Magazinevideo > Caméras & Photo > Tests photo > Tests compacts experts et bridges

Test Sony DSC-HX50

L'APN qui fait tout en vidéo

03 juin 2013 par Thierry Philippon - Mis à jour le 03 juin 2013

 

DSC-HX50

Plus épais et volumineux qu'un Panasonic DMC-TZ40, et truffé de fonctionnalités intéressantes, le Sony DSC-HX50 est un compact qu'on peut ranger dans la catégorie "expert" même s'il n'est pas hybride. Il existe en 2 versions, DSC-HX50 avec Wi-Fi mais sans GPS ou DSC-HX50V, avec Wi-Fi et GPS, le "V" désignant la présence du GPS.


L'un des tours de force du DSC-HX50 est d'intégrer dans un boîtier malgré tout compact, un zoom x30 (actif en vidéo !) tout en logeant un capteur surpixellisé de 20 Mp. A noter que le zoom est passé de x20 (sur le DSC-HX20) à cette position ultra-puissante de x30. D'un point de vue technologique, une belle réussite car le capteur est petit (1/2,3") pour loger tout ce beau monde ! Il s'agit d'un capteur CMOS Exmor R de 20,4 Mp dont le mode de traitement permet de pousser la sensibilité en théorie jusqu'à 3200 ISO (en pratique jusqu'à 800 Iso).


Mais d'un point de vue utilité réelle, cette logique Fort Boyard ("toujours plus haut, toujours plus fort") a de quoi irriter le photographe comme le vidéaste aguerri. Bon, on va se faire une raison... Il est vrai que dans une salle de concerts, on peut avoir besoin d'un zoom x30 pour distinguer les traits des musiciens (mais les appareils photo sont parfois interdits, c'est une autre question !)


DSC-HX50

Quels autres changements ? La focale minimale diminue un peu (de 25 à 24 mm), une griffe porte-accessoires multi-interface (pour flash ou viseur électronique) fait son apparition, ainsi que le 1080p (au débit de 28 Mbits/s) ou encore la molette de correction d'exposition. Vous ajoutez aussi la liaison Wi-Fi pour piloter l'APN depuis un smartphone.


L'autofocus a été amélioré également en termes de vélocité mais comme on nous dit cela tous les ans et que les mesures de rapidité sont impossibles à vérifier en conditions de tests sur le terrain, on finit par en douter !


L'écran ne bouge pas à 3 pouces et 921.000 pixels. Le panorama par balayage est conservé bien évidemment. Les modes manuels PSAM sont aussi de la partie comme chez Panasonic. On retrouve enfin l'excellent stabilisateur sur 3 axes utilisable en marchant et le bouton rouge vidéo. Parmi les moins sur le papier : l'écran reste non-tactile.


DSC-HX50

Côté autonomie d'enregistrement, une carte de 4 Go vous permettra d'engranger 29 minutes de vidéo (c'est d'ailleurs le quota maximum enregistrable en une fois), et une 16 Go, 2H04. Sony recommande des cartes Class 4 ou supérieures, les Class 6 ne sont donc pas obligatoires ni en photo ni en vidéo. Les cartes micro-SDHC / SDXC sont aussi acceptées, moyennant adaptateur. Enfin, il existe une mémoire interne de faible capacité (48 Mo), inadaptée pour la vidéo par conséquent.


Attention à l'appellation "mode 3D" inutilisable en vidéo car il est destiné à un balayage photo, l'APN prenant une vingtaine de vues. Puis il calcule la vue 3D obtenue en choisissant les 2 meilleures.


APN oblige, le DSC-HX50 sait prendre des photos pendant le mode vidéo. C'est la fameuse fonction Dual Record qui permet de capturer des images fixes en 15 Mp ou 3 MP pendant l'enregistrement vidéo, ce qui s'avère plutôt pratique.


Ces données étant claires, que donne ce modèle côté vidéo ? Un DSC-HX50 peut-il se substituer à un camescope moyen pour celui qui n'a pas les exigences d'un amateur vidéo averti ? C'est l'objet de ce test où j'ai cherché à comparer le DSC-HX50 avec un camescope sensiblement au même prix.


