Magazinevideo > Logiciels PC MAC > Tests de logiciels de montage > Tests de logiciels de montage MAC

Article en PDF
Pour lire ce PDF, abonnez-vous Premium !

Test logiciel PowerDirector pour Mac

Le montage Windows évolue sur Mac

 

14 décembre 2020 par Christophe Le Squer (test) / Thierry Philippon (intro et autres logiciels)

 

PWD365

Cyberlink dont le logiciel PowerDirector pour Windows est bien connu, commercialise une version Mac ! C'était espéré par certains utilisateurs attentifs de ce marché du logiciel, mais Cyberlink semblait préparer ce terrain en secret depuis un bon moment, en repoussant l'échéance.


Pourquoi est-ce une bonne nouvelle en soi pour l'utilisateur Mac ? D'abord parce que la version Windows est plébiscitée pour son caractère intuitif, simple et puissante. La prise en mains est moins déroutante qu'avec d'autres logiciels grands-publics Windows, pouvant nécessiter plus d'apprentissage. Il était donc dommage que l'équivalent pour Mac de la version Windows n'existe pas.


Ensuite parce que l'utilisateur Mac était un peu coincé. D'un côté il doit endurer les limites connues d'iMovie, certes "gratuit" car faisant partie de la suite logicielle dès l'achat d'un Mac, mais qui pèsent si l'on veut concevoir des montages plus élaborés. De l'autre des logiciels comme FCPX ou DaVinci Resolve, sont (ou peuvent être perçus) comme des logiciels trop complexes, les détracteurs les qualifiant à bonne ou mauvaise raison "d'usines à gaz". Pour trouver des logiciels intermédiaires, il fallait se tourner vers Premiere Elements 2021 pour Mac (99,60€) ou Filmora d'iSkySoft (59,99€). Certes de bons logiciels mais en-dessous de la réputation de PowerDirector en matière de logiciel de montage.


Notez que ce lancement vient compléter celui, assez récent, de PowerDirector sous iOS.


Pour tester PowerDirector 365, une version d'évaluation avec toutes les fonctionnalités de 30 jours nommée "Essential" est proposée, au terme de laquelle vous pouvez acheter ou non le logiciel Mac de Cyberlink. Après 30 jours, les fonctions Premium (telles que l'éditeur audio, le Concepteur de Collages, l'importation de vidéos MXF, etc.) sont verrouillées et surtout, la version d'évaluation comporte un filigrane indélébile, donc pour exploiter vos vidéos, il vous faut passer à la version payante. Voir détails ici.


interface

Seule ombre au tableau : le logiciel de Cyberlink proposé pour Mac est "PowerDirector 365 pour Mac", ce qui signifie qu'il s'agit de la formule d'abonnement 365 (=365 jours). La version "Standalone" n'existe pas bien que Cyberlink ait parfois critiqué ceux qui imposaient une formule d'abonnement (Adobe...). A la décharge du taiwanais, la formule 365 permet de disposer constamment des derniers outils et mises à niveau disponibles, sans attendre une nouvelle version annuelle. Par ailleurs la formule 365 équivaut à une formule "Premium" puisqu'elle inclut de nombreux Packs parmi lesquels :


  • Pack réseaux sociaux pour blogueurs
  • Pack de contenus Premium 1, 2, 3, 4, 5
  • Pack de fusion Halos Lumineux
  • Pack effets de lumière
  • Pack Vacances v11
  • Pack LUT Minimaliste Urbain
    + Accès illimité aux plugins et effets de CyberLink

 


Globalement voilà une licence qui offre de nombreux avantages en termes de titres animés, de transitions, de palettes de couleur et de musiques.

L'obtention de cette licence est valable au mois pour 19,99 € ou 12 mois pour 69,99 €. Inutile de dire que la formule annuelle est bien plus intéressante. Une réduction de 35% est toutefois proposée (44,99€) elle expirait au 13 décembre 2020 et a été prolongée jusqu'au 25 décembre 2020. Vous disposez donc encore de quelques jours si vous lisez ce texte à temps !


aa

Autre point à surveiller de près : la compatibilité. Autant la compatibilité avec la mémoire vive (6 Go mini recommandé), le GPU (128 Mo de mémoire vidéo mini) ou les processeurs (Intel Core i-Series ou Apple M1 via Rosetta) reste classique et peu contraignante. Autant le système d'exploitation est plus restrictif : il doit être impérativement en 10.4 au minimum. Les versions High Sierra et antérieures sont donc exclues. Ce n'est d'ailleurs même pas la peine de "forcer", un message d'erreur s'affiche avant toute installation !


