrait en effet que votre fichier film ne puisse ensuite être visionné correctement sur certains autres lecteurs. Heureusement Studio 9 vous permet d'assurer le coup sans se prendre la tête en réalisant un fichier compatible. Vous avez le choix : DVD, SVCD, MicroMV, qualité VHS (VCD), etc. Les réglages sont là aussi grisés. Pas de bidouillage possible, donc pas de soucis !


(Pinnacle Studio9)

Le Flux, c'est fou...

Tendance oblige, tout le monde veut profiter d'Internet pour envoyer ou recevoir des vidéos. Actuellement plusieurs types de formats vidéo se disputent la place de leader sur ce média de transmission. Studio 9 a sélectionné pour vous deux des plus connus : RealVideo et Windows Media. Exit le format Quicktime, sans doute jugé trop…Mac. Dans cet onglet ça se complique un peu car il n'y a pas vraiment de standardisation pour ces deux formats et vous avez donc obligation de choisir un certain nombre d'options, telle que le public (?) cible (sauf que pour bien faire il faudrait connaître la puissance du modem de chacun de vos correspondants…) Dans le doute choisissez une taille d'image/qualité de lecture moyenne et ajustez ensuite si nécessaire vers le haut ou vers le bas en fonction des réactions de votre mailing list.


(Pinnacle Studio9)

Partager, c'est régner

Sur MYStudioOnline chaque vidéaste du clan Pinnacle, dûment enregistré, peut avoir sa page perso dans laquelle il présente son film au monde entier. Il peut même envoyer par mail depuis ce site des "cartons d'invitation" sous forme de carte postale vidéo à ses connaissances afin de venir voir son œuvre. La gloire pour pas cher et sans se fatiguer ! En effet lorsque vous cliquez sur Partager ma vidéo… Studio 9 la télécharge automatiquement sur le site et la convertit au format RealVideo et Windows Media avec des réglages prédéfinis pour qu'elle puisse se lire facilement. Vous n'avez donc par contre ici aucun accès possible à d'éventuelles options d'enregistrement. Chaque vidéaste dispose de 10 Mo de stockage sur le site. Si le film est trop volumineux vous n'aurez d'autre alternative que d'en raccourcir la durée en rognant des plans dans le montage lui-même… Donc faites court !


(Pinnacle Studio9)

Céder au DVD

Le dernier et très tendance onglet d'exportation de Studio 9 s'occupe de la création de disque vidéo. Pas de changement notable non plus dans ce panneau qui a fait lui aussi ses preuves par sa simplicité d'utilisation et son aspect quasi ludique. Cette opération est en général précédée d'une création de menu interactif qui se réalise dans l'onglet Editer, directement sur les pistes de montage (voir § 4 Des menus copieux). Avant de cliquer sur Créer un disque… n'oubliez pas d'ouvrir le panneau des paramètres et de choisir entre CD Vidéo (VCD), SVCD ou DVD. Quelques options, privilégiant la capacité ou la qualité vous permettent de trouver le meilleur compromis. Le taux de remplissage du futur disque s'affiche en bleu sur le dessin d'un CD "camembert". Sympa et parlant ! Libre à vous ensuite de graver direct ou bien de faire simplement une création de contenu du disque (une image disque) qui sera provisoirement stockée en attente sur le disque dur. Dans ce dernier cas choisissez le répertoire de destination en cliquant sur l'icône Dossier en haut à gauche du bouton Paramètres afin de pouvoir la retrouver ensuite facilement.


(Pinnacle Studio9)

Des menus peu copieux mais customisables

Difficile de résister au chant des sirènes du DVD… et aussi aux attaques marketing des constructeurs et revendeurs. Puisque vous avez décidé de diffuser votre œuvre sous forme de disque (VCD, SVCD, DVD), il serait dommage de ne pas y inclure un menu interactif de présentation. Depuis sa version précédente, Studio offre un excellent système de chapitrage automatique ou manuel avec une bibliothèque de menus fixes ou animés. Cette fonction n'a pas changée avec la version 9 et c'est très bien. Par contre pas non plus d'enrichissement de la bibliothèque. Dommage. Si ce choix assez limité ne vous satisfait pas il vous reste la possibilité de vous le concocter perso via le module Tiltle Deko, ce titreur sachant aussi faire menu (voir dans § 2 Un titreur… attitré).


(Pinnacle Studio9)

Jingle, jingle

Par ailleurs il peut être sympa de rajouter en dessous du menu monté, sur n'importe quelle piste audio, un joli jingle musical qui le personnalisera encore plus. Avec SmartSound sa durée et sa fin "naturelle" (voir § 2 Bon son mais c'est bien sûr) s'adaptent exactement à la durée du menu. Comme il s'écoute en boucle, ayez pitié des oreilles de vos spectateurs. Faites "soft"!


