Magazinevideo > Caméras & Photo > Tests photo > Tests compacts experts et bridges

Test Sony DSC-HX90V

ultra-zoom 30x, et viseur intégré

11 juillet 2015 par Thierry Philippon

Sony Cyber-shot DSC-HX90V

Prix fabricant : 500 Euros
 

DSC-HX90

Le DSC-HX90 est un compact "expert" de 245 grammes (complet), même si son objectif n'est pas interchangeable. Il existe en 2 versions, DSC-HX90 mais sans GPS à 449 euros prix catalogue, ou DSC-HX90V, avec GPS pour 469 euros, le "V" désignant le GPS.


Malgré la compacité du boîtier, le HX90V bénéficie d'un zoom x30 tout en logeant un capteur de 18 Mp. Le capteur pourrait paraître un peu petit (1/2,3", soit 7,82 mm) pour loger autant de monde. Mais il n'en est rien.


DSC-HX90

En fait, simplifions. Vous prenez le DSC-HX60, vous conservez ses principaux points forts comme le zoom x30, la focale minimale de 24 mm, le mode 1080/50p, le zoom exploitable en vidéo, le processeur BIONZ X, la liaison Wi-Fi (Wi-Fi / NFC) ou encore le stabilisateur (5 axes) utilisable en marchant.


Puis vous perfectionnez le modèle avec un viseur rétractable de 638 Kp, un écran inclinable à 180° (y compris prévu pour l'indécrottable selfie), un flash pop-up, une bague de réglages paramétrable (comme sur le Lumix TZ70), et vous intégrez le fameux format XAVC-S. Au final, vous obtenez le DSC-HX90.


Le panorama par balayage est conservé bien évidemment. Les modes manuels PSAM sont aussi de la partie comme chez Panasonic.


Côté autonomie d'enregistrement, une carte SDXC de 64 Go vous permettra de stocker 2H35 de vidéo.


DSC-HX90

Que donne ce modèle côté vidéo ? Un DSC-HX90 peut-il servir pour un usage vidéo à l'attention d'un utilisateur qui n'aurait pas le degré d'exigence d'un amateur vidéo averti mais qui voudrait concilier un bon compact photo à la base et un auxiliaire vidéo efficace pour des prises de vues de temps en temps ? C'est ce que l'on cherche souvent à savoir à magazinevideo et c'est l'objet de ce test.


Ce test est donc consacré essentiellement aux capacités du mode vidéo du Sony DSC-H90V. Vous trouverez également de nombreuses photos et des fichiers vidéo bruts.



> LIRE LA SUITE : Le test vidéo du Sony DSC-HX90

Le test vidéo du Sony DSC-HX90

DSC-HX90

Le délai de mise en route de l'APN n'est pas un foudre de guerre, deux secondes 1/2 environ, mais on ne peut pas dire qu'il soit temporisé par l'extension du zoom x30. L'extension du zoom génère un léger bruit suffisant pour trahir votre présence, attention. Pour enregistrer en vidéo, on appuie simplement sur le petit bouton Movie situé à l'arrière.


Lorsqu'on enregistre en vidéo, différents symboles s'affichent ainsi qu'un décompte, mais en plein soleil, ils sont très difficiles à voir, j'ai accusé de nombreux ratés. Scrutez plutôt l'écran qui passe de 4:3 au 16:9 (sauf en mode "Film") et qui sert ainsi de repère. Mais là encore les bandes noires supérieure et inférieure du 16:9 peuvent se confondre avec le fond.


Le pompon : un message "Enregistrement en cours" s'affiche... à la fin alors que vous avez stoppé ! Une belle ineptie car on rappuie par erreur sur le bouton Movie pour arrêter ! Autre mauvais réflexe persistant depuis les précédents DSC-HX, la tentation est grande d'appuyer là où se trouve le déclencheur photo pour enclencher / arrêter l'enregistrement vidéo. Il n'est pas naturel de commander l'enregistrement / arrêt avec un bouton placé verticalement par rapport au boîtier. Attention également : entre deux séquences, la mémoire tampon a besoin de temps.