C'est l'un des premiers logiciels de l'univers photo-vidéo que nous rencontrons qui soit si restrictif. Par exemple, même le logiciel non-Apple d'origine Filmora accepte les versions à partir de 10.12 Sierra et 10.13 High Sierra qui sont encore très répandues. High Sierra à lui seul totalisait encore presque 1 Mac sur 2 fin 2018, Sierra 16% et El Capitan 14% ! Deux ans plus tard, certes Mojave, Catalina et Big Sur ont grignoté fortement ces anciens pourcentages mais il reste de nombreux systèmes encore équipés avec High Sierra compte tenu que Mojave a une compatibilité plus réduite.


PWD 19

Enfin, voici la liste des principaux outils et fonctionnalités de cette version Mac :

Outils de conception de précision :
- Concepteur de collage vidéo
- Concepteur PiP
- Concepteur de titre
- Salle de sous-titrage
- Recadrage, zoom et outils panoramique
- Mode de fusion
- Concepteur de masques
- Salle d'effets
- Contrôles de vitesse
- Salle de réglage d'image clé
- Salle de transition

Fonctions de montage vidéo professionnel :
- Vidéo pré-coupée
- Clé chromatique multi-échantillons
- Production de séquence d'images
- Correction de distorsions (lentille, couleur)
- Aperçu du montage vidéo 4K
- Balayage audio
- Aperçu de médiathèque
- Aperçu extra-large de vignettes
- Timeline inversée
- Bibliothèque et timeline modulables


 


FONCTIONS MANQUANTES À NOTER

Certaines fonctions sont encore manquantes de cette première version Mac, mais pour la plupart, sont prévues à l'avenir nous garantit Cyberlink. Il s'agit notamment des fonctions :


  • -stabilisateur,
  • -multi cameras,
  • -suivi de mouvement,  
  • -suppression du bruit vidéo,
  • -amélioration des couleurs (TrueTheater Color),
  • -amélioration des contours,
  • -correspondance des couleurs,
  • -ton fractionné,
  • -effet HDR,
  • -Screen recorder
  • -Mode Storyboard
  • -Titres 3D
  • -Chambre Capture
  • -Chambre "Création d'un disque" (DVD)
  • -Créateur de Diaporamas
  • -Téléchargement de média depuis Shutterstock
  • -Édition et exportation de vidéos/images 360°
  • -suppression des yeux rouges pour les images,
  • -ajustement de remise au point.
  • -accélération SVRT

Toutes les différences Windows / Mac se trouvent sur ce lien. Selon le moment où vous lirez ce test, des fonctions peuvent avoir été intégrées.


Cette version Mac a été testée par Christophe Le Squer, un utilisateur Mac, contributeur actif du Forum de magazinevideo. Nous avons en effet souhaité "donner la main" à un utilisateur de l'univers Mac qui ne connaisse pas PowerDirector (sauf de réputation), pour se placer dans la situation d'un utilisateur Mac qui découvre une version initialement conçue pour Windows, avec pour référence iMovie ou FCPX.


Le test n'a pas été simple, magazinevideo faisant les frais d'une version Mac encore incomplète et tout juste sortie, avec son lot de bugs inhérents à tout nouveau lancement. Des mises à jour viendront, certains bugs sont déjà pris en compte par Cyberlink, les autres seront traités, nous a t-on assuré.


De temps en temps, nous comparons les possibilités de PowerDirector avec FCPX et iMovie. Mais il ne s'agit pas d'un comparatif fonction par fonction, qui aurait été, extraordinairement compliqué à réaliser et beaucoup trop long à mener dans le cadre de cet article, d'autant qu'il aurait fallu inclure DaVinci Resolve, Filmora, et les logiciels Premiere d'Adobe ! Nous reviendrons peut-être sur des aspects spécifiquement comparatifs dans un autre article ultérieur.