Ce test est consacré essentiellement aux capacités du mode vidéo du Sony DSC-H50V. Vous trouverez également des exemples de photos et des fichiers vidéo bruts. La notice complète du Sony DSC-HX50 se trouve ici.



> LIRE LA SUITE : Le test vidéo du DSC-HX50

Le test vidéo du DSC-HX50

DSC-HX50

Le DSC-HX50 est un peu plus "grassouillet" que son prédécesseur. En voyage, la poche du jean, sauf si elle est très grande, c'est fini ! Mais que voulez-vous, on n'intègre pas un zoom x30 (amplitude comparable à celle d'un bridge) dans un compact sans un peu de casse.


La prise en mains est plutôt bonne avec un mini-grip sur le devant d'une part et un repose-pouce arrière d'autre part. L'ouverture au télé n'est pas excellente (f/6.3) mais il fallait s'en douter avec un équivalent 720 mm...


Pour enregistrer en vidéo, rien de fâcheux. Pas de molette à positionner. On appuie sur le bouton Movie à l'arrière et c'est parti ! On sait que le mode vidéo est activé lorsque la mention "ENREG" (en rouge) et le décompte de temps s'affichent. Par ailleurs, l'écran 4:3 affiche des bandes noires en haut et en bas pour que l'image affiche un rapport 16:9.


Mais on ne discerne pas forcément ces inscriptions en plein soleil. Pire, un message "Enregistrement en cours" s'affiche... au début comme à la fin ! Une belle ineptie qui a pour conséquence que pensant s'être trompé, on rappuie sur le bouton Movie pour arrêter et on filme ses chaussures ! Autre mauvais réflexe, la tentation est grande d'appuyer sur le sommet, là où se trouve le déclencheur photo pour enclencher / arrêter l'enregistrement vidéo. Il n'est pas du tout naturel de commander l'enregistrement / arrêt avec un bouton placé verticalement par rapport au boîtier. J'ai mis 24H avant de ne plus commettre aucune erreur. Attention également : entre deux séquences d'enregistrement, la mémoire tampon a besoin d'un peu de temps. Le délai de mise en route est rapide en revanche.


DSC-HX50

Hormis cela, on choisit le programme avec la molette de gauche et on dispose d'une 2e molette à droite, bien conçue, pour moduler l'exposition si besoin. Notez que plusieurs programmes conviennent pour la vidéo : P, Auto Intelligent, même Manuel (M). Ce qui n'est pas clair du tout en revanche (et TRÈS mal expliqué dans la notice), c'est que la position de la molette sur "mode Film" active certains réglages ajustables depuis le Menu, tels que le Mode Auto Intelligent ou les fameux modes Scène (Neige, Scène bord de Mer, bougie, etc.). Par ailleurs, ce mode permet d'être prêt à filmer instantanément, avec un affichage en veille déjà en 16:9.


DSC-HX50

Côté qualité, disons-le de suite, celle-ci a fait des bonds de géant depuis les tout-premiers APN. Oui on peut faire des vidéos, oui la qualité est remarquable pour un "compact APN", d'autant que sur un modèle comme le DSC-HX50, 4 modes d'enregistrements vidéo AVCHD sont proposés dont le fameux 1080p (Progressif). On trouve aussi le 1080i à 24 Mbits/s ou le 1080i à 17 Mbits/s, qui sont parfaitement exploitables (et préférables si votre ordinateur est peu puissant). Le mode HQ (9 Mbits/s) est trop faiblard et l'enregistrement en mp4, également proposé, n'a que peu d'intérêt à notre goût.


Plus on baisse en qualité, plus l'autonomie d'enregistrement s'étend. Pour une carte de 2 Go, l'écart entre un débit à 28 et 24 Mbits/s est de 2 minutes (10 minutes / 8 minutes), soit 20% en plus.


En 1080p ou 1080i, nous n'avons constaté que peu ou pas d'artefacts sur des images très mouvantes et des panoramiques ou des zooms rapides, un défaut qui fait partie du passé à présent ! Vous pouvez consulter nos fichiers vidéo bruts pour vous en convaincre.