DSC-HX90
Hormis cela, on choisit le programme avec la molette de droite. Notez que plusieurs programmes conviennent pour la vidéo : P, A, S, Auto Intelligent, ou Manuel (M) ou encore Mode Film. Par exemple, il est facile de combiner le mode vidéo avec le mode M et régler l'exposition (EV) entre -3.0 et +3.0. Ce qui n'est (toujours !) pas clair et TRÈS mal expliqué dans la notice, c'est que la position de la molette sur le symbole "Film" permet d'être prêt à filmer instantanément, avec un affichage en veille déjà en 16:9.
DSC-HX90

Heureusement, le viseur sauve la mise. C'est exceptionnellement rare de bénéficier d'un viseur intégré. Même certains camescopes hauts de gamme n'en ont pas, c'est dire ! :) Ce viseur est vraiment pratique même s'il est petit (0,2" en format 3:2) car il est de bonne qualité. Seule sa mise en oeuvre est un peu délicate puisqu'il faut provoquer son éjection verticale (façon diable qui sort de sa boîte) au moyen d'un commutateur, puis tirer vers soi la fenêtre oculaire. Et éventuellement régler la dioptrie qui est non-ajustée à votre vue au départ. Une fois la manoeuvre accomplie, c'est le bonheur ! On peut enfin cadrer tous les lieux fortement ensoleillés qui sont nettement visibles :) J'ai ainsi pu apercevoir au viseur un héron qui nichait dans un arbre, puis zoomer dessus. A défaut, je ne l'aurais jamais aperçu.


Le viseur bénéficie d'une détection oculaire (débrayable), c'est à dire que si vous approchez l'oeil du viseur, l'écran éteint son affichage. Et vice versa.


Un simple regret : l'encombrement du viseur et du Flash semblent avoir eu raison de la griffe porte-accessoires qui a été supprimée. Dommage car en vidéo, elle peut s'avérer utile (certainement moins en photo, raison de son éviction).


DSC-HX90

Pour une fois sur ce type d'APN compact, on trouve deux fonctions habituellement réservées à des reflex ou des camescopes :


-d'une part la fonction Zébra, bien connue des vidéastes, qui pour rappel, apporte un contrôle visuel qui apparaît sous la forme de zones hachurées dites "zébrées". En mode Zébra, les zones zébrées dépassent théoriquement la valeur maximale que peut endurer la crête des blancs. On peut filmer malgré l'avertissement du Zébra mais la ou les zones zébrées sera (seront) plus ou moins trop exposée(s).


-d'autre part l'intensification (parfois plus connue sous le nom de Peaking) qui colorie dans la couleur de votre choix la zone où la mise au point est établie. C'est une fonction quasi indispensable quand on y est habitué. Elle possède en plus 3 niveaux d'intensification pour vous laisser seul juge de l'encombrement visuel du cadre.


DSC-HX90

L'écran TFT TruBlack 4:3 de 3'' (7,6 cm) et 960 Kp est désormais inclinable à 180° vers le haut (prévu pour l'indécrottable selfie). Mais il reste non-tactile, une étrangeté à l'heure du tout-tactile des appareils électroniques.


Comme l'écran peut se relever, il permet une agréable relecture à plusieurs avec un certain confort, ce que ne permet pas un écran non-inclinable de la sorte.


Le non-tactile ne gêne pas plus que cela dans la plupart des opérations. On apprécie l'affichage d'un système de niveau qui s'affiche en vert lorsque le niveau horizontal est atteint (daltoniens s'abstenir !). Mais pourquoi ce système génial n'équipe-t-il pas les camescopes ?


La batterie nécessite 230 minutes de temps de charge environ. L'autonomie est de 70 à 75 minutes en vidéo, c'est peu mais c'est correct pour un compact. Une 2e batterie NP-BX1 est la bienvenue sinon. Ou à défaut, au moins désactiver le mode Avion (dans le menu), petit consommateur d'énergie supplémentaire.