Le test a été réalisé sous version OSX Big Sur, la dernière en date.



> LIRE LA SUITE : Interface, Éditer

Interface, Éditer

interface

Vidéaste amateur depuis 10 ans et pratiquant mes montages à l’aide du logiciel Final Cut Pro X de Apple, j’ai eu l’opportunité d’essayer le logiciel PowerDirector de Cyberlink version 19 pour Mac.


Pour l’installation rien de plus facile : il suffit de créer un compte chez CyberLink et se fier à la marche à suivre !


Penser à télécharger l’utilitaire Application Manager de CyberLink pour valider et recevoir les mises à jour.


PWD

Dans mon cas après validation de mon achat, j’ai reçu un package d’effets, de titres, etc. qui après téléchargement, s'intègrent directement dans les rubriques du logiciel.


Par commodité, et parce que des utilisateurs le nomment ainsi, nous appellerons PowerDirector "PWD" le plus souvent.


PWD


INTERFACE

A l’ouverture du logiciel PWD, on arrive directement sur l’espace de travail dont certains éléments ont apparemment un peu changé en comparant la version Mac et la version Windows. Déjà, contrairement à la version Windows, il n'existe pas encore d'écran d'accueil avant d'arriver à l'espace de travail. Cet espace de travail permet normalement de bénéficier directement de diverses options de modes de montage (Mode Storyboard, Mode Complet, Créateur de Diaporama...), et de définir préalablement le format d'affichage du Projet (16:9, 1:1, etc.). Cependant Cyberlink nous assure que cette fonction sera implémentée lors d'une prochaine mise à jour. D'ores et déjà, on peut définir le ratio d'image après coup (voir ci-après).


Même s'il y a quelques différences, l'interface est claire et ressemble à celle de iMovie ou FCPX. On retrouve quasiment les mêmes zones que sous Windows avec les outils, une zone d’importation des fichiers medias, un visualiseur des rushes et un visualiseur de la timeline. Sur la version Mac, je n’ai pas trouvé l’item : I - Boutons de fonctions.


En effet, certains onglets ne sont pas agencés de la même façon aux mêmes emplacements, ou ils sont remplacés par des Raccourcis, car Cyberlink prépare le terrain pour des intégrations futures.


De toute façon, pour l'utilisateur Mac qui découvre PowerDirector pour la première fois (mon cas), ça ne change pas grand chose.


PWD

L'Aide en ligne est complète et permet de se sortir d’une impasse pendant le montage. Cependant cette Aide en ligne est spécifiquement rédigée pour Windows. Certes les points communs sont très nombreux et cette Aide vous aidera (!) mais pas pour les différences qui concernent spécifiquement le Mac. A mettre à jour Mr Cyberlink...


Notez qu'il existe aussi un centre d'apprentissage en ligne pour PWD 19 versions Windows et Mac, sous forme de tutos. En réalité, d'après nos constatations, en appliquant le "filtrage" Mac, on se retrouve malgré tout avec des tutos dans l'environnement Windows car il s'agit de fonctions qui fonctionnent de la même façon pour Windows et Mac.


Enfin, on peut également s’adresser au Service Client qui est assez réactif.


enregistrer
Disons-le dès maintenant, ne pas oublier d'enregistrer par la suite votre projet si vous deviez quitter PWD.
PWD

À retenir aussi dès le départ :


Clic sur l'icône de la silhouette : vous allez dans votre dossier personnel qui se trouve sur le site CyberLink,


Clic sur la cloche : une fenêtre apparaît avec les éventuelles mises à jour,


Clic sur le soleil : vous faites apparaître les préférences de PWD.


PWD

ÉDITER

Pour l’importation des médias, vous pouvez effectuer un chargement à partir d’une carte SD ou caméra ou un glisser depuis votre bureau.


Les médias sont copiés directement dans la zone bibliothèque et vous pouvez ensuite éjecter votre caméra ou carte SD.


J’ai testé l’import direct de rushes en MXF puis des fichiers mp4 et mov, cela fonctionne.