<DSC-HX50

L'allumage du DSC-HX50 est assez rapide, à peine ralentie par l'extension du zoomx30 : comptez tout de même environ deux secondes et demi. En revanche, l'extension du zoom génère un bruit qui trahira votre présence si vous filmez quelque chose d'indiscret, méfiez-vous.


Un bouton "Custom", déjà présent sur le DSC-HX20 au sommet de l'appareil, s'est incrusté au-dessous du bouton vidéo, fonction qui permet de paramétrer un réglage que vous utilisez souvent. Malheureusement, c'est un peu restreint pour la vidéo, car seules 4 fonctions (plutôt photo) sont assignables : Iso, Balance des blancs, Mode mesure et Détection de sourire.


DSC-HX50

Contrairement à un reflex, l'impressionnant zoom x30 Sony du DSC-HX50 est utilisable dans toute son amplitude, y compris en cours d'enregistrement (mais pas en lecture). Le zooming, point traditionnellement faible des APN, s'effectue ici tout en "coulé", permettant de s'arrêter en douceur sur un détail précis. Il est aussi plus lent que sur d'autres APN, évitant l'effet mécanique. Vous pouvez visualiser un exemple vidéo avec notre vidéo-test. En revanche, le son du zoom s'entend (à la campagne) mais reste assez discret avec un bruit d'ambiance standard (en ville). Le maniement du zoom reste toutefois bien moins souple et motorisé que sur un camescope. Et Sony s'obstine à ne pas proposer de fonction Reprise de zoom, système qui existe chez la concurrence (Panasonic) et qui permet, après extinction / allumage de l'APN, de retrouver le zoom dans sa position initiale.


Il existe aussi un zoom nommé "image claire" qui porte le téléobjectif à x85 (!) et qui est utilisable en vidéo mais qui détériore l'image. Aussi, empressez-vous de le désactiver...


Le stabilisateur se débrouille assez bien à la focale maxi x30, ce qui est étonnant vu l'amplitude. Mais surtout, il dispose d'un mode "Actif", bien connu des vidéastes, qui est efficace pour filmer en marchant. Le stabilisateur Actif étant débrayable, son peut repasser en standard. L'utilisation du zoom Actif réduit légèrement la focale.


DSC-HX50

Le grand-angle du DSC- HX50 équivaut à un 24 mm en photo (le DSC-HX20 équivalait à 25 mm), un chouia moins en vidéo (mais Sony ne mentionne pas la focale obtenue). En tout cas, un vrai grand-angle. Quelques camescopes (chez Sony ou Canon !) font aussi bien.


Détail apprécié du DSC-HX50, il est facile de combiner le mode vidéo avec un mode programmé ou des réglages manuels. Par exemple, on peut recourir au mode M et régler la vitesse d'obturation très facilement. On peut aussi à tout moment ajuster le Réglage de l'exposition (EV) entre -2,0 et +2,0.


DSC-HX50

Côté audio, le rendu est de bonne facture avec peu de sensation de son étouffé pour un compact. D'ailleurs le doigt de l'utilisateur risque assez peu d'obstruer le son. En revanche, ce même doigt aura tendance à se reposer sur le Flash, gênant son maniement. On recense aussi un mode "vent coupé" à utiliser avec parcimonie car il altère le timbre des voix.


DSC-HX50

J'étais curieux de voir le DSC-HX50 côté sensibilité. L'APN Sony se dépatouille plutôt bien en vidéo en dépit du rapport entre sa cible (1/2,3'') et le capteur (20 Mp) qui pouvait faire craindre le pire. En photo pure, à signaler que l'ISO 800 est une valeur traditionnellemnt à ne pas chercher à dépasser. Un bon réducteur de bruit semble avoir été intégré sur cet APN qui vaut tout de même près de 420 euros, soit 3 fois le prix d'un entrée de gamme.


Côté connectique, du "grand" classique : le DSC-HX50 dispose d'une sortie "Multi" micro-connecteur USB (câble fourni) qui sert à l'alimentation entre autres, et d'une sortie mini-HDMI (câble non-fourni) qui permet entre autres de raccorder le DSC-HX50 à une TV.