DSC-HX90

Sur le terrain, en usage vidéo, la prise en mains est bonne avec un grip renforcé sur le devant et un repose-pouce arrière. Par contre, le DSC-HX90 est un peu trop volumineux pour qu'en voyage, la poche du jean suffise (ou alors une grande poche !). Pas bien grave, les sacs et les bananes, ça existe.


La bague de commande - grande spécificité de ce modèle - est bien utile en photo comme en vidéo, surtout pour la mise au point manuelle, quand l'autofocus fait des siennes ou s'avère impossible. Essayée et approuvée ! On peut toutefois la programmer de manière à être utile pour la correction d'exposition, la vitesse ou l'ouverture par exemple. Le seul reproche est que la préhension de la bague est assez délicate, du coup on bouge beaucoup l'APN. De ce fait, il est difficile de recommander une mise au point manuelle pendant l'enregistrement. Optez pour un tel réglage avant l'enregistrement.


On apprécie aussi le raccourci Fn qui permet d'accéder directement à des réglages bien utiles comme les modes de mise au point, l'Iso Auto, le mode HDR, les modes créatifs, la balance des blancs, etc.


qualité DSC-HX90

Côté qualité, celle-ci a fait des progrès indéniables depuis les tout-premiers APN. La qualité est satisfaisante en vidéo pour un "compact APN", bien aidée par le capteur CMOS 18 Mp et le processeur Bionz X, d'autant que sur un modèle comme le DSC-HX90, plusieurs modes d'enregistrements vidéo sont proposés en AVCHD (50p, 50i, 25p) avec un débit maxi de 28 Mbps, ou dans le fameux mode XAVC-S, déjà en vigueur sur plusieurs caméras et camescopes Sony. Sur le papier, rappelons que le XAVC-S est un codec meilleur que l'AVCHD qui compresse mieux et propose un débit de 50 Mbps en 50p ou 25p. A noter aussi l'intégration du FullHD en MP4 sur ce modèle.


L'optique du DSC-HX90 reste satisfaisante, sans déformation offusquante, en photo comme en vidéo. On peut toujours trouver quelque chose à redire mais ce serait du pinaillage.


Rappelons aussi que pour la photo, le DSC-HX90, contrairement au TZ70, ne dispose pas de mode Raw.


DSC-HX90

Plus on augmente en qualité, plus l'autonomie d'enregistrement descend. Une carte de 64 Go permet de filmer 5H05 en AVCHD en 50P / 28 Mbps/s mais seulement 2H30 en XAVC-S en 50p / 50 Mbps. C'est relativement peu, mais suffisant pour un usage modéré de vidéo. Dans ce mode XAVC-S, je n'ai constaté que peu ou pas d'artefacts sur des images très mouvantes et des panoramiques ou des zooms rapides. Attention, choisissez bien une carte SDXC Class 10 hautement recommandée.


La qualité au Télé est bonne mais l'ouverture en longue focale n'est pas excellente (f/6.4), il fallait s'en douter avec un équivalent 720 mm...


Bien évidemment, le petit capteur ne permet quasiment aucun effet de flou (bokeh).


qualité DSC-HX90

Le grand-angle du DSC-HX90 équivaut à un 24 mm en photo, un peu moins en vidéo (mais Sony ne mentionne pas la focale obtenue, d'après nos estimations 26 ou 28 mm). En tout cas, un bon grand-angle, une belle réussite.


DSC-HX90

L'impressionnant zoom x30 du DSC-HX90 est utilisable dans toute son amplitude, bien entendu actif lorsque vous enregistrez. Le zooming s'effectue de façon relativement coulée, selon 2 vitesses, l'une rapide, l'autre moyennement lente, permettant de s'arrêter plus en douceur. De plus, un réglage du menu permet de choisir deux vitesses de base (Normal ou Rapide). La plus rapide équivaut à l'effet dit "coup de poing" : il faut alors moins de 2 secondes pour balayer toute la plage du zoom x30. En contrepartie, prière de supporter un bruit de casserole en raison du déploiement de la mécanique ! Mais c'est vraiment le plus rapide des zooms qu'on ait recontrés sur un compact !