Retenez que le logiciel est prévu pour le HEVC & VP9 10bit, XAVC-S, Apple ProRes video (10bit 4:2:2), et 8bit 4:2:0 AVC/XAVC. Ainsi que la prise en charge de la sortie audio AAC 5.1ch.


vertivcal
vertical

Les vidéos verticales issues des smartphones étant très répandues, notez que si on importe une video verticale dans PWD puis qu'on la glisse sur la time line, un message d'avertissement s'affiche. Ici par exemple, en plaçant une vidéo verticale issue d'un iPhone, la vidéo s'affiche en vertical dans le Visualiseur..


L'aspect peut être au choix en 4:3, 16:9, 9:16, ou 1:1 (pour Instagram).


vertical1
Une fois le Projet paramétré en 9:16, tous les effets, transitions, titres, etc. s'adaptent au 9:16.
vertical
Mais il existe aussi la solution de choisir l'Aspect du projet en manuel en cliquant sur l'icône sous la fenêtre du Visualiseur à côté de "Aperçu du rendu".
PWD

Notez qu'à l’importation de vos médias, on discerne un petit logo Jaune/orange qui devient vert quand l’importation est terminée.


PWD

Le dérushage est différent des logiciels Apple tels que FCPX...


 


imovie

...ou iMovie


 


PWD
Chez PWD il faut se rendre dans la fenêtre E (fenêtre d'aperçu de la Bibliothèque) et faire glisser les curseurs (en jaune) de début et fin, mais avec un peu plus d’habitude, on peut le faire directement sur la time line.


DIVERSES FONCTIONS D'ÉDITION

 


Chez iMovie comme FCPX, pour éditer ses scènes, on utilise des raccourcis clavier I (in) et O(out) sur le clip dans le chutier, ou directement sur la time line.


PWD
La barre Espace du clavier démarre ou arrête la lecture comme FCPX ou iMovie.
PWD

Il existe une grande quantité de raccourcis clavier dans PWD !


 


supprimer
Le bouton Delete (symbole Corbeille), qui permet de supprimer une séquence, est moins évident à repérer sur la version Mac que sur la version Windows. Il est prévu que Cyberlink résolve ce problème.
supprimer PWD
Notez qu'on peut également faire un clic droit et trouver ce même bouton Supprimer. Ou encore plus simple, se placer sur le clip et utiliser la touche Supprimer du clavier.
désancrage
En faisant une clic droit sur n’importe quelle fenêtre, nous pouvons désancrer celle-ci pour par exemple la déplacer sur un deuxième écran. Il est également possible de redimensionner les fenêtres. Tout cela est très utile.
PWD
On peut dissocier le son de l’image par un simple clic sur le rush et en choisissant dans le menu déroulant Délier/Lier le son.
PWD

Dans iMovie, on ne peut utiliser qu’une piste supplémentaire, or chez PWD j’ai pu superposer jusqu’à 7 pistes, peut être plus. Très intéressant pour les montages compliqués, rejoignant les facultés de FCPX !


PWD

Avec FCPX d’Apple, quand on a besoin d'ajouter des pistes vidéo sur la time-line, on les superpose au-dessus de la piste principale. Avec PWD, c'est au-dessous de la piste principale.


PWD
Mais en cliquant sur Préférences dans le menu PowerDirector, vous avez accès à plusieurs pages de réglages dont l’inversion de l’ordre des pistes de montage. 
PWD PWD

En dessous de la fenêtre du visualiseur s'affichent 4 icones :


  • -Une pour le réglage du son sortie ordi
  • -Une pour un appareil photo pour faire une capture du visualiseur qui se retrouvera dans un dossier que vous pouvez choisir
  • -Le 3eme correspond à un menu déroulant
  • -le 4e pour un Plein Ecran

De manière générale, l'Aperçu bénéficie de plusieurs résolutions parmi lesquelles l'Ultra HD, le FullHD, le HD, etc.



(Test logiciel PowerDirector pour Mac)

Titres, Audio, Outils

titrage

TITRES

PWD

Côté titrages, vous disposez d'un Concepteur de Titres, dans lequel vous pouvez créer de multiples présentations de titres assez sophistiquées, mais vous pouvez aussi créer vos propres titres animés, ce qui existe sous FCPX mais pas dans iMovie.