DSC-HX50

L'Autofocus est satisfaisant en vidéo mais le point se perd très facilement dans l'obscurité et la mise au point manuelle est impossible. Compensation, les compacts ont pour avantage, sans miroir, d'éviter les multiples micro-hésitations des reflex en vidéo. Bien évidemment, le petit capteur ne permet quasiment aucun effet de flou et autres bokeh, ne revez pas, il faut bien que les reflex aient quelques avantages.


Un atout : la mise au point continue, qui même en l'absence d'écran tactile, permet d'effectuer un suivi autofocus en maintenant enfoncée le centre de la molette de commande. Mieux : si on combine cette action avec l'option de mode de Détection de visage, on peut suivre un visage, le mémoriser , puis retrouver la mise au point continue même si le visage réapparaît après avoir disparu ! Même en zooming avant ou arrière, le suivi AF fonctionne. La manipulation n'est toutefois pas évidente, entraînez-vous bien avant.


Moins spectaculaire, la balance des blancs est correcte. Elle dispose de multiples positions et même d'un blanc manuel.


xDSC_HX50

L'écran TFT TruBlack Xtra Fine de 3'' (7,6 cm) de 960 Kp n'a pas changé, c'est un peu dommage. En plein soleil, il ne fait pas mieux que les écrans des camescopes de la marque (l'absence de viseur optique, proposé toutefois en option, se fait cruellement sentir). Le non-tactile ne gêne pas dans la plupart des opérations mais on peut confondre à l'aveugle le bouton Lecture et le bouton de la molette de commande arrière car c'est cette dernière qui lance la vidéo. Avec un écran tactile, il aurait suffi de cliquer sur la vignette de la scène à déclencher.


Un "gadget" utile : l'affichage sur écran d'un système de niveau très pratique car il s'affiche en vert lorsque le niveau horizontal est atteint. Mais pourquoi ce système n'équipe-t-il pas les camescopes !


La batterie nécessite 230 minutes de temps de charge environ, c'est 1H de plus que sur le DSC-HX20. L'autonomie est de 55 minutes en vidéo, c'est 20 minutes de moins (!) que sur le DSC-HX20. Autant dire qu'on a là un recul global, à attribuer sans doute aux valeurs données, quand GPS et Wi-Fi sont activés.


DSC-HX50
Côté lecture, par défaut, les vidéos succèdent aux photos à la queue leu leu mais les images animées sont reconnaissables à leurs bandes "film" sur les côtés. La vignette fixe représentant le début de la vidéo est toujours autant pixellisée mais pas d'inquiétude, l'image vidéo normale reprend après. Si vous filmez beaucoup, paramétrez le mode de Visualisation AVCHD qui affichera uniquement les vues enregistrées en AVCHD.

 


Wi-Fi DSC-HX50
Reste donc le Wi-Fi et le GPS qui ne sont pas à proprement parler des spécificités vidéo. Rappelons juste que le modèle Wi-Fi (suite à venir) permet de télécommander le DSC-HX50 depuis un smartphone ou une tablette compatible, en établissant un mini-réseau local.


(Test Sony DSC-HX50)

Exemples photo

DSC-HX50
DSC-HX50
DSC-HX50

5184 x 3888 pixels (20 Mp en 4:3)


 


DSC-HX50

3648 x 2736 pixels (10 Mp en 4:3)


 


DSC-HX50
Habituellement, on n'est pas archi fan des effets mais on doit dire que celui-ci nous a bluffé. Il s'agit d'un effet d'illustration placé ici en position "élevé" (3 positions : faible moyen élevé). Ci-dessus, il s'agit du même point de vue que dans la vignette en haut à gauche.
DSC-HX50
DSC-HX50

D'autres exemples ci-dessus de l'effet d'illustration.


 


DSC-HX50

Effet en mode Panoramique


 


DSC-HX50
Photo de nuit à 400 Iso, après la pluie.


(Test Sony DSC-HX50)

Soutenez nos rédacteurs
Des tests objectifs, des articles pointus,
dépendent de votre soutien

Comparez la fiche technique de ce modèle avec :

?Aide

Choix 1 :

Choix 2 :

Voir les 13 avis d'internautes et donner le vôtre