Le son du zoom s'entend un peu moins en Normal, et dans ce cas, ce n'est pas propre à Sony ni à ce modèle. Signalons (c'est une question qu'on me pose parfois) que le maniement du zoom sur un APN reste moins souple que sur un camescope. Autre détail, Sony ne propose toujours pas de fonction Reprise de zoom, système qui existe chez Panasonic) qui permet, après extinction / allumage de l'APN, de retrouver le zoom dans sa position initiale.


Il existe aussi un zoom nommé "image claire" qui porte le téléobjectif à x80 (!) et qui est utilisable en vidéo mais qui détériore l'image. Absolument aucun intérêt vu déjà l'amplitude énorme du zoom optique. Laissez le réglage sur "zoom optique uniquement"...


DSC-HX90

Le stabilisateur se comporte assez bien à la focale maxi x30, un petit "exploit" vu l'amplitude. Par ailleurs, le DSC-HX90 dispose de deux modes "Actif" : Actif et Actif intelligent. Pas sympa Sony qui introduit des variations de noms dans ses réglages de stabilisateur qui ont pour seul effet qu'on s'y perd ! :) Retenez que le stabilisateur le plus puissant (Actif Intelligent) permet de filmer en marchant. Le 3e mode, dit "standard", sert assez peu. Attention, l'utilisation des deux positions de zoom (Actif et Actif Intelligent) réduisent légèrement la focale.


DSC-HX90

Côté audio, le rendu est de bonne facture avec assez peu de sensation de son étouffé pour un compact. Les capsules étant de part et d'autre du Flash, le doigt de l'utilisateur risque assez peu d'obstruer le son. C'est une amélioration par rapport au DSC-HX50 que j'avais testé.


On recense aussi :


-un mode "vent coupé" à utiliser avec modération car il assourdit TOUS les sons graves.


-un mode d'abaissement du niveau de référence du Micro (à ne pas confondre avec le réglage de volume du haut-parleur) qui peut être réglé sur Normal ou Faible. Évitez le paramètre Faible, vraiment trop faible justement !


DSC-HX90

Par faible luminosité, l'APN se comporte évidemment assez mal en vidéo entre sa petite cible (1/2,3'') et le capteur grandement pixellisé (18 Mp). En photo pure, on peut pousser jusqu'à 1600 Iso, ce qui autorise une utilisation sans encombres jusqu'à ce seuil. Au-delà, c'est limite quoiqu'en dise le fabricant. En vidéo, la plage de sensibilité s'étend théoriquement entre 80 et 3200 iso, mais il est raisonnable de ne pas dépasser 80 Iso. Notez l'existence d'une fonction "obturateur lent auto" héritée des caméras Sony et qui peut s'avérer utile en vidéo en abaissant la vitesse d'obturation de façon imperceptible (de 1/50s à 1/25s).


Côté connectique, le DSC-HX90V dispose d'un terminal "Multi" microUSB (câble fourni) qui sert à alimenter l'APN entre autres, et d'une sortie mini-HDMI (câble non-fourni) qui permet le raccordement du DSC-HX90 à une TV. C'est très étrange d'avoir logé cette prise SOUS le boîtier ! Les ingénieurs ont dû avoir un moment d'égarement ... :)


DSC-HX90

L'Autofocus est grandement satisfaisant en vidéo (même s'il est un peu lent) mais le point se perd un peu dans la pénombre. Normal. Compensation, les compacts ont pour avantage, sans miroir, d'éviter les multiples micro-hésitations des reflex en vidéo.


Un atout déjà rencontré sur les DSC-HX50 / DSC-HX60 : la mise au point continue, même en l'absence d'écran tactile, autorise un suivi autofocus. Il suffit d'enfoncer le centre de la molette de commande et de maintenir cette position. Mieux : si on associe cette action avec la Détection de visage, on peut suivre un visage, le mémoriser, puis récupérer la mise au point continue même si le visage réapparaît après avoir disparu ! Le suivi AF fonctionne même si on utilise le zoom. Testez bien avant tout enregistrement réel, car la manipulation n'est pas facile.