PWD

Autre possibilité qui n’existe pas dans iMovie : le double clic sur un rush de la time line déclenche une fenêtre (ici le Concepteur PIP) où l’on peut régler :


  • La taille de l’image pour un PIP
  • L’opacité pour une superposition de plan
  • La faculté de faire varier la clé chromatique : c’est-à-dire un début d’étalonnage couleur
  • La faculté d'ajouter des bordures, des ombres, inverser le plan et faire des fondus à l’ouverture ou fermeture du plan.
PWD

Au-dessus de la timeline, on a l’échelle du temps qui n’existe pas dans iMovie. Pour zoomer en avant ou en arrière (une opération essentielle au montage), on peut faire un clic droit sur le curseur et apparaît ce menu pour zoomer en avant ou arrière sur la time line.


Autre manipulation : un Control-clic sur cette ligne de temps avec le mouvement de la souris vers la droite ou la gauche, agrandit ou diminue celle-ci. Dans iMovie c’est un curseur à droite au-dessus de la time-line.


PWD

Enfin, une dernière solution est d'utiliser le curseur en bas à gauche.


PWD

AUDIO

Concernant les réglages Audio, vous trouverez des bibliothèques de musiques et effets sonores.


PWD
PWD PWD

Il faudra commencer par télécharger ces bibliothèques audio une par une en cliquant en bout de ligne sur l’icone. Ensuite on effectue un glissé-déposé sur la piste son choisie.


Ce système de téléchargement individuel est de plus en plus répandu sur les logiciels de montage, car il permet de ne télécharger que les fichiers dont on a besoin, ce qui allège le poids de la Bibliothèque.


En cliquant sur l’icone, vous avez accès à un réglage sommaire du son (plus ou moins fort).


PWD
En double cliquant sur la piste audio (celle-ci devant être séparée des images), vous obtenez l'affichage de cette fenêtre pour découper le son.
PWD

Par comparaison, dans iMovie, il existe un égaliseur de son mais son fonctionnement est limité à quelques réglages.


PWD
Sur les 3 logiciels, on peut enregistrer des voix off et c’est assez facile dans les trois cas. Ci-dessus PWD.
sous-titres
Notez que sous PWD, il existe un utilitaire de sous-titrage très facile à utiliser que je n’ai pas trouvé dans iMovie. Par contre il existe aussi sous FCPX.
PWD
Par contre pour ceux que ça intéresse, dans chaque catégorie (titres, effets, transitions….), vous avez un bouton qui vous renvoie sur le site CyberLink. Là, vous pouvez télécharger une multitude d’autres exemples de titres, transitions, effets.

OUTILS

outils

 


Au-dessus de la timeline, nous avons le bouton Outils qui propose :


  • La conception de PIP (pour incruster une image sur votre plan principal),
  • Le concepteur de masques,
  • Couper (recadrages), Zoom, Panoramique
  • Vitesse vidéo (accélération ou ralenti),
  • Mode de fusion (permet de superposer 2 plans en transparence)

 


PWD

Concepteur PIP


 


PWD

Concepteur de Masques


 


PWD

Couper/Zoom/Panoramique


 


PWD

Accélérer/ralentir un clip


 


PWD

Mode de Fusion


(permet de superposer deux plans en transparence)


 


 


corriger-amliorer
PWD
PWD

On bénéficie aussi de la fonction Corriger/Amélioré


Le mode Corriger/améliorer permet de modifier :


 


  • La balance des blancs
  • Correction de l’objectif qui peut servir suivant la camera employée à réduire le fisheye et le vignettage
  • Le débruitage audio : vent
  • Et un onglet réglage des couleurs (Colorimétrie)
images clés

Vous pouvez ajouter ou créer des images clé pour vos réglages à l’intérieur de votre vidéo.


PWD
PWD

Autre utilitaire, le Concepteur de collage vidéo, que l’on ne retrouve pas chez iMovie ou FCPX. Il permet d'assembler plusieurs vidéos suivant des exemples prédéfinis pour obtenir un visuel de vidéos en forme de patchwork. Il dispose d'un intro et outro animé.



(Test logiciel PowerDirector pour Mac)

Produire (exporter)

PWD

Maintenant passons à l’exportation d’un projet. Vous rencontrez 2 types de Transfert : Local ou Médias sociaux.