(Pinnacle Studio9)

Avoir droit au chapitre

Pour chapitrer votre montage, 2 solutions : mode automatique ou manuel. La plus simple et la mieux adaptée aux longues séquences est de choisir dans la bibliothèque un menu qui vous convient et de le poser juste au début du montage. Si vous cliquez Oui lorsque Studio vous propose d'automatiser la procédure, chaque plan est crédité d'un numéro de chapitre, sous forme d'un petit drapeau rose dans la piste spéciale qui s'est automatiquement créée au dessus de la piste image. Le panneau d'édition s'ouvre également avec toutes les options disponibles, du nom de chapitre à l'animation des vignettes en passant par le retour après chaque chapitre.


(Pinnacle Studio9)

Le menu manu

Bon, la procédure automatique est… automatique donc rapide mais ne convient pas toujours. On se retrouve en effet avec un chapitrage par plan (un film peut en contenir des centaines) alors que souvent on ne voudra chapitrer que 2 ou 3 grandes parties du film, quand il ne s'agit pas de mettre simplement à part une séquence bonus ou un making-of. Passez donc dans ce cas en mode manuel (dites Non à Studio). Seul un menu vierge (celui que vous avez choisi et "dragué") est inséré en début de montage. Calez soigneusement la tête de lecture sur l'endroit du montage que vous voulez considérer comme un début de chapitre (cela peut être n'importe où) puis dans le panneau d'édition cliquez sur l'icône Créer un lien de chapitre pour le bouton sélectionné (raccourci C). Un nom bien compliqué pour une fonction très simple : la pose d'un "drapeau" de marque de début de chapitre à cet endroit précis. Répétez l'opération s'il y a éventuellement d'autres chapitres à définir en ayant pris soin de sélectionner au préalable un nouveau bouton de chapitre à chaque fois (n° 2, n° 3, etc.) dans le panneau d'édition.


(Pinnacle Studio9)

Retour à la case départ

Pensez aussi que lorsque votre spectateur aura fini de regarder votre document vidéo, il est bon qu'il y ait alors un retour automatique au menu principal. Par exemple pour pouvoir accéder ensuite aux bonus, making-of, etc. C'est très simple à définir : allez caler la tête de lecture sur le dernier plan du film et cliquez ensuite sur l'icône du panneau d'édition marqué : Revenir à ce menu en fin du clip vidéo en cours (raccourci M). Pas de panique ! Là aussi le titre ronflant ne cache que la pose d'un petit "drapeau" de marque de retour. Rien n'empêche d'en poser plusieurs à différents endroit du montage. Si besoin est, toutes ces marques s'éliminent facilement en cliquant dessus et en appuyant sur la touche Suppr (ou menu clic droit souris). Attention : Dans le panneau d'édition l'inscription Définir le chapitre est mal placée. Elle se trouve à côté du bouton de suppression d'un chapitre barré d'un trait rouge, ce qui peut être source d'erreur d'autant que la logique de ce bouton de suppression n'est pas toujours évidente pour l'amateur peu habitué à une gymnastique menu…esque !


(Pinnacle Studio9)

Se le faire pour de vrai

Ouf, il ne reste plus qu'à prévisualiser la création de ce fantastique menu que vous venez de concocter en usant de la télécommande "comme à la maison". Cliquez sur l'indication DVD en bas à droite de la visionneuse. Les classiques commandes de type magnétoscope laissent la place à une imitation de télécommande de lecteur de salon. Testez toutes les fonctions ainsi que les départs et fins de lecture de chaque chapitre avant de faire le grand saut : la gravure ! (voir § 3 Cédez au DVD). Là aussi pourquoi ne pas avoir rendu possible l'accès aux commandes lorsque la visionneuse est en plein écran ? Par exemple dans le style de la visionneuse Windows Media ou de celle du DIVX ? Espérons que la prochaine version nous apportera aussi ce petit bonus…


(Pinnacle Studio9)

Petit conseil final

Quel que soit son format, une fois le disque gravé, empressez-vous d'en réaliser une copie (marquée prudemment avec un feutre compatible dont l'encre n'altère pas le support) que vous archiverez précieusement au fond de votre armoire ou de votre coffre fort, à l'abri des chocs, de la lumière, de la poussière, de l'humidité et des rayures… en espérant que sa pérennité au fil du temps soit aussi grande que les commerciaux veulent bien nous le faire croire…



(Pinnacle Studio9)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Soutenez notre indépendance, bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
Voir les avis d'internautes et donner le vôtre