Moins spectaculaire, la balance des blancs est classique. Elle dispose de plusieurs positions et même d'un blanc dit "manuel".


lectrue DSC-HX90

Côté lecture, par défaut, les vidéos succèdent aux photos à la queue leu leu, tout en se distinguant par un logo différent. Dommage que la vignette fixe reflétant la première image de la vidéo soit toujours aussi pixellisée mais pas d'inquiétude, l'image vidéo normale reprend après.


Pour finir, le Wi-Fi et le GPS permettent de télécommander le DSC-HX90 depuis un smartphone ou une tablette, ça marche très bien avec l'application Sony, Play Memories Mobile.



(Test Sony DSC-HX90V)

Exemples Photo du DSC-HX90

DSC-HX90
Voici plusieurs photos réalisées avec le DSC-HX90 à différentes résolutions, ainsi que dans le fameux mode Panoramique qui exige un peu d'entraînement mais qui est assez bluffant.
DSC-HX90

4896 x 3264 pixels (16 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90

3648 x 2432 pixels (8,9 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90

3648 x 2432 pixels (8,9 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90

3648 x 2432 pixels (8,9 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90

3648 x 2432 pixels (8,9 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90

3648 x 2432 pixels (8,8 Mp en 3:2)


 


DSC-HX90
DSC-HX90
DSC-HX90

4912 x 1080 pixels (mode Panoramique).


 


Ce mode Panoramique est toujours aussi spectaculaire et visuellement intéressant à exploiter, et même extrêmement facile à réaliser. Un peu trop même. Car il faut parfois s'y reprendre à plusieurs fois (message vous indiquant que vous allez trop vite), aussi prévoyez de pouvoir rester plus de quelques secondes au même endroit. Il peut même y avoir des images tronquées. Ainsi, dans le 1er des 3 exemples (en haut), il manque une petite portion d'image (zone grise) au niveau de la fin du panoramique. Les deux autres panoramiques sont complets en revanche.
photos : © magazinevideo / T.Philippon


(Test Sony DSC-HX90V)

Les rivaux

TZ70

Ils sont plusieurs aujourd'hui à ne pas laisser seul le DSC-HX90 décliner le concept de compact ultra-zoom, chez Nikon, Samsung ou Panasonic. Mais le Lumix TZ70 est sans doute le rival le plus direct. Proposé pour un prix un peu assez inférieur (400 euros, prix catalogue), le TZ70 partage un même viseur (non escamotable) de 0,2'', un même zoom x30, un même grip caoutchouté, la même bague multifonctions, le même système d'aide à la mise au point (focus peaking). On pourrait prolonger la liste comparative de façon étonnante comme si les ingénieurs s'étaient espionnés mutuellement. :)


Les fonctions purement vidéo sont différentes chez Sony qui bénéficie du 50 Mbps avec le XAVC-S, mais Panasonic réplique avec son mode Haute Vitesse à 100 Mbits/s. Dans les faits, Sony l'emporte en qualité pour un usage courant. La batterie tient plus longtemps chez Sony mais c’est un des seuls gros points faibles du TZ70.


Le GPS du modèle V de Sony (DSC-HX90V) est absent du Lumix. Mais à 469 euros, on atteint 69 euros d'écart tout de même. D'autant que Sony a "oublié" le mode Raw". A ce prix-là, c'est un peu fâcheux.


Pour finir, signalons que les DSC-HX90 et DSC-HX90V sont aussi déclinés en version DSC-WX500 qui, pour un prix moindre de 400 euros, abandonne le viseur ainsi que la bague d'objectif. Il existe en noir, blanc ou bordeaux.



(Test Sony DSC-HX90V)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Sony Cyber-shot DSC-HX90V

Prix fabricant : 500 Euros
Voir les 2 avis d'internautes et donner le vôtre