En Transfert local, vous disposez de 3 types d’encodage :


  • H264 (AVC)
  • H265 (HEVC)
  • XAVC S
PWD pds

Pour chaque type d’encodage, vous bénéficiez de paramètres (dans des menus déroulants classiques) qui vous permettent d’ajuster la qualité désirée.


On peut envoyer son projet par exemple sur le Bureau (choix personnel) qui comportera l'extension .pds, qui contient essentiellement la liste des clips multimédia et des effets utilisés dans votre projet.
SVRT
PWD
À l'export, on bénéficie d'un choix automatique : le SVRT intelligent. Le SVRT Intelligent est conçu pour vous aider à choisir le profil vidéo qui offrira un fichier avec la meilleure qualité de sortie vidéo possible ou qui sert à gagner du temps.
PWD

Une fois ces réglages effectués il faut cliquer sur Démarrer. C’est à ce moment là que s'effectue le rendu. Quand le rendu est effectif, on aperçoit une bande verte dans l'échelle de temps.


Le temps d’export est conditionné par la longueur de votre vidéo, le format de vos images (4K,HD, AVCHD etc), le nombre de transitions ou les effets ajoutés sur votre montage.


Attention le rendu part de la tête de lecture, donc il faut bien se placer au début du projet pour obtenir le rendu.


Encodage

Quelques temps de calculs dignes d'intérêt :


Pour une vidéo importée en MPEG 1080 - durée 7'11 : temps de rendu = 2'48,
Pour la même vidéo en .mov 4K - durée 7'11 : temps de rendu =3'36.


PWD
PWD

Par rapport à iMovie ou FCPX, le rendu est au final ce qui prend du temps par rapport aux logiciels Apple qui effectuent ce rendu au fur à mesure. Heureusement en cliquant sur Aperçu du rendu, celui-ci s’effectue.


PWD
A noter : votre vidéo se loge dans le dossier PowerDirector mais vous pouvez bien sûr choisir de l’envoyer dans un autre dossier de votre ordinateur.
PWD

MÉDIAS SOCIAUX

Côté Médias sociaux, deux possibilités : YouTube ou Vimeo. On retrouve de nombreux réglages de qualité possibles. Notez qu'en premier, PWD va produire la vidéo (l’encoder / exporter) et ensuite la transférer sur votre chaîne.


YouTube
Attention, deux modes seulement pour YouTube : Public ou Privé. Le 3e mode, le mode Non-répertorié, très utilisé par certains, s'obtient en cochant directement l'option sur votre chaîne YouTube.


(Test logiciel PowerDirector pour Mac)

Autres logiciels Mac (hors iMovie, FCPX)

DaVinci Resolve

DaVinci Resolve (16)


 


Parmi les concurrents à PowerDirector, autres que les logiciels Apple iMovie et FCPX, on trouve quatre autres prétendants : Filmora (9), Premiere Elements (2021) pour Mac DaVinci Resolve (17) et Premiere Pro. Voici un bref tour d'horizon.


DaVinci Resolve


DaVinci Resolve (DVR) est difficile à mettre sur le même plan que PowerDirector. D'abord parce qu'il s'agit d'un logiciel externe qui combine plusieurs logiciels en un avec des facultés de montage (Modules Cut et Montage) et d'étalonnage poussées, de traitement audio (Fairlight), et d'effets 2D et 3D (Fusion). Pour vraiment comparer PowerDirector, il faudrait a minima additionner les autres logiciels de la suite Cyberlink comprenant Photo Director et Audio Director qui ne sont disponibles... que sur Windows, à la différence de PowerDirector. La comparaison serait donc chaotique car personne ne travaille quasiment jamais ses montages sur Windows ET Mac.


Ensuite la comparaison commerciale entre PWD et DaVinci Resolve est difficile à établir, l'abonnement de PWD s'opposant au caractère gratuit de DaVinci Resolve. Gratuité qui peut suffire à nombre d'utilisateurs mais qui trouve ses limites, pouvant amener à investir pour la version payante proposée au tarif de 255 euros HT. Toute comparaison se complique selon qu'on choisir la version gratuite ou payante de DVR.


interface

Filmora 9


Nettement moins connu que Cyberlink, en tout cas en France, Wondershare qui édite Filmora 9 se rapprocherait davantage de PowerDirector avec un design anthracite qui fait penser à celui de Cyberlink, et de nombreuses fonctionnalités communes. Une même simplicité également, des fonctions assez intuitives. Une version gratuite existe, mais elle est très dissuasive (un filigrane s'affiche dès l'export), elle est donc davantage à considérer comme une version d'évaluation, même si elle n'est pas présentée comme telle. L'abonnement de base commence à 39,99€ mais pour mettre les 2 logiciels à pied d'égalité, il faut investir dans la version "Plan Plus" qui coûte 99,87€ /an (en période de promotion), ce qui rend Filmora plus cher que la solution d'abonnement annuelle de PWD, avec moins de packs Premium.


