Magazinevideo > Actus > Actus multimédia

Quand GoPro va sur Mars grâce à Hollywood

18 octobre 2015 par Thierry Philippon




Encore un formidable coup promotionnel pour la boiboite californienne. Ridley Scott en personne, le réalisateur d’Alien et de Blade Runner, intègre ses caméras GoPro dans l’histoire de The Martian (Seul sur Mars) qui sort le 21 octobre 2015. Ce film, incarné par Matt Damon, d’après une nouvelle du romancier Andy Weir, est écrit à la première personne à travers la parole d’un astronaute (Watney). 
 
Or dans de nombreuses scènes du film, la GoPro se trouve partout où l’acteur déambule. Etant seul, il s'adresse à la caméra de la même manière qu’on parle à un copain, pour rompre l'ennui. On retrouve la thématique de Seul au Monde où Tom Hanks conversait avec Wilson, un ballon de volley-ball. Alors pourquoi pas une actioncam  ?! :) Les cinéphiles y verront également une analogie avec les scènes les plus célèbres de 2001, L’Odyssée de l’espace, où Keir Dullea, l'astronaute survivant, converse avec un ordinateur (le fameux Hal 9000) en forme de lentille d'objectif, censé être au service de sa mission, avant que ce dernier ne le trahisse. Et les psy déceleront un retour aux sources pour le réalisateur de la célèbre pub Apple Mac 1984, perpétuellement fasciné par la thématique des écrans et des ordinateurs (auquel Blade Runner n'échappe pas non plus).
 
Initialement, Ridley Scott n’avait pas pensé le film avec une personnalisation aussi grande des GoPro, en tout cas pas au point d’en faire un personnage à part entière à qui l'astronaute parle ou qui est fixé sur ce dernier.
 
D’après la communication GoPro, Ridley Scott se serait aperçu que le contenu même de ce qu’enregistrait les vidéos offrait « des perspectives uniques accédant à une toute nouvelle façon de montrer la lutte de l’astronaute ». Du coup, alors que l’histoire est fictionnelle, les séquences capturées sont elles, bien réelles. La GoPro aurait permis au réalisateur de capturer non seulement l’intensité et le suspense des plus grosses scènes du film, mais aussi l’intiimité du personnage en lui-même. 
 
Inutile de vous dire qu’avec ce « coup » cinématographique, GoPro n’a pas fait une mauvaise affaire…  L’histoire ne dit pas si, contrairement à l’usage habituel qui veut qu’une marque paye le prix fort pour obtenir quelques maigres secondes de présence dans un film, ce ne sont pas les producteurs hollywoodiens du film qui ont payé GoPro rubis sur l'ongle, pour l’apport scénaristique indubitable que la caméra joue malgré elle.
 
Voici un extrait du film :
 
 

Articles correspondants

Laisser un commentaire

Votre pseudo
Votre email (facultatif)
Je coche cette case pour être prévenu de l'ajout de commentaire par email
Votre commentaire (1000 caractères maxi)
Je coche cette case pour valider mon commentaire

Quand GoPro va sur Mars grâce à Hollywood : les commentaires

Soyez le premier à déposer un commentaire !