Premiere Elements

Premiere Elements 2021


Enfin Premiere Elements 2021, lui aussi en formule d'abonnement, est proposé pour 99,60€. C'est un coût supérieur à PWD et relativement élevé pour un logiciel très "familial" et plus limité que son éminent grand frère Premiere Pro pour Windows. S'il suit les précédentes versions dont nous avions testées certaines, Premiere Elements est moins complet que PowerDirector (version 2021 non testée).


Premiere pro

Premiere Pro


Premiere Pro pour Mac est plus fréquemment cité comme une belle solution de montage Windows que Mac. Elle a de très nombreux pratiquants sous Windows car c'est un logiciel star incontestable. Pourtant la version Mac existe et si elle existe, c'est qu'elle a des prétendants, sinon Adobe la laisserait tomber.


Cependant nous avouons que nous avons du mal à trouver Premiere Pro intéressant d'un strict point de vue commercial. En effet, le logiciel impose un abonnement de 23,99€... par mois ! Ce qui revient à 287 € / an. FCPX est proposé à 329,99€ en version unique avec mises à jour gratuites (tant qu'Apple ne change pas de formule, ça n'en prend pas le chemin). Autrement dit FCPX est moins cher que Premiere pro dès le 14e mois de possession de ces deux logiciels respectifs. Et on acquiert rarement un logiciel de montage professionnel pour s'en servir très peu, très peu longtemps...



(Test logiciel PowerDirector pour Mac)

Conclusion

général

En conclusion, je confirme que ce logiciel est au-dessus de iMovie mais inférieur à FCPX.


Il est au-dessus de iMovie car il a plus de fonctionnalités et s'avère plus complet. Certes, iMovie est gratuit mais l’abonnement de PWD est accessible pour démarrer dans le montage.


PWD est facile à prendre en main et est très convivial à l’utilisation, après utilisation sous Mac j'ai rencontré un nombre limité de bugs.


Pour l'instant, je trouve que dans la barre des taches en haut, les menus ne sont pas assez étoffés par rapport à iMovie et surtout FCPX.


Je regrette aussi que les logiciels grands publics aient une multitude d’effets de transition, de titres qui ne sont pas toujours utilisés dans un montage.


forcer à quitter

PowerDirector a des bugs qu'on peut probablement attribuer au fait que c'est la toute première version sur Mac et que des mises à jour devraient suivre. Ceux que j'ai rencontrés ont été pris en compte par Cyberlink ou sont déjà connus de l'éditeur. Notamment :


-Si l'on veut quitter PWD, c'est impossible en cliquant en haut à gauche car le lien pour quitter est grisé, impossible aussi de fermer à partir du dock. On est contraint de cliquer dans le rond rouge de fermeture de fenêtre,


-Le logiciel a quitté quelquefois tout seul, sans savoir pourquoi,


-La vidéo de certains des rushes importés n’étaient pas lue mais le son était diffusé !


Au final je trouve que c’est un bon logiciel, qui peut servir aux débutants comme aux monteurs confirmés. Il faudra toutefois que la version Mac se complète rapidement des fonctions manquantes disponibles sous Windows car de nombreuses fonctions constituent la force de PowerDirector.



(Test logiciel PowerDirector pour Mac)

Cet article vous a plu ?
Vous souhaitez télécharger le PDF ?
Bénéficiez du Premium
Des tests objectifs, des articles pointus,
des pubs non-intrusives,
dépendent de vous !
 

Je publie un avis

Mon pseudo
Mon email (facultatif)
Je souhaite être prévenu d'un nouvel avis (facultatif)
Mon avis (1000 caractères maxi)
Je valide